lundi 23 janvier 2017

« Sauvés par des Justes » par Christian Frey et Susanne Wittek


Arte diffusera, dans le cadre d’une soirée spéciale consacrée à la libération des camps nazis, le 24 janvier 2017 « Sauvés par des Justes » (Stille Retter) par Christian Frey et Susanne Wittek. Les Justes parmi les Nations « sont plus de deux mille sept cents en France et vingt mille en Europe. « Gros plan sur ces citoyens qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, « ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tout désintéressement », luttant face à la peur et contre le désespoir ».
Après l'accession d’Hitler au pouvoir en janvier 1933, les « Juifs d’Allemagne sont rapidement mis à l’écart ». Les « Juifs d’Allemagne » étaient allemands. Pourquoi Arte les dénaturalise-elle ?

« Dès le mois d’avril, un boycott des magasins juifs est organisé, empêchant notamment les commerçants d’accéder à leur lieu de travail ». Et aussi les clients. Par qui est organisé ce boycott ?

« En 1935, les lois de Nuremberg ancrent l’antisémitisme dans la législation du IIIe Reich ».

« L'escalade se poursuit avec le pogrom de la Nuit de cristal, du 9 au 10 novembre 1938, qui contraint des milliers de juifs à l’exil ». Un pogrom, ou plutôt des pogroms en Allemagne, en Autriche et dans la région Sudètes, peuplée de Germanophones, annexées par le IIIe Reich.

Arte évite d’utiliser le mot « nazi ». Pourquoi ?

« Beaucoup choisissent de se réfugier dans la patrie de la Révolution et des droits de l’Homme. Mais après l’occupation d’une partie de la France par les troupes allemandes en 1940, la lutte pour la survie continue ».

« Malgré l’implication des autorités françaises dans leur persécution, les trois quarts des juifs, Français et réfugiés, échapperont à la déportation, notamment grâce à l’aide des Justes ». Grâce aussi à des organisations juives, à leurs amis, des relations professionnelles, le hasard...

Ces « gestes de solidarité ou de sauvetage, dès les rafles de l'été 1942, de la part de citoyens de toutes conditions sociales, opinions ou religions, seront reconnus en 1953 par une loi israélienne qui crée pour eux le titre de « Juste » (Righteous Among the Nations), rendant ainsi hommage à ceux « qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tout désintéressement ».

Au terme de l’examen des dossiers répondant à des critères exigeant au moins deux témoins, Yad Vashem a reconnu environ au 1er janvier 2016 26 120 Justes parmi les nations. Installé à Jérusalem (Israël), Yad Vashem remet aux Justes une médaille et un diplôme de Justes parmi les Nations lors d'une cérémonie de gratitude.

Avec 6 620 Justes parmi les nations, la Pologne, où ceux qui aidaient les Juifs risquaient d’être exécutés avec leur famille, figure en première place dans la liste des Justes. Employée au Comité d’aide sociale de Varsovie, Irena Sendlerowa (1910-2008) a assuré l’évasion d’environ mille cinq cents enfants juifs du ghetto gardé par les nazis.

En Europe - environ vingt mille Justes -, la France a abrité 3 925 Justes.

Toute une variété de situations se sont présentées. Certains de ceux ayant hébergé, nourri, fait travailler durement des enfants juifs. D'autres les ont violés.

Le documentaire « Sauvés par des Justes » (Stille Retter) par Christian Frey et Susanne Wittek présente des témoignages de Juifs sauvés par des Justes parmi les nations : Robert Badinter, avocat, ancien garde des Sceaux et président du Conseil constitutionnel (1986-1995) et sénateur socialiste (1995-2011), Alfred Grosser, politologue et historien né en 1925 à Francfort-sur-le-Main, réfugié avec sa famille en France dès 1933.

Ce titre de Juste parmi les Nations s’avère un enjeu politique instrumentalisé à des fins étrangères à la vérité, dans un but de rapprochement avec le monde arabe ou/et musulman, pour pallier le refus de mener le dialogue judéo-musulman.

Ainsi, avec l’appui de Juifs marocains, le Maroc tente d’obtenir ce titre pour le roi Mohammed V. Or, les travaux d’historiens ont prouvé que ce souverain, alors sultan Mohammed V, n’a protégé aucun Juif.

« Sur l’essentiel, le Sultan Mohammed n’a pas protégé les Juifs puisqu’il a même promulgué les statuts des Juifs en Dahir (décret) chérifien. En réalité, le Sultan Mohammed entend faire savoir aux autorités de Vichy qu’il reste le maître du pays. S’il y a persécution ou protection, il estime que c’est à lui à en décider. Le message est les suivant : les Juifs sont ses sujets et non pas ceux de Vichy. A travers les Juifs, le Sultan Mohammed réclame sa part d’autonomie vis-à-vis du gouvernement de Vichy. Les Juifs sont des pions parmi d’autres dans le rapport de force entre le Makhzen et Vichy. Par ailleurs, il ne fait preuve d’aucune détermination à défendre les Juifs : il ne rencontre les dirigeants de la communauté juive qu’une seule fois et en privé, au printemps 1942, pour leur dire qu’à titre personnel, il désapprouve les mesures de Vichy. En revanche, à titre officiel et publiquement, il ne prend aucune mesure en faveur des Juifs. Pire, il traduit les statuts des Juifs en Dahir chérifien ! », a déclaré l’historien Georges Bensoussan.

Et de réfuter le mythe selon lequel le sultan se serait opposé au port de l’étoile jaune par les Juifs : « Le port de l’étoile jaune est une mesure allemande qui n’a jamais été d’application en Zone libre, c’est-à-dire sur l’ensemble du territoire français placé sous l’autorité du gouvernement de Vichy. Et le Maroc (comme l’Algérie) faisait partie de la Zone libre. Seule la Tunisie s’est vue appliquée le port de l’étoile jaune dans la région de Sfax pendant les six mois qu’a duré l’occupation allemande. Or, les Allemands n’entrent pas au Maroc. Le Sultan Mohammed n’a donc jamais eu le moindre contact avec les Allemands. Il n’y a donc jamais eu d’étoile jaune au Maroc… Les 150.000 Français vivant au Maroc sont violemment antisémites. L’administration française est littéralement gangrenée par l’antisémitisme. Quotidiennement, elle apporte la preuve de son antisémitisme dans la façon dont elle traite les Juifs. Ainsi, le gouvernement de Vichy n’accorde aux Juifs que 50% des ressources alimentaires qu’il attribue aux musulmans. Dans ce contexte particulier, l’attitude du Sultan du Maroc -qui reçoit notamment les dirigeants de la communauté juive en audience privée pour leur témoigner de sa solidarité- fait le tour de tous les mellahs (quartiers juifs) du Maroc. En comparant son attitude avec celle des autorités françaises, il n’a aucune difficulté à apparaître comme un sauveur magnanime ».


« Sauvés par des Justes » par Christian Frey et Susanne Wittek
2016, 52 min
Sur Arte le 24 janvier 2017 à 21 h 45

Visuels :
© Suzanne Radelhof
© Gebrüder Beetz Film

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Les citations non sourcées proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire