Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mercredi 20 mars 2019

Zsa Zsa Gabor (1917-2016)


Zsa Zsa Gabor (1917-2016) était une actrice américaine née dans une famille juive hongroise. Élue Miss Hongrie en 1936, cette « socialite » a cultivé à Hollywood la médiatisation de sa vie privée, son image de femme aimant la vie luxueuse, au sens de la répartie drôle, aux neuf mariages et sept divorces. Arte diffusera « Zsa Zsa Gabor - Star glamour de Hollywood » (Zsa Zsa Gabor, Königin des roten Teppichs) de Nicola Graef et Heike Dickebohm.



Sári Gábor (1917-2016), devenue célèbre sous le nom de Zsa Zsa Gabor, était une actrice naturalisée américaine née dans une famille juive hongroise qui fréquentait la synagogue Dohany à Budapest. Elle était apparentée à Annette Lantos, épouse du membre démocrate de la Chambre des Représentants Tom Lantos.

Elle a deux sœurs : l’actrice Eva Gabor, actrice (Les Arpents verts ou Green Acres) et femme d’affaires et Magda Gabor, « socialite ». Toutes trois pratiquaient le catholicisme.

Elle débute sa carrière à Vienne : elle aurait été découverte par le ténor Richard Tauber en 1934 à Vienne. Elle interprète le rôle d’une soubrette dans l’opérette « Der singende Traum » (The Singing Dream) dans un théâtre viennois. 

En 1936, elle est « couronnée Miss Hongrie ».

Durant la Deuxième Guerre mondiale, la famille Gabor quitte la Hongrie, grâce à l'ambassadeur du Portugal Carlos de Almeida Garrido, avant l’occupation nazie.

Zsa Zsa Gabor a écrit en 1944 un roman avec Victoria Wolf « Every Man For Himself ». Un magazine américain achète les droits du livre.

En 1949, elle aurait, selon Cedar Rapids Gazette, refusé le premier rôle dans le film « L’Amant de Lady Chatterley ».

« Zsa Zsa Gabor décroche dans la foulée un ticket pour Hollywood, entraînant dans son sillage ses deux sœurs, Magda et Eva ». 

Bientôt, les glamorous « Gabor Sisters », encadrées par leur mère, « accèdent à la célébrité, mais Zsa Zsa surtout est remarquée pour sa beauté, son franc-parler et son humour ».

Elle débute dans « Lovely to Look At » de Mervyn LeRoy. 

Puis elle tourne dans « We’re Not Married » de Goulding. 

Suivent « Moulin Rouge » de John Huston avec José Ferrer, Suzanne Flon et « The Story of Three Loves » (Histoire de trois amours), film à sketches réalisé par Gottfried Reinhardt et Vincente Minnelli (1952) avec Leslie Caron, Farley Granger et Etherl Barrymore, Lili de Charles Walters avec Leslie Caron, Jean-Pierre Aumont et Mel Ferrer et « L’ennemi public n° 1 » (The Most Wanted Man) de Henri Verneuil avec Fernandel et « Sang et Lumières » (Love in a Hot Climate) de Georges Rouquier (1953) avec Daniel Gélin, « 3 Ring Circus » (Le clown est roi) de Joseph Pevney (1954) avec Dean Martin, Jerry Lewis et Joanne Dru, « The Girl in the Kremlin » de Russell Birdwell (1957) avec Lex Barker et Maurice Manson, « Touch of Evil » (La Soif du Mal) de Orson Welles et « Queen of Outer Space » de Bernds (1958)…

Zsa Zsa Gabor est régulièrement invitée dans des émissions télévisées, notamment les shows de Bob Hope, Deam Martin et Dick Powell, ainsi que le talk show de David Letterman (Late Night show), et apparaît aux côtés de Milton Berle, Johnny Carson, Howard Stern, David Frost, Joan Rivers.

Zsa Zsa Gabor tourne dans des séries télévisées - Bonanza (1967), Batman (1968) – et assure des tournées théâtrales.

« Considérée comme la première vraie starlette hollywoodienne, la socialite de l’époque bâtit sa carrière en mettant en scène sa propre intimité – affabulations et légende incluses –, à l’image du clan Kardashian aujourd’hui ».

« Car la renommée de Zsa Zsa Gabor tient moins à sa modeste filmographie qu’à sa vie de noctambule et à sa réputation de croqueuse d’hommes, la belle soignant en outre ses répliques pour alimenter les potins des magazines ».

« Mariée à neuf reprises et divorcée huit fois », dont Conrad Hilton (1942-1947, fondateur des hôtels Hilton, et l’acteur George Sanders (1949-1954), la flamboyante Hongroise a su faire de ses frasques un feuilleton à succès et une petite entreprise extrêmement rentable, jusqu’à sa mort en 2016, à l’aube de ses cent ans ».

« Zsa Zsa Gabor - Star glamour de Hollywood » (Zsa Zsa Gabor, Königin des roten Teppichs), documentaire réalisé par Nicola Graef et Heike Dickebohm, revient « en images sur la vie mouvementée de Zsa Zsa Gabor, première "people" de l’histoire ».


« Zsa Zsa Gabor - Star glamour de Hollywood » de Nicola Graef et Heike Dickebohm
Allemagne, 2018
Sur Arte les 24 mars 2019 à 23 h 10 et 6 avril 2019
Visuels :
© József Gábor
© Lona media

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire