Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 17 janvier 2020

Jean-Louis (Chalom) Levy, victime d’une tentative d’assassinat antisémite, est mort


Le vendredi 19 août 2016, Jean-Louis (Chalom) Levy, sexagénaire français juif, était agressé gravement au couteau par Mehdi Kerkoub, délinquant franco-algérien multirécidiviste, alors âgé de 44 ans et criant « Allahou Aqbar » (Allah est le plus grand). Le 12 septembre 2019, la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Colmar a déclaré l’agresseur pénalement irresponsable. Le 30 décembre 2019, Jean-Louis Levy est décédé à l’âge de 65 ans ; il a été enterré en Israël. Son agression aurait du/pu être évitée. Analyse de dysfonctionnements gravissimes impliquant notamment la responsabilité de l’Etat.

« Chasser les juifs pour régner » par Juliette Sibon
En 2001, un panorama des nouveaux visages des antisémitismes
Demain les Juifs de France
Antisémitismes de France 
« La France sans les juifs. Emancipation, extermination, expulsion » par Danny Trom
« La condition juive en France. La tentation de l’entre soi » par Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël
Un sondage français biaisé sur l’évolution de la relation à l’autre
Interview de Maitre Axel Metzker, avocat de la famille Selam
Le procès du gang des Barbares devant la Cour d'assises des mineurs de Paris (1/5) 
Jean-Louis (Chalom) Levy, victime d’une tentative d’assassinat antisémite, est mort
Spoliations de Français juifs : l’affaire Krief (version longue)
L’affaire Krief, exemple d’antisémitisme d’Etat (version courte)
Spoliations de Français juifs : l’affaire Tanger
La Cour d’appel de Paris a condamné des copropriétaires juifs français en créant leur « dette » ! 
L’avocate de Foncia, Foncia Paris, Jean-Patrick Jauneau et Karima Aktouf m’a adressé une mise en demeure liberticide
Des fonctionnaires de la Direction des impôts problématiques à l’égard de Juifs français
Des huissiers de justice problématiques à l'égard de Français Juifs 
« Le flic casher » 
Le Centre européen judaïsme a été inauguré à Paris
Krief Affair, an example of French state-backed anti-Semitism

Mehdi Kerkoub est né à Constantine, en Algérie, en 1971.

Il est arrivé en France en 1978.

C’est un délinquant franco-algérien, sous curatelle, qui a été condamné à plusieurs reprises par les tribunaux : pour port transport illégal d’arme de catégorie B (1995), pour vol par ruse, vol à main armée, vol avec violence (1997, 2001), pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique (1998), pour circulation avec un véhicule à moteur sans assurance (2015), etc.

Agression de David Pariente
Le vendredi 30 avril 2010, à la sortie du tramway, Mehdi Kerkoub avait agressé David Pariente, Français Juif quarantenaire et portant une kippa. 

Il l’avait frappé avec un couteau « en-dessous du cou » - ce qui a laissé à David Pariente une « très grosse cicatrice » -, puis, quand la victime fut à terre, il l’a battu au visage avec une barre de fer. Selon le vice-procureur Thierry Massa, un autre individu avait « eu un rôle « purement passif » durant l'agression ». La victime avait été hospitalisée. 

Mehdi Kerkoub avait déclaré à la police « détester les Juifs et vouloir en tuer un au hasard ». « Selon un témoignage recueilli par » la LICRA, il aurait déclaré aux enquêteurs : "C'est à cause de psys juifs que j'ai été à l'hôpital ». 

Le 1er mai 2010, le parquet, qui l’avait placé en détention provisoire, avait indiqué que Mehdi Kerkoub « pense qu'il fait l'objet d'un complot des juifs, tous les malheurs qui ont pu lui arriver dans la vie, selon lui ça vient des juifs ». Le parquet avait annoncé qu’il ouvrirait le lendemain une « information judiciaire pour "tentative de meurtre aggravé ».

Le 15 décembre 2011, Mehdi Kerkoub avait comparu pour tentative de meurtre à raison de la religion devant la Chambre de l’instruction de Colmar. Celle-ci l’avait déclaré irresponsable pénalement pour cause de trouble mental. Elle avait ordonné son hospitalisation d'office. Elle avait prononcé une interdiction de séjour à Strasbourg – un an selon La Croix, dix ans selon Me Raphaël Nisand, avocat de Jean-Louis (Chalom) Levy - et « une interdiction de détenir une arme pendant dix ans ».

Le même jour, Mehdi Kerkoub était admis en soins psychiatriques à l’EPSAN (Etablissement Public de Santé Alsace Nord), disposant de sites agréables à Strasbourg et Brumath », ville située à 17 km au nord de Strasbourg. 

Dysfonctionnements graves
Le 2 août 2016, invoquant des « remboursements tardifs », Mehdi Kerkoub menaçait verbalement les employés de la CPAM » (Caisse primaire d'assurance maladie) de Strasbourg (des salariés de la Sécurité sociale, Nda) et dégradait du matériel informatique.

Il avait été interpellé. Jugé en comparution immédiate le 4 août 2016, il avait été condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis.

Le 8 août 2016, il « menaçait de nouveau les employées de la CPAM ». Il « présentait alors des fragilités psychologiques et somatiques ne permettant pas son interpellation ».

Le 9 août 2016, le Dr Thierry Royer, psychiatre de l’EPSAN, examinait Mehdi Kerkoub et rédigeait « un certificat modifiant la forme des soins psychiatriques à la demande du représentant de l’Etat » et aux termes alarmants :
« M. Kerkoub est un patient psychotique chronique suivi en programme de soins. Depuis quelques jours, il tient des propos menaçants qui prouve une dégradation de son état psychique sous forme d’une recrudescence délirante. Il a de plus déclaré qu’il ne souhaitait plus se rendre dans la structure de soins. Il refuse l’hospitalisation qui lui a été proposée. Or il peut s’avérer dangereux pour autrui comme il l’a été dans le passé dans des circonstances similaires.
L’état clinique (ou le comportement) du patient ne permet plus une prise en charge sous la forme prévue au 2e de l’article L. 3211-2-1 et nécessite sa réintégration en hospitalisation complète avec le concours des forces de l’ordre conformément aux dispositions de l’article L. 3211-11 du Code de Santé Publique. »
Le 9 août 2016, par délégation du préfet Stéphane Fratacci, préfet de la région Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine, préfet de la zone de défense et de sécurité Est et préfet du Bas-Rhin, Christian Riguet, Secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin, signait un arrêté afin que Mehdi Kerkoub poursuive ses soins psychiatriques « sous la forme d’une hospitalisation complète » à l’EPSAN de Brumath. Il précisait que « les forces de l’ordre apporteront leur concours à l’exécution de l’arrêt ».

Que s’est-il passé pour que, dix jours après cet acte administratif, Mehdi Kerkoub, dont le passé prouvait sa volonté de tuer un Juif, a circulé librement à Stasbourg et agressé Jean-Louis Levy ?

Ce qui soulève d’autres questions :
- Cet arrêté a-t-il été exécuté : les forces de l’ordre ont-elles interpellé Mehdi Kerkoub pour le mener à l’EPSAN ? Si non, pourquoi ?
- Si oui, quand et pourquoi Mehdi Kerkoub, devant être en hospitalisation complète, est-il sorti de l’EPSAN ? Et dans quelles circonstances ? Dans le respect des procédures légales ? Par avis de psychiatres ? Par un autre acte administratif ? Lequel ? Sans qu’aucun soignant ne s’en rende compte et ne le signale à l’autorité idoine ? Comment son état de santé mentale aurait-il pu s’améliorer si vite ? Et par quels soins psychiatriques ?
- Pourquoi aucun contrôle n’a-t-il été exercé à l’EPSAN et à la préfecture concernant Mehdi Kerkoub dont l’état clinique requérait une hospitalisation complète ? Et ce, pendant dix jours ?
- Pendant cette décade déterminante, qu’a fait Mehdi Kerkoub ? Où vivait-il ? Qui a-t-il rencontré ?
- Y a-t-il eu une enquête pour établir les faits et éviter qu’ils ne se reproduisent ? Si oui, par qui, quand et comment ? Si non pourquoi ?
- Les responsabilités administratives, à la préfecture et à l’EPSAN, ont-elles été mises en cause, dans le cadre de procédures disciplinaires ou judiciaires devant la juridiction administrative ? Si oui, par qui, quand et avec quelles sanctions ? Si non, pourquoi ? Qu'a fait l'ARS (Agence régionale de la Santé) Grand Est ?
- Que doit-on penser d'une justice dont une décision ordonnant l'interdiction de séjour à Strasbourg – dix ans selon Me Raphaël Nisand - et « une interdiction de détenir une arme pendant dix ans » n'est pas respectée ? Et sans aucune sanction !?
- Ces dysfonctionnements se produisent-ils souvent dans les cas d’hospitalisation par décision judiciaire ? La France a-t-elle les moyens financiers d’assurer le contrôle de ces irresponsables pénaux criminels ? Etc. Etc. Etc.

Car les conséquences de ce défaut d’hospitalisation complète sont tragiquement graves. Sans que nulle fatalité ne puisse être invoquée. Seulement l’enchaînement d'inactions et de carences, de défaillances et d’indifférence, d’erreurs ou de fautes tissant la chronique de l'agression criminelle prévisible d’un Juif français qui pour son malheur a croisé la route de Mehdi Kerkoub le 19 août 2016. 

Agression de Jean-Louis (Chalom) Levy
Père de douze enfants, d’origine tunisienne, Jean-Louis (Chalom Dovber) Levy était un retraité français juif orthodoxe portant notamment une kippa.

Le vendredi 19 août 2016, cet homme paisible rentrait en fin de matinée à son domicile, dans un quartier juif de Strasbourg, quand il a été frappé à l’abdomen par Mehdi Kerkoub muni d’un couteau à lame de 12 cm.

Avant que l’agresseur ne le frappe une seconde fois, Jean-Louis Levy, ensanglanté, parvenait à fuir et se réfugiait dans la terrasse d’un café. 

Mehdi Kerkoub a laissé tomber son couteau et a attendu la police. 

Quelques heures plus tard, il a déclaré aux policiers qui l’interrogeaient : « J’ai frappé un juif un vendredi c’est mes obligations… J’ai visé le plexus, je voulais le blesser ou le tuer… J’ai marché dans les quartiers juifs pour en trouver un… Je voulais que cela sorte dans les journaux car avec mes versets j’avais des obligations et je voulais que cela se sache… Il me fallait un Juif au hasard ».

Jean-Louis (Chalom) Levy a été opéré en urgence car la lame avait failli toucher le cœur, et avait atteint le foie et le rein. 

Il « était âgé de 62 ans, et à la retraite après avoir été boucher et shohet (expert certifié accomplissant l’abattage rituel juif ou shehita, Nda). Il avait une constitution solide. Mais il ne s’est jamais remis de cette agression qui aurait pu être mortelle. Il était traumatisé. Il a été contraint de déménager. Il vivait dans la terreur. Il restait souvent chez lui. Il avait acheté un gilet pare-balles. Le chabbat, il se rendait à la synagogue, vêtu de son gilet pare-balles et entouré de ses enfants », m’a confié Me Raphaël Nisand, avocat de la victime, le 31 décembre 2019.

Une première expertise de l’agresseur révélait « l’absence de consommation récente par Mehdi Kerkoub d’alcool, de produits stupéfiants et narcotiques, et l’absence de médicaments psychoactifs »…
« Le juge d’instruction a mis en examen Mehdi Kerkoub et ordonné des expertises psychiatriques ».
L’expertise psychiatrique du Dr Brunner du 29 août 2016 relevait une « psychose délirante chronique ». 
Le Dr Lemoine a rendu deux rapports de contre-expertise (7 février et 20 décembre 2018) aux termes desquels il estimait que Mehdi Kerkoub « était sous l’emprise de troubles psychiatriques délirants ». 

Le 29 mai 2019, le Dr Brunner a rendu son rapport d’expertise psychiatrique en concluant sur un « discours délirant » de Mehdi Kerkoub dont « l’état mental n’autorise pas sa comparution personnelle à l’audience de la Chambre de l’instruction ». Tous deux soulignaient la dangerosité de Mehdi Kerkoub…

« Ces expertises sont convergentes : elles ont conclu à l’abolition du discernement de Mehdi Kerkoub, donc à l’irresponsabilité pénale. Or, Mehdi Kerkoub a eu la force mentale et physique de s’armer, de chercher dans la rue un juif afin de le tuer en invoquant Allah comme le font nombre de musulmans lorsqu’ils tuent un kouffar (mécréant) », a relevé Me Raphaël Nisand lors de son interview du 31 décembre 2019.

Le 5 septembre 2019, pour l’audience devant la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Colmar, « j’ai amené en voiture Jean-Louis Levy à la Cour. Il se déplaçait avec son déambulateur. Je l’ai soutenu à plusieurs reprises car il chancelait. Les deux psychiatres ont témoigné. Un expert psychiatre a nié l’antisémitisme de Mehdi Kerkoub en disant que sa fille avait pour prénom « Sara ». J’ai immédiatement rectifié : « Ce prénom s’écrit Sara sans ‘h’ final. C’est un prénom musulman souvent donné, dans les cités, aux filles d’origine maghrébine »… La présidente Mme Katz a exhorté le Dr Brunner : « Dites-nous que vous allez garder Mehdi Kerkoub ». Et l’expert psychiatre lui a répondu : « Mais madame la Présidente, nous sommes des psychiatres, pas des gardiens de prison ! », s’est souvenu Me Raphaël Nisand.

L’avocat général M. Raymondeaud-Castanet a requis l’irresponsabilité pénale de Mehdi Kerkoub.

Me Raphaël Nisand a « demandé le renvoi de Mehdi Kerkoub devant la Cour d’assises du Bas-Rhin pour tentative d’homicide avec circonstance aggravante. Mehdi Kerkoub avait été condamné à plusieurs reprises pour diverses infractions par la justice, notamment par le tribunal correctionnel. Pourquoi ne l’aurait-il pas été pour cette tentative d’assassinat d’un Juif ? J’alertais sur l’effet délétère, pour l’ordre public et la communauté juive de Strasbourg, de l’absence de procès public devant la Cour d’assises. On peut être soigné pour des troubles psychiatriques en prison. Je sollicitais aussi une expertise médiale de mon client pour déterminer l’étendue de son préjudice médical et psychologique ».

Me Sendegul Aras, avocate de Mehdi Kerkoub, a plaidé l’irrégularité de la procédure et demandé l’annulation de certains actes.

Le 12 septembre 2019, la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Colmar, composée de Mmes Katz, Duprez et Messer-Pin, a conclu à l’irresponsabilité pénale « en raison d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant, au moment des faits, aboli son discernement ou le contrôle de ses actes ». 

Elle a ordonné l’hospitalisation complète de Mehdi Kerkoub. Elle lui a interdit pendant vingt ans de « comparaître dans le Bas-Rhin, de détenir ou porter une arme, d’entrer en relation avec Jean-Louis Levy et les membres de la famille de celui-ci ». Pour la deuxième fois, la Cour a ordonné l'interdiction de détenir une arme !? Et cette fois, l'interdiction de comparaître a été élargie à tout un département ! Qui va contrôler ces deux interdictions ? La Cour sait pourtant que les précédentes interdictions n'ont guère montré leur efficacité. Quel est le sens de cette décision judiciaire, pour Mehdi Kerkoub, pour la famille de la victime Jean-Louis (Chalom) Levy et pour les autres intervenants : psychiatres, préfet, etc. 

La Cour d'appel a reconnu Mehdi Kerkoubi entièrement responsable du préjudice subi par Jean-Louis Levy. Elle a enfin ordonné une expertise médicale et psychologique de Jean-Louis Levy.

Le 30 décembre 2019, Jean-Louis Levy est décédé à l’âge de 65 ans ; il a été enterré en Israël.

Réticences à appréhender la réalité
L’attitude des principales organisations juives françaises dans cette affaire ? « L’affaire a été sous-évaluée. Il y a eu de rares articles dans la presse locale. Le nouveau délégué régional du CRIF Est (Conseil représentatif des institutions juives françaises), Pierre Haas, est dynamique… Voici quelques mois, j’ai évoqué ma proposition de modification législative auprès de Joël Mergui, président du Consistoire de France. Mais il m’a dit que les juristes du Consistoire y sont opposés », a déploré Me Raphaël Nisand le 31 décembre 2020. 
Le 3 janvier 2020, le site Internet du CRIF a publié un article sur le décès de Chalom Levy. Le 9 janvier 2020, CRIF a organisé un hommage aux victimes juives de l'attentat terroriste islamiste à l'hypercacher à la porte de Vincennes (2015). "Avant l’allumage de la bougie en mémoire de Sarah Halimi, le président du Crif, Francis Kalifat, a tenu à s’exprimer sur le meurtre de Sarah Halimi, insistant sur la nécessité d'un procès. En effet, le 19 décembre dernier, la Cour d'Appel de Paris avait annoncé conclure à l'irresponsabilité pénale de l'assassin de Sarah Halimi. En effet, le 19 décembre dernier, la Cour d'Appel de Paris avait annoncé conclure à l'irresponsabilité pénale de l'assassin de Sarah Halimi. "Cette décision prive les enfants et la famille de Sarah Halimi du procès indispensable à l’apaisement et à la sérénité auxquels ils ont droit. Cette décision prive, à ce stade, la France du procès de l’antisémitisme", a-t-il déclaré. "La France a besoin de ce procès pour faire son chemin dans sa longue lutte contre l’antisémitisme, car pour Sarah Halimi, l’application des règles de droit, indispensables dans une démocratie, n’épuise pas le débat. "Nous attendons bien sûr avec angoisse et inquiétude mais aussi avec confiance l’examen du pourvoi formé devant la cour de cassation car il ne peut y avoir de droit sans justice" a-t-il ajouté.

Pourquoi le CRIF a-t-il omis Jean-Louis (Chalom) Levy ? Devra-t-on attendre près de seize ans pour qu’un président du CRIF reconnaisse l’importance de cette affaire, comme l’a fait Francis Kalifat en 2019 dans l’affaire Selam (Sébastien Selam a été assassiné en 2003, Nda) et pour qu'il l'évoque publiquement.

Selon son beau-frère qui l’hébergeait à Strasbourg, Mehdi Kerkoub « avait un sentiment de haine envers la communauté juive depuis qu’il estimait avoir tout perdu (femme, enfants, travail) suite à son internement par un médecin présentant un patronyme à consonance juive, il y a une quinzaine d’années ». 

La sœur de Mehdi Kerkoub a déclaré que son frère « approuvait les attentats s’étant déroulés au Bataclan à Paris et qu’il lui avait dit qu’il aimerait bien enfiler une ceinture et se faire exploser ».

L’ordonnance de la Chambre de l’instruction constate « la haine viscérale des personnes de confession juive » du prévenu, retient « qu’il existe des charges suffisantes contre Mehdi Kerkoub d’avoir commis des faits de tentative d’homicide volontaire en raison de l’appartenance réelle ou supposée de la victime à la religion juive ». Mais elle élude le soutien aux djihadistes exprimé par Mehdi Kerkoub !? Pourquoi cette tentative d’homicide antijuif au cri d’« Allah Aqbar » n’a-t-elle pas été analysée et qualifiée par la police et par la justice comme un acte terroriste antisémite ? 

Un acte aussi marqué par l’islam : c’est toujours un vendredi (Jumu’ah), le « meilleur des jours » en islam, que Mehdi Kerkoub agresse physiquement des Juifs.

La police a interrogé Mehdi Kerkoub pour savoir s’il « se rendait habituellement dans un lieu de culte ». A-t-elle procédé à des investigations ? Avec quels résultats ? Si non, pourquoi ?

Interviewée le 6 janvier 2020, Me Sendegul Aras, avocate de Mehdi Kerkoub, a nié tout antisémitisme de son client qui « avait agressé aussi un musulman ». Quand ? Où ? Comment ? « La sœur et le beau-frère de Mehdi Kerkoub avaient prévenu de sa dangerosité les autorités par lettre recommandée avec accusé de réception », a ajouté Me Sendegul Aras. Mehdi Kerkoub avait été jugé et condamné par des tribunaux sans que son irresponsabilité pénale ait été alors invoquée. Pourquoi cette dernière est-elle invoquée uniquement quand il tente de tuer des Juifs ? « Sa maladie s’est aggravée au fil des années », avance Me Sendegul Aras quand je l’ai interviewée.

« Comme dans l’affaire Sarah Halimi, on peut se pourvoir en cassation. Mais un éventuel pourvoi en cassation me semble voué à l’échec : la Cour d’appel a statué définitivement sur les faits, et la Cour de cassation, hormis affaire emblématique ou vice de forme/procédure, confirme l’arrêt de la Cour d’appel. Et un pourvoi coûte cher. Le 20 janvier 2020, le Tribunal statuera sur les intérêts civils », m’a déclaré Me Raphaël Nisand le 31 décembre 2019. En cas de condamnation de Mehdi Kerkoub, c’est l’Etat qui paiera.

Et Me Raphaël Nisand de proposer une modification législative : « Les experts psychiatres ne comprennent rien à l’agenda des islamistes qui sont rarement sains d’esprit. Il faut changer la loi sur l’irresponsabilité, en l’occurrence l’article 122-1 du Code pénal, de manière générale et impersonnelle. Je suggère de sortir ces actes de haine et terroristes du champ de cet article. Il suffit d’ajouter à l’article une phrase indiquant que tout débat sur l’irresponsabilité pénale est exclu dans les attentats terroristes ou les crimes de haine, racistes ou antisémites. C’est au gouvernement d’agir par la voie d’un projet de loi. Si la France veut protéger des Juifs visibles, pratiquants, elle doit s’en donner les moyens », a estimé Me Raphaël Nisand. 

« Une fois que Mehdi Kerkoub sort de l’hôpital, on perd toute traçabilité », a alerté Me Raphaël Nisand. 

Que se passera-t-il alors ? La communauté juive strasbourgeoise en sera-t-elle informée ? Devra-t-elle réduire ses sorties ? Doit-on craindre raisonnablement qu’il tentera une troisième fois de tuer un Juif ? Mehdi Kerkoub a la double nationalité franco-algérienne. Est-il envisageable ou légalement possible de le déchoir de la nationalité française + comme il est binational, il ne deviendra pas apatride - afin de l’expulser de France pour la menace à l’ordre public qu’il représente ?

Ces agressions de Juifs par des « irresponsables pénaux » musulmans suscitent maintes inquiétudes et réflexions. Quel est le nombre exact de victimes juives françaises d’antisémitisme depuis 2000 - treize ? Seize ? Plus ? Et, dans ce nombre, quelle est la part de celles agressées par des irresponsables pénaux ? Pourquoi des organisations juives françaises se sont-elles désintéressées de certaines d’entre elles ?

Pourquoi la France n’établit-elle pas un fichier de ces « Allahou Akbar boys » (Mark Steyn), en distinguant les irresponsables pénaux, pour les recenser, analyser ces statistiques et surveiller ces individus dangereux ? Quel est le coût financier pour l’Etat de leur hospitalisation, notamment complètes ? Peut-on légalement établir une traçabilité de ces irresponsables pénaux criminels ? 

Entre les terroristes islamistes tués par les forces de l’ordre et les irresponsables pénaux, combien d’assassins de Français seront condamnés à des peines de prison ? Combien seront finalement libérés par décision du « gouvernement des juges » d’un Etat préférant des solutions alternatives à l’hospitalisation complète si coûteuse et ne cessant d’accorder des droits aux personnes hospitalisées sans leur consentement ?

J'ai interrogé les ministères de l'Intérieur et de la Santé, la préfecture du Bas-Rhin, le Dr Thierry Royer et l'ARS Grand Est.

Articles sur ce blog concernant :

« La journée de la jupe » par Jean-Paul Lilienfeld


« La journée de la jupe » (Heute trage ich Rock!), film réalisé par Jean-Paul Lilienfeld (2008), a suscité un intérêt, ainsi qu'un succès, publics et critiques dans le monde. Ce long métrage a été adapté par son auteur au Théâtre des Béliers parisiens dans une mise en scène de Frédéric Fage. « Au bord de la crise de nerfs, Sonia, professeure dans un collège de banlieue, bascule dans la prise d'otages... Un état des lieux sans concession de l'impasse éducative ».


En 2004, Jean-Pierre Obin a remis son rapport intitulé Les Signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires au ministre français de l'Education nationale. Quatre ans plus tard, « La journée de la jupe » en offrait une illustration inquiétante en montrant l’antisémitisme, la violence, le sexisme, la misogynie et la délinquance d’élèves issus de la « diversité culturelle » au sein d’un lycée de « zone sensible dans la société multiculturelle » française. Et son grand succès d’audience a révélé qu’il répondait à l’attente par des citoyens d’un langage de vérité.

Film
« Professeure de français dans un collège « sensible », Sonia Bergerac s’obstine à venir en cours en jupe, malgré la désapprobation de son principal, dépassé par la déliquescence de son établissement. Au bord de la dépression nerveuse, récemment quittée par son mari, elle vit de plus en plus mal sa difficulté à enseigner, la discrimination dont les filles sont victimes, comme le racisme de certains élèves ».

« Lorsqu’elle découvre une arme dans le sac de l’un d’eux, elle s’en empare et, paniquée, prend sa classe en otage. Intervention du Raid, angoisse des parents, négociations, vacarme médiatique… : dans le huis clos de la classe, l’envers de la cité se révèle… »

« Au bord de la crise de nerfs, Sonia, professeure dans un collège de banlieue, bascule dans la prise d'otages... Un état des lieux sans concession de l'impasse éducative et un rôle à la démesure d'Isabelle Adjani. Avec également Denis Podalydès, Yann Collette et Jackie Berroyer ». « À travers ce scénario culotté d’une prise d’otages dans un collège de banlieue, Jean-Paul Lilienfeld dresse un état des lieux vertigineux de l’impasse à laquelle est confrontée l’Éducation nationale ».


« Car ce film « sur la corde raide », en rupture avec le politiquement correct, emprunte avec virtuosité les codes de la fiction et du cinéma d’action pour éclairer, sans concession, la complexité des enjeux : violence et confusions identitaires des élèves, enseignants à bout de souffle, laïcité en péril, aveuglement de la hiérarchie, démission des politiques… »

« Teintée d’un humour du désespoir, cette puissante dramaturgie montre surtout combien les tensions de la cité retentissent sur la vie scolaire, jusqu’à l’implosion ».

« Haletant, à fleur de peau, La journée de la jupe offre un rôle à la démesure d'Isabelle Adjani, Sonia, d’une flamboyante fragilité, passant de l’hystérie à la drôlerie, face à de jeunes comédiens à l’irrésistible énergie ».

Il a été difficile de trouver le financement de « La Journée de la jupe » : « Le cinéma n'en a pas voulu, c'est vrai. Il faut leur demander. On avait une ou deux chaînes qui n'étaient pas contre mais comme nous n'avions aucun distributeur en salles, le projet était mort. En fait, les adjoints des patrons étaient très enthousiastes. Chez Pathé, il y avait des gens qui avaient envie de le faire. J'ai même reçu un coup de fil un dimanche soir de l'un d'entre eux qui voulait non seulement distribuer le film mais prendre des parts de coproduction dans le film. Et puis, comme le sujet est sensible, les adjoints devaient en référer à leurs patrons, qu'ils soient ou non le propriétaire de la boîte. Et c'est là que la décision a été bloquée sur le mode « On ne touche pas à ça »... Ils se sont dit : pourquoi aller s'embêter avec un sujet difficile, potentiellement polémique, quand il y a tant d'autres films plus simples à faire ? Et puis, il y a la peur irraisonnée. L'un d'entre eux a justifié son refus en disant : « Je n'ai pas envie que ma maison saute ». Comme s'il allait encourir je ne sais quelle fatwa en distribuant La Journée de la jupe ... Il faut dire aussi que je n'étais pas en cour. Mon dernier film avait été un échec commercial… J’ai vécu de zéro à 18 ans à Créteil. J'ai l'occasion d'y retourner et j'ai vu ce que c'est devenu. Le déclic d'écriture, je l'ai eu en regardant les reportages à la télévision lors des émeutes dans les banlieues en novembre 2005. Dans l'un deux, une mère de famille disait qu'elle couchait devant sa porte pour empêcher ses fils de descendre dans la rue. Mais ils étaient tellement en colère que, lorsqu'elle s'endormait, ses fils l'enjambaient et sortaient quand même... Ce qui me frappait dans ces images, c'est qu'on ne voyait aucune fille », a déclaré le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld au Point (23 mars 2009).

« Avec ses 2,25 millions de spectateurs lors de sa première diffusion en 2009, La journée de la jupe est l'un des plus beaux records d'audience d'ARTE » avec 9,7% de parts de marché. Puis, ce film a été distribué en salles de cinéma et présenté à la Berlinale 2009. Un score explicable aussi par les apparitions rares d’Isabelle Adjani et des thèmes tabou enfin abordé.

Recevant le prix de meilleure actrice aux Globes de cristal 2010, Isabelle Adjani a déclaré : « Une jupe, ce n'est qu'un bout de tissu, mais qu'elle soit courte ou qu'elle soit longue, ce symbole peut nous aider à gagner une bataille contre l'obscurantisme, et même contre ce qu'il convient d'appeler la haine des femmes ».

En 2010, « La journée de la jupe » a reçu les César de la meilleure actrice pour Isabelle Adjani, du meilleur film et du meilleur scénario original.

Le 20 avril 2018, Jean-Paul Lilienfeld a posté ce message sur sa page Facebook et sur son site Internet :
"Je dédie à Audrey Garric, dont vous allez pouvoir admirer la performance dans cette vidéo ou elle descend mon film, cette pensée d'Umberto Ecco:
"Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles. "
Habituellement on met des critiques dithyrambiques pour inciter les gens à regarder un film. J'ai choisi l'inverse: vous montrer ce qu'une partie des bien-disants, de ceux qui expliquaient comment il fallait penser, disaient du film à l'époque.
Car le genre de critique que vous allez voir est emblématique de la réaction d'une partie de la presse au moment de la sortie du film. Choqués qu'ils étaient par le propos qui contredisait le dogme auquel ils s'accrochaient tous, mais incapables d'argumenter sur le fond, c'est à dire de me prendre en défaut d'inexactitude sur ce qui était montré, ils s'attaquaient à la forme.
Le film était ridicule, mal joué, mal filmé... mal tout quoi!...
Peu importe que @Audrey Garric, la "journaliste" improvisée critique soit elle-même mauvaise, parlant faux, jouant très mal les 3 secondes qu'elle avait choisi de jouer, et n'ait aucun argument autre que la dénégation gratuite. Il faut être dans la note et descendre ce film au propos incorrect. Ce genre d'auto-promotion sur le dos de mon travail, et parfois même de ma personne, a fait flores à l'époque parmi les aspirants journalistes en mal de reconnaissance.
Quand aux leader d'opinion, ceux de la presse reconnue, les "Influenceurs" de l'époque qui donnait le "La" de ce qui était bien ou mal, beaucoup s'en sont donné à cœur joie... voici quelques extraits non exhaustifs...
De Bruno Girard dans le Nouvel Obs: La journée de la jupe: la triple impostureOu encore Emily Barnett dans les Inrock toujours à la pointe de la pensée vertueusement morale: "Mais derrière les caricatures d’un prof qui lit le Coran pour se rapprocher de ses élèves, ou d’un proviseur taxé de lâcheté parce que pas assez restrictif, c’est un retour aux bonnes vieilles méthodes répressives qui est finalement défendu. En réalité, la posture anti-langue de bois n’est qu’un écran de fumée dissimulant (mal) une pensée plutôt réac."
Dominique Widemann dans l'Humanité: "Nous n'y adhérons pas plus qu'aux vertus républicaines du Karcher, au fantasme de la cité invisible d'où seule l'émeute pourrait advenir. Hors champ."
Jacques Mandelbaum dans Le Monde "(...) Le problème, c'est que tout y est tellement simplifié, tellement cousu de fil blanc, qu'on a l'impression que le réalisateur prend a priori son public pour une classe à éduquer."
CONCLUSION
Audrey Garric est aujourd'hui journaliste au service planète du Monde. Sa pertinence cinématographique n'a honteusement pas été appréciée à sa juste valeur.
Mon film à eu depuis 22 prix dans le monde. Il a honteusement été surestimé par ceux qui ne savent pas penser.
Et même Le Monde a été victime du succès de mon film! Si vous tapez dans les recherches du site du journal "La journée de la Jupe" vous trouvez 511 articles qui emploient cette expression.
Un titre de film "cousu de fil blanc" passé dans le langage courant? Un comble!🖕"
Avec 900 000 téléspectateurs, Arte a ce soir-là enregistré un record d'audience en se positionnant en première place des chaines de la TNT.

De la Journée de la jupe au Hijab Day
S'il fut un temps où il était "révolutionnaire" pour une femme d'enfiler des pantalons, depuis quelques décennies, porter une robe ou une jupe, même couvrant les genoux, s'avère mal perçu dans des "zones sensibles".

Outre son succès d'audience télévisée, ce film a connu une diffusion mondiale, de Russie à Israël, qui a surpris son auteur.

La portée de ce film-alerte non "politiquement correct" a été contestée, voire dévoyée, atténuée, aseptisée par diverses manifestations : "Hijab Day" à Sciences Po, port de la jupe par des élèves garçons, etc. Et ce pour ne pas stigmatiser celles portant le foulard islamique, au nom de l'égalité hommes/femmes !?

L’idée d’une Journée de la jupe a émergé en 2006 dans un lycée technologique d’Etrelles, près de Rennes. Au niveau régional, c’est le « Printemps de la jupe et du respect ».

L'association féministe Ni putes ni soumises a appelé toutes les femmes à porter une jupe lors de la journée contre les violences à leur égard, le 25 novembre 2010.

En 2012, le collège Roger-Vailland de Poncin (Ain) a refusé que des élèves adolescentes, âgées de treize à quinze ans, soient vêtues de jupes. « En raison d'agressions verbales dont certaines ont été victimes, un membre de l'équipe de direction leur a proposé d'adopter une autre tenue», a expliqué vendredi Sylvain Weisse, le principal du collège. « Mais les adolescentes de 4e et de 3e ont refusé d'obtempérer. Soutenues par quelques enseignants, elles ont fait circuler une pétition qui a retenu près de 80 signatures pour soutenir leur action. « Cet incident sera l'opportunité pour l'établissement de poursuivre une action engagée depuis des années autour des thèmes du respect d'autrui et des relations entre les filles et les garçons » convient le principal de Roger-Vailland. La volonté des élèves s'inscrit dans une démarche positive et reconnue comme telle par l'établissement. Des actions pédagogiques et éducatives seront très prochainement conduites avec les élèves et leurs familles», promet-il pour apaiser les tensions ».

Nouvelle étape dans le dévoiement, l'aseptisation, cette fois au nom de la lutte contre les inégalités hommes/femmes et le sexisme. En 2017, « garçons et filles sont invités à se rendre en jupe dans leurs établissements le 19 mai, avant de participer à des débats sur l’inégalité des salaires ou le sexisme. Cette nouvelle « journée de la Jupe », la troisième, est pour la première fois organisée au niveau national, et à l’appel de quatre organisations : SGL, UNL, UNL-SD et FIDL. « C’est une opportunité pour aborder le thème de l’égalité hommes-femmes, qui est primordiale mais dont on ne parle pas beaucoup au lycée », explique Coline Mayaudon, déléguée à la communication du Syndicat général des lycéens (SGL). Une initiative qui doit permettre de « déclencher des débats, des discussions, autour de l’inégalité de salaires [entre hommes et femmes] par exemple, ou même du sexisme que l’on vit au quotidien », dit-elle. Et l’occasion, espère-t-elle, d’aborder « l’ouverture des filières », notamment scientifiques et techniques, « parce qu’on se rend bien compte que les filles n’y vont jamais ». En 2014, à Nantes, une action similaire avait été menée dans plusieurs établissements, avec le soutien du rectorat. Mais en pleine polémique autour de la théorie du genre, des incidents avaient éclaté entre lycéens et militants de La Manif pour tous, mouvement qui s’était mobilisé contre la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe. « A cause des incidents, on était passés à côté du message principal, qui est la lutte contre le sexisme, donc nous voulions relancer l’initiative », explique Coline Mayaudon».

En Angleterre, « ce sont les garçons qui réclament de pouvoir porter la jupe et ce, toute l’année s’ils le souhaitent. Ces jours-ci, le collège et lycée privé londonien de Highgate propose à l’initiative d’une association d’élèves de mettre en place des uniformes neutres : jupes ou pantalons pour tous. L’école consulte également les parents sur plusieurs questions comme la mise en place de toilettes unisexes ou l’utilisation du terme neutre «élève» plutôt que «garçon» ou «fille». Adam Pettitt, le directeur de l’établissement scolaire, notant que de plus en plus d’élèves s’interrogent sur leur identité de genre, s’est expliqué au Sunday Times : «Cette génération se demande si nous ne sommes pas binaires dans la manière dont nous voyons les choses.»

"L’association caritative et LGBT Educate & Celebrate « accompagne ainsi les établissements qui souhaitent adopter une plus grande fluidité : elle estime qu’en Angleterre pas moins de 120 écoles se sont déjà inscrites à son programme qui propose un code vestimentaire assoupli et inclusif. « Nous avons pu constater que les écoles primaires adoptent le programme plus vite que le secondaire », précise sa fondatrice, Dr Elly Barnes. Une enseignante de l’école Allens Croft à Birmingham, qui a mis en place une politique neutre depuis 2013, explique au Guardian : « Il faut juste que les enfants puissent exprimer leur personnalité et mettre des habits dans lesquels ils se sentent à l’aise. » Et ce au mépris des enfants, de leur rythme, sans respecter les périodes de latence.

En 2016, 2 700 adolescents étaient suivis par un médecin ou un thérapeute pour des troubles relatifs à l’identité de genre, selon des chiffres du Guardian. Au Royaume-Uni, l’Equality Act ratifié en 2010 simplifie la législation en matière de discrimination: depuis, un fonds de 5,15 millions d’euros est mis à disposition par le gouvernement contre le harcèlement homophobe, transphobe et biphobe dans les écoles. A l’étranger, dans d’autres pays où l’uniforme scolaire et encore la norme, les codes s’assouplissent, comme récemment dans un établissement de Nouvelle-Zélande où chacun peut désormais porter à sa guise la jupe ou le short… et même le kilt  ».

Le 20 avril 2016, à Sciences Po a eu lieu le Hijab Day, « journée de sensibilisation sur la question du foulard en France », inspirée du « World Hijab Day ». Les étudiantes étaient invitées à porter, pendant une journée, un foulard islamique au nom du « droit de se vêtir comme elles le souhaitent et d’être respectées dans leur choix », pour « essayer la décence, le respect de l’autre, l’échange et la compréhension mutuelle, tout ça, tout ça… dans notre société tristounette », si elles sont « humanistes, féministes, anti-racistes, anti-paternalistes, sciences piste ».

Pour attirer les fashionistas, la page Facebook du Hijab Day proposait de « jolis foulards et pashmina (mais vous pouvez amener les vôtres si vous le préférez) - pour des petits tuto et une assistance manuelle, et discuter plus longuement, si vous le souhaitez ». Le but ? « Démystifier le tissu! Il y a autant de voiles que de femmes. C’est la personne qui le porte qui donne une signification à son vêtement, et elle est la seule légitime à le faire… 1) Nous pensons que se couvrir les cheveux d’un foulard, même une petite journée, en cours, dans la rue, permet de prendre conscience du regard de l’autre, de ses propres appréhensions, et mieux comprendre -dans une moindre mesure, bien sûr- l’expérience de la stigmatisation vécue par de nombreuses femmes voilées en France. 2) Par ailleurs, quand bien même vous vous en pensez bien conscients, il s’agit aussi de montrer que nous disposons de nos corps comme nous l’entendons, nous vêtissons comme nous l’entendons, et n’admettons pas l’idée d’un diktat quant à la façon dont nous choisissons de nous présenter, de nous vêtir. Voilé.e.s, pas voilé.e.s, tou.te.s égales/égaux ».

L’Union nationale interuniversitaire (UNI) "juge que les étudiants sont incités à se voiler. « Ça n’est pas le débat sur le port du voile qu’on dénonce, c’est le caractère prosélyte de l’événement », affirme Carla Sasiela, responsable de l’organisation à Sciences Po qui forme l’élite de la France, dans les secteurs publics et privés. La direction de l’établissement a autorisé la journée tout en précisant que sa tenue dans les murs de Sciences Po « ne saurait être interprétée comme un quelconque soutien de l’école à cette initiative ». Lui aurait préféré un « vrai débat encadré ».

A l’heure où tant de femmes sont sanctionnées sévèrement dans le monde musulman quand elles ôtent leur foulard islamique, et à l’aune des problèmes des universités, des guerres notamment en Afrique et au Moyen-Orient, ces événements frisent l’indécence.

Charles-Hugo Lerebour, étudiant à Sciences-Po, signait une tribune dans Le Figaro (22 avril 2016) :
« La «twittosphère» s'emballe: plus de 10 000 tweets sont postés à midi concernant l'événement. Et quels tweets! Des femmes s'indignent du soutien de l'association dite féministe «Politiqu'elles», de nombreux internautes ne comprennent pas l'intérêt d'une telle manifestation. A cela vient s'ajouter quelques «dérapages» et autres attaques ad hominem. Dans l'après-midi, les politiques entrent dans la danse: Valérie Boyer, députée LR, dénonce «l'honneur perdu des féministes de Sciences Po», Bruno Le Maire, enseignant dans l'école, évoque sa «désapprobation», une pétition de «NouS les jeunes» groupe de soutien de Nicolas Sarkozy, est adressée à Frédéric Mion, le Directeur de Sciences Po. Parmi les milliers de tweets, un en particulier retient mon attention: «Hijab à Sciences Po, et si Houellebecq avait encore vu juste?». Il convient d'y répondre…Le fait que cet événement ait été organisé en anglais n'est pas un hasard: il reflète l'importation d'un modèle communautaire tout droit venu des pays anglo-saxons. Un modèle qui n'est pas le nôtre, donc, et un événement mondial: le «World Hijab Day», créé à la suite du 11 Septembre pour lutter contre les stéréotypes liés au port du voile. A noter ensuite que de nombreuses filles en train de faire l'essayage n'était pas françaises mais australiennes ou britanniques, dont la culture cosmopolite diffère à bien des aspects de notre sensibilité laïque nationale.
Et c'est bien cette notion de sensibilité laïque qui fut, en vérité, offensée durant cette journée. Derrière le paravent de «lutte contre l'islamophobie», de «démystification du tissus» et de «vecteur de débat d'idée», il y a cette notion essentielle de laïcité à la française qui est testée, défiée, provoquée depuis une vingtaine d'années dans notre pays. Voilà la clef de la polémique. Cette initiative a choqué, à juste titre, car elle allait dans le sens contraire du combat à la fois Républicain et universaliste puisé dans l'héritage de la Révolution et du baptême de Saint Louis. Jusqu'à peu de temps, la France et ses élites se sont toujours battues contre l'obscurantisme. Et voilà que dans le temple de la formation des élites, certaines en font la promotion! Comment ne pas s'indigner? Comment ne pas y voir le signe d'un renversement? Et pourtant. Certains y ont vu une tempête dans un verre d'eau. J'y vois plutôt la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Et l'ampleur de la réaction dans le pays contredit l'idée d'une France lasse, fataliste et nihiliste.
Ne pas reconnaître que le voile est ce qu'Alain Finkielkraut appelle un «petit tract d'étoffe» est abscons. Le «Hijab» n'est pas seulement le témoignage d'une croyance, il est l'affirmation ostentatoire de l'identité de l'individu. Le fait que des féministes aient soutenu cette initiative est je crois ce qui a le plus déconcerté. La troublante convergence des luttes qui s'opère actuellement entre féminisme et islamisme contre les «discriminations religieuses et sexistes» mérite un éclaircissement. Au cours de cette journée, il fut possible d'entendre que les femmes qui se voilaient le faisaient par choix. Dire le contraire témoigne selon elles d'un «réflexe paternaliste» traduisant le fait que les femmes ne peuvent avoir «de liberté de conscience». Ce qu'elles appellent liberté, je l'appelle servitude. Volontaire, certes. Et encore. Comment alors ne pas voir le décalage entre ce genre de propos et la réalité des femmes des quartiers populaires français qui se voilent pour avoir «la paix» et éviter ainsi de se faire insulter de «salle pucelle de française» ou de «pute»? Comment ne pas s'indigner d'entendre vouloir «tourner ce sujet en dérision» alors que tous les jours des femmes sont prêtes à mourir pour s'émanciper de cette marque de soumission. Ce «combat» est-il réellement la priorité ou ne cacherait-il pas d'autres motivations moins envieuses?
Ce mercredi a encore une fois démontré que la démocratie française, sa passion pour le débat, et son attachement à ses valeurs et ses principes était bien vivante. Parce que tout ce qui est excessif est dérisoire, sachons considérer cet événement à son juste niveau: celui d'une provocation qui a mal terminé. En tout, ce ne sera qu'une vingtaine de personnes qui porteront le voile à cette occasion, sur une école comptant plus de 13 000 étudiants. Un petit rien, donc, mais un rien qui jette une fois de plus l'opprobre sur une majorité silencieuse que le flot médiatique laisse sur le rivage du débat ». 
Théâtre
A partir du 18 janvier 2019, le Théâtre des Béliers parisiens proposera La Journée de la jupe adaptée par Jean-Paul Lilienfeld et mies en scène par Fréderic Fage (1 h 20). La Journée de la Jupe a été distinguée par le prix Théâtre 2019 de la Fondation Barrière.

"Sonia Bergerac est professeure de français dans un collège de banlieue sensible et s’obstine à venir en cours en jupe malgré les conseils du proviseur. Dépassée par l’attitude de ses élèves ingérables, au bord de la crise de nerf, elle tente tant bien que mal de faire son cours. Mais lorsqu’elle trouve un pistolet dans le sac d’un de ses élèves, elle s'en empare et, involontairement, tire sur l'un d'entre eux. Paniquée, elle prend la classe en otage..."

"Dans le microcosme d’un collège difficile, au-delà des clichés, nous découvrons les mécanismes des relations de domination entre professeur(e)s et élèves, mais également entre les élèves eux-mêmes. Des questions se posent sur la violence, la laïcité, les rapports hommes/femmes et la domination masculine qui règne dans certains quartiers de banlieues."

Jean-Paul Lilienfeld explique pourquoi il a écrit La Journée de la jupe et lui "donne une seconde vie au théâtre" :
"Parce que malheureusement, après tout ce temps, les raisons qui m’avaient motivé à écrire cette histoire demeurent.
Parce que le réflexe de culpabilité post-coloniale, consistant à assigner malgré eux les immigrés et leurs enfants à une irresponsabilité collective me semblait et me semble toujours le summum du néocolonialisme.
Parce que cette irresponsabilité collective conduit ensuite inévitablement à décréter une responsabilité collective dans les attentats tragiques commis par les terroristes.
Parce que l’école n’est pas le no man’s land neutre fantasmé par les institutions, un intérieur cosy protégé du réel, mais bien au contraire l’unique lieu où tous les extérieurs se rencontrent, essaient de cohabiter et souvent se télescopent.
L’école est notre société en modèle réduit.
Et à l’image de cette société, elle n’est pas aujourd’hui « entre les murs » mais « au pied du mur ». De notre capacité à accepter de voir ce qui est, à trouver une autre voie que la démission ou la répression, dépendra l’issue.
Différentes composantes de notre société s’affrontent aujourd’hui en des face-à-face tendus.
Ayons le courage de ne pas les laisser se transformer en corps-à-corps.
J’espère que cette pièce y contribuera."
Frédéric Fage, metteur en scène, analyse la pièce de théâtre :
"La Journée de la jupe s’ouvre sur la silhouette de Sonia Bergerac baigné dans une lumière de pleine lune qui annonce déjà une certaine tension. Mais qui est cette professeure embarquée dans une prise d’otage maladroite et sans revendications ? Sonia Bergerac, ce pourrait être n’importe quelle professeure...
La salle de théâtre, elle, souligne l’universalité de la pièce : les personnages sont des archétypes, ils incarnent une idée.
Molière est ici convoqué pour faire écho à l’enjeu crucial de La Journée de la jupe. Il y a de la farce dans cette situation : une professeure au bord de la crise de nerfs devient preneuse d’otages presque malgré elle et fait lire du Molière à ses élèves en les menaçant avec son arme.
La farce n’est jamais très loin du drame, elle est là pour révéler les travers de la société, comme chez Molière.
Ce que révèle cette farce tragique, c’est avant tout un système de domination masculine opprimante à travers les deux caïds qui terrorisent la classe. D’origine ethnique et d’appartenance religieuse différentes, ces deux adolescents ont en commun un comportement machiste violent, déterminé par une vision archaïque de la virilité.
La Journée de la jupe est une pièce qui peut provoquer la colère. Contre les médias irresponsables, contre l’école qui ne fonctionne plus, contre les jeunes qui ne semblent connaître que la violence et les insultes.
La pièce tente de déconstruire cette dynamique, passant du groupe chaotique des élèves du début aux individualités jusque-là silencieuses qui prennent la parole. Cette colère nous ferait presque accepter cette image de Sonia tenant d’une main un livre et de l’autre un pistolet. Est-ce une image symbolique pour nous dire qu’un livre est déjà en soi une arme et qu’apprendre, c’est s’armer ?"

A partir du 18 janvier 2020
Au Théâtre des Béliers parisiens
14 bis rue Sainte Isaure. 75018 PARIS
Tél. : 01 42 62 35 00
De Jean-Paul Lilienfeld
Mise en scène et scénographie : Fréderic Fage
Lumières : Olivier Oudiou 
Vidéos : La cabane aux fées 
Musique : Dayan Korolic
Photos : © Fabienne Rappeneau
Distribution : Gaëlle Billaut-Danno, Julien Jacob, Hugo Benhamou-Pépin, Lancelot Cherer, Amélia Ewu en alternance avec Sarah Ibrahim, Sylvia Gnahoua, Abdulah Sissoko
Du mardi au samedi à 21 h. Dimanche à 15 h.

« La journée de la jupe » par Jean-Paul Lilienfeld
France, 2008, 88 min
Image : Pascal Rabaud
Montage : Aurique Delannoy
Production : Mascaret Films, ARTE F, RTBF, Fontana
Producteur/-trice : Bénédicte Lesage, Ariel Askénazi
Scénario : Jean-Paul Lilienfeld
Acteurs : Isabelle Adjani, Denis Podalydès, Yann Collette, Nathalie Besançon, Jackie Berroyer, Anne Girouard, Marc Citti, Khalid Berkouz, Yann Ebongé, Sonia Amori, Kévin Azaïs, Mélèze Bouzid
Chargé(e) de programme : Pierre Merle
Son : Philippe Richard
Sur Arte le 20 avril 2018 à 20 h 55

Visuels :
Isabelle Adjani (Sonia)
Isabelle Adjani (Sonia) et ses élèves
© Mascaret Films

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont d'Arte et du dossier de presse. Cet  article a été publié le 17 avril 2018.