Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 10 mai 2022

Joseph L. Mankiewicz (1909-1993)


Joseph L. Mankiewicz (1909-1993) était un brillant producteur et réalisateur juif américain de vingt films aux dialogues finement ciselés, souvent des chefs d’œuvres Un mariage à Boston, L'aventure de Mme Muir, Chaînes conjugales, Eve, La comtesse aux pieds nus, Le Reptile, Le Limier. Arte diffusera le 11 mai 2022 "L'aventure de Mme Muir" de Joseph L. Mankiewicz avec Gene Tierney,Rex Harrison, George Sanders et Natalie Wood.

Né dans une famille juive d'origine allemande, Joseph L. Mankiewicz (1909-1993) était un brillant producteur et réalisateur juif américain de vingt films aux dialogues finement ciselés, souvent des chefs d’œuvres. 

Son frère Herman J. Mankiewicz a été le scénariste de films importants tel "Citizen Kane" d’Orson Welles.

"L'aventure de Mme Muir"
Arte diffusera le 11 mai 2022 "L
'aventure de Mme Muir" de Joseph L. Mankiewicz avec Gene Tierney, Rex Harrison, George Sanders et Natalie Wood.

"Une jeune veuve se lie avec le revenant qui hante sa maison... Mélange de poésie, de tendresse et de fantastique, un envoûtant conte romantique de Joseph L. Mankiewicz, servi par l'interprétation de Gene Tierney, Rex Harrison et George Sanders."

"Lucy Muir est lasse de la vie londonienne. Jeune veuve, elle décide de s’établir avec sa fille et sa servante dans un cottage en bord de mer. La maison est hantée par le fantôme du capitaine Gregg, vieux loup de mer aux manières rustres. Nullement effrayée, Lucy se fait à la présence du revenant, et leur relation prend rapidement une tournure pleine de tendresse. Mais la jeune femme cède aux charmes plus consistants de Miles Fairley, un écrivain cynique et beau parleur…"

"Dans les années 1940, Hollywood – et en particulier la Twentieth Century Fox – se passionne pour les récits psychanalytiques où les héros cèdent à la fascination de peintures ou de photographies. Lucy Muir, elle, trouve dans sa "liaison" avec un fantôme (Rex Harrison), créé par son subconscient, le moyen de s’évader de son existence solitaire. C’est pourtant un homme de chair et de sang (George Sanders, formidable de cynisme) qu’elle envisage, un temps, d’épouser. Ce film résonne étrangement avec la trajectoire de Gene Tierney, qui a affronté des problèmes de santé mentale. Au faîte de sa beauté diaphane, l’actrice attire le spectateur dans le monde des ombres, au cœur d’une envoûtante aventure intérieure".


"La Porte s’ouvre" 
La Porte s’ouvre (No Way Out) est sorti en 1950.  « Un jeune médecin noir confronté au racisme dans une petite ville américaine... Un thriller tendu et courageux qui sert de baptême du feu à l'acteur Sidney Poitier ».

« Le docteur Luther Brooks, jeune interne noir, est appelé en urgence au chevet de deux truands blessés par balle, Ray Biddle et son frère John. Lorsque John meurt, Ray accuse le docteur de l'avoir sciemment tué. Il va réussir à déclencher une campagne de dénigrement raciste et des émeutes. Luther Brooks va tout tenter pour démontrer son innocence ».

« À travers ce film antiraciste réalisé en 1950, longtemps interdit dans le sud des États-Unis et mis au rancart par la télévision américaine, Joseph L. Mankiewicz s'opposait avec courage au code Hays préconisant de montrer l'Amérique sous un jour positif. Mais tout autant qu'à l'intolérance frontale et assumée, c'est à la haine absurde que « La porte s'ouvre » s'attaque, avec une efficacité consommée ».

« Pour son premier rôle au cinéma, Sidney Poitier hérite d'un rôle fort, se retrouvant dans l'œil du cyclone entre les attentes d'une élite blanche progressiste et le rejet d'une bonne partie de la population, conservatrice. Puissant ».

"Eve" 
« L'irrésistible ascension d'une jeune comédienne ambitieuse au détriment d'une star sur le déclin... Un conte cruel ciselé par Joseph L. Mankiewicz, avec l'étincelante Bette Davis et une des premières apparitions de Marilyn Monroe  ».

« Ève Harrington, une comédienne débutante, reçoit un prix prestigieux couronnant la meilleure actrice de théâtre de l'année. Comment est-elle arrivée au sommet si rapidement ? Flash-back : un an plus tôt, Ève, admiratrice éperdue de la star Margo Channing, la guette chaque soir à la sortie des artistes. Un jour, la jeune femme est invitée à rencontrer son idole dans sa loge. Elle sait aussitôt se rendre indispensable et se fait engager comme secrétaire particulière. Petit à petit, son champ d'action s'élargit jusqu'à influer sur la vie entière de Margo Channing. Quelle toile tisse-t-elle et dans quel but ? »

« Comment les portes du paradis s'ouvrent-elles ? Comment aller jusqu'au bout de son ambition quitte à trahir ceux à qui vous devez tout ? Plus que le portrait d'une jeune arriviste prête à toutes les intrigues, « Ève » dépeint brillamment les pratiques en cours dans le milieu codifié du théâtre ». 

« C'est donc à une impitoyable étude de mœurs que se livre Joseph L. Mankiewicz, en observateur cinglant des rapports humains (« Soudain l'été dernier », « La comtesse aux pieds nus ») ».

« Perte des valeurs, égoïsme, manipulation, le cinéaste américain inocule le trouble en inversant les attentes : la star expérimentée (et bientôt déchue) et a priori capricieuse (étincelante Bette Davis) devient la proie du tendron, et se révèle attachante et plus séduisante que jamais. Serti de dialogues effilés comme des poignards, un réquisitoire raffiné, avec, en prime, une des premières apparitions conséquentes de Marilyn Monroe ».

« Eve » reçut 5 Oscars en 1951. Au Festival de Cannes de la même année, Mankiewicz reçut le prix du jury et Bette Davis celui de la meilleure actrice. Le scénario se vit aussi décerner un Golden Globe. Bette Davis qui incarne Margo Channing dans le film, épousa son partenaire Gary Merrill à la fin du tournage. Selon ses propres dires, c’est le film qui la ressuscita.

"La comtesse aux pieds nus"
Arte diffusera le 27 décembre 2021 "La comtesse aux pieds nus" (Die barfüßige Gräfin ; The Barefoot Contessa) de Joseph L. Mankiewicz. "Aux côtés d'Humphrey Bogart, la sublime Ava Gardner donne vie à Maria Vargas, bergère tuée par son prince charmant, dans un film qui condense tout l’éclat et l’esprit de Joseph L. Mankiewicz."
  
"Il pleut sur la statue et sur l’enterrement de la comtesse Maria Torlato-Favrini. Son ami et confident Harry Dawes assiste aux funérailles et, en tant que metteur en scène, ne peut s’empêcher d’observer combien la cérémonie aurait été du goût de la défunte. Il se souvient de leur première rencontre, dans un cabaret de Madrid, où un richissime producteur était venu chercher une nouvelle vedette pour Hollywood…"  
 
"Des flash-back, des fragments incomplets et surtout la voix intérieure de quelques figures clés évoquant la vie de Maria Vargas : comme toujours chez Mankiewicz, la parole prime sur l’action. Elle fait naître l’événement, apparaître un décor, se mouvoir des personnages. La construction est d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur trois acteurs admirables. Humphrey Bogart, n’en déplaise aux fans de Marlowe, n’embrasse pas l’héroïne à la fin (ou alors sur la joue). Il incarne un metteur en scène lucide et humain dans un monde de cinéma où règnent l’argent et le pouvoir. Edmond O’Brien accède quant à lui au devant de la scène dans le rôle à la fois méprisable et drôle d’Oscar Muldoon, homme à tout faire d’un producteur plein de morgue – ce qui lui valut un Oscar. Enfin, Ava Gardner, dont la beauté illumine l’écran sans éclipser son talent d’actrice, sait préserver le mystère. Elle joue une fille du peuple devenue étoile à Hollywood puis comtesse en Italie. Mais le scénario de sa vie dérape, la romance tourne court. Mankiewicz, à la fois scénariste, réalisateur et producteur, épingle au passage les paillettes cannoises et hollywoodiennes dans un film qui tient autant de la satire que du conte de fée cruel."

Meilleur acteur dans un second rôle (Edmond O’Brien), Oscars et Golden Globes 1954.

"La Comtesse aux pieds nus peut être considéré comme le chef-d’œuvre de Mankiewicz, qui parvient à s’imposer comme l’auteur complet du film, cas assez rare dans le cinéma américain des années 50. Après avoir connu des relations plutôt tumultueuses avec les patrons de studios de la MGM et de la Twentieth Century Fox, Mankiewicz déjà réalisateur, scénariste et producteur est parvenu à accéder à une liberté et une indépendance que les autres cinéastes peuvent lui envier. Il est parti s’installer sur la côte est des Etats-Unis, loin de Hollywood, où il crée sa propre société de production, Figaro Inc. Le premier film qu’il produit pour Figaro Inc. est La Comtesse aux pieds nus, qui obtiendra un réel succès critique et public. C’est un film qui prend le cinéma comme toile de fond, mais il n’y est pas vraiment question des coulisses de l’usine à rêves. Les protagonistes qui représentent la décadence et la vulgarité de Hollywood – un réalisateur sur le déclin, un producteur cynique et méprisant, un associé servile et une starlette – sont introduits hors de leur univers, dans un cabaret de Madrid. Mankiewicz ne filme pas Hollywood dans ses aspects les moins reluisants, mais plutôt la vie privée d’une danseuse de flamenco devenue star un peu par hasard, et qui connaîtra un destin flamboyant et tragique", a analysé Olivier Père.

Et il poursuit : « J’ai essayé de faire un conte de fées qui corresponde à la vie d’aujourd’hui, une version amère de Cendrillon » déclara Mankiewicz au sujet de son film. Rarement cinéaste nous a offert un portrait aussi intime d’une femme, et par la même occasion d’une actrice. Si Mankiewicz s’inspire de la biographie de Rita Hayworth pour écrire le personnage de Maria Vargas, Ava Gardner s’en empare et livre une sublime interprétation où elle révèle beaucoup d’elle-même. Par ses qualités d’écriture et de mise en scène, et sa magnifique photographie en Technicolor signée Jack Cardiff, La Comtesse aux pieds nus tend à la perfection. Cinéaste de l’intelligence, Mankiewicz réalise un mélodrame sur la quête impossible de l’amour et du bonheur, avec en son centre une femme sensuelle à la beauté fatale, qui paiera de sa vie son désir de liberté et d’absolu."


"Le Reptile"
"Le Reptile" (There Was a Crooked Man…) est un film de Joseph L. Mankiewicz. « Jeté en prison pour avoir commis un hold up, Paris Pitman Jr. n'a qu'une idée en tête : s'évader et récupéré son butin... Un western hirsute et corrosif. Un petit joyau d'humour misanthrope, avec Kirk Douglas  et Henry Fonda ». Un film joyeusement amoral.

« Le hold-up commis par Paris Pitman Jr. chez un riche propriétaire s'est remarquablement déroulé : il a volé 500 000 dollars et tous ses complices sont morts, ayant joué lui-même de la gâchette pour les y aider. Il cache son butin dans une fosse à serpents, mais, peu discret et trop débauché, il est reconnu en ville par sa victime. Direction la case prison, en plein désert de l'Arizona. Son seul objectif  désormais : s'évader et récupérer son magot ».

« Lorsqu'on songe au raffinement d’« Ève" et de « La Comtesse aux pieds nus », ou aux aristocrates qui composent nombre de ses films, ce n'est pas sans délectation que l'on observe Joseph L. Mankiewicz poser sa caméra dans la fange des prisons américaines du XIXe siècle et se colleter à la rudesse comportementale des cow-boys de l'Arizona ». 

« Mais sueur, sang et poussière n'y changeront rien, Mankiewicz reste lui-même et compose une délectable satire de western où toute morale est copieusement foulée aux pieds (éperonnés). Trahisons, duperies et cupidité mènent le bal et trouvent en Kirk Douglas un "M. Déloyal" de première main. Une farce cynique et jubilatoire ».

"Le limier"
Arte diffusa le 28 mai 2018 à 20 h 50 Le Limier (SleuthMord mit kleinen Fehlern) avec Laurence Olivier et Michael Caine"Un homme vieillissant et son rival se livrent un jeu mortel dans un manoir labyrinthique... Pour ce qui sera son dernier film, Joseph Mankiewicz met en scène Laurence Olivier, dans le rôle de Wyke  auteur très britannique de romans policiers, et Michael Caine, dans le rôle de Milo, coiffeur et amant de la femme d'Andrew Wyke, se livrant à une partie mortelle et jubilatoire. Qui tient le rôle du chat, et qui sera la souris ?" 

 "Andrew Wyke, un auteur de polar vieillissant, qui vit en solitaire dans son manoir Tudor peuplé d'automates et de jeux de stratégie, reçoit la visite de Milo Tindle, un coiffeur londonien amoureux de sa femme Marguerite. En échange de son consentement au divorce, Wyke propose à ce rival plus jeune, dont il toise avec condescendance l'allure de parvenu, un marché : pour être sûr qu'il sera en mesure de subvenir aux besoins dispendieux de sa future épouse, Tindle doit feindre un cambriolage et s'emparer de bijoux de grande valeur conservés au château. Wyke pourra ainsi toucher l'argent de l'assurance. Mais l'un et l'autre vont miser à ce jeu rien de moins que leur vie."

"Adaptant avec son brio coutumier la pièce à succès d'Anthony Shaffer et ses dialogues ciselés, Mankiewicz en respecte le caractère théâtral, installant ses deux formidables acteurs dans le huis clos d'un manoir anglais plein de chausse-trappes. "Le crime parfait, mais un cran au-dessus", voici le véritable enjeu de la partie mortelle et jubilatoire que se livrent Laurence Olivier et Michael Caine. Qui tient le rôle du chat, et qui sera la souris ? Avec le concours d'un policier plus retors que ne le laisse deviner son allure de simplet de village (Alec Cawthorne, excellent lui aussi), le fin mot de l'histoire ne sera révélé qu'au tout dernier moment. Inquiétant et jubilatoire".

Mankiewicz a opposé deux personnages socialement opposés : Laurence Olivier, aristocrate du théâtre shakespearien, incarne ce Britannique face à un coiffeur d'origine italienne incarné par Michael Caine, acteur issu d'une famille pauvre et qui a du perdre son accent qui trahissait son origine sociale dans un pays où les classes sociales étaient particulièrement marquées par les accents, les lieux de naissance...

En 2007, Kenneth Branagh a réalisé un remake intitulé Limier (Sleuth), adapté de la pièce d'Anthony Shaffer par le dramaturge Harold Pinter, et interprété par Michael Caine, qui a repris le rôle interprété auparavant par Laurence Olivier, et Jude Law.


"L'aventure de Mme Muir" de Joseph L. Mankiewicz
avec Gene Tierney, Rex Harrison, George Sanders et Natalie Wood

"La Porte s’ouvre", par Joseph L. Mankiewicz
Etats-Unis, Twentieth Century Fox Film Corporation, 1950
Image : Milton R. Krasner
Montage : Barbara McLean
Musique : Alfred Newman
Producteur : Darryl F. Zanuck
Scénario : Lesser Samuels, Joseph L. Mankiewicz
Acteurs : Mildred Joanne Smith, Harry Bellaver, Stephen McNally, Richard Widmark, Linda Darnell, Sidney Poitier, Stanley Ridges, Dots Johnson, Dick Paxton
Sur Arte le 17 décembre 2017 à 22 h 55
Visuels
Richard Widmark, Linda Darnell et Sydney Poitier
Credit : © 1950 Twentieth Century Fox

"Eve", par Joseph L. Mankiewicz
Etats-Unis, Twentieth Century Fox Film Corporation, 1950
Image : Milton R. Krasner
Montage : Barbara McLean
Musique : Alfred Newman
Producteur : Darryl F. Zanuck
Scénario : Joseph L. Mankiewicz
Acteurs : Bette Davis, Anne Baxter, George Sanders, Celeste Holm, Gary Merrill, Hugh Marlowe, Gregory Ratoff, Barbara Bates, Marilyn Monroe, Thelma Ritter
Auteur : Mary Orr
Sur Arte le 18 décembre 2017 à 20 h 50
Visuels :
Garry Merrill, Anne Baxter et Bette Davis
George Sanders et Anne Baxter
Bette Davis, Marilyn Monroe et George Sanders
© 1950 Twentieth Century Fox

"Trois bonnes raisons de voir "Eve" 
France, 2017, 2 minutes

"La comtesse aux pieds nus" de Joseph L. Mankiewicz
Italie, Etats-Unis, 1954, 2 h 05
Scénario : Joseph L. Mankiewicz
Production : Figaro Inc.
Producteur : Joseph L. Mankiewicz
Image :Jack Cardiff
Montage :William Hornbeck
Musique :Mario Nascimbene
Avec Humphrey Bogart (Harry Dawes), Ava Gardner (Maria Vargas), Edmond O'Brien (Oscar Muldoon), Marius Goring (Alberto Bravano), Valentina Cortesa (Eleanora Torlato-Favrini), Rossano Brazzi (Vincenzo Torlato-Favrini), Elizabeth Sellars (Jerry Dawes), Warren Stevens (Kirk Edwards)
Sur Arte le 27 décembre 2021 à 13 h 35

"Le Reptile", par Joseph L. Mankiewicz
Etats-Unis, Warner Bros., 1970
Image : Harry Stradling Jr.
Montage : Gene Milford
Musique : Charles Strouse
Producteur : Joseph L. Mankiewicz
Scénario : Robert Benton, David Newman
Avec John Randolph, Hume Cronyn, Warren Oates, Kirk Douglas, Henry Fonda, Burgess Meredith, Lee Grant, Martin Gabel, J. Edward McKinley
Sur Arte le 17 décembre 2017 à 20 h 55
Visuels :
Henry Fonda et Kirk Douglas
Henry Fonda
© Warner Bros. Entertainment Inc.

"Le Limier" 
Royaume-Uni, Etats-Unis, 1972
Auteur : Anthony Shaffer
Image : Oswald Morris
Montage : Richard Marden
Musique : John Addison
Production : Palomar Pictures International
Producteur/-trice : Morton Gottlieb
Réalisation : Joseph L. Mankiewicz
Scénario : Anthony Shaffer
Acteur : Laurence Olivier, Michael Caine, Alec Cawthorne, Eve Channing, John Matthews, Teddy Martin
Sur Arte le 28 mai 2018 à 20 h 50
© Paramount Pictures

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont extraites d'Arte. L'article a été publié le 17 décembre 2017, puis les 28 mai 2018, 17 décembre 2021.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire