mercredi 19 octobre 2016

Sur les pas de Chateaubriand. 1880-1920 - De Jaffa à Jérusalem. Épopée photographique


La Maison de Chateaubriand  a présenté l’exposition éponyme, et qui porte cet autre titre : De Jaffa à Jérusalem, sur les pas de Chateaubriand. 1880-1920, photographies de Terre Sainte.  Réalisés à partir de plaques de verre conservées à l’Ecole biblique et archéologique française  (EBAF) de Jérusalem, ainsi que des films provenant des collections du Musée Albert-Kahn, une soixantaine de tirages photographiques évoquent les paysages vus par François-René de Chateaubriand (1768-1848), écrivain romantique et homme politique français, lors de son périple vers l’Orient en 1806-1807. Le 18 octobre 2016, le Conseil exécutif de l'Unesco a nié le lien entre Jérusalem et le peuple Juif. 

De la campagne d’Egypte (1798-1801) à la mort de Byron à Missolonghi (1824), via le voyage de Chateaubriand en Orient et en Espagne, les rives orientales méditerranéennes fascinent.

L’exposition Les Orientales  à la Maison Victor-Hugo  (2010) débutait par les grands précurseurs : poètes, explorateurs, voyageurs, scientifiques et conquérants tel Bonaparte.

François-René de Chateaubriand (1768-1848) effectue ce voyage vers l’Orient de juillet 1806 à juin 1807.

Après avoir visité la Grèce et les Îles, Chateaubriand part à la découverte de la Terre Sainte, pour se rendre à Jérusalem, principale destination de son voyage. But de son périple : « trouver des couleurs » pour son épopée des Martyrs.

Le 12 octobre 1806, Chateaubriand est reçu chevalier du Saint-Sépulcre, et quitte Jérusalem pour embarquer à Jaffa.

En « décrivant les monuments de [Jérusalem], l’écrivain ne s’arrête pas seulement à leur aspect religieux ; à ses yeux, ces derniers sont aussi la traduction de la pensée des peuples qui les ont édifiés ».

En 2006, la Maison de Chateaubriand avait présenté l’exposition Chateaubriand en Orient. Itinéraire de Paris à Jérusalem (1806-1807).

En 2012, l’exposition « part sur les traces des lieux parcourus par Chateaubriand, des habitants et de leurs coutumes. Paysages de Judée et de la Mer Morte, veilles pierres de Jérusalem, portraits de bédouins, de paysans, de pèlerins des trois monothéismes et de marchands, les pays et les modes de vie montrés n’ont pas changé depuis le voyage de l’écrivain, et font écho au récit qu’il en fait dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris » (1811).

Chateaubriand écrit :
« La vallée de Josaphat semble avoir toujours servi de cimetière à Jérusalem … Les Juifs viennent y mourir des quatre parties du monde ; un étranger leur vend au poids de l'or un peu de terre pour couvrir leur corps dans le champ de leurs aïeux. Les cèdres dont Salomon planta cette vallée, l'ombre du temple dont elle était couverte, le torrent qui la traversait, les cantiques de deuil que David y composa, les lamentations que Jérémie y fit entendre, la rendaient propre à la tristesse et à la paix des tombeaux… Les pierres du cimetière des Juifs se montrent comme un amas de débris au pied de la montagne du Scandale… Faudrait-il s'étonner qu'une terre féconde [royaume de Jérusalem] fût devenue une terre stérile après tant de dévastations ? … A la droite du Bazar, entre le Temple et le pied de la montagne de Sion, nous entrâmes dans le quartier des Juifs. Ceux-ci, fortifiés par leur misère, avaient bravé l'assaut du pacha : ils étaient là tous en guenilles, assis dans la poussière de Sion … et les yeux attachés sur le Temple. [Les Juifs] de la Palestine sont si pauvres qu'ils envoient chaque année faire des quêtes parmi leurs frères en Egypte et en Barbarie ».
Une photo de la mosquée au Dôme du Rocher révèle des abords sans aucun individu à ses abords. Des touffes de  verdures semblent pousser dans des interstices du sol de l'esplanade.

Le 16 octobre 1806, Chateaubriand se dirige vers Alexandrie. Il revient à Paris en juin 1807.

L’Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris de Chateaubriand fixe le parcours des voyages en Orient de peintres et d’auteurs du XIXe siècle.

Cette exposition a présenté une soixantaine de tirages photographiques réalisés à partir de plaques de verre conservées à l’Ecole biblique et archéologique française  (EBAF) de Jérusalem, ainsi que des films provenant des collections du Musée Albert-Kahn  à Boulogne-Billancourt.

Banquier et philanthrope français Juif, Abraham, dit Albert, Kahn (1860-1940), a constitué les « Archives de la Planète » en envoyant des photographes et cameramen dans le monde entier, notamment au Moyen-Orient .
La Maison de Chateaubriand
A quelques kilomètres de Paris, la Vallée-aux-Loups « offre à Chateaubriand de 1807 à 1817 une demeure à l’écart de la scène politique ».

En novembre 1807, « l’auteur s’installe avec son épouse Céleste dans ce qui n’est alors qu’une maison de jardinier, à laquelle il donnera une empreinte toute personnelle ».

Là, « s’exprime toute la dimension de l’homme, à la fois écrivain, homme politique, voyageur et botaniste ».

Chateaubriand y écrivit certains de ses livres majeurs, dont L’Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, et débuta la rédaction des Mémoires d’Outre-tombe.

Propriété du Conseil général des Hauts-de-Seine, la « demeure restitue l’atmosphère d’une « chartreuse » romantique telle que l’a connue » Chateaubriand.

Jusqu’au 3 mars 2013
A la Maison de Chateaubriand

87, rue de Chateaubriand. 92290 Châtenay-Malabry
Tél. 01 55 52 13 00
Du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Le dimanche de 11 h à 18 h
Visuels :
Affiche
Rue de Jérusalem
Anonyme
Début du XXe siècle
Négatif sur plaque de verre
N° inv. : 17196
© Couvent de saint Étienne Protomartyr / École biblique et archéologique française, Jérusalem
Sortie de Jérusalem par la porte de Damas
Jules Creten (ancien élève de l’École), O.P.
1923
Négatif sur plaque de verre
© Couvent de saint Étienne Protomartyr / École biblique et archéologique française, Jérusalem
Famille chrétienne de Bethléem en visite à l’École biblique et archéologique de Jérusalem
Raphaël Savignac (1874-1951), O.P.
Vers 1905
Négatif sur plaque de verre
N° inv. : 04464
© Couvent de saint Étienne Protomartyr /École biblique et archéologique française, Jérusalem

La Mer Morte
Raphaël Savignac (1874-1951), O.P.
2 janvier 1909
Négatif sur plaque de verre
N° inv. : 04884
© Couvent de saint Étienne Protomartyr / École biblique et archéologique française, Jérusalem

Fête juive, vers 1910
Rare vue d'une grande fête juive avec procession partant de l'intérieur de la porte de Jaffa, contre la citadelle, devant l'entrée de la caserne, dite Kishleh
Crédits : Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem

Jérusalem, mur des lamentations, vers 1875
Crédits : Ecole biblique et archéologique française, Jérusalem

Désert de Judée
Anonyme (Pères Blancs de Sainte-Anne)
Vers 1920
Négatif sur plaque de verre
N° inv. : 16375
© Couvent de saint Étienne Protomartyr / École biblique et archéologique française, Jérusalem

Bédouins chrétiens à Mâdabâ (Jordanie)
Raphaël Savignac (1874-1951), O.P.
1905
Négatif sur plaque de verre
N° inv. : 07073
© Couvent de saint Étienne Protomartyr/École biblique et archéologique française, Jérusalem
A lire sur ce blog :
Affaire al-Dura/Israël
Aviation/Mode/Sports
Chrétiens
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Monde arabe/Islam
Shoah (Holocaust)
Articles in English
Les citations proviennent du dossier de presse. Cet article a été publié le 2 mars 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire