Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

dimanche 29 novembre 2020

« L'invention du luxe à la française » de Stéphane Bégoin

Arte diffusera le 5 décembre 2020 « L'invention du luxe à la française
 » (Versailles - Wo Frankreich den Luxus erfand), documentaire de Stéphane Bégoin« Si la France symbolise le luxe sur le marché international, elle le doit à Louis XIV et son ministre Colbert. Un passionnant retour sur les débuts d’une aventure mouvementée qui mêle innovation scientifique et technique avec espionnage industriel pour aboutir à la création des industries du luxe en France ».


« À la veille de la Révolution française, toute l'Europe accourt dans la capitale du luxe pour s’approvisionner en draps fins, porcelaines de Sèvres, miroirs de Saint-Gobain, soieries lyonnaises, dentelles d’Alençon et autres témoignages éclatants d'un savoir-faire admiré dans toutes les cours du continent ». 

« Plus de deux siècles plus tard, la France reste un symbole international du luxe, entre haute couture, cosmétiques et grands vins, mais on a oublié qu’elle le doit à l’ambition de Louis XIV et à la vision de son ministre Colbert, qui ont créé de toutes pièces un appareil industriel sophistiqué pour se lancer à la conquête des marchés ». 

« Car en 1665, le royaume est exsangue. Le budget militaire assèche des finances déjà mises à mal par une sévère crise économique ». 

« Alors qu'il devient indispensable de créer des emplois, la France importe deux fois plus qu’elle n’exporte ». 

« De la Chine à Venise en passant par les Pays-Bas, chaque contrée garde précieusement le secret de sa spécialité ». 

« Face à ces difficultés, le Roi-Soleil innove résolument, en choisissant de développer des industries d’exception ». 

« Fer de lance de la politique mercantiliste du gouvernement, le luxe se développe à travers les manufactures royales grâce à l’innovation technique et scientifique et à de nouvelles formes de savoir-faire et de travail ». 


« Mais son essor repose aussi sur des méthodes moins avouables : espionnage industriel, débauchage systématique et, au besoin, rapt pur et simple ».

« Ce choix du haut de gamme, fût-ce au prix de quelques basses œuvres, va s’avérer doublement payant, en renflouant les caisses de l’État et contribuant au rayonnement du souverain et de son royaume ». 

« Entre excellence industrielle, évolution économique, légende dorée et nouvelles sociabilités, Versailles impose le luxe français en Europe pour plusieurs siècles ». 

« À la fin du XVIIIe siècle, le goût du faste, apanage de la noblesse, laissera place à un nouvel art de vivre "à la française" dont s’empare une bourgeoisie en plein essor, tandis que ses produits phares s’exportent désormais dans le monde entier ». 

« De l’origine des glaces de la fameuse galerie du château de Versailles, conquises de haute lutte par Colbert en Italie, à la longue quête de la perfection en matière de fabrication textile, Stéphane Bégoin retrace, dans un récit fourmillant de détails et d’anecdotes, la palpitante genèse de l'industrie du luxe ». 

« Rythmé par des gros plans sur de précieux objets d’époque et des scènes de reconstitution éloquentes, son film entrelace les analyses et témoignages d’une multitude d’intervenants (archivistes, historiens, plasticiens...) avec de riches archives, notamment iconographiques. »

« Les secrets du luxe »  
Arte publie « Les secrets du luxe » de Laurence Picot. « La France est en crise : le chômage galopant, un dérèglement climatique et une pandémie encore incontrôlée mettent en péril l’existence du peuple et laissent vides les caisses de l’État. Malgré des points communs surprenants, nous ne sommes pas en 2020, mais… en 1661 !  Pour redresser le pays, la stratégie inédite choisie par le roi Soleil et son ministre Colbert consiste à transformer le pays en berceau des industries du luxe. »

« La France représente le luxe dans le monde entier.  Pas une marque de l’hexagone qui ne revendique cette French Touch comme l’aboutissement d’un long parcours d’excellence dont les origines se confondent avec la nuit des temps. Des années d’enquêtes dans les secrets des archives françaises et étrangères nous apportent un point de vue bien différent : la France n’a pas toujours été championne du luxe. »

« Jusqu’au XVIIe siècle, la France s’enorgueillit de savoir-faire nationaux, avec ses tissages au fil d’or, uniquement dédiés au roi. La Chine a sa porcelaine, l’Italie ses miroirs, les Anglais leurs draps fins…  Des secrets de production que la France cherche à s’approprier. »

« Ce livre nous emmène, de 1661 à 1900, à la découverte de cette quête parfois rocambolesque au travers de personnages hauts en couleur, dévoilant des secrets peu avouables et éclairant les mystères de ces secteurs florissants restés méconnus. » 

« Illustré par les images innovantes LuxInside®, mélange de scanner médical et de photo, révélant des mystères invisibles à l’œil nu, et par des archives inédites, l’ouvrage remplit les blancs que la mémoire collective avait oubliés. Il surprend et redonne du sens au luxe qui aujourd’hui pourrait plus s’apparenter au superflu qu’au nécessaire quand on n’en connaît pas les arcanes... »

« Spécialisée dans les industries du luxe, Laurence Picot a collaboré plus de quinze ans comme journaliste au Monde, ELLE et Paris Match, enseigné en master de gestion des Industries du Luxe à l’Université de Paris Est et créé le collectif art science LuxInside, première collection de photos associées au scanner médical décryptant 14 objets icônes du luxe contemporain. Laurence s’attache à mettre en lumière les qualités cachées du luxe: savoir faire et innovation scientifique. Depuis 2012, elle mène une enquête au long cours sur les origines du luxe français, remontant le temps jusqu’au XVIIe siècle afin d’en comprendre les arcanes. Elle s'est plongée dans les archives publiques et privées, en France et à l’étranger, s’appuyant sur des documents originaux souvent inédits ».


« Pourquoi les industries du luxe se sont-elles développées en France ? Au terme d'une enquête de la journaliste et plasticienne Laurence Picot, un documentaire trois étoiles retrace l'histoire mouvementée de cet emblème national. Entretien. Propos recueillis par Guillemette Hervé ».

« La France a-t-elle toujours été la championne incontestée du luxe ?
Laurence Picot : Non, même si cette idée reçue perdure depuis le début du XIXe et l'ère industrielle qui a suivi la Révolution. Or jusqu'au XVIIe siècle, le luxe – on parle à l'époque de “superfluité” – est l'apanage des pays étrangers : les miroirs proviennent de Venise, les tissus de Flandre, les porcelaines de Chine... Le tournant s'opère sous le règne de Louis XIV. À l'époque, l'économie française repose sur l'agriculture, alors malmenée par un dérèglement climatique. Le ministre Colbert élabore donc une stratégie visant à produire en quantité des objets d'exception dédiés à l'exportation, et non plus seulement à l'élite française.

Il va user à cette fin de méthodes peu scrupuleuses…
L'intention de Colbert est de copier les savoir-faire étrangers le plus rapidement possible. Pour cela, il aura recours à des opérations d'espionnage industriel et de débauchage d'artisans. Il réussira même à exfiltrer des ouvriers de la verrerie vénitienne de Murano, pourtant très protégée. Les secrets de fabrication des glaces sont alors convoités – un miroir de grande taille pouvait valoir le prix d'un château !

Comment la haute couture, autre symbole du luxe, s'est-elle développée en France ?
À mes yeux, la première styliste est Rose Bertin, qui concevait les tenues de la reine Marie-Antoinette à une époque où les femmes n'avaient pas le droit d'exercer la profession de tailleur. Très talentueuse, cette pionnière va imposer son style et esquisser les premiers pas de la mode française. Si les couturiers sont aujourd'hui reconnus, voire starifiés, c'est grâce à elle.

Vous avez entrepris de passer au scanner certains objets anciens. Cette démarche a-t-elle étoffé votre enquête ?
Le projet expérimental LuxInside a débuté en 2009 avec des pièces contemporaines. Dix ans plus tard, j'ai pu explorer de l'intérieur quatre symboles des industries du luxe françaises des XVIIe et XVIIIe siècles. Parmi eux, un médaillon de Louis XIV conçu grâce au verre coulé, une technique alors inédite qui permit à la France de dominer le marché des glaces. Autre objet surprenant : un éventail en papier, corne et soie peinte. Contre toute attente, des dessins sont apparus car les peintures, issues des progrès de la chimie, contenaient des métaux lourds. Là encore, le scanner a permis de déceler des innovations qui n'étaient pas visibles à l'œil nu ».

"Une histoire du luxe à Genève"
En 2011, 
La Baconnière a publié "Une histoire du luxe à Genève. Richesse et art de vivre aux XVIIe et XVIIIe siècles" de Corinne Walker. "Le nom de Genève suggère deux idées contradictoires. C'est d'abord la cité de Calvin, figure tutélaire qu'on crédite volontiers d'une austérité sans concession. C'est ensuite une ville de marchands, d'horlogers et de joailliers, qui a toujours cultivé les produits de luxe tandis que ses banquiers en faisaient un concentré de la richesse du monde. Austérité et richesse : Corinne Walker s'est demandé quelle est, dans l'histoire de la ville, l'origine de ces deux notions. Elle est remontée aux lois somptuaires attribuées à Calvin. Après en avoir scruté les expressions du XVIe au XVIIIe siècle, elle examine l'application qu'en faisait la " Chambre de la Réformation ", tribunal dont les délibérations permettent de reconstituer les représentations sociales en même temps que la vie quotidienne d'une société, de ses pratiques et de ses goûts. Dès le XVIIe siècle, et surtout au XVIIIe siècle, Genève s'inspire moins de " l'austère Calvin " que des modèles parisiens en matière de mode (les femmes sont ici à l'honneur), mais aussi d'architecture. Dans un souci d'ordre social, les patriciens genevois qui gouvernent la ville ne se croient pas tenus de respecter les limites qu'ils voudraient imposer aux basses classes. D'où un art de vivre dans des intérieurs confortables, rehaussés de miroirs et de tableaux de prix, qu'encourage Voltaire qui prend ses quartiers non loin de Genève. De ce monde cosmopolite qui apprécie les joies de l'existence, où l'on est sensible aux beaux-arts et où l'on pratique une musique de qualité, Corinne Walker nous propose un tableau attachant, en faisant revivre certains de ses représentants : les membres de la famille Pictet, le pasteur Ami Lullin et sa fille, la charmante Manon, ou le célèbre Horace-Bénédict de Saussure. Aussi bien le pasteur que le savant s'entendent à montrer comment il est possible de concilier une vie de haut vol avec une éthique qui recommande aux élites de cultiver les lumières, en donnant à l'art et aux nouvelles sciences la place qui leur revient dans la culture de l'honnête homme. »


« L'invention du luxe à la française » de Stéphane Bégoin
France, 2020, 90 min
Coproduction : ARTE France, Bellota Films, avec la participation d’Histoire TV et le soutien de CNC, Procirep-Angoa, MEDIA-Europe Créative 
Co-écrit avec Flore Kosinetz
D’après une idée originale de Laurence Picot
Sur Arte les 5 décembre 2020 à 20 h 50, 9 décembre 2020 à 9 h 25, 13 décembre 2020 à 15 h 45 et 24 décembre 2020 à 9 h 25
Disponible du 28/11/2020 au 02/02/2021
Visuels :

Colbert © Stephane Begoin © Bellota Films

Luxinside Montre © Luxinside-Bellota Films

Galerie des nobles © Bellota Films

Reconstitution d' un salon à la française du XVIIIème siècle © Manuel Irniger © Bellota Films

Vaucansson © Bellota Films

Boutique Rose Bertin © Bellota Films

Luxinside escarpin © LuxInside

Articles sur ce blog concernant :

Un colloque prospectif en 2001 sur l’exode des Juifs des pays arabes


En 2014, la Knesset a choisi le 30 novembre comme Journée commémorant "l'exode oublié" ou plutôt « l'exil et l'expulsion des Juifs des États arabes et de l'Iran »Organisé par les Congrès Juifs mondial (CJM) et européen (CJE), le symposium international "L’exode oublié, l’exclusion des Juifs des pays arabes et le contentieux israélo-arabe", s’est tenu à Paris le 16 décembre 2001. Au programme : établissement des faits, récits de mémoires douloureuses refoulées, témoignages bouleversants de vies brisées, définitions distinctes affinées et analyses lucides. Sur un ton incisif, parfois drôle, souvent grave, les intervenants se sont vite accordés sur l’urgence d’actions visant à faire connaître cet exode oublié d’environ un million de Juifs des pays arabes, d’Iran, de Turquie, de la partie de Jérusalem occupée par la (Trans)Jordanie, etc. en 1948, ainsi que les droits de ces Juifs exclus, rompre l’isolement d’Israël et rétablir son image. Ce symposium s’est clos sur la présentation d’enjeux éthiques, juridiques et politiques. Depuis quelques années, à l'initiative d'un Canadien Juif irakien Sass Peress, des organisations juives demandent que le chabbat le plus proche du 30 novembre 2020 soient organisés dans des synagogues un Kaddish et une Azkara, ou Hazkara, à la mémoire des Juifs enterrés dans des cimetières situés dans ces pays et aux tombes souvent inaccessibles. Ces prières (Annual Kaddish for Jews buried in Arab countries) auront lieu le 28 novembre 2020. En raison du coronavirus, des prières pourront être téléchargées afin d'être récitées à domicile. Le 30 novembre 2020, à 17 h 30 heure de Jérusalem, 16 h 30 heure de Paris, 15 h 30 heure de Londres, une conférence Zoom en direct de Jérusalem évoquera, notamment en français, cet exil. Un spectacle avec des artistes israéliens accompagnera cette conférence virtuelle pour toutes les générations.

« La fin du judaïsme en terres d’islam » sous la direction de Shmuel Trigano
Un colloque prospectif en 2001 sur l’exode des Juifs des pays arabes 
« Leaving, never to return ! »


En 1945, environ 900 000 Juifs vivaient dans les pays arabes, auxquels il convient d’ajouter ceux d’Iran et de Turquie. En quelques décennies, des années 1940 aux années 1970, la quasi-totalité des Juifs ont dû quitter massivement ces pays, « sous l’effet de la violence organisée par les gouvernements ou de l’absence de choix, abandonnant tous leurs biens et leur patrimoine », malgré des siècles d’une présence souvent antérieure à la conquête arabe, parfois (pluri)millénaire. En 2011, quelques milliers de Juifs demeurent dans cette vaste aire. La quasi-totalité de ces Juifs a suivi les chemins de l’exil : 600 000 Juifs sont allés en Israël, 300 000 en France, en Amérique du Nord, etc.

Un "exode oublié" ?
« Qui connaît leur sort ? », a interrogé Serge Cwajgenbaum, secrétaire général du CJE.


Ce « colloque a pour vocation de faire le point sur un drame unanimement et idéologiquement refoulé, inconnu de nos contemporains, de rendre justice au monde sépharade, de faire œuvre de mémoire et de dignité pour cette population qui a vu son destin brisé et sa continuité ébranlée. Sa voix ne doit plus être ignorée dans le concert international », ont expliqué les organisateurs du symposium.


Et d’ajouter : « Le processus d’Oslo et sa crise ont ravivé les mémoires du contentieux originel qui sépare les deux parties du conflit proche-oriental. On évoque ainsi couramment le « droit au retour » des Palestiniens mais un élément déterminant du tableau historique ainsi dressé manque de façon stridente : le contentieux des Juifs du monde arabe - la majeure partie de la communauté Juive française et de la société israélienne - avec les Etats arabes ».

Lors des négociations à Camp David en 2000, la revendication du « droit au retour » en Israël des réfugiés palestiniens, de leurs enfants et petits-enfants s’insère dans un discours délégitimant et mortifère pour Israël - « existence congénitalement immorale et injuste » -, aboutit à terme à une « domination démographique, à la fin de l’Etat Juif ainsi qu’au risque de rétrogradation au statut de dhimmi ».

Refusant une « morale victimaire indigne et qui innocenterait les pays arabes », le professeur Shmuel Trigano, sociologue, a espéré l’émergence de mémoires occultées par les idéologies tiers-mondistes des années 1970, et par les Juifs aussi qui ont bénéficié d’une « libération politique par le pouvoir colonial ».

Dhimmitude

Le professeur de civilisation juive Haïm Zafrani a dépeint « l’espace culturel, lieu privilégié de rencontres judéo-musulmanes, la création littéraire, d’expression hébraïque ou dialectale, comme source d’histoire dans l’Occident musulman (Espagne et Maghreb » où les influences réciproques sont prégnantes, multiples et fécondes.

Tableau vrai pour une élite et à certaines époques ? Oui, semble-t-il quand Roger Pinto, président de SIONA, a dénoncé le « mythe des Juifs heureux en terre d’islam » et la volonté de « pays, tel l’Irak, d’exclure leurs pays d’enquêtes onusiennes sur l’exode des Juifs et leurs expropriations ».

Impression renforcée quand l’écrivain Bat Ye’or a détaillé « la dhimmitude, une législation imposée pendant plus d’un millénaire, d’Iran au Yémen, aux Infidèles, Juifs et chrétiens, et déterminée par une théologie et une juridiction. L’origine est à rechercher dans le jihâd, guerre théologique, combat dans la voie d’Allah pour conquérir de nouveaux territoires et y imposer la loi d’Allah telle qu’elle a été révélée au messager Mahomet dans le Coran et la Sunna." 


Et de poursuivre : "Les dhimmis habitent dans le pays de la Guerre et ont accepté de se soumettre aux règles du jihâd en cédant des territoires. La protection de leurs droits est fixée par un traité de soumission, la dhimma, et exige le paiement d’un tribut collectif, puis de la capitation. Les lois antijuives byzantines étoffent les lois de dhimmitude. En cas d’infraction de leurs droits, la protection est annulée et le djihad réactivé. La vie des dhimmis est rythmée par les pillages, humiliations, exterminations, rançons collectives sous la menace de conversions forcées, l’exploitation fiscale, y compris par les tribus rebelles au pouvoir central, la réduction en esclavage, un rituel d’avilissement, etc. L’annulation générale de ce système a induit une haine aux XIXe et XXe siècles qui empoisonne le XXIe siècle. L’indépendance d’Israël a détruit le système de la dhimmitude qui représente une synthèse de la politique de haine et déshumanisation et qui se fonde sur une interprétation du Coran qu’on peut modifier. Ce système perdure dans les pays appliquant la shari'a. Il est important de connaître l’origine de ces lois et leurs fonctions pour discuter avec des amis musulmans et lutter contre les préjugés pour nouer une relation d’estime et de respect mutuels. Du dialogue avec des musulmans naîtront d’autres commentaires des textes ».

« Les XIXe et XXe siècles ont marqué la prospérité des communautés Juives dans les pays arabes. Expliquer l’exode des Juifs des pays arabes se heurte à des difficultés, dont le manque de recherches historiques sérieuses, le besoin de présenter une explication valable pour tous les pays musulmans, la position délicate d’historien-arbitre. Les violences subies par les Juifs n’expliquent pas toutes leurs migrations. Le conflit du Proche-Orient a servi de catalyseur à celles-ci ».


Autres facteurs explicatifs de l’exode selon le professeur Haïm Sadoun : « la situation interne dans chaque pays, la prise de conscience des Juifs de l’impossibilité de vivre dans les Etats arabes indépendants et leur attachement à Eretz Israël ».

Les mémoires douloureuses refoulées des réfugiés Juifs
« Après la mort du chanteur Raymond Leiris, la communauté juive a du quitter Constantine en quelques semaines », s’est souvenu Raphaël Drai, professeur de science politique.

Ex-conseiller au Ministère de la Justice d’Israël et spécialiste du droit des pays arabes, Yaakov Meron a esquissé une typologie expulsion/dépossession. Sur la base de récits concordants, recueillis dès 1948, des agressions antijuives impunies (Egypte, Algérie, etc.), il apparaît que « des agents du pouvoir ont été impliqués dans certaines atrocités, ce qui engage la responsabilité des Etats » et justifie des actions judiciaires des victimes et de leurs ayants-droit. L’exclusion forcée des Juifs visait à confisquer « leur argent (Yémen) et à empêcher qu’Israël ne se renforce avec cet afflux financier (Arabie Saoudite) ».

Elie Barnavi, ambassadeur d’Israël en France, a réfuté « toute équivalence entre les deux mouvements migratoires. Sont des réfugiés ceux qu’on ne veut pas accueillir, tels les Palestiniens maintenus dans leur état. Les Juifs n’ont pas été des réfugiés sur la terre de leurs ancêtres. Ils avaient le droit de partir dans la dignité et leurs préjudices matériels, financiers, etc. doivent être indemnisés ».

François Zimeray a énuméré les aspects philosophiques, historiques, affectifs et juridiques du droit au retour. Qui va indemniser les Juifs exclus des pays arabes ? Peut-être la juridiction belge grâce à sa « compétence universelle ». Ou des tribunaux nationaux, pour carence de l’Etat des ressortissants Juifs concernés, dont la France, à défendre leurs droits.


« De mai 1948 à mars 1950, Israël a accueilli 400 000 immigrants. Une intensité unique dans le monde. Ben Gourion a alors choisi la politique de la porte ouverte, une aliyah illimitée, doublée de la loi du retour. Les immigrants vivaient dans des maabarot (camps de transit) aux effets néfastes sur leurs vie familiale, santé, situation professionnelle (déclassement, chômage) et sur la vie politique (corruption). Puis ils ont eu des logements permanents, se sont intégrés et devenus des citoyens israéliens. Grâce aux efforts et à la solidarité, l’écart s’est réduit au cours de la deuxième génération et des mentalités ont changé », a déclaré Yehuda Dominitz, ancien directeur du Département d’immigration et de l’absorption de l’Agence juive.


Selon Claude Tapia, professeur de psychologie sociale, « l’attachement culturel des Juifs des pays arabes a prévalu sur leur attachement à la Terre. Les traumatismes nés de spoliations et de transplantations douloureuses ont été accrus par le silence sur ce déni de justice. En France, l’insertion a été en partie facilitée par les institutions juives et le partage de normes avec la société d’accueil. Au Québec, l’intégration est passé par les institutions anglo-saxonnes ».

Pour les écrivains Minou Azoulai, Albert Bensoussan et Naïm Kattan, cet exode d’Egypte, d’Algérie et d’Irak a été la matrice de leurs œuvres artistiques.

Des réfugiés palestiniens instrumentalisés contre Israël
« Les leaders arabes ont instrumentalisé les réfugiés palestiniens maintenus cruellement et cyniquement dans des camps, parfois des bastions militaires avec la complicité de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) », a estimé Avi Becker, secrétaire général du CJM.

Raphaël Israéli, professeur d’histoire du Moyen-Orient, spécialiste du terrorisme et de l’intégrisme islamique à l’Institut de recherche Harry Truman (Jérusalem), a rappelé les transferts de population pour créer des pays homogènes après les deux guerres mondiales et éviter des problèmes plus graves. « Honteux de ne pas s’en sortir, malgré ou à cause de l’aide internationale, les palestiniens tentent de tuer le contre-exemple : l’Etat Israël, un pays qui a su intégrer des immigrants et développer son économie », a résumé Raphaël Israéli.

« Si la revendication au droit au retour des réfugiés palestiniens était acceptée, ce serait une injustice flagrante pour les Juifs exclus des pays arabes et la fin d’Israël », a déclaré Roger Cukierman, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), qui a poursuivi sur l’asymétrie des parcours : « Alors que les Juifs ont su s’intégrer dans leurs pays d’accueil, les Arabes ont maintenu volontairement les réfugiés dans des camps ».

Constatant le succès d’audience - 800 personnes – de ce symposium, Shmuel Trigano a noté le double refoulement normal et idéologique de cet exode par les Juifs qui l’ont vécu. « Avec l’Intifada II, on peut voir ce dont le monde est capable à l’égard des Juifs. Le refus palestinien à Camp David des propositions israéliennes est une machine infernale pour briser la dignité morale du peuple Juif. Cette stratégie a voulu exclure le peuple Juif des droits de l’homme, et transformer un conflit politique en conflit tribal, un Kosovo bis, en appelant à l’internationalisation du conflit au détriment d’Israël. Ce droit au retour des réfugiés palestiniens en Israël est un facteur de délégitimation d’Israël, une équation d’un simplisme ravageur. Il faut restaurer la légitimité morale d’Israël. De son vacillement, l’antisémitisme risque de se réveiller ». Il a insisté sur une facette occultée : « L’hospitalité arabo-musulmane est un argument de délégitimation d’Israël. Il faut ressusciter pour rendre justice : un monde a été englouti en une génération. Cette culture est-elle morte pour toujours ?». Refusant le « statut victimaire », le sociologue a exhorté le monde arabe à accepter que le « dhimmi est un sujet libre de son histoire et de l’Histoire ».

Eurodéputé français socialiste, François Zimeray s’est réjoui du vote récent d’un « amendement subordonnant l’aide européenne, notamment en matière éducative, à l’Autorité palestinienne au respect des droits de l’homme. La cause palestinienne est instrumentalisée pour présenter les victimes d’hier en bourreaux d’aujourd’hui et alléger la culpabilité occidentale liée à la Shoah ».

Par une parabole drôle, le Dr Avi Becker, Secrétaire Général du Congrès Juif mondial, a montré le problème d’Israël d’image, d’informations et de campagne vers les médias : même en cas de légitime défense patente, Israël ne peut se défendre sans être accusé d’agresser sans provocation. « Malgré les propositions généreuses de Ehud Barak à Camp David, les négociations ont achoppé sur la question des réfugiés palestiniens. Israël dispose d’arguments forts contre le droit au retour réclamé par les Palestiniens. En novembre 2001, à Jérusalem, des résolutions ont été adoptées pour une action internationale ». Et ce dans un contexte hostile de désinformations.

« Pourquoi les gouvernements israéliens ont-ils oublié la question des réfugiés Juifs, même d’un point de vue tactique ? » a interrogé Roni Milo, ministre israélien de la Coopération régionale, citant les accords d’Oslo II et soulignant que les termes « réfugiés » et « droit au retour » sont souvent accolés au vocable « palestinien ». Et d’ajouter : « Le problème des réfugiés palestiniens est utilisé contre Israël par les pays arabes qui ont refusé de le résoudre. La plupart des réfugiés palestiniens ont quitté Israël à la demande des leaders arabes, dans l’espoir à leur retour, après la destruction d’Israël, de prendre les biens Juifs. Cependant, certains Juifs ont forcé les Palestiniens à partir ». La question de l’exode oublié concerne non seulement Israël, mais aussi d’autres pays, dont la France.

Avec ironie, Roni Milo s’est interrogé sur la signification du droit au retour des réfugiés : « Serait-ce celui des Juifs vers les pays arabes ? » La paix étant une nécessité, la solution doit être avantageuse pour les deux parties. Que faire ? Convaincre le monde de la pertinence des arguments israéliens, rappeler les guerres déclenchées contre Israël, contrer les images orientées et manichéennes - tanks israéliens contre enfants palestiniens – de médias, etc.


Parmi les actions prônées par Stanley Urman, directeur exécutif du Centre pour la paix au Moyen-Orient (Etats-Unis) : favoriser les études historiques, sensibiliser l’opinion publique, les médias, des politiciens, des instances nationales, européennes et internationales, les « décideurs », etc. afin de contrer les stratégies arabes et faire valoir les droits des Juifs, notamment à compensations internationales.

Une « équation stratégique menaçante »
Pierre Lellouche a rassuré le maire de Tel-Aviv : « Il est peu probable que les Juifs exclus des pays arabes s’y précipitent ». « La frontière est une condition de paix. Le droit au retour est à géométrie variable. Selon que le pays concerné est fort ou faible, et guidée par des interprétations évolutives de « l’intérêt de la paix », la communauté internationale est pour contre le droit au retour. Si on convainc les gens que l’Etat Juif est né dans une terre qui ne lui appartient pas et que les Palestiniens peuvent y retourner, c’est la fin d’Israël ».

Son inquiétude est triple, relative à Israël, au défi pour la démocratie et à l’antisémitisme en France. C’est en tant que « Juif, Français et républicain » qu’il est inquiet. « Israël risque d’affronter un cocktail redoutable - stratégies arabe d’isolement international de « l’apartheid bis » et de contournement, guérilla interne »I. Un cocktail résultant en une impasse et né paradoxalement des accords d’Oslo : « Mettre les problèmes les plus difficiles - Jérusalem et le droit au retour des réfugiés palestiniens - est une bonne idée si les étapes intermédiaires se passent bien et constituent un socle de confiance. Le terrorisme de masse - attentats suicide, attentats du 11 septembre 2001 - manifeste un refus de la paix. C’est un défi à la démocratie et à l’Armée. Il s’analyse non comme un mode de négociation politique (Corse), mais comme un refus de la paix. Une démocratie ne peut faire face à cela, et l’Armée est conçue pour une guerre interétatique. Cette équation stratégique nouvelle menace la sécurité d’Israël.

Puis ce « brillant réfugié » a dénoncé trois idées fausses : « Le terreau des terroristes a été fabriqué par les échecs systémiques des leaders arabes depuis les indépendances, l’absence d’opposition démocrate et les faillites économiques. La seule alternative pour les musulmans a été la religion. Certains allèguent qu’il faut dissocier islam/islamisme et terrorisme et que le règlement du problème israélo-palestinien aurait permis d’éviter Ben Laden. Or, ses attentats ont commencé après les accords d’Oslo. ».

M. Lellouche a souhaité des « réflexions chez les intellectuels musulmans sur l’islam » et stigmatisé la résurgence d’un antisémitisme émanant du « politiquement correct » de gauche et d’arabo-maghrébins, et actualisant des stéréotypes traditionnels. Il a relevé « le parallélisme antisémitisme/antiaméricanisme/antisionisme et les dangers des dérives sémantiques. Dans une société multiconfessionnelle, héritière de la Révolution de 1789, ce regain d’antisémitisme, s’il n’est pas traité, risque de rendre la vie intolérable. Un devoir de veille s’impose ».

« En vue de l’élargissement de l’Union Européenne serait précieux le savoir-faire israélien : intégration d’immigrants pour en faire des citoyens, démocratie exemplaire, etc. Et pourquoi ne pas envisager de proposer à Israël d’adhérer à l’UE et d’œuvrer à son entrée dans la francophonie ? » Les liens entre l’idée européenne et le sionisme sont multiples : « En vue de l’élargissement de l’Union Européenne, serait précieux l’ingénierie et le savoir-faire israéliens : éducation de haut niveau, intégration de populations migrantes pour en faire des citoyens, maîtrise des nouvelles technologies, démocratie exemplaire, etc. Et pourquoi ne pas envisager de proposer à Israël d’adhérer à l’UE, puisque ces deux entités partagent les mêmes valeurs, et d’œuvrer à son intégration dans la francophonie ? », a déclaré François Zimeray.

Un combat d’idées
Abasourdi par le discours du président du CRIF du dîner annuel de cette organisation, M. Lellouche a stigmatisé la résurgence d’un antisémitisme qui vient du « politiquement correct » de gauche et des arabo-maghrébins et emprunte les mêmes images : Juifs bourreaux et exploiteurs, complot cosmopolite et mondial, etc. Il a souligné le parallélisme antisémitisme/antiaméricanisme/antisionisme et les dangers des dérives sémantiques. Dans une société multiconfessionnelle, ce regain d’antisémitisme s’il n’est pas traité, risque de rendre la vie intolérable. Un devoir de veille s’impose.


D'origine tunisienne, l’écrivain Albert Memmi a rappelé l’ancienneté du « problème arabe », perçu comme social - « si on supprime la pauvreté, on le résoudra » - sans relever son autre dimension, nationale : « Les Arabes acceptent l’aspiration nationale, sauf en Israël ». C’est cet aspect double qui n’est pas perçu par la gauche française, qui « a du retard dans l’analyse ». La solution ne peut être que politique, voire passer par un marchandage : « Tant qu’une majorité d’Arabes refusent cette solution, les Juifs seront les seuls à réclamer la paix ».

Serge Cwajgenbaum, Secrétaire Général du CJE, a conclu sur la campagne future de sensibilisation d’institutions européennes et internationales à ces thèmes après avoir présenté en Israël le résultat des travaux et réflexions menées à Paris sur l’histoire d’un exode celé...

ADDENDUM

En septembre 2012, l'Etat d'Israël a accueilli à Jérusalem une conférence sur cet exil et vient de lancer la campagne mondiale d'informations intitulée I am a refugee (Je suis un réfugié) sur cet exode. Une Déclaration sur la justice pour les réfugiés Juifs des pays arabes a été rendue publique à l'issue de cette conférence.
Le 14 juillet 2013, à l'initiative du parlementaire Shimon Ohayon (Likud Beiténou), le Comité ministériel pour la Législation a choisi le 17 février comme Journée nationale de commémoration des Juifs réfugiés ayant fui leurs pays nataux : Etats arabes, Turquie, Iran et partie de Jérusalem. Ce membre de la Knesset a aussi envoyé une lettre à Nabil el-Araby, secrétaire général de la Ligue arabe, pour l'informer que son organisation devrait "accepter la responsabilité historique pour l'humiliation, les souffrances et les pertes subies par des victimes Juives innocentes quand le monde arabe a déclaré la guerre à l'Etat d'Israël. En droit et en équité, la Ligue arabe doit assumer la pleine responsabilité pour assurer et réparer les droits des Juifs réfugiés, résultat direct des actions complices. C'est un élément important de toute future paix et réconciliation entre Juifs et Arabes au Moyen-Orient". Les organisations Jews from Arab Countries (JJAC) et le Congrès Juif mondial (WJC) ont soutenu la rédaction de ce texte et inciteront les communautés juives dans le monde à observer ce jour de commémoration. Le 17 février 1948, la Ligue Arabe a décidé que ses Etats-membres sanctionnent leurs populations Juives. 

Le 14 juillet 2013, à l'initiative du parlementaire Shimon Ohayon (Likud Beiténou), le Comité ministériel pour la Législation au sein de la Kensset a choisi le 17 février - date du plan arabe - comme Journée nationale de commémoration des Juifs réfugiés ayant fui leurs pays natals : Etats arabes, Turquie, Iran et partie de Jérusalem.  

Le 21 novembre 2013, le CJM, la Conférence des Présidents des principales organisations Juives américaines, Justice for Jews from Arab Countries et la mission de l'Etat d'Israël auprès des Nations unies ont organisé à l'ONU, un colloque sur cet exode et, le 14 novembre 2013, un rapport du parlement canadien a exhorté à reconnaitre cet exode.


La JJAC (Organisation internationale Justice pour les Juifs des pays arabes)  a séjourné en France les 11 et 12 juin 2014. Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice et procureur général du Canada, se joindra à la JJAC. Le CRIF "accompagnera l’action de la JJAC pour aborder le sujet de l’exode des Juifs des pays arabes" auprès des responsables politiques français. Une action trop rare du CRIF oublieux de ce fait tragique dans ses conventions et son dialogue avec des personnalités et organisations musulmanes.

"Après 1948, les Juifs du Moyen-Orient, en provenance  notamment d’Egypte, d'Irak, de Syrie et du Liban ont été expulsés de ces pays et déclarés réfugiés par le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations-Unies". La délégation du CRIF et du JJAC visitera "les archives historiques de l'Alliance Israélite Universelle (AIU), dont le réseau d'écoles a été le témoin de cette histoire dramatique et de l’accueil que la France, patrie des droits de l'homme, a pu réserver à une partie des communautés juives exilées". La délégation  rencontrera Sparacino-Thiellay, ambassadrice pour les droits de l'homme, Claude Goasguen, vice-président du groupe d’Amitié France Israël à l'Assemblée nationale "accompagné de plusieurs députés afin de rappeler les droits de tous les réfugiés du Moyen-Orient dans la perspective d'une solution durable aux conflits de la région". Elle s'entretiendra avec Irina Bokova directrice générale de l'UNESCO, " afin de demander la protection des sites historiques Juifs dans les pays arabes. La destruction de la synagogue de Jobar à Damas (Syrie) en mai 2014" témoigne de l'urgence d'une campagne de préservation des sites religieux qui portent la mémoire de la pluralité des fois dans un Orient en pleine recomposition".

Le 24 juin 2014, la Knesset a approuvé la proposition de loi instituant la journée du 30 novembre en Jour marquant l'exil des Juifs des terres arabes et d'Iran (Day Marking the Exit and Deportation of Jews from Arab Lands and Iran), et présentée par les parlementaires Shimon Ohayon (Likud Beiténou) et Nissim Zeev (Shas).

Plusieurs ministres se mobiliseront : celui des personnes âgées dirigera la cérémonie ouvrant la commémoration, celui de l'Education encouragera des activités éducatives liées à ce Jour et celui des Affaires étrangères organisera des événements, dont certains se dérouleront dans les ambassades israéliennes, afin d'augmenter la prise de conscience internationale des Juifs réfugiés ayant quitté les terres arabes et l'Iran et leur droit à indemnisation. La Knesset tiendra une réunion spéciale pour marquer ce Jour.

Cette loi précise : ”Durant ce long exode, les Juifs vivant en terres arabes ont subi de nombreux pogroms. Le monde arabe a répondu gravement au renforcement du mouvement national Juif et au sionisme à la veille" du rétablissement de l'Etat d'Israël. "Cette opposition s'est exprimée par des attaques cruelles à l'égard des Juifs et une augmentation des troubles contre eux. Des ordres et lois officiels émis par les régimes des terres arabes ont empêché les Juifs de bénéficier des droits de l'homme ou de ceux des citoyens ainsi que d'avoir un travail, leurs biens leur ont été confisqués, leur nationalité leur a été retirée. De nombreuses fois, les Juifs sont été victimes de meurtres, d'arrestations arbitraires infondées, d'emprisonnements, de torture et de déportation. De 1947 à 1972, environ 856 000 Juifs des terres arabes ont été déracinés, dépossédés de tout et sont devenus des réfugiés".

Cette loi omet malheureusement la Turquie, le Golan, la Judée, la Samarie et Jérusalem que les Juifs ont été alors contraints de quitter.

On ne peut s'empêcher de dresser un parallèle entre des actes infamants préjudiciables édictés contre ces réfugiés Juifs et ceux visant le Dr Lionel Krief ou Eva Tanger depuis plusieurs années dans la France républicaine du début du XXIe siècle.

Le choix du 30 novembre pour marquer les "droits des réfugiés Juifs des terres arabes s'explique ainsi : "Après la partition (de la Palestine mandataire] décidée par le Conseil de sécurité de l'ONU le 29 novembre", les Etats arabes ont attaqué activement les communautés Juives dans leur pays dans le but d'empêcher" la refondation d'un Etat Juif sur la terre d'Israël.

Il est difficile d''estimer la valeur des biens dont ces réfugiés juifs ont été spoliés lors de cet exode forcé : de quelle date à quelle date ? Quels pays inclut-on ? Additionne-t-on la valeur des biens détenus à titre individuel à ceux de la communauté juive locale - hôpitaux, écoles, synagogues, etc. - ? En 2008, la World Organization of Jews from Arab Countries (WOJAC) a estimé la valeur de ces biens à environ $100 milliards (valeur de 2006) et d'autres ont avancé $300 milliards (valeur de 2007). En 2018, YJ Draiman,  président d'AFSI de la Région du Grand Los Angeles, "les biens immobiliers de ces Juifs contraints de les laisser en terres Arabes ont été estimés à 120 000 km². La valeur actuelle est d'environ 15 trillions de dollars", soit  (150 billions - un billion est un million de millions ou mille milliards).

Selon un article en 2012 de Ron Prosor, ancien ambassadeur israélien, "la superficie totale des terres confisquées aux Juifs des pays Arabes atteint près de 40 000 miles carrés - cinq fois la taille d'Israël" et environ 104 000 km². 

Annual Kaddish 2019
Le 30 novembre est la Journée dédiée en Israël aux Juifs ayant du quitter les pays Arabes, l'Iran en quelques décennies. Le 30 novembre 2019, à l'initiative de Sass Peress, un Canadien Juif d'origine irakienne vivant à Montréal, le Kaddich a été dit dans 38 synagogues aux Etats-Unis, au Canada, à Londres et à Paris (synagogue Buffault) ; les fidèles prièrent pour les Juifs tués dans ce monde Arabe ou/et musulman et ceux qui y sont enterrés dans des cimetières interdits d'accès à leurs familles.

Qu'ont organisé en 2019 le CRIF, le Consistoire israélite de France et le FSJU pour rappeler cet exil ? Rien.

Valeur des biens juifs
En décembre 2019, Bloomberg, citant Mako, indiquait qu'Israël avait estimé, avec le concours d'un cabinet internationale d'experts-comptables la valeur des biens abandonnés par les Juifs qui ont fui ou ont été expulsés de huit pays du Moyen-Orient après la refondation de l'Etat d'Israël. Cette valeur serait de 250 milliards de dollars : 50 milliards de dollars pour les biens juifs en Tunisie (35) et Libye (15), et environ 200 milliards de dollars pour ceux laissés au Maroc, en Iraq, en Syrie, en Egypte, en Iran et au Yémen. Ce montant serait un élément à avancer dans le cadre du future plan de paix américain. Justice for Jews from Arab Countries (JJAC) a estimé qu'environ 856 000 Juifs ont fui dix pays Arabes, dont l'Algérie et le Liban, quand des émeutes violentes ont éclaté dans la région après le ré-établissement de l'Etat d'Israël. "L'heure est venue de corriger l'injustice historique des pogroms contre les Juifs dans sept pays Arabes et l'Iran, et de restituer aux centaines de milliers de Juifs qui ont perdu leurs propriétés ce qui est légalement à eux", a déclaré Gila Gamliel, ministre israélienne pour l'Egalité sociale, qui coordonne les dossiers d'indemnisations.
“The time has come to correct the historic injustice of the pogroms against Jews in seven Arab countries and Iran, and to restore to hundreds of thousands of Jews who lost their property what is rightfully theirs,” said Israeli Minister for Social Equality Gila Gamliel, who is coordinating the compensation suits.
Une loi israélienne, adoptée en 2010, précise que tout traité de paix doit aussi inclure un volet sur la compensation pour les biens détenus par les Juifs, spoliés, ou ayant du les abandonner pour fuir leur domicile dans des pays Arabes et en Iran.

So Israël réussit à obtenir des indemnisations, celles-ci seront distribuées par l'Etat via un Fonds spécial.

Voici une décennie, les "Palestiniens" avaient dit qu'ils exigeraient plus de 100 milliards de dollars en compensation à verser par Israël concernant des biens abandonnés en 1948.

Au sein du ministère israélien de la Justice, le Département des droits des Juifs originaires des pays Arabes (SDJOPA) est chargé d'enregistrer les pertes matérielles et les dommages moraux des Juifs originaires de ces pays.

Événements en 2020 
Depuis quelques années, à l'initiative d'un Juif irakien Sass Peress, des organisations juives demandent que le chabbat le plus proche du 30 novembre 2020 soient organisés dans des synagogues un Kaddish et une Azkara, ou Hazkara, pour les Juifs enterrés dans des cimetières situés dans ces pays et aux tombes souvent inaccessibles. Ces prières (Annual Kaddish for Jews buried in Arab countries) auront lieu le 28 novembre 2020. 

En raison du coronavirus, des prières pourront être téléchargées afin d'être récitées à domicile. 

Le 30 novembre 2020, à 17 h 30 heure de Jérusalem, 16 h 30 heure de Paris, 15 h 30 heure de Londres, aura lieu une conférence Zoom en direct de Jérusalem. Diverses salles thématiques évoqueront les divers aspects de cet exode. 

Une réunion virtuelle pour toutes les générations. Ce qui est appréciable en cette période de distanciation sociale imposée par la gestion politico-sanitaire du coronavirus.

"En plus de la diffusion principale, des salles de zoom spécifiques aux communautés seront ouvertes. Vous êtes invités à rejoindre votre salle communautaire, et nous vous partagerons peut-être à l’écran ! La salle est limitée à 1 000 participants pour chaque communauté – inscrivez-vous au plus vite pour réserver votre place. Les salles communautaires ouvriront environ une demi-heure avant l’émission". Journaliste, auteure de "Uprooted. How 3000 Years of Jewish Civilization in the Arab World Vanished Overnight" et du blog JewishRefugees riche en informations, Lyn Julius présentera la partie intitulée "Patrimoine Juif aux pays arabes : Est-il perdu ?" et suivie d'un débat. 

On peut s'inscrire à la salle internationale en français sur le site Internet https://www.30november2020.com/fr/?ref=ma qui retransmettra en direct l'évènement.

Cette conférence est accompagnée par un spectacle musical avec les plus grands chanteurs d'Israël. Il débutera à  18 h, heure de Jerusalem, 17 h, heure de Paris. "Cette année nous nous retrouverons à cette date pour le plus grand événement juif et familial du monde, pour un concert musical spectaculaire et unique au cœur de Jérusalem. Nous célébrerons ensemble le renouveau de la culture juive libanaise, syrienne, irakienne, yéménite, égyptienne, marocaine, libyenne, tunisienne, algérienne et iranienne, et nous verrons des concerts exceptionnels et traditionnels de participants des différentes communautés". 

"Assistez au spectacle extraordinaire de l’âge d’or d’aujourd’hui, une génération jeune et dynamique qui perpétue la tradition des générations précédentes et présente les créations et la richesse culturelle du judaïsme oriental à l’aube du XXIe siècle." Présentateurs : Liraz Charhi et Amos Tamam. Artistes participant à la soirée : Eliad Nahum, Gila Bashari, Yuval Dayan, Liron Amram, Nitai et Ilai Tzarfati, Subliminal – Kobi Shimoni, Amir Benayun, Shiri Maimon, Shlomit Buchnik, Sarit Hadad, Raphael Hayon, Tamar Shauki, Shuki and Dorit Shauki.

"Le récit de chaque communauté a une place toute particulière dans l’histoire d’Israël. Chaque communauté a participé à la réalisation du rêve d’un foyer pour le peuple Juif et a contribué à la richesse culturelle de notre vie ici". Ce site Internet présente un résumé de la vie juive dans ces pays : Liban, Syrie, Irak, Yémen, Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Iran".


Articles sur ce blog concernant :
Cet article a été publié en une version courte par Actualité juive hebdo, et sur ce blog le 14 septembre 2012 et le :
- 4 octobre 2013 alors qu'à l'université de Yale (Etats-Unis) se tenait le colloque Exodus or Exile?: The Departure of Jews from Muslim Countries 1948-1978 ;
- 21 novembre 2013. Le CJM, la Conférence des Présidents des principales organisations Juives américaines, Justice for Jews from Arab Countries et la mission de l'Etat d'Israël auprès des Nations unies organisent ce jour, à l'ONU, un colloque sur cet exode et, le 14 novembre 2013, un rapport du parlement canadien a exhorté à reconnaitre cet exode ;
- 7 mars, 11 juin et 30 novembre 2014, 5 février 2015 à la mémoire de Sir Martin Gilbert (1936-2015), historien célèbre pour ses atlas historiques, ses livres sur l'histoire du peuple Juif, notamment In Ishmael’s House: A History of Jews in Muslim Lands (2010), et biographe officiel de Winston Churchill ;
- 30 novembre 2015, 30 novembre 2016, 30 novembre 2018, 30 novembre 2019.