lundi 15 mai 2017

Jean-David Chétrite, photographe


En 2003, Jean-David Chétrite a montré ses photographies en noir et blanc sur les Hassidim, Juifs pieux, à Jérusalem et lors du pèlerinage à Méron, à quelques kilomètres de Safed (Israël), pour Lag Ba’omer. En 2013, il a publié le livre A Few Days in IndiaArticle republié en cette fête de Lag BaOmer 5776.


Jean-David Chétrite  a créé son studio de photographie en 1983. 

Ce graphiste a collaboré avec des journaux, agences de publicité, éditeurs et institutionnels. Il a été aussi directeur artistique de grandes marques pour lesquelles « il mêle photographie et création graphique ». Ses reportages l’ont mené en Thaïlande, au Brésil... et au Parc Yosemite (Etats-Unis), sujet de sa précédente exposition.

Hassidim et scènes de vie à Jérusalem
En 2003, Jean-David Chétrite  a présenté à la galerie Dima une trentaine de photographies en noir et blanc sur les Hassidim, et son film « Le 33e jour » diffusé aux Pays-Bas, au Japon... mais non en France.

Non recadrés, aux contrastes accentués, de tous formats, ses clichés à valeur documentaire datent de 1983.

Ce « photographiste » a choisi des portraits de Hassidim (Pieux) à Jérusalem et lors du pèlerinage à Méron, près de Safed, célébrant la fin d’un deuil de 33 jours.

Situé en Haute-Galilée, Méron abrite dans un moshav les tombes de Rabbi Shimon bar Yohaï, érudit à qui l’on attribue la qualité d’auteur du livre du Zohar (Livre de la Splendeur), ouvrage majeur de la Kabbale, et de son fils, Rabbi Eléazar bar Rabbi Shimon. Lors de Lag Ba’omer  (Lag signifie 33, en hébreu) – 33 jours après le premier jour de Pessah, 33e jour du Omer -, des Juifs pieux s’y rendent pour un pèlerinage. Ils portent un rouleau de Torah datant de l'expulsion d'Espagne (1492), gardé dans la synagogue d'Abouhav à Safed. Autre évènement important : l’Upsherin, première coupe de cheveux des garçons âgés de trois ans. Et de nombreux feux sont allumés.

Ce reportage photographique comprend aussi des enfants juifs, chrétiens et musulmans hiérosolymitains.

Pour que « l’art photographique ne soit plus réservé aux seuls collectionneurs avertis, Jean-David Chétrite a choisi des tirages numériques ou des épreuves originales de photogravure » au grain particulièrement fin, à la longue conservation et à des prix abordables.

En 2006, la galerie Dima a présenté l’exposition « Les trésors du Palais »… De Qûmnran à Jaipur

De son amour pour l’Inde, Jean-David Chétrite a publié en 2013 A Few Days in India.
Cet article a été publié par Actualité juive. Il a été publié sur ce blog le 6 mai 2015, puis le 26 mai 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire