lundi 12 décembre 2016

« Lyndon B. Johnson. Un président méconnu » par Claire Walding


Arte diffusera le 14 décembre 2016 « Lyndon B. Johnson. Un président méconnu » (Lyndon B. Johnson. Der Nachfolger J.F. Kennedys), documentaire par Claire Walding. Enseignant, sénateur démocrate du Texas (1949-1961), 36e président des Etats-Unis (1963-1969), philosémite, Lyndon Baines Johnson(1908-1973), a œuvré notamment pour les droits civils et contre la pauvreté. Son engagement au Vietnam a obscurci son bilan.

« Lyndon B. Johnson. Un président méconnu » par Claire Walding
« Le désastre Obama » par Guy Millière 

« Après l’assassinat de John F. Kennedy, le 22 novembre 1963, Lyndon B. Johnson, son discret vice-président, se retrouve à la tête du pays. Il sera élu sur son propre nom, en 1964, pour un mandat. Le documentaire Lyndon B Johnson, Succeeding Kennedy revient sur le parcours politique méconnu de ce président mal-aimé, et cherche à réhabiliter son action à la tête des États-Unis ».

« Johnson treatment »
Lyndon B. Johnson naît dans une famille de fermiers texans, pauvres, protestants et philosémites, Samuel Ealy Johnson Junior et Rebkah Baines. Ses parents et surtout son grand-père paternel sont Christadelphiens, des chrétiens croyant que les Juifs, représentant le peuple élu, retourneront en Eretz Israël et y refonderont leur Etat. Lyndon B. Johnson entretient, tout au long de sa vie, des relations amicales avec les Juifs, notamment ceux d’Austin .

Enseignant, il se lance dans la politique en 1931 comme secrétaire de membres du Congrès, se marie en 1934, dirige une agence gouvernementale chargée de la jeunesse au Texas et est initié à la franc-maçonnerie en 1937.

Elu du Texas dès 1937, Lyndon B. Johnson est remarqué par le président Franklin Delano Roosevelt qui a lancé le New Deal.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il sert comme lieutenant commander dans la Marine.

Il aide des Juifs, ayant quitté l’Europe, à immigrer au Texas (Operation Texas). Combien ? Leur nombre varie, selon les historiens, de 42 à 400.

En 1948, élu sénateur du Texas, Lyndon B. Johnson mène des enquêtes sur la défense américaine et devient le chef du groupe démocrate.

Candidat malheureux aux primaires du parti démocrate en 1960 contre John F. Kennedy, il est cependant pris comme candidat au poste de vice-président.

Sous la présidence de John F. Kennedy, il dirige le Comité sur l’égalité des chances au travail, assure des missions diplomatiques et promeut le programme Apollo.

Après l’assassinat du président charismatique John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas (Texas), Lyndon B. Johnson , « son discret vice-président, se retrouve à la tête du pays ».

Il est investi Président dans l’Air Force One et prête serment sur la Bible sur le sol texan.

Certains allèguent, sans aucune preuve, que Lyndon B. Johnson aurait eu intérêt à l’assassinat du président Kennedy car, impliqué dans certaines enquêtes criminelles, il aurait craint de perdre sa fonction lors des élections présidentielles.

Great Society
« Dans une Amérique en état de choc, l’ancien sénateur du Texas parvient à mener la transition d’une main de maître, malgré le mépris d'une partie du clan Kennedy, notamment de Bobby, frère du défunt et ministre de la Justice ».

« À quelques mois de l’élection présidentielle, Johnson veut relancer le versant social de la politique intérieure amorcée par son prédécesseur ».

« Avec son projet de « Great Society (Grande société) », sur le modèle du New Deal de Roosevelt, le président Lyndon B. Johnson parvient à retourner l’opinion publique en sa faveur, et à mener à bien des réformes difficiles, en dépit de l’opposition des sénateurs sudistes : droits civiques (Voting Rights Act), fin de la discrimination raciale, assurance maladie (Medicare, Medicaid) » et « guerre contre la pauvreté » (War on Poverty), protection de l’environnement, aide à l’éducation.

« Largement réélu » en 1964 – il obtient 90% du vote des électeurs juifs américains - contre le candidat républicain Barry Goldwater, Lyndon B. Johnson « verra pourtant sa popularité décliner au cours de son second mandat » (1965-1969), « terni par le désastre de la guerre du Vietnam ».

Pendant la Guerre des Six-jours en 1967, le président Johnson préserve  les droits d’Israël à l’ONU (Organisation des Nations unies) et contre les initiatives de l’URSS dirigée par Alexis Kossyguine.

Il augmente le montant de l’aide américaine à l’Etat d’Israël : de 71 millions de dollars en 1965 à 130 millions de dollars en 1966.

Il est le premier président américain à lui vendre des armes offensives et à l’autoriser à acheter des armes américaines avec l’argent américain.

« Aujourd’hui, c’est surtout pour sa gestion controversée du conflit » dans l’ancienne Indochine « qu’on se souvient de… » Lyndon B. Johnson dont les mandats sont marqués par l’essor du mouvement hippie, de la contestation sur des campus américains, des assassinats de personnalités tels Robert F. Kenney, le pasteur Martin Luther King et Malcom X.

« En s’appuyant sur des archives sonores inédites et des commentaires d’historiens, ce documentaire Lyndon B Johnson, Succeeding Kennedy revient sur le parcours politique méconnu de ce président mal-aimé, et cherche à réhabiliter son action à la tête des États-Unis ».

En 1994, le musée de l’Holocauste de Houston a créé le Lyndon Baines Johnson Moral Courage Award dont les récipiendaires ont été Ben Love (1995), Miep Gies (1996), le père Patrick Desbois (2013), Chiune Sugihara et le Dr Feng Shan Ho (2015), les frères Bielski (2016)…

Petite-fille de Lyndon B. Johnson, Claudia Taylor Brod, auparavant catholique pratiquante, s’est convertie au judaisme en 2003 pour épouser Steven Brod, petit-fils de survivants de la Shoah.
         
 « Lyndon B. Johnson. Un président méconnu », documentaire par Claire Walding
LookFilm, 2013, 53 min
Sur Arte le 14 décembre 2016 à 0 h 00

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire