Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 7 août 2020

« Dune » de David Lynch



« Dune » est un roman de science-fiction best-seller mondial de Frank Herbert (1965). Il représente notamment des Juifs. Arte diffusera le 9 août 2020 « Dune » (Dune - Der Wüstenplanet), première adaptation cinématographique du roman réalisée par David Lynch, puis "Dune" de Jodorowsky * » (Jodorowsky’s Dune), documentaire de Frank Pavich sur les préparatifs (1971-1973) du film français inspiré du roman par le réalisateur franco-chilien initialement pressenti, aspirant à réaliser « le plus grand film de l’histoire du cinéma » et n'ayant pu mener jusqu'à son terme son projet. 


En 1965, paraît aux Etats-Unis « Dune », roman de science-fiction de Frank Herbert. C’est le premier roman du cycle de Dune.

Edité primitivement, en 1963-1964, en deux publications différentes dans le magazine Analog, c'est un roman de science-fiction best-seller mondial.

En 1966, « Dune » est distingué par le Prix Hugo  récompensant les meilleurs ouvrages de science-fiction ou de fantasy, ex-æquo Toi l'immortel, roman de Roger Zelazny et par le premier Prix Nebula du meilleur roman.

Juifs Les Juifs sont présents dans cette oeuvre littéraire. "L'univers fictif d'Herbert juxtapose la religion, présentée comme mutable et manipulable, à la génétique, dans laquelle résident les vérités permanentes.", a analysé Michael Weingrad, professeur d'études juives à la Portland State University (Jewish Review of Books, 29 mars 2015) :
"Cela se voit en particulier dans les opérations du Bene Gesserit, une organisation entièrement féminine qui contrôle le destin de l'humanité. Pendant des milliers d'années, ils ont gardé secrètement les lignées génétiques de l'humanité, dans le but ultime de concevoir un messie. En attendant, ils créent et exploitent la religion pour contrôler et guider les populations humaines. « Nous plantons des religions protectrices pour nous aider », explique un membre de l'ordre. « C'est la fonction de Missionaria. » Nous «[e]ngérons des religions à des fins spécifiques et des populations sélectionnées», dit un autre. Les religions de Dune sont des couvertures fongibles pour les vérités fondamentales qui sont enfermées dans la mémoire génétique
Un seul groupe religieux de notre temps a défié cette déformation du dogme et de la pratique. Dans Chapterhouse: Dune, le sixième livre de la série et le dernier qu'Herbert a écrit avant sa mort en 1986, les Juifs se présentent. Et, contrairement à d'autres religions, le judaïsme du futur lointain n'a pas changé du tout. « Il est probable qu'un rabbin des temps anciens », explique un chef de Bene Gesserit à son disciple, « ne se trouverait pas déplacé derrière la menorah du sabbat d'une maison juive de votre âge.» Dans un contexte d'humanité transformée, de navigateurs spatiaux mutés et de «danseurs de visage» métamorphosés, les Juifs d'Herbert sont comme ils l'ont toujours été.
Faisant preuve d'une fidélité absolue à leur « ancienne religion », les Juifs de Dune se préoccupent principalement de leur propre survie. Ils doivent cultiver un secret extrême parce que leurs manières séparatistes suscitent une violence anti-juive continue. Le chef du Bene Gesserit explique:
"Ils ont pris une décision défensive il y a des siècles. La solution aux pogroms récurrents était de disparaître de la vue du public. Les voyages dans l'espace ont rendu cela non seulement possible mais attrayant. Ils se sont cachés sur d'innombrables planètes - leur propre dispersion - et ils ont probablement des planètes où seuls leurs habitants vivent... [L] héritage secret est tel que vous pourriez travailler toute votre vie aux côtés d'un juif et ne jamais soupçonner."
Ce secret permet au groupe de Juifs qui figurent dans le sixième livre d'assister le Bene Gesserit. L'une des juives, Rebecca, rejoint même l'ordre féminin, au grand désarroi du rabbin qui mène leur petit troupeau.
Le portrait des Juifs par Herbert doit plus que peu aux stéréotypes antisémites. Les Juifs de Dune, à l'exception de Rebecca (peut-être un clin d'œil à la noble juive de ce nom à Ivanhoé) sont insulaires, xénophobes et fanatiques. Le rabbin est un personnage pleurnichard, intimidant et pathétique qui gémit lorsque ses ordres sont annulés et agite une sorte de parchemin juif pour insister lorsqu'il parle. L'intrigue juive fait écho au marchand de Venise de Shakespeare, comme Rebecca, comme la fille de Shylock qui vole le trésor de son père et s'enfuit avec son amant chrétien, défie de la même manière le rabbin et emporte ce qu'elle appelle son «œuf d'or» (dans ce cas, pas de véritable or mais un trésor de souvenirs génétiques portables) Bene Gesserit. Lorsque Rebecca rejoint l'ordre, elle se rend vite compte que le judaïsme « l'obligeait à croire tant de choses qu'elle savait maintenant absurdes » et elle le caractérise comme un produit de «[m]ythes» et d'un « comportement enfantin ». Il y a même une allusion possible à l'accusation de déicide, quand l'un des disciples du rabbin dit énigmatique: «nos ancêtres ont fait des choses pour lesquelles un paiement doit être effectué. En revanche, la seule note juive potentiellement positive dans la série est le fait que le terme d'Herbert pour son messie des Dunes - le Kwisatz Haderach - ressemble à la phrase hébraïquekefitzat haderech , un transport magique ou téléportation (c'est ainsi qu'Emanuel Lotem rend le terme dans sa traduction en hébreu de 1989 de Dune).
Pourquoi cette éruption de stéréotypes antijuifs dans une épopée futuriste? Cela ne semble pas provenir du mépris des Juifs, mais de l'envie d'Herbert pour eux. D'une part, la représentation par Herbert des Juifs comme une relique immuable, le seul groupe stagnant dans un univers de changement, est un vieux trope, étant donné l'expression moderne répétée de Hegel à Toynbee et reflétant les affirmations chrétiennes supersessionistes selon lesquelles les Juifs ont eu leur jour. mais ne sont plus une partie vivante du drame de l'histoire.
Mais le revers de la médaille de ce dénigrement des Juifs en tant que « peuple fossile » est une inquiétude chrétienne que les Juifs - qui revendiquent une parenté biologique avec les patriarches, les prophètes et le messie - possèdent naturellement ce avec lequel les chrétiens ont une relation plus incertaine. Les romans de Herbert Dune sont tous animés par la conviction que la vérité est dans nos gènes. Le problème que posent les Juifs à Hébert n'est donc pas qu'ils sont inutiles à son univers fictif, mais qu'ils semblent l'anticiper à cause de leur relation familiale et corporelle avec le divin. À un moment donné, un membre de Bene Gesserit fait remarquer: « Les Juifs sont amusés et parfois consternés par ce qu'ils interprètent comme notre copie. Nos registres de reproduction dominés par la lignée femelle pour contrôler le modèle d'accouplement sont considérés comme juifs." Il semble y avoir une sorte de ressentiment théologique au travail.
Alors que d'autres écrivains de science-fiction tels que Dan Simmons et Joel Rosenberg ont décrit les juifs futuristes de manière plus positive, le traitement d'Herbert rappelle un autre classique de la science-fiction, le roman post-apocalyptique de Walter M. Miller, Jr., A Canticle for Leibowitz. Miller raconte les efforts de l'Église catholique pour reconstruire la civilisation après la guerre atomique, mais son histoire comprend un Juif errant mystérieusement éternel qui apparaît toutes les quelques générations pour faire des commentaires ironiques sur les efforts de l'Église. Alors que la méchanceté de Herbert capitulaire est absent dans le cas de Miller, le message est similaire: les chrétiens doivent rassembler les fragments de la civilisation, qui change au fil du temps; Les Juifs, en partie à cause de leur incapacité à changer, peuvent tout simplement se souvenir de tout.
Il se trouve que la plupart des lecteurs perdent tout intérêt avant d'atteindre le sixième livre de la série Dune. Alors que Dune reste l'un des piliers les plus vendus du canon de science-fiction, la qualité de l'écriture se détériore dans les suites et les intrigues commencent à se répéter... On aurait pu pardonner à Herbert, et avoir une représentation plus intéressante en main, s'il avait fondé l'un de ses personnages juifs sur le rêveur irréprochable (et juif) Jodorowsky.
Parce qu'Herbert est décédé peu de temps après la publication de Chapterhouse: Dune, nous ne pouvons pas savoir précisément comment il avait l'intention de conclure sa saga - malgré une paire de suites écrites deux décennies plus tard par son fils, toutes deux basées sur une intrigue sommaire découverte parmi les effets d'Herbert. Chapterhouse : Dune se termine avec le rabbin, Rebecca, et leurs compagnons juifs accompagnant un groupe de membres de Bene Gesserit sur un vaisseau spatial solitaire, portant comme cargaison les informations génétiques nécessaires pour recloner le messie. On suppose, étant donné leur traditionalisme féroce, que sur leur long voyage ils continueront d'allumer leurs «menorahs du sabbat» une fois par semaine et attendent avec impatience de célébrer la Pâque à Jérusalem avec leur messie, qu'ils pourront peut-être cloner l'année prochaine."
Dans son article "Jews in Space or Jews on the Moon" (Juifs dans l'Espace ou sur la Lune) du 24 février 2019, Nathan Abrams analyse Dune : 
"Dune de David Lynch ne présentait aucun Juif explicite et , malgré les références plus évidentes à l'islam (par exemple le Jihad), une grande partie de la vision d'Herbert doit beaucoup au judaïsme, même s'il n'est pas toujours conscient. La croyance en un Messie est l'un des thèmes principaux. Même le terme d'Herbert, le Kwisatz Haderach, ressemble à l'expression hébraïque kefitzat haderech, un transport ou téléportation magique (c'est ainsi qu'Emanuel Lotem a traduit la phrase dans sa traduction hébraïque du roman en 1989). Le secret extrême des Fremen, chez eux dans un environnement désertique, qui font beaucoup avec des ressources rares et se préoccupent principalement de leur propre survie, suggère les premiers pionniers hébreux." 
« Dune »
Arte diffusera le 9 août 2020 « Dune » (Dune - Der Wüstenplanet ; Dunas) de David Lynch. C'est la première adaptation cinématographique du premier volume du roman éponyme de science-fiction de Frank Herbert. Echec commercial, ce film a fait l'objet de plusieurs versions et David Lynch a souligné n'avoir pas eu le "final cut", le contrôle sur le montage final avant diffusion publique du film. Mécontent des versions cinématographiques et télévisuelle de l'oeuvre montée, David Lynch a obtenu que son nom soit remplacé par « Alan Smithee » comme réalisateur et « Judas Booth » comme scénariste

L'oeuvre est devenue culte, mais suscite des critiques parmi les admirateurs du romancier et du cinéaste.

« En l'an 10191, l’empereur Padishah Shaddam IV se sent menacé par le pouvoir mystérieux des Atréides : il noue une alliance avec les Harkonnens pour les exterminer... David Lynch, l’auteur de "Twin Peaks" et d’"Elephant Man", s'empare du roman-fleuve de Frank Herbert : un film renié, voire maudit, devenu culte. Avec Kyle MacLachlan, Sting et Max von Sydow ».

« En 10191, l’empereur Padishah Shaddam IV règne sur l’univers. Se sentant menacé par le pouvoir mystérieux des Atréides, il noue une alliance avec les Harkonnens pour les exterminer. Afin de mener à bien son funeste projet, l’empereur envoie les Atréides sur la planète Arrakis, également appelée Dune. Les terribles Harkonnens exécutent leur contrat. Deux des Atréides échappent au massacre : Paul, l’héritier du trône, et sa mère, lady Jessica… »

« Au début des années 1980, alors que la saga La guerre des étoiles de George Lucas est plébiscitée au box-office, David Lynch, pressenti pour la réalisation du Retour du Jedi et auréolé du succès d’Elephant Man, se lance dans un projet impossible : l’adaptation du roman-fleuve de science-fiction signé Frank Herbert, Dune ».

« Afin de s’affirmer comme un auteur à l’intérieur de la grande machine hollywoodienne, à la suite de 2001 : l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, il refuse les grandes pompes du film d’action ».

« Avec sa durée exceptionnelle de plus de deux heures, Dune a des allures d’œuvre contemplative ».

« Le réalisateur s’approprie les sables de la planète Arrakis comme un élément lynchien à part entière, lui dont le cinéma relève de l’enlisement, de la spirale, des vertiges dans lesquels les destinées se brouillent et, parfois, se révèlent ».

« Ainsi Paul, l’héritier du trône des Atréides, interprété par Kyle MacLachlan – l’acteur de Blue Velvet et de Twin Peaks – incarne la figure du messie, guidant dans son sillage le peuple des Fremens ».

« À l’heure où Denis Villeneuve (Blade Runner 2049) s'empare à son tour du roman, on retrouve avec fascination cette première adaptation reniée par son auteur, furieux de n’avoir pas eu le final cut, et devenue culte malgré lui ».  

"Dune" de Jodorowsky *"
Arte diffusera le 9 août 2020 "Dune" de Jodorowsky* » (Jodorowsky’s Dune), documentaire de Frank Pavich. « Avec ses principaux artisans, dont le cinéaste, retour sur l'adaptation grandiose, mais avortée, du célèbre roman de science-fiction de Frank Herbert par Alejandro Jodorowsky. Une ébouriffante plongée dans la contre-culture des années 1970, sortie en salles. ». Prix du public et mention spéciale, Sitges 2013.

« En 1974, le producteur français Michel Seydoux donne carte blanche au cinéaste d'origine chilienne Alejandro Jodorowsky" - celui-ci est né à Tocopilla en 1929 dans une famille juive ayant fui les pogroms d'Ukraine alors dans l'Empire russe, pour s'installer au Chili -, "auquel ses extravagants films métaphysiques (El topo, La montagne sacrée) ont valu un statut d'auteur culte, pour tourner une nouvelle œuvre. "Jodo", qui ne l'a pas lu, choisit d'adapter Dune, de Frank Herbert, paru neuf ans plus tôt et déjà considéré comme un classique de la science-fiction ».

Convaincu, comme il l'explique ici, qu’il peut "créer quelque chose de sacré" qui "changerait le monde" à l'égal d'un "prophète", il entreprend de réunir des disciples animés de la même flamme artistique ».

« À l'auteur de bandes dessinées Moebius, alias Jean Giraud, il confie la mise en images du film dont il rêve, plan par plan, par le biais d'un énorme story-board – son Dune doit durer "une douzaine" d'heures ».

« À son fils Brontis, encore enfant, qui incarnera le jeune héros, il inflige un entraînement sacrificiel aux arts martiaux, "six heures par jour, sept jours sur sept", tout en persuadant les plus inabordables des stars mondiales (Orson Welles, Mick Jagger, Salvador Dalí…) de figurer au casting ».

« Il s'entoure aussi du dessinateur britannique Chris Foss, du plasticien suisse H. R. Giger, de Dan O'Bannon, scénariste et réalisateur d'effets spéciaux américain ».

« Enfin, les Pink Floyd et le groupe français Magma (un peu oublié depuis) acceptent de composer la bande-son ». 

« Mais le tournage ne commencera jamais : sollicitées pour boucler le budget, les majors américaines refusent, effrayées par le caractère incontrôlable du réalisateur ».

« Puis le producteur Dino De Laurentiis rachète les droits du roman, mettant un terme définitif à ces deux années de gestation débridée. Dune sera porté à l'écran en 1984 par David Lynch ».

« Le Dune de Jodorowsky est-il "le plus grand film jamais fait, bien qu'il n'existe pas", comme l’assène le cinéaste Nicolas Winding Refn (Drive) en ouverture de ce documentaire ? Il constitue en tout cas l'un de ces mythes qui nourrissent les ferveurs cinéphiles ».

« En étroite collaboration avec Jodorowsky lui-même, délicieux conteur partagé entre mégalomanie et autodérision, l’Américain Frank Pavich en fait revivre l'incroyable genèse ».

« Son film virtuose, qui a récolté à travers le monde une impressionnante moisson de prix avant de sortir en salles, revisite le matériau considérable élaboré au fil de cette aventure collective ».

« À l’exception d’O’Bannon et de Moebius, décédés en 2009 et 2012, chacun des protagonistes en fait revivre avec saveur la dimension hors norme ».

« On découvre aussi combien ce chef-d'œuvre non avenu a irrigué, malgré tout, la science-fiction de son temps ».

« D'abord parce qu’un lien fort s’est créé autour du "gourou" : Giger et O’Bannon se retrouveront ainsi en 1979 pour présider à l’immense succès d’Alien de Ridley Scott ».

« Mais aussi parce que les visions de "Jodo", promenées dans tout Hollywood par le biais du fameux story-board, ont inspiré, consciemment ou non, nombre de faiseurs de cinéma ».

Dans "What Science Fiction Tried To Teach Us About Jihad, and Why No One Listened" ("Ce que la science-fiction a essayé de nous apprendre sur le djihad et pourquoi personne n'a écouté"), sous-titré "How Alejandro Jodorowsky muddled sci-fi by turning Frank Herbert’s ‘Dune’ into a New Age manifesto" ("Comment Alejandro Jodorowsky a brouillé la science-fiction en transformant ``Dune'' de Frank Herbert en un manifeste New Age") publié par Tablet (1er mai 2014), Liel Leibovitz souligne le contexte politique de l'écriture du livre : 
"Hébert, alors journaliste d'âge moyen, a passé six ans sur la recherche avant de mettre la plume sur papier; chaque instant se voit. Les Fremen sont non seulement parfaitement familiers à quiconque connaît les tribus du désert, mais leur langue est une version ludique et largement fidèle de l'arabe, souvent ancrée dans la culture islamique et arabe. Les Fremen, par exemple, comptent sur leurs Fedaykin, ou commandos de la mort, pour mener leurs raids les plus audacieux contre les forces impériales oppressives, raids qui prennent souvent la forme d'attaques suicides. Herbert avait probablement à l'esprit les Fedayeen égyptiens, en arabe pour les rédempteurs, qui ont attaqué les Britanniques autour du canal de Suez dans les années 1940, ou leurs homonymes palestiniens, qui ont ciblé les Israéliens une décennie plus tard". 
« Alejandro Jodorowsky n’a signé qu’une poignée de longs métrages en quarante ans mais sa notoriété est immense dans le cercle des amateurs de bizarreries cinématographiques. Il fut dans les années 70 une diva de l’underground, véritable superstar dans les milieux artistiques de la contre-culture internationale. Faute d’avoir pu mettre en scène des films à la hauteur de ses ambitions délirantes (il échoua à filmer Dune avant David Lynch) il se consacre désormais à la littérature, la bande dessinée ou l’enseignement du tarot à Paris. Jodorowsky est un cinéaste visionnaire, catégorie en vogue à l’époque du psychédélisme et d’une permissivité nouvelle en matière de sexe et de violence, où l’on regroupait pour le meilleur Kubrick ou Fellini, pour le moins bon Ken Russell. Jodorowsky s’est toujours trouvé entre les deux, adulé par les fans de rock ou de science-fiction pour son imagination foisonnante et la puissance de ses images, pas vraiment pris au sérieux par les gardiens du temple cinéphilique qui le considéraient comme un aimable fumiste ayant trop forcé sur les champignons hallucinogènes (sauf Luc Moullet qui s’intéressa à ce cinéaste iconoclaste comme lui, mais d’une autre manière) », a analysé  Olivier Père dans l’article « Alejandro Jodorowsky, le magicien ».

Et d'observer : « Mais revoir ses films les plus fameux, El topo et La Montagne sacrée permet de vérifier que Jodorowsky est un sacré cinéaste dont chaque film est la trace d’une aventure, d’une vision ou d’une expérience encore plus folle, effrayante ou dangereuse, comparable en cela à Argento ou Herzog. Alejandro Jodorowsky, issu d’une famille de juifs russes exilés en Amérique du Sud, né au Chili en 1930, français d’adoption, crée le mouvement Panique avec Topor et Arrabal et réalise ses premiers films au Mexique. D’abord Fando et Lis (Fando y Lis, 1968) d’après une pièce d’Arrabal (pas encore vu) puis le célèbre El topo en 1970. El topo est un western baroque et sanglant, mais aussi un trip métaphysique qui ne lésine pas sur les hommages à Glauber Rocha, Sergio Leone, Pasolini, plus Tod Browning et le théâtre de la cruauté d’Artaud, dans un mélange de mysticisme pop et de religiosité latine qui rencontre un succès monstre auprès des hippies du monde entier. El topo inaugure en Amérique et en Europe la mode des séances de minuit hebdomadaires où se ruent comme à la messe les fanatiques de films tels que Phantom of the Paradise ou Eraserhead. Fort de ce succès et aidé par quelques mécènes et admirateurs célèbres parmi lesquels John Lennon et George Harrison Jodorowsky imagine une ambitieuse superproduction ésotérique qui syncrétise plusieurs pratiques et croyances mystiques, de la cabale à la méditation zen. La Montagne sacrée (The Holy Mountain, 1973) est une « Divine Comédie » sous acide, succession de tableaux apocalyptiques, choquants, grotesques qui s’achève par la quête d’un groupe d’hommes et de femmes, menés par un gourou (le cinéaste lui-même) vers l’immortalité. Extrêmement spectaculaire, filmé en scope technicolor, La Montagne sacrée offre une expérience de spectateur assez unique et souvent impressionnante par l’ampleur de son délire visuel et la beauté convulsive de ses images, obscénité, onirisme et vérité se mêlant dans un vaste champ poétique. Jodorowsky se déclarait alors le « Cecil B. de Mille de l’underground », ce qui définit parfaitement son projet extrêmement mégalomane mais aussi capable de conduire le spectateur le moins initié par la main au milieu d’une débauche de moyens et d’idées folles grâce à des émotions et des sensations élémentaires ».

Et Olivier Père d'étudier pour Arte : « Jodorowsky a réalisé Tusk (1980) en Inde, l’histoire d’un éléphant où le réalisateur met la pédale douce sur la violence pour réaliser une jolie fable pour enfants qui souffrit de gros problèmes de production et qu’il a plus ou moins renié. Il est vrai que le résultat est sympathique mais inégalé ».

Et d'analyser : « Si Tusk renonçait au sang, le bien nommé Santa Sangre (1989) qui marque le retour de « Jodo » à la mise en scène après neuf ans passé à écrire des bandes dessinées en déverse des hectolitres et n’a rien à envier à La Montagne sacrée côté hallucinations. Le producteur italien Claudio Argento, frère de Dario, proposa au cinéaste mexicain de mettre en scène un film d’horreur au Mexique. Jodorowsky accepta l’invitation sans pour autant affaiblir la folie de son imaginaire et se limiter aux règles du genre. Santa Sangre est une grande réussite de l’artiste panique qui signe ici son film le moins ésotérique tout en conservant un lien très fort avec la magie et la religion. C’est aussi son film le plus narratif et accessible puisque Santa Sangre s’apparente à un mélodrame psychanalytique ou à un thriller fantastique, juste plus fou, sanglant et émouvant que 80 % des films du même genre. Si les digressions, les provocations sont toujours aussi frappantes, Santa Sangre demeure l’un des plus inoubliable récit de folie et d’obsession du cinéma contemporain dans la lignée des chefs-d’œuvre de Tod Browning, Freaks et L’Inconnu. Le personnage central du film, aux différents âges de sa vie, est interprété par deux des fils du cinéaste, Adan et Cristobal (Axel à l’époque du film) qui vécurent une expérience à la fois traumatisante et libératoire. Le tournage devint un véritable exorcisme familial, une expérience émotionnelle et humaine dépassant comme toujours chez Jodorowsky l’unique domaine de la fabrication d’un film. On a découvert par hasard ce film unique dans une salle de Londres avant de le revoir au moment de sa sortie trop confidentielle en France en 1993, quatre ans après sa réalisation. »

Et de conclure : « Ensuite Jodorowsky a réalisé l’un des films les plus catastrophiquement mauvais et inutile de l’histoire du cinéma, Le Voleur d’arc-en-ciel (The Rainbow Thief, 1990) avec Omar Sharif et Peter O’Toole. Et puis plus rien, malgré quelques annonces de projets, les producteurs ne semblant pas être pressés à produire les folies du cinéaste mexicain. Cependant on annonce pour bientôt un nouveau film de Jodorowski sur son enfance chilienne, et un documentaire sur la préparation avortée de son Dune qui devait être produit par Michel Seydoux, avec entre autres Mick Jagger et Salvador Dali. »



« Dune » de David Lynch
Etats-Unis, 1984, 2 h 10
Auteur : Frank Herbert
Scénario : David Lynch
Production : Dino De Laurentiis Company
Producteur/-trice : Raffaella De Laurentiis
Image : Freddie Francis
Montage : Antony Gibbs
Musique : Toto, Brian Eno
Avec Jürgen Prochnow, Kyle MacLachlan, José Ferrer, Sting, Linda Hunt
Brad Dourif, Kenneth McMillan
Sur Arte le 9 août 2020 à 21 h
Disponible du 09/08/2020 au 15/08/2020
Visuels : © Universal Pictures
Kyle MacLachlan (au centre) est Paul Atréides / Usul / Muad' Di et Sting dans celui du na-baron Feyd-Rautha Harkonnen dans le film " Dune" de david Lynch (1984)


"Dune" de Jodorowsky* » de Frank Pavich 
France, Etats-Unis, Highline Pictures, Camera One, Endless Picnic, 2013, 87 min
Sur Arte les 9 août 2020 à 23 h 10 et 30 août 2020 à 2 h 30
Disponible du 02/08/2020 au 07/09/2020
Visuels :
Affiche originale de Dune, 1975
© Sony Pictures Classics
Portrait d' Alejandro Jodorowsky, 1975
© DR
Dessin préparatoire de Hans Ruedi Giger pour Dune (train futuriste et fantastique), 1976
© H.R. Giger
Le palais de l' Empereur, dessin préparatoire de Chris Foss pour Dune, 1975
© Chris Foss
Spice Container, dessin préparatoire de Chris Foss pour Dune, 1975
© Chris Foss
Pirate Ship, dessin préparatoire de Chris Foss pour Dune, 1975
© Chris Foss
Alejandro Jodorowsky, auteur et réalisateur
© Sony Pictures Classics

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire