Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 3 décembre 2018

Les combats de Minuit. Dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon


La BnF I François-Mitterrand propose l’exposition « Les combats de Minuit. Dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon ». Sont « exposés une centaine de livres publiés par Jérôme Lindon (1925-2001), éditeur et romancier français Juif qui a dirigé avec son épouse Annette Lindon cette maison d’édition exigeante fondée, dans la clandestinité, en 1941, sous l’Occupation nazie de la France, et l’a fait évoluer des écrits de résistance aux écrivains du XXIe siècle, via le Nouveau Roman, des romanciers aux chercheurs en sciences humaines dès les années 1960 avec Pierre Bourdieu, Gilles Deleuze, Roman Jakobson. Un pan de l’histoire intellectuelle française caractérisé par des engagements politiques : dénonciation de la seule torture d’opposants à la guerre d’Algérie, impression et distribution dès 1981 de la controversée « Revue d’études palestiniennes », etc.

Archives de la vie littéraire sous l'Occupation 
L’Académie française au fil des lettres de 1635 à nos jours 
Les combats de Minuit. Dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon

Durant la Deuxième Guerre mondiale, lors de l’occupation allemande nazie en France, Jean Bruller, dessinateur, et Pierre de Lescure, écrivain, créent, en 1941 la maison d’édition clandestine dénommée les Éditions de Minuit. Jean Bruller conçoit l’étoile symbole.

En février 1942, parait clandestinement le premier livre publié par cette maison résistante, Le Silence de la mer de Vercors (pseudonyme de Bruller). Suivent 24 œuvres d’auteurs gaullistes ou communistes publiés grâce au courage d’éditeurs et à Jean Paulhan : Chroniques interdites (avril 1943), L’Honneur des poètes (juillet 1943) - poèmes recueillis par Paul Eluard -, Le Cahier noir de François Mauriac (août 1943), Le Musée Grévin, d’Aragon (septembre 1943)…

Après la Libération, en 1944, le Prix Femina est remis aux Editions de Minuit comme éditeur.

Pendant plusieurs années, les restrictions de papier affectent les journaux et les maisons d’éditions, notamment celles nées dans la Résistance. De célèbres écrivains – Eluard, Aragon, Maritain, Mauriac, Paulhan, Chamson, Gide, Steinbeck (The Moon is Down, Nuits noires) – sont publiés, parfois sous pseudonymes, par les Editions de Minuit.

« Si les Éditions de Minuit n’ont pas de capital financier, elles possèdent un capital symbolique extrêmement fort mais qui se dévalue très rapidement si vous ne l’entretenez pas », analyse Anne Simonin, auteur de « Les Éditions de Minuit, 1942-1955, le devoir d’insoumission ».

Survient Jérôme Lindon (1925-2001). Son père est Raymond Lindon (1901-1992), premier avocat général à la Cour de cassation, fin arrêtiste, maire d'Étretat en Seine-Maritime (1929-1959), ancien vice-président de l'association sioniste KKL France, et sa mère était Thérèse Baur. Il est le petit-neveu d’André Citroën (1878-1935), polytechnicien et industriel. Il a pour neveu l’acteur Vincent Lindon.

Résistant dans le maquis – un engagement comme Juif -, Jérôme Lindon travaille depuis 1946 aux Editions de Minuit comme chef de fabrication quand ces dernières traversent une grave crise financière alliée à des dissensions entre ses dirigeants. Ce qui met en péril son existence-même.

Grâce à l’argent de sa famille et d’amis, ce vingtenaire soutient la maison d’éditions.

La marche à l’étoile de son président Vercors (1943) renfloue provisoirement les caisses des Editions de Minuit qui enregistrent cependant des exercices déficitaires.

Président de cette maison d’éditions, Vercors résumait l’éthique des Editions de Minuit : « Notre morale, notre éthique, aux Éditions de Minuit, est encore celle de l'individu entièrement libre ».

En raison d’une divergence d’opinion avec Vercors, Jérôme Lindon devient propriétaire des Editions de Minuit en 1948.

Jérôme Lindon « a dirigé les Éditions de Minuit de 1948 à sa mort, en 2001. Ensemble, avec sa femme Annette, ils ont construit, par leur lecture passionnée et exigeante, un catalogue unanimement salué. Le combat de Jérôme et Annette Lindon pour faire vivre cette maison d’édition fut d’un même mouvement un combat au service de la littérature, de la justice et de la liberté ».

En 1951, la maison emménage dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, au numéro 7 de la rue Bernard-Palissy.

Jusqu’en 1956, la jeune maison d’éditions affrontera des problèmes financiers importants.

1951 marque un tournant majeur. Les Editions de Minuit lancent la série des Evocations qui évoque l’histoire des rues et monuments de villes françaises – le livre de Jacques Hillairet Evocation du vieux Paris préfigure le Dictionnaire historique des rues de Paris (1963). Publient le pamphlet de Jean Paulhan Lettre aux directeurs de la Résistance dans la collection Documents, le premier roman d’un auteur inconnu Molloy de Samuel Beckett – un manuscrit refusé par d’autres éditeurs et un livre salué par le Figaro littéraire comme « un livre événement ». Et éditent la revue mensuelle Critique, créée en 1946 par Georges Bataille.

En 1966, la collection Le sens commun est créée par Pierre Bourdieu. Les lecteurs peuvent découvrir des auteurs peu connus en France, comme Erving Goffman.

1968. Cet éditeur écrit sous le pseudonyme de Louis Palomb deux romans épistolaires.

Dès 1993, la collection Paradoxe, centrée sur la critique littéraire et la philosophie, publie Pierre Bayard, William Marx, Peter Szendy, Georges Didi-Huberman, Clément Rosset.

De 1972 à 1982, parait la revue Minuit, dirigée par Tony Duvert, puis par Mathieu Lindon.

« Inge Scholle, Paulhan, L’abbé Boulier, Bataille… Tous ont une façon de réécrire de façon plus objective l’histoire de la Résistance en ne passant pas par le roman. Puis s’en vient la deuxième lutte homérique des Éditions de Minuit. C’est le bras de fer avec Gallimard en 1953 », observe Anne Simonin. Enjeux : « un risque de rachat et une lutte pour la republication de textes de Desnos et d’Eluard ». Jérôme Lindon reste ferme.

En 1992, à l’occasion du cinquantième anniversaire de leur fondation, les Éditions de Minuit ont publié La Bataille du silence, de Vercors, où il raconte les années de la guerre et de la libération.

Perçue comme « une maison d'édition prestigieuse qui incarne une vision de grande qualité de la littérature », elle « est également connue pour ses publications « hostiles à la littérature bourgeoise et réconfortante », comme en témoigne le mouvement littéraire du Nouveau Roman dont elle publia les auteurs ».

Cette exposition « rend hommage à l’ambition et à l’exigence d’un travail d’éditeur qui a marqué la vie intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle d’une empreinte profonde ».

Les trois enfants de Jérôme et Annette Lindon - Irène, André et Mathieu - ont donné en 2015 « à la Bibliothèque nationale de France des livres dédicacés à leurs parents. Ces livres racontent l’aventure humaine vécue aux Éditions de Minuit, au gré de leurs engagements esthétiques et politiques ».

La BnF expose une centaine de livres issus de la bibliothèque d’Annette et Jérôme Lindon, directeur des Éditions de Minuit de 1948 à sa mort en 2001. Depuis, sa fille Irène dirige les Editions de Minuit.

Le commissariat de l’exposition est assuré par Séverine Dupuch-Garnier, bibliothécaire-adjoint spécialisé, Réserve des livres rares, BnF, Anne Renoult, conservateur, Réserve des livres rares, BnF et Bérénice Stoll, conservateur, Réserve des livres rares, BnF.

Curieusement, le communiqué de presse n'indique pas la judéité de Jérôme Lindon.

Aventures éditoriales
Premier combat, de Jean Moulin, Les Jeux Inconnus de François Boyer (1947) - adapté au cinéma par René Clément, Jean Aurenche et Pierre Bost sous le titre Jeux Interdits -, La Rose blanche, d’Inge Scholl (1955), Un camp très ordinaire, de Micheline Maurel (1957), La Nuit, d’Elie Wiesel (1958), la réédition de L’Univers concentrationnaire de David Rousset (1965) et, dans la collection « Documents », la série d’Auschwitz et après de Charlotte Delbo (1970)…

Aux côtés de « Galligrasseuil », mot forgé pour désigner trois maisons d'édition de roman françaises - Gallimard, Grasset et Éditions du Seuil -, importantes et trustant longtemps de prestigieux Prix littéraires, les éditions de Minuit figurent l’éditeur germanopratin au faible effectif – neuf employés au siège –, au président estimé, exigeant, fuyant les mondanités, articulant sa stratégie autour de critiques littéraires et de libraires. Une rigueur dont témoigne la couverture de ses livres : sobre, épurée, plus ascétique encore que celle de la NRF chez Gallimard.

Chaque an, environ deux mille écrivains envoient leurs manuscrits à cet éditeur qui publie quinze à vingt titres. L’Amant de Marguerite Duras s’est vendu à 1,2 million d’exemplaires.

Les éditions de Minuit  « ont joué un rôle considérable dans la littérature française de la deuxième moitié du 20e siècle et du début du 21e siècle. Les combats littéraires de Jérôme Lindon furent en effet, comme les combats politiques des éditions de Minuit, menés de haute lutte, pour défendre des formes nouvelles d’écriture allant parfois à l’encontre des habitudes du public et des lois du marché. Cela le conduisit à entretenir des relations privilégiées, dont témoigne l’exposition, avec les plus grands écrivains de son temps. Deux d’entre eux, Samuel Beckett en 1969 et Claude Simon en 1985, ont reçu le prix Nobel de littérature ».

« Il est sympathique ce jeune homme. Quand je pense qu'il va faire faillite à cause de moi ». a songé l’écrivain irlandais Samuel Beckett en désignant Jérôme Lindon, l'éditeur qui allait publier en 1951 Molloy, puis Malone meurt. Deux romans refusés par les autres maisons d'éditions françaises.

« Après la publication des romans de Samuel Beckett en 1951 (Molloy), puis d’Alain Robbe-Grillet en 1953 (Les Gommes), l’année 1957 voit paraître simultanément Fin de partie de Samuel Beckett, La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Le Vent de Claude Simon, Tropismes de Nathalie Sarraute » et La Modification, troisième roman, écrit à la deuxième personne, de Michel Butor  (Prix Renaudot, 1957).

« Graal Flibuste de Robert Pinget était paru l’année précédente et Moderato cantabile de Marguerite Duras sera publié l’année suivante. Le Nouveau Roman naît de ces écritures très diverses qui partagent un même caractère novateur ».

« À partir des années 1980, une nouvelle génération reprend le flambeau, dans la continuité des précédentes mais en introduisant dans le roman nombre de procédés et d’influences ironiques et post-modernes. En 1979, Jean Echenoz publie Le Méridien de Greenwich. En 2001, il publiera Jérôme Lindon, quelques mois après la mort de celui-ci ».

« À sa suite, d'autres œuvres très novatrices se constituent aux éditions de Minuit dans les années 80 : François Bon, Antoine Volodine, Jean-Philippe Toussaint, Marie Ndiaye ; puis Éric Chevillard, Hélène Lenoir, Christian Gailly ou Jean Rouaud ; et plus tard encore Tanguy Viel ou Laurent Mauvignier ».

« Trois jeunes femmes ont récemment été remarquées par la critique pour leurs premiers romans : Julia Deck, Marion Guillot et Pauline Delabroy-Allard, dont Ça raconte Sarah a déjà obtenu le Prix des libraires et fait d’elle la dernière femme en lice pour le prix Goncourt 2018 ».

Aux romans, Jérôme Lindon a adjoint des collections et revues.

Lancée en 1949, la collection Documents publie des témoignages.

Quant à la collection « Forces vives », elle « aborde les problèmes de l’architecture moderne, en donnant notamment la parole à Le Corbusier. Parallèlement, les Éditions de Minuit publient divers essais allant de l’alchimie (Alleau, Canseliet) à la critique littéraire (Blanchot) en passant par des études sur le judaïsme, le cinéma ou la presse ».

La « poésie est représentée, entre autres, par Akmatova, Beckett, Darwich, Eluard, Ungaretti »

Les livres donnés à la BnF par les trois enfants de Jérôme et Annette Lindon esquissent en creux, grâce aux dédicaces de leur auteur, le portrait d’un éditeur combattant, courageux, exigeant, qui entretint des relations privilégiées avec les plus grands écrivains de son temps : Samuel Beckett, Marguerite Duras, Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, etc. »

« Présentées aux côtés de photographies inédites et du manuscrit d’En attendant Godot, ces pièces racontent l’aventure humaine vécue aux Éditions de Minuit, au gré de leurs engagements esthétiques et politiques. »

« Un envoi d’Henri Alleg, l’auteur de La Question, présente Jérôme Lindon comme l’« homme de tous les combats contre tous les racismes et toutes les intolérances ». Il a à cœur, comme l’écrit Robert Linhart au seuil de son enquête sur les ouvriers exploités au Brésil, Le Sucre et la faim, de « se bat[tre] pour que tant de voix ne soient pas étouffées ».

"Si certains auteurs saluent ses qualités humaines, comme Le Corbusier sa gentillesse, beaucoup évoquent son courage. Courage d’éditer des témoignages sur la Shoah, que le public ne veut pas entendre, tels La Nuit d’Élie Wiesel (Prix Nobel de la Paix) ou la trilogie Auschwitz et après de Charlotte Delbo ; courage de dénoncer, avec le concours de son ami Pierre Vidal-Naquet et au péril de sa maison d’édition, les crimes des autorités françaises pendant la guerre d’Algérie ; courage de lutter contre la censure politique mais aussi morale, donnant la parole à des groupes sociaux en quête d’émancipation : prostituées, féministes, homosexuels, etc. Il est par exemple l’éditeur de Monique Wittig, de L’Opoponax au Corps lesbien. »

Pendant la guerre d'Algérie, les éditions de Minuit publient, en 1958, La Question d'Henri Alleg et La Gangrène de Bachir Boumaza – tous deux immédiatement censurés, comme Le Déserteur de Maurienne (pseudonyme de Jean-Louis Hurst), en 1960, Les Égorgeurs de Benoist Rey en 1961.

L’exposition, « qui présente une centaine d’ouvrages parmi les 900 entrés à la Réserve des livres rares grâce au don effectué suite au décès d’Annette Lindon, montre aussi l’intérêt que l’éditeur avait pour les pensées d’avant-garde comme celles de Gilles Deleuze ou de Jacques Derrida, et le soutien qu’il apporta aux recherches en sciences humaines et sociales en accueillant revues et collections, telles Arguments ou Critique. » Fondée par Kostas Axelos, Jean Duvignaud, Edgar Morin, la revue « Arguments » fit « paraître vingt-huit numéros entre 1957 et 1962. Créée en 1960 par Axelos, la collection qui porte le même nom a commencé par publier un texte ancien de Georg Lukacs, Histoire et conscience de classe".

"Puis ont paru de nombreux ouvrages de philosophes, d’historiens, de critiques, de linguistes et d’économistes français et étrangers, entre autres Lou Andreas-Salomé, Samir Amin, Georges Bataille (L’Érotisme), Jean Beaufret, Ludwig Binswanger, Maurice Blanchot, Pierre Broué, Clausewitz (De la guerre), Rudolf Hilferding, Louis Hjelmslev, Roman Jakobson (Essais de linguistique générale), Karl Jaspers, Otto Jespersen, Flavius Josèphe (La Guerre des Juifs) Karl Korsch, Reinhart Koselleck, Henri Lefebvre, Moshé Lewin, Herbert Marcuse (dont Eros et civilisation et surtout L’Homme unidimensionnel auront un large retentissement en mai 1968), Richard Marienstras, Edgar Morin, Novalis, Karl Reinhardt, Trotsky ou Karl Wittfogel (Le Despotisme oriental). »

Une sélection de lectures est proposée en salle H de la BnF pour accompagner l’exposition « Les combats de Minuit. Dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon » et concerne la part littéraire des combats de Minuit. Dans la Galerie des donateurs, la Réserve des livres rares de la BnF expose une centaine de livres issus du don à la BnF de la bibliothèque d’Annette et Jérôme Lindon ».

Les « combats littéraires de Jérôme Lindon furent également menés de haute lutte. Publier Molloy de Samuel Beckett, découvert en 1951, est une première victoire. S’ensuit le succès d’En attendant Godot dont le manuscrit donné à la BnF en 2006 par Annette Lindon sera exposé, puis le Prix Nobel de littérature en 1969 et surtout une amitié de toute une vie. Jérôme Lindon veut défendre des formes nouvelles d’écriture, indépendamment du goût du public et des lois du marché. Il est rejoint, dans ce combat, par Alain Robbe-Grillet, l’« inventeur » du Nouveau Roman, qui attire chez Minuit Michel Butor, Prix Renaudot pour La Modification, Nathalie Sarraute, Claude Simon, Marguerite Duras et Moderato Cantabile, ou encore Claude Ollier, peaufinant l’image avant-gardiste de la maison et accroissant sa renommée, fût-elle scandaleuse. »

« Dans leurs envois, les écrivains rendent en général hommage à son exigence, à sa lecture attentive et à ses conseils avisés. Pour Jérôme Lindon, seule la vérité de l’écriture compte, mais c’est aussi la passion qui le pousse à publier des ouvrages singuliers dans son catalogue comme par exemple L’évocation du Vieux Paris de Jacques Hillairet ou la collection Forces vives presque entièrement consacrée à Le Corbusier. »

« Une génération plus tard, à la suite de Jean Echenoz et dans l’ombre prestigieuse de Beckett, les jeunes auteurs du « nouveau Nouveau Roman », de Jean Rouaud à Jean-Philippe Toussaint, d’Éric Chevillard à Marie N’Diaye, montrent que le modèle voulu par l’éditeur, ce « découvreur de lieux littéraires et limitrophes » salué par Christian Oster, est toujours vivant.

Engagements politiques
Les Editions de Minuit suscitent des débats, voire des polémiques, par certains livres.

En 1956, Jacques Derogy publie Des enfants malgré nous, sur la contraception. La presse se fait l’écho des questions suscitées par ce livre, et quatre projets de loi sont déposés.

La guerre d’Algérie inspire des débats plus politiques.

En 1957, parait dans la collection « Documents », Pour Djamila Bouhired, signé par l’avocat Jacques Vergès et le romancier Georges Arnaud. Ils y « dénoncent les tortures pratiquées par les militaires français en Algérie. Au début de 1958, les Éditions de Minuit font paraître le témoignage d’un journaliste algérien, Henri Alleg, qui, sous le titre La Question, décrit le supplice dont il a été lui-même victime. La presse donne un large écho à l’événement"

"En mai paraît L’Affaire Audin, une brochure où des officiers sont accusés d’avoir assassiné un jeune mathématicien, Maurice Audin. Le gouvernement vient de faire saisir La Question, ce qui n’apaise pas le scandale, au contraire. En 1959, les Éditions de Minuit publient encore La Gangrène, ouvrage qui est interdit à son tour par le gouvernement, comme le seront, au cours de ces quatre années, une dizaine de livres de la collection « Documents ». Inculpé à diverses reprises d’atteinte au moral de l’armée, d’incitation à la désobéissance, de diffamation de la police, etc., Jérôme Lindon est condamné pour la publication du Déserteur, de Maurienne. En 1972, Pierre Vidal-Naquet conclura l’étude de cette période par la publication de La Torture dans la République. »

Après avoir publié des livres de déserteurs, Jérôme Lindon est poursuivi pour « provocation à la désobéissance ». Des saisies sont régulièrement effectuées aux Editions de Minuit.

En 1969, « un autre livre de Jacques Vergès, Pour les fidayine, consacré aux combattants palestiniens, va provoquer un nouveau tollé ».

« Depuis la fin de la guerre d’Algérie, les ouvrages d’actualité publiés dans la collection « Documents » s’inscrivent moins dans le cadre de la seule politique française que dans celui, plus vaste, où se posent les problèmes mondiaux. Ainsi, L’Apartheid (1985), de Nelson Mandela. Tony Duvert (Le Bon sexe illustré) s’attaque aux tabous de l’éducation sexuelle. Et l’ouvrage de Robert Linhart, L’Établi (1978), consacré aux ouvriers de Citroën en 1968, sera traduit dans plusieurs langues. »

Les Editions de Minuit ont malheureusement aussi imprimé et distribué la « Revue d’études palestiniennes ». Une revue trimestrielle « consacrée aux problèmes du Proche-Orient ».

La « Revue d’études palestiniennes » a été créée en 1981 à Beyrouth (Liban). Elle est publiée par l'Institut des études palestiniennes (Institute for Palestine Studies), créé en 1963 à Beyrouth (Liban). Ses buts : « Défendre les droits nationaux légitimes du peuple palestinien » et « s’acquitter de cette tâche avec toute la rigueur requise ».

Le n°14 (1998) de la Revue d’études palestiniennes a pour titre : « 1948-1998 : cinquantenaire de la création d'Israël ». Il s’agit de la re-création de l’Etat juif.

L’un des deux thèmes est « le thème du transfert : la Palestine a été vidée de sa population en 1948 ». Le 15 mai 1948, jour de l’Indépendance israélienne, Israël comptait 806 000 habitants. En 1948, 82% de sa population étaient juifs, le solde était dans la quasi-totalité composé d’Arabes. Car, si la « Palestine » avait été vidée de sa population « Arabe », comment expliquer la présence en 2018 de 1,8 million Arabes en Israël ?

Ce numéro est fondé sur l’allégation infondée que « l’idée du transfert de la population palestinienne est permanente dans le projet sioniste ». Bref, un « péché originel » d’un « projet colonialiste » !? Les historiens, dont Benny Morris dans Haaretz, ont réfuté cette idée fausse. Quid du million de Juifs contraints par les dirigeants musulmans de quitter le monde Arabe, la Turquie, l’Iran, etc. en quelques décennies ? Le numéro poursuit : « Vie des réfugiés palestiniens depuis 1948. Les conséquences au quotidien de la perte d’un pays ». Mais il n’y a jamais eu de « Palestine » en tant qu’Etat souverain, indépendant. Ni au Proche-Orient ni nulle part ailleurs.

A l’été 2008, parait le n° 108 de la Revue d’études palestiniennes. Un dernier numéro. Les difficultés financières de l’IPS et la diminution des ventes en librairies ont eu raison de ce périodique auquel ont contribué : Maxime Rodinson, Mahmoud Darwich, François Chatelet, Ilan Halevi, Israel Shahak, Breyten Breytenbach, Monique Chemillier-Gendreau, Dominique Vidal, Danièle Sallenave, Samir Kassir, Camille Mansour, Pierre Vidal-Naquet, Juan Goytisolo, Walid Khalidi, Elias Sanbar, son rédacteur en chef, etc.

Pourquoi Jérôme Lindon a-t-il diffusé cette Revue ?

« Je n'ai pas été sioniste, on me l'a reproché », confiait Jérôme Lindon.

Et de citer le judaïsme pour définir sa vision de la justice : « Il y a un texte du Talmud qu’une fois quelqu’un m’a lu : quand un méchant persécute un Juste, Dieu est du côté du persécuté. Quand un méchant persécute un méchant, Dieu est du côté du persécuté. Quand un Juste persécute un Juste, Dieu est du côté du persécuté. Quand un Juste persécute un méchant, Dieu est du côté du persécuté. [...] C’est quelque chose que je crois profondément vrai. C’est comme ça que je ressens les choses ». Les « Palestiniens » seraient les persécutés ? Et par Israël !?

Jérôme Lindon a offert son crédit, son réseau, son image à une revue qui a contribué à diffamer, délégitimer et diaboliser l'Etat Juif, et à rendre crédible un prétendu "peuple palestinien" créé notamment par le KGB dans les années 1960.

Autre combat de Jérôme Lindon : la défense des librairies indépendantes face aux grandes chaines de librairies.

Au début des années 1980, Jérôme Lindon inspire la loi sur le prix unique du livre, dite « loi Lang », puis prône le prêt payant dans les bibliothèques.

En 1989, il devient membre du Conseil supérieur de la langue française.

Citations de Jérôme Lindon

« J'étais dans le maquis à 18 ans [...] pendant la guerre... J'étais juif. De toute façon, je n’avais pas le choix ».

« Dieu est toujours du côté de qui est persécuté. On peut trouver un cas où un juste persécute un juste, et Dieu est du côté du persécuté ; quand un méchant persécute un juste, Dieu est du côté du persécuté; quand un méchant persécute un méchant, Dieu est du côté du persécuté, et même quand un juste persécute un méchant, Dieu est à côté de qui est persécuté ».

« Il n'y a rien de plus triste qu'un best seller qui se vend mal ».

« D'une certaine façon, le fondateur des Editions de Minuit, c'est Beckett ».

« Un éditeur c’est rien du tout. Un éditeur, c’est quelqu’un qui prend, de temps en temps, une décision d’édition. Très peu souvent dans une maison comme la nôtre. Ce n’est pas nous qui écrivons les livres. Rétrospectivement les choses me paraissent aller de soi. J’ai eu la chance, c’est formidable, que les œuvres de Beckett arrivent jusqu’aux éditions de Minuit, elles n’auraient jamais dû arriver jusqu’à nous, qui étions tout en bas de l’échelle [...] Le rôle de Beckett a été déterminant dans l’image des Éditions de Minuit ».

« Quand on a la chance d’être l’éditeur de Beckett, on se doit de défendre la liberté qui vous en donne le pouvoir. Donc, au moment où cette liberté est en cause, il est normal que l'on se manifeste. Mais je préfère les époques où je n'ai pas besoin de défendre ces idées. C'est tout de même plus agréable ».

« En 1957, les Éditions de Minuit n’ont publié que très peu de livres comme chaque année, mais c’était 'La Modification' de Butor, 'La Jalousie' de Robbe-Grillet, 'Fin de partie' de Beckett, 'Tropismes' de Nathalie Sarraute, 'Le Vent' de Claude Simon, 'Moderato cantabile' de Marguerite Duras [...], il n’y avait pas d’autres livres que ça. »

« J'ai rencontré des gens, Pierre Bourdieu, Gilles Deleuze qui me paraissaient être de très grande envergure [...] ils m'ont fait l'honneur de venir. [...] On doit pouvoir repérer quelqu’un, un grand esprit, par son langage ».

« On passe beaucoup de temps à se pencher sur le passé, ce qui est intéressant c’est d’avancer. Essayons de trouver des choses nouvelles quitte à se tromper souvent, quitte à gaspiller beaucoup de temps et d’efforts, mais c’est ce petit reste qui vaut la peine. [...] Il n’y a plus beaucoup d’éditeurs à notre époque, il y a des grandes maisons d’édition, il y a encore des directeurs de maisons d’édition et des directeurs de collection. Mais l’éditeur au sens artisanal, c'est-à-dire la même personne qui choisit le manuscrit, le fabrique et le vend, [...] qui est responsable à tous les niveaux, il y en a de moins en moins. »

« Un vrai écrivain n’a pas besoin d’être rassuré. Un vrai écrivain sait ce qu’il fait et s’il n’est pas rassuré, c’est peut-être qu’il a raison de ne pas l’être [...] Les grands écrivains peuvent être modestes. Samuel Beckett était quelqu’un qui m’apportait presque jusqu’à la fin un manuscrit en me disant : 'Tu me diras si tu crois que c’est publiable' et il le pensait. Mais il savait très bien que c’était une œuvre qui se tenait. Mais la question qu’il posait c’était : 'Est-ce que cela peut-être un produit de consommation ?' Si je puis dire. Si quelqu’un n’a pas en soi assez de courage pour mener son œuvre à son terme je ne pense pas qu’il faille encourager ce quelqu’un à faire ce métier. C’est une question entre soi et soi, pour un écrivain »

« Si un auteur quitte un éditeur, c’est de la faute de l’éditeur ».

« Quand on est contre la torture, on n'a pas besoin de conseils », à propos de La Question d’Henri Alleg, contre la torture.

Dédicaces de livres

« A Jérôme Lindon qui fut de tous les combats contre le racisme et toutes les intolérances, en très amical hommage ». Henri Alleg

« Pour Jérôme avec qui j'ai porté les valise du Nouveau Roman ! Affectueusement ». Alain Robbe Grillet


Du 9 octobre 2018 au 9 décembre 2018
A la BnF I François-Mitterrand 
Galerie des donateurs
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi de 10 h à 19 h. Dimanche de 13 h à 19 h

Visuels :
Affiche de l’exposition, au graphisme inspiré des couvertures des éditions de Minuit. Avec l’aimable autorisation des éditions de Minuit

Envoi de Boris Vian, L’automne à Pékin, Éditions de Minuit, 1956
« Au grand Jérôme, À la belle Annette, avec toute mon ardeur juvénile / Boris Vian »
BnF / Réserve des livres rares

Couverture de L’Amant, de Marguerite Duras, Éditions de Minuit, 1984 / BnF

Couverture de La Nuit, d’Elie Wiesel,
Éditions de Minuit, 1958 / BnF

Jérôme Lindon et Alain Robbe-Grillet devant un portrait de Samuel Beckett. Copyright Despatin & Gobeli

Envoi de Jean Echenoz, Je m’en vais, Éditions de Minuit, 1999 « Pour Jérôme Lindon, avec qui, décidément (Je m’en vais] JE RESTE. Avec toute mon amitié / Jean Echenoz »

Couverture de La salle de bain, de Jean-Philippe Toussaint, Éditions de Minuit, 1985 / BnF

Envoi d’Alain Robbe-Grillet, Les derniers jours de Corinthe, Éditions de Minuit, 1994
« Pour Jérôme avec qui j’ai porté les valises du Nouveau Roman ! / Affectueusement / Alain Robbe-Grillet, avril 94 »
BnF / Réserve des livres rares

Couverture de La Question, d’Henri Alleg,
Éditions de Minuit, 1958 / BnF

Couverture de Le Corps lesbien, de Monique Wittig, Éditions de Minuit,
1973 / BnF

Envoi de Samuel Beckett, Molloy, Éditions de Minuit, 1951
« Pour Jérôme Lindon avec mon amitié / Sam. Beckett, Paris, mai 1951 »
BnF / Réserve des livres rares

Envoi de Pierre Vidal-Naquet, L’Affaire Audin, Éditions de Minuit, 1958
« Pour Jérôme Lindon à qui ce livre doit tout à commencer par l’existence / Pierre Vidal-Naquet »
BnF / Réserve des livres rares

Envoi de Marguerite Duras, Moderato Cantabile, Éditions de Minuit, 1958
« Pour Jérôme Lindon, avec mon amitié, ce premier titre / Marguerite Duras »
BnF / Réserve des livres rares

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations sont extraites du communiqué de presse et Les nuits de France Culture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire