Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

samedi 18 janvier 2020

« 1944 : il faut bombarder Auschwitz » par Mark Hayhurst


Arte diffusera le 21 janvier 2020 « 1944 : il faut bombarder Auschwitz » (1944: Bomben auf Auschwitz?1944: Should We Bomb Auschwitz?) par Mark Hayhurst. « Au printemps 1944, le témoignage de deux évadés juifs sur l’extermination en cours à Auschwitz parvient aux Alliés. Ce film retrace la trajectoire du document et les débats, persistants, suscités par le projet de bombardement du camp. »

« Le 10 avril 1944, Rudolf Vrba et Alfred Wetzler réussissent à s'échapper du camp d'Auschwitz-Birkenau ».

« Parvenus à Zilina, en Slovaquie, ils entrent en contact avec les responsables du Conseil juif et, interrogés séparément, décrivent avec une abondance de détails la machine d'extermination nazie ».

« Leurs témoignages sont consignés dans le "rapport Vrba-Wetzler" ou "protocole d'Auschwitz".

« Par la diffusion de ce document, les deux hommes espèrent empêcher l'anéantissement, imminent, de 800 000 membres de la communauté juive de Hongrie ».

« Après avoir transité par le rabbin Michael Weissmandl, qui y a joint un appel à bombarder le camp, le rapport parvient en Suisse à Roswell McClelland, le représentant du War Refugee Board, un organisme créé par Roosevelt ». 


« Celui-ci transmet en urgence à Washington une version résumée, à laquelle auront accès les leaders des principales organisations juives, mais aussi Winston Churchill et son ministre des Affaires étrangères, Anthony Eden ».

« Alors que tous deux sont favorables au bombardement, des doutes sur la faisabilité technique d'une telle opération émergent ».

« En cette phase cruciale du conflit, les Alliés, qui viennent de débarquer en Normandie, choisissent finalement de concentrer leurs forces sur le champ de bataille ».

« Il faudra attendre le 27 janvier 1945 pour que les troupes soviétiques libèrent le camp, où 1,1 million de déportés ont été exterminés ».

« Entre le 15 mai et le 9 juillet 1944, plus de 5 000 juifs hongrois en moyenne ont péri quotidiennement dans les chambres à gaz ».

« Fallait-il bombarder Auschwitz, au risque de sacrifier les survivants ? »

« Croisant reconstitutions, archives et éclairages d’historiens et de rescapés hongrois, ce documentaire suit la trajectoire tortueuse du rapport Vrba-Wetzler, premier témoignage de l’intérieur de l’indicible horreur du génocide, et retrace les tractations qu'il a engendrées, sur fond de dilemme moral, de stratégie militaire et d’antisémitisme larvé ».
"• April 1944: The harrowing testimony of Rudolf Vrba and Alfred Wetzler, Jewish prisoners who escaped the Auschwitz-Birkenau concentration camp, was turned into a detailed report known as The Auschwitz Protocol.
May 1944: The Auschwitz Protocol reached Rabbi Michael Weissmandl, who secretly worked for the Jewish Underground in Slovakia. Weissmandl sent the protocol to Roswell McClelland at the War Refugee Board in neutral Switzerland with a plea for help and a demand for Allied air forces to bomb Auschwitz. Later, McClelland sent a cable containing a summary of the protocol and the plea to bomb the camp to the headquarters of the War Refugee Board in Washington, D.C.
June 29, 1944: War Refugee Board director John Pehle passed the recommendations to bomb Auschwitz to John McCloy, Assistant Secretary of War, who was not inclined to divert resources from the war to stop the mass murder happening at the camp.
July 6, 1941: Jewish Agency representatives Chaim Weizmann and Moshe Shertok met with Foreign Secretary Anthony Eden in London, where he was presented with The Auschwitz Protocol and a memo from U.K. Prime Minister Winston Churchill urging the bombing of Auschwitz. Eden then summoned Head of Air Ministry Sir Archibald Sinclair to discuss the feasibility of a raid.
September 13, 1944: Allied forces accidentally bombed Auschwitz, killing 40 prisoners and 15 SS troops, while attempting to bomb a nearby IG Farben factory.
Early November 1944: John Pehle received the complete The Auschwitz Protocol and shared the report with John McCloy who informed him that bombing Auschwitz was not “feasible from a military standpoint.” Failing to get the War Department involved, Pehle leaked The Auschwitz Protocol to newspapers.
November 1944: With the tide of the war turning, the Nazis began dismantling the gas chambers at Auschwitz in an effort to destroy evidence of their crimes – and accelerated their efforts with the new media attention.
December 3, 1944: The Washington Post published an editorial on the atrocities titled “Genocide,” marking the first time the word appeared in a national newspaper.
January 27, 1945: Nine months after Rudolf Vrba and Alfred Wetzler gave their testimony to the Jewish Underground, Auschwitz was liberated by the Soviet Army."


« 1944 : il faut bombarder Auschwitz » par Mark Hayhurst
Allemagne, Oxford Film & Television, 2019, 59 minutes
Avec Daniel Caltagirone (John Pehle), Ashley Cook (Leon Kubowitski), Doron Davidson (Rabbi Weissmandl), Michael Fox (Alfred Wetzler), Ilan Goodman (Benjamin Akzin)
Sur Arte les  21 janvier 2020 à 20 h 50 et 28 janvier 2020 à 0 h 20
Disponible du 20/01/2020 au 19/02/2020
Visuels : © Oxford Films

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sur le film sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire