Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 18 janvier 2021

Joe Biden

Joe Biden a été élu président des Etats-Unis dans un climat de violences, sans qu'aient été menées des enquêtes sur des irrégularités électorales, demandées par plus de 100 législateurs des États du Wisconsin, du Michigan, de la Pennsylvanie, de l’Arizona et de la Géorgie. Arte diffusera le 20 janvier 2021 « Joe Biden, un destin américain » (Joe Biden - Das Porträt) de Michael Kirk et le 30 janvier 2021, dans le cadre du « Dessous des cartes » (Mit offenen Karten), « De Trump à Biden : quel leadership américain ? » (Von Trump zu Biden - Führungsmacht USA?)

Pierre Clostermann (1921-2006) 

« King Bibi - Benyamin Nétanyahou ou la passion du pouvoir » par Dan Shadur 
« Louise Weiss, une femme pour l’Europe » par Jacques Malaterre 
« Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974) » par Ben Salama 
« L'ombre de Staline » par Thomas Johnson 
« Les dessous des accords de Munich » de Christine Rütten 
 « Lyndon B. Johnson. Un président méconnu » par Claire Walding

Dans les années 1970, le sénateur Joe Biden s'opposait au "busing" [transport en bus d'enfants de quartiers pauvres pour les amener dans l'école d’un autre quartier, bourgeois] comme instrument "de déségrégation des écoles publiques". En 1977, il a déclaré : « Si nous ne faisons rien à ce sujet, mes enfants vont grandir dans une jungle, la jungle étant une jungle raciale aux tensions atteignant de tels niveaux qu’elle va exploser à un moment donné. Nous devons faire quelque chose à ce sujet ».

Joe Biden a commis des plagiats durant ses études universitaires de droit, puis en 1988 - "emprunts" de "passages d'un discours du président du Parti travailliste britannique Neil Kinnock", du Président John F. Kennedy et de Robert F. Kennedy, ce qui l'avait contraint à retirer sa candidature à l'élection présidentielle - et en 2019 : son "ambitieux plan sur le climat qui vise à réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2050 contenait des extraits de dossiers écrits par d'autres organisations". 

Alexandra (Tara) Reade, ancienne assistante de Joe Biden alors qu'il était sénateur, l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement dans les années 1990. Elle a alerté "la sénatrice et ex-candidate à la présidence Elizabeth Warren. Elle s’est également ouverte à Kamala Harris. Deux femmes Démocrates, deux femmes qui ont exigé la tête du candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh, suite à la déclaration d’une femme, Christine Blasey Ford, qui l’a accusé de l’avoir harcelée sexuellement 35 ans plus tôt – sans jamais être capable de produire un seul témoin ni la moindre preuve, et dont le récit était truffé de contradictions. Ces deux femmes Démocrates ont demandé la déchéance de Kavanaugh simplement parce que Ford l’accusait. Et ces deux femmes ont laissé tomber Alexandra Reade. Elles n’ont pas voulu l’écouter, la croire, l’entendre même, parce qu’elle accuse celui qui porte l’espoir du parti pour vaincre Trump. Parler d’une extrême hypocrisie morale est encore trop gentil. Alexandra Reade s’est alors adressée à la tête du mouvement MeToo ainsi que Time’s Up, ils l’ont également laissée tomber. Puis elle est allée sur un podcast et accusé Joe Biden. Vous en avez entendu parler dans les médias ?... Le 29 mars dernier, le Huffington Post – oui vous lisez bien – évoquait ces huit femmes qui ont accusé Joe Biden d’avoir eu des gestes sexuels déplacés, citant un article publié sur The Cut le 5 avril 2019 : elles s’appellent Lucy Flores, Amy Lappos, D.J. Hill, Caitlyn Caruso, Ally Coll, Sofie Karasek, Vail Kohnert-Yount et enfin, Alexandra Tara Reade", a résumé Jean-Patrick Grumberg (Dreuz, 11 avril 2020)

« Je suis une machine à gaffes, mais quelle chose merveilleuse par rapport à un gars qui ne peut pas dire la vérité ! » (sous-entendu le Président Donald Trump), a déclaré Joe Biden, en décembre 2018. Gaffes ou signes d'une maladie neuro-dégénérative ?

En octobre 2020, à la fin de la campagne électorale présidentielle, il a dit avoir "l'organisation de fraude électorale la plus vaste et la plus inclusive de l'Histoire". Ce lapsus, l'AFP (Agence France Presse) invitait à le remettre dans son contexte !? Le contexte n'annihile pas cette revendication. 

Les fraudes électorales par des démocrates et les refus de juges, jusqu'à ceux de la Cour suprême, de les sanctionner représentent une menace gravissime pour la démocratie, aux Etats-Unis et ailleurs, et minent l'autorité du chef de la première puissance mondiale.

Joe Biden a annoncé vouloir abroger le décret interdisant d'entrée aux Etats-Unis les citoyens de pays majoritairement musulmans, dont l'Iran, l'Irak, la Libye, la Somalie, a Syrie et le Yemen, dont les gouvernements soutiennent le terrorisme ou dont l'anarchie politique risque de favoriser l'impression de "faux documents officiels" par des terroristes islamistes.  

En 1982, au sénateur américain démocrate Joe Biden qui menaçait de mettre un terme à l’aide financière américaine à l'Etat d'Israël, Menahem Begin, alors Premier ministre israélien (Likoud), a répondu : « Ne nous menacez pas de couper votre aide. Cela ne marchera pas. Je ne suis pas un Juif aux genoux tremblants. Je suis un Juif fier, fort de 3700 ans d’une histoire civilisée. Personne n'est venu nous aider quand nous mourions dans les chambres à gaz et les fours crématoires. Personne n’est venu nous aider quand nous nous efforcions de créer notre pays. Nous avons payé pour lui. Nous nous sommes battus pour lui. Nous sommes morts pour lui. Nous resterons fidèles à nos principes. Nous les défendrons. Et, si nécessaire, nous mourrons pour eux de nouveau, avec ou sans votre aide. »

Elu président des Etats-Unis, Joe Biden a annoncé vouloir rejoindre l'accord, puis négocier avec l'Iran sur son programme nucléaire militaire visant d'abord la destruction de l'Etat Juif et déséquilibrant le Moyen-Orient.

Concernant l'accès aux aides publiques nationales, le Président Joe Biden a déclaré : « Notre priorité seront les petites entreprises appartenant à des noirs, des latinos, des asiatiques, des amérindiens ; les entreprises appartenant à des femmes ».

Bref, son mandat est déjà appelé "Obama III".

"Le fils de Joe Biden, Hunter Biden, fait actuellement l’objet d’une enquête criminelle sur le contenu de son ordinateur portable qui a été remis aux enquêteurs fédéraux l’année dernière. Le fisc américain enquête également sur des impôts non payés à hauteur de 400 000 dollars pour des commissions versées par une entreprise gazière ukrainienne, dont les dirigeants sont visés par une enquête pour corruption, et qui ont recruté Hunter Biden (qui n’a aucune connaissance dans le domaine énergétique) quelques jours seulement après la visite de son père Joe Biden, alors vice-président, en Ukraine", a écrit Jean-Patrick Grumberg (Dreuz, 14 janvier 2021).

« Trump ou Biden, pour qui vote le monde ? »
Arte propose un dossier sur l’élection présidentielle de 2020. Son titre : « Trump ou Biden, pour qui vote le monde ? »

« Donald Trump va-t-il rester président ou Joe Biden va-t-il l'emporter ? La question ne se pose pas seulement aux États-Unis. Nos correspondants sont allés demander quelle influence le vote aura sur la vie d'habitants des quatre coins du globe. Est-ce que vous vous doutiez à quel point le résultat du scrutin peut influer sur la vie des Togolais, des Australiens, des Mexicains, des Irakiens, des Brésiliens et des Kényans, des Indiens ? Vous pourriez être surpris ! »

Et les morts ? Il paraît qu’ils ont voté Biden.

« Joe Biden : portrait en trois points »

« Candidat démocrate face à Donald Trump pour l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, qui est Joe Biden ? » 

« Savez-vous qu'il a perdu sa femme et sa fille dans un accident de voiture alors qu'il faisait son entrée au Congrès ? Connaissez-vous son programme pour le climat ? Et qu'en dit son « meilleur ennemi » Donald Trump ? » 

« CV, projet et ce qu'en dit son rival : en trois points, on vous dresse le portrait de celui qui pourrait être le 46ème président des Etats-Unis. »

« Joe Biden, un destin américain »
Arte diffusera le 20 janvier 2021 « Joe Biden, un destin américain » (Joe Biden - Das Porträt), documentaire inintéressant de Michael Kirk.

« Le démocrate Joe Biden sera officiellement investi le 20 janvier 2021 ». 

« Voici un portrait du nouveau président des États-Unis, qui analyse ses forces, ses faiblesses et les défis qui l’attendent. »

« Joe Biden devra affronter dès les premiers mois de son mandat des défis de taille : aux crises sanitaire et économique s’ajoutent les graves conflits politiques et sociaux qui gangrènent une Amérique plus divisée que jamais ». 

« Qui est cet homme d’État à la longue et brillante carrière politique, six fois sénateur et deux fois vice-président sous Barack Obama, qui prendra à 78 ans les rênes du pays ? » 

« Michael Kirk et Mike Wiser lui consacrent un portrait qui s’attarde autant sur son passé que sur l’avenir qui l’attend ». 

« Ils reviennent sur son parcours ponctué de drames personnels et de succès publics, mais aussi sur les positionnements de cet expert en politique étrangère – qui pourraient bien se voir infléchis par l’influence de sa colistière Kamala Harris, 56 ans et première femme à accéder à la vice-présidence. »

« De Trump à Biden : quel leadership américain ? »
Arte diffusera le 30 janvier 2021, dans le cadre du « Dessous des cartes » (Mit offenen Karten), « De Trump à Biden : quel leadership américain ? » (Von Trump zu Biden - Führungsmacht USA?)

« De 1945 à 1989, le monde était américain. Avec le 11 septembre 2001, la puissante Amérique a montré ses failles, soulignées par la crise de 2008 ». 

« Remis en cause dans leurs opérations extérieures, les États-Unis de Bush puis d’Obama mettent en œuvre le "retrait américain". 

« Le mandat de Trump marque une autre étape, entre « America first » et mépris du multilatéralisme. Avec l’élection de Biden, l’Amérique peut-elle faire son grand retour ? »


« Joe Biden, un destin américain » de Michael Kirk
Auteur : Michael Kirk
Etats-Unis, PBS Frontline - (Remontage du 27/10/2020), 2021, 53 min
Sur Arte le 20 janvier 2021 à 22 h 55
Disponible du 19/01/2021 au 18/02/2021
Visuels : © Getty Images

France, 2020, 3 min
Montage : Madeleine Sibold-Wittier
Journaliste : Anne-Lyse Thomine
Documentaliste : Emmanuel Imhoff
Disponible du 27/08/2020 au 27/08/2023

Présentation : Emilie Aubry
France, 2020, 12 min
Sur Arte le 30 janvier 2021 à 19 h 30
Disponible du 23/01/2021 au 30/03/2021

Aucun commentaire:

Publier un commentaire