Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 12 mars 2018

« Tunisie, une mémoire juive », par Fatma Cherif et Saïd Kasmi


« Tunisie, une mémoire juive » est un documentaire partial réalisé par Fatma Cherif et Saïd Kasmi. Des témoignages émouvants sur la vie de Juifs en Tunisie sous et après le protectorat français. La période de la Deuxième Guerre mondiale aurait gagné à être plus développée. Le 11 mars 2018 de 14 h à 17 h, Kinereth - B'nai B'rith organise à la Salle des fêtes d'Enghien-les-Bains la conférence "Les cimetières juifs du Borgel et de Sfax", avec Marc Fellous. "Les cimetières du Borgel à Tunis et celui de Sfax, sont considérés comme le miroir de la communauté juive de Tunisie dès 1890 à nos jours. On peut y lire son histoire, son évolution de la régence de Tunis au protectorat protectorat et à indépendance de la Tunisie; chaque tombe est une page. La projection du film "Les cimetières du Borgel à Tunis et celui de Sfax" et la présentation du livre d'Albert Maarek, Michèle Fellous, Nicole Fellous, Marc Fellous, Le cimetière du Borgel, patrimoine en péril seront suivies de la conférence "En quoi la génétique raconte notre histoire ?" par Marc Fellous, docteur en médecine, interne des hôpitaux de Paris, professeur de génétique, chef de l'unité d’immunogénétique Humaine à l’institut Pasteur, Grand Prix de l’Académie des sciences.


La « population juive de Tunisie n'a cessé de décroître au cours du XXe siècle. Pourquoi ? » 

« Cette minorité établie depuis l'antiquité a toujours intériorisé un sentiment d'insécurité et a migré en fonction des événements historiques ». 

« A l'avènement du Protectorat français, porteur d'un accès à la modernité, sa situation économique, sociale et culturelle s'améliore fortement. Mais cette relation privilégiée avec la France creuse un fossé de plus en plus profond en Juifs et Musulmans de Tunisie ». C'est oublier que le mouvement nationaliste arabe tunisien portait en lui les germes de l'exclusion des Juifs de la future Tunisie indépendante.

La partie sur la Deuxième Guerre mondiale aurait gagné à être plus développée. Ce documentaire montre l'exubérant enthousiasme de jeunes Tunisiens à l'égard des Nazis qui ont occupé la Tunisie pendant six mois.

La « création de l'Etat d'Israël et la montée du sionisme déclenchent une première vague d'émigration ». 

« S'ensuivent l'Indépendance du pays, les guerres israélo-arabes, une déferlante d'actes antisémites, et, naturellement, une seconde vague d'émigration. Quelques familles, seulement, demeurent ». 

« Aujourd'hui cet héritage est presque oublié, écarté, voire nié ». 

« Dans ce documentaire, il s'agira de partir sur les traces de cette communauté avant qu'elles ne s'effacent, de comprendre les raisons de la Diaspora, de révéler l'apport culturel des juifs dans la société tunisienne et immortaliser un patrimoine ».

Le 11 mars 2018 de 14 h à 17 h, Kinereth - B'nai B'rith organise à la Salle des fêtes d'Enghien-les-Bains la conférence "Les cimetières juifs du Borgel et de Sfax", avec Marc Fellous. "Les cimetières du Borgel à Tunis et celui de Sfax, sont considérés comme le miroir de la communauté juive de Tunisie dès 1890 à nos jours. On peut y lire son histoire, son évolution de la régence de Tunis au protectorat protectorat et à indépendance de la Tunisie; chaque tombe est une page. La projection du film "Les cimetières du Borgel à Tunis et celui de Sfax" et la présentation du livre d'Albert Maarek, Michèle Fellous, Nicole Fellous, Marc Fellous, Le cimetière du Borgel, patrimoine en péril seront suivies de la conférence "En quoi la génétique raconte notre histoire ?" par Marc Fellous, docteur en médecine, interne des hôpitaux de Paris, professeur de génétique, chef de l'unité d’immunogénétique Humaine à l’institut Pasteur, Grand Prix de l’Académie des sciences.

"Franchir la grille du cimetière du Borgel, c’est entrer de plain-pied dans l’histoire de la communauté juive de Tunis. On peut y lire, comme en négatif, sa structure, son évolution de la Régence au Protectorat et à l’Indépendance de la Tunisie. Des chercheurs venus de France et de Tunisie se sont associés pour déchiffrer cette histoire à travers l’étude des tombes et de leurs épitaphes, de l’art et des monuments funéraires. Un mouvement, non linéaire certes, s’y dessine : celui de l’émancipation d’une culture ancrée dans des traditions millénaires qui s’ouvre au fil des ans à une modernité et à ses modèles venus d’Europe. Une histoire étonnamment vivante jaillit ici : ces êtres disparus forment une série de portraits qui défilent devant nous et nous captivent ; nous percevons le murmure de morts qui, au travers de récits gravés dans le marbre, invitent celui qui passe au dialogue… La communauté juive tunisienne s’est dispersée aux quatre vents. Le cimetière du Borgel est devenu un lieu patrimonial. Il témoigne de l’histoire de cette communauté, mais aussi de celle de la Tunisie. Les auteurs : Bernard Allali, Jean-Pierre Allali, Sonia Ben Hadj Brahim, Sophie Bessis, Arlette Fellous, Marc Fellous, Nicole Fellous, Michèle Fellous, Claude Hagège, Pascal Julien, Habib Kazdaghli, Joseph Krief, Albert-Armand Maarek, Sophie Nizard, Iness Ouertani, Haïm Saadoun, Lucette Valensi".

« Tunisie, une mémoire juive », par Fatma Cherif et Saïd Kasmi
France, 2016, 90 min
Voic Nathalie richard
SK Médias 2016

A lire sur ce blog :
Articles in English
Cet article a été publié le 19 juin 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire