Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 16 octobre 2018

George Gershwin (1898-1937)


Compositeur juif américain, George Gershwin (1898-1937) a écrit ces chansons et spectacles musicaux marquants du XXe siècle. Arte diffusera le 21 octobre 2018 "Gershwin, le classique américain" (Gershwin, der amerikanische Klassiker), documentaire de Jean-Frédéric Thibault. Compositeur juif américain, George Gershwin (1898-1937). Au travers de quatre de ses plus grandes oeuvres, "Rhapsody in Blue", "Concerto in F", "Un Américain à Paris" et "Porgy and Bess", portrait de George Gershwin, un autodidacte timide mais sûr de son génie, disparu en 1937 à l'âge de 38 ans."

Le siècle du jazz
George Gershwin (1898-1937) 

"True music must repeat the thought and aspirations of the people and the time. My people are Americans and my time is today" (« La musique doit refléter les idées et les aspirations des gens et de leur temps. Pour moi, les gens, ce sont les Américains et le temps, c’est aujourd’hui »), a déclaré George Gershwin.

George Gershwin est né Jacob Gershowitz en 1898, à Brooklyn, New York (États-Unis), dans une famille juive nombreuse – quatre enfants -, ouvrière, d’origine russe. Il américanisera son nom en Gershwin.

Enfant prodige, il se passionne pour la musique, et étudie le piano avec des professeurs qui remarquent son génie : Charles Hambitzer, Edward Kilenyi.

Il se familiarise avec la musique Klezmer – influence notable dans « S Wonderful », « Funny Face » -, les musiques afro-américaines, dont le jazz, et développe un goût pour la musique moderne française ainsi qu’un intérêt pour la gamme pentatonique.

En 1914, il débute comme interprète, pianiste, et vendeur de chansons chez Jerome H. Remick and Co., entreprise qui fabrique des partitions musicales.

En 1916, la Harry von Tilzer Company publie sa première chanson (When you want 'em, you can't get 'em, when you've got 'em, you don't want 'em), et en 1917 il édite sa première pièce pour piano, Rialto Ripples.

George Gershwin quitte Remick’s et accompagne les spectacles de vaudeville de Fox’s City Theater. Là, il crée ses œuvres, et fait la connaissance de Jerome Kern et Victor Herbert.

1919 marque un premier tournant dans la carrière de George Gershwin. Il est employé par l’éditeur T. B. Harms Co comme compositeur. Son premier succès : I Was So Young, You Were So Beautiful (1919).

La même année, Gershwin compose tous les morceaux du musical La, La, Lucille. Pour Demi-Tasse, il compose en dix minutes, avec le parolier Irving Caesar, vingtenaire comme lui, la chanson Swanee. Al Jolson l’entend lors d’une soirée, et l’intègre dans Sinbad, spectacle à succès au Winter Garden Theatre, et l’enregistre pour Columbia Records en janvier 1920. Gershwin disait : « Swanee a pénétré les quatre coins de la Terre ». La chanson est n°1 en 1920 pendant 18 semaines dans les Charts américains. George Gershwin en vend un million de copies, et environ deux millions de disques. C’est le premier standard et la chanson best-seller de sa carrière. Ce qui lui donne la liberté de se concentrer sur son œuvre : composer pour les salles de spectacles et les films, donner des concerts pour populariser ses œuvres. Le titre « Swanee » a aussi été immortalisé par Judy Garland dans A Star Is Born (Une Etoile est née).

Avec son frère parolier Israel Gershwin (1896-1983), dit Ira Gershwin, George Gershwin compose des chansons popularisées par Fred Astaire ou le producteur de spectacles Florenz Ziegfeld - Rhapsody in Blue (1924), Concerto pour piano en fa (1925), Un Américain à Paris (1928) -, crée le jazz symphonique et conçoit des comédies musicales qui rencontrent un succès commercial et critique.

George Gershwin fait la connaissance de célèbres compositeurs européens : Maurice Ravel à New York en 1928, Alban Berg à Vienne, Arnold Schönberg… Malgré sa réussite professionnelle et ses concerts, il continue d’étudier auprès de professeurs et de compositeurs. Et peint des aquarelles.

A Hollywood, George Gershwin s’installe pour composer des chansons populaires rendues célèbres notamment par Ella FitzgeraldLouis Armstrong ou Herbie Hancock, ainsi que des partitions pour des films.

Ami des stars, il se lie avec les actrices Paulette Goddard, Simone Simon…

Signe de son succès et de sa popularité : en 1934, il anime l’émission radiophonique bi-hebdomadaire Music by Gershwin.

Le Summertime de Gershwin à Charleston

Dans le cadre d’Invitation au voyage (Stadt Land Kunst) par Fabrice Michelin sur Arte, « Linda Lorin nous emmène à la découverte de trois lieux qui appartiennent à notre patrimoine artistique, culturel et naturel. Dans ce numéro : « Le Summertime de Gershwin à Charleston »  (Gershwin und Charleston), en Caroline du Sud - Hérode le Grand, bâtisseur de Judée - L’incontournable : à Versailles, le Petit Trianon ».

« Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Charleston, en Caroline du Sud, était du fait de l'esclavage l'une des villes les plus riches des États-Unis. George Gershwin (1898-1937), qui la découvre en 1933, y compose Porgy and Bess, le premier opéra noir et son emblématique chanson, « Summertime ». Une révolution dans l’Amérique pratiquant la ségrégation raciale. Le livret est signé Ira Gershwin et DuBose Heyward. L’œuvre est adaptée de la pièce de théâtre Porgy de Dorothy et DuBose Heyward, créée à Broadway en 1927 et adaptée du roman Porgy de DuBose Heyward (1925).

Ces trois œuvres évoquent la vie d’Afro-Américains dans un quartier imaginé, Catfish Row, à Charleston (Caroline du Sud) au début des années 1930 : Porgy, mendiant handicapé, s’efforce de protéger Bess, mariée à un voyou, Crown, et que Sportin’ Life veut rendre dépendante de la cocaïne et prostituer. En 1935, a lieu la première de l’opéra de près de quatre heures, mêlant en trois actes jazz, musique populaire et style européen, Porgy and Bess à Boston et New York. Un classique de la culture outre-atlantique.

Summertime (1934) est la chanson la plus célèbre de l’opéra. Cette berceuse chantée par Clara à son enfant, puis par Bess, a été enregistrée pour la première fois en 1935 par Abbie Mitchell accompagnée au piano par George Gershwin qui dirige l’orchestre.

George Gershwin décède d’une tumeur au cerveau le 11 juillet 1937 (à 38 ans) à Los Angeles, Californie.

Son frère Ira Gershwin (1896-1983), parolier, en sera profondément affecté et et s'est consacré notamment à faire perdurer le patrimoine artistique de son cadet.

En 1959, Otto Preminger réalise une adaptation cinématographique de l’opéra, avec Sidney Poitier, Dorothy Dandridge et Sammy Davis Jr.

"Gershwin, le classique américain
Arte diffusera le 21 octobre 2018 "Gershwin, le classique américain" (Gershwin, der amerikanische Klassiker), documentaire de Jean-Frédéric Thibault. Compositeur juif américain, George Gershwin (1898-1937). Au travers de quatre de ses plus grandes oeuvres, "Rhapsody in Blue", "Concerto in F", "Un Américain à Paris" et "Porgy and Bess", portrait de George Gershwin, un autodidacte timide mais sûr de son génie, disparu en 1937 à l'âge de 38 ans."

Depuis 80 ans, Rapsodyin Blue, le Concerto pour piano et l’Ouverture Cubaine ne quittent le répertoire des plus grands orchestres du monde. Depuis 80 ans, Porgy and Bess fait partie de la programmation des salles d’opéra dans le monde et Summertime reste l’un des airs les plus célèbres jamais composés. Depuis 2015, la comédie musicale tirée de An American in Paris est jouée par quatre troupes en alternance, sur les plus grandes scènes de music-hall mondiales. Plus que jamais, George Gershwin est à l’honneur dans le monde musical. Devenu « classique », il est aussi l’un des créateurs des plus célèbres comédies musicales américaines. Symbole absolu de la réussite « made in US », il su créer pour le continent américain une musique sur mesure, empreinte d’influences multiples, dans laquelle chaque américain peut retrouver une partie de ses propres racines et chaque européen son histoire personnelle. Notre histoire de George Gershwin est l’histoire de « l’invention » d’une certaine culture américaine, séduisante, désinhibée, résolument moderne et toujours innovante."

"En juillet 1925, le Time Magazine consacre sa couverture à celui qu’il présente comme le plus grand compositeur national : George Gershwin. De par ses origines modestes et la popularité de sa musique, irriguée par le swing et le jazz, cet autodidacte de 26 ans, fils d'immigrants juifs ayant fui la Russie des pogroms, incarne une nouvelle et séduisante version du rêve américain".

 "Avec son frère aîné et parolier Ira, ils sont les auteurs de dizaines de chansons fredonnées d'un bout à l'autre du pays, et peaufinées parfois avec le jeune danseur Fred Astaire. Mais c'est sa Rhapsody in Blue, subtile combinaison de jazz et de classique, écrite en cinq semaines en 1924, qui a consacré ce jeune homme timide et bravache à la fois, aussi sûr de son génie qu'assoiffé de reconnaissance. Avec cette œuvre orchestrale novatrice, il a été le premier compositeur de Broadway à tenter une incursion dans l’univers fermé de la grande musique…"

"À l'aide d'émouvantes archives, commentées par des spécialistes, Jean-Frédéric Thibault retrace chronologiquement la vie brève de George Gershwin, qui sera emporté prématurément par une tumeur au cerveau, en 1937. Ce portrait swingant s'articule autour de quatre de ses compositions les plus importantes : Rhapsody in Blue, donc, mais aussi Concerto in F, Un Américain à Paris et Porgy and Bess. Chacune a bousculé les codes de son temps et suscité la polémique, mais aussi récolté un succès public immédiat. Ce fut le cas de Porgy and Bess, qui a déstabilisé le cénacle de l'opéra avec son casting exclusivement noir – une déclaration de guerre délibérée de George Gershwin à la ségrégation – et sa tonalité jazzy. Une musique follement inventive, aussi paradoxale, inclassable et séduisante que son auteur."


"Gershwin, le classique américain" de Jean-Frédéric Thibault
France, Illégitime Défense, 2018, 53 min
Sur Arte les 21 octobre 2018 à 23 h 05, 17 novembre 2018 à 5 h 40
Visuels :
Le pianiste et compositeur américain George Gershwin, [1898-1937]
George Gershwin et son frère Ira Gershwin, aux Etats-Unis.
George Gershwin (au milieu), Fred Astaire (au 1er plan) et Ira Gershwin(au dernier plan) à Hollywood en 1937.
George Gershwin et son frère Ira, en compagnie de Guy Bolton (au dernier plan).
© DPA / Photononstop

Le pianiste et compositeur américain George Gershwin, à gauche [1898-1937]
© Mary Evans Picture Library / P

France, 2018, 39 min
Sur Arte les 31 mai 2018 à 16 h 30, 17 novembre 2018 à 5 h 40

Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié le 30 mai 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire