Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 24 septembre 2019

Le Qatar


Adepte du soft-power, enrichi par les ressources en pétrole et en gaz, le Qatar est devenu rapidement un acteur politique majeur au Moyen-Orient, et un investisseur « ami » ambigu, paradoxal, pour des Etats occidentaux. Arte diffusera le 24 septembre 2019 "Qatar, guerre d'influence sur l'Islam d'Europe" (Katar: Millionen für Europas Islam), documentaire réalisé par Jérôme Sesquin.

Vers un « vote halal » en France, en Belgique, en Grande-Bretagne et en Israël ? 
« Humoristes et musulmans » de Frank Eggers  
« Nouvelle génération, la bande dessinée arabe aujourd’hui » 
« Riad Sattouf. L’écriture dessinée »
« La croix gammée et le turban, la tentation nazie du grand mufti » de Heinrich Billstein 
« Pour Allah jusqu’à la mort. Enquête sur les convertis à l’islam radical » par Paul Landau
L'Etat islamique 
Interview de Bat Ye’or sur le califat et l’Etat islamique/ISIS 
« Les armes des djihadistes » par Daniel Harrich 
« L'argent de la terreur »
« Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974) » par Ben Salama
« Pictures for Peace. La douleur après l’attentat - Hocine Zaourar » par Rémy Burkel 
« Cheikh Zayed, une légende arabe » par Frédéric Mitterrand
« Emirats, les mirages de la puissance », par Frédéric Compain
L’Arabie saoudite 
Hajj, le pèlerinage à La Mecque
L’Irak, une ex-mosaïque ethnico-religieuse 
« Iran-Irak, la guerre par l'image » par Maryam Ebrahimi
« Oman, au pays des contes » par Nadja Frenz
Le keffieh, c'est tendance !

« Dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani, le Qatar abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues. Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique ! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’île Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild », écrit Roger Cukierman  en 2012.

Le Qatar soutient financièrement des mouvements terroristes islamiques, tel le Hamas.

Le 2 décembre 2010, la Fédération internationale de football (FIFA) a désigné le Qatar comme pays organisateur de la Coupe du monde 2022 (21 novembre-18 décembre 2022). Ce qui a soulevé l'indignation de dirigeants politiques. Et ce d'autant que des questions pertinentes concernent les raisons et les circonstances de ce choix. Les conditions de travail des ouvriers immigrés dans les chantiers de construction des stades climatisés devant accueillir les matches de football ont soulevé la réprobation d'ONG, dont Amnesty International.

"Le Vilain Petit Qatar"
En 2013, Fayard a publié "Le Vilain Petit Qatar", par Nicolas Beau,professeur à Paris VIII, ancien journaliste au Monde, à Libération et au Canard Enchaîné avant de fonder bakchich.info, et Jacques-Marie Bourget, grand reporter et spécialiste du Moyen-Orient, journaliste à France Inter, L’Express et Paris-Match, Prix Scoop pour avoir révélé l’affaire Greenpeace.

"Avec ses milliards de dollars à investir, le petit émirat qatari achète le PSG, finance des plans de sauvetage pour nos banlieues, soutient notre marché immobilier et entre au capital de nos entreprises : Saint-Qatar, sauvez-nous de la crise !, implorent nos responsables politiques de tous bords. Mais pour quelles raisons le Qatar se montre-t-il si généreux avec la France ? Que risquons-nous à accepter les cadeaux d’un tel « ami » ?"

"Il y a moins d’un siècle, cette péninsule grande comme la Corse n’était qu’un repaire de pêcheurs de perles. Depuis que le gaz a surgi sous ses pieds, ce nain est traité en géant et sa télévision, Al-Jazeera, considérée comme le lieu de la libre expression proche ou moyen-orientale. En plongeant dans les secrets du sérail qatari, ce livre révèle les impostures de l’Émir et de son clan. Non, ce champion des colloques sur la corruption n’est pas un modèle de vertu quand lui-même lave l’argent des dictateurs ! Non, cet État qui a soufflé sur les braises du printemps arabe n’a jamais sponsorisé un islam tolérant, pas plus dans nos banlieues qu’au Nord-Mali ! Derrière la vitrine occidentale, c’est un ogre wahhabite qui tient la caisse."

Softpower
Enrichi par ses gisements de pétrole et de gaz – troisième exportateur de gaz au monde - , la monarchie Al-Thani du Qatar qui règne sur un petit émirat, une avancée aride de 11 000 km² dans le golfe Persique, investit à bon escient - fleurons industriels (17%  des actions de Volkswagen), équipes et chaîne sportives tel le Paris Saint-Germain (PSG), organisation du Mondial de football en 2022 obtenue dans des circonstances suspectes, droits télévisuels du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe pour la chaîne qatarie al-Jazeera - dans les pays occidentaux pour préparer l’ère d’épuisement de ses matières premières (hydrocarbures). Et il s’est porté acquéreur de 24 Rafales pour 6,3 milliards d’euros, et négocie pour obtenir l’octroi de droits de trafic à Qatar Airways. La prochaine ouverture de la ligne Lyon-Doha a été démentie par la France en 2015.

Craignant ses puissants voisins – Arabie saoudite, Iran -, le Qatar, ancien protectorat britannique, est devenu incontournable pour des Présidents français, de droite ou de gauche, silencieux sur son rigorisme islamique, ses soutiens à des mouvements terroristes islamistes, tel le Hamas, et sur la longue séquestration de ressortissants français - Stéphane Morello, entraîneur de foot, Zahir Belounis, footballeur -, mais généreux en signant une convention fiscale exonérant d’impôts le Qatar.

C’est avec réticence que la France a encadré certaines initiatives du Qatar dans les banlieues de l’hexagone, tel le fonds initial de 50 millions d’euros pour inciter les créations d’entreprises dans les banlieues de l’hexagone, refus d’entrée opposé par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France au prêcheur islamiste Yûsuf Al-Qaradâwî, membre du Conseil Européen pour la Recherche et la Fatwa, fondateur en 1977 et doyen de l’Université des études et sciences islamiques à Qatar 1977, exhortant à la haine des Juifs.

Un des vecteurs du soft-power du Qatar s’avère la chaîne de télévision al-Jazeera, rival des chaines informations anglo-saxonnes, telles CNN et Fox News.

« Le Qatar, puissance régionale ou mondiale »
En 2015, Arte a diffusé le numéro du Dessous des cartes intitulé Le Qatar, puissance régionale ou mondiale, présenté par Jean-Christophe Victor, et réalisé par Frédéric Ramade. Le « printemps arabe », la révolte chiite au Bahreïn, la récente victoire de l’axe Egypte du président al-Sissi-Arabie saoudite… Ces événements ont amené le Qatar à infléchir, à adapter son agenda politique au Moyen-Orient à une conjoncture défavorable à ses visées régionales et à son alliance avec la Turquie et les Frères musulmans. 

« Aujourd’hui, le Qatar aspire à devenir une puissance régionale incontournable. Comment cette nation relativement jeune s’est-elle imposée comme un acteur global ? Quelle est la véritable force de ses capacités d’investissement ? Jean-Christophe Victor revient sur les supposés paradoxes de ce pays riche, conservateur et ouvert sur le monde ».

"Nos très chers émirs"
En 2016, est paru "Nos très chers émirs" de Christian Chesnot et Georges Malbrunot (Michel Lafont). "Alors que notre pays est la cible d’attentats d’une violence inédite, nombre de Français s’interrogent : nos alliés d’Arabie saoudite et du Qatar financent-ils le terrorisme ? Les auteurs ont enquêté. Ils ont rencontré un financier du djihad qui vit librement au Qatar, un émirat dont ils démontrent, chiffres à l’appui, qu’il subventionne la branche syrienne d’al-Qaida. En outre, en Arabie saoudite, le pèlerinage à La Mecque permet des levées de fonds au profit d’organisations terroristes. Mais si Riyad, qui exporte en France le salafisme, semble souvent jouer un double jeu, que dire des maires français qui interdisent le burkini sur leurs plages mais accueillent les mosquées saoudiennes ? D’autre part, plusieurs officiels du Golfe, las d’être pris pour des « distributeurs de billets de 500 euros », dénoncent nommément l’attitude ambiguë de certains de nos responsables politiques. Tant de compromissions alors que, finalement, en ce qui concerne les grands contrats, malgré les prévenances de François Hollande et la complaisance de Laurent Fabius qui interdisait au Quai d’Orsay qu’on critique les atteintes saoudiennes aux droits de l’homme, la France reste pour Riyad un simple « partenaire de compensation » ! À quelques mois de l’élection présidentielle, ce livre, qui nous apprend aussi comment les Émirats arabes unis ont proposé de financer le parti de Marine Le Pen, est une contribution brûlante au débat sur l’opportunité de revoir nos relations avec nos chers émirs."

Ce livre révélait l'ampleur des relations politico-financières entre le Qatar et des acteurs majeurs de la vie politique française : Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Nicolas Bays, député socialiste, Rachida Dati, magistrate devenue ministre de la Justice de 2007 à 2009 (Les Républicains), eurodéputée (2009-2019), maire du huppé VIIe arrondissement de Paris depuis 2008 et avocate d'affaires, Dominique de Villepin, ancien Premier ministre (2005-2007), diplomate puis avocat d'affaires, ou Nathalie Goulet, sénatrice UC (Union centriste).

"Qatar, guerre d'influence sur l'Islam d'Europe"
"Qatar, guerre d'influence sur l'Islam d'Europe" (Katar: Millionen für Europas Islam) est un documentaire intéressant réalisé par Jérôme Sesquin révélant les actions et objectifs de Qatar Charity. Une enquête de Doha à Mulhouse, de Paris à Munich, via Dublin et Bruxelles.

Ce film accompagne la publication du livre "Qatar Papers. Comment l'émirat finance l'islam de France et d'Europe" signé des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot (Michel Lafon, 2019) ainsi présenté par son éditeur : "Les « Qatar papers » révèlent la cartographie du prosélytisme en France et en Europe mené par Qatar Charity, la plus puissante ONG de l’émirat. Ces documents confidentiels, divulgués pour la première fois, détaillent la plupart des 140 projets de financement de mosquées, écoles et centres islamiques, au profit d’associations liées à la mouvance des Frères musulmans. Ils dévoilent le salaire payé à Tariq Ramadan, figure de l’islam politique que Doha sponsorise hors de ses frontières. Au terme d’une enquête dans six pays européens et une douzaine de villes de l’Hexagone, les auteurs exposent la dissimulation, parfois le double langage, des associations islamiques sur leur financement étranger, ainsi que la politique de l’autruche suivie par de nombreux maires, par électoralisme ou ignorance. Ils pointent l’absurdité de la situation : avec le seul argent des fidèles comme subside, comment les mosquées en France pourraient-elles se priver des aides venues de l’étranger ? Un voyage dans les coulisses d’une ONG richissime et opaque liée au sommet de l’État qatarien, comme le révèle son financement par plusieurs membres de la famille régnante, les al-Thani. Une contribution essentielle au débat sur les ramifications étrangères de l’islam de France au moment où Emmanuel Macron cherche à le structurer. Christian Chesnot et Georges Malbrunot, grands reporters respectivement à France Inter et au Figaro, détenus pendant quatre mois en Irak en 2004, sont tous deux des spécialistes du Moyen-Orient et ont écrit ensemble plusieurs livres sur le conflit israélo-palestinien, al-Qaida et l’Irak.'

"Révélant le financement par l’ONG Qatar Charity de projets de mosquées, de centres islamiques et d’écoles en Europe, tous liés aux Frères musulmans, une édifiante enquête au cœur des réseaux d’influence de l’émirat." De Sicile en Allemagne, de Suisse en Belgique, de France en Grande-Bretagne...

"À l’origine de cette investigation, une clé USB, livrée en 2016 par un lanceur d’alerte aux journalistes Georges Malbrunot et Christian Chesnot, laquelle contient des milliers de documents confidentiels émanant de l’opaque Qatar Charity, une ONG fondée en 1992 et aujourd’hui présente dans soixante-dix pays".

Listes de donateurs (dont des membres de la famille régnante Al-Thani), virements bancaires, mails… : cette fuite sans précédent révèle l’offensive prosélyte de l’émirat en Europe, la puissante organisation finançant quelque cent quarante projets de mosquées, de centres islamiques et d’écoles, tous liés à la nébuleuse des Frères musulmans".

"Malgré les dénégations de Doha concernant cette implication religieuse, les journalistes ont enquêté pendant deux ans sur le terrain pour mettre au jour l’influence du Qatar sur l’islam du continent. Du centre islamique An-Nour à Mulhouse, le plus grand chantier en Europe dans une région frontalière qui compte 200 000 musulmans, au dispositif d’accueil des migrants en Sicile en pleine crise syrienne en passant par le musée des Civilisations de l’islam (Mucivi) en Suisse ou encore un centre de formation des imams à Château-Chinon, ce film plonge au cœur de ces réseaux, traversés par la même idéologie."

A Mulhouse (Haut-Rhin), ville "qui compte 30 % de musulmans", le "Centre An-Nour est financé par le Qatar, géré par une filiale de l'UOIF et loué par des prêcheurs radicaux". Son directeur apprécie la situation géographique : en France, près de l'Allemagne et de la Suisse. "Le complexe pharaonique coiffé d'un dôme comprend deux salles de prière en marbre de Carrare permettant d'accueillir 3 000 fidèles, une bibliothèque, une médiathèque, 11 salles de classe, une piscine de 25 mètres, une salle de sport, un sauna, un hammam, un spa, un salon de coiffure et même un funérarium ! Au total, le coût faramineux du Centre An-Nour était estimé à 26 millions d'euros à l'automne 2018 par Christian Chesnot et Georges Malbrunot, dont 80 % d'origine étrangère (14 millions accordés par le Qatar et 5 à 6 par le Koweït. Un record !"

"Quelle stratégie tente de déployer le Qatar par le biais de cette aide aux communautés musulmanes d’Europe ? Ce discret noyautage ne cache-t-il pas sa volonté d’imposer sur le continent l’islam politique prôné par les Frères musulmans, cette confrérie radicale née en Égypte en 1928 ?" Le documentaire retrace l'histoire des Frères musulmans sans évoquer les liens, notamment idéologiques et financiers, de la confrérie fondée par al-Banna avec les Nazis. Il montre des images du raïs Nasser se gaussant des demandes des Frères musulmans réclamant le port du foulard islamique par les Égyptiennes.

"En 2018, à la conférence de Paris "No money for terror" organisée par le Président de la République Emmanuel Macron, "l’émirat, sur la sellette, a annoncé officiellement des mesures pour mieux contrôler ses organisations caritatives. Mais cette enquête souligne aussi combien le financement qatari de l’islam en Europe est venu combler le vide laissé par les États concernés, autorisant ces inquiétantes dérives."

On peut regretter que les auteurs du documentaire omettent les élus locaux ayant soutenu ces projets de mosquées ou centres islamiques. De nombreuses questions perdurent : quand un proche des Frères musulmans est arrêté dans un train français alors qu'il transportait une énorme somme d'argent en liquides, les services fiscaux ou policiers initient-ils une enquête pour déterminer l'origine de ce montant, voire sa destination ?


"Qatar, guerre d'influence sur l'Islam d'Europe" par Jérôme Sesquin
France, 2019, 91 min
Sur Arte le 24 septembre 2019 à 20 h 50
Visuels :
L' ONG ' Qatar Charity' finançant la mise en place de centres islamiques en Europe
Brochure du programme européen de ' Qatar Charity'
Prière à la mosquée de Penzberg en Allemagne
Benjamin Idriz, imam de Penzberg et président du Forum pour L' Islam à Munich (MFI)
Lulwa El Khater, porte parole du ministère des affaires étrangères du Qatar
L' émir du Qatar Cheikh Tamim Al Thani
© Flach Films
    
Le Qatar, puissance régionale ou mondiale, présentation de Jean-Christophe Victor, réalisation de Frédéric Ramade
2014, 13 min
Sur Arte le 16 mai 2015 à 19 h 30
Visuel : © ARTE/Mit offenen Karten
La citation sur les émissions proviennent d'Arte. Cet article a été publié le 15 mai 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire