Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 24 juillet 2018

« Volkswagen - heurs et malheurs d'un géant de l'automobile » par Achim Scheunert


Arte rediffusera le 24 juillet 2018 « Volkswagen - heurs et malheurs d'un géant de l'automobile » (Die Macht Und Ihr Preis - Die Akte VW) par Achim Scheunert. L’histoire de la firme automobile allemande Volkswagen, "le plus grand constructeur d'automobiles au monde", de la « voiture du peuple » souhaitée par le Führer Hitler, jusqu’au scandale de 2015.


Ce documentaire « retrace l'histoire industrielle et managériale de Volkswagen, depuis la « voiture du peuple » (Volkswagen, en allemand) désirée par Hitler pour les autoroutes et à l’instar de la société de consommation émergente aux Etats-Unis avec Ford - la Ford T se vend à 295 dollars -, « jusqu'au titre - brièvement conquis - de « premier constructeur automobile du monde ».

"Das auto"
Le salon automobile de Berlin est dans les années 1930 un événement incontournable. "Le nazisme se concevait comme mouvement".

Pour créer cette « voiture du peuple », Ferdinand Porsche, qui construit des bolides, propose son concours pour concevoir une automobile pour tout le monde. Il se rend à Detroit, "berceau de la jeune industrie automobile", tente de recruter des ouvriers d'origine allemande travaillant pour Ford. Dès 1932, un prototype est élaboré à Stuttgart et fabriqué. Il plait à Hitler. Artisan déterminant de la Volkswagen : l'ingénieur et designer Erwin Komenda.

Josef Ganz
Dans un livre publié en 2012, Paul Schilperoord a souligné le rôle de Josef Ganz (1898-1967), ingénieur juif, créateur de la revue automobile Motor Kritik, dans la création en 1930 d’une automobile qu’il dénomme Käfer (cafard, en allemand). En 1933, avec l’aide du constructeur Standard, il sort une automobile à motorisation arrière, la Volkswagen. Un échec commercial. L’arrivée au pouvoir du nazisme met un terme à ses espoirs. Interpellé par la Gestapo, Ganz fuit en Suisse en 1934. Il ne parviendra pas à lancer son projet de voiture populaire.

Le Lane Motor Museum à Nashville présente l'exposition "The Josef Ganz Story: How a Jewish Engineer Helped Create Hitler’s Volkswagen". "Lane Motor Museum is proud to tell an oft-hidden chapter in the tumultuous and sometimes unpleasant creation story of one of the world’s most popular cars, the Volkswagen Beetle."

"In the decade leading up to World War II, the German automotive industry was in decline. Several industry analysts had suggested that manufacturers shift production from large, luxurious cars for the wealthy and instead create an affordable volkswagen, a common German term for “people’s car.” One such voice was that of Josef Ganz, a Jewish engineer and editor of a German automotive magazine. Ganz advocated endlessly for the development of a lightweight, inexpensive car, streamlined for aerodynamics, independently suspended at all four wheels with swing axles in the rear, and powered by a rear-mounted, horizontal engine. Ganz even developed a prototype, which led to a production model, the Standard Superior, in 1933. This car was displayed at the 1933 IAA (Internationale Automobil-Ausstellung, the Berlin Auto Show). Also attending the show was the newly appointed Chancellor of Germany, Adolph Hitler, who was eager to develop a people’s car of his own."

"During this time, the political climate in Germany was one of turbulence. With the rise of the Nazi party, anti-Semitism began to run rampant. In 1934, the same year Hitler gained ultimate power, Ganz was arrested by the Gestapo on false charges of blackmail of the German auto industry. Soon after, Hitler commissioned one of Ganz’s contemporaries, Dr. Ferdinand Porsche, to begin work on the car that would become the Volkswagen Type 1."

"While there were many concepts for a people’s car that were submitted from many designers, Josef Ganz’s name was ostensibly removed from the Beetle’s creation story due to his Jewish heritage. Ultimately Ganz left Germany for Switzerland, and later died in obscurity in Australia in 1967."

The story of Josef Ganz reflects one of the many atrocities of persecution that befell victims of the fascist Nazi regime. The four vehicles in this mini-exhibit either influenced Ganz, or they were influenced by him.""

"The “Josef Ganz Story” mini-exhibit at Lane Motor Museum is part of a programming partnership with the Nashville Symphony and the Violins of Hope project. The Violins of Hope are a collection of restored instruments played by Jewish musicians during The Holocaust. These instruments have survived concentration camps, pogroms and many long journeys to tell remarkable stories of injustice, suffering, resilience and survival. The Nashville Symphony is bringing the Violins of Hope to Nashville to facilitate a citywide dialogue about music, art, social justice and free expression. Lane Motor Museum is honored to be a part of this community-wide project. Learn more at http://www.violinsofhopenashville.com/"

La Deuxième guerre mondiale
Le Front allemand du travail contrôle la fabrication dans une usine installée en pleine campagne. Hitler veut une voiture vendue au prix maximum de 990 marks. Or, des calculs internes ont évalué à 1750 marks le prix minimum de vente de la VW.

Avec la Deuxième Guerre mondiale, le chiffre d'affaires de VW atteint 297 millions de deutsches marks en 1944. Des travailleurs forcés : prisonniers de guerre, milliers de détenus de camps de concentration, etc. VW produit aussi des munitions. La famille Porsche se réfugie en Autriche. Porsche et Piech sont faits prisonniers de guerre. L'un d'eux collabore avec Renault pour un modèle de voitures.

Joyau de l'économie allemande post-guerre
A la fin de la guerre, les Britanniques contrôlent l'usine de guerre de VW à Volfsburg, et la gèrent. En 1946, la millième VW sort de l'usine. La firme est bénéficiaire. Piech et Porsche revendiquent une redevance sur chaque voiture vendue. Et l'obtiennent.

Le VW est renommée dans les années 1960 la "Coccinelle", Environ 600 000 personnes travaillent pour VW dans le monde. Les familles autrichiennes Porsche et Piech détiennent 51% des actions de la firme.

Entrepreneur fordiste, patron exigeant, Heinz Heinrich Nordhoff (1899-1968)  maximise la productivité de l'usine en misant sur la future Coccinelle. En 1955, le millionième exemplaire sort de l'usine qui fonctionne sur les trois huit. L'esprit critique s'avère absent dans cette usine qui employait une part importante des habitants de Volksburg. Les syndicats exercent une influence forte dans l'entreprise axée sur la production en série. En 1960, une loi renforce le rôle du comité d'entreprise. Une partie des actions est acquise par les Allemands. La Basse Saxe garde une minorité de blocage (20%). Sous la férule du PDG Nordhoff, les ventes de la VW, popularisée par le cinéma, magnifiée par la publicité, explosent aux Etats-Unis.

En 1974, après des déficits vertigineux, VW opte pour la diversification des produits : Polo, Golf, etc. Technologie et design sont en phase avec les souhaits des consommateurs. Au début des années 1990, la firme risque de disparaître du marché américain.

Se fondant « sur des archives jusque-là inédites, cette enquête met en lumière la face sombre de la planète Volkswagen ».

Descendant de Porsche, Ferdinand Piech mise sur le moteur à diesel, un carburant permettant de réduire la consommation, pour s'implanter aux Etats-Unis. Mais le diesel rejette de l'oxyde d'azote. Les normes environnementales américaines concernant l'oxyde d'azote sont très strictes. Nul au sein de Volkswagen n'a osé dire à la direction de la firme allemande l'incapacité à produire une voiture au moteur à diesel conforme à la réglementation américaine. Pour détrôner Toyota de sa place de leader dans la production automobile, VW doit réussir aux Etats-Unis, un marché-clé. Le créneau : une automobile au moteur vert, écologique. Ce qui séduit les acheteurs américains, persuadés d'acquérir une excellente voiture. Une usine écoresponsable est implantée sur ce marché porteur.

Ferdinand Piech, qui dirige VW, est le petit-fils de Ferdinand Porsche. Passionné d'automobiles, orphelin jeune, il sort de son internat suisse plein de projets ambitieux. Passionné de courses automobiles, il veut développer la Porsche 917. Son oncle est plus dubitatif. Tous deux assistent à la victoire de deux Porsche 917 au Mans au début des années 1970. Innovations technologiques et design moderne constituent les atouts des voitures lancées par Piech. 1993 : nouvelle crise financière de VW. Licencier des milliers de salariés ? Le comité d'entreprise s'y opposerait. Piech réduit les coûts de production en exerçant une pression à la baisse sur les fournisseurs, en débauchant José Ignacio Lopez de Arriortua, directeur des achats de General Motors. Ce dernier est accusé d'avoir emporté des documents importants chez son nouvel employeur. Départ de Lopez, et indemnisation de General Motors. Le procès est évité grâce aux interventions de dirigeants américain, dont le président Bill Clinton, et allemand.

Normes environnementales
C'était « avant l'éclatement du scandale, qui fut extrêmement dommageable pour l'entreprise, sa réputation et son chiffre d'affaires ». Un scandale révélé par ICCT (International Council on Clean Transportation) et John German. ICCT effectue des tests avec l'université de Virginie occidentale, dans des conditions réelles en 2014. Surprise : les taux d'oxyde d'azote sont jusqu'à 35 fois supérieurs à la norme autorisée. Les résultats sont transmis à deux organismes publics américains.

Vigilante, l'Agence pour la qualité de l'air en Californie enquête sur le problème de la pollution. Les normes californiennes sont plus strictes que celles fédérales. Des essais en laboratoire relèvent des mesures différentes de celles notées en situation réelle. Les ingénieurs interrogent VW, qui fait attendre ses réponses. La manipulation complexe de VW - un logiciel truqueur installé pour invalider les tests - est découverte. Auparavant, des constructeurs de poids lourds, ayant recouru à ce truquage, avaient été sévèrement condamnés. Schröder, du SPD, évite prudemment d'être éclaboussé par le scandale. Six cent mille salariés travaillent alors pour VX, le plus grand constructeur automobile européen. On découvre que VW a payé des soirées fines à des membres du comité d'entreprise de la firme. Peter Hartz, directeur du personnel, a financé des voyages, soirées avec des prostituées, etc. Sans limite budgétaire. Et pour se concilier ces délégués syndicaux. "Un échange de bons procédés", générant de l'opacité dans la gestion de l'entreprise, et condamné par la justice allemande.

La chancelière Angela Merkel rencontre le gouverneur de Californie, alors Arnold Schwarzenegger, ancien acteur. Elle plaide pour l'industrie automobile allemande, et se plaint des normes environnementales californiennes.

2013. L'Union européenne veut modifier ses normes environnementales, concernant les émissions de CO2. Merkel obtient un délai d'un an, au lieu de deux années espérées.

Greenpeace parodie un clip publicitaire de VW. Un emploi sur sept provient en Allemagne de l'industrie allemande.

Au lieu de retirer son système informatique invalidant des voitures américaines, VW améliore son logiciel truqueur.

18 septembre 2015. Le scandale éclate. Piech se distancie de Martin Winterkorn, président du directoire du groupe VW depuis 2007. Mais le comité d'entreprise soutient Winterkorn, qui finalement démissionne. Matthias Müller est nommé directeur général de VW. La famille Piech détient un quart du capital de VW. Avec 130 000 habitants, Volksburg s'inquiète.

Choqué par les mensonges de la firme, le Sénat américain lance une commission d'enquête sur ce scandale. Greenpeace contrôle les émissions d'azote dans de grandes villes. En Allemagne, les taux observés sur les moteurs diesel sont élevés. Le ministre américain de la justice porte plainte contre VW. qui a le choix entre retirer les modèles ou modifier son moteur. VW présente publiquement ses excuses pour ses erreurs, tout en niant avoir menti, les problèmes éthique et de management. Il s'agirait d'une "mauvaise interprétation de la législation américaine". Ce qui indigne l'opinion publique. Une communication de crise désastreuse pour Müller et VW. Un accord de dédommagement est signé, mais une amende est provisionnée par VW.

Les « arrangements de l'entreprise avec les législations européenne et américaine ne datent pourtant pas d'aujourd'hui. Contrairement aux premières déclarations imputant la fraude à une équipe restreinte d'ingénieurs, il apparaît désormais qu'il s'agissait d'une politique systématique voulue par la direction du groupe. Onze millions de véhicules sont ainsi concernés dans le monde ». 

« Depuis, l'action Volkswagen a chuté de façon vertigineuse et le montant final de l'amende infligée par les États-Unis pourrait s'élever à 45 milliards de dollars ». 

« C'est un coup dur pour l'industrie automobile allemande dans son ensemble, qui réalise près de 20 % de ses ventes à l'exportation et représente 14 % du produit national brut du pays ».

Ce « n'est pas la première fois que la firme de Wolfsburg se distingue par ses mensonges et ses compromissions. Les témoignages de politiques, de chercheurs, de militants de l'environnement, de journalistes et d'historiens permettent de disséquer les moyens mis en œuvre par l'entreprise pour régner sur les marchés européen et américain ».

« Début 2016 à Detroit, le Salon international de l'automobile ouvre ses portes. C'est la première fois que les nouveaux dirigeants de Volkswagen se présentent devant les acteurs majeurs du secteur automobile et la presse spécialisée nord-américaine depuis le scandale qui a éclaboussé la firme à l'automne 2015 ». Un événement majeur très médiatisé. "Les clients américains sont très rancuniers", relève un expert. Pourquoi achèteraient-ils une VW ?

En 2016, Volkswagen "a déjà provisionné 16 milliards d'euros dans ses comptes pour tenir compte des coûts de ce scandale. Mais le géant allemand n'est pas le seul constructeur affecté. Depuis un an, nombre de ses concurrents ont également été mis en cause par des ONG environnementalistes, certains médias, ou via des commissions d'enquête gouvernementales. Renault, Opel, Fiat ou Mercedes ont ainsi été épinglés. Sans que leur culpabilité soit démontrée". (Le Figaro, 23 septembre 2018)

La généralisation de ce scandale à d'autres marques automobiles invite à réfléchir sur la pertinence de fixer des normes européennes inatteignables.

ADDENDUM
En juin 2018/, Volkswagen "a inauguré sa première usine d’assemblage au Rwanda. Si pour le constructeur allemand il s’agit d’un positionnement stratégique pour conquérir l’Afrique de l’Est, les calculs tombent à pic pour le Rwanda qui tente de réduire ses importations de véhicules d’Asie. La stratégie de Volkswagen au Rwanda se dessine en deux pôles. L’assemblage de voitures, notamment les modèles Polo et Passat de la marque dont 5 000 exemplaires devraient être produits dans un premier temps. Tous les engins assemblés seront ainsi destinés aux autres pays africains et à la population locale. Le constructeur allemand entrevoit en outre un système de covoiturage à l’image d’Uber. Pour gérer ce service, Volkswagen a fait appel à une entreprise locale, tandis qu’une autre a été sollicitée pour développer une application smartphone en lien avec le service. Pour ces différents projets, ce sont quelque 1 000 emplois qui seront créés pour des investissements estimés à 15 millions d’euros, assure le groupe". (Africanews, 28 juin 2018)

La victoire de l'équipe française de football, les Bleus, au Mondial 2018 rejaillit positivement, en termes de communication, à son sponsor Volkswagen.

Le groupe automobile allemand aux douze marques - Audi, Porsche, Skoda, Seat, etc. - "a annoncé des ventes en forte hausse au premier semestre 2018 avec près de 5,5 millions de voitures livrées dans le monde. En Europe, il n'est pas loin de s'accaparer près du quart du marché. Sa stratégie produit tournée vers des gammes SUV très étoffées, de 3 à 4 modèles en fonction des marques, fait exploser les volumes de ventes". Le SUV (Sport Utility Vehicle) ou VUS (Véhicule utilitaire sport) est un véhicule de loisirs bicorps, qui peut avoir des capacités de roulage hors route ou de remorquage. "Le groupe Volkswagen a augmenté sa part de marché de 1% en Europe au premier semestre frisant le quart des ventes totales du continent. Comme il ne suffit pas de faire du volume pour un groupe comme Volkswagen, deux modèles à très forte marge doivent également s'installer dans les showrooms. Volkswagen a levé le voile sur son très sophistiqué Touareg, tandis qu'Audi a présenté son ambitieux Q8 destiné à se positionner sur le très lucratif segment des SUV coupés premiums... Cette stratégie n'est pas seulement gagnante en termes de volumes, elle permet de vendre des voitures beaucoup plus chers. L'effet de levier est donc maximal pour les finances du groupe Volkswagen. Avec des parts de marché en hausse, et une proportion de SUV toujours plus importante dans les ventes du groupe, cette stratégie SUV se déroule comme un rouleau-compresseur, notamment en Europe. Ni les turpitudes judiciaires du groupe, ni la créativité des concurrents ne semble avoir tempéré l'appétence des consommateurs pour les quatre marques du groupe Volkswagen, laissant sur le bord de la route toutes les autres marques automobiles mondiales... Jusqu'où ?" (La Tribune, 19 juillet 2018)

"Nouvelle conséquence de l'entrée en vigueur progressive du cycle d'homologation pour les nouveaux véhicules : Volkswagen stoppe la production de la Golf GTI, mais maintient celle de la version Performance. Le groupe Volkswagen, comme bien d'autres, est touché plus ou moins directement par l'instauration du nouveau cycle d'homologation et des nouvelles normes. Il faut désormais que la plupart des modèles à moteur essence aient un filtre à particules, et pour certains, en fin de carrière, le coût du développement pour mettre à jour la motorisation n'est pas justifié compte tenu du peu de temps qu'il reste à l'auto avant son renouvellement. C'est le cas de la Volkswagen Golf GTI qui vient d'être retirée de production. La huitième génération de Golf (et sa déclinaison GTI) est en chemin et devrait être présentée l'année prochaine. Cela n'incite évidemment pas Volkswagen à dépenser des sommes importantes d'argent pour une voiture en fin de vie." (Caradisiac, 19 juillet 2018)

Volkswagen "réduira sa production en raison des nouvelles normes de mesure de la consommation de carburant. D'autres constructeurs allemands sont sous pression. l'entrée en vigueur au 1er septembre de nouvelles normes de mesure de la consommation de carburant et des émissions des véhicules neufs (WLTP) à laquelle le constructeur est mal préparé et qui l'oblige à limiter sa production au troisième trimestre." (Les Echos, 27 juin 2018)

"Trois ans après le scandale des moteurs truqués, Volkswagen n'a pas fini d'entendre parler de tests antipollution. En effet, le groupe allemand doit trouver un moyen de stocker entre 200.000 et 250.000 véhicules en attente d'homologation, selon des chiffres obtenus par l'AFP. Après les 300.000 véhicules diesel qui ont dû être stockés aux États-Unis à la suite du Dieselgate, ce sont cette fois-ci les nouveaux tests d'autorisation de mise en circulation, dénommés WLTP" (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedures, et "en français: procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures) qui retiennent la plupart des modèles de la marque hors des vitrines des concessionnaires." (Le Figaro, 28 juin 2018)

Dans un rapport publié en juillet 2018, la Commission de l'Union européenne et les organisations nationales de protection des consommateurs déplorent les limites de leur action dans le Dieselgate et la collaboration minimale de Volkswagen. "Après  deux ans de bras de fer avec le constructeur allemand, quelque 80 % des véhicules concernés ont désormais été « réparés », via une mise à jour des fameux logiciels truqueurs qui minimisaient les émissions polluantes réelles... Contrairement au Canada et aux Etats-Unis, où VW s'est vite résolu à verser  plus de 10 milliards de dollars en compensations individuelles, l'Europe ne dispose pas des outils juridiques adaptés... Les consommateurs doivent dans ces conditions miser sur des démarches individuelles et collectives devant la justice de leur pays. Avec, selon les lois en vigueur, des possibilités et des chances de succès très variables. A ce jour, aucune action n'a encore abouti, à la connaissance du BEUC". (Les Echos, 18 juillet 2018)

"En raison des nouvelles normes de pollution WLTP, Volkswagen a fait du ménage dans sa gamme. Après la Golf R et sa légère perte de puissance, c'est maintenant la Golf GTI qui est retirée du catalogue, à l'exception de la version Performance". (ActuMoteurs, 19 juillet 2018)

Volkswagen songe à transformer la fameuse Coccinelle en voiture entièrement électrique, peut-être en recourant à sa plateforme MEB.


« Volkswagen - heurs et malheurs d'un géant de l'automobile » par Achim Scheunert
ZDF, 2016, 90 min
Sur Arte les 10 mai à 20 h 55 et 26 mai 2016 à 8 h 55, 24 juillet 2018 à 20 h 50

Visuels :
© IZS Wolfsburg, © VW AG Konzernkommunikation, © taglicht media/Michael Kern

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont d'Arteet du documentaire. Cet article a été publié le 10 mai 2016.

1 commentaire: