lundi 31 juillet 2017

Filmer les camps, John Ford, Samuel Fuller, George Stevens de Hollywood à Nuremberg


Le Dallas Holocaust Museum présente l’exposition Filming the Camps. John Ford, Samuel Fuller and George Stevens from Hollywood to Nuremberg, passionnante et émouvante, sur les circonstances de réalisation des films montrant la découverte des camps de concentration de Dachau et de Falkenau. Rapports de tournages, photographies et archives filmées, souvent inédits, ainsi qu’extraits de films de fiction et d’interviews des trois principaux réalisateurs (John Ford, George Stevens, Samuel Fuller) retracent cet événement majeur dans l’Histoire du monde. 

Filmer les camps, John Ford, Samuel Fuller, George Stevens de Hollywood à Nuremberg
« War Story, 1995-1996 » de Mikael Levin
« 1945. L'ouverture des camps en Allemagne », par Serge Viallet
« Images de la libération des camps. Chronique d’un film inachevé », par André Singer
Filmer la guerre : les Soviétiques face à la Shoah (1941-1946) 
« Shoah, les oubliés de l’histoire », par Véronique Lagoarde-Ségot

En 1945, quand ils découvrent les camps nazis de concentration et d’extermination, les Alliés décident de les filmer, afin d’informer le monde entier et de constituer des témoignages irréfutables, notamment en vue des procès de Nuremberg.

Montrés lors des Actualités cinématographiques, ces films provoquent un choc. C’est la révélation visuelle des horreurs commises par le nazisme.

Après le Mémorial de la Shoah, le château royal de Blois, le Museum of Jewish Heritage et l'Atlanta History Center, le History Museum of Mobile a présenté cette exposition.

The History Museum of Mobile "offered the exhibit, Filming the Camps: From Hollywood to Nuremberg, August 29, 2016 – January 16, 2017.  The exhibit is on loan from Mémorial de la Shoah.  It features the stories of three film directors—John Ford, Samuel Fuller, and George Stevens—as they documented Nazi atrocities during WWII.  The exhibit includes 14 LCD screens which display footage shot at the concentration camps, as well as vignettes with the filmmakers who struggle to cope with the impact and meaning of the horrific scenes they encountered.
In conjunction with this exhibition, the Mémorial de la Shoah is organizing a free one-day workshop for teachers and educators: "Films and Archives of WWII and the Holocaust" on Saturday, September 24.  Also, the movie, Filming the Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens will be screened on Saturday, September 24 at 7pm followed by questions and answers with Director, Christian Delage.
In connection with the exhibit, the Gulf Coast Center for Holocaust and Human Rights Education plans a number of educational activities.  These include a Conference titled “The Holocaust in Memory and History” hosted by the Center for War and Memory at the University of South Alabama on September 7.  The conference will begin at 9:00 AM at Seaman’s Bethel.  Various local scholars will speak.  This will be followed by a roundtable discussion in the afternoon session, 1:30-3:30.  Keynote speaker will be Dr. Brad Prager beginning at 7:00 PM in the Faculty Club.
Additional activities featured are a lecture by Dr. Dan Puckett, Chair of the Alabama Holocaust Commission on October 18; a film series at Spring Hill College on selected Sunday afternoons; Roger Grunwald’s, The Mitzvah Project, on October 20; Matt Rozell’s, “Photographs from a Train Near Magdeburg” on October 24; and a lecture by Dr. Paul Bartrop on November 15.
The Center thanks SNCF America, Inc. (French National Railways), the principal sponsor of the educational activities.  Other sponsors include the History Museum of Mobile, Mobile Public Library, Mobile Jewish Film Festival, University of South Alabama, Spring Hill College and University of Mobile.
The exhibition, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF".

Le Dallas Holocaust Museum présente l’exposition Filming the Camps. John Ford, Samuel Fuller and George Stevens from Hollywood to Nuremberg. "The Nuremberg Trials in 1945 used an unprecedented form of evidence—film of the war and the liberation of concentration camps. The raw footage compiled into a documentary titled Nazi Concentration Camps, became crucial evidence, presenting the crimes the Nazis committed in an unflinching and authentic format to the court.

The exhibit, opening February 16, 2017, features the work of three filmmakers: John Ford, Samuel Fuller, and George Stevens. It explores the filmmakers’ experiences during and after World War II, the footage they captured of Nazi atrocities, and the impact the war had on their careers.

John Ford, director of films such as Stagecoach, The Grapes of Wrath, How Green Was My Valley, and The Quiet Man, commanded the Field Photographic Branch and made propaganda films for the U.S. Navy Department. He won back-to-back Academy Awards during this time for his documentaries, The Battle of Midway and December 7th.

George Stevens, known before the war for light-hearted musicals featuring Fred Astaire and Ginger Rogers, joined the U.S. Army Signal Corps during World War II and headed a film unit under General Eisenhower. His unit shot footage documenting D-Day, the liberation of Paris, and horrific scenes of the infamous Dachau concentration camp. Following the war, Stevens’ films gravitated toward more serious subjects. He went on to direct the Academy-Award winning films Shane, Giant, and The Diary of Anne Frank.

Samuel Fuller served as a soldier in the 1st Infantry Division, nicknamed “The Big Red One.” He captured footage of the liberation of Falkenau, a sub-camp of the Flossenbürg concentration camp, under the orders of his captain with a camera Fuller’s mother sent him. After the war, Fuller directed many films including The Big Red One, based on his wartime experiences.

In 1945, Ford created a documentary of the war incorporating Stevens’ images of Dachau. The film, shown first to American audiences, was evidence of Nazi crimes at the International Military Tribunal at Nuremberg. Ford also documented the Nuremberg Trials.

The exhibition contains film and photographs of World War II as well as clips from the filmmakers’ pre-war careers.

The exhibition, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF.

This presentation is sponsored by Visit Dallas, Mémorial de la Shoah (Paris, France), the Consulate General of France in Houston, the Embassy of France in the United States, and SNCF, and is on view at the Dallas Holocaust Museum/Center for Education and Tolerance February 16—August 3, 2017".

Le Los Angeles Museum of The Holocaust présentera cette exposition. "Hollywood directors John Ford, George Stevens, and Samuel Fuller entertained audiences with cinema classics like The Grapes of Wrath, Shane, and The Big Red One. But their most important contribution to history may have been their work in the U.S. Armed Forces and Secret Services, filming the realities of war and the liberation of Nazi concentration camps. Their documentation provides an essential visual record of WWII. Combining a wealth of rare material, including private letters and footage from their own personal archives, Filming the Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, from Hollywood to Nuremberg, explores these filmmakers’ experiences during and after WWII, their confrontation with Nazi atrocities, and the mark that left on them as artists".

"At Los Angeles Museum of the Holocaust, the exhibit will include artifacts on loan from Samuel Fuller's family and from 20th Century Fox's archive".

"The exhibition Filming The Camps: John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, From Hollywood to Nuremberg, curated by historian and film director Christian Delage, was designed, created, and distributed by the Mémorial de la Shoah (Paris, France), and made possible through the generous support of SNCF."

"The exhibit in Los Angeles was made possible through additional support from 20th Century Fox. Communication partners also include the Consulate General of France in Los Angeles, the Embassy of France in the United States, Alliance Française de Los Angeles, Alliance Française de Pasadena, and USC Shoah Foundation."

Cette exposition se limite aux camps de Dachau et de Falkenau (satellite de Flossenbürg).

Elle présente les conditions de réalisations de ces films ainsi que trois de leurs producteurs, des réalisateurs de Hollywood : John Ford (1894-1973), George Stevens (1904-1975) et Samuel Fuller (1912-1997).

D’origine irlandaise, John Ford est le vétéran, célèbre pour ses westerns et drames psychologiques ou sociaux, et activiste anti-nazi.

George Stevens est célèbre pour ses comédies, notamment les comédies musicales avec le couple mythique Fred Astaire et Ginger Rodgers.  

Né dans une famille Juive - père russe, mère polonaise -, Samuel Fuller s’est distingué par son talent de journaliste « crime reporter » dans la presse tabloïd, puis de scénariste. En 1942, il rejoint la première division d’infanterie de l’armée américaine, la célèbre « Big Red One », participe aux débarquements en Afrique du nord et en Sicile sous les ordres de Patton, puis dans le secteur « Easy Red » sur la plage d'Omaha en Normandie le 6 juin 1944 à 6 h 30. En 1994, il confiait à Michael Seiler et Jean-Pierre Catherine : "Les trois heures sur la plage d'Omaha, je ne peux les oublier. Je revois le colonel Taylor nous engueulant après que Streczyk a ouvert la brèche pour pénétrer à l'intérieur des terres : « Get up, Get up ! Levez-vous, levez-vous ! Il y a trop de monde sur la plage. Ceux qui sont morts, ceux qui vont mourir. Allons mourir à l'intérieur ! » Je le dis souvent, à la guerre, il n'y a pas de héros. Il n'y a que des types qui ont peur. Parmi tous ces types, il y a des êtres remarquables, comme le chirurgien en chef de notre régiment, Charles Tegtmeyer. Je l'ai vu sur la plage passer entre les blessés, choisir ceux qu'on pouvait sauver et ceux qui étaient condamnés à mourir. Il les désignait... « Oui, non... cet homme vivra, celui-là  non. » Il prend des bouteilles de plasma tellement froides que le plasma ne coulait plus et les brise, furieux, contre les rochers. Il y a aussi ces filles de la Croix-Rouge. Quand elles ont débarqué sur Omaha, elles pensaient que nous étions déjà à l’intérieur des terres. Elles étaient piégées comme nous. Elles venaient avec du café et des beignets, et pour ramener les blessés sur les navires. C'est une chose terrible de voir toutes ces filles tuées si rapidement. Je leur rends hommage. Hommage aussi à tous ces morts. Le 6 juin, mon régiment de 3 000 hommes a perdu 945 soldats et 56 officiers. Au soir du 6, les Américains avaient 3 500 morts sur la plage, la plupart tués par les mortiers de 88, leurs corps déchiquetés. Les prisonniers allemands étaient chargés de les ramasser, il fallait souvent réunir plusieurs membres n'appartenant pas forcément à la même personne pour reconstituer un corps..." Blessé en août 1944, Samuel Fuller combat dans les Ardennes, poursuit en Allemagne. Il filme la libération du camp de concentration de Falkenau, en Tchécoslovaquie. « Je ne savais pas que j'allais tourner mon premier film », déclare-t-il.

John Ford et George Stevens constituent des équipes composées d’« opérateurs professionnels, reconnus et expérimentés, ou formés spécialement à cette occasion ». Après avoir préparé leurs gestes de médiation, les opérateurs ont commenté de manière circonstanciée leurs prises de vue.

John Ford dirige la Field Photographic Branch (FPB), une unité spéciale chargée de réaliser entre autres ce film, Les Camps de concentration nazis, et de préparer le filmage du procès de Nuremberg. Au début des années 1930, alors réserviste dans la Marine américaine, il y fonde une unité d’opérateurs de prises de vues qui pourraient intervenir « en cas de besoin ». En 1939, la « Field Photo de la 11e Section navale devient opérationnelle ». En novembre 1941, John Ford annonce « avoir formé une soixantaine de techniciens ». Le général Donovan, coordonnateur de l’Information, puis directeur de l’Office of Strategic Services (OSS), agence de renseignement de l’administration américaine, recrute John Ford : ainsi nait la Field Photographic Branch (FPB). Celle-ci produit notamment December 7th sur l’attaque japonaise de Pearl Harbour et The Battle of Midway sur la victoire américaine sur l’amiral Yamamoto le 5 juin 1942. Pour ces deux films, John Ford reçoit l’Oscar du meilleur documentaire ne 1943 et 1944.

Dans la perspective du débarquement des Alliés en Normandie et de la poursuite de l’offensive en Allemagne, les opérateurs de l’OSS « reçoivent des instructions très précises sur ce qu’ils doivent faire s’il leur arrive de découvrir des "preuves de crimes de guerre et d’atrocités". La procédure à suivre pour enregistrer les preuves des atrocités commises prévoit explicitement la possible qualification comme preuve, devant un tribunal, des témoignages recueillis, qu’ils soient écrits, oraux ou filmés ».

A partir de février 1943, au sein du « Signal Corps », service de communication de l’armée américaine, George Stevens couvre la campagne en Afrique du Nord. A Londres, le général Eisenhower lui demande de réunir une équipe de 45 professionnels pour préparer le filmage du débarquement en Normandie. George Stevens dirige une unité spéciale de cameramen, la Special Coverage Unit (SPECOU), qui, est placée sous l’autorité du Supreme Headquarters’ Allied Expeditionary Force (SHAEF). La SPECOU rassemble 45 membres : des écrivains - Ivan Moffat, William Saroyan, Irwin Shaw -, des cameramen - Dick Hoar, Ken Marthey, William Mellor, Jack Muth -, des opérateurs de prise de son - Bill Hamilton, qui vient de la Columbia -, des assistants-réalisateurs, tel Holly Morse, qui a travaillé avec Hal Roach.

La SPECOU filmera la libération du camp de Dachau. Le responsable de chaque unité établit un rapport de prises de vue, un bilan de l’activité du jour. En bas de chaque page, en rubrique « IMPORTANT », le rédacteur doit veiller à « orthographier correctement les noms, identifier toutes les personnes, les lieux, les organisations, les armes, l’équipement ». Complétant le rapport de prises de vues, la « trame narrative » est plus qu’un simple compte-rendu : « C’est un récit documenté et articulé des événements qui ont été filmés. C’est déjà un deuxième regard qui se pose sur les images, après celui des cameramen. Ivan Moffat, ancien élève de la London School of Economics, en est le principal et brillant rédacteur ».

En mai 1945, la Big Red One (première division d’infanterie) de l’armée américaine combat dans les Sudètes (alors en Tchécoslovaquie) et libère le camp de concentration de Falkenau. Avec la caméra envoyée par sa mère, Samuel Fuller, dans les rangs de cette unité, filme cet événement, ainsi que les bourgeois du bourg de Falkenau, qui ont allégué ne pas savoir ce qui se déroulait dans le camp, sont contraints de donner une sépulture aux internés morts. En 1988, Emil Weiss réalisera Falkenau, vision de l’impossible, Samuel Fuller témoigne. Un documentaire passionnant par les commentaires de Samuel Fuller sur son film, sur la réalité des images, la nécessité de transmettre l’histoire aux jeunes générations, etc.

« That Justice Be Done » (Que justice soit faite)
En 1945, les images de Dachau filmées par l’équipe de George Stevens sont intégrées dans un documentaire diffusé aux Etats-Unis, puis projeté à titre de preuve des crimes nazis devant le Tribunal militaire international de Nuremberg.

A peine entré en fonction, Robert H. Jackson, procureur général américain, mandaté par le président Truman d’instituer le Tribunal militaire international (TMI) qui jugera les dignitaires nazis, contacte la FPB afin d’obtenir les images filmées à titre de preuves, de faire filmer le procès et d’en expliquer les enjeux.

Ray Kellogg, John Ford et George Stevens signent un affidavit – déclaration sous serment – affirmant solennellement que les images qui vont être montrées au TMI sont vraies.

La vie de ces trois cinéastes est bouleversée par la découverte des camps, les horreurs du nazisme, la vision empathique des victimes. The Big Red One (1980) de Samuel Fuller est largement inspirée de ses années de guerre dans cette division. Dans George Stevens, A filmmaker’s Journey, documentaire de George Stevens Jr sur la vie de son père, apparaît l’influence de l’engagement dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale dans son œuvre, notamment dans son refus du racisme (Géant, 1956) et de l'antisémitisme (Le Journal d'Anne Frank, The Diary of Anne Frank, 1959).

Pour la première fois, les images du camp de Dachau sont présentées dans l’ordre chronologique de leur tournage. Elles sont présentées avec les fiches remplies par les opérateurs et des comptes rendus d’un des écrivains recrutés par George Stevens. Le comédien Mathieu Amalric lit des extraits de ces récits qui commentent des images.

Grâce à la collaboration de l’Academy of Motion Pictures, Arts and Sciences et de la Lilly Library (Université de Bloomington, Indiana), et la participation de Christa Fuller, George Stevens Jr. et Jerry Rudes, le Mémorial montre pour la première fois en France un ensemble souvent inédit de documents d’archives, de films et de photographies qui décrit une « expérience vécue à la première personne, en même temps que transmise en héritage aux générations d’après ».

Interviewés, les trois cinéastes répondent avec modestie sur leur travail, la guerre.

Complétant des images, l’acteur Jean-François Stévenin lit des textes de John Ford et de Joseph Kessel.

Parmi les films projetés dans le cadre de l’exposition, Memory of the camps, documentaire de Sidney Bernstein. Un documentaire réalisé en 1945 à l’initiative du ministère britannique de l’information et du Bureau de renseignements de guerre américain, monté mais alors non distribué. Pour éviter toute contestation des images filmées des camps, le réalisateur Alfred Hitchcock avait donné pour consigne de filmer en panoramique : la caméra pivote sur son axe en un plan-séquence, sans coupure, sans montage. Ce film restauré a été diffusé. Il est le thème de « Images de la libération des camps. Chronique d’un film inachevé » (Night Will Fall ; Hitchcoks Lehrfilm für die Deutschen ), documentaire d'André Singer (2014).

Paris-Match a publié le témoignage de Samuel Fuller sur le débarquement en Normandie du bataillon de la 1ère division d’infanterie américaine dans laquelle il servait.

Histoire diffusa les 21, 25 et 28 novembre, 2, 7, 12 et 15 décembre 2015 De Hollywood à Nuremberg, documentaire de  Christian Delage. "Avant l'entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, John Ford, réserviste de la Navy, y crée la Field Photographic Branch. Quelques semaines avant Pearl Harbor, Ford a déjà formé une soixantaine de techniciens. Après avoir couvert la campagne nord-africaine, George Stevens se voit confier par le général Eisenhower la mission de rassembler une équipe en vue d'immortaliser le débarquement : ce sera la Special Coverage Unit. John Ford et George Stevens, deux cinéastes confirmés, vont filmer la guerre, de la bataille de Midway à Nuremberg, en passant par la fureur du débarquement de Normandie et l'horreur des camps. Le jeune Samuel Fuller, engagé dans les forces américaines, se fait envoyer une caméra par sa mère. Se souvenant de son premier métier de journaliste, il filme lui aussi".

Du 27 août 2017 au 30 avril 2018
Au Los Angeles Museum of The Holocaust 
100 S. The Grove Dr. 
Los Angeles, California 90036
T (323) 651-3704 
Du lundi au jeudi de 10 h à 17 h, le vendredi de 10 h à 14 h, les samedis et dimanches de 10 h à 17 h

Du 16 février au 3 août 2017
Au Dallas Holocaust Museum 
211 N. Record St. Suite 100 Dallas, TX 75202-3361
Tel.: (214) 741-7500
Du lundi au vendredi de 9 h 30 à 17 h. Samedi et dimanche de 11 h à 17 h

Du 29 août 2016 au 16 janvier 2017
111 South Royal Street. Mobile, Alabama 36602
Tel. : 251-208-7569
Du lundi au samedi de 9 h à 17 h. Dimanche de 13 h à 17 h

Du 6 mai au 20 novembre 2015
A l'Atlanta History Center 
130 West Paces Ferry Road NW. Atlanta, GA 30305. USA
Phone: 404.814.4000
Du lundi au samedi de 10 h à 17 h 30, dimanche de 12 h à 17 h 30.

Du 22 mars au 14 octobre 2012
Au Museum of Jewish Heritage
Edmond J. Safra Plaza. 36 Battery Place. New York, NY 10280
Tél. : 646.437.4202 
Du dimanche au mardi, et le jeudi de 10 h à 17 h 45. Le mercredi de 10 h à 20 h. 

Jusqu'au 14 novembre 2010
Au Château Royal de Blois
41000 Blois - FRANCE
Tél. : 02 54 90 33 32

Jusqu’au 31 août 2010
17, rue Geoffroy l'Asnier. 75004 Paris
Tél : 01 42 77 44 72
Tous les jours, sauf le samedi, de 10h à 18h, et le jeudi jusqu'à 22h
Exposition et musée : entrée libre

Visuels de haut en bas :
Photographie de cadavres gisant dans un wagon, prise par un opérateur de la SPECOU, Dachau, 2 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie

Le caporal Samuel Fuller, Normandie, 1944
© Chrisam Films

Rapport de prise de vues, « Atrocités », Dachau, 3 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie

En 1957, George Stevens à Dachau, 1957
© Academy of Motion Pictures, Los Angeles

John Ford pendant le tournage de That Justice Be Done, été 1945
© National Archives, Washington DC

Trame narrative, “Dachau-Premier service religieux juif“, Ivan Moffat, Dachau, 6 mai 1945
© Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie
Les citations sont extraites du dossier de presse.

Cet article a été publié une première fois le 27 août 2010, republié le :
- 27 octobre 2010 lors de la présentation de l'exposition au château royal de Blois, à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2010 ;
- 27 septembre 2012, 1er octobre et 11 novembre 2013, 14 février et 20 mars 2014 à l'approche de la diffusion du documentaire De Hollywood à Nuremberg sur la chaîne Histoire les 1er, 4, 18, 20 et 22 octobre 2012, 2 et 1er octobre 2013, 12 novembre 2013 à 1 h 20, 16 et 24 février, 20 et 31 mars 2014.POWERFUL VIDEO: The Liberation Of The Dachau Concentration Camp Posted on 1/8/2014 by Eliyokim Cohen
- 9 juin 2014 ;
- 29 avril 2015. Les 29 avril, 1er, 7, 13, 19 et 25 mai 2015, Histoire diffusa De Hollywood à Nuremberg, documentaire de  Christian Delage. "Avant l'entrée en guerre des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, John Ford, réserviste de la Navy, y crée la Field Photographic Branch. Quelques semaines avant Pearl Harbor, Ford a déjà formé une soixantaine de techniciens. Après avoir couvert la campagne nord-africaine, George Stevens se voit confier par le général Eisenhower la mission de rassembler une équipe en vue d'immortaliser le débarquement : ce sera la Special Coverage Unit. John Ford et George Stevens, deux cinéastes confirmés, vont filmer la guerre, de la bataille de Midway à Nuremberg, en passant par la fureur du débarquement de Normandie et l'horreur des camps. Le jeune Samuel Fuller, engagé dans les forces américaines, se fait envoyer une caméra par sa mère. Se souvenant de son premier métier de journaliste, il filme lui aussi" ;
- 20 novembre 2015, 29 août 2016, 17 janvier 2017.

1 commentaire:

  1. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


    http://www.radio-alpes.net/playerra/?reportage=7946

    RépondreSupprimer