mardi 3 mai 2016

« Mein Kampf, c’était écrit » et « Mein Kampf, histoire d'un livre » par Antoine Vitkine


De son enquête sur l’histoire de Mein Kampf (Mon combat) d’Adolf Hitler, Antoine Vitkine a tiré un essai passionnant Mein Kampf, histoire d’un livre (2009) et un documentaire remarquable Mein Kampf, c’était écrit (2008). Mein Kampf, un best-seller dès sa publication en 1925. Un livre antisémite où Hitler annonçait sa diplomatie belliqueuse – guerre contre la France et l’Union soviétique, annexion de l’Autriche - et la politique qu’il mènera (1933-1945) : régime totalitaire, eugénisme, lois raciales, destruction des Juifs. Le 1er janvier 2016, Mein Kampf est entré dans le domaine public. Les éditions Fayard envisagent de publier une édition commentée. Le Conseil central des Juifs allemands a donné son accord. Les 3 et 12 mai 2016, Arte diffusera "Mein Kampf", manifeste de la haine ("Mein Kampf". Das Gefährliche Buch), documentaire de Manfred Oldenburg.



C’est une enquête passionnante, et inédite pour sa partie postérieure à 1945, que nous livre Antoine Vitkine, journaliste et réalisateur de documentaires, notamment de « Ronald Reagan, l'enfance d'un chef » (2009).

De son documentaire passionnant Mein Kampf, c’était écrit, Antoine Vitkine a tiré son essai Mein Kamf, histoire d’un livre dans lequel il retrace la naissance en 1924, le succès planétaire et à ce jour et le destin de ce pamphlet allemand antisémite appelant à la destruction des Juifs. 

Un but mis en oeuvre par le IIIe Reich du führer Hitler lors de la Shoah.

Un best-seller de la haine antisémite
L’auteur retrace la trajectoire méconnue du livre écrit en 1924 par Hitler, « le chef d’un parti ultranationaliste et raciste, adepte de la violence, tribun populiste », et une équipe hétéroclite dans la cellule de la prison de Landsberg, petite ville de Bavière, après la tentative ratée de putsch de la Brasserie ou putsch de Munich (8 novembre 1923) contre la jeune démocratie allemande. Un livre publié par Eher-Verlag.

Exsudant l’obsession haineuse des Juifs, ce livre politique à l’idéologie radicale, « une conspiration en plein jour » (Alexandre Koyré), rend millionnaire Hitler et le consacre comme führer d’un parti nationaliste raciste.


Son succès – environ 290 000 exemplaires vendus dès avant 1933 année de l’avènement du nazisme en Allemagne - est lié aux difficultés politiques et économiques de l’Allemagne de Weimar, dans une population choquée par la défaite militaire en 1918. Hitler « formule un vrai projet politique dément... Il appelle à la destruction des Juifs » rendus responsables de tous les échecs de l'Allemagne et des siens.


Si des intellectuels manifestent une rare clairvoyance, des églises, partis politiques et syndicats privilégient des lectures ciblées, sans vue d’ensemble, s’en désintéressent, le sous-estiment ou se perdent en spéculations : Hitler fera-t-il ce qu’il a écrit ?

De 1925 à 1945, Mein Kampf est diffusé à 12,45 millions d’exemplaires en Allemagne, soit un foyer sur deux - remis aux jeunes mariés par les mairies, son achat conseillé aux bibliothèques publiques et aux fonctionnaires, cité dans les manuels scolaires, distribué par les usines Krupp aux bons ouvriers - et à des centaines de milliers dans une vingtaine de pays, dont ceux du monde musulman. Et traduit en 16 langues.


« Le film explique bien qu'il a été plus lu qu'on ne le pensait jusqu'à maintenant. Il permet de distinguer entre lire et comprendre d'une part, et entre comprendre et être capable de prévoir ce qu'il allait se passer d'autre part », déclare Antoine Vitkine en avril 2008. Et de montrer un film de propagande, des annonces publicitaires promouvant ce livre édité aussi en... braille pour une diffusion la plus large possible.

Les passages sur la politique étrangère sont censurés par l’éditeur munichois négociant les traductions, dont celles en français (1934) et en arabe (1934).


Dès 1934, Fernand Sorlot, un éditeur farouchement anti-allemand et proche de l'extrême droite maurrassienne, publie une première traduction sans en avoir les droits », par les Nouvelles éditions latines. Son but : « alerter l'opinion française sur les visées revanchardes du nouveau chancelier allemand (son antisémitisme virulent ne suscitant, lui, aucun émoi particulier). Aussitôt, Hitler attaque l'éditeur pour violation du droit d'auteur et gagne son procès. Derrière cette bataille juridique se cache une réalité politique et militaire : l'Allemagne n'est pas encore prête à faire la guerre et il ne faut pas dresser trop tôt les Français contre elle. 

L'entreprise de séduction se poursuivra avec la publication, à la fin des années 1930, d'un "faux" Mein Kampf prônant la paix et totalement expurgé des passages antifrançais. Lorsque les véritables intentions d'Hitler se révéleront, en 1939, il sera trop tard ». 

Après les accords de Munich (30 septembre 1938), à l’initiative des milieux nazis français, Fayard édite une version sans les passages hostile aux Français dans une version intitulée Ma doctrine. La LICA (Ligue internationale contre l’antisémitisme) diffuse 5 000 exemplaires de Mon Combat, donc dans sa version intégrale (700 pages), notamment auprès des parlementaires français. Un livre inscrit sur la première liste Otto des ouvrages interdits à la vente.

Parmi les lecteurs de la version intégrale en anglais commercialisée en 1939 : Roosevelt, Staline, Churchill, Charles de Gaulle, Eugenio Pacelli, futur pape Pie XII, et David Ben Gourion.

Mein Kampf est évoqué dans la propagande des Alliés en faveur de l’effort de guerre, et présenté comme preuve à charge contre les Nazis par le tribunal de Nuremberg (1945-1946).

Le livre d’Antoine Vitkine est parcouru par deux questions : Mein Kampf aurait-il pu – dû – prévenir le monde de la menace qu’Hitler faisait courir à l’humanité ? Les idées du livre sont-elles encore vivantes ?

Mein Kampf, histoire d’un livre montre le rôle de cet ouvrage dans l’accès au pouvoir d’Hitler, pourquoi tout son programme annoncé n’a pas constitué l’avertissement empêchant toute l’horreur à venir, pourquoi Hitler a tenté de dissimuler son livre et fait publier un faux en France.

Antoine Vitkine en tire sept conclusions : ne pas « sous-estimer les projets politiques fanatiques et violents » ; ne pas voir la réalité contemporaine au travers du prisme des années 1930 ; l’inaction des autorités politiques ne tient pas à la méconnaissance du livre, mais au manque de volonté ; le nazisme a utilisé les failles et faiblesses de la démocratie ; ce livre est le « trait d’union entre Auschwitz et l’antisémitisme européen ». Mein Kampf nie la démocratie, les libertés et principes fondamentaux, et mieux vaut le décoder que l’interdire car il « contient en lui son antidote ».

Diffusion internationale
L’enquête d’Antoine Vitkine mène du Paris d’avant-guerre aux librairies turques modernes, via les milieux néo-nazis.  

Mein Kampf se vend dans le monde, notamment en France (jugement en 1979 imposant d’inclure un texte avertissant des crimes commis au nom du livre) et au Japon sous la forme d’un manga Waga Toso par East Press (2009), avec des résonances différentes (Inde), et est consultable sur Internet. En mars 2012, il a été publié pour la première fois en albanais par la maison d'édition Belina H, en « avertissement pour les générations futures, pour que de telles folies ne se répètent plus »A noter : ce pamphlet aurait été distribué en Corée du Nord à l'initiative du dictateur Kim Jong-un. 

Dédicacé par Hitler à Georg Maurer, un exemplaire d’une des premières éditions (1925) de Mein Kampf a été vendu, le 13 août 2009, à Ludlow, dans l'ouest de l'Angleterre, pour 21 000 livres (24 000 euros).

Mein Kampf a été en vente en 2013 à la Maison de la presse de Berck-sur-mer (Pas-de-Calais). Celle-ci a cessé de le vendre le 27 juin 2013 en raison de la campagne menée notamment par la Ligue des droits de l'homme.  


En août 2013, Facebook a listé Mein Kampf à un Internaute du Territoire de Belfort parmi les livres suggérés lors d'une recherche sur Philippe Kerr. Facebook a décidé de retirer ce livre de ses recommandations.

Selon Vocativ, ce livre remporterait un succès dans sa version e-book, sur Amazon et sur iTunes (12e et 15e rang). Selon une étude publiée en janvier 2014, les deux facteurs explicatifs de ce succès sont "la crise économique et le goût de l'interdit".

Le 27 février 2014, deux exemplaires de Mein Kampf, signés par l’auteur, dédicacés en 1925 et 1926 à Josef Bauer, qui avait participé à la tentative de putsch à Munich (1923) et estimés 25 000 dollars, ont été vendus  pour environ 65 000 dollars par la maison d’enchères Nate D. Sanders Auctions à Los Angeles (Etats-Unis).

Après l’indignation  du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) et du BNVCA  à la mi-avril 2014, et à l’initiative d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et du Conseil des ventes volontaires (CVV), « établissement d’utilité publique créé en 2000, autorité de régulation du secteur des ventes publiques veillant au respect de la réglementation et doté d’un pouvoir disciplinaire sur les opérateurs  », la vente prévue le 26 avril 2014 à Paris d’une quarantaine d’objets nazis, dont certains revêtus de la croix gammée, ayant appartenu à Hitler et Goering avait été annulée

La maison d’enchères Pierre Bergé & associés  avait prévu de mettre en vente, le 16 mai 2014, à la salle Drouot, un exemplaire de Mein Kampf  daté de 1925, illustré par un portrait d’Hitler, appartenant à la collection de Philippe Zoummeroff, industriel retraité, et estimé entre 3 000 euros et 4 000 euros. 

Le 6 mai 2014, le BNVCA (Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme) avait exhorté cette maison d’enchères à retirer cet exemplaire présenté dans le catalogue « comme s'il s'agissait d'un objet d'art, écrit par un poète ou un membre de l'Académie française », alors qu'« Hitler est avant tout un criminel contre l'humanité, un assassin ». 

Le 7 mai 2014, ce collectionneur et la maison d’enchères Pierre Bergé & associés ont renoncé  à vendre cet exemplaire. 

Le CVV a considéré que la vente aux enchères "ne serait pas le cadre approprié" de cet ouvrage « sensible ». "Ce n'est pas la même chose de vendre aux enchères publiques ou de gré à gré à un musée historique. Dans le premier cas, on ne sait pas si l'on vend à des historiens, des scientifiques ou des dingues », a déclaré Catherine Chadelat, présidente du CVV au Figaro

Agé de 84 ans, « converti au catholicisme en 1940, Philippe Zoummeroff est né juif... d'un père tchétchène pêcheur de perles et d'une mère « fantastique ». Mécène, il est membre de l'Association française de criminologie et administrateur de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Le 12 mai 2014, il a déclaré au Figaro : « On a tort d'interdire la vente aux enchères de Mein Kampf. Pierre Bergé a affirmé qu'il ne comprenait pas que ce livre mythique ait été retiré, étant donné que c'est une preuve de ce qu'était déjà Hitler en 1925 et, par conséquent, de tout ce qui pouvait advenir au peuple juif. Le maréchal Lyautey lui-même avait déclaré : “ Il faudrait que tous les Français lisent Mein Kampf, pour montrer l'horreur ! ” C'est un plaidoyer monstrueux que personne ne devrait ignorer. Cela appartient à l'histoire. Mais on trouve Mein Kampf partout! Il y en a dix éditions à la Fnac. Celui de ma collection est en allemand. On me dit que je cultive l'atroce. Mais je le fais pour le combattre! Vous ne pouvez pas combattre ce que vous ne connaissez pas ».


Vice-présidente de Sotheby's, Anne Heilbronn s'est indignée de la polémique qui entache la vente aux enchères du collectionneur Philippe Zoummeroff, " humaniste... dont l'honnêteté morale ne peut absolument pas être remise en cause. C'est dans cette démarche du souvenir et du témoignage qu'il a collectionné les pires traces de l'histoire, afin d'en comprendre ou d'en prévenir les répétitions. C'est dans cette optique que Mein Kampf figure dans sa collection comme le texte fondateur du plus grand crime contre l'humanité ».
     
Droits d'auteur
Diffusé ce 27 juin 2014 par Channel 5The Hunt for Hitler's Missing Millions, documentaire britannique de Virginia Quinn, évalue la fortune d'Hitler à plus de cinq milliards de dollars (environ 3,7 milliards d'euros). Un trésor secret amassé grâce aux revenus issus des droits d'auteur sur Mein Kampf - Hitler percevait des royalties sur chaque exemplaire du livre remis gratuitement aux couples venant de se marier - et sur son image imprimée par exemple sur les timbres allemands, ses apparitions et discours rémunérés et son refus bien avant son accession au pouvoir en janvier 1933 de payer les impôts. La documentariste a interviewé Herman Rothman, Juif allemand ayant servi lors de la Seconde Guerre mondiale dans les services de renseignements britannique. Après le suicide d'Hitler dans son bunker berlinois le 29 avril 1945, l'unité de contre-espionnage d'Herman Rothman a repéré un homme en vêtements civils qu'elle a suspecté être un Nazi en fuite tant il marchait rapidement. Un des collègues de Rothman, qui était tailleur dans la vie civile, a détecté une coupe inhabituelle dans la veste de cet individu et qui s'est avérée contenir un document de sept pages constituant le testament et les dernières volontés d'Hitler. Rothman put traduire immédiatement ce document composé de deux sections : la première était une diatribe contre les Juifs les rendant responsables du déclenchement du conflit, la seconde tentait vainement de dissimuler l'étendue de la richesse d'Hitler, investisseur cupide, avisé et bien conseillé
  
Le gouvernement de Bavière détient les droits d’auteur de Mein Kampf et avait interdit de nouvelles publications.  Les droits d’auteur tombant dans le domaine public en 2015, Mein Kampf pourra alors être librement réédité.

En 2009, une édition critique était prévue en Allemagne, avec l’accord du Conseil central des Juifs allemands (CCJA) et du Land de Bavière. Une édition qui a suscité une polémique.


« L’annonce d’une édition critique de l’unique livre publié par Hitler, à condition qu’elle soit établie par les meilleurs spécialistes internationaux de l’hitlérisme, doit être reçue comme une bonne nouvelle. Sur un épisode d’une telle importance dans l’histoire du XXe siècle, sur cette catastrophe sans précédent, on ne saurait plus longtemps considérer que l’ignorance est un argument, ni que le savoir approximatif est suffisant », a écrit l’historien Pierre-André Taguieff, en septembre 2009.

Le 25 janvier 2012, un tribunal de Munich a interdit la publication d’extraits du livre, assortis de commentaires et d’analyses scientifiques, par revue Zeitungszeugen [Journaux témoins] éditée par l’éditeur britannique Peter McGee. Une interdiction confirmée en appel en mars 2012 au motif que le « projet servirait les écrits du dictateur ».

« La presse s’est récemment faite l’écho de la possibilité que Mein Kampf se retrouve en libre-service dans les librairies romandes… Mein Kampf serait ainsi traité comme une banale production littéraire. Chacun s’accordera sur le fait que tel n’est pas le cas… Certains libraires opteraient aujourd’hui pour le mercantilisme, au détriment du sens de la responsabilité et de l’éthique. Interrogé par Le Matin, le Directeur d’une enseigne de librairies suisses déclare : « si le débit est important, j’incite à le vendre. Le livre est là en tant qu’objet commercial », estimant parallèlement que le lecteur est adulte. Contrairement à cette analyse quelque peu simpliste, il est bon de rappeler que tous les lecteurs ne sont pas adultes. Ainsi, confronter de jeunes enfants ou adolescents à un tel ouvrage sans accompagnement est parfaitement irresponsable », écrit le 17 avril 2012 la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation, inquiète de l’absence de « restriction » et « d’encadrement ».


Et de proposer « trois mesures d'accompagnement aux libraires qui désirent diffuser cet ouvrage :
-    ajouter une signalétique indiquant que le contenu de l’ouvrage incite à la haine, au crime et à la discrimination raciale.


-   indiquer une limite d’âge sur chaque exemplaire et contrôler l’âge des jeunes acquéreurs. Cette limite serait déterminée par la CDIP (Conférence des Directeurs Cantonaux de l’Instruction Publique), organe qui coordonne au plan national les actions des cantons dans les domaines de l’éducation et de la culture.


-  remettre systématiquement à chaque acquéreur un exemplaire de la brochure « Auschwitz », éditée par la CICAD en 2004 et dont la rédactrice, Sabine ZEITOUN, historienne spécialisée sur la Seconde guerre mondiale… La CICAD mettra gracieusement à disposition des libraires les exemplaires nécessaires ».



La CICAD conclut : « Ces recommandations [visent à] contribuer à la prévention du racisme et d’éviter de favoriser la diffusion de la haine. Le livre n'est pas une simple marchandise ni le libraire un simple marchand ! »



Le 24 avril 2012, l'Etat de Bavière a annoncé que Mein Kampf sera prochainement réédité en une version commentée


Les 15 et 18 décembre, 5 janvier, 3 et 12 mai 2016, Arte diffusera "Mein Kampf", manifeste de la haine ("Mein Kampf". Das Gefährliche Buch), documentaire biaisé de Manfred Oldenburg. Un documentaire qui débute par les migrants, l'hostilité qu'ils suscitent, puis cite Hitler sur la haine des étrangers. Aberrant.


"Le 1er janvier 2016, près de soixante et onze ans après la mort d’Adolf Hitler, Mein Kampf tombera dans le domaine public. Faut-il pour autant republier ce "texte fondateur" du nazisme ? Rédigé en prison à la suite du putsch manqué de 1923, le "texte fondateur" du nazisme, à la fois autobiographie, manifeste et programme politique, expose sur plus de 700 pages l’esprit de revanche, la haine obsessionnelle des juifs et la volonté d’expansion de son auteur". 

"Depuis 1946, le ministère des Finances de Bavière, qui en détenait les droits d’auteur, avait empêché la publication du pamphlet. Dans une Europe où s’exacerbent les crispations identitaires et la xénophobie, le dilemme est réel : Mein Kampf demeure-t-il dangereux ? Faut-il interdire sa publication au motif d’incitation à la haine raciale, comme le voudraient certains représentants de la communauté juive, ou en diffuser une édition commentée, qui en déconstruirait l’idéologie mortifère ? À l’heure d’Internet, le texte est facilement accessible, et une interdiction pourrait avoir l’effet inverse de celui escompté. Depuis 2012, une équipe d’historiens allemands planche sur cette réédition hautement sensible. Ce documentaire explore l’histoire de la diffusion de l'ouvrage, en Allemagne comme en France, des questions que soulève ce pamphlet tristement célèbre, objet de controverses et de fantasmes, et se penche sur son contenu encore mal connu, pour dissiper certains des mythes et des tabous qui l’entourent".

L'École de droit de Sciences Po a organisé la conférence-débat "Mein Kampf, le droit d'auteur en moins : un dilemme de liberté d'expression", le 18 février 2014, de 19 h 15 à 20 h 30 à l'amphithéâtre A. Caquot en s'interrogeant : "Quelle(s) attitude(s) adopter face à des ouvrages antidémocratiques, racistes, incitant à la violence ? Quel droit d'auteur pour la haine ? Quelle liberté d'expression pour l'appel au crime ?" Il est curieux que soient absents du texte de présentation les termes "antisémitisme" et "génocide". 

En juillet 2014, The New York Times a publié des articles relatifs à cette republication.

Le 1er janvier 2016, Mein Kampf est entré dans le domaine public, et a été réédité en Allemagne. Le 30 janvier 1980, la Cour d'appel de Paris avait imposé que l'éditeur le publiant y intègre un avertissement sur les horreurs commises en application du livre. Le 7 mai 2015, Libération a publié une tribune sur la nécessité d'un tel avertissementLe Conseil central des Juifs allemands a donné son accord pour cette republication accompagnée de notes.


Un succès dans des pays musulmans
Dans son essai, Antoine Vitkine évoque l’accueil de Mein Kampf dans le monde musulman dans les années 1930 et 1940, mais peu l’attrait pour l’antisémitisme de Mein Kampf et sa diffusion après guerre par les Nazis abrités par les pays arabes  ou/et musulmans.

Mein Kampf est un « bréviaire grand public » en Turquie. Ce bréviaire nazi rallie aussi les islamistes qui prisent son antisémitisme.

« Il faut comprendre ce qui se joue derrière le succès de Mein Kampf dans le monde Arabe. Dans le monde Arabe, c'est ancien, puisque c'est le Grand Mufti Husseini qui dans les années 1930 publie la première traduction d'extraits de Mein Kampf », a déclaré Antoine Vitkine en avril 2008.

Et d'expliquer : « Il y a deux raisons principales qui expliquent la présence de Mein Kampf dans le monde arabe. D'abord c'est un contre-symbole adressé à l'Occident, c'est le symbole de ce que l'Occident rejette et c'est donc un moyen de rejeter l'Occident. La deuxième raison c'est que c'est le symbole de l'extermination des Juifs par les nazis, et que de la part d'opinions publiques foncièrement hostiles à Israël, c'est une manière, sans doute provocatrice, de se situer par rapport à Israël. Mais je dois dire que j'ai été très surpris quand même. 

Je ne le raconte pas dans le film, mais je suis allé en Turquie cet été, et je me suis rendu compte que ceux qui achetaient Mein Kampf ne le faisaient pas uniquement par provocation. Dans de nombreux cas le livre était vraiment lu, peut-être pas intégralement, mais il était compris, son message était entendu. Une autre raison qui fait que Mein Kampf a du succès en Turquie, c'est que c'est un symbole ultra-nationaliste : « tout pour sa patrie, sa race ». Le message ultra-nationaliste très agressif qui fait qu'on se définit contre le reste du monde, cela peut séduire. Le monde musulman est aujourd'hui traversé par cette tentation de repli identitaire, et évidemment dans ce contexte là, Mein Kampf et l'idéologie national-socialiste constituent un modèle. Voilà, cela ne veut pas dire forcément qu'on adhère à tout et qu'on veut exterminer les Juifs, mais le modèle ultra-nationaliste existe toujours. En Russie, la logique est la même. L’idéologie contenue dans Mein Kampf a une part intemporelle, et c'est pour ça que s'intéresser à Mein Kampf aujourd'hui, c'est s'intéresser au monde actuel ».


En 2011, un megastore Virgin au Qatar l'a bien placé en tête de gondole comme livre recommandé par cette enseigne.


La même année, ce livre était aussi en vente au Bahreïn.


Le 30 août 2013, un exemplaire du livre traduit en arabe était posé dans la vitrine de la librairie en face de la Grande Poste d'Alger, au centre de la ville.


En novembre 2013, le Salon des livres à Sharjah (Emirats arabes unis), organisé par le Département de la Culture et de l'Information du gouvernement émirati, a proposé, du 6 au 16 novembre 2013, à la vente Mein Kampf, entre autres livres antisémites. Ce livre était classé dans la rubrique "Connaissance générale".


Le 24e Salon international du livre d'Abu Dhabi (30 avril-5 mai 2014), dont le "partenaire culturel" est le département d'Etat américain, a présenté notamment Mein Kampf.

Écrivain égypto-allemand, Hamed Abdel-Samad a déclaré le 21 mars 2016 : "Quand j'étudiais au Caire, deux des livres les plus populaires que je lisais dans les bibliothèques et dans les rues étaient Mein Kampf de Hitler, qui était interdit en Allemagne à cause de son racisme, et Les Protocoles des Sages de Sion, qui est un faux. Sans même vérifier, nous l'acceptons comme un fait historique. C'est l'un des premiers livres à avoir été traduit en arabe à l'époque moderne. Il est honteux qu'avant de traduire Kant, Spinoza, Descartes, Rousseau, John Locke, ou David Hume, les maîtres des Lumières, nous avons traduit le faux intitulé Les Protocoles des Sages de Sion, afin de l'utiliser comme carburant à notre haine des Juifs. Savez-vous quand Les Protocoles ont été traduits en arabe ? En 1929 - avant que l'Etat d’Israël a été créé et avant que quiconque ait pensé à cela... Cette haine [des Juifs] nous empoisonne".


Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre. Ed. Flammarion Lettres, coll. EnQête, 2009. 350 pages. 21 euros. ISBN : 978-2081210516

Mein Kampf, c’était écrit d’Antoine Vitkine
France, 2008, 56 minutes, Arte F
Diffusions le :
-  3 avril 2012 à 23 h 40 par Arte ;
- 23 janvier 2014 à 15 h 20 et 26 janvier 2014 à 12 h 45 par Toute l'Histoire

Visuels de haut en bas : © DR

La prison de Landsberg hier et aujourd’hui
Mein Kampf de Hitler
Publicité pour Mein Kampf de Hitler
© Heinrich Hoffmann

Articles sur ce blog concernant :
Cet article est la version détaillée d'un article commandé par L'ArcheIl a été modifié le 6 mai 2016.
Il a été republié le :
- 17 avril 2012 et le 25 août 2012 à l'approche de la diffusion par Arte, les 27 et 29 août 2012, de Mein Kampf-George Tabori d'Urs Odermatt, le 27 août 2013, le 24 novembre 2013 et les :
- 12 janvier, 15 février, 8 mai et 27 juin 2014, 14 mai et 4 novembre 2015.

1 commentaire:

  1. Merci beaucoup pour votre article.

    Nous nous permettons néanmoins d'ajouter que notre association, l'Initiative de Prévention de la Haine (dont Monsieur Vitkine est d'ailleurs signataire), a entamé depuis plusieurs années une réflexion précisément sur le même sujet, et notamment relativement à la tombée de Mein Kampf dans le domaine public en 2016.

    A cet égard, nous proposons en particulier l'adoption généralisée d'un dispositif similaire à celui actuellement en vigueur s'agissant de l'édition française de Mein Kampf.

    Nous sommes également à l'origine d'une proposition de résolution parlementaire, articulée autour de cinq propositions principales, à savoir :

    - encourager les éditeurs à offrir un appareil critique et pédagogique au devant de textes incitatifs aux crimes tels que Mein Kampf ;
    - encourager les opérateurs et éditeurs à utiliser une signalétique (logo) indiquant que le contenu d'un ouvrage qu'ils proposent au public comprend un discours de haine incitant au crime et à la discrimination raciale ;
    - encourager les opérateurs et éditeurs à apposer une signalétique (logo) pour garantir que leur site, édition, plateforme sont dépourvus de contenu haineux et incitatif au crime et à toute forme de discrimination raciale ;
    - encourager les éditeurs de contenus haineux dotés d'un appareil critique à s'abstenir de tirer profit de l'édition de tels contenus ;
    - créer un Observatoire de prévention de la haine (réseau informel d'experts) afin de réfléchir en toute indépendance aux questions relatives à la diffusion de la haine, et en premier chef sur Internet.

    Nous avons d'ailleurs contribué, il y a trois semaines, à un colloque à ce sujet sous l'égide du Conseil de l'Europe à Strasbourg.

    Pour retrouver davantage d'informations sur nos propositions et réflexions, nous vous invitons à consulter notre site Internet : http://hateprevention.org (et espérons vous compter prochainement parmi nos signataires).

    Bien à vous,

    David Alexandre
    Délégué Général - Initiative de Prévention de la Haine

    RépondreSupprimer