Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 18 octobre 2019

« Le dernier khamsin des Juifs d’Égypte » par Bat Ye’or


« Le dernier khamsin des Juifs d’Égypte » par Bat Ye’or (Les Provinciales, 2019) relate sous la forme d'un roman la fin, dans les années 1950, d'une société cairote cosmopolite, polyglotte, persécutée par Gamal Abdel Nasser, président de la République d'Egypte (1956-1970), et qui empruntera les voies de l'exil vers l'Europe.

« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » par Marc Crapez

Enfin, le voici ! Dans son Autobiographie politique, Bat Ye’or avait révélé avoir initié l’écriture de deux romans dans sa jeunesse. Le premier, refusé par de nombreux éditeurs, avait été plagié. Quand au second projet littéraire, l’essayiste déplorait avoir du interrompre l’écriture de ce livre de fiction pour ses travaux sur Eurabia ou l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

On ne peut donc que se réjouir que Bat Ye’or ait cédé aux voix de ses personnages l'implorant de les faire surgir hors de son imagination pour qu'ils habitent nos imaginaires.

Bat Ye’or brosse un tableau sensible de la fin d’une Egypte contrastée : cosmopolite et bourgeoise dans de grandes villes où se fréquentaient juifs, chrétiens et musulmans aisés, arabe et pauvre dans ses villages. L'auteur recourt à la fiction pour évoquer la fin douloureuse d’une civilisation juive bimillénaire au travers de personnages touchants.

Avec fraîcheur, elle évoque les premiers émois amoureux d’une jeune fille. Avec une finesse psychologique, elle fait comprendre cette sorte de dédoublement de la personnalité déchirée entre le passé égyptien encore si prégnant dans l'exil - souvenirs des effluves florales, du souffle du khamsin, ce vent printanier, chaud et alourdi de sable -  et un présent britannique si rude. La brume londonienne estompe cette ligne de démarcation.

Bat Ye’or fait sentir ce sentiment de précarité, d’appréhensions, de douleur du déracinement, la violence de la spoliation et de la dénaturalisation des juifs égyptiens par Nasser. Dans un contexte de rumeurs de départs précipités de familles juives.

On ne peut pas le lire sans songer à l'avenir des Français juifs...


Bat Ye’or, Le dernier khamsin des Juifs d’Égypte. Les Provinciales, 224 pages. 20 €. ISBN-13 : 978-2912833563

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire