Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 5 février 2018

« Passe me voir ! La bar-mitsvah d'Omer » par Natascha Rhein


Arte diffusera le 11 février 2018 « Passe me voir ! La bar-mitsvah d'Omer » (Schau in meine Welt! Bar Mitzwa in Jerusalem - Omer wird ein Mann) par Natascha Rhein. Les préparatifs de la cérémonie marquant la majorité religieuse d'un adolescent juif israélien équilibré élevé dans une famille aimante.


La série documentaire allemande « Passe me voir ! » montre le quotidien d’enfants dans divers pays.

Cet épisode est centré sur Omer, âgé de 13 ans. 

Cet adolescent habite « avec sa famille à Ness Ziona, une petite ville d’Israël » près de Tel Aviv. Une jolie maison avec une chienne, Lola. Omer joue à la play station avec son frère aîné qui effectue son service militaire. Il a une sœur qui lui achète ses "fringues" avec goût. Il est un supporteur du club de football de Tel-Aviv, le Maccabi. Et il s’entraîne deux fois par semaine à ce sport. Il vit dans une famille chaleureuse, aimante.

Il « se prépare à vivre un événement incontournable dans la vie des jeunes garçons juifs de son âge : la bar-mitsvah, fête qui marque l’entrée dans la majorité religieuse ». L'adolescent est désormais responsable de ses actes.

Il « a dû apprendre par cœur un passage de la Torah, qu’il lui faudra chanter en hébreu, devant l'assistance ». Il doit respecter les 613 mitzvot (commandements divins). Pour lire la Torah, on utilise un Yad, pointeur de lecture dans le cadre liturgique. Le Gabbaï, qui s'occupe de la synagogue, "l'encourage à être un bon garçon et un bon fils pour ses parents".

« Pour célébrer ce grand moment, toute la famille se rend au Mur des lamentations, à Jérusalem, lieu saint par excellence ». Situé dans la vieille ville de Jérusalem, ce Mur occidental est aussi appelé en hébreu le Kotel. C’est un mur de soutènement du mont du Temple. C’est un vestige d’un mur d’enceinte autour du Temple. Le documentaire allègue de manière infondée que Jérusalem est une ville sacrée pour les musulmans. Les femmes prient à droite du Kotel, les hommes à gauche. Juchées sur des chaises, les femmes de la famille d'Omer observent l'adolescent chercher la Torah entouré de chants. Orith, mère d'Omer, le bénit et l'embrasse. La nuit, débute la fête pendant laquelle, la chaise sur laquelle Omer est assise est levée... Omer confie son trac léger, et s'avère satisfait du déroulement de la cérémonie religieuse.

Omer pose son talit, châle de prières, met sa kippa, signe de l'humilité devant Dieu, Il serre les lanières en cuir des téfilines ou phylactères sur ses bras et son front - ce téfiline symbolise la loyauté à l'égard de Dieu - pour prier. Les téfilines sont constitués de deux boîtiers en forme de cubes contenant quatre passages de la Bible.

Le documentaire souligne les impératifs de sécurité : dans les écoles, dans les rues, etc. Omer souligne combien les Israéliens aiment "profiter de la vie".

Il montre la célébration du chabbath par la famille d'Omer. Si les rues sont désertes lors du chabbat, les plages sont envahies par des familles. Omer est initié au paddle.
      

« Passe me voir ! La bar-mitsvah d'Omer » par Natascha Rhein
Allemagne, TimelineTV, 2013,
Sur Arte le 11 février 2018 à 7 h 30

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire