Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 3 mai 2022

« Opération 1005 : les effaceurs de crimes » d’Ingolf Gritschneder

Arte diffusera le 3 mai 2022 à 22 h 25 « Opération 1005 : les effaceurs de crimes » (NS-Geheimkommando 1005Wie die Nazis ihre Gräuel vertuschten) d’Ingolf Gritschneder. « Sentant le vent tourner, les nazis ont entrepris de faire disparaître les traces de leurs crimes. Coup de projecteur sur un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale » et prélude du négationnisme.

« Descendants de nazis. L’héritage infernal » de Marie-Pierre Raimbault et Michael Grynszpan 

« De la même manière qu’ils avaient planifié puis exécuté leurs meurtres de masse, les nazis ont aussi procédé à l’élimination méticuleuse des traces de leurs crimes », en particulier des Juifs assassinés massivement dans l'est européen et enterrés dans des fosses communes (La "Shoah par balles", selon l'expression du Père Patrick Desbois). 

« Si, dans un premier temps, ils avaient enterré leurs victimes dans des fosses communes, ils craignaient, après la contre-offensive de l’Armée rouge – une fois que l’issue de la guerre s’annonçait moins favorable pour eux –, que leurs atrocités ne soient découvertes ». 

« Ils ont donc procédé, de 1942 à 1944, à une entreprise massive d’effacement de leurs traces, par le feu principalement, baptisée "Opération 1005". Sonderaktion 1005 - Aktion 1005, ou Enterdungsaktion (« action d'exhumation ») - a été une opération secrète, effectuée au grand jour, dirigée par les nazis pour supprimer, dans le centre et l'est de l'Europe - Biélorussie, Ukraine... -, les traces des exécutions de masse notamment par les Einsatzgruppen. Un effacement prélude au négationnisme.

"Le code de l’opération « 1005 » découle du numéro de classement d’une lettre (la mille cinquième) écrite par les voisins des fosses communes pour se plaindre des odeurs dégagées par la proximité macabre des charniers." Recruté par Reinhard Heydrich, Paul Blobel "organise à l’Est les commandos" et perfectionne des techniques de crémation. Il a été condamné à mort par le Tribunal de Nuremberg lors du procès des Einsatzgruppen en 1948, et exécuté en 1951.

Julius Bauer, le chauffeur de Paul Blobel, a témoigné contre ce dernier . Son témoignage est conservé dans les archives allemandes. Il a attesté l’utilisation de ces moulins et des bûchers. 

Les Nazis « ont pour cela mobilisé bien souvent des commandos constitués de juifs, qui étaient ensuite exécutés. » Le "premier témoignage de ces faits fut celui de Léon Weliczker Wells, survivant juif des « brigades de la mort ». Des témoins ont assisté aux actions menées dans le cadre de l'Opération 1005. 

"Trois raisons expliquent selon le père Patrick Desbois la mise en place de l’Opération 1005 par les autorités nazies. Ce sont tout d’abord des raisons sanitaires qui motivent la démarche nazie. Il faut mettre fin aux plaintes des voisins des fosses communes qui dénoncent les odeurs qui émanent des charniers. Il est impératif de garder l’appui des autorités locales. Dans un deuxième temps, les raisons idéologiques sont mises en exergue. La destruction du corps du Juif correspond à l’ultime destruction du corps de l’ennemi, c’est un processus symbolique. La « 1005 » constitue une des particularités du génocide juif car il s’accompagne de la volonté d’oblitérer les corps en donnant une deuxième mort aux victimes". 

"Enfin, après 1943, pour P. Desbois, face aux premières défaites les nazis commencent à penser qu’ils peuvent perdre la guerre, il faut éviter que les morts puissent les juger. L’Affaire de Katyn impulse réellement cette opération car elle est dans toutes les consciences. Conclusion « L’opération 1005 » fut une opération secrète menée au grand jour. Elle reste peu connue du grand public et ne peut être comprise que dans le contexte plus large de la « Shoah par balles ».

Comme les exécutions de masse, l'Opération 1005 requiert une spécialisation des tâches lors des deux principaux temps : fossoyeurs, porteurs des corps en voie de décomposition, responsables du combustible, responsables du feu, compteurs de corps, empileurs de corps, collecteurs des cendres, trieurs de cendres, "semeurs" de cendres...

« Aujourd’hui encore, de nombreuses familles cherchent à faire la lumière sur le sort de leurs aïeuls, espérant leur offrir un mémorial digne de ce nom ». 

« Ce documentaire suit le parcours de l’association française Yahad-In Unum, présidée par le père Patrick Desbois, dans ses recherches en Ukraine, pour localiser d’anciennes fosses communes et retrouver des témoins oculaires ». 

« Quant à l’Allemand Rüdiger Schallock, il se rend à Lviv sur les traces de son grand-père, ancien membre de la SS mort en 1974, dont les actes pèsent aujourd’hui encore sur la mémoire familiale – un exemple de ce que la science appelle le "traumatisme transgénérationnel".


« Opération 1005 : les effaceurs de crimes » d’Ingolf Gritschneder
Allemagne, 2022, 52 minutes
Production : Telekult, en association avec WDR/ARTE
Sur Arte le 3 mai 2022 à 22 h 25
Sur arte.tv du 01/05/2022 au 31/07/2022
Visuels :
Walter Schallock war einer der Täter im Rahmen des Geheimkommandos 1005. 
© Bundesarchiv/Telekult/Fritz Gnad WDR 

Eines der ehemaligen Erschießungsgelände nahe Lemberg (Lwiw) in der Ukraine © Sergey Stetsenko WDR 

Privatfoto des ehemaligen SS-Mitglieds und Kriegsverbrechers Walter Schallock 
© Unbekannt, Privatbesitz Rüdiger Schallock/Telekult/Fritz Gnad WDR 

Im Rahmen der Recherchearbeiten zum NS-Geheimkommando 1005 spricht das Rechercheteam mit dem letzten Augenzeugen, der Erschießungen durch die Nazis in der Ukraine sah. © Sergey Stetsenko Foto: WDR 

Das Rechercheteam spricht mit einer Augenzeugin. © Sergey Stetsenko WDR 
© Sergey Stetsenko

© Wikimedia


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire