Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 5 février 2021

« Les nazis et l'argent : au cœur du IIIe Reich » de Gil Rabier

Arte diffusera le 9 février 2021 « Les nazis et l'argent : au cœur du IIIe Reich » (Die Nazis, die Arbeit und das Geld) de Gil Rabier. « Comment l’Allemagne hitlérienne a-t-elle pu avec peu de devises, un chômage de masse, d’insuffisantes ressources naturelles et un appareil industriel limité déclencher ce cataclysme que fut la Seconde Guerre mondiale et occuper une grande partie du territoire européen ? Étayé par des travaux récents d’historiens et nourri d’archives rares, un passionnant décryptage. »

« Les nazis et l'argent : au cœur du IIIe Reich » de Gil Rabier 
« Descendants de nazis. L’héritage infernal » de Marie-Pierre Raimbault et Michael Grynszpan 

« Juin 1940 : Hitler lance ses troupes blindées contre la France, la Belgique et la Hollande. Pourtant, l’Allemagne n’a plus d’argent, peu de matières premières, pas de pétrole et pas de devise. »

« Comment l’Allemagne hitlérienne a-t-elle pu avec peu de devises, un chômage de masse, d’insuffisantes ressources naturelles et un appareil industriel limité déclencher ce cataclysme que fut la Seconde Guerre mondiale et occuper une grande partie du territoire européen ? »

« Sur quoi repose le "miracle économique" du régime hitlérien, qui lui a permis de conquérir une grande partie de l’Europe ? Étayé par des travaux récents d’historiens et nourri d’archives rares, un passionnant décryptage. »

« Quand il arrive à la chancellerie du Reich le 30 janvier 1933, Hitler est à la tête d’un pays à genoux, ruiné par l’hyperinflation des années 1920 puis par la Grande Dépression ». 

« Suivant la feuille de route qu’il a tracée en 1925 dans Mein Kampf, le Führer vise trois grands desseins : la remilitarisation du pays – qui lui est interdite par le traité de Versailles –, la destruction des échanges internationaux, et l’expansion vers l’est. » 

« Le régime hitlérien, qui a réinstitué en 1934 la conscription, entend réarmer en toute discrétion. » 

« Un astucieux montage financier permet de produire chars, avions et munitions en échappant aux radars de la Société des nations ». 

« Lançant de grands chantiers d’infrastructures qui sortent des millions de chômeurs de la misère, l’Allemagne nazie met en œuvre parallèlement une répression politique et syndicale qui rassure le patronat, et institutionnalise les persécutions envers la communauté juive, dont les biens sont spoliés. »

« Des programmes sont également mis sur pied pour pallier le manque de matières premières (carburant, fer, charbon, caoutchouc…) indispensables à l’effort de guerre. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les pays occupés par les armées du IIIe Reich, la France en tête, sont pillés sans vergogne… »

« Nourri d’archives rares et illustré d’originales animations 3D d’inspiration dadaïstes, Les nazis et l’argent - Au cœur du IIIe Reich décrypte la manière dont les questions économiques ont joué un rôle majeur dans la mise en œuvre de la funeste idéologie du IIIe Reich, des foyers allemands poussés à l’épargne aux bureaux d’études sommés de rationaliser les productions d’armement, en passant par un ravitaillement des troupes allemandes au détriment des populations des territoires occupés. »

« S’appuyant sur les travaux récents d'historiens européens (les Britanniques Adam Tooze et Richard Overy, l’Allemand Frank Bajohr et la Française Marie-Bénédicte Vincent), Gil Rabier met en lumière la façon dont ce régime monstrueux, lancé dans une guerre idéologique à outrance, a surmonté ses difficultés économiques, industrielles, monétaires et alimentaires par la manipulation financière, la prédation, la corruption, la spoliation, le travail forcé et le crime de masse. »

« Grâce à une approche inédite des archives - pour certaines peu exploitées -, ce film révèle comment les nazis sont parvenus à structurer, à insérer leurs idées racistes et violentes dans tous les pans de l’économie allemande – de la grande industrie au petit commerce en passant par l’agriculture, la recherche et la finance - jusqu’à créer un « modèle » économique dont les principaux outils de gestion étaient le vol et le meurtre de masse, et dont l’objectif ultime était la guerre et la destruction de l’Europe » pour édifier une Europe dominée par un IIIe Reich éternel.

« Ce film, par son approche économique, industrielle et financière de la période du IIIème Reich, nous plonge au cœur du système nazi grâce à des figures historiques clés tombées dans l’oubli (Hjalmar Schacht, Dr. Georg Von Schnitzler, Fritz Sauckel, Erich Müller…) »

« Étayé par des travaux récents d’historiens et nourri d’archives rares, un passionnant décryptage ». 



« Dans un documentaire étayé par des archives inédites, Gil Rabier met en lumière l’effroyable machine économique de guerre des nazis, dans laquelle sont imbriqués les impératifs de production des usines du Reich et la destruction des juifs d’Europe. Propos recueillis par Laure Naimski.
 

Dans votre film, l’historien britannique Adam Tooze explique qu’au début des années 1930 l’Allemagne est quasiment un pays pauvre. Elle se lance pourtant en 1939 dans une guerre mondiale. Comment est-ce possible ?
Gil Rabier : Après son arrivée au pouvoir en 1933, Hitler met au point une supercherie monétaire qui repose sur des obligations, les bons Mefo *, qui permettent de rémunérer les entreprises participant au réarmement du Reich sans laisser de trace comptable et sans débourser d'argent. L’Allemagne peut ainsi commencer à se réarmer en secret et relancer son économie. Mais cette stratégie ne peut aboutir qu’à la guerre parce que 40 % de l’industrie fabrique de l’armement. En 1938, l’Allemagne a besoin de toujours plus de pétrole, de charbon et de minerais pour faire tourner ses usines, mais elle n’a pas les subsides pour les payer à ses fournisseurs à l’étranger. La seule solution à cette crise qui se profile est d’accélérer la machine de guerre.  

De quelle manière l’économie et l’idéologie du Reich s’imbriquent-elles ?
Hitler crée une économie qui repose sur le vol et la spoliation, avec les juifs comme premières victimes, l’antisémitisme étant au cœur du nazisme. Cela va de pair avec une stratégie de pillage de tous les territoires envahis. Derrière l’image d’Épinal d’une Allemagne nazie extrêmement brutale mais très bien organisée se cache en réalité un régime prédateur qui aboutit à une guerre de rapine menée dans l’urgence.

À partir de 1941, les responsables de l’économie de guerre mettent sur pied le "plan de la faim". En quoi consiste-t-il ?
Il prévoit que toute la nourriture produite dans les régions occupées doit être livrée à la Wehrmacht et à la population allemande. Ses concepteurs estiment que cette privation de nourriture condamnera à la famine quelque 30 millions de Soviétiques. Ce projet s’imbrique avec l'entreprise génocidaire nazie car les populations des pays slaves envahis à l’Est sont en grande partie juives. Se noue ici la rencontre effroyable entre la Shoah et les réalités économiques...

* Acronyme de "Metallurgische Forschungsgesellschaft" (Société de recherche métallurgique). 


France, ARTE France, Gogogo Films, 2020, 1 h 34
Sur Arte les 9 février 2021 à 20 h 50, 26 février 2021 à 9 h 25, 10 mars 2021 à 9 h 25
Disponible du 02/02/2021 au 09/05/2021
Visuels : © Go Go Go Films

Aucun commentaire:

Publier un commentaire