Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 8 avril 2022

La mort de Jérémie Cohen

Jérémie Cohen était un Français juif qui souffrait d'un léger handicap mental et portait souvent sa kippa blanche. Battu par une quinzaine. 
Le 16 février 2022, vers 20 h, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), il est sauvagement agressé physiquement par une quinzaine d'individus. Il parvient à fuir, mais en traversant les voies du tramway, il est percuté par une rame, et décède à l'hôpital. L'enquête piétine, malgré celle menée par la famille de la victime. Le 4 avril 2022, Eric Zemmour révèle cette tragédie. Département francilien dangereux notamment pour les Juifs, famille endeuillée et isolée contrainte d'enquêter face aux dysfonctionnements politico-judiciaires, omerta médiatico-politique et de dirigeants communautaires, soutien du candidat de Reconquête, réticences judiciaires à admettre les circonstances aggravantes liées au handicap et à la judéité de la victime... Cette affaire scandaleuse souligne l'effondrement de la condition juive française. 

Le MRAP débouté de sa plainte contre Laurent Dominati
« La condition juive en France. La tentation de l’entre soi » par Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël
Un sondage français biaisé sur l’évolution de la relation à l’autre 
La Présidence Hollande, les gouvernements Ayrault, Valls et Cazeneuve, c'était bien pour les Français Juifs ? 
« Un peuple élu et mis à part : l’antisémitisme en Europe » par Joachim Schroeder et Sophie Hafner
Soirée spéciale de France 2 sur l’antisémitisme 
L’antisionisme : une forme d’antisémitisme ?
Des « Blacks, Blancs, Beurs » antisémites ont attaqué des Juifs lors de l'opération défensive « Protective Edge » (2/2) 
Interview de Maitre Axel Metzker, avocat de la famille Selam
Le procès du gang des Barbares devant la Cour d'assises des mineurs de Paris (1/5) 

Chronologie
Le 16 février 2022, vers 20 h, Jérémie Cohen, Français juif âgé de 31 ans et atteint d’un handicap mental léger, marche à Bobigny (Seine-Saint-Denis). 

Il est très violemment battu par une quinzaine d’individus. Il parvient à leur échapper, et dans sa fuite, traverse les rails du tramway quand il est percuté par le tramway. Il est amené à l’hôpital en état d'urgence absolue et décède de ses blessures.

Le 17 février 2022, l'hôpital de Bobigny remet aux parents de Jérémie Cohen des objets ayant appartenu à leur fils, souvent ensanglantés, dont sa kippa blanche.
L'enquête est ouverte pour « homicide involontaire par conducteur ». « Selon Le Figaro (citant un mois et demi plus tard une source proche du dossier), « les enquêteurs sont partis sur un banal accident voyageur car les caméras sur la voie publique ne fonctionnaient pas ce jour-là ».
Le Parisien présente la mort du jeune homme comme un accident. 

Le 22 février 2022, l’enquête est classée sans suite. 
La famille de Jérémie Cohen décide d’enquêter sur les circonstances du décès, et lance un appel à témoins en déposant des flyers dans les boîtes aux lettres du quartier. Elle obtient des témoignages et une vidéo des faits.

Le 10 mars 2022, selon le parquet « une vidéo, montrant une agression, est transmise aux enquêteurs, et une seconde enquête est ouverte (le lendemain), pour violences volontaires en réunion. Le procureur expliquera : « Rapidement, les éléments recueillis permettaient de comprendre que, quelques instants avant l’accident, la victime avait subi des violences. Les deux enquêtes étaient menées parallèlement. L’hypothèse que la victime ait traversé les voies du tramway pour échapper à ses agresseurs était naturellement prise en compte. »
Les jours suivants, la famille transmet à la police une vidéo de l’agression physique et de l’accident mortel.

Le 29 mars 2022, une information judiciaire est ouverte pour violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner. L’enquête est menée sous l’autorité d’un juge d’instruction, et sans publicité.

Le 31 mars 2022, sur Radio Shalom, Gérald et Raphaël Cohen, respectivement père et frère de Jérémie, relatent les faits et révèlent l’existence de la vidéo. Raphaël Cohen indique ignorer si son frère portait sa kippa et si l’agression était antisémite.

Le 3 avril 2022, Gérald Cohen, père de Jérémie Cohen, alerte Éric Zemmour, candidat de Reconquête !. Il ne sait pas que la police enquête sur l’agression.

Le 4 avril 2022, sur les réseaux sociaux puis au JT de TF1, Eric Zemmour révèle l’agression de Jérémie Cohen et s’indigne du silence entourant cette affaire. 
Divers politiciens réagissent publiquement, sauf notamment Jean-Christophe Lagarde, député du département.
Eric Mathais, procureur de la République de Bobigny, indique dans un communiqué la jonction des deux enquêtes et l’ouverture d’une information judiciaire pour violences volontaires en réunion ayant entrainé la mort sans intention de la donner.
A la demande du Président de la République Emmanuel Macron, son cabinet téléphone aux parents de Jérémie Cohen. 
Gérald Cohen et son avocat Me Franck Serfati s’expriment dans diverses chaines de télévision. Me Franck Serfati refuse toute instrumentalisation, notamment politique, de cette affaire.

Le 5 avril 2022, Eric Mathais précise que rien ne permet d’évoquer un acte antisémite, et invite « toute personne détenant des informations utiles à l’enquête à entrer en contact avec les services de police ».
Gérald Cohen remercie Éric Zemmour dans son QG de campagne.
Le Président Emmanuel Macron déclare : « La justice mène de manière indépendante son travail. Des drames humains, il y en a chaque jour. Ils ne doivent pas donner lieu à des manipulations politiques quelles qu’elles soient. »

Le 7 avril 2022, dans une conférence de presse, la mère de Jérémie Cohen demande la prudence quant à la qualification antisémite.

Sur RCJ, radio J du FSJU (Fonds social juif unifié), le grand rabbin de France Haïm Korsia.

Durant son meeting, Eric Zemmour a fait observer une minute de silence à la mémoire de la  victime.

Le 12 avril 2002, deux hommes se sont présentés spontanément à la police et ont été placés en garde à vue. "Les déclarations des deux suspects devant les enquêteurs, notamment sur la "chronologie des événements", suggèrent que "les violences seraient à mettre en lien avec le comportement de la victime, auquel ils auraient réagi en lui portant des coups", a précisé le parquet, sans donner plus de détails. A ce stade des investigations, "il n'existe toujours aucun élément objectif permettant de caractériser un motif discriminatoire, en particulier antisémite, à l'origine des violences", a précisé le procureur de Bobigny Eric Mathais."

Le 15 avril 2002, ces deux suspects ont été mis en examen car ils sont soupçonnés d'avoir roué de coups Jeremie Cohen, le 16 février, a annoncé le procureur de la République de Bobigny (Seine-Saint-Denis). L'un est poursuivi pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et le second pour "violences volontaires en réunion". Ils ont été placés tous les deux en détention provisoire, précise le communiqué."

Questions
Cette affaire tragique révèle plusieurs points communs avec l'affaire Sarah Halimi : les deux crimes ont eu lieu durant une campagne électorale visant la fonction présidentielle, ils ont été occultés par une omerta médiatico-politico-communautaire, les familles endeuillées et isolées ont été obligées de mener des enquête pour rechercher la vérité et savoir ce qui s'était passé et ont affronté les réticences à admettre le caractère antisémite de l'agression physique. 

Pourquoi les caméras sur la voie publique ne fonctionnaient-elles pas ?

Pourquoi les deux enquêtes n'ont-elles pas été jointes plus tôt ? 

Quand une personne meurt, trois pistes sont envisagées par la police ou un journaliste : suicide, accident, meurtre. Au fil de l'enquête, une, puis deux pistes sont écartées fautes de preuves. Ainsi, il est arrivé que la justice ouvre une enquête pour terrorisme, pour ensuite requalifier en crime. Pourquoi la justice, appuyée par les avocats de la famille Cohen et celle-ci, refusent-ils de retenir deux circonstances aggravantes : l'antisémitisme et le handicap ? Pourquoi ce silence des associations de défense des handicapés ? 

La phrase du Chef de l’Etat - « Des drames humains, il y en a chaque jour » - s'avère inadéquate. C'est une banalisation d'une violence certes quotidienne, mais barbare, inouïe et tolérée par le Président Emmanuel Macron. "Il y a en France 1 800 agressions par jour et 130 agressions au couteau. Vous rendez-vous compte ? On s’accroche à des mots, mais il y a des faits. Et le fait, c’est l’ensauvagement de notre pays", s'est indigné Eric Zemmour le 29 mars 2022 sur Europe 1.

Pourquoi ce long silence médiatique ? Aucun média n'enquête. Manque de moyens financiers ? Manque de savoir-faire ? Indifférence ? Après avoir diffusé l'interview de membres de la famille de Jérémie Cohen, Radio Shalom ne twitte pas sur ces faits !? Aucun autre média, juif ou non juif, ne relaie !? Manque d'audience ? Quelle faute de jugement ! 

Pourquoi ce long silence des dirigeants des principales organisations juives françaises - CRIF, Consistoires, SPCJ (Service de protection de la communauté juive), FSJU - et des premiers avocats de la famille Cohen ? "Attendre la fin de la période électorale", soit juillet 2022 ? Mais la famille Cohen souffrait de ce silence. Sur RCJ, le 7 avril 2022, le grand rabbin de France Haïm Korsia a déclaré être en contact avec la famille Cohen... via le SPCJ. Cela signifierait-il qu'il n'aurait pas téléphoné, ni rencontré cette famille endeuillée ?

Des cinquante politiciens contactés par la famille de Jérémie Cohen, seul Eric Zemmour a répondu. Pourquoi ? Critiqué pour ses déclarations en faveur d'établissements scolaires dispensant un enseignement adapté aux élèves handicapés, accusé à tort d'être "antisémite", le candidat de Reconquête ! a prouvé que les anathèmes le visant étaient infondés.

Le 4 avril 2022, avait lieu le vernissage de l'exposition "Juifs et musulmans de la France coloniale à nos jours" au musée de l’Histoire de l’immigration. La dernière partie occulte notamment les victimes juives françaises assassinées par des musulmans. Nul ne s'en est offusqué. Ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon a twitté : "Une histoire importante pour se souvenir que nous savons vivre ensemble."

Cette affaire scandaleuse souligne l'effondrement de la condition juive française au travers d'une famille juive française déplorant de ne pouvoir, faute de moyens financiers, quitter ce département dangereux. 


Articles sur ce blog concernant :
Par erreur, le prénom de la victime a été orthographié Jérémy.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire