lundi 20 novembre 2017

« Les pharaons de l’Egypte moderne : Sadate » par Jihan el Tahri


Le deuxième des trois volets de la série documentaire partiale Les Pharaons de l’Egypte moderne (Pharao Im Heutigen Ägypten), réalisée par Jihan el Tahri est consacré à Anouar  el-Sadate (1918-1981). Le 19 novembre 1977 au soir, après chabbat, le président égyptien Anouar el-Sadate arrivait en avion en Israël. Le prélude à la signature d'un accord de paix entre l'Egypte et l'Etat Juif.

« La croix gammée et le turban, la tentation nazie du grand mufti » de Heinrich Billstein

« Cinq ans après la révolution de la place Tahrir et le renversement du président Hosni Moubarak », près de trois ans et demi après l’élection à la présidence de l’Egypte de islamiste Mohamed Morsi (Parti Liberté et Justice), près de deux ans et demi après le coup d’Etat militaire contre Morsi, près de deux ans après l’élection du maréchal Abdel Fattah al-Sissi, ARTE diffusera  le 19 janvier 2016 « Les Pharaons de l'Égypte moderne », série documentaire en trois épisodes de Jihan El-Tahri . 

Inspirée par « ce « printemps » révolutionnaire de courte durée, qu’elle n’a pu vivre sur place », la réalisatrice franco-égyptienne Jihan El Tahri a souhaité « comprendre pourquoi, soixante ans après la chute du roi Farouk, la République n’avait pas tenu ses promesses ».

Pour « ce documentaire, fruit de cinq ans de travail, elle a multiplié les rencontres avec une trentaine de témoins de première main et de tous bords (membres de l’appareil d’État, islamistes, opposants, syndicalistes…), qui apportent un éclairage libre et foisonnant sur les événements qu’ils ont vécus ». 

La série documentaire « met en lumière les lignes de force méconnues qui ont forgé le présent de l’Égypte, de l’enterrement de la démocratie à la naissance du djihadisme. De riches archives, dont de nombreux extraits de films de fiction – « une soupape » d’expression politique dans un pays muselé, selon la réalisatrice – ponctuent ce récit passionnant ». Manquent cruellement des historiens.

« De 1952 à 2011, de la chute du roi Farouk à celle du président Moubarak, cette fresque passionnante retrace soixante ans d’histoire politique égyptienne. Elle montre combien le face-à-face entre militaires et islamistes a contribué à l’écrire ». 

Pro-nazi
Le deuxième  épisode de la série documentaire « Les Pharaons de l'Égypte moderne » est consacré à Anouar el-Sadate (1918-1981) qui dirigea le pays de 1970 à 1981, le "soutien à l’islam radical et les alliances controversées de Sadate".

Sadate est né en 1918 dans une famille nombreuse musulmane d’un village du delta du Nil.

Diplômé de l'académie militaire royale du Caire en 1938, il milite contre la Grande-Bretagne au sein d’un réseau d’espionnage favorable à l’Afrika Korps. Il est séduit par le discours nazi et la promesse du IIIe Reich de libérer l’Egypte de l’emprise britannique.

Les autorités britanniques l’arrêtent en 1942 et l’emprisonnent.

En novembre 1942, les forces de l'Axe commandées par le Generalfeldmarschall Erwin Rommel ont été vaincues par les Alliés lors de la seconde bataille d’Al Alamein. Ce qui a empêché une deuxième avancée des forces de l'Axe en Egypte.

Après la guerre israélo-arabe de 1948, Sadate, alors lieutenant-colonel, contribue à la création du Mouvement des officiers libres, association clandestine visant à libérer l'Égypte du contrôle britannique.

En 1952, il participe au coup d'État qui détrône le roi Farouk Ier.

Il entame une carrière politique qui l’amène à siéger au gouvernement, puis dès 1960 à la présidence de l’Assemblée du Peuple, puis en 1969 à la vice-présidence de la République Arabe unie.

Vice-président devenu raïs à la mort de Nasser, Anouar al-Sadate  « change radicalement de cap, louant le capitalisme et prônant un retour à l'islam ». Il se débarrasse des proches de Nasser. Il prend conscience de l'échec économique de la politique menée par Nasser et de l'alliance de son prédécesseur avec l'Union soviétique. Pour renverser cette alliance avec l'URSS et pour se rapprocher des Etats-Unis, il comprend qu'il doit établir la paix avec l'Etat Juif.

Il « s'allie avec les islamistes pour asseoir son pouvoir, notamment en écrasant la gauche ». 

Car, « en secret, il prépare la grande décision de sa présidence, prise sans consulter personne » : le 6 octobre 1973, jour de Kippour, en concertation avec la Syrie, il attaque par surprise le Sinaï, conquis en 1967 par Israël. Ce « qui lave partiellement l'affront de 1967 » lors de la Guerre des Six-Jours gagnée par l’Etat Juif qui avait conquis la péninsule du Sinaï.

Avec le triplement des prix du pétrole consécutif à la guerre du Kippour, l'Egypte se rapproche de l'Arabie saoudite qui accueille des travailleurs égyptiens. Ceux-ci reviennent au pays convaincu par le wahhabisme.

Paix avec Israël
En novembre 1977, Sadate s’affirme sur la scène internationale : il est le premier dirigeant arabe musulman à se rendre en visite officielle en Israël. Il s’y entretient avec le Premier ministre Menahem Begin, et prononce un discours devant la Knesset à Jérusalem. Ainsi s’ouvrent publiquement des négociations de paix avec Israël » qui se concluent par une paix froide avec l’Etat d’Israël qui rend le Sinaï. 

Signés en 1978, les accords de Camp David « placent l'Égypte sous protection américaine. Ce qui vaut le Prix Nobel de la Paix  à Menahem Begin et Mohamed Anouar al-Sadate.

Après l’Etat d’Israël, l’Egypte est le deuxième pays bénéficiaire de l’aide américaine, essentiellement militaire, soit plus d’un milliard de dollars par an.

La « jeunesse égyptienne et les régimes arabes crient à la trahison ». 

Quant à la Ligue arabe, fondée en 1948 au Caire, elle déplace son siège à Tunis (Tunisie). Ce n’est que dix ans plus tard que l’Egypte est réadmise en son sein. Le 10 septembre 1990, 12 des 21 membres de la Ligue arabe décident du retour du siège au Caire.

Le 16 janvier 1979, le président Sadate accueille le chah d'Iran et sa famille lorsqu'ils quittent l'Iran. Ces derniers décident de rejoindre le Maroc, deuxième étape de leur exil. Le 24 mars 1980, le chah d'Iran retourne en Egypte où il décède le 27 juillet 1980.

Sadate, « qui a encouragé en sous-main l’islam radical, va le payer de sa vie : il est assassiné en 1981 par un militaire affilié à un groupe armé islamique ».
                
Le 19 janvier à 23 h 52 (1 min), Arte diffusa un entretien avec Christophe Ayad, chef du service International du Monde, réalisé par Mohamed Hassani. Expert du monde arabe et de l'Afrique, Christophe Ayad « a été correspondant en Egypte de 1993 à 2000 pour Libération. Il est lauréat du prix Albert Londres 2004. Il est l'auteur de deux documentaires ("Darfour, autopsie d'une tragédie" et "Le crépuscule des Assad") ainsi que d'un livre ("Géopolitique de l'Egypte").

Quid des persécutions subies par les Coptes, chrétiens égyptiens ? Quid du statut de la femme ?

Les 7 mars et 21 mars 2016, France 3 diffusa Ils ont tué Sadate, documentaire de Simon Thisse et Nicolas Druet (1 h 01 min) : "Le 6 octobre 1981, le président égyptien Anouar el-Sadate est assassiné lors d'un défilé militaire. En 1978, il avait été récompensé par le prix Nobel de la Paix après avoir signé les accords de Camp David, qui scellaient la réconciliation entre l'Egypte et Israël. Devenu très connu dans le monde entier, c'est avec stupéfaction que sa mort a été accueillie un peu partout sur la planète. A l'aide d'images d'archives et de nombreux témoignages, dont celui de l'épouse du président égyptien, Jihane el-Sadate, retour sur ce moment d'histoire dont les échos se font encore entendre à l'époque actuelle".


REPÈRES CHRONOLOGIQUES

1973 – « L’offensive surprise de l’armée égyptienne dans le Sinaï réussit partiellement, et la « guerre d’octobre » (Guerre du Kippour en Israël), conférant à Sadate une grande popularité.
1975 - Premier chef d’État égyptien en visite officielle aux États-Unis, il annonce sa politique  d’ouverture économique, l’Infitah.
1977 - Les « émeutes du pain » sont sévèrement réprimées.
1978 - Les négociations avec Israël, sous médiation américaine, aboutissent aux accords de paix de Camp-David.
1981 - Sadate est assassiné par un islamiste lors d’un défilé militaire. Son vice-président Hosni Moubarak accède au pouvoir ».


« Les Pharaons de l’Égypte moderne » de Jihan El Tahri 
ARTE France, Big Sister France, 2012, 57 min
Sur Arte les 19 janvier à 21 h 55, 24 janvier à 13 h 35, 28 janvier à 16 h 20 et 2 février 2016 à 16 h 20, 9 et 20 septembre 2016

Visuels : © Bibalex

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte. Cet article a été publié les 19 janvier, 7 mars et 19 septembre 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire