Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 26 août 2022

« Marcel Proust. Du côté de la mère »

Le musée d’art et d’histoire du Judaïsme (mahJ) propose l’exposition passionnante « Marcel Proust. Du côté de la mère ». 
Auteur d’« À la recherche du temps perdu » (1913-1927), Marcel Proust (1871-1922), dont la mère Jeanne Weilétait est issue d’une famille bourgeoise israélite française d’origine alsacienne, s’est intéressé à l’histoire d’Esther et au Zohar, a imprimé à la structure de ses manuscrits une forme rappelant celle du Talmud, a intégré des personnages juifs à la Recherche, a brossé dans son grand œuvre un tableau de la France des salons littéraires parisiens et de lieux de villégiatures, de l’antisémitisme – Affaire Dreyfus - dans la France à la charnière des XIXe et XXe siècles. L’exposition montre aussi l’accueil critique de ses romans dans les revues sionistes des années 1920.

Raymond Aron (1905-1983) 
« ENS : L'école de l’engagement à Paris » par Antoine de Gaudemar et Mathilde Damoisel
Archives de la vie littéraire sous l'Occupation 

« L’exposition « Marcel Proust, du côté de la mère » est la première manifestation en France présentant l’écrivain à travers le prisme de sa judéité, à l’occasion du centenaire de sa mort ». 

« Avec près de 230 peintures, dessins, gravures, ouvrages, documents — dont des œuvres majeures de Monet (l’un de ses peintres préférés), Rodin, Bonnard ou Vuillard, ainsi que des épreuves corrigées par l’auteur de Du côté de chez Swann et de Sodome et Gomorrhel’exposition aborde un aspect fondamental de la personnalité et de l’oeuvre de Marcel Proust (1871-1922) qui, à la disparition de sa mère, en 1905, se mit sérieusement au travail, porté par la pensée qu’il lui serait « si doux avant de mourir de faire quelque chose qui aurait plu à maman ». L’écriture de son grand oeuvre, À la recherche du temps perdu, l’accaparera dès lors jusqu’à sa mort. »

« Après avoir mis en lumière le lien de Proust avec sa famille maternelle, les Weil — israélites parfaitement intégrés à la bourgeoisie moderne de leur temps qui jouèrent un rôle important dans l’histoire des juifs de France —, l’exposition s’articule autour de plusieurs thèmes abordant les sociabilités de l’auteur, son engagement au moment de l’affaire Dreyfus, sa vision de l’homosexuel considéré comme un alter ego du juif, l’éclosion d’une modernité portée par des intellectuels et des artistes juifs au début du XXe siècle, ainsi que la question de la mémoire comme élément central de l’identité juive et de l’écriture de la Recherche ». 

« L’exposition évoque également les lieux qui ont marqué sa vie, sa participation à la Revue blanche, l’influence qu’eut sur lui l’écrivain anglais John Ruskin – dont Proust et sa mère traduiront La Bible d'Amiens et Sésame et les lys –, la structure des manuscrits proustiens rappelant celle du Talmud, son intérêt pour l’histoire d’Esther ou le Zohar, les personnages juifs de la Recherche, l’antisémitisme dans la France de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, ou encore la réception critique de ses ouvrages dans les revues sionistes des années 1920. » 

« À travers la judéité de l’écrivain, l’exposition révèle aussi cette « part juive », trop souvent ignorée, de la France du XIXe siècle, où les israélites purent accéder à tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle, dans un mouvement d’intégration sans précédent dans l’histoire et alors sans équivalent en Europe ». 

« L’exposition « Marcel Proust, du côté de la mère », bénéficie de prêts d’une trentaine d’institutions à l’étranger et en France, parmi lesquelles la BnF, le musée du Louvre, le musée Carnavalet, le musée Marcel Proust à Illiers-Combray, et de prêts exceptionnels du musée d'Orsay, ainsi que de généreux prêts de collectionneurs. » 

« Elle a été accompagnée d’un riche programme (rencontres, conférences, concerts, activités pour le jeune public, visites guidées et promenades hors les murs) ». 

Son catalogue est coédité par le mahJ et la Rmn – Grand Palais (272 pages, 39 €).
 
Le Commissariat est assuré par Isabelle Cahn, conservatrice générale honoraire des peintures au musée d'Orsay. Le Conseiller scientifique est Antoine Compagnon, de l'Académie française, professeur émérite au Collège de France. La coordination et recherches a été confiée à Dorota Sniezek, mahJ, la scénographie au Studio Matters, Joris Lipsch, et le graphisme aux Studio Matters, Floriane Lipsch-Pic. 

« Cette exposition bénéficie des prêts exceptionnels de la Bibliothèque nationale de France et du musée d’Orsay », et du soutien de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, de la direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France – ministère de la Culture, de la fondation Feldstein sous l’égide de la fondation du Judaïsme français, de la fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la fondation du Judaïsme français, de la fondation Rothschild – Institut Alain de Rothschild et de la fondation Pro mahJ ».


I. « Les Weil, une famille juive moderne » 
« Présents en Alsace au XVIIIe siècle, les Weil sont originaires du Wurtemberg. À la fin du siècle, Baruch Weil (1780-1828), arrière-grand-père de l’écrivain, dirige à Fontainebleau une fabrique de porcelaine réputée. Receveur (trésorier) puis président du comité de bienfaisance et vice-président du nouveau consistoire israélite de Paris, il est le circonciseur attitré de la synagogue de la rue Notre-Dame-de-Nazareth, premier lieu de culte consistorial édifié à Paris. Il se marie à deux reprises, donnant naissance à treize enfants. L’aîné de son second mariage, Nathan, dit Nathé (1814-1896), est le grand-père de Marcel Proust. Financier, commanditaire d’agent de change, il épouse en 1845 Adèle Berncastell (1824-1890), issue d’une famille juive originaire de Rhénanie. De leur union naît Jeanne Weil (1849-1905), la mère de Marcel ». 
« La famille Weil compte des industriels, des financiers, des avocats, un magistrat, un écrivain, un musicien, un architecte... Grand-oncle par alliance de Jeanne, éphémère ministre de la Justice en 1848 puis en 1870-1871, Adolphe Crémieux (1796-1880) restera célèbre pour le décret de 1870 attribuant la nationalité française aux juifs d’Algérie. Parfaitement intégrés à la bourgeoisie moderne de leur temps, francs-maçons et libres-penseurs pour certains, les Weil ont toutefois conservé des liens avec les institutions juives qu’ils soutiennent par des actes de philanthropie ». 
« Jeanne épouse en 1870 Adrien Proust, de quinze ans son aîné, brillant médecin originaire d’Eure-et-Loir, probable relation maçonnique de son père. Ils auront deux fils, Marcel et Robert (né en 1873) ». 

II – « Le laboratoire de l’écriture » 
« Dès l’âge de dix-sept ans, Proust collabore à la Revue verte puis à la Revue lilas, fondées par ses condisciples du lycée Condorcet, établissement où se retrouvent les enfants de la bourgeoisie républicaine. Ses premiers écrits sont des études, des poèmes en prose et des nouvelles, dont certains sont publiés dans Le Banquet et dans La Revue blanche, avant de paraître en 1896 sous la forme d’un recueil intitulé Les Plaisirs et les Jours ». 
« Entre 1899 et 1906, Proust se passionne pour les textes de John Ruskin (1819-1900), critique d’art et esthète passionné d’architecture. Comme il maîtrise mal l’anglais, sa mère l’aide à traduire La Bible d’Amiens et Sésame et les lys. En 1900, ils se rendent ensemble à Venise, sur les traces de l’écrivain ». 
« Après la disparition de Jeanne Proust en 1905, Marcel se remet peu à peu au travail. À l’automne de 1908, il rédige Contre Sainte-Beuve, essai critique qui prend la forme d’une conversation avec la mère. Sa quête romanesque se poursuit par la rédaction de 75 cahiers d’écolier, remplis d’abord de fragments esquissant des épisodes romanesques, puis du manuscrit d’À la recherche du temps perdu ». 
« Proust consacre les dernières années de sa vie à la correction et à la réécriture de son roman. Ses manuscrits refondus et mis au propre, ainsi que les épreuves corrigées comportent de nombreux développements dans les marges dont la structure et la forme évoquent les transcriptions du Talmud avec leurs commentaires périphériques enserrant le texte ». 
« Proust connaît les textes juifs. Une note dans le Cahier 5, resté longtemps inédit, montre son intérêt pour le Zohar, le Livre des splendeurs. Cette oeuvre maîtresse de la Kabbale rédigée en Espagne au XIIIe siècle exprime un courant de pensée mystique et une méthode kabbalistique d’approche de la connaissance. Ses révélations présentent des analogies avec le concept de souvenir enfoui, surgissant de manière involontaire par une sensation que Proust développe dans la Recherche, processus qui représente l’essence même de sa démarche d’écrivain ». 

III – « Les mondes de Proust » 
« Proust accorde une importance majeure aux lieux qui, dans son oeuvre, sont souvent le décor transposé de situations connues ou observées dans la réalité. Ainsi, la maison d’Auteuil, où il est né et où il passe les fins de semaine chez son grand-oncle Louis Weil, celle d’Illiers, devenue la demeure de tante Léonie à Combray, les appartements du boulevard Malesherbes, de la rue de Courcelles et du boulevard Haussmann à Paris ont inspiré de nombreuses scènes de la Recherche. Isolé dans sa chambre tapissée de liège, Proust capte les rumeurs de la ville comme celles d’un organisme vivant. Sa position à distance du spectacle rappelle celle d’un Caillebotte observant les grands boulevards depuis la fenêtre de son appartement haussmannien ». 
« Les stations balnéaires de la côte normande – Trouville, Houlgate, Cabourg, Deauville –, où Proust séjourne régulièrement entre 1880 et 1914, constituent le décor d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs. L’atmosphère chic de ces villégiatures estivales est restituée dans les tableaux de Boudin, Monet ou Helleu. À Trouville, Proust fréquente Geneviève Straus, la mère de son ami Jacques Bizet, qui deviendra l’un des modèles de la duchesse de Guermantes. Les Hessel, les Aron ou encore Tristan Bernard passent leurs vacances à Amfreville en compagnie de Vuillard, que Proust rencontre en 1903. La petite société que forme sur la côte normande cette intelligentsia juive liée au monde de la culture et des affaires est évoquée avec ironie dans la Recherche, notamment à travers le personnage de Bloch, l’ami juif du narrateur ».

IV – « Esther ou la révélation » 
« Le Livre d’Esther lu au cours de la fête des Sorts (Pourim en hébreu) s’achève avec le triomphe de Mardochée et le sauvetage du peuple juif par la reine Esther. Le récit, émaillé de rebondissements, de revirements, d’inversions de positions sociales, bascule au moment de la révélation de l’identité de la reine Esther, qui avait caché sa judéité au roi Assuérus ». 
« Or, l’histoire d’Esther, dont le nom évoque le verbe hébreu lehastir, « cacher », occupe une place particulière dans la famille de Marcel. Jeanne Proust nourrit une grande admiration pour l’héroïne biblique, en particulier dans la version théâtrale créée en 1689 par Racine pour le pensionnat de jeunes filles de Saint-Cyr. En 1905, Sarah Bernhardt – qui inspire le personnage de la Berma dans la Recherche – monte Esther dans une mise en scène où, comme à Saint-Cyr, tous les rôles sont tenus par des femmes. La tragédie est accompagnée d’une musique de Reynaldo Hahn, que celui-ci interprète chez les Proust un soir d’avril 1905. La famille possède en outre un tableau de Frans Francken le Jeune représentant Esther et Assuérus, dont la composition évoque des saynètes de Pourim shpil jouées dans le monde ashkénaze lors de la fête de Pourim ». 
« À l’opposé des traits juifs de l’Esther de l’Ancien Testament, Proust associe le visage de la reine, dans Du côté de chez Swann, au portrait d’une dame de Guermantes figurant sur une tapisserie de l’église de Combray ». 

V – « Proust et l’affaire Dreyfus » 
« L’affaire Dreyfus est pour Marcel Proust non pas le moment de la révélation de sa judéité, mais celui de son engagement aux côtés des dreyfusards. Alors que son père est antidreyfusard et qu’il a tout à perdre en rejoignant les partisans du capitaine opposés à l’armée, à l’Église et aux milieux conservateurs royalistes, il se range aux côtés de sa mère. Dès le lendemain de la publication du « J’accuse » d’Émile Zola dans L’Aurore du 13 janvier 1898, Proust signe une protestation « contre la violation des formes juridiques » lors du procès de 1894. Son nom figure sur une pétition en faveur de la révision, aux côtés de ceux de son frère Robert et de ses amis Jacques Bizet, Daniel Halévy, Robert de Flers ou Élie Halévy. Il assiste au procès de Zola en février 1898, qu’il décrit dans Jean Santeuil comme une expérience émouvante et esthétique. Le 23 février, Édouard Drumont le désigne pour la première fois comme « juif » dans La Libre Parole, son quotidien antisémite ». 
« Proust fréquente plusieurs cercles dreyfusards comme le salon de Geneviève Straus, où il rencontre le journaliste et député Joseph Reinach, auteur d’une volumineuse Histoire de l’affaire Dreyfus publiée entre 1901 et 1911. Les deux hommes échangent une correspondance pendant l’été de 1899. Proust suit à distance le procès en appel du capitaine qui se tient à Rennes du 9 août au 9 septembre 1899. L’Affaire, qui aura pour conséquence la loi de séparation des Églises et de l’État, à laquelle Proust est hostile, occupe une place importante dans son oeuvre — elle est cité 256 fois dans la Recherche — comme révélateur de changements profonds dans l’ordre social ». 

VI – « Les personnages juifs dans la Recherche du temps perdu » 
« La place des juifs dans la société et l’antisémitisme sont omniprésents dans la Recherche. Le narrateur s’agace de l’antisémitisme de son grand-père, qui fredonne un air de La Juive de Fromental Halévy et Eugène Scribe devant ses camarades israélites. Plus loin, Proust décrit les tensions attisées par l’affaire Dreyfus. Les personnages que l’écrivain imagine représentent différentes facettes de l’identité juive, dans des situations contrastées et avec des comportements ambivalents ». 
« On a parfois reproché à Proust de traiter ses personnages juifs de manière caricaturale, voire antisémite. Mais leurs descriptions expriment certains préjugés de l’époque – vulgarité, avarice, servilité, arrivisme – et non l’opinion de l’écrivain. Parmi les stéréotypes figurent des remarques sur un prétendu physique juif : ainsi, Charlus compare le visage de Bloch à celui du sultan Mehmet II dans son portrait par le peintre vénitien Gentile Bellini. Proust lui-même n’en oppose pas moins les couleurs sombres du physique sémite à la blondeur, aux yeux bleus, au teint rose des Guermantes ». 
« Si le personnage de Bloch – inspiré en partie par Horace Finaly et Fernand Gregh, deux condisciples de Condorcet – incarne un juif sans éducation, expansif et versatile, Swann représente au contraire le côté raffiné, élégant et cultivé d’un judaïsme éclairé. Ce dernier a notamment pour modèle Charles Ephrussi (1849-1905), historien et critique d’art, mécène de Renoir et Manet, qui collectionne les plus grands artistes de son temps. Proust joue de la complexité de ses personnages en montrant Swann revenant sur le tard à la religion de ses pères, tandis que Bloch, cherchant à s’assimiler, se fait appeler Jacques du Rozier à la fin du roman ». 

VII – « Le secret de Charlus » 
« Proust considère l’homosexualité — à l’époque, on parle d’« inversion » et d’« invertis » — comme « une maladie inguérissable ». Bien qu’il n’ait jamais reconnu être lui-même homosexuel, plusieurs de ses liaisons sont de notoriété publique, avec Reynaldo Hahn, avec Lucien Daudet (fils de l’écrivain Alphonse Daudet), ou avec Alfred Agostinelli, son chauffeur et secrétaire ». 
« Le personnage du baron de Charlus, lui, est en partie inspiré par la longue et compliquée relation de Proust avec le comte Robert de Montesquiou-Fezensac. Quant au narrateur, qui se comporte parfois en voyeur, il rend le lecteur complice de ses doutes sur la sexualité d’Albertine, soupçonnée d’aimer les femmes ». 
« Le processus d’écriture, révélateur de vérités cachées, fait écho à la clandestinité des pratiques homosexuelles. En 1895, l’affaire Oscar Wilde, qui éclate en Grande- Bretagne et aboutit à l’emprisonnement du célèbre écrivain, fait alors grand bruit. L’homosexualité est présente dans toutes les couches de la société. Proust lui-même est cité dans un rapport de police du 11 janvier 1918 à la suite d’une descente à l’hôtel Marigny, devenu dans la Recherche le « temple de l’impudeur » fréquenté par Charlus ». 
« Au temps de Proust, juifs et homosexuels se rejoignent dans l’opprobre qui les frappe et les contraint à la plus grande discrétion ». 

VIII – « Les ballets russes » 
« L’année 1909 marque un tournant dans la vie de Proust, qui passe d’un projet d’essai sur Sainte-Beuve à un monumental roman auquel il consacre l’essentiel de son temps. Son évolution s’accompagne d’une sensibilité nouvelle à une esthétique importée en France par les Ballets russes et soutenue par une intelligentsia éprise de modernité. Créée en 1907 par Serge Diaghilev avec les meilleurs danseurs du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, la troupe se produit pour la première fois à Paris en 1909 au Théâtre du Châtelet. Les décors et les costumes de ses spectacles, qui portent la marque de l’Orient, de la vieille Russie ou de la Grèce antique, sont dus à Léon Bakst (pseudonyme de Lev Samoïlovitch Rosenberg). Vite adopté par l’aristocratie parisienne, l’artiste fréquente Robert de Montesquiou et devient un familier des salons du faubourg Saint-Germain. Ses audaces chromatiques stimulent les grands couturiers comme Charles Worth, Paul Poiret ou Jeanne Paquin, qui lancent une mode inspirée par les Ballets russes. Dès leur première saison parisienne, Misia Godebska, l’ex-femme de Thadée Natanson devenue la richissime Mme Alfred Edwards, apporte son soutien aux Ballets russes, tant financièrement que par ses relations dans le monde de l’art. En 1911, Proust s’inspire de cette muse et mécène de l’art moderne pour concevoir le personnage de la princesse Yourbeletieff dans Sodome et Gomorrhe. Il côtoie les artistes de la troupe à l’occasion de soupers donnés après les représentations. Dans l’un de ses cahiers, il compare l’atmosphère enfiévrée des Ballets russes à celle de l’affaire Dreyfus ». 
« Parmi les ballets qui ont marqué Proust, on compte Shéhérazade, de Léon Bakst et Michel Fokine, sur une musique de Nikolaï Rimski-Korsakov, avec des décors et des costumes de Léon Bakst, interprété par Vaslav Nijinski et Tamara Karsavina. Enchanté par l’exotisme de ce drame chorégraphique créé en 1910, l’écrivain retranscrit ses impressions dans les paroles du narrateur du Temps retrouvé ». 

IX – « Proust dans les revues sionistes des années 1920 »
« Les revues sionistes françaises comme Menorah ou Palestine s’intéressent à Proust dès 1922, année de sa mort. Dans la nécrologie qu’il lui consacre dans le numéro du 22 décembre 1922 de Menorah, Georges Cattaui est le premier à souligner la judéité de l’écrivain. Son ascendance, précise-t-il, lui permet de dresser dans son oeuvre des portraits complets de personnages juifs : « Lui seul a su voir, comprendre et juger, avec une vérité qui n’exclut pas la sympathie, ces juifs autour de lui qu’il nomme Swann, Bloch, Rachel et Nissim Bernard. Peut-être y était-il aidé par son hérédité maternelle. » Cattaui n’a aucun doute sur le sursaut identitaire qui a animé Proust : se sentir profondément juif dans l’épreuve constitue à ses yeux une prise de position aussi forte que la pratique religieuse. Plusieurs articles sur Proust, des extraits de son roman et de sa correspondance sont publiés dans des revues sionistes où l’on retrouve aussi les signatures d’Albert Cohen, rédacteur en chef de La Revue juive, financée par l’Organisation sioniste, ou d’André Spire, présentant son oeuvre sous le double prisme de la judéité et du génie universel dans le contexte d’une renaissance culturelle juive dans les lettres françaises. Pour le critique Albert Thibaudet, Proust, comme Montaigne ou Bergson, infuse « une goutte de sang juif dans notre histoire littéraire ». 


« 1871 Naissance de Marcel Proust à Auteuil dans la maison de son grand-oncle maternel, Louis Weil ; il est le fils aîné d’Adrien Proust, dont le père est un commerçant catholique d’Illiers (Eure-et-Loir), et de Jeanne Weil, fille d’un associé d’agent de change juif d’origine alsacienne. 
1873 Naissance de son frère Robert ; la famille Proust s’installe au 9, boulevard Malesherbes, à Paris ; la maison d’Auteuil restera pendant de longues années une résidence secondaire. 
1881 Première crise d’asthme de Marcel au retour d’une promenade au bois de Boulogne. 
1882 Marcel entre en 5e au lycée Fontanes, appelé Condorcet à partir de 1883. 
1884 Adrien Proust est nommé inspecteur général des services sanitaires ; Marcel passe ses vacances d’été à Houlgate. 
1885 Il quitte le lycée ; sur son bulletin du premier trimestre figure la mention « toujours absent » ; Adrien Proust est nommé professeur d’hygiène à la faculté de médecine de Paris. 
1886 Marcel passe ses dernières vacances d’été à Illiers. 
1888 À la rentrée, il intègre la classe de philosophie d’Alphonse Darlu, dont l’enseignement le marquera durablement ; il fonde, avec ses amis de Condorcet, La Revue verte puis La Revue lilas ; Geneviève Straus, veuve du compositeur Georges Bizet, mariée à l’avocat Émile Straus et mère de Jacques Bizet, ami de Marcel du lycée Condorcet, devient l’une de ses proches ; il fréquente son salon, comme nombre d’artistes et d’hommes politiques tels que Daniel Halévy et Robert Dreyfus. 
1889 Bachelier ès lettres, Marcel obtient le prix d’honneur de dissertation française ; il passe des vacances à Ostende dans la famille d’Horace Finaly, un ami du lycée Condorcet ; il fréquente le salon de Madame Arman de Caillavet, où il rencontre l’écrivain Anatole France ; service militaire au 76e régiment d’infanterie à Orléans, sous le régime du volontariat. 
1890 Libéré des obligations militaires, Proust s’inscrit à la faculté de droit et à l’École libre des sciences politiques de Paris, où il suit les cours de Paul Desjardins, Anatole Leroy- Beaulieu et Albert Sorel. 
1891 Proust publie ses premiers textes dans Le Mensuel, dont un sur la chanteuse Yvette Guilbert ; il passe des vacances à Cabourg et à Trouville ; il rencontre l’écrivain Oscar Wilde et le peintre Jacques-Émile Blanche. 
1892 Avec ses amis Jacques Bizet, Robert Dreyfus, Horace Finaly, Fernand Gregh, Daniel Halévy et Louis de La Salle, Proust fonde la revue Le Banquet, dans laquelle il publie plusieurs textes ; à Trouville, il rédige la nouvelle « Violante ou la mondanité », qui sera publiée dans Le Banquet en février 1893. 
1893 Proust se lie avec le dramaturge Robert de Flers ; Le Banquet cesse de paraître ; ses collaborateurs rejoignent La Revue blanche ; dans le salon de Madeleine Lemaire, Proust rencontre l’écrivain Robert de Montesquiou, qui l’introduit dans la haute société parisienne ; il séjourne à Saint-Moritz en Suisse, en compagnie du poète Louis de La Salle ; La Revue blanche publie « Mélancolique villégiature de Madame de Breyves », ainsi qu’un texte sur l’homosexualité féminine, « Avant la nuit » ; Proust obtient sa licence en droit. 
1894 Dans le salon de Madeleine Lemaire, Proust rencontre le compositeur Reynaldo Hahn, avec lequel il nouera une relation amoureuse ; lors d’un séjour chez Madeleine Lemaire au château de Réveillon (Marne) en compagnie de Hahn, il rédige « Mélomanie de Bouvard et Pécuchet » ; il se rend ensuite à Trouville avec sa mère. 
1895 Licencié ès lettres, Proust est reçu au concours d’attaché à la bibliothèque Mazarine ; il y fait quelques apparitions et se met en congé ; il assiste à de nombreux spectacles, fréquente les salons à la mode, comme ceux de Madeleine Lemaire, de la princesse Mathilde ou de la princesse de Polignac ; Hahn et Proust séjournent à Dieppe, où ce dernier écrit « Sous-bois », puis à Belle-Île et à Beg-Meil ; début de la rédaction de Jean Santeuil, roman sur lequel il travaillera jusqu’en 1899. 
1896 Publication chez Calmann-Lévy des Plaisirs et les Jours, illustré par Madeleine Lemaire, avec une préface d’Anatole France ; La Revue blanche publie « Contre l’obscurité » ; Proust se lie avec Lucien Daudet, le fils de l’écrivain Alphonse Daudet. 
1897 Dans le bois de Meudon, Proust se bat en duel contre Jean Lorrain, qui l’avait attaqué dans Le Journal sur ses relations avec Lucien Daudet ; Proust lit Ruskin et la religion de la beauté de Robert de La Sizeranne et découvre l’oeuvre de John Ruskin. 
1898 Le lendemain de la publication du « J’accuse… ! » d’Émile Zola, paraît dans L’Aurore le « Manifeste des cent quatre », une pétition d’intellectuels demandant la révision du procès du capitaine Alfred Dreyfus, dont Proust est signataire ; il assiste au procès de Zola et en fait le récit dans Jean Santeuil ; visite de l’exposition Rembrandt à Amsterdam.
1899 Séjour à Évian ; Proust abandonne la rédaction de Jean Santeuil et publie une étude sur Ruskin dans La Revue de Paris ; avec l’aide de sa mère, il entame la traduction de La Bible d’Amiens de Ruskin. 
1900 Mort de John Ruskin à Londres ; Proust lui consacre plusieurs articles ; il séjourne avec sa mère à Venise, où il retrouve Hahn et sa cousine, Marie Nordlinger, qui l’aide dans la traduction de Ruskin ; ses parents s'installent au 45, rue de Courcelles. 
1901 Proust se lie d’amitié avec le prince roumain Antoine Bibesco et avec le diplomate Bertrand de Fénelon. 
1902 Voyage aux Pays-Bas avec Bertrand de Fénelon. 
1903 La Renaissance latine publie des extraits de La Bible d’Amiens, et Le Figaro la première chronique de Proust sur les salons. 
1904 La Bible d’Amiens de Ruskin, traduite par Proust, paraît au Mercure de France ; alors que le débat sur la séparation des Églises et de l’État anime le pays, Le Figaro publie « La Mort des cathédrales ». 
1905 Proust accompagne sa mère à Évian où elle tombe gravement malade ; rapatriée à Paris, Jeanne Proust meurt d’urémie ; bouleversé, Proust entre en décembre dans la clinique du Dr Paul Sollier à Boulogne-sur-Seine, pour une cure de repos. 
1906 Publication, sous le titre Sésame et les lys, de deux conférences de John Ruskin sur la lecture que Proust a traduites avec l’aide de Marie Nordlinger ; Proust réside à l’hôtel des Réservoirs à Versailles ; il s’installe ensuite dans l’ancien appartement de son grand-oncle Louis, au 102, boulevard Haussmann. 
1907 Proust engage Nicolas Cottin comme valet de chambre ; il se remet à écrire et publie plusieurs articles dans Le Figaro, dont « Sentiments filiaux d’un parricide » ; il part pour Cabourg, où il se rendra chaque année pendant sept ans ; il séjourne au Grand Hôtel et fréquente la bonne société ; randonnées en automobile en Normandie avec les chauffeurs Alfred Agostinelli et Odilon Albaret ; parution dans Le Figaro d’« Impressions de route en automobile », dont certains passages se retrouveront dans À la recherche du temps perdu
1908 Proust écrit pour Le Figaro, en imitant entre autres le style de Balzac, Flaubert ou Sainte-Beuve, une série de pastiches à propos d’un fait divers, « L’affaire Lemoine » ; il entame la rédaction de pages narratives encore très autobiographiques, se lance dans la lecture de Sainte-Beuve et, sous le titre de Contre Sainte-Beuve, entreprend la rédaction d’un manuscrit qui défend Nerval, Baudelaire, Balzac, Flaubert contre les critiques de Sainte-Beuve, et qui mêle aux considérations de critique littéraire des pages annonçant les grands thèmes d’À la recherche du temps perdu
1909 Proust passe du projet d’un Contre Sainte-Beuve à la fois critique et narratif à la rédaction d’un roman, Combray ; il s’y consacre et ne publie plus dans la presse ; il commence à fréquenter Albert Nahmias, qui devient son secrétaire. 
1910 Au Palais Garnier, Proust assiste à la première de Shéhérazade des Ballets russes, drame chorégraphique de Léon Bakst et Michel Fokine, sur une musique de Nikolaï Rimski-Korsakov, avec des décors et des costumes de Léon Bakst, interprété par Vaslav Nijinski et Tamara Karsavina ; il continue de travailler à son roman. 
1911 Au Théâtre du Châtelet, il assiste à la générale du Martyr de saint Sébastien de Claude Debussy, sur un texte de Gabriele D’Annunzio, une chorégraphie de Michel Fokine, avec des décors et des costumes de Léon Bakst ; il consacre l’année à mettre au point la première partie de son roman. 
1912 Proust envoie Le Temps perdu aux éditions Fasquelle, puis à Gaston Gallimard – il essuie le refus des deux éditeurs ; plusieurs extraits paraissent dans Le Figaro.
1913 Son chauffeur, Odilon Albaret, épouse Céleste Gineste, qui commencera à travailler au service de Proust à la fin de l’année ; il accueille chez lui Alfred Agostinelli et sa compagne ; le jeune homme devient son secrétaire ; ce dernier quittera Paris en décembre, au grand désespoir de Proust ; Proust assiste successivement aux trois ballets de Nijinski : Jeux, L’Après-Midi d’un faune et Le Sacre du printemps ; Du côté de chez Swann, premier tome d’À la recherche du temps perdu, est publié en novembre à compte d’auteur par Grasset. 
1914 Agostinelli, inscrit à l’école de pilotage près d’Antibes sous le nom de Marcel Swann, meurt dans un accident d’avion ; à la déclaration de la guerre, Odilon Albaret et Nicolas Cottin sont mobilisés ; Proust, malade, est réformé. Céleste Albaret s’installe chez lui ; elle ne le quittera plus, devenant sa secrétaire, sa gouvernante et sa confidente ; Proust continue à travailler sur la suite de la Recherche ; son ami Bertrand de Fénelon est tué au front. 
1915 Il rédige des cahiers pour Sodome et Gomorrhe, La Prisonnière et La Fugitive ; il fréquente l’hôtel d’Albert Le Cluziat, une maison de prostitution masculine, rue de l’Arcade. 
1916 André Gide demande à Proust de publier la suite de son oeuvre aux éditions de la Nouvelle Revue française : Gaston Gallimard, aidé de Jacques Rivière, devient l’éditeur de Proust ; Proust fréquente des jeunes écrivains : Jean Cocteau, Jacques de Lacretelle, Paul Morand. 
1917 Il fait la connaissance de la princesse Soutzo, qui deviendra sa grande amie et épousera Paul Morand. 
1918 Proust assiste au bombardement de Paris ; une fois le manuscrit d’À la recherche du temps perdu achevé pour l’essentiel, nombreuses sorties mondaines ; il rencontre l’écrivain François Mauriac ; il fait la connaissance d’un jeune serveur au Ritz, Henri Rochat, qu’il engage comme secrétaire ; impression d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs à la NRF. 
1919 Contraint de quitter l’appartement du 102, boulevard Haussmann, Proust réside rue Laurent-Pichat, dans l’immeuble où habite la comédienne Réjane, puis s’installe au 44, rue Hamelin ; mise en vente d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, réédition de Du côté de chez Swann à la NRF et de Pastiches et mélanges ; Proust reçoit le prix Goncourt pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs
1920 « À propos du “style” de Flaubert » paraît dans La Nouvelle Revue française ; il assiste à l’Opéra à un gala où se produisent les Ballets russes, puis à la répétition générale d’Antoine et Cléopâtre de William Shakespeare, à l’occasion de laquelle il apprend la mort de son amie Réjane ; il est nommé chevalier de la Légion d’honneur ; publication du Côté de Guermantes I
1921 Proust revoit, lors d’une exposition au Jeu de Paume, La Vue de Delft de Vermeer, qu’il considère comme le plus beau tableau du monde ; il publie « À propos de Baudelaire », dans La Nouvelle Revue française ; publication du Côté de Guermantes II et de Sodome et Gomorrhe I, ainsi que de plusieurs articles et extraits de son oeuvre inédite dans différentes revues. 
1922 Lors d’un dîner au Ritz, Proust rencontre le romancier James Joyce ; publication de Sodome et Gomorrhe II ; la santé de Proust se dégrade ; le mois suivant, il contracte une bronchite, qui, faute d’être soignée, se transforme en pneumonie ; Marcel Proust meurt le 18 novembre à Paris. 
1923 Publication de Sodome et Gomorrhe III-La Prisonnière
1925 Publication d’Albertine disparue
1927 Publication du Temps retrouvé ». 


Du 14 avril au 28 août 2022
Au mahJ 
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple. 75003 Paris
01 53 01 86 53
Mardi, mercredi, jeudi, vendredi : 11 h-18 h. Samedi et dimanche : 10 h-18 h


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire