Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 21 août 2020

« La nuit des longs couteaux » de Marie-Pierre Camus et Gérard Puechmorel


Arte diffusera le 25 août 2020 « La nuit des longs couteaux » (Durch Mord zur absoluten MachtHitler dezimiert die SA) de Marie-Pierre Camus et Gérard Puechmorel. « En archives et éclairages d’historiens, un décryptage de cette "Nuit" de trois jours qui vit les nazis commettre une vague d’assassinats politiques à l'été 1934, aspirant l’Allemagne dans la barbarie. »

« Mein Kampf, c’était écrit » et « Mein Kampf, histoire d'un livre » par Antoine Vitkine 
« La nuit des longs couteaux » de Marie-Pierre Camus et Gérard Puechmorel 
« Le procès du siècle. Les chroniqueurs célèbres de Nuremberg » de Peter Hartl

"La Nuit des Longs Couteaux est l’expression aujourd’hui consacrée par les historiens pour désigner le déferlement des assassinats perpétrés par les Nazis au sein de leur propre camp, entre le vendredi 29 juin et le lundi 2 juillet 1934, la première nuit du 29 au 30 juin 1934 constituant l’épisode principal de cet événement."

« À l’été 1934, Hitler, qui a liquidé la démocratie allemande en un temps record, se retrouve pourtant pris en étau entre deux forces antagonistes : d’un côté, la frange révolutionnaire de son parti, le NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands), incarnée par son ami Ernst Röhm, le chef de la Sturmabteilung (SA), formation paramilitaire du parti nazi ; de l’autre, les milieux conservateurs, révulsés par les excès de cette faction qui menace la Reichswehr, l’armée régulière ». 

« Cofondée par Hitler et Röhm en 1921 à Munich, la SA a joué un rôle fondamental dans l’ascension des nazis ». 

« Si le putsch manqué du 9 novembre 1923, qui a amené le futur dictateur à viser une conquête du pouvoir par les urnes, avait éloigné ce dernier de Röhm, les deux hommes se sont retrouvés en 1930 ». 

 « Surfant sur les ravages de la Grande Dépression, le premier a fait campagne devant des foules grandissantes, pendant que le second tenait la rue par la terreur ». 

« Mais en juin 1934, les services rendus ne comptent plus. Göring, le numéro deux du régime, Himmler, le chef de la SS, et Heydrich, son adjoint, pressent le Führer de neutraliser Röhm, en inventant un projet de coup d’État ». 


"Pour s’assurer un pouvoir absolu sur l’Allemagne, et réaliser son ambition de domination mondiale, Hitler doit réduire la puissance des SA, alors la première force armée du pays (3 millions et demi d’hommes, quand l’armée régulière est limitée à un effectif de 100 000) et qui constitue une menace permanente de coup d’état. Et surtout il doit supprimer son chef emblématique, Eric Röhm, le seul vrai ami d’Hitler, le frère d’armes, le compagnon de confiance, celui qu’Hitler tutoie, mais aussi celui qui le domine et le fascine, celui à qui il donne toute son admiration. Jusqu’à l’ultime moment, Hitler hésitera pour donner le départ à cette entreprise de sang et de crimes."


« Au matin du 30 juin, à Bad Wiessee, Hitler, revolver au poing, procède à l’arrestation de son ancien frère d’armes – abattu le lendemain dans sa cellule – et déclenche une vague d’assassinats à travers le pays, qui se déchaînera jusqu’au 2 juillet, ciblant les dignitaires de la SA mais aussi des opposants conservateurs et catholiques. Présentés comme une purge interne, ces meurtres seront légalisés rétroactivement ». 

« Après la mort du président Hindenburg, le 2 août 1934, Hitler, désormais soutenu par les élites conservatrices et l’armée régulière, peut précipiter l’Allemagne dans la barbarie ».

« Entrelaçant images d’archives et passionnantes analyses d’historiens français et allemands, ce documentaire retrace l’ascension commune, mêlée de fascination réciproque, d’Hitler et de Röhm, le tribun et le militaire ». 

« Il déroule la chronologie détaillée et expose les conséquences de ces trois jours sanglants qui, par des compromissions insidieuses au plus haut sommet de l’État, ont légitimé la terreur nazie ». 

"Cette Nuit des Longs Couteaux a finalement enfanté d’un monstre. Un monstre à deux visages : celui d’Hitler que le crime originel, fratricide, a transformé en autocrate capable de tous les crimes d’Etat, et celui de l’Allemagne désormais emportée dans le terrible destin de la dictature nazie."


Dans "Les Damnés" (La caduta degli dei, 1969), le réalisateur italien Luchino Visconti a représenté la Nuit des longs couteaux.


« La nuit des longs couteaux » de Marie-Pierre Camus et Gérard Puechmorel
France, Les Films en Vrac / ARTE / France 3 Nouvelle-Aquitaine, 2020, 89 min
Commentaire : Guillaume Vincent, dit par Céline Sallette
Sur Arte les 25 août 2020 à 20 h 50 et 4 septembre 2020 à 9 h 25
Disponible du 18/08/2020 au 23/10/2020
Visuels
Discours Hitler usine 2
© Bundesarchiv

Ernst Röhm et Adolf Hitler en 1931
© Heinrich Hoffmann

Hitler - Göring - Röhm en 1932
© Bundesarchiv

Discours Hitler usine 1 
© Bundesarchiv

Hôtel lac Tegern est le lieu d'arrestation Ernst Röhm et de ses partisans par Hitler le matin du 30 juin 1934
© bpk / Ostermann

Hitler à l' hôtel Dreesen
© Bayerische Staatsbibliothek -

Dachau, Konzentrationlager
© Films en Vrac

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sur le film sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire