Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 30 avril 2019

Filmer les camps, John Ford, Samuel Fuller, George Stevens de Hollywood à Nuremberg


Le Scottsdale Community College présente l’exposition Filming the Camps. John Ford, Samuel Fuller and George Stevens from Hollywood to Nuremberg, passionnante et émouvante, sur les circonstances de réalisation des films montrant la découverte des camps de concentration de Dachau et de Falkenau. Rapports de tournages, photographies et archives filmées, souvent inédits, ainsi qu’extraits de films de fiction et d’interviews des trois principaux réalisateurs (John Ford, George Stevens, Samuel Fuller) retracent cet événement majeur dans l’Histoire du monde. 


« War Story, 1995-1996 » de Mikael Levin
« 1945. L'ouverture des camps en Allemagne », par Serge Viallet
« Images de la libération des camps. Chronique d’un film inachevé », par André Singer
Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946) 
« Shoah, les oubliés de l’histoire », par Véronique Lagoarde-Ségot 
Cinéma et Shoah, de l’affiche au dossier de presse

En 1945, quand ils découvrent les camps nazis de concentration et d’extermination, les Alliés décident de les filmer, afin d’informer le monde entier et de constituer des témoignages irréfutables, notamment en vue des procès de Nuremberg.

Montrés lors des Actualités cinématographiques, ces films provoquent un choc. C’est la révélation visuelle des horreurs commises par le nazisme.

Exposition itinérante
Après le Mémorial de la Shoah, le château royal de Blois, le Museum of Jewish Heritage, l'Atlanta History Center, le History Museum of Mobile, le Los Angeles Museum of The Holocaust (LAMOTH) a présenté cette exposition.

The History Museum of Mobile "offered the exhibit, Filming the Camps: From Hollywood to Nuremberg, August 29, 2016 – January 16, 2017.  The exhibit is on loan from Mémorial de la Shoah.  It features the stories of three film directors—John Ford, Samuel Fuller, and George Stevens—as they documented Nazi atrocities during WWII.  The exhibit includes 14 LCD screens which display footage shot at the concentration camps, as well as vignettes with the filmmakers who struggle to cope with the impact and meaning of the horrific scenes they encountered.
In conjunction with this exhibition, the Mémorial de la Shoah is organizing a free one-day workshop for teachers and educators: "Films and Archives of WWII and the Holocaust" on Saturday, September 24.  Also, the movie, Filming the Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens will be screened on Saturday, September 24 at 7pm followed by questions and answers with Director, Christian Delage.
In connection with the exhibit, the Gulf Coast Center for Holocaust and Human Rights Education plans a number of educational activities.  These include a Conference titled “The Holocaust in Memory and History” hosted by the Center for War and Memory at the University of South Alabama on September 7.  The conference will begin at 9:00 AM at Seaman’s Bethel.  Various local scholars will speak.  This will be followed by a roundtable discussion in the afternoon session, 1:30-3:30.  Keynote speaker will be Dr. Brad Prager beginning at 7:00 PM in the Faculty Club.
Additional activities featured are a lecture by Dr. Dan Puckett, Chair of the Alabama Holocaust Commission on October 18; a film series at Spring Hill College on selected Sunday afternoons; Roger Grunwald’s, The Mitzvah Project, on October 20; Matt Rozell’s, “Photographs from a Train Near Magdeburg” on October 24; and a lecture by Dr. Paul Bartrop on November 15.
The Center thanks SNCF America, Inc. (French National Railways), the principal sponsor of the educational activities.  Other sponsors include the History Museum of Mobile, Mobile Public Library, Mobile Jewish Film Festival, University of South Alabama, Spring Hill College and University of Mobile.
The exhibition, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF".

Le Dallas Holocaust Museum présenta l’exposition Filming the Camps. John Ford, Samuel Fuller and George Stevens from Hollywood to Nuremberg. "The Nuremberg Trials in 1945 used an unprecedented form of evidence—film of the war and the liberation of concentration camps. The raw footage compiled into a documentary titled Nazi Concentration Camps, became crucial evidence, presenting the crimes the Nazis committed in an unflinching and authentic format to the court.

The exhibit, opening February 16, 2017, features the work of three filmmakers: John Ford, Samuel Fuller, and George Stevens. It explores the filmmakers’ experiences during and after World War II, the footage they captured of Nazi atrocities, and the impact the war had on their careers.


John Ford, director of films such as Stagecoach, The Grapes of Wrath, How Green Was My Valley, and The Quiet Man, commanded the Field Photographic Branch and made propaganda films for the U.S. Navy Department. He won back-to-back Academy Awards during this time for his documentaries, The Battle of Midway and December 7th.


George Stevens, known before the war for light-hearted musicals featuring Fred Astaire and Ginger Rogers, joined the U.S. Army Signal Corps during World War II and headed a film unit under General Eisenhower. His unit shot footage documenting D-Day, the liberation of Paris, and horrific scenes of the infamous Dachau concentration camp. Following the war, Stevens’ films gravitated toward more serious subjects. He went on to direct the Academy-Award winning films Shane, Giant, and The Diary of Anne Frank.


Samuel Fuller served as a soldier in the 1st Infantry Division, nicknamed “The Big Red One.” He captured footage of the liberation of Falkenau, a sub-camp of the Flossenbürg concentration camp, under the orders of his captain with a camera Fuller’s mother sent him. After the war, Fuller directed many films including The Big Red One, based on his wartime experiences.


In 1945, Ford created a documentary of the war incorporating Stevens’ images of Dachau. The film, shown first to American audiences, was evidence of Nazi crimes at the International Military Tribunal at Nuremberg. Ford also documented the Nuremberg Trials.


The exhibition contains film and photographs of World War II as well as clips from the filmmakers’ pre-war careers.


The exhibition, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF.


This presentation is sponsored by Visit Dallas, Mémorial de la Shoah (Paris, France), the Consulate General of France in Houston, the Embassy of France in the United States, and SNCF, and is on view at the Dallas Holocaust Museum/Center for Education and Tolerance February 16—August 3, 2017".



Le Los Angeles Museum of The Holocaust (LAMOTH) présenta cette exposition. "Hollywood directors John Ford, George Stevens, and Samuel Fuller entertained audiences with cinema classics like The Grapes of Wrath, Shane, and The Big Red One. But their most important contribution to history may have been their work in the U.S. Armed Forces and Secret Services, filming the realities of war and the liberation of Nazi concentration camps. Their documentation provides an essential visual record of WWII. Combining a wealth of rare material, including private letters and footage from their own personal archives, Filming the Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, from Hollywood to Nuremberg, explores these filmmakers’ experiences during and after WWII, their confrontation with Nazi atrocities, and the mark that left on them as artists".


"At Los Angeles Museum of the Holocaust, the exhibit includes artifacts on loan from Samuel Fuller's family and from 20th Century Fox's archive".

"The exhibition Filming The Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, From Hollywood to Nuremberg, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF."


"The exhibit in Los Angeles was made possible through additional support from 20th Century Fox. Communication partners also include the Consulate General of France in Los Angeles, the Embassy of France in the United States, Alliance Française de Los Angeles, Alliance Française de Pasadena, and USC Shoah Foundation."



Organisant sa 7e Semaine de prise de conscience des génocides (15-20 avril 2019), le Scottsdale Community College présente l’exposition Filming the Camps. John Ford, Samuel Fuller and George Stevens from Hollywood to Nuremberg. "Genocide Awareness Week is a series of lectures, exhibits and storytelling by distinguished survivors, scholars, politicians, activists, artists, humanitarians and members of law enforcement. This week-long event seeks to address how we, as a global society, confront violent actions and current and ongoing threats of genocide throughout the world, while also looking to the past for guidance and to honor those affected by genocide. Genocide Awareness Week is hosted by Scottsdale Community College and sponsored in part by local and national organizations, this event is FREE and OPEN TO THE PUBLIC". workshop le 20 avril 2019 de 8h30 à 16h.

Réalisateurs
Cette exposition se limite aux camps de Dachau et de Falkenau (satellite de Flossenbürg).

Elle présente les conditions de réalisations de ces films ainsi que trois de leurs producteurs, des réalisateurs de Hollywood : John Ford (1894-1973), George Stevens (1904-1975) et Samuel Fuller (1912-1997).

D’origine irlandaise, John Ford est le vétéran, célèbre pour ses westerns et drames psychologiques ou sociaux, et activiste anti-nazi.

George Stevens est célèbre pour ses comédies, notamment les comédies musicales avec le couple mythique Fred Astaire et Ginger Rodgers.  

Né dans une famille Juive - père russe, mère polonaise -, Samuel Fuller s’est distingué par son talent de journaliste « crime reporter » dans la presse tabloïd, puis de scénariste. En 1942, il rejoint la première division d’infanterie de l’armée américaine, la célèbre « Big Red One », participe aux débarquements en Afrique du nord et en Sicile sous les ordres de Patton, puis dans le secteur « Easy Red » sur la plage d'Omaha en Normandie le 6 juin 1944 à 6 h 30. En 1994, il confiait à Michael Seiler et Jean-Pierre Catherine : "Les trois heures sur la plage d'Omaha, je ne peux les oublier. Je revois le colonel Taylor nous engueulant après que Streczyk a ouvert la brèche pour pénétrer à l'intérieur des terres : « Get up, Get up ! Levez-vous, levez-vous ! Il y a trop de monde sur la plage. Ceux qui sont morts, ceux qui vont mourir. Allons mourir à l'intérieur ! » Je le dis souvent, à la guerre, il n'y a pas de héros. Il n'y a que des types qui ont peur. Parmi tous ces types, il y a des êtres remarquables, comme le chirurgien en chef de notre régiment, Charles Tegtmeyer. Je l'ai vu sur la plage passer entre les blessés, choisir ceux qu'on pouvait sauver et ceux qui étaient condamnés à mourir. Il les désignait... « Oui, non... cet homme vivra, celui-là  non. » Il prend des bouteilles de plasma tellement froides que le plasma ne coulait plus et les brise, furieux, contre les rochers. Il y a aussi ces filles de la Croix-Rouge. Quand elles ont débarqué sur Omaha, elles pensaient que nous étions déjà à l’intérieur des terres. Elles étaient piégées comme nous. Elles venaient avec du café et des beignets, et pour ramener les blessés sur les navires. C'est une chose terrible de voir toutes ces filles tuées si rapidement. Je leur rends hommage. Hommage aussi à tous ces morts. Le 6 juin, mon régiment de 3 000 hommes a perdu 945 soldats et 56 officiers. Au soir du 6, les Américains avaient 3 500 morts sur la plage, la plupart tués par les mortiers de 88, leurs corps déchiquetés. Les prisonniers allemands étaient chargés de les ramasser, il fallait souvent réunir plusieurs membres n'appartenant pas forcément à la même personne pour reconstituer un corps..." Blessé en août 1944, Samuel Fuller combat dans les Ardennes, poursuit en Allemagne. Il filme la libération du camp de concentration de Falkenau, en Tchécoslovaquie. « Je ne savais pas que j'allais tourner mon premier film », déclare-t-il.

John Ford et George Stevens constituent des équipes composées d’« opérateurs professionnels, reconnus et expérimentés, ou formés spécialement à cette occasion ». Après avoir préparé leurs gestes de médiation, les opérateurs ont commenté de manière circonstanciée leurs prises de vue.

John Ford dirige la Field Photographic Branch (FPB), une unité spéciale chargée de réaliser entre autres ce film, Les Camps de concentration nazis, et de préparer le filmage du procès de Nuremberg. Au début des années 1930, alors réserviste dans la Marine américaine, il y fonde une unité d’opérateurs de prises de vues qui pourraient intervenir « en cas de besoin ». En 1939, la « Field Photo de la 11e Section navale devient opérationnelle ». En novembre 1941, John Ford annonce « avoir formé une soixantaine de techniciens ». Le général Donovan, coordonnateur de l’Information, puis directeur de l’Office of Strategic Services (OSS), agence de renseignement de l’administration américaine, recrute John Ford : ainsi nait la Field Photographic Branch (FPB). Celle-ci produit notamment December 7th sur l’attaque japonaise de Pearl Harbour et The Battle of Midway sur la victoire américaine sur l’amiral Yamamoto le 5 juin 1942. Pour ces deux films, John Ford reçoit l’Oscar du meilleur documentaire ne 1943 et 1944.

Dans la perspective du débarquement des Alliés en Normandie et de la poursuite de l’offensive en Allemagne, les opérateurs de l’OSS « reçoivent des instructions très précises sur ce qu’ils doivent faire s’il leur arrive de découvrir des "preuves de crimes de guerre et d’atrocités". La procédure à suivre pour enregistrer les preuves des atrocités commises prévoit explicitement la possible qualification comme preuve, devant un tribunal, des témoignages recueillis, qu’ils soient écrits, oraux ou filmés ».

A partir de février 1943, au sein du « Signal Corps », service de communication de l’armée américaine, George Stevens couvre la campagne en Afrique du Nord. A Londres, le général Eisenhower lui demande de réunir une équipe de 45 professionnels pour préparer le filmage du débarquement en Normandie. George Stevens dirige une unité spéciale de cameramen, la Special Coverage Unit (SPECOU), qui, est placée sous l’autorité du Supreme Headquarters’ Allied Expeditionary Force (SHAEF). La SPECOU rassemble 45 membres : des écrivains - Ivan Moffat, William Saroyan, Irwin Shaw -, des cameramen - Dick Hoar, Ken Marthey, William Mellor, Jack Muth -, des opérateurs de prise de son - Bill Hamilton, qui vient de la Columbia -, des assistants-réalisateurs, tel Holly Morse, qui a travaillé avec Hal Roach.

La SPECOU filmera la libération du camp de Dachau. Le responsable de chaque unité établit un rapport de prises de vue, un bilan de l’activité du jour. En bas de chaque page, en rubrique « IMPORTANT », le rédacteur doit veiller à « orthographier correctement les noms, identifier toutes les personnes, les lieux, les organisations, les armes, l’équipement ». Complétant le rapport de prises de vues, la « trame narrative » est plus qu’un simple compte-rendu : « C’est un récit documenté et articulé des événements qui ont été filmés. C’est déjà un deuxième regard qui se pose sur les images, après celui des cameramen. Ivan Moffat, ancien élève de la London School of Economics, en est le principal et brillant rédacteur ».

En mai 1945, la Big Red One (première division d’infanterie) de l’armée américaine combat dans les Sudètes (alors en Tchécoslovaquie) et libère le camp de concentration de Falkenau. Avec la caméra envoyée par sa mère, Samuel Fuller, dans les rangs de cette unité, filme cet événement, ainsi que les bourgeois du bourg de Falkenau, qui ont allégué ne pas savoir ce qui se déroulait dans le camp, sont contraints de donner une sépulture aux internés morts. En 1988, Emil Weiss réalisera Falkenau, vision de l’impossible, Samuel Fuller témoigne. Un documentaire passionnant par les commentaires de Samuel Fuller sur son film, sur la réalité des images, la nécessité de transmettre l’histoire aux jeunes générations, etc.

« That Justice Be Done » (Que justice soit faite)
En 1945, les images de Dachau filmées par l’équipe de George Stevens sont intégrées dans un documentaire diffusé aux Etats-Unis, puis projeté à titre de preuve des crimes nazis devant le Tribunal militaire international de Nuremberg.

A peine entré en fonction, Robert H. Jackson, procureur général américain, mandaté par le président Truman d’instituer le Tribunal militaire international (TMI) qui jugera les dignitaires nazis, contacte la FPB afin d’obtenir les images filmées à titre de preuves, de faire filmer le procès et d’en expliquer les enjeux.

Ray Kellogg, John Ford et George Stevens signent un affidavit – déclaration sous serment – affirmant solennellement que les images qui vont être montrées au TMI sont vraies.

La vie de ces trois cinéastes est bouleversée par la découverte des camps, les horreurs du nazisme, la vision empathique des victimes. The Big Red One (1980) de Samuel Fuller est largement inspirée de ses années de guerre dans cette division. Dans George Stevens, A filmmaker’s Journey, documentaire de George Stevens Jr sur la vie de son père, apparaît l’influence de l’engagement dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale dans son œuvre, notamment dans son refus du racisme (Géant, 1956) et de l'antisémitisme (Le Journal d'Anne Frank, The Diary of Anne Frank, 1959).

Pour la première fois, les images du camp de Dachau sont présentées dans l’ordre chronologique de leur tournage. Elles sont présentées avec les fiches remplies par les opérateurs et des comptes rendus d’un des écrivains recrutés par George Stevens. Le comédien Mathieu Amalric lit des extraits de ces récits qui commentent des images.

Grâce à la collaboration de l’Academy of Motion Pictures, Arts and Sciences et de la Lilly Library (Université de Bloomington, Indiana), et la participation de Christa Fuller, George Stevens Jr. et Jerry Rudes, le Mémorial montre pour la première fois en France un ensemble souvent inédit de documents d’archives, de films et de photographies qui décrit une « expérience vécue à la première personne, en même temps que transmise en héritage aux générations d’après ».

Interviewés, les trois cinéastes répondent avec modestie sur leur travail, la guerre.

Complétant des images, l’acteur Jean-François Stévenin lit des textes de John Ford et de Joseph Kessel.

Parmi les films projetés dans le cadre de l’exposition, Memory of the camps, documentaire de Sidney Bernstein. Un documentaire réalisé en 1945 à l’initiative du ministère britannique de l’information et du Bureau de renseignements de guerre américain, monté mais alors non distribué. Pour éviter toute contestation des images filmées des camps, le réalisateur Alfred Hitchcock avait donné pour consigne de filmer en panoramique : la caméra pivote sur son axe en un plan-séquence, sans coupure, sans montage. Ce film restauré a été diffusé. Il est le thème de « Images de la libération des camps. Chronique d’un film inachevé » (Night Will Fall ; Hitchcoks Lehrfilm für die Deutschen ), documentaire d'André Singer (2014).

Paris-Match a publié le témoignage de Samuel Fuller sur le débarquement en Normandie du bataillon de la 1ère division d’infanterie américaine dans laquelle il servait.


Histoire diffusa les 21, 25 et 28 novembre, 2, 7, 12 et 15 décembre 2015 De Hollywood à Nuremberg, documentaire de  Christian Delage. "Avant l'entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, John Ford, réserviste de la Navy, y crée la Field Photographic Branch. Quelques semaines avant Pearl Harbor, Ford a déjà formé une soixantaine de techniciens. Après avoir couvert la campagne nord-africaine, George Stevens se voit confier par le général Eisenhower la mission de rassembler une équipe en vue d'immortaliser le débarquement : ce sera la Special Coverage Unit. John Ford et George Stevens, deux cinéastes confirmés, vont filmer la guerre, de la bataille de Midway à Nuremberg, en passant par la fureur du débarquement de Normandie et l'horreur des camps. Le jeune Samuel Fuller, engagé dans les forces américaines, se fait envoyer une caméra par sa mère. Se souvenant de son premier métier de journaliste, il filme lui aussi".


Du 23 janvier 2019 au 30 avril 2019
Au Scottsdale Community College
9000 E Chaparral Rd. Scottsdale, AZ 85256
Tel.: (480) 423-6000 

Du 27 août 2017 au 30 avril 2018
Au Los Angeles Museum of The Holocaust 
100 S. The Grove Dr. 
Los Angeles, California 90036
T (323) 651-3704 
Du lundi au jeudi de 10 h à 17 h, le vendredi de 10 h à 14 h, les samedis et dimanches de 10 h à 17 h

Du 16 février au 3 août 2017
Au Dallas Holocaust Museum 
211 N. Record St. Suite 100 Dallas, TX 75202-3361
Tel.: (214) 741-7500
Du lundi au vendredi de 9 h 30 à 17 h. Samedi et dimanche de 11 h à 17 h

Du 29 août 2016 au 16 janvier 2017
111 South Royal Street. Mobile, Alabama 36602
Tel. : 251-208-7569
Du lundi au samedi de 9 h à 17 h. Dimanche de 13 h à 17 h

Du 6 mai au 20 novembre 2015
A l'Atlanta History Center 
130 West Paces Ferry Road NW. Atlanta, GA 30305. USA
Phone: 404.814.4000
Du lundi au samedi de 10 h à 17 h 30, dimanche de 12 h à 17 h 30.

Du 22 mars au 14 octobre 2012
Au Museum of Jewish Heritage
Edmond J. Safra Plaza. 36 Battery Place. New York, NY 10280
Tél. : 646.437.4202 
Du dimanche au mardi, et le jeudi de 10 h à 17 h 45. Le mercredi de 10 h à 20 h. 

Jusqu'au 14 novembre 2010
Au Château Royal de Blois
41000 Blois - FRANCE
Tél. : 02 54 90 33 32

Jusqu’au 31 août 2010
17, rue Geoffroy l'Asnier. 75004 Paris
Tél : 01 42 77 44 72
Tous les jours, sauf le samedi, de 10h à 18h, et le jeudi jusqu'à 22h
Exposition et musée : entrée libre

Visuels de haut en bas :
Photographie de cadavres gisant dans un wagon, prise par un opérateur de la SPECOU, Dachau, 2 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie

Photograph shot by the SPECOU at Dachau Camp, May 1945
© Courtesy of the Margaret Herrick Library, Academy of Motion Picture Arts and Sciences, Beverly Hills, California

Le caporal Samuel Fuller, Normandie, 1944
© Chrisam Films

Rapport de prise de vues, « Atrocités », Dachau, 3 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie

En 1957, George Stevens à Dachau, 1957
© Academy of Motion Pictures, Los Angeles

John Ford pendant le tournage de That Justice Be Done, été 1945
© National Archives, Washington DC

Trame narrative, “Dachau-Premier service religieux juif“, Ivan Moffat, Dachau, 6 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie
Les citations sont extraites du dossier de presse.

Cet article a été publié une première fois le 27 août 2010, republié le :
- 27 octobre 2010 lors de la présentation de l'exposition au château royal de Blois, à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2010 ;
- 27 septembre 2012, 1er octobre et 11 novembre 2013, 14 février et 20 mars 2014 à l'approche de la diffusion du documentaire De Hollywood à Nuremberg sur la chaîne Histoire les 1er, 4, 18, 20 et 22 octobre 2012, 2 et 1er octobre 2013, 12 novembre 2013 à 1 h 20, 16 et 24 février, 20 et 31 mars 2014.POWERFUL VIDEO: The Liberation Of The Dachau Concentration Camp Posted on 1/8/2014 by Eliyokim Cohen
- 9 juin 2014 ;
- 29 avril 2015. Les 29 avril, 1er, 7, 13, 19 et 25 mai 2015, Histoire diffusa De Hollywood à Nuremberg, documentaire de  Christian Delage. "Avant l'entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, John Ford, réserviste de la Navy, y crée la Field Photographic Branch. Quelques semaines avant Pearl Harbor, Ford a déjà formé une soixantaine de techniciens. Après avoir couvert la campagne nord-africaine, George Stevens se voit confier par le général Eisenhower la mission de rassembler une équipe en vue d'immortaliser le débarquement : ce sera la Special Coverage Unit. John Ford et George Stevens, deux cinéastes confirmés, vont filmer la guerre, de la bataille de Midway à Nuremberg, en passant par la fureur du débarquement de Normandie et l'horreur des camps. Le jeune Samuel Fuller, engagé dans les forces américaines, se fait envoyer une caméra par sa mère. Se souvenant de son premier métier de journaliste, il filme lui aussi" ;
- 20 novembre 2015, 29 août 2016, 17 janvier et 31 juillet 2017, 29 avril et 29 décembre 2018.

lundi 29 avril 2019

« Le résolu » par Giovanni Donfrancesco


Arte diffusera le 30 avril 2019 « Le résolu » (Il Risoluto. Piero, Mussolinis Kindersoldat ; The Resolute), documentaire réalisé par Giovanni Donfrancesco. « Les confessions d’un octogénaire italien qui fut membre, adolescent, d’une milice mussolinienne, « les Résolus », l'une des plus féroces d'Italie. Un documentaire saisissant, présenté à la Mostra de Venise 2017 ».

« Enfant négligé par ses parents, placé à l’Hospice des pauvres puis condamné à travailler en tant que coursier, Piero Bonamico a intégré "les Résolus", l’une des milices fascistes les plus féroces d’Italie, un peu avant ses 15 ans, en 1944 ». 

« Passages à tabac d’ouvriers communistes, pillages des maisons juives de la région génoise, exécutions sommaires, mais aussi convoi d’un mystérieux trésor remis à l’archevêque de Milan peu avant la fin de la guerre… À 87 ans, l’ancien milicien, installé avec son épouse américaine dans les bois épais du Vermont » où il passe ses journées tranquillement, à cuisiner, à jardiner et à lire, « ravive cette mémoire douloureuse face à la caméra du documentariste Giovanni Donfrancesco ».

« Filmé au cours de ses activités quotidiennes et lors d’entretiens captés en clair-obscur, Piero Bonamico livre, dans un mélange d’anglais et d’italien, le récit de son expérience milicienne » d’adolescent-soldat. 

« Entrecoupé de longs silences, de chants à la gloire du Duce [Benito Mussolini], de cabrements et de remords lapidaires (« On était une bande de salauds, rien de plus »), ce témoignage  intime laisse affleurer le traumatisme d’un bourreau qui fut lui-même une victime, enfant perdu dans la folie d’une époque destructrice ».

Du fond de sa retraite dans les bois du Vermont, aux Etats-Unis, un vieil Italien de 87 ans revient sur sa vie. De ses souvenirs de la guerre, resurgit un passé de violence dans les rangs de la Xème MAS, une des milices fascistes les plus sanguinaires

Le film a été sélectionné aux Venice Days à la Mostra de Venise.

      
« Le résolu » par Giovanni Donfrancesco
Italie, France, Altara Films, RAI Cinema, Les Films du poisson, avec le soutien du Fond d’aide à l’innovation du CNC, 2018, 91 min
Sur Arte le 30 avril 2019 à 0 h 10
Visuels : © Donfrancesco

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur le documentaire sont d'Arte.

dimanche 28 avril 2019

Marlon Brando (1924-2004)


Comédien génial oscarisé, militant de la cause des Amérindiens et des Afroaméricains, doté d’une personnalité complexe et souvent insaisissable, Marlon Brando (1924-2004) a popularisé la méthode Stanislavsky ou « méthode de l’Actor’s Studio. Il a soutenu la recréation de l’Etat d’Israël. Arte diffusera le 29 avril 2019 à 22 h 45 "Sur les quais" (Die Faust im Nacken) réalisé par Elia Kazan et rediffusera le 30 avril 2019 « Marlon Brando, un acteur nommé Désir » (Marlon Brando - Der Harte Und Der Zarte), par Philippe Kohly.  



« Je trouve le métier d'acteur détestable, désagréable ». 

L'affirmation peut sembler incongrue dans la bouche d'un monstre sacré du septième art.


« Avec sa présence irradiante et son phrasé unique, Marlon Brando a marqué le cinéma d'une empreinte indélébile ». 

Marlon Brando « a pourtant poussé la porte d'une école d'art dramatique presque par hasard. Débarqué à New York à l'âge de 19 ans, le petit paysan du Nebraska, dyslexique et solitaire, se forme à la méthode Stanislavski, basée sur la vérité des émotions, sous la houlette de Stella Adler ».  Le "choc de la grande ville". Brando vit à Greenwich village, avec ses deux sœurs mariées. "Marlon Brando ne savait pas qu'il voulait faire l'acteur, mais il est entrée dans une école d'art dramatique. Ma mère l'adorait. Il était espiègle. Il avait un tel humour... Marlon Brando était une figure tragique", se souvient Ellen Adler, compagne de Marlon Brando.

"Stella Adler sa muse. Marlon Brando est l'une des personnes les plus drôles que j'ai rencontrées... James Dean était obsédé par Brando. Il s'habillait comme lui", confie  Sondra Lee, amie de Marlon Brando. Celui-ci pratique la boxe, intègre la compagnie de Martha Graham. Fréquente la communauté haïtienne de Harlem. Les grands agents de New York repère cet acteur magnétique.

Sa « présence chargée d'électricité, sa beauté animale teintée de fragilité, alliées à sa capacité innée à vivre une scène plutôt qu'à l'incarner, suscitent immédiatement l'engouement ».

En 1949, Brando se rend en France. Il rencontre l'acteur Christian Marquand. Un coup de foudre.

En quatre ans, d'« Un tramway nommé désir » (1951) à la comédie musicale « Blanches colombes et vilains messieurs » (1955) en passant par « L'équipée sauvage », « Sur les quais » (qui lui vaut l'Oscar du meilleur acteur) ou « Jules César », Marlon Brando précipite la fin de règne des grands acteurs britanniques shakespeariens et bouscule les codes de l'Amérique puritaine, en se forgeant une image de sex-symbol au tempérament rebelle ».

Lors de l’unique rencontre entre Audrey Hepburn et Marlon Brando, pendant un repas du Syndicat des acteurs, Audrey Hepburn dit à son voisin de table un timide « Bonjour », mais l’acteur débutant à Hollywood demeure silencieux. Pendant 40 ans, Audrey Heburn a cru qu’il voulait l’éviter. Mais, lorsqu’elle était hospitalisée à la fin de sa vie, elle a reçu une lettre de Brando. Celui-ci lui expliquait qu’il avait éprouvé un tel respect admiratif pour elle qu’il était demeuré sans voix.  Il n’avait pas trouvé un seul mot à lui dire.

« Sex-symbol à la puissance de jeu incontestée, Marlon Brando a bousculé lignes et codes dans les très puritaines années 50. Sacré roi des voyous, l'icône » d'« Un tramway nommé désir » s’engage la décennie suivante en faveur des droits des Noirs et des Indiens, « avant d'embraser d'une lumière crépusculaire « Le Dernier Tango à Paris » ou « Apocalypse Now ».  "C'est un acteur qui ne voulait pas apprendre par cœur ses répliques", déclare Bernardo Bertolucci.

"Tout était naturel chez lui. Il savait contrôler le silence", précise Patricia Bosworth, biographe de Marlon Brando, acteur instinctif.

"On The Waterfront"
Arte diffusera le 29 avril 2019 à 22 h 45 "Sur les quais" (Die Faust im Nacken ; On The Waterfront) réalisé par Elia Kazan. Apprenant qu'Elia Kazan, son "père spirituel", a, "tel un mouchard", livré les noms d'artistes communistes, Marlon Brando pleure. Il tourne Sur les Quais, produit par Sam Spiegel et réalisé par Elia Kazan.

Marlon Brando "y joue un salaud et un traître", résume le réalisateur qui réalise un plaidoyer en sa faveur. Le film s'achève sur Marlon Brando en "figure christique suivant un chemin de croix, par sa rédemption". L'interprétation remarquable vaut à Marlon Brando un Oscar."L’éveil moral, au contact de l’amour, d’un jeune docker face aux méthodes criminelles d’un syndicat mafieux... Par Elia Kazan, un film social infusé de poésie, porté par les performances éblouissantes de Marlon Brando, Eva Marie Saint et Karl Malden."

"Sur les quais, la règle c’est S. et M. Sourd et muet." Parce qu’il a parlé à la police, Joey Doyle a été liquidé par les hommes de main du syndicat des dockers, dirigé par le mafieux Johnny Friendly. Terry Malloy, l’un de ses protégés, ancien boxeur devenu ouvrier portuaire, a attiré la victime dans ce piège sans se douter qu’il serait mortel. Tandis que le père Barry tente d’organiser la révolte des dockers rackettés et opprimés, Terry se rapproche de la sœur de Joey, Edie, qui le supplie de dénoncer les crimes de Friendly devant une commission d’enquête. Lorsque son propre frère, avocat du syndicat, est supprimé à son tour pour l’avoir protégé, le jeune homme est forcé de choisir son camp…"

"En 1952, Elia Kazan, pris dans les griffes du maccarthysme, livre les noms d’anciens militants communistes devant la commission des activités antiaméricaines. Deux ans plus tard, s’inspirant de faits réels révélés par la presse (l’exploitation des dockers de Big Apple par un syndicat mafieux), le cinéaste transpose le dilemme de la dénonciation sur les quais miséreux et embrumés du port de New York. Présentée par certains critiques comme une vaine tentative de justification, cette œuvre multiprimée a éclipsé la polémique par ses qualités intrinsèques : transcendé par la partition expressive de Leonard Bernstein et la photographie en noir et blanc, aux nuances évocatrices, de Boris Kaufman, ce film de gangsters atmosphérique dépeint la condition ouvrière avec un réalisme innervé de poésie". 
"Dans des décors naturels où la grisaille des docks contraste avec la clarté rêveuse et protectrice des toits – où Terry veille sur un pigeonnier et une poignée d’apprentis boxeurs –, Kazan capte le sinueux cheminement moral d’un jeune rustre individualiste vers la justice et la dignité. Dictée par l’amour de la délicate et intègre Edie, remarquablement campée par Eva Marie Saint, et les prêches enflammés du père Barry (Karl Malden), cette transfiguration aux accents christiques est magistralement servie par Marlon Brando, dont l’aura chargée de sensualité et de vulnérabilité subjugue une fois encore.

Le 6 mai 2018 à 15 h, a eu lieu le ciné-concert On The Waterfront avec l'Orchestre national d'Île-de-France - Ernst Van Tiel. "On the Waterfront" est un film réalisé par Elia Kazan, avec Marlon Brando, Karl Malden, Lee J.Cobb et Eva Marie Saint, sur un scénario de Budd Schulberg et une musique de Leonard Bernstein.

"En mettant en scène la corruption mafieuse dans le syndicat des dockers new-yorkais, Elia Kazan a donné en 1954 l’un de ses plus beaux rôles à un Marlon Brando âgé de 30 ans. Leonard Bernstein signe là sa seule musique pour l’écran (si l’on excepte les adaptations filmiques de ses comédies musicales). L’alternance des dissonances parfois rudes, des rythmes irréguliers et des sonorités éthérées préfigure l’idiome de West Side Story, trois ans plus tard. Ce film qui a remporté huit Academys Awards® est présenté sur grand écran en haute définition, avec la haute-fidélité des dialogues. Coproduction Orchestre national d'Île-de-France, Philharmonie de Paris." 

Engagements politiques
La mort de sa mère anéantit Marlon Brando... Il suit une psychanalyse.

Rita Moreno est "foudroyée" en rencontrant cet homme si charismatique. Elle vit une "passion sexuelle" pendant dix ans avec Marlon Brando. "Le problème, c'est trop de fantasmes... Un fois, j'ai été vraiment en colère. Il m'avait promis d'être fidèle. Il m'avait trompé. Je suis sortie avec Elvis Presley, mais cela n'a pas marché : c'était un petit paysan. Marlon Brando était un penseur original", conclut-elle. "Je suis incapable d'aimer" par manque de confiance dans les femmes, confie l'acteur à Truman Capote. Il craignait aussi d'être pris pour un "fils à maman".

Marlon Brando délaisse Hollywood pour ses engagements comme délégué pour l'UNICEF, fonds des Nations unies pour l'enfance, ou pour les droits civiques auprès de Martin Luther King lors de la Marche à Washington.

« La poursuite impitoyable »
Marlon Brando s'investit dans son personnage dans The Chase (La Poursuite impitoyable), d'Arthur Penn. Un fiasco commercial.

Arte diffusera les 11, 12 et 27 septembre 2020 « La poursuite impitoyable » (Ein Mann wird gejagt ; The Chase) d’Arthur Penn. « Dans une bourgade conservatrice du Texas, Bubber Reeves, accusé à tort d’un délit, s’évade du pénitencier avec un complice, lequel vole une voiture après avoir tué son conducteur. Leur cavale déchaîne les passions... Avec Jane Fonda et Robert Redford, mais dominé par l’interprétation d’un Marlon Brando au sommet de son art, un puissant réquisitoire contre le racisme, qui n’a rien perdu de sa force. »

« Dans une bourgade conservatrice du Texas, Bubber Reeves, accusé à tort d’un délit, s’évade du pénitencier avec un complice, lequel vole une voiture après avoir tué son conducteur. Une cavale qui déchaîne les passions, les habitants redoutant le retour de Bubber, l’enfant du pays. Le shérif Calder s’emploie, quant à lui, à protéger le fuyard d’un lynchage annoncé... »

« Tourné par Arthur Penn dans les années 1960 avant l’emblématique Bonnie and Clyde, alors que le sud des États-Unis restait obstinément sourd au mouvement des droits civiques, La poursuite impitoyable met en scène une communauté blanche décadente, en proie aux démons de la corruption, de l’alcoolisme et du racisme ».

« Entre Val Rogers, le magnat local sans foi ni loi qui prétend jouer les philanthropes, ou cette autre famille de notables, dont les membres s’en prennent violemment aux Noirs par désœuvrement, le cinéaste dépeint une bourgeoisie américaine à bout de souffle. Même ses enfants – la génération Happy Days – se révèlent monstrueux, en particulier lors de la scène chaotique du lynchage collectif, certainement l’une des plus saisissantes du film ».



« En shérif justicier, roué de coups pour avoir voulu défendre le fuyard, Marlon Brando, le visage tuméfié, y montre une fois encore toute la démesure de son talent et de son jeu physique. Une manière aussi, à travers lui, de mettre l’Amérique face à sa (mauvaise) conscience ». 

"Au milieu des années 60 l’étoile de Marlon Brando est déjà sur le déclin depuis une série de titres médiocres et le désastre commercial de la superproduction Les Révoltés du Bounty en 1962. Durant le tournage de ce remake signé Lewis Milestone les excentricités et la mauvaise humeur de l’acteur ont atteint des proportions extraordinaires et ont largement contribué au fiasco du film", a écrit Olivier Père.

Et de poursuivre : "Néanmoins la réputation de Brando n’est pas encore à son nadir quand il est choisi par le producteur Sam Spiegel (Sur les quais, Le Pont de la rivière Kwaï, Lawrence d’Arabie) et le réalisateur Arthur Penn pour interpréter le shérif Calder dans La Poursuite impitoyable, entouré d’une brillante distribution regroupant plusieurs nouveaux talents de Hollywood: Robert Redford, Jane Fonda, Angie Dickinson, Robert Duvall, James Fox… La Poursuite impitoyable est une chronique provinciale qui met en scène une flambée de violence collective dans une petite bourgade du Texas à l’annonce de l’évasion d’un jeune prisonnier blanc dont plusieurs notables de la ville ont de bonnes raisons de craindre le retour et la vengeance. Le shérif Calder, désigné comme la seule personne honnête d’une communauté rongée par la haine et la corruption, sera incapable d’apaiser un climat d’hystérie et de lynchage attisé par l’alcool et la peur. La Poursuite impitoyable dresse un portrait féroce de la haute bourgeoisie sudiste prête à toutes les vilenies pour protéger la respectabilité et les privilèges de sa caste, avec la complicité d’une population abrutie et ivre chaque fin de semaine. La violence explosive du film anticipe celle du long métrage suivant de Penn, réalisé un an plus tard, et qui obtiendra un immense succès : Bonnie et Clyde. L’atmosphère décadente et paroxystique de La Poursuite impitoyable vaudra au film de Penn des critiques assassines au moment de sa sortie. Il sera ensuite réhabilité puis considéré comme un classique des années 60. Les spectateurs américains n’étaient sans doute pas prêts à endurer un film aussi critique qui n’hésitait pas à dénoncer la lâcheté et la monstruosité d’une ville prospère avec une galerie de personnages irrécupérables et pourtant désespérément « normaux ».

Et Olivier Père d'analyser : "Vers la fin de son film Arthur Penn reproduit quasiment à l’identique lors d’une scène dramatique réunissant les principaux protagonistes le meurtre survenu le 24 novembre 1963 de Lee Harvey Oswald, suspect principal dans l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, par Jack Ruby moins de quarante-huit heures après son arrestation, interrompant toute forme de procès et même d’instruction judiciaire. La transposition à peine trois ans plus tard d’un épisode encore dans toutes les mémoires de l’histoire contemporaine des Etats-Unis dans un contexte fictionnel choqua beaucoup à l’époque du film. Cette séquence constitue l’une des premières occurrences de l’affaire Kennedy dans une production hollywoodienne et marque plus largement l’intrusion de la violence réelle retransmise par les actualités télévisées dans le cinéma américain. A partir de la fin des années 60 et dans les années 70 on ne comptera plus les allusions plus ou moins directes aux assassinats de John Fitzgerald et Robert Kennedy, au Watergate et à la guerre du Vietnam dans les films des nouveaux cinéastes américains en prise directe avec les traumatismes récents de leur pays."

Et de conclure : "Et Marlon Brando dans La Poursuite impitoyable ? Magnifique quoique déjà un peu boudiné dans sa tenue de shérif avec une dégaine nonchalante et une manière inimitable de mâchouiller ses dialogues avec un fort accent sudiste, il livre une composition géniale et ajoute un chapitre important à sa mythologie personnelle. Cinq ans plus tôt dans son unique réalisation le western baroque La Vengeance aux deux visages il se faisait longuement fouetter par Karl Malden ; dans le film de Penn il est victime d’un interminable passage à tabac qui le laisse défiguré et couvert de sang. Ces deux films contribuèrent à la légende du sadomasochisme de Brando à l’écran. L’acteur prendra en effet dans les années 60 et 70 un malin plaisir à incarner des personnages négatifs – sur le plan humain et politique – ou des antihéros suppliciés dans des films trop bizarres, ratés ou dérangeants pour séduire le grand public, en attendant sa brève résurrection artistique et commerciale en 1972 avec les triomphes consécutifs du Parrain et du Dernier Tango à Paris."

Carrière en dents de scie
Après avoir soutenu les Black Panthers, il s'en éloigne. En sept ans, il accumule dix échecs commerciaux.

Sa « gloire absolue » ? Il « s'emploiera à la saboter dans les décennies suivantes, jusqu'à devenir une caricature de lui-même : plus concerné par ses engagements » politiques « que par les feux d'Hollywood, il enchaîne les échecs commerciaux au cours d'un lent suicide artistique, néanmoins ponctué de sublimes résurrections (Le parrain de Coppola, Le dernier tango à Paris de Bertolucci, Apocalypse now) ». Une jeune génération d'acteurs, tel Pacino, l'adule.

En 1973, c'est une Amérindienne qui vient chercher l'Oscar qui lui est décerné. Marlon Brando vit alors à Tétiaroa, près de Tahiti.

"Il est devenu une caricature de lui-même. Méchant. Sans amour", déplore Sondra Lee.

Marlon vit dans sa maison avec sa famille élargie. Et affronte les tragédies.

Philippe Kohly « explore les multiples facettes de ce génie torturé, disparu il y a dix ans, dans un passionnant portrait intime ».

De « son enfance dévastée - entre un père violent", alcoolique, coureur, ayant le souci des apparences et représentant en produits chimiques, "et une mère alcoolique mais vénérée », actrice et professeur de comédie d’Henry Fonda - « à sa vieillesse  recluse, Philippe Kohly (Gary/Ajar - Le roman du double) plonge dans les méandres d'une existence chaotique.

Convoquant ses proches (amis, amantes) et égrenant sa filmographie légendaire, éclairée par les commentaires de Robert Duvall - "Brando était l'acteur le plus singulier que j'ai connu. Quand je l'ai vu, c'était perturbant, mais bien" - et Elia Kazan - "Brando était un mélange de douceur et de mécontentement violent, parfois dangereux" -, ce film aux riches archives tisse un portrait intime de l'insaisissable Marlon Brando, séducteur compulsif et génie d'un art qu'il n'a cessé de dénigrer ».

Juifs/Israël
A Broadway, à l’aube d’une carrière prometteuse, Marlon Brando joue en 1946 dans A Flag is Born, pièce sioniste de Ben Hecht interprétée aussi par Paul Muni et Celia Adler, et sur une musique de Kurt Weill. 

Il interprétait le rôle d’un survifant du camp de Treblinka prénommé David et souhaitant se rendre en Palestine sous mandat britannique. La « Palestine » de l’affiche désigne donc l’Etat juif. Ben Hecht stigmatisait l’indifférence du monde lors de la Deuxième Guerre mondiale à l’égard de la Shoah. Hecht et Adler militaient au sein de l’American League for a Free Palestine ou Groupe Bergson, qui a produit la pièce de théâtre. Marlon Brando a participé à de nombreuses manifestations du groupe Bergson. Lors de réunions, il a évoqué la triste condition des survivants de la Shoah dans des camps de personnes déplacées en Europe et le besoin d’un Etat juif.

Brando a donné son salaire – il avait accepté le minimum syndical -dans cette pièce à l’Irgoun, groupe militaire sioniste créé en 1931 dans la Palestine sous mandat britannique.

En 1979 dans Playboy et en 1996 dans le Larry King Live, Brando a évoqué les Juifs d’une manière ayant suscité une polémique. Il a réitéré alors son admiration pour les Juifs et nié tout antisémitisme de sa part.


"Sur les quais" par Elia Kazan
Scénario : Budd Schulberg
Production : Columbia Pictures Corporation, Horizon Pictures
Producteur/-trice : Sam Spiegel
Image : Boris Kaufman
Montage : Gene Milford
Musique : Leonard Bernstein
Avec Lee J. Cobb (Michael J. Skelly), Marlon Brando (Terry Malloy), Karl Malden (Father Barry), Rod Steiger (Charley Malloy), Eva Marie Saint (Edie Doyle)
Auteur : Budd Schulberg
Etats-Unis, 1954
Sur Arte les 29 avril 2019 à 22 h 45 et 6 mai 2019 à 13 h 30
Visuels : : © Boris Kaufman/Columbia Pictures

« La poursuite impitoyable » d’Arthur Penn
Etats-Unis, 1966
Auteur : Horton Foote
Scénario : Lillian Hellman
Production : Horizon Pictures, Columbia Pictures Corporation
Producteur/-trice : Sam Spiegel
Image : Joseph LaShelle
Montage : Gene Milford
Musique : John Barry
Avec Marlon Brando, Jane Fonda, Robert Redford, E. G. Marshall, Angie Dickinson, Janice Rule, Miriam Hopkins
Sur Arte les 6 septembre 2020 à 20 h 55,  11 septembre 2020 à 15 h 45, 12 septembre 2020 à 5 h 50, 27 septembre 2020 à 6 h 25

« Marlon Brando, un acteur nommé Désir  », par Philippe Kohly 
Roche productions, ARTE France, Angoa-Agicoa, Avro (Pays-Bas), Ciné +, CNC, Procirep,RTS (Radio Télévision Suisse), SBS Australia, 2013, 90 min
Sur Arte les 7 août à 23 h 10, 16 août 13 h 35, 25 août 2016 à 0 h 55, 9 mai 2019 à 1 h 30, 16 mai 2019 à 13 h 35, 18 mai 2019 à 6 h 45

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont extraites du site d'Arte. Cet article a été publié le 7 août 2016.