vendredi 27 décembre 2013

Art du jeu, jeu dans l’art. De Babylone à l’Occident médiéval


Les Emirats Arabes Unis, qui accueillent les championnats du monde pour les jeunes joueurs d'échecs, refusent de mentionner "Israël" pour indiquer le pays des joueurs israéliens, et islamisent la pièce représentant le roi en substituant à la croix le croissant et l'étoile à cinq branches.

Le musée du Moyen-âge  a présenté l’exposition  éponyme. Pour la première fois à Paris, sont évoqués certains jeux de parcours et de hasard prestigieux, leur invention de la plus haute Antiquité jusqu’à l’aube de l’époque moderne, leurs catégories et leurs symboliques. Dans le frigidarium des thermes de Lutèce, 250 pièces révèlent la diversité et les permanences de la pratique des joueurs, et leurs enjeux.

1ère partie : Le renouveau des magasins de jouets (1/2)
2e partie : Le renouveau des magasins de jouets. Mises à jour (2/2)
Jeux et jouets juifs
Des jouets et des hommes, exposition au Grand Palais


Organisée par le Musée de Cluny et par la Réunion des Musées Nationaux  (RMN)-Grand Palais, réalisée avec la participation du musée du Louvre et le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France (BNF), cette énième exposition parisienne sur les jeux a pour commissaires Isabelle Bardiès-Fronty, Conservateur en chef au musée de Cluny, Paris et Anne-Elizabeth Dunn-Vaturi, Hagop Kevorkian Research Associate, Department of Ancient Near Eastern Art, Metropolitan Museum of Art, New York.

But original de l'exposition : « pour la première fois à Paris, évoquer les jeux de parcours et de hasard, jeux basés sur des règles, depuis leur invention à la plus haute Antiquité jusqu’à l’entrée dans les temps modernes ».

Les « jeux de hasard et de stratégies sont une composante essentielle de la vie quotidienne des hommes dans l’Antiquité et au Moyen Âge ». Ils sont associés à des « thématiques universelles telles que la puissance, l’amour, l’art divinatoire et la notion de destin ».

Jeu du serpent, du palmier, senet, trictrac, échecs, tarots et dés, osselets, représentations de joueurs sur des pièces archéologiques et des manuscrits… Issus de grandes collections internationales, ces œuvres montrent l’évolution des techniques de jeux. Un jeu, « support artistique et source d’inspiration iconographique ».

Alea jacta est ! « Développé par les Grecs et les Romains qui privilégient les jeux d’adresse et de hasard, le lancer de dé dépasse la simple dimension ludique et devient le support de pratiques divinatoires. Discrédité et interdit à plusieurs reprises par l’Église, le dé rencontre toutefois un vif succès au XIIe siècle dans l’Occident médiéval ». Fondé sur des « règles de calculs simples, ce jeu séduit toutes les couches de la société ».

La « pratique des jeux de parcours est l’une des plus anciennes de l’humanité. Très appréciés au Proche-Orient, ces jeux comportent de nombreuses variantes ». Exemples de  ces témoins de grandes civilisations révolues : le jeu égyptien dit « Jeu du Serpent » ou « Mehen », dont il seule une quinzaine d’exemplaires demeurent. D’autres objets surprennent par leur esthétique et leur puissance créative, tel le « jeu de 58 trous » ou « jeu du palmier » aux fiches terminées par des têtes de chacal et de chien.

De nombreux jeux issus de l’Antiquité évoluent au Moyen Âge : le jeu de la marelle ou du trictrac, variation du jeu romain « des Douze caractères » et ancêtre du Backgammon.

Venus d’Inde, les échecs « sont accueillis et adaptés. Les règles sont formalisées et le pion devient un élément de représentation symbolique de la société. Les éléphants des échecs orientaux se transforment en évêques, puis en fous. Les pièces d’échecs en ivoire de morse de l’Île de Lewis sont de véritables sculptures miniatures. De somptueuses pièces issues des collections royales, telles que l’échiquier dit « de Saint Louis » viennent éclairer la dimension intellectuelle et matérielle de ce jeu ».

Rois, Dames, Cavaliers et Valets, les couleurs et les suites numérales… La carte à jouer apparaît en Occident à la fin du Moyen Âge.

Dans la cour d’honneur du musée, le visiteur de l’exposition peut jouer à la partie d’échecs initiée sur un échiquier géant.

Le dossier de presse appelle plusieurs remarques. Nulle mention de jouets Juifs où le hasard s’avère déterminant, telle la toupie de Hanoucca. De plus, la carte De la Babylone antique à l’Occident médiéval : l’espace du jeu est surprenante par ses anachronismes : sur une durée si longue, la « France », la « Suisse », « l’Allemagne » n’existaient pas. La “Syrie” est mentionnée, mais pas le royaume ou l'Etat d’Israël !? Le  "Levant" est un vocable à l'acception variable.
Jusqu’au 4 mars 2013
Musée de Cluny-Musée du Moyen-âge 

6, place Paul Painlevé. 75005 Paris
Tél. : 01 53 73 78 00
Tous les jours sauf le mardi, de 9 h 15 à 17 h 45.


A lire sur ce blog :
Affaire al-Dura/Israël
Aviation/Mode/Sports
Chrétiens
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Monde arabe/Islam
Shoah (Holocaust)
Articles in English

Les citations proviennent du dossier de presse. Cet article a été publié le 3 mars 2013.
 

jeudi 12 décembre 2013

Mon interview par Radio Chalom Nitsan le 12 décembre 2013


Je serai interviewée par Radio Chalom Nitsan  (RCN), radio Juive de la Côte d'Azur le jeudi 12 décembre 2013, de 13 h 20 à 13 h 40. L'interview pourra être entendue pendant une semaine sur le site de ce média.



J’évoquerai la recommandation relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes  adoptée  par le Conseil supérieur de l’audiovisuel le 20 novembre 2013 (CSA).

Sur le traitement des situations de guerre ou de conflits par les services de communication audiovisuelle, le CSA avait adopté depuis une décennie, lors de la guerre de la coalition contre l'Iraq de Saddam Hussein (2003) et de l'Intifada II, deux recommandations redondantes : celle n° 2003-2 du 18 mars 2003 relative au conflit au Moyen-Orient et celle n° 2004-8 du 7 décembre 2004 à l’ensemble des services de télévision et de radio relative aux conflits internationaux et à leurs éventuelles répercussions en France.

Le CSA les a abrogées pour adopter cette recommandation du 20 novembre 2013 invitant les éditeurs de programmes audiovisuels à respecter notamment l'honnêteté de l'information, et en cas de violation de ce principe élémentaire journalistique, de rectifier l'allégation erronée diffusée.

« Compte tenu de l’évolution du contexte international, le Conseil a procédé à une large concertation avec les principaux groupes audiovisuels et des journalistes afin d’adopter la présente recommandation relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes par les services de communication audiovisuelle ».

Le Conseil « est pleinement conscient des difficultés particulières rencontrées par les journalistes dans l’exercice de leur mission fondamentale d’information du public et des dangers encourus lors du recueil des images et de la relation des faits. Si la liberté d'informer, principe constitutionnel consacré par l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et repris par l’article 10 de la Convention Européenne de sauvegarde des Droits de l’Homme (CEDH), doit être préservée, le Conseil entend rappeler qu’en vertu des mêmes articles et des mêmes textes ainsi que des dispositions de la loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, de sa convention ou de son cahier des charges, dans le cadre de l'exercice de sa responsabilité éditoriale, le diffuseur doit également respecter la dignité de la personne humaine et l'honnêteté de l'information ».

Le CSA recommande aux éditeurs, pour chacune des émissions qui traitent des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes de veiller au respect de ces principes, notamment :
« 1. Dignité de la personne humaine
•  En s’abstenant de présenter de manière manifestement complaisante la violence ou la souffrance humaine lorsque sont diffusées des images de personnes tuées ou blessées et des réactions de leurs proches ;
•  En préservant la dignité des personnes prises en otage, notamment lorsque leur image ou tout autre élément permettant de les identifier est utilisé par les ravisseurs ;
•  En respectant scrupuleusement les stipulations des conventions de Genève et de leurs protocoles additionnels relatives à la protection des prisonniers de guerre et des personnes civiles en temps de guerre.
2. Ordre public et honnêteté de l’information
•  En traitant avec la pondération et la rigueur indispensables les conflits internationaux susceptibles d'alimenter des tensions et des antagonismes au sein de la population ou d'entraîner, envers certaines communautés ou certains pays, des attitudes de rejet ou de xénophobie ;
•  En vérifiant l’exactitude des informations diffusées ou, en cas d’incertitude, en les assortissant de réserves, en les présentant au conditionnel et en citant la provenance et la date, sous réserve de la protection des sources notamment garantie par la loi n°2010-1 du 4 janvier 2010 relative à la protection du secret des sources des journalistes ;
•  En procédant en cas de diffusion d’informations inexactes, à leur rectification dans les meilleurs délais et dans des conditions d’exposition comparables ;
•  En accompagnant la diffusion d’images d’archives d’une mention à l’antenne pour signaler cette origine.
3. Protection des personnes
•  En veillant à ce que la diffusion de sons et/ou d’images difficilement soutenables soit systématiquement précédée d’un avertissement explicite au public destiné à protéger les personnes les plus vulnérables de leur éventuel impact ».

J'ai rappelé le rôle de Serge Farnel, journaliste et écrivain, dans ces recommandations du CSA, et son combat judiciaire avec Me Stéphane Haddad auprès de la juridiction administrative.

Serge Farnel s’est réjoui de cette nouvelle recommandation : « Le CSA a gardé « quasiment mot pour mot le contenu des saisines que je leur avais adressées pour ce qui concerne l'affaire A-Dura : « En vérifiant l’exactitude des informations diffusées ou, en cas d’incertitude, en les assortissant de réserves, en les présentant au conditionnel ».

Le 30 septembre 2000, France 2 avait diffusé le reportage de Charles Enderlin, son correspondant en Israël, et de son cameraman palestinien Talal Abu Rahma, alléguant que Mohamed al-Dura avait été tué et son père Jamal blessé par des balles israéliennes.

Yves Kamami, alors président du B’nai B’rith, et le réalisateur Pierre Rehov avaient porté plainte contre France 2. Leur plainte avait été classée.

Quelques années après, Serge Farnel avait saisi le CSA. Sa démarche a consisté à contraindre France 2 à présenter les preuves de ses allégations. Serge Farnel s’est alors placé non sur le terrain de la mise en scène, mais de « l’accusation sans preuve », et avait pointé la responsabilité de la chaine télévisée publique. Son but : contraindre France 2 à rectifier publiquement les faits allégués par ce reportage controversé devenu l’emblème médiatique de l’Intifada II.

Et Serge Farnel d’ajouter le 10 décembre 2013 : « Les membres du CSA sont, juste après moi, les premiers à avoir fait le lien entre le meurtre de Daniel Pearl et l’affaire A-Dura. Après avoir découvert l’image de Daniel Pearl sur fond de celle des A-Dura, et ce alors que personne n’avait encore fait ce rapprochement, j’avais en effet envoyé ces saisines - en recommandé bien sûr – avec une capture d’écran de la vidéo de propagande des islamistes qui l’ont décapité, leur demandant de participer, en rectifiant l’information, à protéger les journalistes Juifs ».

Avec Me Stéphane Haddad, Serge Farnel avait porté la question devant la juridiction administrative en se plaçant comme « usager du service public français » audiovisuel. Mais il a été débouté par le Conseil d’Etat.

Sur Radio J, Arlette Chabot, alors directrice de l’information de France 2, avait reconnu que « France Télévisions n’avait jamais disposé des preuves - la fameuse « certitude » selon les termes aujourd'hui employés par le CSA - qui lui aurait permis d'émettre ces accusations sans l'usage du mode conditionnel et de la présenter cette fois au mode conditionnel (terme utilisé aussi bien dans mes saisines que dans les recommandations du CSA), et sans contrevenir à la déontologie telle qu'elle est exprimée dans la charte de Munich, charte que [France Télévisions] a signée », m’a confié Serge Farnel le 10 décembre 2013.

Pourquoi le CSA adopte-t-il cette troisième recommandation maintenant ?

Le n°1261 (4 juillet 2013) d'Actualité Juive a publié un article sur la rencontre peu avant l'assemblée générale du CRIF du 30 juin 2013, de Roger Cukierman, élu le 26 mai 2013 avec la presse juive. Auteur de cet article, Pierre Assouline ne mentionne pas cette affaire. Pourquoi ? Roger Cukierman aurait-il éludé ce sujet ? Ou aucun représentant de la presse juive n'aurait questionné le président du CRIF sur cette affaire ? Or, Roger Cukierman avait en 2008 exprimé, notamment dans son autobiographie Ni fiers ni dominateurs et lors d'une interview qu'il m'avait accordée pour L'Arche, le regret de pas s'être "assez battu dans l'affaire al-Dura" lors de ses mandats et avait déclaré : "Il est essentiel que la vérité soit établie".

Le 7 juillet 2013, lors de Dis-moi qui tu cites, je te dirai qui tu es, émission sur RCJ, radio de la communauté juive soutenue par le FSJU, de l'Alliance israélite universelle (AIU), Ilana Cicurel a interviewé Olivier Schrameck, président du CSA, sur l'objectif de cet organisme public et les enjeux affrontés, sans l'interroger sur l'affaire al-Dura. Alors que Philippe Karsenty venait d'être condamné  par la Cour d'appel de Paris le 26 juin 2013, n'était-ce pourtant pas le moment pour Ilana Cicurel de questionner le président du CSA sur ces images aux conséquences tragiques ?

Le 22 septembre 2013, j'ai interrogé le CSA afin de connaitre "l'avis du président Olivier Schrameck, ainsi que de Nicolas About et Mémona Hintermann-Afféjee, respectivement président et vice-présidente du Groupe de travail Déontologie de l'information et des programmes audiovisuels, sur le reportage de Charles Enderlin et Talal Abu Rahma, diffusé par France 2 le 30 septembre 2000, et alléguant la mort de Mohamed al-Dura et les blessures de Jamal al-Dura, et savoir "si ces trois membres du CSA envisagent des actions afin de faire émerger la réalité sur les faits allégués, et notamment par la réunion du « groupe de travail d'experts indépendants » constitué en 2008 avec l'accord de France 2".

Qu’un blog supplée les carences de journalistes de médias communautaires  est symptomatique de l’état de ces médias.

Cette énième recommandation sera-t-elle utile et respectée ? On peut en douter au vu des reportages biaisés, erronés, etc. diffusés par France 2 depuis l’adoption de la première recommandation.

Pour savoir comment travaillent les correspondants de guerre, je recommande la lecture du livre Des hommes comme les autres, correspondants au Moyen-Orient  de Joris Luyendijk, ancien correspondant de médias néerlandais.

J'ai analysé aussi brièvement « Juifs & musulmans - Si loin, si proches » (Juden & Muslims. So nah. Und doch so fern !), « série documentaire » réalisée par Karim Miské diffusée  par Arte en quatre volets, en octobre et novembre 2013.

Une série « islamiquement correcte », biaisée, fondée sur un postulat faux et éculé : la « coexistence harmonieuse entre juifs et musulmans sous domination islamique millénaire pendant plus de mille ans a été rompue notamment par le sionisme politique, la refondation de l’Etat d’Israël en raison de la Shoah ».

Une série en quatre parties effarantes d’ignorances et de fautes historiques, de prétention peureuse et de partialité négative à l’égard du judaïsme, du sionisme, des Juifs et de l’Etat d’Israël, financées notamment par l'argent public, et à la diffusion quasi-internationale.

A lire : les analyses pertinentes par l'essayiste Bat Ye'or et le professeur Shmuel Trigano.

Pour savoir comment travaillent les correspondants de guerre, je recommande la lecture du livre Des hommes comme les autres, correspondants au Moyen-Orient  de Joris Luyendijk, ancien correspondant de médias néerlandais.


A lire sur ce blog :

lundi 9 décembre 2013

« Enfants de l'Holocauste - Le refuge de Blankenese » de Raymond Ley

 
Le 10 décembre 2010, à 9 h, la chaîne publique franco-allemande Arte rediffusera Enfants de l’Holocauste – Le refuge de Blankenese (Die Kinder von Blankenese), docufiction de Raymond Ley (2010). L’histoire d’enfants Juifs, survivants des camps après la Seconde Guerre mondiale, et accueillis dans une demeure transformée en orphelinat près de Hambourg, afin qu’ils « réapprennent à vivre normalement », avant leur départ souvent en Palestine mandataire (Eretz Israël).
 
Ce docufiction est composé de flashbacks, d’alternances d’archives en noir et blanc sur la Shoah, d’images de fiction aux tons proches de sépia et de témoignages des principaux protagonistes : les jeunes adultes juifs ayant encadré ces enfants et adolescents Juifs, et ceux-ci – Yossef Erez, Esther Grinberg, Tamar et Simcka Landau, et beaucoup d'autres - interviewés alors qu’ils sont sexagénaires ou septuagénaires. La voix off est alternativement celle d’un enfant juif, ou celle d’un adulte.

En 1945, pour éviter l’ambiance nocive aux enfants Juifs survivants du camp de Bergen-Belsen, une équipe de jeunes adultes juives décide de leur offrir un « cocon chaleureux » afin qu’ils se réadaptent à la vie normale. Qui sont-ils ? Ben Yehuda, un soldat de la Brigade juive de l’Armée britannique, un jeune soldat américain d’origine allemande qui prête la villa familiale à ce projet, Betty Adler, enseignante américaine, Re’uma Schwartz, institutrice de 22 ans venue de la Palestine mandataire. Le lieu : la villa d’une famille Juive spoliée par les nazis, avec vue sur l'Elbe.
 

Avec patience, fermeté et affection, ces jeunes adultes Juifs vont encadrer, élever, éduquer et enseigner à ces dizaines d’enfants et d’adolescents juifs traumatisés, sans nouvelle de leurs parents. Dans une région allemande où l’antisémitisme est encore vivace.

Ces enseignants vont insuffler à ces survivants haïssant l’Allemagne, « pays maudit », l’amour d’Eretz Israël, la volonté de s’y installer et d’y construire leur pays. Malgré les réticences des autorités britanniques.

Si de rares enfants retrouvent un parent et émigrent aux Etats-Unis ou en Angleterre, la plupart des orphelins font leur aliyah. Avant leur départ, tous défilent, entonnant des chants en hébreu et brandissant le drapeau israélien…

Las, dans un kibboutz, des sabras accueillent durement ces survivants de la Shoah, leur reprochant de s’être laissés conduire comme du bétail vers les camps de la mort…

Ce film est centré sur cette période de transition entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le départ vers la Palestine mandataire de la quasi-totalité des enfants et adolescents. L'un deux, A. Mayer se souvient : « Nous étions comme sourds et aveugles. Il a fallu un temps long avant que notre âme soit guérie et que nous puissions de nouveau nous réjouir devant la nature ou autre chose ».

On aurait aimé savoir par quel effet de résilience ces survivants si jeunes ont pu s’insérer dans leur nouvelle vie dans un nouveau pays, ce qu’ils ont transmis à leurs enfants, etc.

 
Allemagne, 2010, 89 minutes
Sur Arte, le :
- mardi 7 décembre 2010 à 10 h 45
- mardi 10 décembre 2013 à 9 h

Visuels : © NDR-Marion von der Mehden

dimanche 1 décembre 2013

« Le rabbin de Salonique » de Michèle Kahn


Erudit polyglotte germanophone né en 1894 à Rzeszów (alors austro-hongroise et polonaise en 1918), Zvi (Hirsch Simcha) Koretz, « rabbin adjoint de la synagogue de Charlottenburg, la plus chic de Berlin », devient en 1933, peu après l’arrivée au pouvoir d’Hitler, grand rabbin de Salonique (Grèce), ville ottomane jusqu’en novembre 1912, puis devenue grecque. Son action lors de l'occupation nazie en fait un personnage controversé.
Cette « Jérusalem des Balkans » a été en partie détruite par l’incendie de 1917 - le 18 août 1917 un incendie a ravagé Thessalonique (autre appellation de Salonique), a laissé sans domicile 70 000 personnes, dont 53 000 Juifs - suivi d’un exil de nombreux Juifs en particulier vers la Palestine mandataire et les Etats-Unis. Elle n’a pas enrayé son déclin. Diverse, sa communauté juive de plus de 50 000 membres, parlant le judéo-espagnol (judesmo), demeure divisée.

Zvi Koretz renforce ses relations avec les autorités politiques grecques, et gagne l’estime, mais non l’amour de ses coreligionnaires saloniciens. Son contrat de grand rabbin est renouvelé en 1938.

En avril 1941, l’Allemagne nazie occupe la Grèce. Sous l’autorité d’Adolf Eichmann, Hauptsturmführer Alois Brunner et Dieter Wisliceny organisent dès février 1943 la déportation des Juifs saloniciens. Ils s’appuient sur un Judenrat dirigé par Zvi Koretz, chef spirituel et président de la communauté, devenu un maillon dans l’engrenage qui a mené en quelques mois au départ de la quasi-totalité des Juifs saloniciens, par wagons, vers Auschwitz. "

Le 2 août 1943, Zvi Koretz est déporté avec son épouse Gita et leurs deux enfants, Léo et Lili, vers Bergen-Belsen, puis en avril 1945 à Theresienstadt. Le 3 juin 1945, il meurt à Tröbitz et est enterré dans le cimetière Juif de cette ville allemande.

Le 2 juillet 1946, s’ouvre en Grèce le procès des « collaborateurs qui avaient trahi leurs frères de Salonique », dont Zvi Koretz, Jacques Albala et Vital Hasson.

Ce roman historique de Michèle Kahn comprend deux éléments fictifs gênants : la rencontre à Vienne en 1941 d’Aloïs Brunner et Zvi Koretz, et le dialogue entre celui-ci et l’auteur.

Il décrit le même processus observable dans d’autres villes occupées par les Nazis : ghettoïsation dans des conditions déplorables, rackets systématiques et spoliations généralisées des Juifs, Judenrat avec une spécificité salonicienne – le président en est le grand rabbin, chef spirituel -, établissement de listes de Juifs, port de l’étoile jaune, travaux forcés pour les jeunes Juifs, départs des convois vers un ailleurs inconnu, aveuglement d’élites Juives, rares Justes, etc.

Avec empathie, Michèle Kahn portraiture Zvi Koretz, intelligent, mais vaniteux et naïf.

Un grand rabbin que certains considèrent comme « irrémédiablement terni » par sa stratégie d’obéissance aux ordres des Nazis et son long aveuglement, et silence, quant à leur dessein.

ADDENDUM :
Le 26 décembre 2012, 668 pierres tombales en marbre de Juifs de Salonique, détruites par les Nazis, ont été découvertes à Thessalonique (Grèce). 
Heinz Kounio, alors jeune Juif déporté dans le premier train de déportés juifs quittant le 15 mars 1943 Salonique, dans le nord de la Grèce, pour le camp d'Auschwitz-Birkenau, est l'un des derniers survivants Juifs grecs de la Shoah. Agé de 85 ans, M. Kounio a témoigné en mars 2013 devant des dirigeants communautaires de divers pays, à Thessalonique (autre appellation de Salonique), "inquiets de l'émergence de partis néonazis en Grèce et dans le reste d'une Europe affaiblie et divisée par la crise économique et financière à Thessalonique (Grèce)". Des 46 091 Juifs déportés de Salonique vers les camps nazis d'extermination, 1 950 ont survécu en 1945.
Le 1er décembre 2013, à 15 h le Mémorial de la Shoah étudie la destruction des Juifs de Salonique. La ville de Salonique, dénommée actuellement Thessalonique, "abritait la plus importante communauté juive de Grèce jusqu’en mars 1943. En quelques mois, la quasi-totalité (85 %) des Juifs de cette ville est assassinée dans les camps nazis".

Michèle Kahn, Le rabbin de Salonique. Editions du Rocher. 560 pages. 19,90 €. ISBN : 978-2-268-07032-2

Articles sur ce blog concernant :

Cet article a été publié dans le n° 633 de février 2011 de L'Arche et sur ce blog le 26 février 2011, puis le :
- 26 décembre 2012 alors que 668 pierres tombales en marbre de Juifs de Salonique, détruites par les Nazis, ont été découvertes à Thessalonique (Grèce), les 18 mars et 19 août 2013, et le 1er décembre 2013 ;
- 1er décembre 2013. Le 20 décembre 2013, Yiannis Boutaris, maire de Thessalonique, a annoncé la future construction d'un musée de la Shoah  dans cette deuxième ville de Grèce. Il a déclaré : « Ainsi, Thessalonique va remplir son devoir d'Histoire ». Ce monument sera dédié à la mémoire des plus de 46 000 Juifs qui en ont été déportés vers le camp nazi d'Auschwitz (Pologne) pendant la Deuxième Guerre mondiale. D'une superficie d'un hectare, ce musée sera édifié d'ici à 2020 à l'emplacement de l'ancienne gare d'où les trains sont partis pour ce camp nazi dès 15 mars 1943 : d'environ 50 000 personnes à l'époque, la population Juive de cette "ville multiculturelle, sorte de pont entre l'Orient et les Balkans, est tombée à un millier environ aujourd'hui"..

vendredi 15 novembre 2013

Lucian Freud. Portraits

 
Le Kunsthistorisches Museum viennois présente pour la première fois en Autriche une exposition de tableaux de Lucian Freud (1922-2011). En 2012, la National Portrait Gallery  britannique a montré l'exposition Portraits, rassemblant 130 oeuvres de Lucian Freud. Le Centre Pompidou avait consacré en 2010 à ce peintre l’exposition Lucian Freud. L'atelier. Agé de 88 ans, cet artiste Juif, petit-fils de Sigmund Freud, n’avait pas exposé en France depuis sa rétrospective dans ce Centre en 1987. La scénographie s’ordonne autour de l’atelier de l’artiste en présentant des (auto)portraits, quelques paysages urbains et des natures mortes au style froid. Lucian Freud est mort dans la nuit du 20 au 21 juillet 2011, à l'âge de 88 ans, à Londres.

Lucian Freud est né en 1922, à Berlin (Allemagne). Son père Ernst est le benjamin des fils de Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse. Sa mère, née Lucie Brasch, est la fille d’un négociant en céréales.

En 1934, la famille de Lucian Freud s’établit en Angleterre pour fuir le nazisme.

En 1939, Sigmund Freud décède. Lucian Freud obtient la nationalité britannique.

Il étudie la peinture à l’East Anglisan School of Painting and Drawing à Dedham. En 1942, il interrompt ses études pour servir dans la marine marchande. Trois mois après, il est réformé pour raisons médicales ; il reprend ses études.

Après avoir vendu quelques œuvres à des proches, il obtient une commande majeure : il illustre le recueil de poèmes de Nicholas Moore, The Glass Tower, en dessinant en couverture un oiseau-lyre.

Dans l’après-guerre, Lucian Freud rencontre Francis Bacon à Londres, ainsi qu’Alberto Giacometti et Pablo Picasso à Paris.

Il épouse en 1948 Kitty Garman, fille du sculpteur Jacob Epstein, et participe à l’exposition collective La jeune peinture en Grande-Bretagne du British Council.

Dans les années 1950, il abandonne le dessin pour la peinture. Ses tableaux au style délicat s’inspirent de l’école flamande du XVe siècle.

Il est distingué par le prix de l’Arts Council britannique en 1951 pour Interior at Paddington.

En 1953, divorcé, il épouse la romancière Caroline Blackwood.

A la XXVIIe Biennale de Venise (1954), une vingtaine d’œuvres de Lucian Freud sont présentées. Lucian Freud écrit l'article Some Thoughts on Painting dans le numéro de juillet 1954 de la revue Encounter. Une sorte de « manifeste esthétique » où est assignée à la peinture la fonction d’« intensification du réel ».

Dans les années 1960, Lucian Freud évolue vers une figuration quasi-expressionniste.

Depuis les années 1970, il privilégie un réalisme scrupuleux, jouant sur les perspectives, dans un décor minimaliste.

En 1972, deux ans après la mort de son père, il termine le premier tableau d’une série de portraits de sa mère, qui pose pour lui jusque dans les années 1980.

Deux ans plus tard, la première rétrospective Lucian Freud a lieu à la Hayward Gallery de Londres, à l’initiative de l’Arts Council de Grande-Bretagne.

A partir de 1975, Lucian Freud recourt au « blanc de Cremnitz dans certains de ses tableaux, une peinture riche en oxyde de plomb appelée aussi blanc d’argent. Il la mélange à ses couleurs et obtient ainsi une matière particulièrement lourde et filandreuse ».

La « pratique du dessin au crayon et au fusain reprend progressivement une place importante dans son œuvre, tant pour la gravure que pour les études ».

Dans le catalogue de l’exposition The Human Clay (L’argile humaine), le peintre américain Ronald B. Kitaj inclut Lucian Freud, Léon Kossof, Francis Bacon et Graham Sutherland dans ce qu’il nomme la « School of London » (1976).

Un an plus tard, Lucian Freud installe son atelier-appartement doté d’une grande verrière à Holland Park. Il le garde jusqu’en 2008.

En 1981, Lucian Freud est l’un des artites présentés comme les pères de la « nouvelle figuration » par l’exposition The New Spirit in Painting, à la Royal Academy. Un an plus tard, il reprend l’eau forte.

Organisée par le British Council, la rétrospective Lucian Freud est inaugurée à Washington en 1987, puis montrée à Paris, Londres et Berlin (1988).

En 2001, Lucian Freud peint la reine d’Angleterre Elisabeth II.

Il décède dans la nuit du 20 au 21 juillet 2011, à l'âge de 88 ans, à Londres.

L’atelier
Au Centre Pompidou, la cinquantaine de peintures figuratives de grand format – des huiles sur toile datant en majorité des deux dernières décennies -, des œuvres graphiques et des photographies de l'atelier londonien de Lucian Freud sont ordonnées autour de quatre sections : Intérieur/Extérieur (vues d’ateliers, banlieue londonienne, terrains vagues du New London), Réflexion/Reflection (variations autour d’autoportraits, parfois ironiques), Reprises (libre copie ou interprétations originales d’œuvres de maîtres, tels Chardin, Cézanne ou Picasso), Comme la chair/As Flesh (autoportraits et portraits de Leigh Bowery ou de Big Sue.

Au centre de l’hommage : l’espace personnel et professionnel, intime et clos de l’atelier. Là, Lucian Freud « installe ses modèles selon des mises en scène précises, mettant en jeu le mobilier et les objets raréfiés de l'atelier, accessoires récurrents et reconnaissables des compositions : plante verte, canapé crevé, fauteuil usé, lit en fer, lavabo, murs maculés de peinture. Les quelques paysages construits selon des angles de vue en plongée, serrés, sont peints en général depuis ses fenêtres ou son seuil. Ainsi, les adresses successives de ses ateliers constituent des éléments de titre ou de datation (w11, w9…), depuis celui de Paddington où il s'installe en 1943 pour trente ans, jusqu'à la maison de Notting Hill en passant par le loft de Holland Park ».

« Je veux que la peinture soit chair », déclare Lucian Freud qui peint ses personnages en plongée ou contre-plongée, rarement à hauteur humaine. Des personnages qui parfois ne se regardent pas, chacun semblant vivre dans son univers. Les regards des portraits sont d’une rare vivacité, profondeur. Parfois inquiets ou interrogatifs, révélant la vulnérabilité.

Lucian Freud s’attache à la chair avec un réalisme impitoyable, cru, soulignant les défauts physiques, les bourrelets. Une chair triste. Une palette souvent limitée à des gris, gris bleus, beige, blanc. Point de sensualité. Une froideur.

Le 12 novembre, à New York, un triptyque de Francis Bacon composé de trois études de Lucian Freud a été adjugé 142,4 millions de dollars (105,9 millions d'euros). Créée en 1969, estimée à 85 millions de dollars (63,2 millions d'euros), cette œuvre d'art est la plus chère du monde vendue aux enchères.


Jusqu'au 12 janvier 2014
Au Kunsthistorisches Museum Wien
Tel. : +43 1 525 24 - 0
Maria-Theresien-Platz, 1010 Wien
Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h, le jeudi de 10 h à 21 h


Jusqu'au 27 mai 2012
A la National Portrait Gallery
St Martin's Place
Londres WC2H 0HE. Grande-Bretagne

Tél. : +44 (0) 20 7306 0055
Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h, les mardis et vendredis jusqu'à 21 h

Puis du 2 juillet au 28 octobre 2012
Au Modern Art Museum of Fort Worth (Etats-Unis)


Jusqu’au 19 juillet 2010
Au Centre Pompidou
75191 Paris Cedex 04
Tél : 01 44 78 12 33
Tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h


Visuels de haut en bas :
Affiche

Reflection with Two Children (Self-Portrait), 1965
Reflet avec deux enfants (autoportrait), 1965
Huile sur toile, 91 x 91cm
Madrid, Museo Thyssen-Bornemiska. Photo © José Loren,
Museo Thyssen-Bornemiska, Madrid © Lucian Freud

Painter’s Garden with Eli, 2006
[Le Jardin du peintre avec Eli]
Photographie - 56,5 x 75,8 cm
© David Dawson, courtesy of Hazlitt Holland-Hibbert, Londres

Working at Night, 2005
[Au travail la nuit]
Photographie - 56,7 x 76 cm
© David Dawson, courtesy of Hazlitt Holland-Hibbert, Londres

Large Interior, Notting Hill, 1998
Grand Intérieur, Notting Hill, 1998
Huile sur toile - 215,1 x 168,9 cm
Collection particulière
Photo John Riddy.
© Lucian Freud


Articles sur ce blog concernant :
- Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
- Shoah (Holocaust)
Articles in English

Les citations sont extraites du dossier de presse.

Cet article a été publié pour la première fois le 18 juillet 2010, puis les 12 mai 2012 et 15 novembre 2013. Il a été modifié le 16 février 2012.

mercredi 16 octobre 2013

Quand un indemnisé de la Claims Conference se rebiffe contre Me Henri Simon (5/5)

 
Au printemps 2011, la Conference on Jewish Material Claims Against Germany ou Claims Conference a obtenu que l’Allemagne verse, dans le cadre du Fonds Hardship, une indemnité d’environ 2 555 €, sous conditions, aux Juifs originaires de Tunisie et du Maroc persécutés lors de la Shoah (Holocaust). Le traitement des dossiers des requérants auprès de cette organisation Juive des requérants est gratuit. Cependant, des avocats, dont Me Henri Simon, avocat à Montréal (Québec, Canada), ont proposé ses services payants à des requérants dont l’un s’en plaint… Cet avocat estime avoir rempli sa mission conformément à son mandat.


C’est un message s’apparentant à un SOS que j’ai reçu le 11 juin 2013 d’un Internaute canadien Juif que j’appellerai David A. pour préserver, à sa demande, son identité.
 
« Floué »
David A. m’écrivait avoir rempli son dossier et avoir recouru, "en toute bonne foi" et "en croyant qu'il n'avait pas d'autre alternative", aux services de Me Henri Simon  pour transmettre son dossier qui était destiné à solliciter une indemnisation  versée par l’Allemagne via la Conference on Jewish Material Claims Against Germany ou Claims Conference : il a expliqué lui avoir envoyé son dossier rempli, mais avoir refusé de remettre un chèque en blanc. Il a aussi signé un "papier stipulant que les honoraires seraient de 20% plus taxes".

David A. a reçu "directement la confirmation du Hardship Fund" de la Claims Conference, puis le virement de l'indemnité à son compte bancaire.

Il a ajouté avoir découvert en lisant mes articles, notamment l'interview de Me Henri Simon, sur cette indemnisation que nombre de Juifs ont perçu leur indemnisation - environ 2 555 € - sans passer par l’intermédiaire d’un avocat, que la procédure par la Claims Conference est gratuite, etc. Et il s'est alors senti "réellement floué".

Retraité septuagénaire à faibles revenus, David A. déplorait que Me Henri Simon lui a réclamé 775 USD - 20% de « toutes les sommes » à titre d’indemnité, plus « toutes les taxes applicables », soit le quart de l’indemnité à percevoir -, alors que cet avocat n’aurait fait qu’envoyer son dossier par La Poste à la Claims Conference.

Et David A. a précisé que Me Henri Simon lui réclamait avant le 18 juin 2013 la somme de 775 dollars sous peine de « poursuites les plus rigoureuses sans autre avis ni délai ». David A. a tenté de dialoguer avec le cabinet de cet avocat, mais en vain.

David A. regrettait aussi que cet avocat ne l’a pas informé de la possibilité pour lui de s’adresser directement à la Claims Conference, etc.

Le 11 juin 2013, j’ai interrogé Me Henri Simon via Internet pour avoir confirmation ou infirmation des faits relatés par David A., le détail de ses dépenses correspondant à ses honoraires, si les contrats avec ses clients, et notamment celui signé par David A., ne pourraient pas être annulés par la justice pour vice du consentement, notamment pour dol, et s’il a respecté son devoir d’avocat d’informer pleinement et de conseiller son client au mieux de ses intérêts.

Sans réponse de Me Henri Simon, j’ai interrogé le 16 juin 2013 le Barreau de Montréal pour obtenir l’avis de son éventuel Service de déontologie sur le comportement de Me Henri Simon.

Le 17 juin 2013, ce Barreau m’a répondu ne pas disposer de « service de déontologie », et transférer mon courriel au « bureau du syndic du Barreau du Québec, qui a juridiction en cette matière ».

Le 21 juin 2013, Me Patrice F. Guay, syndic du Barreau du Québec, m’a indiqué :
« La principale fonction du Bureau du syndic est de faire enquête sur la conduite des avocats afin de décider s’il y a lieu ou non de porter une plainte disciplinaire devant le Conseil de discipline du Barreau du Québec. Il n’appartient pas au Barreau du syndic de commenter un dossier tel que vous le demandez ».
Le 30 août 2013, David A. m’a informé que Me Henri Simon avait « introduit une requête en réclamation sur compte, à la cour du Québec » où il doit « comparaitre le 16 octobre prochain. Cet avocat réclame le montant de 20%  soit 775,39 dollars plus l’intérêt au taux légal, plus une indemnité additionnelle ».

David A. avait l’intention de demander à la Cour de transférer son dossier aux petites créances et d’assumer seul sa défense.

Par deux courriers électroniques des 17 et 22 octobre 2013, Me Henri Simon a estimé avoir rempli sa mission en conformité avec le mandat reçu et a affirmé que nul n'a été dupé. La Cour du Québec étant actuellement saisie et l'affaire étant sub judice, il ne pouvait pas répondre à mes questions.

Me Henri Simon a indiqué qu'après l'annonce à Montréal du programme du Fonds Hardship, des responsables de synagogues ont informé leurs fidèles, après l'office du shabbat, que la communauté juive institutionnalisée locale pouvait les aider à remplir leurs dossiers pour solliciter une indemnisation de ce Fonds. Radio-Shalom à Montréal a aussi relayé cette information.

Créé voici 35 ans, le cabinet d'avocats de  Me Simon est connu dans la communauté. Des personnes se sont adressées à ce cabinet afin de le voir traiter leurs dossiers aux fins de solliciter une indemnisation dans le cadre du fonds Hardship de la Claims Conference. Me Henri Simon a souligné le fait qu'il a informé clairement chaque personne de ses "conditions", qu'il a transmis à chacune d'elle une photocopie de son mandat l'autorisant à agir en leur nom dans ce cadre ainsi que la convention d'entente sur ses honoraires. Son cabinet doit assumer le coût de ses frais : "salaires, photocopies, appels à l'étranger", etc. Cet avocat a aussi ajouté que tout client peut retirer son dossier à son cabinet pour le confier à la personne de son choix, et qu'il a rendu les dossiers aux quelques clients les lui ayant réclamés.

Enfin, Me Henri Simon s'interroge  sur le fait que David A.  ne lui a pas repris en son temps son dossier et sur le caractère tardif de la réclamation de ce client, soit après le versement de l'indemnité par la Claims Conference.  Il estime qu'auparavant son client a été content des services de son cabinet d'avocats.
 
 Carences informatives
Certes, les cocontractants doivent respecter leur contrat. Mais la loi prévoit que leur consentement doit être libre et éclairé, sinon il est vicié par les vices du consentement : l'erreur, le dol ou la violence. Ainsi, on peut s’interroger sur la validité du contrat entre Me Henri Simon et son cocontractant, David A.

De plus, la réponse de Me Patrice F. Guay, syndic du Barreau du Québec, surprend quand on parcourt le Code de déontologie des avocats  publié par le site Internet du Barreau du Québec.

Combien de Juifs éligibles à ce Fonds n’auraient trouvé aucune information sur Internet si je n’avais pas consacré à l’automne 2011 un premier article, puis un dossier à cette procédure d’indemnisation très tardive ? Les articles de ce dossier figurent dans la liste de ceux les plus consultés de mon blog. 

Combien de Juifs, éligibles à ce Fonds et dépourvus d’accès à Internet, ont lu les annonces de synagogues ou d’avocats publiés par des médias communautaires et se sont fiés à des avocats pour traiter, et non gratuitement, leurs dossiers ?

Cet énième rebondissement souligne les carences informatives imputables à la controversée Claims Conference, à des communautés Juives institutionnalisées, le rôle de médias communautaires, de synagogues, etc.

Ainsi, le Fonds social juif unifié (FSJU), chargé de gérer cette procédure en France, ne consacre à ce jour aucune page de son site Internet à informer sur cette procédure tardive, et qui révèle le manque de connaissances et d'intérêt pour l'histoire des communautés Juives en "terre d'islam", en l'occurrence dans ces deux protectorats (Tunisie, Maroc) français, pendant la Seconde Guerre mondiale.

 Actualité juive hebdo, qui avait publié, parmi ses publicités, l’annonce invitant les Juifs marocains et tunisiens victimes de persécutions nazies à se rendre à la synagogue consistoriale Berith Chalom (Paris), présidée par Salomon Attia, munis de documents officiels et d’un chèque pour solliciter cette indemnité, n’a publié l’interview d'Andrée Katz, responsable de Passerelles, « service d’écoute et d’orientation pour les victimes de la Shoah et leurs enfants » au sein du FSJU, sur cette indemnisation, qu’après la publication de mon premier article.

Et, à ce jour, le FSJU et aucun média communautaire n’ont informé sur le bilan de cette procédure. Par exemple, combien de Juifs ont été indemnisés via le FSJU, combien via des avocats et combien par leur seule action sans intermédiaire ?
 

A lire sur ce blog :
Articles in English

Cet article a été publié le 16 octobre 2013. Il a été modifié le 23 octobre 2013.
 

mardi 17 septembre 2013

Réaction de Michel/Meir Azoulay pour Carole Azoulay, journaliste à Actualité juive hebdo (7/10)

Je publie la réaction de Michel/Meir Azoulay pour son épouse Carole Azoulay, journaliste à Actualité juive hebdo (ou Actu J), hebdomadaire incontournable de la communauté française, codirigeante de l’agence de communication French Projection et, depuis juillet 2013, coordinatrice à la Chambre de commerce et d'Industrie Israël-France (CCIIF) à Jérusalem, publiée sur Facebook et visant des faits, notamment les conflits d’intérêts, évoqués dans mon article Un paysage médiatique Juif français contrasté. Ensuite, figure ma réponse. J’espère que ma réponse n’entrainera pas de vaine polémique.



Le 2 juin 2013, j’ai remercié sur Facebook Guy Senbel et Dominique Fitoussi, dirigeants de l’agence de presse Guysen International News.

Caroll Azoulay n’a pas réagi, mais son époux Meir Azoulay l’a fait pour tous deux…

Du 12 juin au 15 juin 2013, Michel/Meir Azoulay et moi avons dialogué via des messages sur Facebook. Pour éviter les redondances, je les résumerai. Ces messages concernent principalement le conflit d’intérêts de Caroll Azoulay, journaliste à Actualité juive hebdo et « conseillère en communication et en presse » pour sa société French Projection.

L’ours d’Actualité juive hebdo (ou Actu J) liste, à ce jour, Caroll Azoulay parmi ses quatre correspondants en Israël. Or, Caroll Azoulay a allégué sur ses profils Lindekin et Yatedo  avoir cessé de collaborer à Actualité juive en 2010, s'y présente comme directrice de l'agence de communication French Projection. Elle a actualisé son profil pour indiquer sa fonction, jusqu’en juillet 2013, de rédactrice en chef du Petitjournal.com/TelAviv puis, depuis cette date, coordinatrice à la Chambre de commerce et d'industrie Israël-France (CCIIF) à Jérusalem.

LePetitjournal.com est le « media des Français et francophones à l’étranger ». Il se décline en plusieurs continents – Afrique, Amériques -, pays et villes. Curieusement, il situe Tel-Aviv en… Europe ! Un classement similaire à celui de l’UNESCO et agréé par Caroll Azoulay et Michel/Meir Azoulay...

Au printemps 2013, Caroll Azoulay a couvert pour Actu J la campagne électorale pour l’élection législative dans la 8e circonscription des Français de l'étranger qui inclut l’Etat d’Israël, tout en assurant, au sein de French Projection, la fonction de « conseillère en communication et en presse » (Communication and press advisor) de Valérie Hoffenberg, candidate UMP à cette élection.

Ainsi, dans son n°1252 (25 avril 2013), Actu J a publié l'article de Caroll Azoulay titré « J.F. Copé et C. Goasguen en Israël », illustré par une photographie de ces politiciens entourant Valérie Hoffenberg, et publié sur un fond coloré pour bien le distinguer des autres articles. On peut relever d'étranges similitudes entre cet article et celui intitulé Meeting UMP - V. Hoffenberg : « Je veux que ce qui se passe ici soit mieux compris à Paris » (21 avril 2013), publié par Le Petitjournal/Tel Aviv dont la directrice est Caroll Azoulay, et signé par Justine Simonin qui ne figure pas dans la rubrique Contact du site.

Dans son n°1256 (30 mai 2013), Actu J a publié la longue interview par Caroll Azoualy de Claude Brightman, qui dirige le Collège académique de Netanya ayant remis, lors de cette campagne électorale, un « diplôme honoris causa » à Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République. Claude Brightman a alors déclaré : « En octobre dernier, j'ai transmis cette invitation relayée par la vice-présidente des Amis français du campus francophone, Valérie Hoffenberg ». Or, cet article « oublie » d'indiquer que Claude Brightman soutient  la candidate Valérie Hoffenberg et est une des responsables de sa campagne électorale en 2013.

Dans son n°1258 (13 juin 2013), Actu J a publié l'article Meyer Habib élu député signé par Caroll Azoulay. Quel dommage que ces informations intéressantes sur la campagne électorale de ce député UDI (Union des démocrates et indépendants) aient été portées à la connaissance des lecteurs de cet hebdomadaire... après son élection !

Sur quel(s) critère(s) Actu J a-t-elle choisi la seule Caroll Azoulay pour couvrir ces deux évènements liés à Valérie Hoffenberg ? N'y-a-t-il pas là un grave conflit d'intérêts pour la journaliste/« conseillère en communication et en presse » de cette candidate ? Actu J en était-elle informée ? En tout cas, les lecteurs ne l'ont pas été, et ont trouvé des informations cruciales ailleurs, dans des sites Internet - JSS News, Dreuz.info, etc. - ou blogs tel que le mien. Ne serait-il pas temps qu'Actu J informe ses lecteurs sur la double/triple fonction de Caroll Azoulay et veille avec plus de rigueur au respect de la déontologie journalistique, gage de crédibilité ?
Les 12 et 14 juin 2013, Michel/Meir Azoulay  a écrit sur Facebook : « Permettez-moi au passage de répondre à Mme Chemla que je n'ai jamais vu mais dont j'ai beaucoup entendu parler : Je doute que vous ayez ne serait-ce qu'une vision de ce qu'est le journalisme. Quant à nos valeurs respectives, permettez moi de garder les miennes qui, D. merci, semblent vraiment éloignées des vôtres…

Je n'ai JAMAIS assuré les relations publiques de Mme Hoffenberg. Ce travail a été effectué par mon épouse dans le cadre d'une mission précise. Mais si tel avais été le cas, je n'en n'aurais pas eu honte car je respecte cette femme politique et ses convictions.

On va arrêter la polémique ici parce que, pour tout vous dire cela me saoule ».
Les 12 et 15 juin 2013, je lui ai répondu : Michel/Meir Azoulay, « vous êtes directeur associé  de French Projection, l’agence de communication que vous avez fondée.

Caroll Azoulay assure cette fonction de « conseillère en communication et en presse » pour French Projection qu’elle codirige. Pourquoi tous deux n’en informez-vous pas les lecteurs d’Actu J ?

Qui au sein de votre société a confié la « mission précise » à Caroll Azoulay d’assurer les relations publiques de la candidate Valérie Hoffenberg en 2013 ?

Au sein de French Projection, vous dirigez le « département évènementiel pour les entreprises françaises désireuses de s'implanter en Israël ». Parallèlement, vous êtes « directeur administratif et commercial du Petitjournal.com/TelAviv ». Quand on lit sur Petitjournal.com/TelAviv, un article sur la « circulation des capitaux entre la France et Israël » signé par un avocat qui donne son numéro de téléphone et son e-mail, on se pose des questions.

Votre épouse et vous multipliez les conflits d’intérêts : communication ou journalisme, vous n’avez pas choisi. Et vous n’en informez pas les lecteurs des médias auxquels vous collaborez. Pourquoi ?

Valérie Hoffenberg a toléré en 2010 une carte de la « Palestine » englobant l’Etat d’Israël. Qu’en pensez-vous ?
Quant au terme « saoul », je vous le laisse. Ce n’est pas mon style ».
L’observation de récents numéros d’Actu J révèle la répétition de pratiques problématiques.

Ainsi, dans son n°1261 du 4 juillet 2013, Actu J a publié, dans la rubrique Immobilier et sur une demi-page, Berggruen Residential : le nec plus ultra jamais encore construit en Israël. Signé par Caroll Azoulay, cet article vante un projet immobilier « exceptionnel » luxueux à Tel-Aviv.

Emplacement, superficie et prix de vente du penthouse, piscines, espaces verts... Rien ne manque pour les acheteurs potentiels, excusez-moi, pour les lecteurs.

On a l'impression de lire un publi-reportage ou du rédactionnel (publicité payée par l'annonceur et présentée comme un article), mais qui ne serait pas indiqué comme tel aux lecteurs. Si ce projet est quasi-historique, pourquoi Caroll Azoulay ne lui a-t-elle pas consacré un article dans le Petitjournal.com/TelAviv qu'elle dirigeait alors ?

Qui a écrit cet article  : la correspondante d'Actu J ou la directrice de French Projection, agence israélienne de communication qui « donne accès au monde francophone », assure les « relations presse (francophone, israélienne, anglophone, russophone »), etc. ?

Une lecture plus attentive de l'édition à Tel Aviv du Petitjournal.com montre qu'il ne s'agit pas d'un journal : « Le contenu et l'activité commerciale de l’édition Tel Aviv sont gérés par la société de droit israélien French Projection ». Les articles de Caroll Azoulay pour Actu J relèvent-ils de la même logique ? Et avec l’accord de cet hebdomadaire ? Au vu de ces articles problématiques, ces questions se posent.
Dans son n°1268 du 12 septembre 2013, Actu J a publié l’article La Chambre de Commerce et d'Industrie Israël-France ouvre à Jérusalem, signé par… Caroll Azoulay, devenue depuis juillet 2013 coordinatrice de la Chambre de commerce et d'industrie Israël-France (CCIIF) à Jérusalem. Le monde est vraiment petit… Après avoir annoncé le « développement du desk Jérusalem [de la CCIIF] avec pour objectif d'apporter aux entreprises un maximum de services (juridiques, fiscaux, études de marché, emploi, etc.) », mais sans indiquer sa fonction, et après avoir donné la parole à Daniel Rouach, président de la CCIIF, donc son patron, enfin, l'un de ses patrons, Caroll Azoulay conclut : « Affaire à suivre… » Par Caroll Azoulay ? La journaliste ? La coordinatrice de la CCIIF à Jérusalem ? Ou la codirigeante de French Projection qui fournit « assistance et suivi de projets B2B » ?

Dans son n°1273 du 24 octobre 2013, Actu J a publié une interview d'Edouard Cukierman - une pleine page - sur la 11e édition de Go4 Europe organisée par la banque d'affaires Cukierman Investment House et Catalyst Ltd Fonds. Un "évènement désormais incontournable dans le monde des affaires créé par un brillant homme d'affaires franco-israélien". Un article signé par… Caroll Azoulay, qui oublie cependant de signaler qu'Edouard Cukierman est aussi membre du Board de la CCIIF, et que celle-ci est l'un des partenaires de Go4 Europe. Quand on vous disait que le monde était petit...

En 2014, l'ours de cet hebdomadaire liste Caroll Azoulay comme contact en Israël pour les publicités dans sa version imprimée et sur son site Internet. Eclairant.

Un lecteur avisé trouvera rapidement les réponses à ces questions problématiques et relevant de la déontologie des journalistes.
Les autres points évoqués sur Facebook par Michel/Meir Azoulay, devenu entre-temps directeur du Développement à la CCIIF, et moi concernent :

1) Son prénom évolutif.
Michel/Meir Azoulay revendique « le droit d'utiliser le pseudo ou le nom que je souhaite sans avoir à en référer à personne. Ce sont mes deux prénoms, l'un hébraïque l'autre français ».

Ma réponse : « Quand vous collaboriez à l’agence de presse fondée par un Français Juif, vous signiez Meir, et quand vous collaborez à un média fondé par un Français chrétien vous vous présentez comme Michel . Pourquoi ? »
2) Le comportement du couple Azoulay à mon égard lors de notre collaboration à Guysen.
Selon Michel/Meir Azoulay, ses « passages à Paris avaient un objectif précis et je vous rappelle les propos que vous teniez sur moi à l'époque à M. Senbel qui ne me poussaient pas à souhaiter vous rencontrer ».

Ma réponse : « Il ne tenait qu'à vous de me contacter lors de vos passages à Paris. Entre collègues au sein d'une équipe rédactionnelle, cela se fait. Ni vous ni votre épouse ne l'avez fait ». L’un de vos premiers articles sur Guysen concernait l’élection du grand rabbin de Paris. Pourquoi ? Guysen n’était pas un site communautaire, votre article était truffé d’erreurs (confusion de noms de grands rabbins, etc.), et la France relevait de mon domaine de compétence en tant que correspondante de Guysen dans l’hexagone. Caroll Azoulay n’a jamais traité dans « Actualité juive » un sujet localisé en France, mais elle l’a fait pour Guysen ? Pourquoi ?

Pourquoi votre épouse et vous n’avez-vous jamais daigné m’en prévenir ou en parler avec moi ? Pour prouver à Guysen que je n’assurais pas bien ma fonction et que vous deviez pallier ma prétendue carence ? Pour vous constituer un carnet d’adresses à mon détriment ?

Caroll et Meir Azoulay ont continument empiété sur « mon pré carré » en jouant « perso ». Et ce, au détriment d’évènements majeurs israéliens qu’ils n’ont pas couverts - trucages des statistiques démographiques par l’Autorité palestinienne, volet israélien de l’affaire al-Dura, etc. – et de l’amélioration de la formation des rédacteurs du fil des news, « must » de Guysen.

Alors que j’avais tant espéré du recrutement de journalistes professionnels en 2005, j’ai déchanté rapidement et durablement ».
3) Libération a épinglé Meir Azoulay en 2006
Michel/Meir Azoulay a écrit : « Je n'ai pas été "épinglé" par Libération mais cité. Et quand bien même ? »

Ma réponse : « En 2006, « Libération » vous a interrogé sur une allégation dans votre article sur la mort d’Ilan Halimi, et vous n’avez pas su argumenter. Pourquoi ? Vous vous êtes fait épingler par "Libération" pour n'avoir pas étayé votre allégation.

Dans le journalisme, soit on est sûr d’un fait recoupé, on affirme et on peut prouver ses dires, soit on ne sait pas, on n’a pas recoupé le fait et dans ce cas on n’affirme pas. Un journaliste est membre d’une rédaction. Son erreur ou sa faute ternit l’image du journal auquel il collabore. Guysen était épié, et n’avait nul droit à l’erreur. Certains espéraient même sa disparition.

De plus, un journal est régi par un esprit d’entreprise et par un esprit d’équipe. Votre « quand bien même » révèle que vous n’aviez ni l’un ni l’autre ».
4) Le refus de traduction en anglais de mes articles et des éditoriaux signés par Guy Senbel, seul ou avec ma collaboration.
J’ai rappelé : « En pleine guerre contre le Hezbollah (été 2006) et jusqu'à mon départ en octobre 2006, malgré mes nombreuses demandes, les éditoriaux écrits par Guy Senbel, rédacteur en chef de Guysen, et moi n'ont été ni traduits en anglais ni publiés dans le Mailhebdo anglophone de Guysen ; par contre les traductions en anglais des articles de votre épouse et de vous l'ont été TRES souvent.

Michel/Meir Azoulay a écrit : « Je n'étais en aucun cas responsable du contenu Web. Veuillez vous adresser à la personne concernée à savoir M. Senbel. Je vous rappelle qu'à cette époque, je passais le plus clair de mon temps à effectuer les développement demandés par M. Senbel et je ne gérais pas complètement la rédaction ».

Ma réponse : « Je me suis adressée à Dominique Fitoussi et à Guy Senbel, tous deux DEBORDES. A qui voulez-vous faire croire que Guy Senbel, rédacteur en chef, aurait été assez fou pour faire traduire en anglais les seuls textes du couple Azoulay et de rédacteurs non journalistes, et non ses éditoriaux, cosignés ou non par moi, ou/et mes articles, dont une interview de Brigitte Bardot ?

Dois-je vous rappeler l’article en anglais publié en octobre 2006 sur Guysen et qui conjurait à trahir l’alliance entre Israël et les Etats-Unis, encourageait à la lâcheté, en contradiction totale avec les valeurs de Guysen ? Je l’ai supprimé du site dès que je l’ai repéré. Dans les heures qui ont suivi, il a été republié. J’ai alerté Guy Senbel qui l’a fait enlever immédiatement et définitivement. Cet article aurait pu couler Guysen, et n’a pas ensuite été publié par un autre média. Pourquoi a-t-il été publié sur Guysen, et à deux reprises ?

Lasse d’éteindre des feux allumés par des pompiers pyromanes, refusant que mes articles soient interdits de traduction en anglais, mes news en français interdites de traduction et de publication sur les newsletters, blessée par des actes humiliants, vexatoires et douloureux, j’ai alors quitté Guysen dont j’étais un des piliers historiques depuis juin 2002 et dans lequel je fondais des espoirs professionnels importants ».

Le 28 octobre 2014, Caroll Azoulay a promu dans sa page Facebook la conférence exceptionnelle, en anglais, Droit des Palestiniens, perspectives juridiques et droits de l'homme, le 4 novembre 2014, à l'Espace Rachi-Guy de Rothschild. Le 17 juillet 2013, Calev Myers, un des trois orateurs de cette conférence, a suggéré : "Nous avons besoin d'arrêter de nous disputer sur les droits du peuple Juif et commencer un nouveau discours public fondé entièrement sur les droits de l'homme des Palestiniens" (We need to stop quarreling about the rights of the Jewish people and begin a new public discourse, based entirely on the human rights of the Palestinians"). Quelle faute stratégique ! Il faut au contraire affirmer les droits du peuple Juif, souvent ignorés ou méconnus y compris parmi les Juifs.


A lire sur ce blog :

Publié le 17 septembre 2013, cet article a été actualisé le 29 octobre 2014.