Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 8 février 2019

« Les Juifs d'Afrique du nord face à l'Allemagne nazie » par Dan Michman et Haim Saadoun


Dirigé par deux historiens israéliens, Dan Michman et Haim Saadoun, le livre « Les Juifs d'Afrique du nord face à l'Allemagne nazie » (Perrin, 2018) propose quatorze contributions d’historiens sur une réalité historique méconnue. Le 10 février 2019, à 14 h 30, le Mémorial de la Shoah organisa la conférence « Une « Shoah » des Juifs d’Afrique du Nord ? » en présence des directeurs d’ouvrage et de Guy Dugas, éditeur scientifique du journal d’Albert Memmi. Une conférence problématique.

« On est généralement surpris d’entendre parler de Shoah au sujet des Juifs d’Afrique du Nord, les nazis n’ayant occupé qu’une partie de cette région, le reste étant aux mains des Alliés », écrivent les auteurs du recueil d’articles « Les Juifs d'Afrique du nord face à l'Allemagne nazie » : deux historiens israéliens. « Professeur à la Faculty of Jewish Studies de l’université Bar-Ilan (Israël), chercheur associé à Yad Vashem, Dan Michman est l’auteur de nombreux ouvrages remarqués, dont De la mémoire de la Shoah dans le monde juif et The Emergence of Jewish Ghettos during the Holocaust. Professeur d’histoire à l’université libre de Tel-Aviv, Haïm Saadoun est l’auteur de Le Monde sépharade. Histoire et civilisation. »

Cet ouvrage se propose de présenter l’état des recherches historiques sur un sujet méconnu, voire souvent ignoré. Un « travail novateur qui s’appuie sur des sources non exploitées jusqu’à présent ».

Il « étudie donc l’idéologie nazie en Afrique du Nord et l’étendue de l’antisémitisme avant et pendant la guerre, et analyse le comportement des populations locales pour répondre à cette question centrale : y a-t-il eu une « Shoah » des Juifs d’Afrique du Nord ? »

« En s’appuyant sur de nouveaux documents, l’auteur démonte l’argumentation selon laquelle un programme d’extermination systématique des Juifs d’Afrique du Nord aurait été décidé à la conférence dite de « Wansee » en janvier 1942. Néanmoins, il faut aussi inclure dans la dénomination « Shoah » les conditions faites aux Juifs en Afrique du Nord pendant la guerre ».

Rappelons que la conférence de dirigeants nazis et d’officiers allemands réunis à Wansee ou Wannsee a eu pour thème « la solution finale de la question juive » visée par Hitler et a envisagé sa mise en œuvre en se fondant sur un tableau indiquant, pour chaque pays du continent européen, pour l’Union soviétique et pour la Turquie, le nombre de Juifs y vivant. Pour la France, Reinhard Heydrich, SS-Obergruppenführera allemand présidant cette conférence, désigne non seulement les Juifs de la France métropolitaine, mais aussi ceux de son empire colonial en Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie - mentionnés comme vivant dans « France /territoires non-occupés »). Le tableau évalue la population juive totale à environ onze millions de personnes, dont un peu plus de la moitié se trouvent dans des pays ou des territoires non contrôlés par le IIIe Reich.

« Dans la première partie sont étudiées l’idéologie nazie en Afrique du Nord et l’étendue de l’antisémitisme avant et pendant la guerre. Dans la deuxième partie est analysé le comportement des populations locales vis-à-vis des Juifs. La troisième partie est consacrée aux événements des années 1940-1944, comme la pression exercée par le gouvernement de Vichy, les opérations de secours orchestrées par Hélène Cazes-Benatar au Maroc, le sort de la communauté juive de Nabeul en Tunisie, ou encore le cas de Tanger où se sont réfugiés des Juifs européens et où existait un réseau d’espionnage et de contre-espionnage. Enfin, dans une dernière partie est retracé le travail de mémoire dans la littérature judéo-maghrébine d’expression française et dans l’historiographie après 1944 ».

Application des statuts des Juifs édictés par le régime de Vichy avec ses exclusions d'élèves et professeurs juifs des établissements scolaires publics, entassement des Juifs dans des mellahs, rafle, port de l'étoile jaune, multiplication de camps de travaux forcés, propagande nazie vers le monde arabe, rackets, viols, déportation vers les camps d'extermination... Le sort des Juifs d'Afrique du nord présente de nombreuses similitudes avec celui des Juifs persécutés par les Nazis sur le continent européen.

Rédigés par des chercheurs de divers pays, neuf focus concernent les deux protectorats français - Maroc et Tunisie - et les trois départements français d'Algérie. Pourquoi n'avoir pas inclus la Libye et l'Egypte ?

Ce livre intéressant contient des notes précieuses, mais ni un index des noms cités ni des cartes.

Son thème s'avère sensible à plus d'un titre. Des mémoires familiales juives accèdent au rang historique. La nature de la Shoah apparaît dans toute sa dimension : détruire un peuple, où qu'il se trouve sur la planète. L'Histoire du nazisme, de la Deuxième Guerre mondiale, de la Shoah et du "monde arabe ou/et musulman" repensée et certains passages doivent être (ré)écrits : la Shoah n'est pas qu'une tragédie "européenne" car les Etats européens disposaient aussi d'empires coloniaux peuplés de Juifs ayant subi les persécutions antisémites des régimes collaborateurs ou/et des nazis et visés par la "Solution finale" ; la refondation de l'Etat d'Israël ne résulte pas d'un sentiment de culpabilité de l'Europe qui aurait imposé à un monde arabe ou/et musulman innocent de toute adhésion au nazisme ou de toute complicité dans la Shoah, un Etat Juif. Le périmètre du "dialogue judéo-musulman" se trouve élargi malgré les réticences des protagonistes. Mais les dirigeants politiques, surtout français, et les institutions juives hexagonales sont-elles prêtes à cet "Aggiornamento" ? On peut en douter.

Mémorial de la Shoah
Le 10 février 2019, à 14 h 30, le Mémorial de la Shoah organisa la conférence « Une « Shoah » des Juifs d’Afrique du Nord ? » en présence des directeurs d’ouvrage et de Guy Dugas, éditeur scientifique du journal d’Albert Memmi. Une rencontre  animée par Jean-Pierre Allali, journaliste et écrivain, et proposée autour de la parution de Les Juifs d’Afrique du Nord face à l’Allemagne nazie sous la direction de Dan Michman et Haim Saadoun, éd. Perrin, 2018, et de Journal d’un travailleur forcé d’Albert Memmi, éd. CNRS, coll. Biblis, 2019, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

« Le IIIe Reich n’ayant occupé qu’une partie de cette région, y a-t-il eu une « Shoah » des Juifs d’Afrique du Nord ? En Algérie et au Maroc, les Juifs subissent les lois imposées par Vichy. En Tunisie, ces lois sont doublées de persécutions allemandes. Quelle était l’idéologie nazie en Afrique du Nord et l’étendue de l’antisémitisme avant et pendant la guerre ? »

Cette conférence s'est avérée problématique en raison des discours de Dan Michman et Haim Saadoun.

Dan Michman a pourfendu l'idée selon laquelle aucune erreur n'affecterait les documents allemands et a distingué la Shoah de la "Solution finale de la question juive". Les Juifs d'Afrique du nord étaient-ils inclus dans la "Solution finale de la question juive" ? Les historiens sont divisés. Selon Dan Michman, Peter Longerich et Saul Friedlander répondent par l'affirmative à cette question, alors que Michael Marrus, Robert Paxton Daniel Carpi et Asher Cohen considèrent que les Juifs d'Afrique du nord en étaient exclus. Quant à Haim Saadoun, il s'est attaché à évoquer les sources de la vie quotidienne des Juifs d'Afrique du nord - des lettres, des photographies - et a brossé un tableau qui a paru édulcorer les persécutions antisémites : "pas de stigmatisation des juifs", etc. Et qui rompait avec les souvenirs familiaux de cette période. Deux arguments de ces historiens : le SS Walter Rauff n'évoque pas dans son journal une "Solution finale de la question juive" en Tunisie ; il n'y a pas de document écrit la mentionnant. Mais, on pourrait rétorquer qu'aucun document signé par Hitler ne mentionne explicitement durant la Deuxième Guerre mondiale la destruction du peuple juif.

L'obligation pour des Juifs de quitter leur domicile pour (sur)vivre dans des mellahs (ghettos) de villes marocaines ? Haim Saadoun n'a pas trouvé de trace de ce fait, mais souhaite qu'on lui indique tout document le prouvant. Donc, en voici quelques uns lisibles sur Internet : "Un décret supplémentaire prescrivait le recensement obligatoire des Juifs et l'enregistrement de leurs biens dans le but de les nationaliser. Un autre stipulait que les Juifs vivant dans les nouveaux quartiers habités par des Français devaient retourner au mellah, le ghetto juif marocain dans lequel ils avaient vécu avant l'arrivée des Français" (Les Juifs du Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale), "La Conférence des revendications matérielles juives contre l’Allemagne, connue également sous le nom de Conférence des revendications, a convaincu d’indemniser les Juifs marocains pour une raison primaire – parce qu’ils étaient obligés de vivre dans les mellahs ou quartiers historiques juifs. Sous les termes de la loi allemande, la résidence forcée est reconnue comme un type de persécution, explique Greg Schneider, vice-président exécutif de la Conférence des revendications. Les Juifs marocains qui vivaient déjà dans les mellahs n’avaient pas l’autorisation d’en sortir et certains, qui vivaient à l’écart des quartiers juifs, ont été contraints de s’y installer, indique Schneider. Edery, dont l’oncle et les cousins ont été dans l’obligation de quitter leur domicile et d’intégrer le mellah de Marrakech pendant la guerre, soupçonne que cette politique ait pu être mise en place comme une première étape vers l’extermination. Toutefois, un mellah n’était pas exactement comme un ghetto polonais dans la mesure où les portes n’étaient pas fermées, où les gens pouvaient encore entrer et sortir et parce que la majorité des Juifs marocains y vivaient même avant la guerre. De plus, les Juifs n’ont pas été contraints à rejoindre les mellahs dans toutes les villes marocaines. Il est indiscutable, toutefois, que les conditions de vie dans le mellah étaient terribles. Charles Barchechath, commentateur de radio à Montréal, né en 1943 dans le mellah de Rabat, dit que la nourriture était rare et que le typhus et le choléra étaient communs dans ces quartiers. « Ces épidémies ont tué un grand nombre de Juifs du Maroc. Mon père a attrapé le typhus mais heureusement, il a pu guérir », raconte-t-il" (L’histoire inconnue des survivants marocains de la Shoah).

"Vous dites que les Juifs n'ont pas été stigmatisés, mais le port de l'étoile jaune, c'est de la stigmatisation !", s'est indigné un spectateur.

Des Juifs tunisiens ont vu un camp de concentration avec de hautes cheminées être construit près de Tunis afin de tuer les Juifs ? Les deux historiens en doutent fortement.

"J'ai étudié vos sources, et j'en ai tiré des conclusions différentes", a résumé avec tact Peggy Frankston, historienne de l'United States Holocaust Memorial Museum à Washington ayant recueilli les témoignages oraux de Juifs tunisiens ayant subi l'occupation nazie pendant sept mois, de novembre 1942 à mai 1943.

Précisons-le : il ne s'agit pas de concurrence mémorielle. Le but est de témoigner de la réalité afin que soit écrite l'Histoire de la Shoah, du peuple juif durant la Deuxième Guerre mondiale.

"À la veille de la Seconde Guerre mondiale, 90 000 Juifs vivaient en Tunisie. Entre novembre 1942 et mai 1943, le pays fut occupé par les forces de l’Axe. Les Juifs connurent alors "l’angoisse, les rançons, les pillages, les souffrances du travail forcé et des dizaines de morts" (Serge Klarsfled). L’action anti-juive était dirigée par le colonel SS Walter Rauff. Ce dernier avait été responsable de la mort de centaines de milliers de Juifs, assassinés dans des camions à gaz (ancêtres des chambres à gaz) des pays Baltes à la Yougoslavie. En Tunisie, l’objectif était également de mettre en œuvre la "Solution finale". Des Juifs furent ainsi déportés vers l’Europe. L’avancée des Alliés et leur domination militaire ont heureusement contrarié les plans nazis".

Si Hitler avait exclu les Juifs de Tunisie de la Solution finale, pourquoi a-t-il envoyé à Tunis le SS Walter Rauff, « spécialiste de la mise à mort des Juifs », selon l’historien Serge Klarsfeld interviewé dans « Les Juifs d'Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale  », documentaire de Claude Santiago  et d'Antoine Casubolo Ferro (2013).

Le 7 avril 2015, le quotidien israélien Ynet a résumé la teneur du Journal de Walter Rauff, sur l'occupation de la Tunisie par les Allemands nazis : l'enthousiasme de Tunisiens arabes pour les Nazis, la foi des Français et des Juifs dans la victoire des Alliés, etc. Conservé en Grande-Bretagne, récemment traduit en hébreu par le Dr. Haim Saadoun, ce Journal est composé des rapports envoyés par Walter Rauff aux dirigeants nazis à Berlin.

Dans son journal, Rauff décrit la population Arabe tunisienne et sa coopération avec les Nazis : « La communauté Arabe est amicale avec les Allemands et volontaire pour l'aider... Les Arabes qui nous ont accompagnés de l’aéroport vers la ville... nous ont donné les adresses de Juifs dont les maisons et voitures combleraient nos besoins. Le recrutement des Juifs pour le travail forcé a eu un impact positif sur l'atmosphère dans le secteur Arabe ».

Le 8 décembre 1942, Rauff exige des dirigeants de la communauté Juive « 3 000 hommes munis de pelles, de pioches et de vivres pour le lendemain, 8 h ». Officier de la Légion d’honneur, Maurice Borgel, président de cette communauté, proteste. Agenouillé, ce septuagénaire est cravaché violemment par Rauff.

Ayant fui en Amérique latine après la guerre, jamais jugé, Rauff meurt le 14 mai 1984 au Chili. Serge et Beate Klarsfeld n’ont pas obtenu son extradition. Dans son documentaire « Exil nazi : la promesse de l'Orient », la journaliste et réalisatrice Géraldine Schwarz « a pu reconstituer l'exil de Nazis depuis Rome, plaque tournante des nazis en cavale. Parmi eux, Walther Rauff, l’un des logisticiens de la Shoah qui a coordonné le déploiement de camions à gaz dans l’Est de l’Europe pour exterminer les Juifs ». 


Dan Michman et Haim Saadoun, « Les Juifs d'Afrique du nord face à l'Allemagne nazie ». Perrin, 2018. 400 pages.

Le 10 février 2019, à 14 h 30
Au Mémorial de la Shoah
A l’Auditorium E.J.Safra
17, rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris
Tél. : 01 42 77 44 72
Photo : Rabbins sortant du palais du bey, après lui avoir rendu visite, Tunis. Tunisie, années 1930

A lire sur ce blog :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire