dimanche 4 juin 2017

« L’Homme qui tua Liberty Valance » par John Ford


Arte diffusera le 5 juin 2017 « L’Homme qui tua Liberty Valance » (The Man Who Shot Liberty Valance ; Der Mann, der Liberty Valance erschoss) par John Ford. « Qui viendra à bout du sanguinaire Liberty Valance » dans ce Wild West ? « Quand John Ford revisite la légende de la conquête de l'Ouest, il réalise un chef-d’œuvre du western. Avec John Wayne en héros très discret, James Stewart, Lee Marvin et Vera Miles ».


« Après des années d’absence, le sénateur Stoddard et son épouse arrivent dans la petite gare de Shinbone. Intrigués, les journalistes locaux interrogent l’homme politique sur ce retour. Pressé de questions, celui-ci finit par tout raconter : au temps de la diligence, quand il n’était encore qu’un jeune avocat, il s’est fait dévaliser par Liberty Valance… »

Chef-d’œuvre
 « On est dans l'Ouest ici. Quand la légende dépasse la réalité, on publie la légende." (« This is the West, sir. When the legend becomes fact, print the legend »). Cette réplique en forme d'aveu résume l’état d’esprit de John Ford, alors dans le dernier tournant de sa carrière  ».

 « Mais elle entame à peine le mythe de la conquête de l’Ouest tel qu'il l'a lui-même forgé » et du cow boy voué à la solitude et à l'oubli de l'Histoire.

 « Car si le cow-boy Doniphon, aussi vif pour dégainer que malchanceux en amour, tire sa révérence et laisse sa place à Stoddard, le frêle politicien, tous deux auront finalement contribué à briser la loi du plus fort. L'homme qui tua Liberty Valance raconte avec force le long cheminement d’une contrée sauvage vers la démocratie, à travers un triangle amoureux et une série d’affrontements ».

« La tendresse que Ford éprouve pour Tom, le héros oublié, joué par son acteur fétiche, un John Wayne à la prestance décontractée, avec un rien de mélancolie dans les yeux, rend le film très attachant »

Une réflexion cinématographique sur les apparences, sur les paradoxes entre réalité/Histoire et mensonge/mythe, sur l'amitié et l'amour, sur la fidélité, sur la victoire du droit par la force, sur l'emprisonnement dans un mythe, sur la presse - quatrième pouvoir - et l'archétype du journaliste honnête qui ose dénoncer les puissants malhonnêtes, sur le passage tumultueux de l'ère des Cattlemen vers la civilisation des Homesteaders dans un Etat en formation.

Un chef d’œuvre, à la structure très habile en flash backs, au regard parfois désenchanté, bouleversant, aux répliques cultes.

En 2007, ce film en noir et blanc a été inscrit pour le préserver sur la liste du National Film Registry de la Library of Congress car il est "culturellement, historiquement, ou esthétiquement significatif".

Paramount Pictures, John Ford Productions, 1962
Auteur : Dorothy M. Johnson
Image : William H. Clothier
Montage : Otho Lovering
Musique : Cyril J. Mockridge, Alfred Newman
Producteur/-trice : Willis Goldbeck
Scénario : James Warner Bellah, Willis Goldbeck
Avec  James Stewart, John Wayne, Lee Marvin, Vera Miles, Edmond O'Brien, Andy Devine
Visuels : © Paramount Pictures
Sur Arte les 5 juin à 20 h 50 et 26 juin 2017 à 13 h 35

Visuels 
"Qui viendra à bout du sanguinaire Liberty Valance ? Quand John Ford, le maître du western, met en scène le déclin du genre qui a fait sa gloire. Avec John Wayne en héros très discret".
© Paramount Pictures

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire