vendredi 30 juin 2017

Judy Garland (1922-1969)


Arte rediffusera le 30 juin 2017, dans le cadre de la série Too Young to Die (Trop jeune pour mourir), « Judy Garland. Le crépuscule de l’arc-en-ciel », documentaire d’Annette Baumeister et de Jobst Knigge. Actrice oscarisée, chanteuse, danseuse, Judy Garland (1922-1969) devient une star par son rôle dans Le magicien d’Oz (1939). Elle enchaîne des comédies musicales et dramatiques, surmonte les aléas de sa carrière et de sa vie personnelle – quatre divorces -, mais non ses dépendances à l’alcool.

Frank Sinatra (1915-1998)
Barbra Streisand

« Actrice oscarisée et chanteuse ovationnée, l’enfant de la balle Judy Garland (1922-1969) ne connut pas le même succès dans sa vie privée : alcoolisme, pharmacodépendance, dépression chronique, mais aussi ennuis financiers et rien moins que quatre divorces ». 

A Star is Born
Frances Ethel Gumm est née en 1922 dans une famille d’acteurs, à Grand Rapids.

Dès l’âge de trois ans, cette enfant de la balle débute en chantant Jingle Bells, et intègre les « Gumm Sisters » sous la houlette de sa mère pianiste.

A la suite de rumeurs liées au père homosexuel de Frances, la famille s'installe à Lancaster. Judy Garland décrit sa mère comme une "stage manager tyrannique" et "sans talent".

Lors de l’Exposition universelle de Chicago, le groupe est repéré en 1934 par la vedette Georges Jessel qui incite Frances à adopter le nom de Garland. En 1935, Frances choisit le prénom de Judy.

Un talent scout de Hollywood remarque Judy Garland. Soutenue par l’agent artistique Al Rosen et Joseph L. Mankiewicz, Judy Garland signe en 1935 un contrat avec la Metro Goldwyn Mayer (MGM), un des principaux studios américain, après une audition avec Louis B. Mayer. Elle suit une scolarité d’enfant-artiste en ayant pour condisciples Mickey Rooney, Lana Turner, Freddie Bartholomew et Deanna Durbin. La mort de son père adoré, à la suite d'une méningite, la marque.

Judy Garland apparaît en 1936 dans un court métrage.

C’est dans un film de la 20th Century Fox qu’elle tourne son premier long métrage Pigskin Parade.

Dans The Broadway Melody of 1938, elle chante Dear Mr Gable face à un cliché de Clark Gable.

En 1939, elle incarne Dorothy dans Le magicien d’Oz, film populaire de Victor Fleming, dans lequel elle interprète « Over the rainbow », chanson distinguée par l’Oscar. Un rôle où cette adolescente de 17 ans joue le rôle d’une enfant - sa poitrine est comprimée par des bandes -, et qui lui vaut l’Oscar de la meilleure des jeunes actrices de l’année.

En cette période de crise économique, elle forme un duo avec Mickey Rooney dans des comédies musicales à succès. Neuf films consacrent le couple d’amis : Thoroughbreds Don't Cry, Place au rythme, En avant la musique, Débuts à Broadway, de Busby Berkeley et Girl Crazy et Ma vie est une chanson (1948) de Norman Taurog.

De petite taille - 1,51 m -, Judy Garland doit garder la ligne. Pour contrer sa propension à grossir, elle débute une addiction aux médicaments. Sous la pression des studios, elle consomme des amphétamines, et pour dormir cette insomniaque prend des barbituriques. Cette éternelle amoureuse, souvent d'homosexuels, souffre aussi de ne pas correspondre aux canons de beauté.

En 1941, malgré l’opposition de Louis B. Mayer et de sa mère, elle épouse David Rose, acteur et compositeur américain. Sa mère et son mari la convainquent d'avorter. Le couple divorce en 1944.

Judy Garland joue, chante et danse dans des comédies musicales de la MGM : La Danseuse des Folies Ziegfeld, Lily Mars vedette, Girl Crazy, For Me and My Gal (1942) de Busby Berkely avec Gene Kelly, Parade aux étoiles, Le Chant du Missouri (Meet Me in St. Louis, 1944) de Vincente Minnelli, Parade de printemps, Ziegfield Follies (1946), Le Pirate (1948). De nombreux chefs d’œuvres de l'âge d'or de la comédie musicale produits par la « Freed Unit », unité du maître de la comédie musicale MGM, Arthur Freed.

En 1945, Judy Garland épouse Vincente Minnelli qui la décrit comme un "petit faon dans la forêt". Le couple a une fille née en 1945, Liza.

La santé vacillante de Judy Garland perturbe les tournages, lui fait décliner des rôles.

Une fois le tournage de Summer Stock (La Vallée heureuse, La Jolie fermière) terminé, le producteur Joe Pasternak et le réalisateur Charles Walters ajoutent un numéro musical avec une Judy Garland éblouissante et interprétant Get Happy.

En 1950, la MGM met un terme à son contrat. Dépressive, Judy Garland tente de se suicider.

En 1951, divorcée de Vincente Minnelli, elle épouse le producteur Juif américain Sidney Luft avec qui elle a deux enfants, Lorna, puis Joseph. Sidney Luft relance sa carrière en organisant des récitals au Palladium de Londres. Succès pendant un mois.

Le Palace Theatre de New York accueille Judy Garland. Triomphe pendant dix-neuf semaines.

A Hollywood, Sidney Luft produit en 1954 pour la Warner Bros A Star is born (Une étoile est née), de George Cukor, avec James Mason. Le remake d’un film de William A. Wellman (1937). Malgré les coupes du studio, le film rencontre un succès critique et public. Judy Garland est sélectionnée pour l’Oscar de la meilleure actrice qui est remis à... Grace Kelly. Cruauté : une caméra filmait Judy Garland dans sa chambre d'hôpital où elle venait d'accoucher.

En 1955, Judy Garland débute dans la télévision naissante. CBS lui offre un show dans lequel elle invite ses amis Frank Sinatra, Dean Martin.

"J'ai passé des années à essayer de plaire en chantant ou en jouant la comédie", a déploré Judy Garland, dont le mari Sidney Luft, qu'elle décrit comme égocentrique, gaspille l'argent dans les courses de chevaux.

Judy Garland enchaîne les tournages de films dramatiques ou musicaux : A Child Is Waiting (Un enfant attend, 1963) de John Cassavetes, avec Burt Lancaster, I Could Go on Singing (1963) de Ronald Neame avec Dirk Bogarde. Elle est sélectionnée pour l’Oscar du meilleur second rôle dans Jugement à Nuremberg de Stanley Kramer,

Parmi ses concerts, celui mémorable au Carnegie Hall en 1961. La vente de l’album de cette prestation artistique génère une million de dollars de recettes.

En 1963, son émission télévisée The Judy Garland Show ne peut rivaliser avec la série Bonanza. Elle ne dure qu'un an.

En 1964, Judy Garland divorce de Sidney Luft, et épouse l’acteur Mark Herron, dont elle divorce en découvrant son homosexualité.

Cinq ans plus tard, elle épouse Mickey Deans, producteur de disques.

Judy Garland meurt le 22 juin 1969 à Londres d’une overdose de barbituriques, à l’âge de 47 ans.

Liza Minnelli a dit de sa mère que celle-ci "était une fleur qui s'était fanée et était morte".

"Ce que je garde de ma mère ? C'est sa façon de toujours essayer d'être heureuse", se souvient avec pudeur et tendresse Joey Luft.

L'American Film Institute a désigné Judy Garland comme la huitième plus grande star féminine de l'Age d'or de Hollywood.

Le Grammy Lifetime Achievement Award lui est remis à titre posthume en 1997 pour une carrière riche de « trente-deux longs métrages, cinq cents émissions, plus de mille concerts, cent singles et une douzaine d’albums ».

La chanson "Over the Rainbow" a été inscrite n° 1 dans la liste des chansons de films de tous les temps par "100 Years... 100 Songs" de l'American Film Institute. Quatre autres titres interprétés par Judy Garland figurent sur cette liste : "Have Yourself a Merry Little Christmas" (n°76), "Get Happy" (n°61), "The Trolley Song" (n°26), et "The Man That Got Away" (n°11).

La Poste américaine a choisi Judy Garland pour figurer dans deux timbres : le premier en 1989 (rôle de Dorothy) et en 2006 (visage de Vicki Lester d'A Star Is Born).

« Annette Baumeister et Jobst Knigge retracent la carrière de la star américaine, qui continue d’inspirer de multiples artistes, dont le chanteur canadien Rufus Wainwright, qui lui a consacré un spectacle. Le fils de l’actrice, Joey Luft, témoigne également dans ce film ».

Fille de Judy Garland et de Sidney Luft, l’actrice et chanteuse Lorna Luft est apparue lors de Judy Garland Shows, et a chanté en duo avec sa mère.  Elle confié à Jewish News le 26 novembre 2014, avant son récital dans un cabaret londonien : « Mon père n’était pas très religieux. Mes parents nous ont encouragés à accepter tout dans leur religion. Aussi, j’ai aimé célébrer à la fois Noël et Hanoucca… Ma grand-mère Léonora est venue de Russie en Amérique, et nous a enseigné le judaïsme, notamment la cuisine. Elle pouvait cuisiner pendant toute une journée. Le chou farci, les latkes et la soupe de poulet… Toutes les recettes, elle me les a transmises. En fait, quand quelqu’un est malade, je lui amène de la soupe de poulet, la pénicilline Juive à son top niveau ». 

De son premier mariage avec le musicien de rock né en Israël Jake Hooker (1953-2014), Lorna Luft a eu deux enfants, Jesse et Vanessa : « J’ai toujours encouragé les enfants à aller aux bar-mitzvas de leurs amis, et ils s’y sont beaucoup amusés. J’aime la culture juive et je me suis rendue à plusieurs reprises en Israël ».


« Judy Garland. Le crépuscule de l’arc-en-ciel », documentaire d’Annette Baumeister et de Jobst Knigge
ZDF, 2014, 53 min
Sur Arte les 19 décembre à 22 h 40 et 21 décembre 2015 à 15 h 40, 30 juin 2017 à 22 h 25

Visuels :
© Royal Rainbow Productions LLC et © Brendan Uffelmann

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié le 19 décembre 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire