mercredi 13 mai 2015

Samy Briss, peintre



Du 14 mai 2015 au 25 juin 2015, Masha Schmidt, Miriam Briss, Samy Briss et Vladimir Kara présenteront leurs œuvres à Open Art.   

Samy Briss est né à Jassy (Roumanie) en 1930. Sa mère découvre vite les talents artistiques de son fils et encourage ce dernier dans cette voie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa famille part à Bucarest.

Le jeune Samy Briss suit les cours à l’Académie des Beaux Arts, travaillant dans le studio de Camil Ressu, ancien étudiant du peintre Gustave Moreau. Il se spécialise dans les décors de théâtre.

Puis, il conçoit nombre de lithographies où l’on peut déceler l’influence de Georges Braque, parmi d’autres.

En 1959, Samy Briss s’installe en Israël comme graphiste et décorateur. Là, il collabore avec de nombreux architectes et expose dans le monde entier. C’est en 1967 qu’est présentée, à la Nathan Gallery de Tel Aviv (Israël), sa première rétrospective.

Samy Briss enchaîne avec des peintures murales sur des bâtiments publics et enchaîne les expositions en Europe, Canada, aux Etats-Unis, au Venezuela...

Il s’établit à Paris en 1973.

De son pays natal, ce peintre garde un attachement à l’art populaire, aux icônes : style naïf, goût des dorures qui confèrent un éclat particulier aux couleurs, cadre rustique, etc. Cette influence imprègne une œuvre puisant aussi dans le judaïsme, le cubisme ou la statuaire égyptienne. « Mais tout est plat », précise Samy Briss.

En couches fines, en privilégiant les bleus profonds, il peint des villages orientaux non réalistes, des couples heureux entourés d’enfants, l’alliance (« briss ») des contraires (oiseau-poisson). Dans le fond ? Un soleil ou une promenade de nuages.

L’univers de Sami Briss baigne dans des ambiances oniriques, lunaires (« Sérénade aux étoiles ») et parfois poétiques. Il est parsemé d’humour (« L’oiseau bleu »). Et évoque le monde du spectacle : flûtiste aux pommettes fardées en larges cercles. Comme les saltimbanques...

C’est l’inspiration biblique et lyrique – le « Cantique des Cantiques », chant d’amour entre la Bien-aimée et son Bien-aimé composé par le roi Salomon- qui guide ce peintre dans la série présentée à la galerie Dima, à Paris, en 2005. Y prévaut un monde onirique, poétique, aux couleurs chaudes – bleus et ocres doux -, où l’art roumain, notamment les icônes, est prégnant au travers des visages masculins allongés et barbus, aux arêtes fines des nez, aux yeux étirés, un peu tristes et mélancoliques et aux blouses simples. Des villages aux maisons agglutinées, laissant deviner des venelles ombragées. Et pourtant, le soleil brille, éclairant des couples aimants, des oiseaux portant écailles.


La Galerie Saphir et la galerie Art-Mode® Saphir Monceau ont  présenté l'exposition collective « Du vitrail à la toile, de la lumière à l’illumination » avec les œuvres récentes et figuratives de Samy Briss, de Vladimir Kara et de Bosselin. 

Paris vu par... Tel est le titre de l'exposition collective proposée par la Galerie Saphir qui a retenu une sélection d'oeuvres de Yaël Braverman, Samy Briss, Miguel Fabruccini, Vera Gutkina, Pierre Pentchev, Masha Schmidt, Karel Steiner et Vladimir Kara. Des « œuvres à la fois symboliques et cependant empreintes encore de cet expressionisme qui fut une des marques de l'Ecole de Paris, avec des jeux très subtils d'accords presque monochromes ».

« La Galerie Saphir manifeste un grand intérêt pour l’Ecole de Paris sans pour autant se limiter à ce courant. Avec l’exposition Paris vu, elle rassemble huit artistes d’origine étrangère qui rendent hommage à la ville qui les a accueillis. L’Ecole de Paris, débutée dans la capitale dès le tournant du XXe siècle, prend plus particulièrement son essor avec l’avènement du cubisme. Elle se constitue autour d’artistes venus du monde entier, très souvent Juifs, d’Europe centrale et orientale surtout - pour se fondre dans l’esprit révolutionnaire et de liberté des mouvements d’avant-garde : l’Espagnol Pablo Picasso, le Japonais Foujita ou les Judéo-russes Marc Chagall, Haïm Soutine ou Jacques Lipchitz », écrit Elie Szapiro.

Et d’ajouter : « Dans Paris vu par…, les artistes perpétuent l’esprit de l’Ecole de Paris. Comme leurs prédécesseurs, chacun, formé dans différentes académies et différents pays, est nourri de multiples influences qu’il mêle à ses propres expériences dans le bouillon de culture parisien. Ces travaux figuratifs s’écartent du réalisme – à l’exception des photographies de Karel Steiner – au profit de l’Expressionnisme.


Comme il y a cent ans, ce style, le plus proche des émotions, est privilégié par les artistes Juifs originaires d’Europe de l’Est ou ceux qu’ils ont formés. De sorte que, loin de la carte postale, chacun à sa manière projette ses impressions de la ville, au risque de la rendre méconnaissable...  Au-delà du climat de Paris, la juxtaposition ou l’amoncellement de maisons en bleu « français » parfois teinté de gris de Samy Briss, qui rappellent très fortement les compositions de la période marocaine de Paul Klee, s’attachent à la notion d’habitat de la grande ville...  Dans la variété de cet ensemble, les artistes se centrent sur l’architecture bien que celle-ci, de leur fait, soit souvent brouillée ou vague. Cette empreinte humaine est cependant souvent démentie par le manque ou l’isolation de personnages à peine esquissés. Les couleurs aussi sont absentes ou au contraire saturées, improbables. Il en ressort de communes notions d’irréalité, de langueur – voire de déréliction – qui touchent à l’aspect onirique de la mémoire. Au début du XXIe siècle, la ville-lumière semble ainsi ramenée à l’état de fantasme par les artistes qui s’y sont implantés ».



Un point commun entre Yaël Braverman, née à Jaffa (Israël,) Miriam Briss, née à Nimègue (Pays-Bas), Samy Briss, né à Jassy (Roumanie) et  Vladimir Kara, né à Moscou (Russie) ? Porteurs de cultures différentes, ces quatre artistes confirmés, à la carrière internationale, ont élu Paris pour y vivre et travailler et lui rendent hommage aussi dans l'exposition collective Songes citadins au Centre d'Art et de Culture de l'Espace Rachi « autour du thème songes citadins, où rêves et élans poétiques se croisent ».

En décembre 2012, les deux galeries Saphir ont présenté à Paris l'exposition collective « Du vitrail à la toile, de la lumière à l’illumination » avec des oeuvres de Bosselin, Briss et Kara. Le « vitrail, dans l’histoire des arts plastiques en Europe, précède de plusieurs siècles la peinture de chevalet : les bleus de Chartres illuminent les cathédrales bien avant que Léonard de Vinci ait emprisonné les transparences de la lumière toscane dans le sfumato de la Joconde. Pourtant, aujourd’hui, les expositions de vitraux sont rares, et plus rares encore celles qui, comme aujourd’hui à la Galerie Saphir au Marais, confrontent vitraux, aquarelles et peintures ».

Les associations ARTKARA, La palette Russe et la Galerie "La Valse" ont montré l’exposition collective "Dans les petits papiers des peintres", avec des œuvres de Macha PoynderDaria SurovtsevaMasha SchmidtSamy Briss et Vladimir Kara (8 janvier-14 février 2015).  "Vénérable papier, fibre arrachée à la nature et transformée en pâte séchée depuis des millénaires pour y consigner nos graffiti enfantins, nos émotions, notre mémoire, nos rêves, nos doutes, notre vision du monde. Il est à la fois le dépositaire de l'intime et du public, de l'instantané et de l'élaboré, de l'ébauche et de l'oeuvre finie. C'est pourquoi, malgré la concurrence vorace du numérique, il continue de s'ancrer dans la vie de chacun, vecteur partagé par le spectateur comme par l'artiste et donc chemin possible d'une complicité et d'une approche au plus près de la démarche créatrice".

Du 14 mai 2015 au 25 juin 2015, Masha Schmidt, Miriam Briss, Samy Briss et Vladimir Kara présenteront leurs œuvres à Open Art.


Du 14 mai au 25 juin 2015
2, place Charles Dullin,75018 Paris

Du 8 janvier au 14 février 2015 
Du 18 septembre au 15 octobre 2014
41, rue des Tournelles. 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 15 h à 18 h. Vernissage le jeudi  8 janvier 2015. Une conférence sur Samy Briss a eu lieu dans la galerie le 18 janvier 2015.

« Du vitrail à la toile, de la lumière à l’illumination »
Du 5 décembre 2012 au 15 février 2013

Paris vu par... 
Jusqu'au 31 octobre 2012A la Galerie Saphir
69, rue du Temple, 75003 Paris

Tél. : 01 42 72 61 19

Du dimanche inclus au jeudi de 13 h à 19 h, le vendredi sur rendez-vous
Vernissage le 5 décembre 2012 de 17 h à 21 h
 
« Du vitrail à la toile, de la lumière à l’illumination »
Du 5 décembre 2012 au 15 février 2013
A la galerie Art-Mode® Saphir Monceau
69, avenue de Villiers, 75017 Paris
Vernissage le 11 décembre 2012 de 17 h à 20 h

Du 17 octobre au 16 novembre 2012
Au Centre d'Art et de Culture de l'Espace Rachi
39, rue Broca, 75005 Paris
Du lundi au jeudi de 10 h à 19 h. Vendredi de 10 h à 15 h
Tél. : 01 43 31 93 60
Vernissage le 17 octobre 2012 à 18 h



Visuels de Samy Briss de haut en bas :
Paris trois heures trente-cinq
acrylique sur bois, 54 x 45 cm

 

La ville aux oiseaux

huile sur bois, 91 x 22 cm 



Une lumière à la fenêtre

huile sur bois, 68 x 27 cm

Articles sur ce blog concernant :

Cet article a été publié en une version concise par L'Arche, et sur ce blog le 12 octobre, puis les 4 décembre 2012 et 6 janvier 2015. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire