Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 24 décembre 2020

Anthony Mann (1906-1967)

Anthony Mann (1906-1967) est un réalisateur - Winchester '73, Les Affameurs, L'Appât, Je suis un aventurier, L'Homme de la plaine, Le Cid, La Chute de l'Empire romainet scénariste américain qui a débuté comme acteur. Arte diffusera le 28 décembre 2020 « Les affameurs » (Meuterei am Schlangenfluss) d’Anthony Mann.

Anthony Mann (1906-1967) débute comme comédien, puis, en 1934, il créée la Stock Company, une troupe théâtrale qui comprendra notamment James Stewart.

En 1938, la maison de production Selznick International Pictures l'engage pour contrôler les essais d'acteurs sur des films hollywoodiens tels Autant en emporte le vent ou Rebecca

Puis, il est promu assistant de Preston Sturges à Paramount Pictures, et réalise son premier film, Dr. Broadway. Il poursuit avec des séries B, comédies et films noirs pour d'autres studios hollywoodiens : la RKO Pictures et Universal. 

En 1947, Anthony Mann réalise Desperate, premier de ses films dont il a signe aussi le scénario.

En 1950, il dirige son premier western, La Porte du diable. Avec John Ford, Howard Hawks et Henry Hathaway, il forge les règles de ce genre cinématographiques, et recourt avec talent au CinemaScope en situant l'action de ses films dans de vastes espaces. Dans ses westerns, il privilégie une conception classique, voire « sensationnaliste » : l'action prime, tout en intégrant une histoire d'amour. Ses héros sont généralement plus complexes, avec un passé compliqué, aspirant à se racheter ou à regagner l'estime de soi, loin de ceux de John Ford : ainsi, James Stewart dans Les Affameurs et de Gary Cooper dans L'Homme de l'Ouest. Ses films évoquent aussi les pionniers isolés dans une nature majestueuse, mais sauvage. Une veine psychologique qui inspirera Sam Peckinpah. 

En 1957, Anthony Mann dirige son premier film de guerre, Cote 465 (Men in War), où il applique sa méthode expérimentée dans ses westerns et films noirs.

En 1959, Kirk Douglas le recrute pour réaliser sa superproduction hollywoodienne Spartacus réunissant un générique de rêve. Mais la conception du producteur Kirk Douglas ne correspond pas à celle d'Anthony Mann qui est licencié. Kirk Douglas retrouvera ce réalisateur en 1965 dans Les Héros de Télémark, film britannique inspiré de la bataille de l'eau lourde durant la Deuxième Guerre mondiale

Anthony Mann  réalise en 1962 Le Cid avec Charlton Heston et Sophia Loren, et en 1964 La Chute de l'Empire romain.

Il meurt prématurément lors du tournage de Maldonne pour un espion, que terminera l'acteur Laurence Harvey.

« Les affameurs »

Arte diffusera le 28 décembre 2020 « Les affameurs » (Meuterei am Schlangenfluss ; Bend of the River), film américain (western) réalisé par Anthony Mann (1952), avec James Stewart (Glyn McLyntock), Arthur Kennedy (Emerson Cole), Rock Hudson (Trey Wilson), Jay C. Flippen (Jeremy Baile), Julie Adams (Laura Baile). C'est l'un des six films du réalisateur avec James Stewart.

« Entre rédemption et trahison, la confrontation impitoyable de deux anciens hors-la-loi, chargés d’escorter un convoi de colons... Visuellement somptueux, le premier western en Technicolor d’Anthony Mann, avec le grand James Stewart. »

« En 1846, Glyn McLyntock, ancien repris de justice, mène un convoi de pionniers à travers l’Oregon. En chemin, il sauve la vie d’Emerson Cole, sur le point d’être pendu pour vol, et le prend sous son aile. Arrivés à Portland, les colons achètent un stock de vivres à un négociant local, avant de reprendre, par bateau, la direction des terres vierges. Quelque temps plus tard, alors que l’hiver approche à grands pas et que les provisions n’ont toujours pas été livrées, McLyntock et Jeremy Baile, le chef de l’expédition, retournent à Portland pour réclamer leur dû. Mais la cargaison déchaîne les convoitises, la ruée vers l’or ayant provoqué une inflation des produits alimentaires… »

 « Deuxième des cinq westerns tournés par Anthony Mann avec James Stewart, Les affameurs développe les thèmes classiques de la trahison et de la vengeance en orchestrant un duel à mort entre deux hommes en quête de rédemption, dont les liens de solidarité naissants se fracasseront sur l’autel de la cupidité ». 

« Progressant au rythme du convoi, le scénario, classique, est transcendé par l’interprétation sans faille de Stewart, héros intrépide et droit, et Arthur Kennedy, son double maléfique, impressionnant de duplicité masquée ». 

« Pour son premier film en Technicolor, Anthony Mann fait preuve d’une remarquable maîtrise visuelle, les paysages sauvages et grandioses du Far West servant de décor à une explosion de couleurs époustouflante ».


« Les affameurs » d’Anthony Mann 

Etats-Unis, 1952

Scénario : Borden Chase

Production : Universal International Pictures

Producteur : Aaron Rosenberg

Image : Irving Glassberg

Montage : Russell F. Schoengarth

Musique : Hans J. Salter

Auteur : Bill Gulick

Costumes : Rosemary Odell

Décors de film : Russell A. Gausman, Oliver Emert, Bernard Herzbrun, Nathan Juran

Son : Leslie I. Carey, Joe Lapis

Avec James Stewart (Glyn McLyntock), Arthur Kennedy (Emerson Cole), Rock Hudson (Trey Wilson), Jay C. Flippen (Jeremy Baile), Julie Adams (Laura Baile), Lori Nelson (Marjie Baile), Stepin Fetchit (Adam), Harry Morgan (Shorty), Chubby Johnson (le capitaine Mello), Howard Petrie (Tom Hendricks), Jack Lambert (Red), Frank Chase (Wasco), Frank Ferguson (Tom Grundy)

Sur Arte le 28 décembre 2020 à 20 h 50

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire