Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 7 décembre 2020

Lilli Palmer (1914-1986)


Lilli Palmer (1914-1986), née dans une famille juive allemande à Posen (aujourd'hui Poznań, en Pologne), était une actrice distinguée et primée, qui a aussi tourné en Grande-Bretagne, à Hollywood, en France et en Allemagne, une artiste peintre et une romancière. A
rte diffusera le 7 décembre 2020 « Jeunes filles en uniforme  » (Mädchen in Uniform) de Geza von Radvanyi.


Lilli Palmer (1914-1986) est née Lilli Marie Peiser à Posen (aujourd'hui Poznań, en Pologne), dans une famille juive bourgeoise.

Alfred Peiser, son père, ancien soldat médaillé de la Première Guerre mondiale, était médecin-chef allemand à l'hôpital juif de Berlin. Quant à sa mère, Rose Lissmann, elle a été une actrice autrichienne de théâtre avant de se fiancer. 

De ce mariage, sont nées aussi Irene Prador (1911-1996), future actrice, chanteuse et femme de lettres, ainsi que Hilde (1919-2008).

En 1917, la famille Peiser emménage dans la Hölderlinstraße 11 à Berlin-Westend. Elle y vit jusqu’en 1932. Une plaque apposée devant le mur de la maison rappelle que là fut leur domicile.

Enfant, Lilli Palmer remporte le championnat junior de tennis de table.

Parallèlement à sa scolarité, elle suit des cours de comédie et débute sur les planches à Darmstadt en 1932.

L’arrivée au pouvoir des nazis contraint Irene et Lilli Peiser à se réfugier à Paris – Lilli Palmer joue dans une revue du Moulin rouge et dans des cabarets -, puis à Londres. Leur père décède en 1934 à Berlin. Leur mère mourra en 1959 en Angleterre.

Lilli Palmer signe un contrat avec la maison de production Gaumont British, débute en 1935 dans « Crime Ulimited » (1935) et tourne notamment dans « Quatre de l’espionnage » d’Alfred Hitchcock avec John Gielgud et Madeleine Carrol.

Après des seconds rôles sous la direction notamment de Carol Reed, Lilli Palmer accède au vedettariat à la sortie de Monsieur sans-gêne avec Rex Harrison (1908-1990).

En 1943, Lilli Palmer a épousé ce comédien britannique avec lequel elle a en 1944 un fils, Carey, futur professeur à l'Université de Brooklyn.

Recrutée par le studio hollywoodien Warner Brothers, elle tourne dans Cape et Poignard (1946) de Fritz Lang avec Gary Cooper et dans Sang et Or (1947) de Robert Rossen avec John Garfield.

Après le suicide de l’actrice et chanteuse Carole Landis (1918-1949), amie de Rex Harrison, le couple Harrison emménage à New York et joue à Broadway notamment dans le succès Bell, Book and Candle

Pour son rôle dans The Four Poster d'Irving Reis (1952) avec des scènes d'animation dirigées par Jon Hubley - adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme de Jan de Hartog (1951), Lilli Palmer, qui donne la réplique à son époux Rex Harrison, est distinguée par la Coupe Volpi de la Meilleure actrice en 1953. Ce film a contribué à la création de la Zagreb School of Animated Films, alors en Yougoslavie.

En 1954, Lilli Palmer retourne en Allemagne, et initie une carrière cinématographique européenne : Anastasia, la dernière fille du tsar de Falk Harnack (1956), Les Amants de Montparnasse de Jacques Becker (1958) avec Gérard Philipe et Anouk Aimée, Jeunes filles en uniforme (Mädchen in Uniform) de Géza von Radványi avec Romy Schneider (1958), Le Rendez-vous de minuit de Roger Leenhardt (1961), Adorable Julia d'Alfred Weidenmann (1962) avec Charles Boyer et Jean Sorel, Le Grain de sable de Pierre Kast (1964), Le Tonnerre de Dieu de Denys de La Patellière avec Jean Gabin et Michèle Mercier (1965), Le Congrès s'amuse de Géza von Radványi (1966) avec Curd Jürgens, Paul Meurisse et Françoise Arnoul, Le Voyage du père de Denys de La Patellière (1966) avec Fernandel, Laurent Terzieff et Philippe Noiret…

Lilli Palmer poursuit aussi une carrière internationale : But Not for Me de Walter Lang (1959), Les Filles du code secret de David Greene (1968) avec Dirk Bogarde, Ces garçons qui venaient du Brésil (1978) de Franklin J. Schaffner avec Laurence Olivier, James Mason et Gregory Peck.

A la télévision américaine, elle présente dans les années 1950 son show. Et y joue La Mégère apprivoisée (1956) avec Maurice Evans.

Elle interprète des rôles dans des films télévisés - Omnibus (1952), The Diary of Anne Frank (1967) – ainsi que dans des séries télévisées américaines - La croisière s'amuse (1984) - et allemandes - Der Kommissar, Inspecteur Derrick et Eine Frau bleibt eine Frau.

Divorcée en 1956 – Rex Harrison  a épousé en 1957 la comédienne britannique Kay Kendall (1927-1959) -, Lilli Palmer se remarie l’année suivante avec l’acteur argentin Carlos Thompson.

En 1982, Lilli Palmer interviewe le chancelier allemand Helmut Schmidt.

Elle s'adonne à la peinture.

Outre son autobiographie - Dicke Lilli - gutes Kind (Un Bon petit soldat, 1979), Lilli Palmer est l’auteur de Der roter Rabe (Le Corbeau rouge, 1980), Umarmen hat seine Zeit (Les Rivages insolites, 1982), Nachtmusik (1984), Um eine Nasenlänge (Dans l'ombre du bonheur, 1985), Eine Frau bleibt eine Frau (1985) et Wenn der Nachtvogel schreit (parution posthume). Des succès commerciaux.

« Jeunes filles en uniforme »
Arte diffusera le 7 décembre 2020 « Jeunes filles en uniforme » (Mädchen in Uniform) réalisé par Geza von Radvanyi, et produit par Artur Brauner et Joseph Spigler.

« Dans un pensionnat prussien du début du XXe siècle, une élève s’éprend de sa professeure... Avec Romy Schneider et Lilli Palmer, une émouvante romance lesbienne sur fond de critique du patriarcat et des totalitarismes ». 

« Potsdam, 1910. À la mort de sa mère, Manuela von Meinhardis est placée par sa tante dans un pensionnat pour jeunes filles de la noblesse ». 

« Le quotidien, régi d’une main de fer par la directrice de l’établissement, est égayé par de rares moments sans surveillance et par la douceur de Mlle von Bernburg, la professeure de littérature. » 

« Comme d’autres avant elle, Manuela tombe amoureuse de l’enseignante, qui lui prodigue soutien et tendresse ». 

« Lors d’une fête organisée pour l’anniversaire de la directrice, après avoir triomphé dans une représentation de Roméo et Juliette, la jeune fille, ivre, clame tout haut ses sentiments, avant de sombrer dans le désespoir face au scandale qu’elle a déclenché… »

« Remake d’un film éponyme de 1931 signé Leontine Sagan, Jeunes filles en uniforme de Géza von Radványi dépeint avec réalisme les privations et les brimades subies par les pensionnaires d’un établissement aux allures de caserne militaire, à l’aube de la Première Guerre mondiale ». 

« Face à une directrice obsédée par "l’ordre et la discipline", qui s’est donnée pour mission de former de parfaites futures mères de soldats, l’enseignante incarnée avec maestria par Lilli Palmer oppose son ardente bienveillance jusqu’à l’égarement, la passion fébrile de son élève (sublime Romy Schneider) la plongeant dans la tourmente ». 

« Entre pudique romance lesbienne et critique des totalitarismes, un drame troublant et profondément touchant. »


« Jeunes filles en uniforme » de Geza von Radvanyi 
Allemagne, France, 1958, 1 h 30
Auteur : Christa Winsloe
Scénario : F. D. Andam et Franz Höllering
Production : Central Cinema Company Film, Les Films Modernes, Productions Emile Natan, Société Nouvelle de Cinématographie
Producteur/-trice : Artur Brauner et Joseph Spigler
Image : Werner Krien
Montage : Ira Oberberg
Musique : Peter Sandloff
Avec Romy Schneider (Manuela von Meinhardis), Lilli Palmer (Mademoiselle Élisabeth von Bernburg), Therese Giehse (la directrice revêche et autoritaire du pensionnat), Blandine Ebinger (Mademoiselle von Racket), Margaret Jahnen (Miss Evans), Adelheid Seeck (la princesse), Gina Albert (Marga von Rackow), Danik Patisson (Alexandra von Treskow), Sabine Sinjen (Ilse von Westhagen)
Sur Arte les 7 décembre 2020 à 20 h 50, 8 décembre 2020 à 13 h 40 et 23 décembre 2020 à 15 h 20
Visuels : © ARD/Degeto

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire