Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

samedi 27 juin 2020

« GI Jews » de Lisa Ades


Histoire diffusera les 28 et 30 juin 2020, 5, 10 et 15 juillet 2020 « GI Jews. Jewish Americans In World War II » (« Les GI Juifs. La guerre des Juifs américains durant la Deuxième Guerre mondiale »), documentaire  de Lisa Ades. L’histoire des 550 000 Américains juifs, hommes et femmes, s’étant engagés, par patriotisme et comme Juifs, durant la Deuxième Guerre mondiale pour vaincre l’Allemagne nazie, contribuer à sauver leur peuple et lutter contre l’antisémitisme dans l’Armée américaine.


« Rosine Cahen. Dessins de la Grande Guerre »
Édouard Moyse, peintre de la vie juive en Lorraine 
Abel Pann. Œuvres de guerre (1915-1917). 60 estampes de la collection du Mahj
Les Juifs dans la Grande Guerre, 1914-1918 (5675-5679)
True Jews and Patriots: Australian Jews and World War One (Vrais Juifs et patriotes : Les Juifs australiens et la Première Guerre mondiale)
Les médecins Juifs militaires ou dans les Armées 

En 2009, Harvard University Press a publié "GI Jews. How World War II Changed a Generation" (GI Juifs. Comment la Deuxième Guerre mondiale a changé une génération) de Deborah Dash Moore. "Whether they came from Sioux Falls or the Bronx, over half a million Jews entered the U.S. armed forces during the Second World War. Uprooted from their working- and middle-class neighborhoods, they joined every branch of the military and saw action on all fronts. Deborah Dash Moore offers an unprecedented view of the struggles these GI Jews faced, having to battle not only the enemy but also the prejudices of their fellow soldiers. Through memoirs, oral histories, and letters, Moore charts the lives of fifteen young Jewish men as they faced military service and tried to make sense of its demands. From confronting pork chops to enduring front-line combat, from the temporary solace of Jewish worship to harrowing encounters with death camp survivors, we come to understand how these soldiers wrestled with what it meant to be an American and a Jew. Moore shows how military service in World War II transformed this generation of Jews, reshaping Jewish life in America and abroad. These men challenged perceptions of Jews as simply victims of the war, and encouraged Jews throughout the diaspora to fight for what was right. At the same time, service strengthened Jews’ identification with American democratic ideals, even as it confirmed the importance of their Jewish identity. GI Jews is a powerful, intimate portrayal of the costs of a conflict that was at once physical, emotional, and spiritual, as well as its profound consequences for these hitherto overlooked members of the “greatest generation.”

En 2018, Lisa Ades a adapté ce livre dans son documentaire « GI Jews. Jewish Americans In World War II » (« Les GI Juifs. La guerre des Juifs américains durant la Deuxième Guerre mondiale » ; La Guerre des GIs Juifs). Ce film  relate l'histoire des 550 000 Juifs américains, dont environ 10 000 Juives américaines, qui ont combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale. Selon l'historienne Elihu Rose, “la moitié des Juifs en âge de servir dans l'Armée y a servi.

« Les GI Juifs. La guerre des Juifs américains durant la Deuxième Guerre mondiale » relate l'histoire méconnue des 550 000 hommes et femmes juifs américains qui ont combattu activement Hitler pendant la Deuxième Guerre mondiale.

« Ils ont lutté sur deux fronts : pour l’Amérique et pour les Juifs du monde entier. Comme tous les Américains, ils ont combattu le fascisme et le nazisme, mais ils ont aussi mené un combat plus personnel pour sauver leurs frères en Europe. Ils ont également combattu l’antisémitisme dans les rangs de l’armée américaine en affrontant les insultes et les violences de leurs camarades. Maire de New York, Ed Koch, qui a servi dans infanterie, a écrit plus tard : l’antisémitisme, « ce n’était pas seulement Hitler, c’était ici, en Amérique. »

Avec leurs propres mots, des « vétérans célèbres et inconnus - du réalisateur hollywoodien Mel Brooks  à l'ancien Secrétaire d'État Henry Kissinger - font revivre leurs expériences de guerre : comment ils se sont battus pour leur nation et leur peuple, ont lutté contre l'antisémitisme dans leurs rangs et en sont sortis transformés, plus puissamment américains et plus profondément juifs. »

"Nous sommes allés pour recouvrer qui nous étions, et non pour oublier qui nous étions et d'où nous venions", a déclaré Leonard Everett Fisher, ancien cartographe de l'armée  qui, comme la plupart des Juifs ayant combattu durant la guerre, était un enfant d'immigrants qui avaient fui la persécution en Europe.

Les « expériences extraordinaires de ces hommes et de ces femmes sont au cœur du film, qui raconte l'histoire de la Seconde Guerre mondiale d'un point de vue uniquement juif. C'est une histoire d'immigrants - dont la famille proche était restée dans l'Europe d'Hitler et qui ont obtenu la citoyenneté américaine en versant leur sang. »

« S'exprime devant la caméra la "plus grande génération" de Juifs américains, célèbres et inconnus. Les scénaristes/réalisateurs Mel Brooks et Carl Reiner racontent avec humour et pathos des histoires sur le fait d'être juif en entrainement. L'ancien secrétaire d'État Henry Kissinger et l'artiste Si Lewen ont fui l'Allemagne nazie alors qu'ils étaient adolescents, puis sont retournés dans leur pays natal pour combattre en tant que soldats américains. Ellan Levitsky a soigné les blessés après le jour J (D-Day), et le Lt. (lieutenant) Lester Tanner a été sauvé par son commandant protestant dans un camp de prisonniers de guerre (POW) nazi ».

Autres témoins : Bea Cohen, membre du Women’s Army Auxiliary Corps (WAAC) en Grande-Bretagne; et Max Fuchs, qui a servi dans la 1ère division d'infanterie et a été cantor (chantre, ministre officiant) lors d'un office juif de prière à Aachen, en Allemagne, diffusé par NBC en 1944.

Des « soldats juifs, dont Alan Moskin et Eliot Herman, ont été parmi les premiers à atteindre les camps de concentration libérés par les troupes américaines. Beaucoup parlaient le yiddish, afin d'offrir aux rescapés de la Shoah leurs premiers mots de réconfort et pour les rassurer. Dans les images d'archives, nous regardons le rabbin aumônier David Max Eichhorn arriver à Dachau, louer les survivants pour leur bravoure et leur héroïsme, et initier une prière émouvante. »

Le film « présente également les histoires de vétérans juifs qui ne sont plus avec nous, notamment la star du baseball Hank Greenberg, et les écrivains Norman Mailer, J.D. Salinger, Leon Uris et Joseph Heller, qui ont transformé leurs expériences de guerre en une littérature puissante. »

Les militaires Juifs et Juives ont été changés à jamais par leur service militaire et leur découverte des atrocités d'Hitler. De retour chez eux, ils ont continué à se battre pour les valeurs pour lesquelles ils avaient risqué leur vie -- pour la liberté religieuse et les droits civils en Amérique ».

Enfin, l’histoire des GIs Juifs est celle de devenir américain – d’un groupe participant au progrès de la nation vers la démocratie et la tolérance.

C’est le premier documentaire à retracer l’histoire profonde et unique des 550 000 Juifs, hommes et femmes, qui ont servi durant la Deuxième Guerre mondiale.

En 2018, il a été distingué par l’Audience Choice Award du Jewish Film Festival de Dallas.




« GI Jews » de Lisa Ades
Etats-Unis, Turquoise Films, Inc., Thirteen Productions LLC for WNET, 2018, 1 h 24
Narrated by Jeffrey Tambor

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations proviennent du site du film.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire