Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 26 mars 2019

« Le baron de l'acier. L'épopée d'Hermann Röchling » par Nina Koshofer


Arte diffusera le 26 mars 2019 « Le baron de l'acier. L'épopée d'Hermann Röchling » (Der Stahlbaron. Hermann Röchling und die Völklinger Hütte) par Nina Koshofer. « Portrait d’Hermann Röchling (1872-1955), industriel sarrois » antisémite « qui profita du nazisme pour étendre son empire. Ce documentaire interroge les liens entre économie et politique à la lumière des deux conflits mondiaux ».

« Un destin d'héritier - Arndt von Bohlen » par André Schäfer 
« Le baron de l'acier. L'épopée d'Hermann Röchling » par Nina Koshofer


« Né en 1872 dans une famille influente d'industriels sarrebruckois, le charismatique et ambitieux magnat de l’acier Hermann Röchling s’est rapidement imposé comme une figure phare de la sidérurgie locale », en Sarre et en Lorraine. 

« À la fois dirigeant paternaliste » soucieux de la santé de ses ouvriers et « stratège à sang froid, il n’hésite pas au cours de la Première Guerre mondiale à exploiter le minerai lorrain et à recourir aux travaux forcés pour bâtir son empire ». Après ce conflit, il est accusé de crime de guerre pour avoir détruit des usines françaises. Bien qu’acquitté, il a nourri une profonde hostilité envers la France.

Il était un nationaliste pan-germanique et antisémite. 

« L’entre-deux-guerres lui permet par le biais du Front allemand du travail, affilié au parti nazi, d’étendre plus encore son influence politique grâce à l’annexion de la Sarre à l’Allemagne hitlérienne ».

«  L’édition du 11 octobre 1934 du Westdeutscher Beobachter, quotidien national-socialiste réputé pour la virulence de son antisémitisme a publié des extraits d’une conférence publique dans laquelle l’auteur exprime sa passion pour le nouveau chancelier du Reich avec tant d’ardeur que l’on pourrait croire avoir affaire à un dignitaire du parti nazi : « Le Reich allemand a un Führer de très grande envergure et de vertus humaines sans égales, un Führer qui n’abandonne pas celui qui se donne entièrement à lui. Cet homme nous a été envoyé par Dieu, et chacun de nous doit l’aider pour que notre Allemagne redevienne Deutschland hoch in Ehren [Allemagne honorée et respectée] ! » Ces paroles d’anthologie ont été tenues à Cologne par Hermann Röchling, le baron de fer sarrois, totalement inféodé au nouveau régime ». (Margaret Manale, dans Les Temps Modernes, 2014/3, n° 679, pages 214 à 244).

« Enfin, au cours de la Seconde Guerre mondiale, il intègre l’élite nazie et assoit son autorité en sa qualité de représentant du Reich pour l'industrie du fer et de l'acier » en Lorraine occupée, puis dans toute l’Allemagne et les territoires qu’elle occupait. 

Ce membre influent du parti nazi a recouru aux prisonniers de guerre pour le travail forcé pour le travail de l’acier.

Après guerre, « le procès d’Hermann Röchling par les forces françaises à Rastatt en 1948 sert de point de départ à ce documentaire qui interroge les liens entre économie et politique à la lumière des deux conflits mondiaux ». Röchling a été condamné pour violations des droits de l’homme, mais son grand âge a joué en faveur de sa libération avant d’exécuter sa peine jusqu’à son terme.


« Le baron de l'acier. L'épopée d'Hermann Röchling » par Nina Koshofer
Allemagne, 2018
Sur Arte les 26 mars 2019 à 22 h 10 et 4 avril 2019 à 9 h 25
Visuels : © SWR/Steven R. Altig

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sur le film sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire