Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 3 janvier 2014

« Croissant fertile et croix gammée. Le IIIe Reich, les Arabes et la Palestine », de Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallmann


Dans cette étude  indispensable publiée en Allemagne en 2006, Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallmann, deux historiens allemands, démontrent que la relation entre l’Allemagne nazie et le Moyen-Orient de 1933 à 1945 n’a été ni opportuniste ni pragmatique, mais cimentée notamment par la « haine des Juifs, des Anglo-américains et des Bolcheviks ».

Visant la conquête de l’Orient, le IIIe Reich envoya dès la fin des années 1930 des armes et de l’argent dans le monde arabe - Syrie, Arabie saoudite, Yémen, Maroc, Palestine mandataire – attentats terroristes contre la puissance mandataire et les Juifs -, etc. - où il suscitait l’enthousiasme et l’adhésion, même après sa défaite à al-Alamein en Egypte (1942) : des actions communes sont entreprises tels le recrutement de musulmans dans la Wehrmacht et la SS.

Le IIIe Reich  s’allia avec des responsables musulmans, dont Hadj Amin al-Husseinigrand mufti de Jérusalem, qui contacte l’Allemagne nazie dès 1933, attisait la haine contre les Juifs via la radio nazie  en langue allemande dont les studios sont sis à Berlin, incitait ardemment à la destruction du Yichouv (« terre habitée » en hébreu ; environ 500 000 Juifs vivaient dans la Palestine mandataire), a soutenu le putsch pro nazi en Iraq qui a causé un pogrom (farhud), s’opposait efficacement à l’échange contre des prisonniers allemands d’enfants juifs de Slovaquie, Pologne et Hongrie amenés alors vers les camps nazis de la mort, favorisait le recrutement de musulmans dans la Wehrmacht et la SS, etc. Autre dirigeant arabe ayant collaboré avec les Nazis : Rachid Ali al-Gillani (1892-1965), Premier ministre irakien et fomenteur d’un coup d’Etat pro-nazi du 3 avril 1941.

Le livre décrit aussi les efforts déployés par le Yichouv, ses débats et initiatives, pour vaincre ses ennemis puissamment armés désireux de les tuer, de les spolier, etc.

Et, après la défaite des forces de l’Axe, cette alliance a perduré : anciens nazis combattant l’Etat Juif lors de sa guerre d’Indépendance, réfugiés dans des pays arabes ou conseillers de dirigeants arabes tel Nasser, trafic d’armes avec le FLN, etc. La commercialisation de Mein Kampf  dans tant de pays musulmans atteste de ce lien avec le nazisme et Mahmoud Abbas  (Abou Mazen) célèbre al-Husseini.

Le 7 décembre 2013, Farouq Qaddoumi, ancien dirigeant du bureau politique de l'OLP, a déclaré à Russian Today TV, le 7 décembre 2013 : lors de la Seconde Guerre mondiale, "nous étions des supporters enthousiastes de l'Allemagne, de Hitler. C'était général parmi les Palestiniens". Il s'est souvenu de la radio nazie émettant alors en langue arabe.

Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallmann, Croissant fertile et croix gammée, le IIIe Reich, les Arabes et la Palestine. Traduit de l’allemand par Barbara Fontaine. Editions Verdier, 2009. 352 pages. 18,50 euros. ISBN : 978-2-86432-591-8

  
A lire sur ce blog :

Cet article a été commandé et non publié par L'Arche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire