Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 3 septembre 2019

« Drôle de guerre » par Cédric Gruat


Arte diffusera le 3 septembre 2019 « Drôle de guerre » (Ein seltsamer KriegFrankreich 1939/40) par Cédric Gruat. « Quatre-vingts ans après le début de la Seconde Guerre mondiale, le récit, au jour le jour et de l’intérieur, des mois d’incertitude qui ont précédé le déclenchement de la grande offensive hitlérienne sur l’Europe occidentale ».
     
« Le 3 septembre 1939, à la suite de l’invasion de la Pologne par la Wehrmacht, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne nazie ». 

« Les mobilisés tricolores rejoignent leurs unités, tandis que les premières troupes britanniques débarquent dans l’Hexagone pour protéger la frontière avec la Belgique ». 

« Entre évacuations, distributions de masques à gaz et constructions d’abris, les mesures de protection des populations contre les bombardements (ou "défense passive") se mettent rapidement en place ». 

« Convaincus que le temps jouera en leur faveur, les Alliés se retranchent derrière la ligne Maginot et tentent d’asphyxier le Reich par un blocus maritime ». 

« Le Führer, de son côté, projette une offensive fulgurante et sans délai vers l’ouest, plusieurs fois ajournée en raison des conditions climatiques ». 

« Pour mobiliser l’opinion en faveur de l’effort de guerre, les gouvernements intensifient leur propagande et renforcent leur arsenal répressif à l’encontre des "ennemis de l’intérieur". 

« Mais au cours de l’hiver, alors que l’armée française, éprouvée par l’ennui, le froid et la guerre psychologique conduite par les compagnies de propagande nazies, sombre dans une dépression généralisée, la combativité des civils de tous les camps s’émousse également sous l’effet des restrictions et de l’incertitude ». 

« Divisés sur l’opportunité de soutenir la Finlande face au géant soviétique, Français et Britanniques s’accordent pour intervenir en Scandinavie après l’invasion du Danemark et de la Norvège par Hitler en avril 1940 ». 

« Un mois avant le déclenchement de la campagne de France, ce premier affrontement direct entre les belligérants met fin à la "drôle de guerre".

« Charriant son lot d’idées reçues, cette déconcertante période, généralement observée à travers le seul prisme de la défaite française de 1940, fait ici l’objet d’une relecture au jour le jour, en immersion dans les pays concernés ». 

« Croisant images d’archives françaises, allemandes, britanniques et films amateurs, analyses de grands témoins (Simone de Beauvoir, Charles de Gaulle…) et récits d’anonymes, cette passionnante chronique narrée par Éric Caravaca montre que rien n’était joué d’avance ». 

« Le documentaire met en lumière les stratégies déployées à tous les échelons par la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni pour affronter un conflit dans lequel ils n’étaient pas véritablement prêts à se lancer ».


« Si l'on présente souvent la "drôle de guerre" (1939-1940) comme le prélude à une victoire inéluctable de l'Allemagne nazie sur les Alliés, rien ne fut joué d'avance, souligne le réalisateur Cédric Gruat dans un documentaire riche d'archives passionnantes. Entretien ».

« En quoi la "drôle de guerre" vous a-t-elle particulièrement intéressé ?
Cédric Gruat : Après avoir réalisé pour ARTE Le temps du retour, qui traitait de la fin de la Seconde Guerre mondiale, il était intéressant de travailler sur l'ouverture du conflit, autre moment charnière de l'époque. La période 1939-1940 a été assez peu explorée et souvent à travers le prisme de la défaite, biaisant ainsi notre regard. Je suis au contraire parti du postulat qu'en septembre 1939, lorsque la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne, rien n'est joué, tout est possible, et que la défaite française n'est pas déjà écrite.

Comment avez-vous abordé la question des archives ?
Je me suis appuyé sur les travaux de l'historien Fabrice Grenard *, qui a notamment étudié le "fonds de Moscou", un important ensemble d'archives saisies en 1945 en Allemagne par les Soviétiques et restituées à la France entre 1994 et 2001. Elles montrent sous un jour nouveau l'opinion publique au moment de l'entrée en guerre, et révèlent que les Français font confiance à la stratégie militaire adoptée. Le retrait derrière la ligne Maginot est bien compris et accepté, dans la mesure où la France n'est pas encore prête à combattre.

Quelles autres archives avez-vous utilisées ?
J'ai tenu à mettre en lumière les points de vue des deux camps pour expliquer comment cette stratégie, cohérente au départ, s'est progressivement avérée mauvaise. J'ai donc collecté des images françaises, britanniques et allemandes, essentiellement tournées par les armées, ainsi que d'autres archives assez rares, provenant de films amateurs, pour insuffler de la vie au récit. Très émouvantes, certaines lettres de soldats, qui ont passé le filtre de la censure, montrent aussi combien l'attente qui perdure finit par paraître absurde.

Quelles sont les grandes étapes de la "drôle de guerre" ?
À la fin de l'été 1939, à la déclaration de guerre, la confiance prime tant du côté français que du côté anglais. Elle commence à s'effilocher avec l'automne. Le doute s'installe. Les Français se demandent combien de temps la guerre va durer et pourquoi l'armée n'attaque pas. Chez les soldats, l'ennui cède le pas à la dépression au cours d'un hiver très rigoureux. La propagande allemande contribue à saper le moral des troupes. Au printemps, tout s'accélère. En avril, l'Allemagne attaque le Danemark et la Norvège. Les Alliés ripostent, marquant la fin de la "drôle de guerre" quelques jours avant l'offensive d'Hitler à l'ouest et la débâcle en France ».

* Auteur notamment de La drôle de guerre – L'entrée en guerre des Français (Éditions Belin, 2015)


« Drôle de guerre » par Cédric Gruat
France, 2018, 92 min
Sur Arte le 3 septembre 2019 à 20 h 50
Visuels :
Soldat français sur le front
© ECPAD

Femme à l' usine d' armement pendant la guerre
© ECPAD

Essayage de masques à gaz pour les enfants
© Ethan Productions/ source arch

Winston Churchill et Maurice Gamelin sur le front
© ECPAD

Jean Renoir (cinéaste), au grade de lieutenant, participe au Cinéma des Armées
© ECPAD

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire