Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 10 janvier 2020

Johnny Weissmuller (1904-1984)


Johnny Weissmuller (1904-1984) était un champion olympique et acteur hollywoodien, né dans l'actuelle Roumanie et naturalisé américain. Il acquiert une célébrité mondiale en incarnant durant les années 1930 et 1940 Tarzan, personnage inventé par Edgar Rice Burroughs dans Tarzan seigneur de la jungle (1912). Arte diffusera le 13 janvier 2020 « Tarzan trouve un fils » (Tarzan und sein Sohn) de Richard Thorpe, puis « Tarzan, le seul, le vrai » (Der einzig wahre Tarzan) est un documentaire réalisé par Florin Iepan.


Fred Astaire (1899-1987)

Johann Peter Weissmüller naît en 1904 à Freidorf, alors dans l'empire austro-hongrois, actuellement en Roumanie. En 1905, sa famille chrétienne et pauvre émigre aux Etats-Unis.

Âgé de neuf ans, pour vaincre sa poliomyélite, Johann Peter Weissmüller, alors apatride, pratique, sur les conseils de son médecin, la natation. Athlétique, il arrive à un niveau excellent.

Cinq fois médaillé d'or aux Jeux olympiques, recordman pendant dix ans du 100 m nage libre, titulaire de 25 records mondiaux en natation tout en représentant les Etats-Unis - alors qu'au début de sa carrière sportive, il était apatride et avait utilisé illégalement les papiers d'identité de son frère -... En 1929, la firme de sous-vêtements masculins BVD (Bradley, Voorhees & Day) le recrute comme mannequin et représentant.

Hollywood le remarque et lui offre d'incarner Tarzan à douze reprises pendant les années 1930 et 1940. Johnny Weissmuller, qui assure ses cascades, acquiert le rang de star mondiale. Il n'arrive pas à changer d'emploi.

Sa vie privée est moins heureuse, marquée par cinq mariages et quatre divorces - son troisième mariage le ruine et son ex-femme parvient à obtenir qu'il ne voie plus ses trois enfants.

La carrière cinématographique de Johnny Weissmuller décline car l'acteur est trop marqué par le rôle de Tarzan. Endetté, l'acteur effectue des tournées en Europe où sa célébrité perdure et où il parvient à gagner de l'argent. De mauvaises affaires, l'alcoolisme, de mauvais choix d'investissement... La fin de la vie de Johnny Weissmuller est ponctuée de tragédie - décès de l'une de ses filles enceinte de quatre mois lors d'un accident de la route -, d'activités mineures - accueil des clients d'un palace de Las Vegas -, et de problèmes de santé. 

Parmi les stars de Hollywood que Johnny Weissmuller connaissait, seule Linda Christian se rend à l'enterrement de l'acteur.

“Tarzan a été un vrai phénomène culturel en Israël”, a déclaré Eli Eshed, auteur de “Tarzan in the Holy Land” (1999). Non seulement parce que beaucoup de Juifs, en Eretz Israël ou en diaspora, ont cru à tort que Johnny Weissmuller était juif, mais parce que "“Tarzan était un modèle pour la manière dont le nouveau Juif, le Sabra israélien, était censé être : un homme puissant de la terre et en contact avec la nature, les indigènes, les animaux - l'opposé absolu du Juif âgé et faible du ghetto qui avait coupé tout lien avec tous ces éléments.”

Dans son livre “Beor Hatkhelet Ha’aza” (1979) traduit en anglais en 1995 sous le titre de “Under This Blazing Light,” le romancier israélien Amos Oz se souvenait : “Tarzan pour nous était un Juif puisqu'il combattait toujours "seul contre tous" et parce qu'il était intelligent ainsi qu'astucieux et ses ennemis était stupides.” En Palestine mandataire, et aux débuts de l'Etat d'Israël, Tarzan a été le protagonistes d'histoires dans lesquelles il aidait des Juifs à immigrer illégalement en Palestine mandataire, servait le jeune Etat renaissant, s'alliait au Mossad pour capturer à Moscou un criminel de guerre nazi...

Banni par les Nazis, Tarzan a été instrumentalisé par la propagande arabe anti-israélienne en hébreu alléguant qu'il combattait avec les Palestiniens "les Juifs qui voulaient dominer le monde".

« Tarzan trouve un fils »
« Tarzan trouve un fils » est réalisé par de Richard Thorpe (1939). « Unique survivant du crash d’un avion dans la jungle, un bébé est adopté par Tarzan et Jane, qui le nomment Boy...  Rempli de péripéties, un épisode sentimental de la célèbre saga, avec le couple Johnny Weissmuller et Maureen O’Sullivan. »


« L’enfant, espiègle, grandit. Mais cinq ans plus tard, des parents des victimes organisent une expédition pour retrouver l’épave et d’éventuels survivants. Découvrant l’existence de Boy, ils veulent le récupérer, mais l’un d’eux cherche surtout à priver l’enfant de l’héritage qui lui échoit. Alors que Tarzan refuse de livrer le garçon à sa famille, Jane, elle, s’inquiète pour son avenir. »

« Dans cette suite des aventures de Tarzan, avec l’icône Johnny Weissmuller, son cri – emprunté, disait l’acteur, à sa mère autrichienne ? et sa non moins incontournable partenaire Maureen O’Sullivan dans le rôle de Jane, la MGM ressuscitait le couple mythique de la jungle pour le confronter à la parentalité ». 

« Performances physiques (et nautiques), scènes exotiques avec déluge de lianes et pléthore d’animaux sauvages, dont un éléphanteau complice de Boy, rebondissements en cascades et perversion de la civilisation : cet épisode romanesque, réalisé comme les précédents par l’expert Richard Thorpe, réunit les ingrédients qui ont fait le charme de la saga. Mais l’irruption de l’enfant (le précoce athlète Johnny Sheffield) contribue opportunément à renouveler le genre au travers d’un enjeu supplémentaire. Tarzan et Jane, déchirés par un conflit intérieur, hésitent entre garder leur fils adoptif ou le laisser renouer avec ses origines ».

« Tarzan, le seul, le vrai »
« Tarzan, le seul, le vrai » (Der einzig wahre Tarzan ; The One, the Only, the Real Tarzan) est un documentaire réalisé par Florin Iepan. « La véritable histoire de Johnny Weissmuller ou comment un champion de natation roumain est devenu un sex-symbol mondial grâce au personnage de Tarzan. »

« Jeux olympiques de Paris, 1924. Le nageur Johnny Weissmuller fait sensation en remportant trois médailles d’or. Il est le premier athlète au monde à parcourir 100 mètres en moins d’une minute (avec la tête hors de l’eau, comme on le faisait à l’époque) ». 

« Pour ce jeune Roumain – il n’a pas encore la nationalité américaine, même si ses performances étoffent le palmarès des États-Unis –, c’est le début de la gloire et d’une étonnante carrière ». 

« Le réalisateur Florin Iepan en retrace les étapes : l’arrivée à Hollywood et le tournage des premiers films inspirés des aventures de Tarzan ; la façon dont Weissmuller, pourtant considéré comme l’un des plus mauvais acteurs d’Hollywood, s’impose en sex-symbol ; les heures de gloire, puis les échecs conjugaux à répétition (cinq mariages) ; ses brouilles avec ses enfants (souvent accompagnées de procès) ; ses prestations devant les soldats américains pendant la Seconde Guerre mondiale, sa triste fin à Acapulco… » 

« Riche en archives inédites, le film s’appuie sur les témoignages de son fils Johnny Weissmuller Jr, sa fille Wendy, de l’une de ses ex-femmes Allene Gates, de Danton Burroughs (petit-fils du romancier Edgar Rice Burroughs, le créateur de Tarzan) ainsi que d’anciens partenaires de tournage. » L'une de ses anciennes épouses confie combien Johnny Weissmuller était complexé par sa taille, celle de ses mains et pieds, combien il était angoissé à l'idée de se rendre au studio de tournage, et combien il a longtemps eu peur que la révélation de son secret de jeunesse induise le retrait de ses médailles.


« Tarzan trouve un fils » de Richard Thorpe
Etats-Unis, 1939
Auteur : Edgar Rice Burroughs
Scénario : Cyril Hume
Production : MGM
Producteur/-trice : Sam Zimbalist
Image : Leonard Smith
Montage : Frank Sullivan, Gene Ruggiero
Musique : William Axt
Avec Johnny Weissmuller, Maureen O'Sullivan, Johnny Sheffield, Ian Hunter, Henry Stephenson, Frieda Inescort, Henry Wilcoxon, Morton Lowry, Laraine Day
Sur Arte le 13 janvier 2020 à 20 h 55

« Tarzan, le seul, le vrai » par Florian Iepan 
Allemagne, 2004, 52 min
Sur Arte le 13 janvier 2020 à 22 h 15. Disponible du 06/01/2020 au 12/03/2020


Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur les films sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire