Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 18 février 2020

« 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement – Changer de peuple ou changer de politique » par Renaud Camus


Dans « 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement – Changer de peuple ou changer de politique », Renaud Camus présente son analyse des enjeux de l’élection présidentielle 2017 et des mesures urgentes pour enrayer un processus de changement de civilisation. Le 10 février 2020, lors de son débat avec le journaliste Éric Zemmour sur CNews, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l'Egalité hommes-femmes, avait évoqué le Grand Remplacement



« Intellectuel français souvent classé à la droite de la droite », Renaud Camus a forgé le néologisme « Grand Remplacement » pour désigner un processus contemporain de changement de peuple, par une immigration de masse, impliquant un changement de civilisation, notamment en France. Pour l'essayiste, si la France a su intégrer des individus, elle n'a pas su, ne sait pas, intégrer des groupes, a fortiori numériquement importants. Renaud Camus a songé au Grand Dérangement des Acadiens au Canada pour élaborer le Grand Remplacement.

« Fantasme ou réalité, concept ou phénomène observé, le Grand Remplacement serait la substitution progressive, en quelques décennies, de la population historique de notre pays par des populations issues de l'immigration, majoritairement extra-européenne » et musulmane. 

Le Grand Remplacement « est contesté par une grande partie des politiques et des médias français mais il est en même temps de plus en plus dénoncé par l'opinion publique ». 

Remplacement, remplacés, remplaçants, remigration, Matière Humaine Indifférenciée (MHI), In-nocence conçue comme la volonté de « ne pas nuire à la propriété des autres et à l'intégrité de la nature », Union européenne/Europe… Interrogé par Philippe Karsenty, Renaud Camus « s'explique tout en démasquant les complices de ce processus : médias, politiques, sociologues et intellectuels. Pour Renaud Camus, Le Grand Remplacement est une réalité dangereuse qui doit être combattue, au même titre que les grands mythes historiographiques qui le rendent possible ». La réalisation par les faits d'une boutade de Bertolt Brecht.

Convaincu des dangers de la surpopulation, fervent partisan de l'écologie, l'auteur développe une vision pessimiste du devenir de la Planète. Il n'évoque pas la possibilité d'une hausse du taux de natalité des « remplacés ». Il n'envisage pas l'hypothèse que le déclin démographique, notamment en Russie ou au Japon - deux pays refusant le Grand Remplacement par l'immigration de masse - ne soit pas inéluctable. A cet égard, l'exemple israélien analysé par Michel Gurfinkiel, journaliste, écrivain et président de l'Institut Jean-Jacques Rousseau, prouve la réussite d'un renversement de tendance démographique : depuis une quinzaine d'années, « la démographie de la communauté-souche – les Israéliens juifs -  remonte et la démographie de la minorité arabe baisse ».

Renaud Camus pourfend des mythes - « La France a toujours été une terre d'immigration », etc. -, souligne les dénis de réalités de sociologues.

Ce « livre d'entretien corrosif permet de comprendre et appréhender ce qui se déroule sous nos yeux depuis plusieurs décennies en France, et plus généralement en Europe ». 

Admiratif de Winston Churchill, Renaud Camus « est souvent contesté mais ne laisse jamais indifférent ». 

Éditeur, homme d'affaires et élu français, Philippe Karsenty l’interroge avec précision, lui laisse toute latitude pour étayer ses analyses et propositions, tout en précisant ne pas partager toutes les idées de Renaud Camus.

Des analyses intéressantes sur la généralisation imposée de l'effacement des différences et des remplacements ainsi que sur "les intérêts de droite" qui se sont placés cyniquement à gauche. mais parfois peu convaincantes - « solution à deux Etats » pour régler le conflit au Proche-Orient né du refus islamique d'un Etat juif, et non solvable par des concessions territoriales - qui révèlent des carences informatives.

Le 10 février 2020, lors de son débat (Face-à-face) avec le journaliste Éric Zemmour sur CNews, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l'Egalité hommes-femmes, avait évoqué les "actes racistes et antisémites" en refusant de désigner, comme l'y invitait Eric Zemmour, ceux qui les commettait et de reconnaître la part disproportionnée des chrétiens et des Juifs dans le nombre de victimes (28'). "Les victimes des discriminations sont aussi les victimes des discours de haine, et notamment celui venant de Monsieur Camus, pas Albert, Renaud, sur le Grand remplacement. Par exemple, le tueur de Christchurch en Nouvelle Zélande [le 15 mars 2019, Brenton Tarrant a commis des attentats contre deux mosquées de Christchurch, et qui ont fait 51 morts et 49 blessés, Nda]. On a retrouvé sur lui le manuel appelé The Great Remplacement, le Grand Remplacement, et ce sont des gens qui profèrent des actes de haine jusqu'au crime, et jusqu'au crime de masse, des actes racistes et antisémites qu'on crée avec cette idéologie du Grand remplacement en soufflant sur les peurs, la peur la peur de l'autre, du lendemain, de l'invasion avec un champ lexical morbide sur le suicide, sur la dépression, sur la mort... On  crée et on attise la peur des uns contre les autres... On est là dans une lecture ultra identitariste des choses... Le Grand Remplacement n'aura pas lieu car le démographe Hervé le Bas documente scientifiquement" l'immigration. ". Eric Zemmour a persiflé en qualifiant ce démographe de "Lyssenko de la démographie". "Faut-il interdire le Coran, livre de haine, qui a causé deux cents morts en France en 2015 ? Renaud Camus est un grand écrivain. Il a développé une formule, un processus qui est le drame historique de notre époque", a-t-il répondu.

Le 12 février 2020, sur Twitter, Renaud Camus a indiqué qu’il avait porté plainte contre elle pour ces propos" et "pour diffamation & mise en danger de la vie d’autrui. Elle a amalgamé mon livre avec la brochure du même titre du tueur de Christchurch, nullement inspiré par lui mais par le constat d’une même évidence."

Peu après la diffusion de l’émission Face à l’info, il s’était d’ailleurs défendu lui-même, toujours sur Twitter. « Marlène Schiappa prétend que le tueur de Christchurch avait sur lui mon livre. C’est une grave diffamation, elle confond avec la brochure du tueur, ‘The Great Replacement’, qui n’a rien à voir. Etant donné les us de l’Occupant, c’est aussi une mise en danger de la vie d’autrui », avait-t-il écrit. En 2019, il avait condamné les attentats à Christchurch.

Le "13 février, son avocat Yohann Rimokh a également écrit la tribune "Débat Schiappa/Zemmour : le Grand Remplacement, bouc émissaire évident" : « Comment peut-on proférer de telles choses quand on est ministre ? Comment peut-on sérieusement confondre le manifeste d’une dizaine de pages rudimentaires et abjectes d’un terroriste et le livre de Renaud Camus, épais de plusieurs centaines de pages, toutes entières basées sur l’amour de ce pays, l’innocence, la non-nuisance et la non-violence ? ».

Et cet avocat d'ajouter : "L’autre fois, c’est le procureur qui, sur délation de la Licra et de SOS Racisme, intenta un procès à Renaud Camus devant le tribunal correctionnel d’Auch. Nous eûmes alors tout le loisir d’écouter le préfet Potier, patron de la DILCRAH (« Délégation interministérielle de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT »), en son témoignage à la barre. Lui nous expliqua que le Grand Remplacement était une « théorie complotiste ». S’il y a bien une chose que les lecteurs de Renaud Camus savent, c’est que le Grand Remplacement est tout sauf une « théorie » (Renaud Camus fait de cette précision un tweet mensuel, sinon bimensuel) ; et qu’il n’y a rien de « complotiste ». Le Grand Remplacement est un nom ; c’est le nom d’un phénomène énorme, ou pour le dire comme Eric Zemmour, celui d’un processus."

Et Me Rimokh de conclure : "D’ailleurs à propos d’yeux, il n’y a en effet qu’une seule catégorie de la population qui soit en mesure de comprendre ce qu’est le Grand Remplacement: il s’agit de ceux qui ont des yeux pour voir et qui parfois sortent du métro à la Gare du Nord, à Châtelet-les-Halles, à Strasbourg-Saint-Denis, à Saint-Denis ; ou qui passent par Roubaix, ou bien par certains quartiers de Lyon, de Marseille, de Toulouse, de Brest, de Nîmes ou d’ailleurs. Il est vrai qu’il y a, dans le Grand Remplacement, l’idée d’une immigration devenue invasion. C’est un point de vue. Un jour, le Pape François lui-même déclara à ce sujet : « On peut parler aujourd’hui d’invasion arabe. C’est un fait social. » (La Vie du 2 mars 2016). Hervé le Bras, que Mme Schiappa cita avec la vénération d’un Inca devant l’une de ses statuettes, a lui même affirmé récemment à la radio ce me semble, quelque byzantinerie de cet acabit : « Il y a effectivement un Grand Remplacement mais ce n’est pas celui d’une population par une autre ; c’est celui d’une population qui était assez largement d’origine française sur plusieurs générations par une population qui est à la fois d’origine française et d’origine d’autres pays par suite des vagues d’immigration » (France culture, le 6 novembre 2019). "

Apprenant cette plainte, Marlène Schiappa a répondu sur Twitter. "Sauf que la secrétaire d’Etat, comme souvent lors de son débat contre Éric Zemmour, est passé à côté du sujet. « ‘On ne peut plus rien dire’ dit l’extrême-droite à longueur de médias, faisant passer leurs opposants pour des censeurs procéduriers », ironise-t-elle. « Résultat : c’est Renaud Camus qui porte plainte contre moi, pour avoir osé contredire sa théorie raciste du grand remplacement. Bas les masques ! », poursuit-elle. Ce faisant, elle élude complètement le motif de la plainte à son encontre, qui ne vise pas une quelconque « censure », mais bien des propos diffamatoires à l’encontre d’un auteur qu’elle a tenté d’impliquer dans un attentat. Bien entendu, que le préfet Potier & la ministre Schiappa aient des idées politiques à faire valoir est une chose ; qu’ils en viennent à mentir et à jeter en pâture le nom du premier de nos écrivains en est une autre. La première est un débat ; l’autre est une diffamation doublée d’une irresponsable mise en danger de la vie d’autrui."

Des Internautes lui ont répondu sur Twitter en citant la Division Population de l'ONU (Organisation des Nations unies) évoquant une "migration de remplacement : une solution à une population âgée et en déclin ?" et différents scénarios pour la France.



Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Cet article a été publié le 13 avril 2017.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire