Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 6 février 2020

Karl Lagerfeld (1933-2019)


Cultivé, bibliophile, photographe, réalisateur, polyglotte, Karl Lagerfeld (1933-2019) a débuté dans la haute couture parisienne chez Pierre Balmain. Il été le célèbre et talentueux directeur artistique de la maison Chanel. Il a façonné son image. Le 9 février 2020, Arte diffusera « Karl Lagerfeld, une icône hors norme » (Karl Lagerfeld - Eine Legende) de Christian Jakob. 



Cultivé, bibliophile, Karl Lagerfeld (1933-2019) est né à Hambourg dans une famille d'industriels.

13 décembre 1949. A Hambourg, il assiste avec sa mère à son premier défilé de mode: la collection de Christian Dior, devenu célèbre en 1947 par son New Look. Sa vocation naît alors. Karl dessine des modèles.


En 1954, Yves Saint Laurent et lui sont distingués par le Prix du Secrétariat international de la laine organisé par la firme Woolmark. 


Karl Lagerfeld débute dans la haute couture parisienne chez Balmain (1955-1962) puis chez Patou (1959). Ensuite, il travaille en restant indépendant et créant des modèles pour des marques en France, en Allemagne, en Italie et au Japon. C'est à cette époque qu'il se lie d'amitié avec un jeune journaliste qui deviendra un brillant scénariste, dialoguiste et réalisateur, Francis Veber.


Directeur artistique de la maison italienne Fendi à Rome en 1965, Karl Lagerfeld en élabore le logo..


En 1966, il travaille également pour Chloé. 

En 1983, la famille Wertheimer le nomme directeur artistique pour l'ensemble des « collections Haute couture, prêt-à-porter et accessoires »  de la maison de haute couture Chanel, dont l'aura a pâli. 


Fondée sur des contrastes entre noir et blanc, l'esthétique de Karl Lagerfeld correspond aussi aux couleurs signant le style de Coco Chanel.


Karl Lagerfeld crée aussi sa ligne en 1984. Il contribue au succès des collections capsules avec une première ligne conçue pour H&M.


Dans les années 1980, Karl Lagerfeld participe à l'avènement des mannequins-stars médiatisés. Incarnant l'image de Coco Chanel, Inès de La Fressange devient le premier mannequin à signer un contrat d'exclusivité avec une maison de haute couture et la première à devenir aussi médiatisée dans l'histoire de la mode.  En 1991, c'est la chanteuse et actrice Vanessa Paradis que Karl Lagerfeld sélectionne comme égérie de la maison Chanel. 

Pour Chanel, il effectue des reportages photographiques pour des magazines de mode renommés et des campagnes de publicité pour des parfums, sacs et cosmétiques.

En 2013, Karl Lagerfeld réalise le court-métrage Once Upon a Time à la Cité du cinéma de Luc Besson à Saint-Denis avec Keira Knightley dans le rôle de Coco Chanel et Clotilde Hesme dans celui de sa tante Adrienne Chanel.

Le 20 juin 2019, un hommage a été rendu à Karl Lagerfeld au Grand Palais.

« Karl Lagerfeld, une icône hors norme »
Le 9 février 2020, Arte diffusera « Karl Lagerfeld, une icône hors norme » (Karl Lagerfeld - Eine Legende) de Christian Jakob. « Créateur, photographe, éditeur, architecte d’intérieur et costumier, Karl Lagerfeld était un touche-à-tout. La mort le surprend le 19 février 2019 à l’âge de 85 ans, alors qu’il travaillait à de nouvelles collections, à une exposition de photos et à l'édition de livres. Qui était-il ? Par qui a-t-il été inspiré ? »

« À 20 ans, soutenu par ses parents, ce fils d’entrepreneurs quitte Hambourg pour Paris. C’est là qu’il remporte son premier prix de mode, ex-aequo avec un autre futur grand nom de la haute couture, Yves Saint Laurent. Au contact de la jet-set fastueuse, il rencontre son seul véritable amour, le dandy parisien Jacques de Bascher, lequel aura une grande influence sur son travail de création. Karl Lagerfeld, suivant l'exemple de sa mère, ne s’arrête jamais, bénéficiant de l’aide de collaborateurs fidèles. Et tout comme son père Otto Lagerfeld, qui a fait fortune dans la fabrication de lait en conserve, le couturier se construit son propre empire en créant une marque au style inimitable ».

« De Gerhard Steidl, son éditeur avec qui il a travaillé pendant plusieurs décennies, à Sébastien Jondeau, l’un de ses plus proches amis en passant par le modèle Baptiste Giabiconi et la journaliste Raphaëlle Bacqué, sa première biographe, les témoins de l’ascension de Karl Lagerfeld prennent la parole pour évoquer celui qui modernisa la maison Chanel. Remontant jusqu’à l’enfance allemande, dans les années 1940, longtemps restée mystérieuse, d'un couturier qui avait banni toute tentative biographique de son vivant, un documentaire inédit sur l’extraordinaire destinée du "Kaiser Karl" et ses démêlés avec le fisc. Ce qui l'amènera, malgré les réductions obtenues, à vendre ses collections pour payer ses impôts.

Karl Lagerfeld garde ses mystères. Le documentaire évoque les soucis de Karl Lagerfeld, inquiet par l'entrée de plus d'un million de "migrants" dont il craint l'antisémitisme, comme une préoccupation quasi-psychiatrique. Or, si le documentariste et ses intervenants avaient abordé le lien entre Karl Lagerfeld et les Juifs, tout s'éclairait.

« Génie de la mode »
Histoire diffusera les 12 et 16 février 2020, dans le cadre de la série documentaire « Les génies de la mode », « Karl Lagerfeld ». L'un des créateurs de mode les plus acclamés au monde, Karl Lagerfeld est né à Hambourg, en Allemagne. Bien qu'il n'ait jamais révélé son vrai anniversaire, il a été rapporté qu'il était né le 10 septembre 1933. Reconnu pour ses designs audacieux et sa réinvention constante, il a été salué dans le magazine Vogue comme "l'interprète sans pareil de l'humeur du moment".

« Les caricatures de Karl Lagerfeld »
Arte diffuse sur son site Internet « Les caricatures de Karl Lagerfeld » (Karl Lagerfeld, ein politischer Zeichner) par Leonie Kathmann. « Karl Lagerfeld ne dessinait pas que des silhouettes de mode mais aimait aussi la caricature politique. A Göttingen, Gerhard Steidl a édité Lagerfeld pendant 26 ans. Jusqu’à la mort du couturier, en février dernier, ils travaillaient ensemble à un dernier ouvrage : les "Karlikatures", une compilation de ses dessins satiriques publiée début mai. Rencontre avec l’éditeur. »

Suzanne Belperron
Suzanne Belperron (1900-1983) était une joaillière française qui débute à la maison Boivin. Elle avait pour clients les Rothschild, les monarques, les stars, les maisons de haute couture dont Chanel. En 1932, elle est devenue « directrice artistique et technique exclusive, unique et reconnue » de la maison Herz Durant la Deuxième Guerre mondiale, elle a préservé en 1940 la société de son patron juif, le négociant en perles Bernard Herz (1877-1943). 

A la Libération, Suzanne Belperron fondera une société commune avec Jean Herz, fils de Bernard Herz et prisonnier de guerre durant le conflit.

Admirateur du style de cette créatrice de bijoux, collectionneur de ses oeuvres depuis 1960, Karl Lagerfeld a choisi un bijou en calcédoine de la joaillière pour la collection printemps-été 2012 de la Maison Chanel.


Gaby Aghion et Chloe
Gabrielle Hanoka, dite Gaby (1921-2014) est née dans une famille juive, aux origines grecque et italiennes, d'Alexandrie (Egypte). Sa mère suit avec intérêt la mode parisienne. En 1945, la jeune femme qui vient d'épouser Raymond Aghion (1921-2009), militant communiste issu de la grande bourgeoisie juive - leur cousin est Henri Curiel -, s'installe à Paris. Le couple fréquente Edmond Jabès, Tristan Tzara, Louis Aragon, Juliette Gréco...

En 1952, Gaby Aghion fonde Chloé (prénom de son amie Chloé Huysmans), maison qui prend son essor avec l'arrivée de son associé Jacques Lenoir. Elle lance un "prêt-à-porter de luxe" aux tissus légers, doux, pour des modèles pratiques et élégants n'entravant pas la marche de la femme.

Les premières collections, dès 1956, sont présentées dans des cafés du quartier de Saint-Germain-des-Prés. Elles sont soutenues par Hélène Lazareff, fondatrice et directrice du célèbre hebdomadaire Elle. 1956 est aussi l'année où Raymond Aghion ouvre une galerie d'art moderne et où naît le fils du couple Aghion, Philippe, qui deviendra un éminent économiste, professeur au Collège de France, et conseiller de Ségolène Royal, de François Hollande et du Président de la République Emmanuel Macron. Philippe Aghion se souvient du jeune Karl Lagerfeld, timide ayant su capter l'esprit Chloé. La nationalisation de la société du canal de Suez par Nasser ruine les Aghion.


Gaby Aghion se définissait comme « une beauté sombre et un esprit bohème ». « Madame Aghion, c’est le charme. Elle engendre l’atmosphère qui m’incite à créer », confiait Karl Lagerfeld qui rejoint la société en 1966. « J’essaie de lui extirper son mauvais goût allemand », disait de lui Gaby Aghion. « Gaby aura été la meilleure amie de Karl, la seule personne qui sache tout de sa vie intime », a observé Ralph Toledano, le président de la Fédération de la haute couture et de la mode, qui dirigea Chloé de 1999 à 2010.

La marque connait son apogée dans les années 1970 où elle a pour clientes notamment la princesse Grace de Monaco, Maria Callas et Brigitte Bardot. En 1985, le groupe de luxe Dunhill Holdings, qui deviendra le groupe Richemont, rachète la société. Après avoir rejoint Chanel, Karl Lagerfeld revient pour relancer la marque Chloé (1992-1997).

Synagogue de Menton
Directeur artistique de la maison de couture Chanel depuis 1983, Karl Lagerfeld (1933-2019) a été un généreux donateur de la synagogue de Menton. 


"Dans les années 80, les membres fondateurs de la synagogue de Menton (elle se trouvait dans la rue Albert-1er) recherchaient des fonds pour construire et aménager leur nouveau lieu cultuel, une villa implantée Cours du Centenaire. Et c’est en partie à Monaco que des fonds ont pu être recueillis. À cette époque, le grand couturier Karl Lagerfeld commence à fréquenter la Principauté. Mis en relation avec la communauté mentonnaise, il apporte sa contribution à la construction de l’édifice, qui demeure le lieu de rassemblement et de prières de la communauté juive de Menton. Il a même été l’un des plus importants donateurs, au même titre qu’Edmond Safra, car il savait que la plupart de ses membres étaient des survivants de la Shoah. Au moment de l’inauguration, il a demandé que cela ne soit pas divulgué... mais son nom reste gravé sur une plaque en marbre fixée à l’entrée de la synagogue et datant de 1987."

Coran

Le 15 janvier 1994, à Paris, la top-model Claudia Schiffer a défilé, lors d'un défilé Chanel, en portant une robe du soir noire avec un bustier orné de broderies représentant des versets du Coran. "Les autorités musulmanes françaises crient au sacrilège", rapporte L'Obs."Il a fait marche arrière, a présenté ses excuses et la polémique était close", raconte à Franceinfo Laurent Allen–Caron, auteur de Le mystère Lagerfeld, chez Fayard (2019). Le styliste finit par détruire la tenue controversée".


Vanessa Paradis
C’est par un communiqué laconique que les organisateurs du concert de Vanessa Paradis prévu le 10 février 2011, à Tel-Aviv, ont annoncé le 15 janvier 2011 son annulation.

Charles Bensmaine, gérant d’Auguri Productions, et David Stern, président de Stern & Lights, évoquent des « impératifs professionnels de l’artiste ». Sans préciser.

Auguri transmet les excuses de Vanessa Paradis à ses « nombreux fans en Israël ».

Ces producteurs « travaillent d’ores et déjà à la venue en Israël, à court terme, de plusieurs artistes de la scène française ». D’autres artistes, mais pas Vanessa Paradis…

Des « impératifs professionnels de l’artiste » ? Lesquels ? Mystère.

Comment les agents artistiques de Vanessa Paradis et les producteurs du spectacle ont-ils organisé ce concert en Israël sans tenir compte au préalable de tous les « impératifs professionnels » de cette chanteuse et actrice ?

On notera que ces « impératifs professionnels » de Vanessa Paradis ne l’empêcheront pas de se produire, dans le cadre de sa tournée internationale, le 22 janvier à Morges (Suisse), le 2 février à Londres et le 16 février à New York, puis le 18 février à Los Angeles et le 20 février 2011 à Montréal (Canada).

Le planning serait « trop chargé » pour une représentation en Israël, dans le magnifique écran prévu – l’Opéra national -, mais pas pour des représentations aux Etats-Unis ou en Suisse ?

La véritable raison de cette annulation résiderait-elle dans la campagne d’intimidations visant cette artiste ?

Citons la lettre d’Israéliens exhortant Vanessa Paradis, et Johnny Depp, alors son compagnon, à boycotter leur pays et publiée par Boycottfromwithin et à ne pas rencontrer le président Shimon Peres. Et ces  communiqués de mouvements anti-israéliens qui déjà se félicitent du succès de leurs actions pour l'annulation de ce concert concomitante de leur récente action, le 15 janvier 2011, devant le théâtre Simone Signoret - cette actrice célèbre, au père Juif, a toujours soutenu l'Etat d'Israël - accueillant à Conflans-Sainte-Honorine le concert de Vanessa Paradis. EuroPalestine diffuse la vidéo de ces activistes, dont certains portent le keffieh.


Dans les années 1990, Vanessa Paradis a été l’égérie de Chanel pour son parfum Coco. Depuis 2010, elle assure la publicité du rouge à lèvres Rouge Coco de la célèbre marque.

En décembre 2009, elle s’est rendue à Shanghai (Chine), dans un pays dont nombre d'ONG dénoncent les violations des droits de l'homme, pour assister à un défilé Chanel en présence de Karl Lagerfeld, directeur artistique de la maison de haute couture, et y a donné un concert privé.

Comment Vanessa Paradis réagirait-elle si elle était visée par des intimidations visant à lui faire annuler son contrat avec la maison Chanel, qui est détenue majoritairement par la famille Juive Wertheimer ?

Vanessa Paradis serait-elle ce volatile filmé par Jean-Paul Goude pour le parfum Coco : un bel oiseau qui siffle dans sa cage dorée, mais n’en sort pas ?


N’aurait-elle pas compris que ses libertés de femme et d’artiste sont liées à l’existence de l’Etat Juif ?

Dans le cadre de Summer of Girls, Arte a diffusé en 2011 Vanessa Paradis idylliquedocumentaire de Didier et Thierry Poiraud (2008). La chanteuse et actrice française, une des muses de Serge Gainsbourg, est filmée après la sortie de son 5e album Divinidylle (2007) lors de sa tournée en France et en Belgique. Mais pas en Israël.


Le 16 janvier 2011, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a condamné l'annulation discriminatoire de ce concert : «  Cette nouvelle action démontre que les boycotteurs ne s’attaquent pas uniquement comme ils le prétendent aux produits qu’ils supposent être fabriqués dans les « territoires », mais à tout Israël ». En effet, ce concert était prévu à Tel-Aviv, ville sioniste centenaire, située à l'intérieur de la Ligne verte. Le président du BNVCA, Sammy Ghozlan, a saisi le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand de ces faits. Le 18 janvier 2011, il annonçait sa décision de saisir la justice de cette affaire « grave et discriminatoire ».


La force des ennemis de l’Etat Juif réside pour beaucoup dans la faiblesse de ceux qui s’inclinent face à leurs intimidations, menaces ou pressions. L’animateur de télévision et comédien Arthur a témoigné de la haine et de la violence verbale de militants anti-israéliens et antisémites

Antisémitisme
Le 11 novembre 2017, dans Salut les Terriens ! sur C8, Thierry Ardisson a interrogé le couturier Karl Lagerfeld sur les migrants : « Vous pensez qu’Angela Merkel a fait une grosse faute ? »

Karl Lagerfeld a répondu : « Oui, à mon avis oui. Regardez la France, qui est le pays des droits de l’homme et tout – ce qui n’a pas empêché la colonisation. Ils prennent, je ne sais pas, 10 000 ou 20 000 [migrants]. Elle [la chancelière allemande Angela Merkel] en avait déjà des millions et des millions – qui sont bien intégrés, qui travaillent et c’est très bien, parce que la démographie est un peu descendante… Elle n’avait pas besoin de se taper un million en plus pour se donner une image charmante, après l’image de marâtre qu’elle s’était donnée dans l’histoire de la crise grecque. C’est un peu ça. Tout à coup, la fille de pasteur ressort. »

Thierry Ardisson s'est enquis : « Est-ce que vous croyez qu’elle l’a fait pour faire excuser son attitude pendant la crise grecque, ou pour montrer que l’Allemagne, par rapport à ce qui s’est passé pendant la Deuxième Guerre mondiale, était finalement un pays accueillant ? »

Réponse de Karl Lagerfeld : « Oui, mais là je vais dire une horreur. On ne peut pas, même s’il y a des décennies entre [les deux événements], tuer des millions de Juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après. Vous savez, on demande aux gens de prendre de jeunes gens [pour les recruter]. Je connais quelqu’un en Allemagne qui a pris un jeune Syrien, qui parlait un peu anglais. Au bout de quatre jours, vous savez ce qu’il a dit à la dame ? "La meilleure invention de l’Allemagne, c’est l’Holocauste". Il était dans la rue la minute qui suit, je vous le dis tout de suite. »

« Ah ouais… Ouais », dit Thierry Ardisson. Silence du public.

« Une horreur », a déploré Karl Lagerfeld.

« Tout est vrai (ou presque) »
Arte diffuse sur son site Internet « Tout est vrai (ou presque) » [(Fast) die ganze Wahrheit], « Karl Lagerfeld » par Nicolas Rendu. « Tous les jours de la semaine, Tout est vrai (ou presque) dresse avec ironie et sens de l'absurde le portrait d'une personnalité qui fait l'actualité, uniquement au moyen de jouets et d'objets du quotidien filmés sur fond blanc. À la fois complément et antidote aux déluges d’informations, chaque épisode donne à voir l’esprit d’une personnalité de manière décalée et néanmoins rigoureuse. Ironique et décalée, cette série d'animation dresse le portrait d'une personnalité qui fait l'actualité au moyen d'objets du quotidien. Aujourd'hui : Karl Lagerfeld  ».


Le dernier empereur de la mode
Interview de Raphaëlle Bacqué par Propos recueillis par Guillemette Hervé
(Arte Mag n° 7, 8-14 février 2020)

"Grand reporter au Monde et auteure de la première biographie* consacrée au “Kaiser Karl”, Raphaëlle Bacqué intervient dans le portrait documentaire qu’ARTE diffuse en hommage au grand couturier, disparu il y a un an. Entretien.

Quel héritage laisse Karl Lagerfeld ?
Raphaëlle Bacqué : Il lui reste des fidèles, des admirateurs et le fait d’avoir accompagné et parfois initié les bouleversements de l’industrie du luxe. En tant que créateur, il n’a rien inventé. Il n’a pas créé la mini-jupe ou, comme Yves Saint Laurent, la robe Mondrian ou le smoking pour femme. Mais il a développé l’idée que, dans la mode, les directeurs artistiques ont pris la place des couturiers. Et puis, son personnage, génial et extraordinairement romanesque, restera dans les mémoires. 
Un personnage qu’il s’est lui-même créé au fil du temps.
Pour quelle raison ?
Ce n’est pas rien de naître à Hambourg, en 1933, juste au moment de l’avènement d’Hitler. Son père y est un industriel puissant que la guerre ne détourne pas de ses affaires. Pire, il les développe, fournissant l’armée allemande en lait concentré. Cette honte nourrit, au départ, la volonté forcenée de Lagerfeld de réinventer sa vie. Il ment sur son âge, sur la nationalité de son père, change sa mère en un personnage terrifiant et castrateur.
Il offre une autobiographie fictive, narrée avec talent et humour, empêchant ainsi tout questionnement sur l’action de son père face au nazisme.
Il s’est créé aussi un look particulier…
Plus qu’un look, c’était d’abord un déguisement : cheveux gris en catogan, lunettes noires, haut col. Il s’est d’ailleurs déguisé tout au long de sa vie, avec un éventail, un monocle… Il était sa propre poupée. Son personnage d’aristocrate prussien du XVIIIe siècle, à l’époque des Lumières, permet de brouiller les pistes et d’offrir d’autres références historiques que celle, honteuse, associée au passé nazi de l’Allemagne.
C’est devenu ensuite un formidable outil de communication.
Lagerfeld a fait de sa silhouette un logo mondialisé. Même les enfants la reconnaissent.
Justement, à quoi doit-il ce statut d’icône mondiale ? 
À sa volonté farouche de le devenir.
C’était une obsession de chaque instant et il s’y est attelé dès son arrivée à Paris, en travailleur acharné. Son entrée chez Chanel, en 1982, marque indéniablement un tournant. Il intègre enfin un groupe riche qui lui laisse les mains libres et la possibilité de faire ce en quoi il excelle : des collections “à la manière de”. Gabrielle Chanel avait inventé le célèbre tailleur gansé. Il l’a modernisé.
Il a su comprendre le changement et se couler dans la réussite des autres. Mais le plus extraordinaire est d’être parvenu à maîtriser cette industrie, au point de se maintenir à son sommet jusqu’à l’âge de 85 ans, dans un monde qui voue, pourtant, un culte à la jeunesse."
* Kaiser Karl, Albin Michel, 2019.

LIFETIME ACHIEVEMENTS

« 1933: Karl Lagerfeld was born in Hamburg, Germany.
1954: He won first prize in a contest organised by the Secrétariat International de la Laine (International Wool Association), for a sketch of a coat. The coat was produced by Pierre Balmain who offered Karl Lagerfeld, then 17, a job as his assistant.
1957: He became art director for fashion designer Jean Patou.
1962: He became one of the first freelancers in the modern fashion industry, working between France, Italy, England and Germany.
1965: He began working for Fendi; their collaboration has continued to the present day.
1964: He began working with Chloe.
1975:  He became the first fashion designer to introduce a perfume, CHLOE, without having his own label.
1983: He was named art director of the house of Chanel.
1984: He created his own fashion house, KARL LAGERFELD, while continuing his collaborations with Chanel and Fendi.
1987: He moved behind the lens to start shooting his own campaigns. He has since become renowned for his work as a photographer, and many of his images have been transformed into art books, published by Steidl.
1992: He created 60 colourful illustrations for the classic fairy tale The Emperor’s New Clothes by Hans Christian Anderson.
1999: He opened a bookshop in Paris, called 7L. A year later, he also became a publisher with the launch of the EDITIONS 7L publishing house, which specializes in books about visual knowledge and photography.
2000: He changed his look and redefined his image after losing 42 kilograms (93 lbs) with a self-imposed diet. A book, The 3D Diet, was published about the experience shortly thereafter; it sold tens of thousands of copies worldwide.
2004: He was the first designer in the world to be asked by fashion giant H&M to collaborate on a capsule collection of 30 pieces.
2008: His name was added to Le Petit Larousse Illustré, France’s most iconic dictionary.
2010: He received the Couture Council Fashion Visionary Award from the Fashion Institute of Technology (FIT) in New York.
2012: He became a monthly contributor of bespoke caricature sketches to F.A.Z, a supplement of the Frankfurter Allgemein Zeitung newspaper in Germany.
2016: At the request of choreographer and director Benjamin Millepied, he designed the costumes for the Brahms-Schönberg Quartet production at the Opéra Bastille in Paris.
2017: He designed two spectacular suites in the iconic Hôtel de Crillon in Paris. He was also named recipient of the “Outstanding Achievement Award” at the British Fashion Awards and the John B. Fairchild Award by WWD.
2018: He collaborated with international model, Kaia Gerber, to introduce the KARL LAGERFELD X KAIA collection. He also designed a 6-star, 290-room hotel in Macau.
2019: Karl Lagerfeld passed away in Paris, France, on February 19.  »


« Karl Lagerfeld, une icône hors norme » de Christian Jakob
Allemagne, 2019
Sur Arte le 9 février 2020 à 22 h 55
Disponible du 09/02/2020 au 30/07/2023
Visuels :
© unbekannt
© ZDF

« Karl Lagerfeld » par Lyndy Saville
Grande-Bretagne, 3DD Productions, 2015
Sur Histoire les 19 janvier 2020 à 13 h 35, 31 janvier 2020 à 14 h 10, 12 février 2020 à 14 h 20 et 16 février 2020 à 06 h 25

« Les caricatures de Karl Lagerfeld » par Leonie Kathmann 
France, Allemagne, 2019, 3 min
Disponible sur Arte du 03/05/2019 au 05/05/2039

« Karl Lagerfeld » par Nicolas Rendu
Scénario : Nicolas Rendu, Vincent Brunner
Producteur/-trice : La Blogothèque Productions
France, 2013, 3 min
Disponible sur Arte du 19/02/2019 au 01/01/2022

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sur les films proviennent des communiqués des chaînes de télévision.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire