Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mercredi 12 février 2020

La Ligue islamique mondiale, de Paris à Auschwitz


La Ligue islamique mondiale (LIM) est une organisation musulmane instituée en 1962 à La Mecque par le prince Fayçal d'Arabie saoudite. Le 17 septembre 2019, la LIM et la Fondation de l’islam de France (FIF) ont organisé au Palais Brongniart, à Paris, la Conférence internationale de Paris pour la paix et la solidarité. Une réunion « islamiquement correcte ». Liée à cette conférence, une délégation de dignitaires musulmans, dont des Saoudiens, a participé à la visite, organisée par l’American Jewish Committee (AJC), dès le 23 janvier 2020, du camp nazi d’Auschwitz, en Pologne.


Vers un « vote halal » en France, en Belgique, en Grande-Bretagne et en Israël ? 
« Humoristes et musulmans » de Frank Eggers  
« Nous, Français musulmans. Du public à l'intime » par Romain Icard 
« Des humanitaires sur le chemin d’Allah » par Claire Billet, Constance de Bonnaventure et Olivier Jobard  
« Oum Kalthoum, la voix du Caire », par Xavier Villetard 
"El Gusto" de Safinez Bousbia
« Al Musiqa. Voix et musiques du monde arabe »
« Nouvelle génération, la bande dessinée arabe aujourd’hui » 
« Riad Sattouf. L’écriture dessinée »
« La croix gammée et le turban, la tentation nazie du grand mufti » de Heinrich Billstein 
« Pour Allah jusqu’à la mort. Enquête sur les convertis à l’islam radical » par Paul Landau
L'Etat islamique 
Interview de Bat Ye’or sur le califat et l’Etat islamique/ISIS 
« Les armes des djihadistes » par Daniel Harrich 
« L'argent de la terreur »
« Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974) » par Ben Salama
« Pictures for Peace. La douleur après l’attentat - Hocine Zaourar » par Rémy Burkel 
« Cheikh Zayed, une légende arabe » par Frédéric Mitterrand
« Emirats, les mirages de la puissance », par Frédéric Compain
L’Arabie saoudite 
La Ligue islamique mondiale, de Paris à Auschwitz
L’Irak, une ex-mosaïque ethnico-religieuse 
« Iran-Irak, la guerre par l'image » par Maryam Ebrahimi
« Oman, au pays des contes » par Nadja Frenz
Le keffieh, c'est tendance !

La Ligue islamique mondiale (LIM) est une organisation musulmane instituée en 1962 à La Mecque par le prince Fayçal d'Arabie saoudite. Obligatoirement saoudien, son secrétaire général est Mohammad Abdelkarim Al-Issa, proche du prince héritier Mohammed ben Salmane, et ancien ministre de la Justice lorsqu’en 2014 le blogueur Raif Badawi avait été condamné à mille coups de fouet et dix ans de prison.

Financée d’abord par l''Aramco, la LIM a reçu de l’argent de la Faysal bank et de la banque Al Baraka (ABG). Sa fonction principale est la da’wa (prédication de l’islam), dans sa version wahhabite, qu’elle assure notamment par le financement de mosquées, d’écoles, de centres ou d’instituts islamiques. Elle affirme aussi lutter contre l’islamophobie.

La LIM a été partie civile dans les procès contre l’écrivain Michel Houellebecq qui avait déclaré « la religion la plus con, c'est quand même l'islam » (2002) et contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo qui avait publié des dessins sur Mahomet (2007). Deux procès qu’elle a perdus.

La LIM bénéficie du statut d'observateur à l'Organisation des Nations unies (ONU) et du statut consultatif auprès de Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). Elle est accréditée auprès du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Elle à adhéré à diverses organisations mondiales, notamment l’Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane, l’International Supreme Council for Dawah and Relief, la Conférence islamique internationale et l'Organisation de la coopération islamique (OCI).


Depuis les attentats terroristes islamistes du 11 septembre 2001 fomentés par al-Qaïda et commis essentiellement par des Saoudiens, l’Arabie saoudite traverse une période délicate : son implication dans le terrorisme islamiste mondial a été révélée, l’Iran des mollahs chiites vise le leadership régional, développe son programme nucléaire militaire et la combat au Yémen via les rebelles houthis, le « printemps arabe » a été marqué par des émeutes des populations chiites dans la péninsule arabique, les Etats-Unis du Président Donald Trump ont assuré leur indépendance énergétique et exigent des réformes du régime saoudien, la préparation de la transition vers l’après-pétrole s’avère urgente pour le royaume saoudien, des livres ont dénoncé son idéologie wahhabite, le journaliste membre des Frères musulmans Jamal Khashoggi a été assassiné le 2 octobre 2018 au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul (Turquie), manuels scolaires saoudiens continuant d'enseigner la haine des Juifs et des Israéliens, etc. 

Ce qui a incité l’Arabie saoudite à adopter des mesures de libéralisations légères, à renforcer son « soft power » et à nouer des relations officieuses avec l’Etat d’Israël honni.

La monarchie saoudienne vise donc à améliorer l’image de l’Arabie saoudite pour maintenir, voire étendre son influence en Europe et aux Etats-Unis. Et plus généralement, dans le monde.

C’est dans ce cadre d’une stratégie de communication, d’alliances tactiques et d’actions médiatisées que s’inscrit le périple du secrétaire général de la LIM, Mohammad Abdelkarim Al-Issa en Europe en 2019 et 2020.

Charte de La Mecque
Le 11 juin 2019, la LIM a accueilli à la Mecque les courants de l’islam - sunnites, chiites, druzes, etc. - pour assister à la conférence « La modération et la tempérance dans le Coran et la Sunna ». Une première.

Au terme de cette réunion, 1 200 muftis et érudits islamiques, originaires de 139 pays, ont signé La Charte de La Mecque.


En se fondant sur le Coran et la Sunna (tradition), cette Charte précise les droits et les devoirs des musulmans envers les femmes, les enfants et les jeunes, leur attitude envers des non-musulmans, et de grands thèmes, dont la nature, le terrorisme, l’islamophobie, le racisme et la faim.

Par exemple, si la Charte affirme le « respect de la différence entre les nations humaines dans leurs croyances, leurs cultures, leurs natures et leurs modes de pensée, conditions pour établir l’harmonie et la paix », elle n’exige pas l’égalité entre musulmans et non-musulmans.

« Avec cette charte de la Mecque, l’État saoudien via la LIM a d’abord voulu affirmer sa suprématie politico-religieuse sur la concurrence : l’Union internationale des oulémas musulmans proche du Qatar frériste, ennemi juré des Saoud. Cette charte est surtout un instrument géopolitique au sein même de l’Oumma (la communauté des croyants) », a analysé Barbara Lefebre.

Conférence internationale pour la paix et la solidarité
17 septembre 2019. Première étape à Paris pour assister à la conférence internationale de Paris pour la paix et la solidarité co-organisée par la Ligue islamique mondiale (LIM ) et la Fondation de l’islam de France (FIF) présidée par Ghaleb Bencheikh.

Stylos dans de jolis boites sombres, pin's et carnets avec le logo et le nom de la conférence en couleur dorée rangés dans un grand sac en papier brillant... C'est simple : on se croyait à l'Assemblée générale d'une société cotée en Bourse. Une coïncidence non fortuite : le Palais Brongniart a accueilli la Bourse de Paris jusqu'à la fin du XXe siècle. Qui a payé ce marketing luxueux ?

A noter le logo de conférence en forme d'hexagone aux couleurs de la France. Le symbole - étoile de David, croix, croissant - de chaque religion s'inscrivait en blanc sur un fond rouge ou bleu. Hasard ? Le croissant surplombait l'étoile juive et la croix chrétienne de ceux considérés sous joug islamique comme des dhimmis...

Le programme annonçait la présence du Président de la République Emmanuel Macron et du Premier ministre Edouard Philippe respectivement pour ouvrir et clore la manifestation.

Devant le tollé suscité par les révélations des essayistes Mohammed Louizi et Barbara Lefebvre, le Président et le chef du gouvernement ont annulé leur participation.

Devant le siège du Palais Brongniart : une manifestation avec Ensaf Haidar, épouse du militant saoudien Raif Badawi, condamné et emprisonné, et l'essayiste Zineb El Rhazoui. 

Dans la salle de réunion où allaient se succéder les discours, c’est Mohamed Sifaoui qui hurlait son opposition au régime saoudien, avant d’être rapidement évacué hors de la salle.

Des tables-rondes ont réuni des représentants du judaïsme, du christianisme - aucun dirigeant national ou de très haut niveau - et de l’islam, mais pas du Conseil français du culte musulman (CFCM), ainsi que des représentants d’associations et des universitaires. Quasiment tous français, et minoritairement saoudien, libanais, etc. Ce choix d’interlocuteurs, rabbins ou archevêque, a établi l’islam uniquement comme une religion parmi d’autres plus anciennement ancrées en France. Et il a occulté l’aspect politique de l’islam. 

Cette journée médiatisée a débuté par THE image – les représentants de la LIM, de la FIF, du judaïsme orthodoxe, du christianisme souriants sur l'estrade - et s’est achevée par la signature du Memorandum d'entente et d'amitié

Entre les deux : l’annonce que Mohammad Abdelkarim Al-Issa, himself, se rendrait au camp nazi d’Auschwitz (Pologne) en janvier 2020 et des discours répétitifs : l’islam est une religion de paix ; hélas, certains l’interprétaient mal et ces extrémistes ont tout faux. Donc aucun reproche ne peut/doit être adressé à l’islam. Entonnés par tous les invités, ces discours « islamiquement corrects » m'ont paru dénaturer le judaïsme et le christianisme qui les approuvaient ou les exprimaient.

A noter quelques piques à fleurets mouchetés de dirigeants chrétiens concernant la loi sur lae projet de loi bioéthique discuté au Parlement en cet automne de l’acte II du Président Emmanuel Macron.


Des thèmes essentiels, sources de différends, ont été occultés : l'antisémitisme islamique, la dhimmitude, statut humiliant, déshumanisant et cruel des non-musulmans sous domination islamique et lié au djihad, le monde Arabe ou/et musulman et la Shoah - rôle du grand mufti de Jérusalem al-Husseini, propagande nazie dans le monde Arabe, farhud, etc. - et l’exil, essentiellement des années 1940 aux années 1970, d'environ un million de Juifs du monde Arabe, de Turquie, d’Iran, de Judée, de Samarie et d’une partie de Jérusalem. Les mêmes occultations que lors de la conférence de lancement du projet Aladin dirigé par Anne-Marie Revcolevschi présente à cette conférence de la LIM et de la FIF.

Pourtant, la vérité est apparue, incidemment, quand un orateur a évoqué un ouléma tué par les Omeyyades. Ou quand, bien prudemment, le grand rabbin de France Haïm Korsia a invité la LIM à rouvrir l’ijtihâd, i.e. l'interprétation des textes fondateurs de l'islam. Faute d'inattention ? Haïm Korsia a salué les représentants du catholicisme et du protestantisme, mais non celui du christianisme orthodoxe. Celui-ci le lui a fait remarquer avec humour, mais avec tristesse et consternation.

Se déroulait le spectacle navrant de représentants du judaïsme, orthodoxe et libéral, et du christianisme incapables d'envisager ou ayant refusé de facto une alliance, et concourant, avec plus ou moins de naïveté ou d'hypocrisie, en ordre dispersé, à conjuguer bonne volonté, sourires et louanges sur l'islam représenté par le secrétaire général de la LIM. Et à ce jeu, ils étaient tous perdants : c'était à celui qui sanctuariserait le plus l'islam. Mais avaient-ils le choix ? Le premier qui dit la vérité... Depuis des décennies, le pouvoir politique français craintif s'est efforcé d'encenser "l'islam-religion-de-paix-et-d-amour" et de concevoir un "islam de France", un "islam en France", voire un "islam français", ainsi que de mettre un terme à "l'islam consulaire". En vain. 

Ces discours "islamiquement corrects" empêchent toute alliance entre juifs, chrétiens et musulmans modérés. Or, la situation tragique actuelle requiert urgemment cette alliance, notamment pour que les Français juifs demeurent dans leur pays et que soit réduit le nombre d'actes antisémites, anti-chrétiens et anti-musulmans.

Les musulmans demandent-ils une réforme de l'islam ? Rien n'est moins sûr. Une part importante des ressortissants tunisiens, marocains ou turcs votent en France, lors des élections législatives dans leur pays d'origine, pour des partis islamistes, à la lecture rigoriste de l'islam. Sondage après sondage, apparaît une partie de la jeunesse musulmane réislamisée, plus pratiquante que ses aînés et dont une part est hostile aux Juifs, aux homosexuels. Les appels à manifester contre le terrorisme islamiste n'attirent qu'un nombre faible de musulmans. Comme s'ils étaient conscients de la duplicité d'élites politiques et communautaires, et qu'en tant que musulmans, ils pourraient être épargnés par un « Allah Aqba’s boy » (Mark Steyn). 

La conférence s'est terminée par la signature du Memorandum d'entente et d'amitié. Les signataires : Haïm Korsia, grand rabbin de France, François Clavairoly, co-président du Conseil d’Eglises chrétiennes en France, S.E Mohammed Abdul Karim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue Islamique mondiale et Mgr Emmanuel Adamakis, président de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France. Les témoins de bonne foi - Michel Serfaty, président de l’amitié judéo-musulmane de France, Père Vincent Feroldi, directeur du Service national pour les relations avec les musulmans de la Conférence des évêques de France et Ghaleb Bencheikh El Hocine, président de la Fondation de l’Islam de France - de cet accord contribueront à sa mise en œuvre. Des actions concrètes seront annoncées ; elles doivent permettre de favoriser la paix et la cohésion sociale". Qui menacent ces dernières ?

"Lutter contre l’extrémisme et le terrorisme, promouvoir la liberté de conscience et de religion, conduire une délégation tripartite réunissant Juifs, chrétiens et musulmans à Auschwitz au premier trimestre 2020 à l’occasion du 75ème anniversaire de la libération des camps de la mort nazis : les points forts du mémorandum".

Extraits : "Les parties s’engagent à promouvoir la liberté de conscience et la liberté religieuse. Les parties ont à cœur l’éducation de la jeunesse. Aussi proposeront-elles aux jeunes Juifs, chrétiens et musulmans des outils de réflexion et des lieux de formation afin de répondre aux problèmes du monde contemporain et relever les défis éthiques auxquels sont confrontés tous les jeunes... Les parties reconnaissent qu’il n’y a pas à choisir entre être citoyen ou être croyant : on est citoyen et croyant". Quid des athées ou des agnostiques ?

Le déjeuner et le dîner des VIP se sont déroulés hors la présence des spectateurs.

Le 19 septembre 2019, après trois années de travaux, était inauguré à Lyon l'Institut français de civilisation musulmane (IFCM), immense bâtisse près de la grande Mosquée de Lyon, en présence notamment de Mohammad Abdelkarim Al-Issa, du ministre de l'Intérieur et chargé des Cultes Christophe Castaner, et du maire de la ville Gérard Collomb. Le secrétaire général de la LIM, qui avait contribué à hauteur de  1,5 millions d'euros à la construction de l'édifice, était soudain redevenu persona grata auprès du pouvoir politique. Un espace de 2 500 m² regroupe un bel amphithéâtre, des salles pour des conférences, des cours ou des expositions. 


Une présence du ministre de l'Intérieur critiquée sur CNews par Abdallah Zekri, délégué général du CFCM qui a tenudénoncer une certaine forme d'hypocrisie qui peut exister entre les pouvoirs publics et certains mouvements extrémistes islamiques". La LIM "a financé le terrorisme partout dans le monde et voulait un certificat de virginité". Abdallah Zekri a aussi déploré que Christophe Castaner ait décliné l'invitation du CFCM de participer la cérémonie de l'iftar lors du Ramadan pour diner à Strasbourg avec un membre de l'UOIF" (Union des organisations islamiques de France, devenue depuis 2017 Musulmans de France), "un intégriste, un aumônier national"Abdallah Zekri a invité les autorités politiques à opérer un choix. 

"L'Espace doit permettre d'enrichir la culture de chacun autour de la religion musulmane... La culture que nous souhaitons promouvoir à l'IFCM est une culture de liberté, où l'individu doit faire sur lui-même des efforts pour transformer ses pensées et ses préjugés", a annoncé Kamel Kabtane, président de l'IFCM. "Nous devons lutter contre l'ignorance. Nous devons permettre aux Français de mieux se connaitre. Nous devons construire une république apaisée dans lesquels les Français vivent ensemble et se respectent. Je pense que ce genre d'initiative est important, que c'est grâce à elle que nous pouvons combattre les préjugés et faire front", a déclaré Christophe Castaner.

Le 25 septembre 2019, le Collège des Bernardins, siège de l'« Académie catholique de France » dépendant du diocèse de Paris, a accueilli une rencontre qui a fait "le point sur les relations islamo-chrétiennes dans le temps et dessina des perspectives d’action et de coopération pour l’avenir." Le secrétaire de la LIM a reçu la médaille du Collège.

Au cours de son séjour parisien, Mohammad Abdelkarim Al-Issa s'est rendu aussi au Parlement.

Il est demeuré silencieux après les attentats en France, notamment à Villejuif et durant les menaces de mort visant Mila, lycéenne iséroise homosexuelle et athée accusée à tort de blasphème.

Visite du camp d’Auschwitz
Une délégation de dignitaires musulmans, dont des Saoudiens, a participé à la visite, organisée par l’American Jewish Committee (AJC), dès le 23 janvier 2020, du camp nazi d’Auschwitz, en Pologne. Sur un registre uniquement émotionnel, compassionnel. Dans le cadre d'une Shoah "arabiquement et islamiquement correcte", i.e. sans aborder le rôle du grand mufti de Jérusalem al-Husseini dans la Shoah, le recrutement des Arabes ou/et musulmans à l'initiative du grand mufti et aux côtés des Nazis afin de combattre les Alliés, les pogroms notamment en Iraq (farhud), l'accueil d'anciens dignitaires nazis dans des pays Arabes ou/et musulmans...

"Al-Issa a souligné que la visite sur le site du camp d'extermination nazi d'une soixantaine de responsables religieux ou associatifs venus du monde entier était "un devoir sacré et un grand honneur". "Le secrétaire général s'est prosterné au moment où il a dirigé la prière près du Mémorial d'Auschwitz, dédié à plus d'un million de personnes, la plupart des Juifs, qui furent exterminées dans ce camp." "Je crois qu'en rendant hommage aux victimes d'Auschwitz, j'encouragerai les musulmans et les non-musulmans à adopter le respect mutuel, la compréhension et la diversité", a déclaré Al-Issa, qui doit rencontrer vendredi des rescapés des camps de la mort."


"L’AJC a déclaré qu’al-Issa était à la tête d’une délégation de 62 musulmans, dont 25 chefs religieux éminents, venus de quelque 28 pays au cours de cet événement « révolutionnaire ». À un moment de la visite, ils ont prié la tête appuyée sur le sol de Birkenau, la plus grande partie du camp et le site le plus tristement célèbre du massacre des Juifs européens par l’Allemagne."

"Au camp de la mort, le groupe a découvert les preuves horribles des horreurs que les nazis ont infligées aux prisonniers du camp, qui comprenaient environ 1 million de Juifs, 75 000 Polonais, 21 000 Roms, 14 000 Soviétiques et environ 15 000 autres personnes, comme des Témoins de Jéhovah et des homosexuels, selon le Musée mémoriel d’Auschwitz. Le voyage s’est achevé par un service commémoratif entre les anciennes chambres à gaz et le crématorium, au cours duquel des prières juives et musulmanes ont été prononcées au nom des victimes de la Shoah." "Les nazis ont assassiné 1,1 million de personnes à Auschwitz de 1940 à 1945, dont la grande majorité étaient des Juifs européens. Ils ont tué la plupart des victimes dans des chambres à gaz.

"Le visage d’al-Issa reflétait des sentiments de choc et de tristesse alors qu’il regardait des piles de bidons usagés de Zyklon-B, le gaz utilisé pour asphyxier les déportés, ainsi que des monticules de lunettes, de chaussures, de châles de prière et de cheveux humains que les nazis ramassaient auprès des nouveaux prisonniers. De nombreux autres membres de la délégation, juifs et musulmans, ont réagi de la même manière. Certains se sont perdus dans ces étalages bien après que le groupe ait quitté les lieux."


"Ce n’était pas la première fois que le responsable religieux se rendait dans un musée de la Shoah. Il avait visité celui de Washington, en mai 2018, et écrit un article d’opinion dans le Washington Post en janvier 2019 condamnant les « crimes odieux » des nazis. Il a également déclaré que « les musulmans du monde entier ont la responsabilité d’apprendre » les leçons de ce génocide. « J’exhorte tous les musulmans à apprendre l’histoire de la Shoah, à visiter les mémoriaux et les musées de cet horrible événement et à en enseigner la leçon à leurs enfants », avait écrit Issa, qui est considéré comme un allié du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman".

"Robert Satloff, directeur exécutif du Washington Institute for Near East Policy, considère qu’Issa a un effet modérateur sur la Ligue islamique mondiale, qui propageait autrefois « une souche virulente d’écrits, de pensées et de prédications anti-Israël et antisémites ». Sous la direction d’al-Issa, a ajouté Robert Satloff, l’organisation a modifié son approche pour freiner les partisans de la ligne dure et tendre la main à d’autres confessions".

"Lors du service commémoratif qui a clôturé la visite, des enfants de survivants ont témoigné des expériences de leurs parents, et des bougies ont été placées près de l’ancien crématorium en l’honneur des morts. Le Kaddish, ainsi que « El Maleh Rachamim », les deux prières de deuil juives, ont été récitées. 

Le secrétaire de la Ligue islamique mondiale a ensuite conduit la délégation de personnalités musulmanes en prière. Mais d’abord, il s’est adressé à la foule.« Selon la foi islamique, nous n’avons pas deux poids, deux mesures dans la reconnaissance de ce genre de crimes », a déclaré al-Issa. « Je tiens à vous dire à tous que mes collègues et moi-même, les dirigeants islamiques, sommes profondément touchés et affectés par ces crimes horribles et les images que nous avons vues dans ces monuments ». « Malheureusement, l’humanité souffre encore aujourd’hui de ce genre de crimes à grande échelle, des êtres humains différents [s’attaquant] les uns contre les autres », a-t-il déclaré. Je pense que la communauté internationale a l’immense responsabilité de faire quelque chose pour lutter contre ce genre de crimes horribles et de veiller à ce que rien de tout cela ne se reproduise. Notre monde ne pourra pas parvenir à la paix si nous n’avons pas une forte volonté de lutter ensemble contre le mal ».

"Après la cérémonie, les médias ont fait la queue pour poser des questions. Lorsque le Times of Israel s’est présenté, un des assistants d’al-Issa a expliqué que l’ecclésiastique ne pourrait répondre à aucune question des médias israéliens « ici, surtout avec toutes les caméras ». « Restez en contact », a-t-il ajouté. « Nous parlerons bientôt. »

La "délégation s'est rendue ensuite au Musée de l’histoire des Juifs polonais à Varsovie vendredi, puis visita la synagogue Nozyk et une mosquée locale, et participa à un repas de shabbat interconfessionnel."

L'AJC a dressé un bilan positif de cette visite.

Des médias Arabes, notamment saoudiens, ont relaté cette visite à Auschwitz le 23 janvier 2020 visant à délivrer un message "contre la violence, la haine et l'extrémisme" et à sanctuariser l'islam "incapable de faire le mal". Les mots "juifs" et "antisémitismes" figuraient rarement dans des extraits d'articles publiés par ces médias et traduits par Memri.

Quant à des universitaires ou médias qataris, ils ont condamné, parfois en citant le Coran, cette visite perçue comme un moyen de normalisation des relations avec Israël. Ce qu'ont nié des participants à la visite en soulignant qu'ils distinguaient les Juifs des Sionistes.

Le 27 janvier 2020, sur la chaîne télévisée jordanienne Yarmouk TV, Omar Ayasra a déclaré que "l'histoire de la Shoah n'est pas l'histoire de massacres, de crimes contre l'humanité, et d'antisémitisme que l'on a dit. Il a allégué que la Shoah était une histoire utilisée politiquement par Israël pour sa promotion et pour extorquer l'Occident en obtenant sa sympathie et son soutien. Il a critiqué le Secrétaire général de la LIM pour avoir visité Auschwitz et y avoir prié. Ce faisant, il a aidé à la survie de l'Etat d'Israël.

"Génocide à Srebrenica"
Le 9 février 2020, Mohammad Abdelkarim Al-Issa s'est rendu en Bosnie-Herzégovine.Au Mémorial de Potočari, le Dr. Mohammed Al-Issa s'est recueilli à la mémoire du "génocide à Srebrenica" (8 000 tués en juillet 1995). Et ils appellent cela un "génocide" !? 

N'y a-t-il pas une forme de négationnisme à aller d'Auschwitz à Srebrenica, donc à mettre en parallèle ces deux sites comme si les deux événements étaient similaires ou identiques ?

Dans les deux sites, al-Issa a fustigé la haine. Sans la qualifier.

Juifs instrumentalisés à leur dépens
Visite de la Grande synagogue de la rue des Victoires en 2017, du Mémorial et musée de l'Holocauste à Washington en 2018, du camp d'Auschwitz en 2020... Comme d'autres monarchies musulmanes, l'Arabie saoudite instrumentalise les organisations juives de diaspora qui évitent soigneusement les "sujets qui fâchent". Dès lors, quel intérêt à ces rencontres et visites ? Ne serait-ce pas une alliance "gagnant-perdant" pour les Juifs ?

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire