vendredi 15 mai 2015

« Le Qatar, puissance régionale ou mondiale »


Arte diffuse sur son site Internet le numéro du Dessous des cartes intitulé Le Qatar, puissance régionale ou mondiale, présenté par Jean-Christophe Victor, et réalisé par Frédéric Ramade. Adepte du soft-power, enrichi par les ressources en pétrole et en gaz, le Qatar est devenu rapidement un acteur majeur au Moyen-Orient, et un investisseur « ami » ambigu, paradoxal, pour des Etats occidentaux.


« Dirigé par le Cheikh Hamad Al Thani, le Qatar abrite 1,8 million d’habitants dont 10 % seulement sont des Qataris de souche, musulmans sunnites. Le reste est composé de travailleurs immigrés dont quelques jeunes Français de nos banlieues. Les Qataris sont depuis peu les premiers actionnaires de Lagardère, avec 26% du capital. Or, cette société est gros actionnaire de Hachette, Europe 1, Canal +, et EADS, société mère d’Airbus. Il n’y a pas plus stratégique que la communication et l’aéronautique ! Le Qatar a aussi des participations dans Total, LVMH, Vinci, Veolia, et possède plusieurs palaces hôteliers à Paris et à Cannes. S’ajoute à ces investissements une résidence somptueuse dans l’ile Saint-Louis, l’Hôtel Lambert qui appartenait autrefois à Guy de Rothschild », écrit Roger Cukierman  en 2012.

Softpower
Enrichi par ses gisements de pétrole et de gaz – troisième exportateur de gaz au monde - , la monarchie Al-Thani du Qatar qui règne sur un petit émirat, une avancée aride de 11 000 km² dans le golfe Persique, investit à bon escient - fleurons industriels (17%  des actions de Volkswagen), équipes et chaîne sportives tel le Paris Saint-Germain (PSG), organisation du Mondial de football en 2022 obtenue dans des circonstances suspectes, droits télévisuels du championnat de football de Ligue 1 et de la coupe d’Europe pour la chaîne qatarie al-Jazeera - dans les pays occidentaux pour préparer l’ère d’épuisement de ses matières premières (hydrocarbures). Et il s’est porté acquéreur de 24 Rafales pour 6,3 milliards d’euros, et négocie pour obtenir l’octroi de droits de trafic  à Qatar Airways. La prochaine ouverture de la ligne Lyon-Doha a été démentie par la France.

Craignant ses puissants voisins – Arabie saoudite, Iran -, le Qatar, ancien protectorat britannique, est devenu incontournable pour des Présidents français, de droite ou de gauche, silencieux sur son rigorisme islamique, ses soutiens à des mouvements terroristes islamistes, tel le Hamas, et sur la longue séquestration de ressortissants français - Stéphane Morello, entraîneur de foot, Zahir Belounis, footballeur -, mais généreux en signant une convention fiscale exonérant d’impôts le Qatar.

C’est avec réticence que la France a encadré certaines initiatives du Qatar dans les banlieues de l’hexagone, tel le fonds initial de 50 millions d’euros pour inciter les créations d’entreprises dans les banlieues de l’hexagone, refus d’entrée opposé par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la France au prêcheur islamiste Yûsuf Al-Qaradâwî, membre du Conseil Européen pour la Recherche et la Fatwa, fondateur en 1977 et doyen de l’Université des études et sciences islamiques à Qatar 1977, exhortant à la haine des Juifs.

Un des vecteurs du soft-power du Qatar s’avère la chaine de télévision al-Jazeera, rival des chaines informations anglo-saxonnes, telle CNN.

Le « printemps arabe », la révolte chiite au Bahreïn, la récente victoire de l’axe Egypte du président al-Sissi-Arabie saoudite… Ces événements ont amené le Qatar à infléchir, à adapter son agenda politique au Moyen-Orient à une conjoncture défavorable à ses visées régionales et à son alliance avec la Turquie et les Frères musulmans. 

« Aujourd’hui, le Qatar aspire à devenir une puissance régionale incontournable. Comment cette nation relativement jeune s’est-elle imposée comme un acteur global ? Quelle est la véritable force de ses capacités d’investissement ? Jean-Christophe Victor revient sur les supposés paradoxes de ce pays riche, conservateur et ouvert sur le monde ».

    
Le Qatar, puissance régionale ou mondiale, présentation de Jean-Christophe Victor, réalisation de Frédéric Ramade
2014, 13 min
Sur Arte le 16 mai 2015 à 19 h 30

Visuel : © ARTE/Mit offenen Karten
La citation sur l'émission provient d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire