Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 29 octobre 2018

Rudolph Maté (1898-1964)


Rudolph Maté (1898-1964) est un réalisateur et producteur né dans une famille juive à Cracovie. Sa carrière cinématographique en Hongrie, Autriche, Allemagne, Royaume-Uni et France, puis Hollywood, couvre plus de quarante ans. Arte diffusera le 29 octobre 2018 « Midi, gare centrale » (Das Labyrinth) par Rudolph Maté. 

Fred Astaire (1899-1987)

Rudolph Maté (1898-1964) est un réalisateur et producteur né dans une famille juive à Cracovie. 

Diplômé de l'université de Budapest, il débute en 1919 comme assistant cameraman pour Alexander Korda en Hongrie, puis dans divers pays européens, parfois avec son collègue l'opérateur Karl Freund (1890-1969). On retrouve son nom au générique de films de Carl Dreyer, notamment The Passion of Joan of Arc (1928) et Vampyr (1932). Il dirige la deuxième équipe ou excelle dans la direction de la photographie, notamment pour Prix de beauté (Miss Europe) d'Augusto Genina en 1930 avec Louise Brooks. 

Sa carrière cinématographique en Hongrie, Autriche, Allemagne, au Royaume-Uni, en France - Liliom de Fritz Lang (1934),  Le Dernier Milliardaire (The Last Billionaire) de René Clair (1934) -, puis vers 1935 à Hollywood, couvre plus de quarante ans.

A Hollywood, il est directeur photo pour Elle et lui (Love Affair) de Leo McCarey (1939) avec Irene Dunne et Charles Boyer, La Maison des sept péchés (Seven Sinners) réalisé par Tay Garnett (1940) avec Marlene Dietrich et John Wayne, Mon épouse favorite (My Favorite Wife) de Garson Kanin avec Irene Dunne, Cary Grant et Randolph Scott, Jeux dangereux (To Be or Not to Be) de Ernst Lubitsch (1942), La Reine de Broadway (Cover girl) de Charles Vidor (1944), Gilda de Charles Vidor (1946) avec Rita Hayworth et Glenn Ford (1947), La Dame de Shanghai (The Lady from Shanghai) d'Orson Welles.

Rudolph Maté a été nommé pour l'Oscar de la meilleure photographie pendant cinq années consécutives, pour des films en noir et blanc ou en couleurs, pour Foreign Correspondent d'Alfred Hitchcock (1940), That Hamilton Woman de Alexander Korda (1941), The Pride of the Yankees de Sam Wood (1942), Sahara de Zoltan Korda (1943), Cover Girl de Charles Vidor'(1944).

En 1947, Rudolph Maté réalise son premier film It Had to Be You avec Ginger Rogers et Cornel Wilde. Suivent No Sad Songs for Me (1950), When Worlds Collide (1951), et The 300 Spartans (1962)...

« Midi, gare centrale »
En 1950, Rudolph Maté réalise « Midi, gare centrale » (Das Labyrinth ; Union Station). « La gigantesque traque des ravisseurs d'une jeune héritière parmi la foule de la gare de Chicago... Réalisme et noirceur s'imbriquent dans ce policier ferroviaire habilement mené par Rudolph Maté, le réalisateur de "D.O.A. - Mort à l'arrivée" (1950) ».

« Dans la gare de Chicago, la secrétaire de Henry L. Murchison, un riche industriel, repère deux passants suspects et donne l'alerte. Peu après, on découvre que des hommes ont enlevé la fille aveugle du magnat et qu'ils réclament une énorme rançon. La traque s'organise alors dans la gare, ce qui pose un problème de taille : cachés parmi la foule des voyageurs, les ravisseurs sont difficiles à coincer. »

« Tout le suspense et l'originalité de ce policier ferroviaire repose sur son unité de lieu : la gare centrale, spectaculaire décor dont Brian De Palma exploitera plus tard le potentiel dramatique, dans Les incorruptibles ». 

« Dans ce lieu labyrinthique transitent des milliers d'individus, parmi lesquels les ravisseurs croient agir en toute impunité. Mais les policiers échafaudent une gigantesque souricière, au point qu'on ne sait jamais si les passants qui défilent font partie du plan ou pas ». 

« Orchestrées par l'acteur William Holden, parfait en inspecteur chevronné aux méthodes expéditives, planques, filatures et courses-poursuites se déroulent dans les moindres recoins de la gare. Un film noir assez réaliste, mené d'un bon train par Rudolph Maté ».


« Midi, gare centrale » par Rudolph Maté
Etats-Unis, 1950, 78 min
Image : Daniel L. Fapp
Montage : Ellsworth Hoagland
Musique : Heinz Roemheld
Production : Paramount Pictures
Producteur/-trice : Jules Schermer
Scénario : Sydney Boehm
Avec Nancy Olson, William Holden, Barry Fitzgerald, Lyle Bettger, Jan Sterling, Allene Roberts, Herbert Heyes
Auteur : Thomas Walsh
Sur Arte le 29 octobre 2018 à 22 h 55

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire