Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 7 janvier 2021

Mon interview par Radio Chalom Nitsan le 7 janvier 2021

J'ai été interviewée sur Radio Chalom Nitsan (RCN) le 7 janvier 2021, dans le cadre d'Israël d'hier et d'aujourd'huiémission animée par André Barmo'ha, sur le procès des attentats terroristes islamistes de janvier 2015 à Paris, la Shoah dans toute ses dimensions - éliminer le peuple Juif où qu'il vivait (Tunisie, Etats-Unis, etc.) - et non pas une "Shoah islamiquement ou Arabiquement correcte", et l'exil contraint de près d'un million de Juifs du monde Arabe, de Turquie, d'Iran, de la vieille ville de Jérusalem, de Judée, de Samarie, etc. Cet article présente mes analyses, non abordées durant cette interview par manque de temps, sur la jurisprudence récente de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) autorisant certains appels au boycott, des dirigeants d'organisations et des médias juifs français devenus souvent des porte-paroles du gouvernement dans sa gestion politico-sanitaire catastrophique du coronavirus, les élections aux Etats-Unis et en France

Mon interview par Radio Chalom Nitsan du 25 mars 2010
Mon interview sur Radio Chalom Nitsan les 13 et 20 février 2020 
Mon interview sur Radio Chalom Nitsan le 7 janvier 2021

Radio Chalom Nitsan émet de Nice. Cette "radio de la communauté Juive de la Côte d'Azur" dispose d'un site Internet, d'un compte Facebook, et d'une chaine Youtube
Certaines émissions sont diffusées en Israël en partenariat avec Radio Futée. 

On peut écouter les interviews en live et sur le site. Les animateurs laissent leurs invités s'exprimer librement, sans les interrompre. 

Dans le cadre d'Israël d'hier et d'aujourd'huiémission animée par André Barmo'ha, j'ai évoqué 
le procès des attentats terroristes islamistes de janvier 2015 à Paris, brièvement l'effondrement de la condition juive en France - judéité d'artistes occultée dans des expositions -, le mythe al-Andalus, la nécessité historique d'étudier la Shoah dans toutes ses dimensions - éliminer le peuple Juif qu'il vivait (Tunisie, Etats-Unis, etc.) - et non pas la réduire à une "Shoah islamiquement ou Arabiquement correcte" sur le seul continent européen, et l'exil contraint de près d'un million de Juifs du monde Arabe, de Turquie, d'Iran, de la vieille ville de Jérusalem, de Judée, de Samarie, etc. 

Cet article présente aussi mes analyses, non abordées durant cette interview par manque de temps, sur 
la jurisprudence récente de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) autorisant certains appels au boycott, des dirigeants d'organisations et des médias juifs français devenus souvent des porte-paroles du gouvernement dans sa gestion politico-sanitaire catastrophique du coronavirus, les élections aux Etats-Unis et en France

Vous pouvez écouter mon interview en podcast à partir de 22' 30''.

Appels au boycott
La France dispose de lois qui interdisent et sanctionnent le boycott ainsi que la provocation au boycott.

L'article 225-1 du Code pénal définit la discrimination comme "toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement ... de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée."

Cette discrimination "commise à l'égard d'une personne physique ou morale, est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elle consiste" notamment "à refuser la fourniture d'un bien ou d'un service" ou à "entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque(article 225-2 du Code pénal).

"Lorsque le refus discriminatoire [concerne la fourniture d'un bien ou d'un service et] est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d'en interdire l'accès, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende". (article 225-2 du Code pénal)

L'article 23 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse punit "comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet."

"Ceux qui, par l'un des moyens énoncés à l'article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement." (article 24 de la loi du 29 juillet 1881)

Deux ministres français de la justice sous la Présidence de Nicolas Sarkozy - Michèle Alliot-Marie et son successeur Michel Mercier - ont signé, respectivement en 2010 et 2012, des circulaires enjoignant aux parquets à diligenter sur le fondement de l’article 24 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881 des procédures pénales contre ceux appelant au boycott et rappelant les peines encourues. Ces circulaires fermes ont été prises dans le contexte des appels au boycott des produits israéliens lors de rassemblements ou manifestations, dans des hypermarchés, sur des sites Internet, etc.

Des organisations anti-israéliennes pro-BDS (Boycott Désinvestissement Sanction) n'ont eu de cesse de demander aux Gardes des Sceaux successifs l'abrogation de ces deux circulaires.
 
Le 1er août 2013, Christiane Taubira, alors ministre de la Justice durant la Présidence de François Hollande, avait reçu Jean-Claude Lefort, président d’honneur de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), qui demandait leur abrogation. Une pétition demandant l'abrogation de la circulaire Alliot-Marie avait reçu alors 11 729 signatures.

Dans une réponse à Michel Le Scouarnec, sénateur du Morbihan (Bretagne) et membre du groupe communiste républicain et citoyen, Christiane Taubira a répondu 
(JO Sénat du 27/11/2014) :  
"La garde des sceaux a organisé à la Chancellerie deux réunions de travail les 17 décembre et 6 mars 2013 avec les parlementaires et les responsables associatifs, en présence des services. À cette occasion, le directeur des affaires criminelles et des grâces a présenté l'état du droit en la matière. Il en ressort que les suites pénales données à ces affaires sont peu nombreuses. Les participants à ces réunions ont souligné la nécessité de mettre en commun toutes les réflexions et analyses sur le sujet et exprimé la volonté de créer les conditions d'un débat public serein, sur le bien-fondé de la pénalisation des appels au boycott, sans donner l'impression de réduire notre vigilance dans la lutte contre l'antisémitisme. La ministre insiste sur ce point. Toutes les personnes qui l'ont interpellée sur la circulaire Alliot-Marie sont par ailleurs très investies dans le combat contre l'antisémitisme et le racisme. Ce combat est plus que jamais d'actualité. En raison de la situation internationale en Israël et dans les territoires palestiniens, les tensions en France sont devenues extrêmement fortes ces derniers mois, pouvant conduire à une recrudescence des actes à caractère raciste, xénophobe ou antisémite. Face à ces actes intolérables qui déshonorent notre République, le Gouvernement entend faire preuve d'une fermeté absolue. Par circulaire en date du 30 juillet 2014, le ministre de l'intérieur a demandé aux préfets de signaler systématiquement à l'autorité judiciaire les actes racistes, antisémites et antimusulmans. La garde des sceaux a adressé aux procureurs, le 4 août dernier, une circulaire destinée à renforcer la mobilisation des parquets et rappeler l'importance de la réponse judiciaire à apporter à de tels actes. Cette circulaire s'inscrit dans le prolongement de la circulaire du 17 juin 2012 portant sur le même sujet. Dans ce contexte, la ministre considère qu'il faut dépasser le cadre partisan du débat actuel sur la pénalisation des appels au boycott de produits israéliens. Elle a sollicité des personnalités à la stature intellectuelle et morale incontestées pour lui faire des propositions en la matière. Elle a réuni le 13 mai dernier au ministère un « conseil des sages » composé de la sociologue Dominique Schnapper, du philosophe Olivier Abel, du magistrat Pierre Lyon-Caen, de l'ambassadeur Yves Aubin de la Messuzière et du professeur au Collège de France, Henry Laurens. Ces personnalités sont libres de contacter et d'échanger avec les personnes et organismes de leur choix, afin de mieux apprécier les attentes de ces derniers et, surtout, assurer l'expression de la diversité des points de vue et enrichir la réflexion collective sur le sujet". 
Bref, ces deux circulaires sont rarement appliquées, et la ministre de la Justice, au lieu de réaffirmer le droit, entendait "créer les conditions d'un débat public serein sur le bien-fondé de la pénalisation des appels au boycott". Ce qui délitait le droit. Et sans reconnaître le caractère antisémite de ces appels. 

Et la ministre Christiane Taubira a constitué un conseil d'intellectuels, de magistrat et de diplomate pour "dépasser le cadre sur le pénalisation des appels au boycott de produits israéliens" qui sont cacher"Dépasser" ? Pourquoi ? Cela relève-t-il de la compétence d'une détentrice du pouvoir exécutif ? Est-ce respectueux du pouvoir législatif ?

La justice française jusqu'en 2020 ? Application aléatoire du droit sanctionnant le boycott, et notamment de ces circulaires, condamnations rares, avec sursis et aux montants dérisoires, confusion dans l'esprit de magistrats entre liberté d'expression et délit, motivations choquantes et peu juridiques pour relaxer les boycotteurs, absence de poursuites systématiques par le Parquet dépendant du ministère de la Justice, à l'égard des individus et associations appelant au boycott d'Israël - certains appellent au boycott devant les sièges de tribunaux ou Cours en toute impunité -, opposition de magistrats - Benoist Hurel, Secrétaire général adjoint du Syndicat de la magistrature, Ghislain Poissonnier - à l'application de la loi pénale dans les dossiers de boycotts d'Israël, refus parfois du Parquet de requérir les sanctions pénales prévues par la loi, fautes de procédure ou de forme du Parquet, dépendant du ministère de la Justice et supposé ne pas les commettre, entachant d'illégalités des procédures qui sont donc annulées par des juges relaxant des prévenus, faible indemnisation des frais judiciaires des associations Juives françaises... 

Matthieu Bonduelle est un ancien secrétaire général du Syndicat de la magistrature qui avait constitué son "mur des cons". Il est 
vice-président chargé de l’instruction au Tribunal de Grande instance (TGI) de Paris. En 2012, 
à la Librairie Résistances (75017 Paris), il a présenté « Contre l’arbitraire du pouvoir », livre qu’il a co-écrit. Une présentation annoncée par le site d’EuroPalestine qui prône le boycott d'Israël. Cette librairie affirme le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à la justice et à la solidarité, à la résistance contre toutes les formes d’oppression, notamment celle subie depuis des décennies par le peuple palestinien ».

Dans La Gazette du Palais (30 août 2013), 
Matthieu Bonduelle a déclaré que « prétendre que les juges doivent être neutres, c’est leur dénier le droit de juger ». Dans son article intitulé « Juger est un acte politique » publié par Le Monde diplomatique (septembre 2014), mensuel aux positions anti-israéliennes : « L’acte de juger est nécessairement politique, puisque le juge doit choisir. Les juristes, théoriciens ou praticiens, le savent bien : « appliquer la loi », cela veut tout et rien dire ».

Le 30 janvier 2019, un justiciable français juif sioniste, qui devait comparaître devant ce magistrat, a sollicité du Procureur que celui-ci désigne un juge neutre, non membre du SNM, pour l'interroger sur son dossier. En vain.

Par son fonctionnement aléatoire, attentatoire au principe d'égalité devant la loi, l'institution judiciaire française muée souvent en "gouvernement des juges", un des "territoires perdus de la république", contribue à l'antisionisme, vecteur contemporain majeur de l'antisémitisme, et lui permet de perdurer, rend quasi-exsangues financièrement des associations juives françaises parties civiles aux procès, tel le BNVCA qui a initié une centaine de plaintes en quinze ans pour faire sanctionner les boycotts d'Israël..

Au-dessus de ce "gouvernement des juges" français, se trouve la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) liée au Conseil de l'Europe. Une juridiction distincte de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). La jurisprudence de la CEDH s'impose à la France, notamment à ses juges.

Organisation intergouvernementale créée le 5 mai 1949 par le traité de Londres, le Conseil de l'Europe est une organisation internationale qui réunit près de 830 millions d'habitants de 47 États membres, dont la France. Ses activités couvrent tous les domaines de la vie courante, à l'exception des thématiques liées à la défense.

Traité international adopté en 1950, la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ou Convention européenne des droits de l'homme est entrée en vigueur en 1953. Elle a été signée par les États membres du Conseil de l'Europe le 4 novembre 1950, et est entrée en vigueur le 3 septembre 1953.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a été créée en 1959 par le Conseil de l'Europe. Elle assure le respect des engagements souscrits par les États signataires de cette Convention. 

La Cour européenne des droits de l'homme "contrôle la mise en œuvre de la Convention dans les 47 pays membres du Conseil de l’Europe. Les individus peuvent porter plainte pour violation des droits de l’homme devant la Cour de Strasbourg dès lors que toutes les voies de recours ont été épuisées dans l’Etat membre concerné. L’Union européenne s’apprête à signer la Convention européenne des droits de l’homme, ce qui créera un espace juridique européen commun pour plus de 830 millions de citoyens".

En février 2020, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ, European Centre for Law & Justice) a publié son rapport "Les ONG et les juges de la CEDH 2009-2019". Dirigé par Grégor Puppinck, l'ECLJ est une organisation non gouvernementale (ONG) internationale créée en 1998 à Strasbourg et ai statut consultatif spécial auprès des Nations-Unies depuis 2007. "À l’issue d’une enquête de six mois, un rapport étudiant les liens entre les ONG agissant à la CEDH et les juges sur une durée de dix ans établit que, sur 100 juges, 22 sont issus de ces mêmes ONG actives à la CEDH et 12 sont issus de l’Open Society Foundations de George Soros", favorable à une "société ouverte". Un conflit d'intérêts choquant.

Le 11 juin 2020, au nom de la liberté d'expression et en raison d'une motivation jugée insuffisante, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a condamné la France qui avait condamné - en appel et en cassation - des particuliers ayant appelé au boycott d'Israël dans un hypermarché en Alsace en se prévalant de "la liberté d'expression et de leur droit à critiquer la politique d'Israël". Rappel des faits et de la procédure.

"Les 26 septembre 2009 et 22 mai 2010, des militants du BDS sont intervenus dans un magasin Carrefour [Ndlr : d'IIlzach, en Alsace], revêtus de T-shirts comportant l’inscription « Palestine vivra, boycott Israël », en distribuant des tracts portant les mentions « boycott des produits importés d’Israël, acheter les produits importés d’Israël c’est légitimer les crimes à Gaza, c’est approuver la politique menée par le gouvernement ». Poursuivis à la requête du Parquet de Mulhouse et de diverses parties civiles dont l’association France-Israël, les prévenus ont d’abord bénéficié d’une relaxe devant le Tribunal correctionnel de Mulhouse. Devant toutes les juridictions saisies, ils se sont prévalus de la liberté d’expression et de leur droit à critiquer la politique d’Israël", a résumé Me Aude Weill-Raynal, avocate, dans son article "Vers une légitimation européenne du BDS ? / Analyse de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 11 juin 2020" (2 juillet 2020).

"Par deux jugements du 15 décembre 2011, pareillement motivés pour l’essentiel, le tribunal considéra notamment (extrait du jugement relatif aux événements du 22 mai 2010) : 
"Certaines parties civiles ont pu soutenir que l’usage du slogan « Israël assassin. Carrefour complice » démontrait en réalité le caractère d’incitation à la haine raciale de cette action conforme aux prévisions de l’article 24 alinéa 8 ;
Attendu que ce slogan, imputé à certains prévenus seulement, lesquels ont reconnu l’avoir employé, a été également contesté par bon nombre d’autres participants qui en ont réfuté l’usage en ce qui les concerne, les termes leur paraissant excessifs et non en adéquation avec le sens de leur action ; que la plupart des prévenus, sans renier leur participation, ont souligné au contraire que cette manifestation n’avait aucune visée religieuse ou antisémite ;
Attendu que ce slogan, non exprimé de manière concertée, ne pouvait à lui seule donner aux propos et aux actes reprochés le caractère d’incitation à la haine raciale tel que prévu par l’article 124 alinéa 8 ; que le caractère de discrimination économique portant sur certains produits résulte clairement de la matérialité des actes et propos retenus et constatés".
La CEDH a considéré : "Au surplus le tribunal a pu se convaincre de l’absence d’incitation à la haine raciale voire antisémite au vu de la personnalité des membres du Collectif 68 issus de mouvements associatifs ou politiques non connus pour leurs prises de position racistes ou antisémites, de même que par le témoignage de soutien à la barre de M. [M.], sénateur de la République et maire, ainsi que de Mgr [G.], évêque, connu pour ses prises de positions en faveur des minorités ".

Le 15 décembre 2011, la Cour d’appel de Colmar a condamné les prévenus à verser "28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et chacun à une amende de 1 000 euros avec sursis" : 
« Il est établi par les termes du tract distribué et par les déclarations des prévenus que ceux-ci par leur action provoquaient à discriminer les produits venant d’Israël, incitant les clients du commerce en question à ne pas acheter ces marchandises en raison de l’origine des producteurs ou fournisseurs lesquels, constituant un groupe de personnes, appartiennent à une nation déterminée, en l’espèce Israël, qui constituent une nation au sens de l’article d’incrimination et du droit international
La provocation à la discrimination ne saurait entrer dans le droit à la liberté d’opinion et d’expression dès lors qu’elle constitue un acte positif de rejet, se manifestant par l’incitation à opérer une différence de traitement à l’égard d’une catégorie de personnes, en l’espèce les producteurs de biens installés en Israël.
Le seul fait pour les prévenus d’inciter autrui à procéder à une discrimination entre les producteurs et/ou les fournisseurs, pour rejeter ceux d’Israël, est suffisant à caractériser l’élément matériel de l’infraction en cause […].
Si la liberté d’expression est garantie tant par les lois fondamentales de la République que par les textes conventionnels reconnus par cette dernière, il doit de nouveau être rappelé que le respect de ce droit n’autorise pas son détenteur, sous le couvert de cette liberté, à commettre un délit puni par la loi, comme en l’espèce la provocation à la discrimination".
"Par arrêt du 20 octobre 2015, la Cour de cassation a rejeté les pourvois et a validé l’analyse juridique fait par la Cour d’appel en réaffirmant que « en prononçant ainsi, par des motifs exempts d’insuffisance comme de contradiction … la Cour d’appel a justifié sa décision dès lors qu’elle a relevé, à bon droit, que les éléments constitutifs du délit prévu par l’article 24 al 87 de la loi du 29 juillet 1881 étaient réunis, et que l’exercice de la liberté d’expression, proclamé par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, peut être, en application du second alinéa de ce texte, soumis à des restrictions ou sanctions qui constituent, comme en l’espèce, des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la défense de l’ordre et à la protection des droits d’autrui. » Cette jurisprudence était loin d’être isolée puisqu’un arrêt de la Cour d’appel de Bordeaux, également confirmé par la Cour de Cassation, avait statué dans le même sens dans une affaire similaire", a complété Me Aude Weill-Raynal.

«  La décision de la Cour de cassation est totalement contraire à ce mouvement de fond de la société civile où les consommateurs se mobilisent sur des questions d’éthique  », dénonce Ghislain Poissonnier, un magistrat qui soutient le mouvement BDS. 

« Perçu à certains moments comme l’arme des pauvres, le boycott trouve aujourd’hui toute sa place dans l’univers des activistes contemporains », soulignent Ingrid Nyström et Patricia Vendramin en conclusion de leur ouvrage "Le Boycott" (Presses de Sciences Po).

Le 11 juin 2020, en condamnant la France, "pour justifier sa position dans l’arrêt du 11 juin 2020, et expliquer pour quelle raison il faut distinguer la présente espèce de l’affaire Willem, la CEDH considère que les requérants (Baldassi, Akbar et autres) sont de simples citoyens, qui ne sont pas astreints aux devoirs et responsabilités rattachés au mandat du maire, et dont l’influence sur les consommateurs n’est pas comparable à celle d’un maire sur les services de sa commune", a mentionné cette avocate.

Et, au nom de la liberté d'expression, la CEDH a condamné la France pour avoir condamné onze particuliers, "militants de la cause palestinienne", qui avaient appelé au boycott d'Israël (l’affaire Baldassi et autres contre France) : "La Cour constate que les actions et les propos reprochés aux requérants relevaient de l’expression politique et militante et concernaient un sujet d’intérêt généralLa Cour a souligné à de nombreuses reprises que l’article 10 § 2 ne laisse guère de place pour des restrictions à la liberté d’expression dans le domaine du discours politique ou de questions d’intérêt général. Par nature, le discours politique est souvent virulent et source de polémiques. Il n’en demeure pas moins d’intérêt public, sauf s’il dégénère en un appel à la violence, à la haine ou à l’intolérance.

Le sujet d'intérêt général ? "Les actions et les propos reprochés aux requérants concernaient un sujet d’intérêt général, celui du respect du droit international public par l’État d’Israël et de la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, et s’inscrivaient dans un débat contemporain, ouvert en France comme dans toute la communauté internationale."

"La Cour observe que l’appel au boycott combine l’expression d’une opinion protestataire et l’incitation à un traitement différencié de sorte que, selon les circonstances qui le caractérisent, il est susceptible de constituer un appel à la discrimination d’autrui. Or, l’appel à la discrimination relève de l’appel à l’intolérance, lequel, avec l’appel à la violence et l’appel à la haine, est l’une des limites à ne dépasser en aucun cas dans le cadre de l’exercice de la liberté d’expression. Toutefois, inciter à traiter différemment ne revient pas nécessairement à inciter à discriminer". C'est une distinction sémantique qui n'est pas explicitée par la Cour.

La Cour a considéré également que la condamnation des requérants "ne repose pas sur des motifs pertinents et suffisants" et viole la liberté d'expression (l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme sur la liberté d’expression) : "Elle n’est pas convaincue que le juge interne ait appliqué des règles conformes aux principes consacrés à l’article 10 et se soit fondé sur une appréciation acceptable des faits.".

La CEDH a cité le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de conviction évoquant son rapport d'activité, devant l’Assemblée générale du 20 septembre 2019 : « En droit international, le boycottage est considéré comme une forme légitime d’expression politique, et que les manifestations non violentes de soutien aux boycotts relèvent, de manière générale, de la liberté d’expression légitime qu’il convient de protéger. Toutefois, il souligne également que les propos nourris de clichés et de stéréotypes antisémites, le rejet du droit d’Israël d’exister et l’incitation à la discrimination contre les Juifs en raison de leur religion doivent être condamnés ».

Marco Perolini, chercheur sur la France à Amnesty International, a déclaré le jour-même pour s'en réjouir en écriture inclusive :
« La décision rendue aujourd’hui établit un important précédent qui devrait empêcher l’utilisation abusive des lois contre la discrimination pour cibler des militant·e·s faisant campagne contre les atteintes aux droits humains commises par Israël contre les Palestinien·ne·s.
« Les militant·e·s pacifiques en France ont été de plus en plus pris pour cible au moyen de lois inappropriées et poursuivis pour avoir simplement exprimé pacifiquement leurs opinions et encouragé au boycott, au désinvestissement et aux sanctions comme outil pour mettre fin aux atteintes aux droits humains des Palestinien·ne·s.
« La décision de la CEDH reconnaissant que cette condamnation bafoue leur droit à la liberté d’expression doit faire clairement savoir à tous les États européens qu’ils doivent cesser de poursuivre en justice des militant·e·s pacifiques.
« Depuis 2010, les autorités françaises ont spécifiquement donné pour instruction aux procureurs d’avoir recours à des lois contre la discrimination pour poursuivre des militant·e·s du mouvement BDS, alors que ces mêmes lois ne sont pas utilisées contre des militant·e·s participant à des campagnes de boycott similaires visant d’autres pays. Avec cette décision, il est maintenant clair qu’aucun État ne doit être exempt des critiques pacifiques des militant·e·s. »
En septembre 2009, cinq des requérant·e·s avaient participé à une action dans un hypermarché d’Illzach. Ils appelaient, avec des tracts, au boycott des produits israéliens, afin de sensibiliser aux atteintes aux droits humains commises par Israël dans les territoires palestiniens occupés. Huit des requérant·e·s avaient participé à une action similaire en mars 2010. Ces personnes ont été poursuivies en justice pour incitation à la discrimination, une infraction pénale en France, et condamnées à une amende avec sursis de 1 000 euros chacune et, solidairement, de 7 000 euros de dommages-intérêts. La Cour de cassation a confirmé leur condamnation en 2015.
En mai 2019, le Parlement allemand a adopté une résolution qualifiant le mouvement BDS d’antisémite. Des lois érigeant en infraction ou restreignant le militantisme en faveur du mouvement BDS existent ou sont en cours de discussion dans plusieurs pays, dont Israël, les États-Unis et le Royaume-Uni.
Amnesty International ne prend pas position quant au mouvement BDS. Il revient aux individus et aux organisations de déterminer les stratégies à mettre en œuvre pour faire progresser les droits humains.
L’organisation estime que les partisans du mouvement BDS doivent pouvoir exprimer leurs opinions et mener leurs campagnes sans crainte de harcèlement, de menaces de poursuites ou de criminalisation, ou d’autres mesures qui bafouent le droit à la liberté d’expression."
Par contre, cet arrêt a suscité l'ire d'organisations juives françaises, dont le CRIF :
"Le Crif prend acte de la décision rendue ce jour qui assimile l’appel au boycott d’Israël a une manifestation d’opinion politique protégée par la liberté d’expression.
Le Crif note avec regret que la Cour par son arrêt du 11 juin 2020 contredise son arrêt du 16 juillet 2009 par lequel elle reconnaissait le caractère "discriminatoire, et de ce fait condamnable" de l’appel au Boycott d'Israël, les deux arrêts s’appuyant sur même article 10 de la Convention européenne des Droits de l'Homme.
Le Crif rappelle que jusqu’à ce jour l’appel au boycott d’Israël a toujours été considéré comme étant illégal en France et que cette illégalité a été consacrée par la Cour de cassation au terme d’une jurisprudence constante.
Francis Kalifat, Président du Crif, qui a souvent alerté sur le lien entre haine d’Israël, l’antisionisme, l’antisémitisme et la haine des Juifs "s’inquiète de ce que la décision de la cour de Strasbourg n’ait pour conséquence une augmentation significative des actes et discours haineux contre les Français Juifs...”
"Ce débat contemporain doit-il se tenir dans les supermarchés, en entravant la liberté économique ? On peut à cet égard se demander s’il rentre dans une mission d’intérêt général de provoquer ou stimuler le débat parmi les consommateurs des supermarchés, l’enseigne Carrefour ou d’autres centres commerciaux ne sont pas des salles de conférence ou des espaces de meetings, et ceux qui les fréquentent ne viennent pas dans ce but, ne sont pas intellectuellement préparés à affronter ce genre de débats, ne sont pas nécessairement informés sur la question et ne disposent pas des éléments de réponse leur permettant une réflexion équilibrée, ils peuvent être impressionnés par les slogans haineux et les imprécations accusatrices et céder aux provocations discriminatoires", a analysé Me Aude Weill-Raynal, avocate, dans son article "Vers une légitimation européenne du BDS ? / Analyse de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 11 juin 2020" (2 juillet 2020).

Et Me Aude Weill-Raynal de poursuivre : "La CEDH relève d’autre part que, par nature, le discours politique est source de polémiques et est souvent virulent, qu’il n’en demeure pas moins d’intérêt public, sauf s’il dégénère en un appel à la violence, à la haine ou à l’intolérance. Là se trouve la limite à ne pas dépasser. Mais que faut-il à la CEDH pour voir le niveau d’intolérance, de haine et de violence à l’égard d’Israël que ce genre de « non-débats » provoquent ? Où voit-elle le débat démocratique dans des coups de force intimidants dans les supermarchés ? Dans les irruptions brutales de militants pro-palestiniens lors de conférences ou spectacles où interviennent des Israéliens ? Et même sans Israéliens, où l’on parle seulement d’Israël en des termes qui ne conviennent pas à ces boycotteurs ?"

Et l'avocate de conclure : "Il appartiendra à l’avenir aux associations parties civiles, et surtout aux Parquets poursuivants, d’argumenter précisément sur ce point en relevant notamment les appels à la haine et à la discrimination, ainsi que les comportements constitutifs d’entrave qui permettent de condamner les militants du boycott lorsqu’ils stigmatisent des producteurs à raison de leur appartenance nationale. Cependant, rien ne permet de considérer que cette décision empêche dorénavant de poursuivre les militants du BDS". 

L'Etat d'Israël se heurte donc au "gouvernement des juges" français et à ce "gouvernement des juges" du Conseil de l'Europe qui s'impose en droit interne.

Le 20 octobre 2020, sous la Présidence d'Emmanuel Macron et dans le ministère de la Justice dirigé par Éric Dupond-MorettiOlivier Christen, directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère de la Justice et ancien directeur adjoint du cabinet de la précédente garde des Sceaux Nicole Belloubet (2019-2020), a signé la "dépêche relative à la répression des appels discriminatoires au boycott des produits israéliens". Ainsi, il a rapidement entériné cette jurisprudence de la CEDH. 

Cette "dépêche" est destinée aux procureurs généraux, aux Procureur de la République, aux Présidents des cours d'appels et tribunaux judiciaires ainsi qu'au membre national d'Eurojust pour la France. En droit administratif, hormis les lois, existent les décrets, les ordonnances, les arrêtés, les circulaires et les directives. Quel est le régime juridique d'une "dépêche" ? A la lecture du texte, il semble qu'il s'agisse d'une circulaire expliquant à ces magistrats les exigences de la CEDH à respecter. A noter que dès 2010, la ministre de la Justice Christiane Taubira employait ce terme d'ordinaire utilisé par les agences de presse. 

Et pourquoi cette "dépêche" vise-t-elle les seuls "appels discriminatoires au boycott des produits israéliens" ? Car l'Etat Juif est le seul visé par ces appels largement impunis en France ? Si ces appels sont discriminatoires, donc pénalement sanctionnables, pourquoi tant de bla-bla-bla paperassier et de décisions judiciaires paralysant la loi pénale française ?

 Olivier Christen a présenté le cadre d'exercice des libertés publiques - l'Etat de droit -, les circulaires Alliot-Marie et Mercier enjoignant aux parquets à diligenter des procédures pénales contre ceux appelant au boycott et rappelant les peines encourues. Puis, il a souligné "les exigences nouvelles" de cet arrêt de la CEDH, "protectrice de la liberté d'expression militante en ce qu'elle autorise l'appel au boycott politique". Il précise alors la "conduite à tenir par les parquets en termes de poursuites pénales" : distinguer "un appel à la haine ou à la discrimination" sanctionnable d'"une simple action politique" relevant du régime de la "liberté d'expression politique et militante",  et motiver avec précision les condamnations. Il liste les critères cumulatifs nécessaires à l'engagement de poursuites pénales par les parquets et lors des "réquisitions à l'audience". Il invite à une "politique pénale empreinte de pédagogie" et de mansuétude ("stages de citoyenneté orientés sur la lutte contre les discriminations") :
"Les libertés d'expression et de manifester, essentielles au fonctionnement démocratique s'inscrivent nécessairement dans l'état de droit, cadre de l'équilibre républicain et de l'égalité entre les citoyens. Le discours militant ou politique ne doit ainsi pas appeler à la discrimination, à la haine ou à la violence. A ce titre, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et la politique pénale mise en œuvre permettent de poser les limites indispensables à la prévention de toutes les formes de racisme et d'antisémitisme, Deux dépêches de la direction des affaires criminelles et des grâces du 12 février 2010 et du 15 mai 2012 ont déjà exposé la qualification susceptible d'être retenue et la politique pénale définie sur les appels au boycott des produits israéliens. Plusieurs procédures ont été engagées sur ce type de faits, conduisant la Cour de cassation à se prononcer.
Le 11 juin 2020, dans un arrêt Baldassi et autres c. France (requête n°15271/16 et 6 autres), la Cour européenne des droits de l'Homme est venue poser des exigences de motivation supplémentaires.
Cette dernière décision, qui s'avère protectrice de la liberté d'expression militante en ce qu'elle autorise l'appel au boycott politique, ne remet toutefois pas en cause les fondements juridiques de la répression dès lors qu'est caractérisé un appel à la discrimination.
A la lumière de cette jurisprudence et compte-tenu des interrogations de certaines juridictions, une présentation des exigences nouvelles et un rappel de la conduite à tenir par les parquets en termes de poursuites pénales s'avèrent nécessaires.
> Le renforcement de l'exigence de motivation des décisions de condamnation
Dans la décision précitée du 11 juin 2020 statuant sur un arrêt rendu le 20 octobre 2015 par la chambre criminelle de la Cour de cassation (pourvoi n° 14-80.020), la Cour européenne a écarté le grief tiré de la violation de l'article 7 de la Convention relatif au principe de légalité des délits et des peines. Elle a relevé qu'avant la date des faits de l'espèce, la Cour de cassation s'était déjà prononcée dans le sens de l'application de l'article 24 alinéa 8 de la loi sur la presse en cas d'appel au boycott de produits importés d'Israël (28 septembre 2004, pourvoi n°03-87.450). Elle a en revanche conclu à la violation de l'article 10 de la Convention relatif à la liberté d'expression dans cette affaire où les membres du « Collectif Palestine 68 » avaient relayé localement et publiquement la campagne internationale « Boycott, Désinvestissement et Sanctions » (« BDS »).
La Cour européenne n'a donc pas invalidé la possibilité de poursuites des appels au boycott. Elle a rappelé qu'il appartenait aux juridictions nationales de vérifier si l'atteinte à la liberté d'expression résultant de la condamnation était « nécessaire dans une société démocratique », c'est-à-dire, notamment, si les motifs de la condamnation étaient pertinents et suffisants.
Dans le cas qui lui était soumis, elle a ainsi relevé que les juridictions françaises n'avaient pas analysé les actes et propos poursuivis à la lumière de ces facteurs et avaient conclu de manière générale que l'appel au boycott constituait une provocation à la discrimination, au sens du droit de la presse, et qu'il « ne saurait entrer dans le droit à la liberté d'expression ». La Cour en a donc déduit que la condamnation des requérants ne reposait pas sur des motifs pertinents et suffisants.
J'insiste ainsi sur l'exigence de rigueur quant à la caractérisation des faits en cause. Les parquets ne devront engager des poursuites que lorsque les faits, considérés in concreto, caractérisent un appel à la haine ou à la discrimination et non une simple action politique. Il conviendra de vérifier dans chaque espèce, en quoi, sur les plans matériel et intentionnel, la teneur de l'appel au boycott en cause, ses motifs et les circonstances dans lesquelles il s'inscrivait, caractérisent le délit de provocation publique à la discrimination et de justifier ainsi l'atteinte portée à la liberté d'expression politique et militante. Le caractère antisémite de l'appel au boycott pourra résulter directement des paroles, gestes et écrits du mis en cause. Il pourra également se déduire du contexte de ceux-ci. Le représentant du ministère public devra insister sur les exigences de la Cour européenne et la réunion de l'ensemble de ces critères lors de ses réquisitions à l'audience.
Je rappellerai enfin que la Cour de cassation avait déjà fait preuve de la même exigence, dans un arrêt du 23 mai 2018, en rejetant le pourvoi formé contre une décision de relaxe d'un prévenu au motif que les propos incriminés ne contenaient pas « même sous une forme implicite, en eux-mêmes d'appel ou d'exhortation à la discrimination envers l'ensemble des producteurs israéliens à raison de leur appartenance à cette nation » (pourvoi n° 17-82.896).
► La réaffirmation d'une politique pénale empreinte de pédagogie
Les opérations appelant au boycott de produits israéliens sont, à ces conditions, toujours susceptibles de caractériser le délit de presse de provocation publique à la discrimination à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une nation. Ce délit se distingue de celui de discrimination prévu à l'article 225-2 du code pénal en ce qu'il permet de sanctionner non pas l'entrave à une activité économique ou tout autre acte discriminatoire mais la provocation à le faire.
S'agissant des aspects procéduraux des poursuites, il convient de se reporter au guide relatif au droit pénal de la presse édité par ma direction.
Comme suite à la circulaire du 4 avril 2019 relative à la lutte contre les discriminations, les propos et les comportements haineux, les réponses pénales apportées devront contribuer à apaiser la situation et prévenir le renouvellement des faits. Sauf comportement réitéré, la réponse devra être la plus pédagogique possible, en privilégiant les stages de citoyenneté orientés sur la lutte contre les discriminations (notamment ceux organisés au Mémorial de la Shoah, au Struthof ou au Camp des Milles...) et en requérant la peine complémentaire d'affichage de la décision.
Vous voudrez bien veiller à l'application de ces instructions et continuer à porter à la connaissance de ma direction sous le timbre du bureau de la politique pénale générale les procédures diligentées de ce chef, ainsi que les difficultés susceptibles de survenir à l'occasion de la mise en oeuvre des poursuites".
Distinguer "un appel à la haine ou à la discrimination" d'"une simple action politique" ? Une distinction ignorée du Code pénal et de la loi Française paralysés par le "gouvernement des juges".  

Cette "dépêche" éclaire-t-elle les magistrats ? On peut en douter. Et on peut craindre que, par souci d'une justice rapide, par impossibilité de réunir tous les critères cumulatifs nécessaires à l'engagement de poursuites pénales ou "pour ne pas faire de vague", des magistrats hésiteront à initier des poursuites, voire à informer Olivier Christen d'un dossier sensible. Le nombre des poursuites risque de se réduire rapidement et drastiquement. 

Pourquoi des "appels discriminatoires au boycott des produits israéliens" seraient-ils sanctionnés non par la peine prévue parle Code pénal - un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende -, mais par des "stages de citoyenneté orientés sur la lutte contre les discriminations (notamment ceux organisés au Mémorial de la Shoah, au Struthof ou au Camp des Milles...)" ?  Ces "stages" sont-ils dissuasifs ? Et quel rapport entre la Shoah et l'appel au boycott des produits de l'Etat d'Israël ? Car, si ces "appels discriminatoires" sont antisémites, alors la sanction prônée par Olivier Christen s'avère pas adéquate.

Cette "dépêche" a suscité l'ire du BDS France qui réclame toujours l'abrogation des circulaires Alliot-Marie et Mercier. On se demande bien pourquoi, car ces circulaires me semblent abrogées de facto et de jure par cette jurisprudence de la CEDH et cette "dépêche" signée par  Olivier Christen qui paralysent la loi nationale en vertu de la hiérarchie des normes juridiques. Et ligotent la France.

Des dirigeants et médias juifs français face au coronavirus
Le coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) a été au printemps 2020 un virus dangereux qui, partant de Chine, s’est répandu dans le monde. 

La pandémie a révélé le contrôle de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) par la Chine caractérisée par son autoritarisme et ses réticences à alerter rapidement le monde ainsi que sa domination économique, des dirigeants responsables et compétents en Corée du sud, à Singapour, à Taïwan, à Hong Kong, en Israël et aux Etats-Unis, une Union européenne (UE) désunie dont de nombreux Etats membres ont tardé à fermer leurs frontières. 

Faute de tests fiables et rapides, de statistiques vraies et d'une stratégie pertinente - tests réguliers sur les populations à risques, diffusion de messages informant sur les symptômes du coronavirus et de la nécessité de consulter un médecin dès les premiers symptômes, choix libre de se vacciner ou pas et du vaccin par tout individu -, le pouvoir exécutif impose des confinements aux conséquences dramatiques pour les Français, l'économie, les élèves, la culture... Accroît le mille-feuille bureaucratique, se cache derrière des conseils défense opaques, laisse une technostructure s'emparer des centres décisionnels. 

La République française s'est muée en "dictature sanitaire", sans grande résistance. Un pays endetté à près de 120% de son PIB et en voie de tiersmondisation. La risée du monde entier hilare face aux ratés de la campagne de vaccination.

La France est secouée par un scandale d'Etat associant incompétence, cynisme, primat de l'idéologie sansfrontiériste, conflits d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique (Big Pharma), taux de létalité élevé - près de 20% au printemps 2020, contre environ 6% aux Etats-Unis ou au Brésil - par refus de recourir dès les premier symptômes de la maladie à des traitements efficaces telle l'association chloroquine et azithromycine (antibiotique) et aux médecins de ville, crises de l'autorité et de confiance envers les pouvoirs politiques et les médias, prochaine récession économique avec une hausse de la dette publique, etc. 

Hésitant entre le rôle de Clemenceau durant la Première Guerre mondiale et celui de roi thaumaturge, exhortant à l'unité sans autoriser le moindre questionnement, le Président Emmanuel Macron a trouvé le temps, entre deux visites d'hôpitaux ou discours martiaux, de désigner Ofer Bronchtein, co-fondateur du Forum international pour la paix, comme son Envoyé Spécial pour le processus de paix. Comme si sa diplomatie partiale, notamment au Proche-Orient, n'avait pas isolé la France au sein de l'UE et sur la scène mondiale !

Cette pandémie démontre l'absurdité des cris d'orfraie d'écologistes catastrophiques, dont Greta Thunberg, qui alarmaient sur un "réchauffement climatique" et militaient pour une décroissance. 


Ces écologistes ne remettent pas en cause leur idéologie, poursuivent leur agenda politique. Ainsi, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, a présenté un plan de déconfinement visant à développer les pistes cyclables, réduire davantage la place des automobiles - alors que la distanciation sociale s'avère délite à mettre en oeuvre dans les transports en communs - et à réserver la rue de Rivoli aux cyclistes, aux bus, taxis et véhicules d'artisans.


Et, pour certains, ne s'émeuvent pas des morts causés par le coronavirus COVID-19 ou de l'incendie déclenché le 4 avril 2020 dans la zone d’exclusion de Tchernobyl (Ukraine) - "les flammes se sont rapprochées des réacteurs et des fumées radioactives se sont dégagées de ces feux -. 


Avec des médias, ils s'extasient devant la baisse de la pollution à Paris dont les habitants vivent confinés dans des appartements. Alors qu'une ville est conçue par et pour des êtres humains pouvant y travailler, s'y promener, y vivre en jouissant pleinement de leurs droits et libertés... 


Quant aux apôtres de la décroissance, la récession économique à venir - chômage, faillites, etc. - n'a induit aucune excuse de leur part ni aucune "révision déchirante".


Par leur impéritie, des autorités politiques, refusant d'assumer leurs responsabilités, ont projeté les Français dans une société barbare priorisant médicalement ceux ayant moins de 70 ans au détriment de ceux ayant plus de 70 ans délaissés, rechignant à intégrer le nombre de décès en EHPAD ou à leur domicile dans celui des victimes de la pandémie. 

Une société délitant les libertés : confinement printanier dans un contexte de pénurie de tests de dépistage, de masques et de médicaments, décidé en fonction du nombre de lits dans les hôpitaux publics et de celui des appareils de réanimation, et rompu par une attestation de déplacement dérogatoire indiquant l'heure ainsi que le motif et contrôlée par la police, réquisitions de matériels protecteurs au risque de troubler les relations diplomatiques avec l'Etat propriétaire de ces articles, exigence d'une union nationale dénuée de critiques envers les gouvernants, sacrifice des entrepreneurs - PME et TPE aux dirigeants privés de ressources, salariées élevant seules leur enfant et menacées de licenciements partiels ou économiques -, interdiction de fournir des pharmacies en chloroquine, interdiction aux médecins de ville de prescrire ce médicament, etc.


Bon sens et souci d'autrui sans craindre d'aller contre le "politiquement correct" ont cruellement manqué dans les plus hautes sphères de l'Etat, et parmi des dirigeants d'organisations juives nationales. L'Etat gouverné par des énarques et administré par des bureaucrates - un tiers du personnel hospitalier en Ile-de-France est administratif contre un quart en Allemagne - a tragiquement failli dans ses missions régaliennes, fondamentales.

Le candidat, puis le Président Emmanuel Macron a déclaré sa volonté de créer un "nouveau monde" - ce qui est révolutionnaire -, sans vraiment le définir. Et il est en train de le faire : le "vieux monde" est moribond, ou est dépendant de l'Etat et de l'Union européenne pour sa survie, et nos libertés sont réduites. Sans alternative politique. Ce qui révèle une démocratie délitée.


Parmi les personnalités mortes du coronavirus : Claude Goasguen, professeur de droit, député (Les Républicains), ardent défenseur de l'Etat d'Israël et combattant l'antisémitisme...


En juin 2020, les éditions Albin Michel ont  publié "Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?" du Professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches et auteur de La vérité sur la maladie de Lyme. Pendant quinze ans. Il a été l’un des principaux conseillers en matière de santé publique de plusieurs gouvernements. Vous croyez savoir ce qui s'est passé ? Un médecin réputé raconte à quel point la crise du Covid-19 a été un désastre sanitaire. Le président ? Le premier ministre ? Les ministres de la santé ? Les experts ? Ils n'ont rien vu venir. Plus grave : certains savaient. Un témoignage féroce, incontestable, inquiétant. Un livre nécessaire sur tout ce qui n'a pas été dit." 

Sur Sud Radio, le 16 juin 2020, le Professeur Christian Perronne a fustigé cette "administration surpuissante" et pléthorique - un administratif pour un soignant à l'APHP -, ces politiciens exigeant "toutes les preuves scientifiques avant d'agir", la "corruption multipliée par dix depuis environ vingt ans de la plupart des revues médicales et des sociétés savantes" - liens d'experts avec l'industrie pharmaceutique - qui a causé "la mort d'environ 25 000 personnes", la faillite du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) l'absence d'anticipation, les 7,4 milliards d'euros levés par la Commission de l'Union européenne pour "le vaccin, le diagnostic et le traitement" alors qu'un "vaccin est inutile" alors que la pandémie s'achève et que nous disposons des médicaments, peu coûteux pour soigner et guérir les patients. Il a souhaité que les dirigeants, dont le Président Emmanuel Macron, rendent compte sur leur action durant ce scandale. "Bill Gates et la Chine sont copropriétaires de l'OMS", a persiflé le journaliste André Bercoff. "Il faut mettre à plat tout le système de santé, jeter les lobbyistes, qui sont là pour corrompre, à Bruxelles", a conclu le Professeur Christian Perronne qui a déploré la restriction des libertés, notamment l'interdiction de recours à l'Artemisia pour guérir les patients.

Le 11 décembre, IS Edition a publié "Le virus et le Président", "un ouvrage édifiant co-écrit par le journaliste Jean-Loup Izambert et l'écrivain polémiste Claude Janvier, ainsi que préfacé par le docteur Pascal Trotta, ancien Interne des Hôpitaux de Paris, lauréat de la Faculté de Médecine de Paris, médecin spécialiste radiologue et fondateur de l’Institut de Médecine naturelle de Saint-Sébastien. Un livre fortement documenté et sourcé qui met en lumière les véritables raisons qui ont poussé Emmanuel Macron et son gouvernement à prendre des décisions qui mettent pourtant à mal un pays entier. La pandémie liée au Coronavirus et à la Covid-19, et la gestion hasardeuse qui en a découlé, a fait d'énormes ravages dans la société française, tant au niveau de la population qu'au niveau du tissu économique, très fortement impacté par les mesures de prévention et de privation de liberté prises au fil de l'eau par le gouvernement français dirigé par Emmanuel Macron".

"Le virus et le Président" s'attelle donc à démontrer en quoi les dirigeants de l’Union dite « européenne » et les dirigeants français sont responsables de la crise sanitaire, et comment ils utilisent celle-ci pour camoufler la crise économique et financière dont ils sont également responsables. Dans un style direct soutenant une argumentation étayée de nombreux faits et témoignages, les auteurs décrivent comment, avec ou sans la maladie Covid-19, les grands propriétaires privés de la finance et de l’économie – les « écrasés » – se servent de l’État pour s’enrichir de manière éhontée au détriment de l’intérêt général. Et comment le pouvoir politique impose aux Français de nouvelles mesures d’austérité afin de leur faire payer la dette, mais aussi leurs crises économiques et financières résultant de leur politique. Un document indispensable pour comprendre la nature réelle de la crise et les enjeux d’aujourd’hui."

Emerge de cette pandémie une société orwellienne, où la technostructure s'est imposée avec son inflation d'ordres contradictoires ou absurdes, mais qui font sombrer des pans de l'économie française -des artisans, des professionnels des  secteurs de la culture, du tourisme et de la communication, l'HoReCa ou les CHRD -,  où les institutions démocratiques comme le Parlement sont marginalisées, où le Président de la République songeait depuis juin 2020 à reporter les élections régionales et départementales de 2021. Une société qui a sombré dans la barbarie : sélection des patients, refus de soigner des malades, interdiction de médicaments, diffamation des paroles différentes de la doxa dominante, personnes âgées mortes seules, etc. Une société où les libertés ont été réduites sans susciter de grande indignation en raison de la peur distillée jour après jour par gouvernants et relayée par la plupart des médias (amalgames entre cas testés positifs et malades du coronavirus, refus d'interroger sur les liens entre les médecins interviewés et les laboratoires pharmaceutiques)...

Des politiciens ont saisi un évènement grave - la pandémie - pour faire avancer leur agenda : réduction des chaussées au profit de voies, peu utilisées, pour les cyclistes à Paris, destruction de "l'Ancien monde", interdiction des manifestations, notamment de celles des Gilets jaunes, adoption en catimini de la loi sur la bioéthique, etc. Avec des "experts" ou des Français tirés au sort, ils semblent exclure l'idée que le coronavirus puisse évoluer en fonction de facteurs indépendants des décisions politico-sanitaires imposées (le deuxième confinement a été précédé dans de nombreuses grandes villes par une baisse du nombre des personnes malades). 

Cette société émergente effrayante est-elle conciliable avec les valeurs du Judaïsme ? 

Qui va payer l'endettement de la France ? Des antisémites répondraient : "Les Juifs. Ils sont riches !"

Des dirigeants d'organisations juives ont tardé à adopter des mesures indispensables, et sont apparus souvent comme les porte-paroles des gouvernements Philippe et Castex ou du Président Emmanuel Macron.  

La France a été atteinte par la pandémie de coronavirus COVID-19 (ex 2019-nCoV) en décembre 2019. 

Certains médias juifs, dont RCJ dans ses flashes d'informations, exprimaient leur méfiance envers le traitement, pourtant efficace et sûr, du professeur Didier Raoult, directeur de l'IHU Méditerranée Infection, professeur de médecine. infectiologue, microbiologiste. Cet éminent médecin associe hydroxychloroquine et azithromycine, un antibiotique. Et ce, très tôt après le déclenchement des premiers  symptômes, et non dans la phase ultime où le patient infecté est placé sous appareil respiratoire et où la charge virale est quasi-inexistante. 

Pour la presse juive française, cette épidémie a gravement réduit sa distribution : librairies fermées, absence dans des magasins d'alimentation, etc. Restait la version électronique sur Internet ; celle numérisée d'Actualité juive hebdo a été consultable gratuitement pendant plusieurs semaines.  

Le nombre exact de Juifs décédés en raison du coronavirus demeure inconnu. Certains allèguent que 10% des Français juifs seraient morts du Covid-19. Selon le journal israélien "Makor Rishon", "au moins 1.300 membres de la communauté juive de France sont morts du coronavirus, a indiqué le service funéraire juif du pays. D'après les chiffres transmis, les Juifs représentent environ 5% des 25 897 décès enregistrés en France", mais moins de 1% de la population française. Certains allèguent un nombre de 2 000 juifs morts pendant la pandémie en France. Le Consistoire a organisé une cérémonie en leur mémoire et pour permettre que soit récité le Kaddich pour toutes les victimes.

Pourquoi cette surreprésentation quantitative des Juifs dans les statistiques ? Absence de prise de conscience du problème de santé publique constitué par les rassemblements et de la gravité du coronavirus COVID-19 ? Réticences à fermer des synagogues en temps de paix ? Conviction de la Toute-Puissance de D. ? Peur d'encourir la colère de Dieu ? Psyché formée aux prières trois fois par jour à la synagogue sans autre cadre de pensée d'une piété différente ? Pratiques favorisant la contamination : les juifs religieux embrassent les mezouzot dans les synagogues, mangent avec leurs doigts des salaisons lors de la séouda après l'office de prières du chabbat, et leurs familles nombreuses vivent dans des logements exigus ? Déni de la réalité ? Faible bon sens chez des dirigeants communautaires éloignés des Juifs lambda ? Confiance infondée dans l'Etat dont l’impréparation était inconcevable, et ce, alors que le ministère de la Santé disposait depuis 2004 d'un "Plan de lutte contre une pandémie" ? Refus, peur ou impossibilité de contredire le "politiquement correct" au plus haut niveau de l'Etat niant tout risque d'épidémie, niant l'utilité des masques et du dépistage, puis minorant les dangers et enfin adoptant des mesures insuffisantes ? Dépendances envers l'Elysée et Matignon ? Ou adhésion à l'idée que "cela n'arrive qu'aux autres..." ?

Ajoutons que les dirigeants communautaires ont gardé en mémoire le comportement courageux et pieux de leurs prédécesseurs durant la Deuxième Guerre mondiale, sans parvenir à penser la spécificité de l'épidémie de coronavirus. Ils ont tenté de concilier les normes gouvernementales avec les commandements juifs, sans sembler avoir songé au seul pikua'h nefech (פיקוח נפש, "la préservation de la vie humaine") qui prévaut sur les commandements ou mitzvot du judaïsme et permet de transgresser les règles juives, même le chabbat

Ces dirigeants communautaires français vont-ils dresser le bilan de leurs décisions et élaborer un Plan d'actions en vue d'une autre épidémie ? On peut en douter. Ils n'ont jamais établi leur bilan dans leur lutte contre l'antisémitisme. Et puis, ce n'est pas dans la mentalité ou les us et coutumes françaises. Et les Juifs français sont si français... 

A noter que les titulaires du pouvoir exécutif national ont agi dans ce contexte tragique de pandémie comme leurs prédécesseurs envers l'antisémitisme : passant du déni à la lutte teintée de compréhension pour certains de ceux enfreignant le confinement, via la minoration. Et par une forme de tropisme préjudiciable, ces dirigeants communautaires français ont accepté cette attitude, sans oser suivre la voie de la sagesse, du bon sens.

Aucun média communautaire n'a posé une seule de ces questions fondamentales. 

Le 2 mars 2020, à Paris, le Président Emmanuel Macron annonçait qu'il annulait ses sorties, dont le diner du CRIF prévu le 3 mars 2020, pour se "concentrer sur la gestion de la crise". 

Le 4 mars 2020, le Consistoire Central de France a diffusé ce communiqué :
"Devant l’épidémie du coronavirus qui prend de l’ampleur dans notre pays, les responsables communautaires que nous sommes devons prendre des mesures afin de limiter les risques de contamination pour l’ensemble de nos fidèles.
A moins d’un d’arrêté préfectoral demandant la fermeture des lieux de culte, comme dans l’Oise, nos synagogues continuent les activités religieuses en évitant les fêtes et ce qui n’est pas nécessaire, en évitant bien sûr dans la mesure du possible les grandes manifestations.
Le Coronavirus qui sévit actuellement dans le monde se transmet essentiellement par voie aérienne et par contact des mains. Il peut également persister sur des surfaces inertes pendant plusieurs heures.
Après consultation de l’AMIF (Association des médecins israélite de France) et de la CER (Conférence des Rabbins Européens), avec la volonté de contribuer à contenir cette épidémie, nous vous proposons les préconisations suivantes. (...)
En ces moments difficiles, nous ne pouvons pas sous-estimer l'importance de l’ablution des mains (Netilat yadayim), selon les modalités indiquées plus haut, dans toutes les occasions prescrites par Halakha.
Ne paniquez pas. A moins d’un contact rapproché avec un sujet infecté, la probabilité d'attraper le virus par les airs est faible et le port de masque n’est requis que pour les personnes malades (ou celles en contact avec une personne malade).
Nous restons à votre écoute, et si vous avez pris d’autres mesures complémentaires que nous pourrions partager avec l’ensemble des présidents de communautés, nous diffuserons ces informations.
Nous prions pour tous ceux qui ont été touchés par cette maladie. Puisse l’Eternel contenir cette épidémie, guérir les malades et guider les scientifiques à trouver rapidement un traitement ou vaccin."
Parmi les recommandations : "Ne pas embrasser les personnes, les livres de prière, les talitot communautaires, les mezuzot et les Sifré Torah", "Ne pas vous serrer la main", "Rester à la maison en cas de fièvre, de toux, de courbatures ou de difficultés respiratoires, (même si on doit lire le Kaddich), "Proposer des solutions hydro-alcooliques à l’entrée de la synagogue", "Ne pas venir à la synagogue s’il y a une personne contaminée dans son entourage", "Pour les personnes âgées ou malades, s’abstenir de venir à la synagogue en cas de forte affluence".

Ce communiqué du Consistoire soulève des interrogations pertinentes. 

Primo, pourquoi le Consistoire Central ne s'est-il pas inspiré de cet arrêté préfectoral du 29 février 2020 visant l'Oise pour fermer toutes les synagogues en France dès le 1er mars 2020 ? Quid  des écoles juives et du Séminaire israélite formant à Paris les rabbins éludées par ce communiqué consistorial ? En effet, les enfants sont des vecteurs de propagation de l'épidémie. 


Deuxio, comment et pourquoi l'AMIF ainsi que le Dr Joël Mergui ont-ils minoré l'importance des masques, qui ont constitué, notamment en Corée du Sud et à Taïwan, et avec le dépistage, un élément majeur et efficace dans la lutte contre le coronavirus ? Parce qu'ils se sont fiés aux experts du Conseil scientifique "mis en place par le Président Emmanuel Macron" ? Ce Conseil qui avait connaissance du nombre très insuffisant de masques en France et a préconisé le maintien du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020 - le gel hydroalcoolique dont manquaient tant d'hôpitaux, de médecins de villes et d'infirmières a été affecté aux bureaux de vote ! ; le second tour des élections a été annulé - ? Ces dirigeants communautaires sont apparus comme les porte-paroles de la communication présidentielle mensongère niant l'utilité des masques pour tous - les stocks stratégiques d'un milliard de masques avaient progressivement cessé d'être actualisés - et restreignant leur usage uniquement aux soignants et aux malades.

Tertio, ces mesures semblent oublier le risque représenté par le "contact rapproché" avec les porteurs sains ainsi que les malades asymptomatiques. Et l'hygiène est-elle suffisamment assurée par les "
solutions hydro-alcooliques à l’entrée de la synagogue" ? Une désinfection s'imposait-elle - et avec quelle périodicité ? - si les synagogues demeuraient ouvertes ? Rappelons que la pandémie se développait en période de célébrations de brit-mila (circoncision), bar-mitzva ou bat-mitzva et mariages, avant leur interruption durant Pessah (Pâque juive).


Quarto, au vu de la propagation de l'épidémie de coronavirus depuis janvier 2020, on peut s'interroger sur la pertinence à avoir maintenu des événements au CEJ, notamment la conférence annuelle de l'EJA (24-25 février 2020) qui a attiré un public nombreux. D'autant que "Facebook a annoncé le 27 février l'annulation de sa conférence annuelle des développeurs prévue pour début mai à San José, dans la Silicon Valley, à cause des inquiétudes grandissantes autour de la propagation de l'épidémie du nouveau coronavirus". Le 3 mars 2020, Google a annulé sa conférence annuelle consacrée aux développeurs.

Ces questions se posent avec d'autant plus d'acuité que la fête de Pourim a débuté le 9 mars 2020 au soir et s'est poursuivie le 10 mars 2020. Les fidèles lisent la Méguila d'Esther et donnent à au moins deux pauvres, les enfants se déguisent et agitent des crécelles. Des repas sont organisés dans des synagogues. Des occasions de contamination.


"Le  8 mars 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes jusqu'au 15 avril, excluant les manifestations, les concours ou « le recours aux transports en commun ».

Le 12 mars 2020, le Chef de l'Etat a annoncé en particulier la fermeture des établissements scolaires et a recommandé aux personnages âgées ou à la santé fragile de réduire leurs déplacements.


Le 13 mars 2020, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de cent personnes. Des salles de spectacles ont annulé leurs spectacles au vu de la raréfaction du public prudent réduisant ses loisirs. Progressivement, les autorités politiques françaises ont opéré un confinement des Français...


"C'est dans ce contexte que la « tahara », le rite de purification du corps des défunts, a été strictement interdite. « La proximité avec le corps présentait un trop gros risque », précise le rabbin Gabriel Farhi au Point".


Le 14 mars 2020, la France est passée au stade 3 de la pandémie. Pour "freiner la progression du virus", le Premier ministre a prôné la "distanciation sociale" et à "limiter les réunions amicales et familiales". Il a annoncé "la fermeture à compter de ce soir minuit de tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays.... Les lieux de culte resteront ouverts, mais les rassemblements et les cérémonies devront être reportés".

La Conférence des Évêques de France (CEF) a suspendu les messes au niveau national dès le 15 mars. « à partir de lundi 16 mars, ni messes, ni baptêmes, ni mariages ne pourront être célébrés». Avec cette seule autre exception : « Seules les obsèques pourront l’être avec moins de 100 personnes réparties ». Dès le 13 mars, les diocèses catholiques d’Île de France avaient annoncé des mesures similaires applicables dès samedi 14 mars, ce qui impliquait la suspension des messes dominicales du 15 mars". L’Église protestante unie de France a fermé ses temples. Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) "a annoncé dans la même soirée qu’il appelait à « la fermeture de toutes les mosquées de France à compter de dimanche 15 mars 2020, à l’issue de la prière de l’Aube et jusqu’à nouvel ordre".


Le 15 mars 2020, le Consistoire a décidé : "Nous respectons ces directives. Dans ce cadre, il importe de respecter les consignes drastiques de distance de 2 mètres, de lavage des mains et d’hygiène des lieux que nous avons données depuis deux semaines, de ne pas faire venir les personnes âgées, les enfants et les personnes fragiles. Il faut limiter le nombre des personnes se rendant dans les synagogues au strict minimum avec un maximum de 15 personnes simultanément."


"Installé à Arradon, le pasteur Jean-Marc Thobois est décédé dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 mars 2020 des suites du Covid-19. Il était un éminent spécialiste et fervent d’Israël. il avait animé un séminaire dans une maison de ressourcement évangélique du Haut-Rhin, du 24 février au 1er mars. C’est là qu’il aurait contracté le Covid-19. Membre d’une lignée de pasteurs huguenots, Jean-Marc Thobois était un grand fervent d’Israël. Il a suivi des études bibliques à Londres, puis étudié l’histoire d’Israël et l’archéologique biblique à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il a ensuite été pasteur d’Église, du milieu des années 1960 à 2004. Il était, depuis 1977, à la tête de Keren Israël, une revue d’information sur Israël dont le but est de « faire connaître aux chrétiens non-juifs, les racines de leur foi, de lutter contre la désinformation et d’aider ceux qui sont dans le besoin au sein du peuple ». Marié et père de trois enfants, Jean-Marc Thobois donnait, depuis plusieurs années, d’innombrables conférences partout en France, mais aussi en Suisse."

Le 16 mars 2020, le Président Emmanuel Macron a annoncé, dans un contexte de "guerre sanitaire" - sans avoir préparé l'opinion publique ni l'économie -, un confinement partiel de la population, sauf exceptions, pour "au moins quinze jours" à compter du 17 mars 2020.

A Strasbourg, le président de la communauté Maurice Dahan et le grand-rabbin Harold Abraham Weil étaient atteints par le coronavirus.


Le 17 mars 2020, le Premier ministre Edouard Philippe a étendu l'interdiction de circulation aux enterrements. 


Le Consistoire Central a décidé la fermeture "des synagogues sauf exception, notamment en cas de décès". 


Sur Radio Shalom, et sur Facebook, le grand rabbin de France Haïm Korsia a déclaré : 
"Le principe de pikouah nefesh, de sauver des vies, est au cœur du judaïsme. Nous ne pouvons pas jouer avec la vie de nos fidèles et respecter les gestes barrières nous obligent à prendre de nouvelles mesures. Il faut maintenant utiliser ces 15 jours pour vivre le judaïsme de manière authentique - même si on le fera différemment - en revenant à l'étude. #Pessah - Je ne suis pas en mesure de me projeter sur les fêtes de Pessah mais je peux en revanche évoquer d'ores et déjà ce chabbat et vous dire qu'il est déraisonnable d'organiser de grandes tablées. Je voudrais en revanche rassurer les fidèles sur l'approvisionnement des supermarchés en denrées et en viande pour Pessah. Il n'aura aucune pénurie alimentaire. Attention toutefois à ne pas créer de panique dans les supermarchés, au risque de voir les rayons ponctuellement dévalisés."
Delphine Horvilleur, femme rabbin du MJLF (Mouvement juif libéral de France), dirige la revue Tenou'a. L'Atelier Tenou'a, "rendez-vous mensuel d'études à Paris" réunissant une centaine de personnes, est devenu, avec le confinement imposé, Tenou'alive. La médiatisée Delphine Horvilleur a offert sur Facebook et sur le site Internet du magazine une première séance hebdomadaire, un "petit cours sur le sens de la crise, la force du lien entre les générations et la possibilité de tendre encore la main même quand on ne la sert plus". Jusqu'à la mi-mars 2020, aucun post sur les comptes Facebook ou Twitter de cette ancienne étudiante en médecine  n'évoque le coronavirus !? 

Le CRIF publiait l'article "Coronavirus - Vous êtes médecins ? L'AMIF et le FSJU ont besoin de votre aide". "L'AMIF et le Fond Social Juif Unifié (FSJU), créent un pool de médecins capables d'apporter une aide ponctuel aux personnes vulnérables de la Communauté qui en auraient besoin. Si vous êtes médecin et intéressé, inscrivez-vous dés maintenant en envoyant un mail à l'adresse suivante covid@amif.com."


"Chères consœurs et chers confrères,

Face à l'aggravation de la situation épidémique et en collaboration étroite avec le Fond Social Juif Unifié (FSJU), nous avons décidé de créer un pool de médecins capables d'apporter une aide ponctuel aux personnes vulnérables de la Communauté qui en auraient besoin. 
Nous constituons un listing des médecins de bonne volonté, de tous les âges et de toutes les spécialités qui accepteraient d'apporter une aide quelques heures par semaine en plus de leur activité. 
Nous demandons à tous ceux qui sont intéressés de s'inscrire dés maintenant en envoyant un mail à l'adresse suivante covid@amif.com. Veuillez préciser votre nom, votre prénom, votre spécialité, votre lieu d'exercice, votre téléphone et votre email.
L'heure est à la solidarité. Soyons nombreux à répondre présent. 
Bien confraternellement,
Dr Elie Buzyn, Président d'honneur de l'AMIF
Dr Bruno Halioua, Président de l'AMIF
Dr Jonathan Taïeb, Secrétaire Général de l'AMIF
Dr Alexis Astruc, Trésorier de l'AMIF".

Hélas ! Des mois précieux ont été perdus. Passons sur les fautes de français. Il est heureux que l'AMIF, qui avait refusé d'aider le Dr Lionel Krief, victime d'antisémitisme, ruiné et spolié par le "gouvernement des juges", fasse preuve de solidarité en cette période tragique.


Le 20 mars 2020, Arte diffusait l'émission enregistrée "28 minutes" et intitulée "Delphine Horvilleur : vivre sa foi pendant la pandémie". "Lieux de culte fermés, interdiction de se rassembler à plusieurs… Qu’est-ce que le coronavirus change pour les religions ? La rabbin au Mouvement Juif Libéral de France Delphine Horvilleur nous donne son point de vue". Delphine Horvilleur invitait à trouver de nouvelles manières "d’être présents aux autres. La situation aujourd'hui d’urgence exige de l'imagination". L'enjeu consiste trouver "comment s’assurer de lutter contre le confinement de l’esprit". Le MJLF organisait des offices religieux par streaming, des rendez-vous quotidiens entre les rabbins et les fidèles. Delphine Horvilleur assurait des cours les mardis.

Le 21 mars 2020, André Touboul, rav et directeur des Institutions scolaires Beth ‘Haya Mouchka (Loubavitch) de Paris, la plus grande école juive d’Europe, est décédé. Le 21 mars 2020, François Dagnaud, maire du XIXe arrondissement de Paris, a twitté : "Bouleversé d'apprendre le décès brutal de notre ami André Touboul, Directeur de l’école Beth'Hanna. Un homme de cœur, de culture et de qualité. Une immense perte et une grande peine. En pensées avec sa famille, ses proches et ses élèves". Le 22 mars 2020, la Maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a twitté : "C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès de André Touboul. Je pense à sa gentillesse et à son professionnalisme.Tout mon soutien et mon affection à sa famille, à ses amis et à toute la communauté scolaire de Beth’Hanna."

Le 23 mars 2020, Zvi Ammar, président du Consistoire régional Alpes Provence, a recommandé :

"Nous venons d’être contactés par le Professeur Didier Raoult cet après-midi qui s’alarme du taux de contamination dans la communauté, qui est surreprésentée dans les cas de coronavirus, certains arrivant au stade de la réanimation.
Il nous demande de faire passer le message de veiller à respecter scrupuleusement les règles édictées et éviter les réunions familiales importantes notamment pour le Chabbat et dans la perspective des fêtes de Pessah.
Je demande à tous les membres de nos communautés d’être extrêmement prudents dans ces circonstances pour que tout soit fait pour préserver des vies. La vie est la chose la plus précieuse et la plus sacrée dans notre sainte Torah. ושמרתם מאוד על נפשותיכם. Je compte vraiment sur vous.
Afin de préserver le maximum de nos vies, je vous demande d’assurer, s’il vous plaît, la plus large diffusion de ce message dans toutes les communautés".
Le 23 mars 2020, le Consistoire Central de France diffusait une lettre signée par Haïm Korsia, grand rabbin de France, Michel Gugenheim, grand rabbin de Paris, et Benyamin Chelly, du dayan (juge du tribunal rabbinique). Il rappelait l'obligation de "confinement imposé par le gouvernement et de ne sortir que pour les motifs autorisés par la loi. Et de poursuivre :
"Certaines communautés ont fait le choix très lourd de fermer leur mikvaot, et c'est compréhensible car la situation locale l'imposait compte tenu du grand nombre de personnes atteintes dans leur région. Mais il faut analyser les situations particulières des autres régions de France et les nouvelles normes que nous allons mettre en place afin de permettre cette mitsva dans des conditions maximales de sécurité sanitaire." Après consultation de "plusieurs autorités médicales et en particulier des spécialistes de virologie, après en avoir discuté avec le Conseil scientifique spécifique, nous pouvons ouvrir les mikvaot répondant aux conditions strictes suivantes : seules les femmes en bonne santé, sans aucune suspicion de contamination et n'ayant dans leur environnement aucun malade pourront aller au mikvé, il faudra porter un masque ainsi que, si possible des gants neufs à usage unique"  - même obligation pour la balanit (personne préparant le bain rituel et vérifiant le respect des règles rituelles) -, "dès l'entrée du mikvé il faudra se laver scrupuleusement les mains avec du gel hydroalcoolique ou de l'eau et du savon qui seront mis à disposition et de même en sortant, etc.
Dix-neuf jours après son communiqué sur le caractère non indispensable des masques, le Consistoire Central imposait son port obligatoire.

Selon Europe 1, le chef de l'Etat allait recourir à une audioconférence pour dialoguer le 23 mars 2020 "avec les responsables des cultes, mais aussi avec des organisations laïques et des philosophes, pour évoquer plusieurs sujets dont les services religieux pour les défunts, mais aussi une réflexion plus large sur la période que traverse notre pays. Les questions liées aux services religieux seront aussi abordées, et notamment l'organisation des cérémonies religieuses, avec les Évêques de France, par exemple. Mais cet échange pourrait aussi être l’occasion d’avoir une réflexion plus générale sur la période que traverse notre pays. "Dans notre société laïque, il y a urgence à avoir cette réflexion", glisse un proche du Président.  Un conseiller précise : "Ces acteurs ont une place à prendre sur la manière de retrouver du sens. De faire face à la mort..." Emmanuel Macron devrait inciter ses interlocuteurs à porter eux-mêmes ces débats dans la société".

Le 23 mars 2020, le Président Emmanuel Macron a prévenu ses interlocuteurs, en particulier juifs, chrétiens, bouddhistes, musulmans et francs-maçons, que les prochaines fêtes religieuses - Pâque juive (du 8 au soir au 16 avril 2020), Pâques chrétiennes, Ramadan - se dérouleront "sans rassemblement". "Le chef de l'Etat a averti que "les fêtes ne seront pas vécues comme habituellement. Il y a une possibilité de les vivre de manière virtuelle", a renchéri François Clavairoly, le président de la Fédération protestante de France. L'Elysée a confirmé à l'AFP que le président leur avait demandé de "se préparer à célébrer ces grandes fêtes dans un cadre différent". Selon l'Elysée, les participants ont convenu de la "création d'une cellule d'écoute, à la disposition des soignants pour orienter les familles ou les personnes les plus isolées ou démunies à la gestion de la maladie". Ce serait "un outil plus restreint qu'un numéro vert, où des associations pourraient effectuer des permanences téléphoniques et où seraient dirigées des personnes en difficulté pour avoir un soutien moral voire spirituel, en fonction de leur croyance ou sensibilité ou obédience." Le Président Emmanuel Macron "s'est voulu aussi rassurant sur le fait qu'il n'était pas question que la crémation se généralise pour les personnes décédées du Covid-19. "Le président a dit qu'aucune directive n'avait été donnée aux préfets en ce sens, il y a eu des maladresses de langage dans quelques situations, le malentendu est dissipé", a indiqué l'Elysée. La crémation est proscrite dans la tradition musulmane".


A également été abordée la gestion par les collectivités locales des espaces funéraires, sachant qu'il incombe aux maires de prendre les dispositions nécessaires pour les places dans les cimetières.


Dans son intervention vidéo du 24 mars 2020, le grand rabbin de France Haïm Korsia a annoncé que le Président des Consistoires Joël Mergui et son épouse étaient malades du coronavirus.


Le 24 mars 2020, la direction de la maison de retraite et de gériatrie de la fondation Rothschild à Paris (75012) a déploré au Parisien 16 morts et 81 personnes testées positives au coronavirus. « Des protocoles très stricts ont été mis en place, pour éviter que la contamination prenne encore plus d'ampleur » explique-t-on à l'ARS Ile-de-France. D'autant plus que parmi le personnel de l'établissement, une vingtaine est à ce jour positive au Covid-19. Une cellule psychologique est organisée sur place pour venir en aide aux familles des victimes, nombreuses. Cet Ehpad, particulièrement grand, accueille 510 résidents, qui souffrent en général de pathologies lourdes. Un deuxième bâtiment regroupe 60 autres pensionnaires, qui ont eux aussi des problèmes sanitaires importants. La grande majorité des personnes décédées a plus de 90 ans. Le plus jeune des défunts a 75 ans, et souffrait de la maladie d'Alzheimer. Le premier décès a été enregistré le 11 mars, et les choses se sont accélérées par la suite.
  
"Malgré la mobilisation 24 heures sur 24 de nombreux médecins sur place, le Covid-19 a fait des ravages sur ces personnes âgées et fragiles. Dans ce contexte dramatique, la seule bonne nouvelle provient du fait que le nombre de nouveaux cas dans l'établissement est pour la première fois en diminution depuis la veille. Même s'il est emblématique, le cas de la maison de retraite de Rothschild n'est hélas pas isolé. Selon ce même bilan fourni par l'ARS ce mardi, les chiffres de propagation du virus dans ce type de structures sont très importants. « Ce terrible bilan montre qu'il faut de toute urgence venir encore plus en aide à nos anciens. Il faut que le gouvernement prenne conscience que la catastrophe est imminente dans les Ehpad », nous explique le médecin urgentiste Patrick Pelloux. Il suggère que « ces personnes malades et âgées puissent avoir accès au médicament chloroquine ». « Pourquoi les prive-t-on de cette possibilité thérapeutique? » demande-t-il".

La Fondation Casip-Cojasor dispose elle aussi de quatre EHPAD à Paris et en province. Elle "emploie plus de 500 professionnels dont 70% interviennent dans les établissements médico-sociaux. Toutes les structures médico-sociales comme celles qui sont gérées par la Fondation Casip-Cojasor, se préparent à ce type de crise en établissant en amont, et cela depuis la grande crise liée à la canicule de 2003, des plans dits « plans bleus » dans lesquels sont évalués les risques et qui prévoient des scénarii pour permettre la continuité de l’activité. Le 6 mars 2020, nous avons reçu la directive « d’activer nos plans bleus », car le stade 2 de l’épidémie avait été décidé. Concrètement nous nous sommes préparés à faire face à une baisse d’effectifs pouvant atteindre 20%. Dans ce cas, nous réorganisons le travail avec le personnel présent. A ce jour, dans les EHPAD, nous réussissons à remplacer le personnel absent et avons même renforcé certaines équipes. Au niveau des services sociaux nous maintenons la permanence téléphonique, qui a été « délocalisé » au domicile de certaines personnes. Les travailleurs sociaux assurent leurs missions en télé travail. Ils appellent toutes les personnes suivies afin de s’assurer de leur conditions de vie. Sur la partie livraison de repas, il se poursuit évidement et doit même répondre à des demandes croissantes car certaines personnes qui avaient prévu de partir dans leur famille pour les fêtes se retrouvent seules à Paris. Nous avons mis en place des mesures barrières pour chacun de nos livreurs. Enfin notre action sociale se poursuit également grâce à la mobilisation de nos donateurs que nous remercions pour le constant soutien... Depuis le début de la crise, nous avons renforcé les équipes avec des bénévoles qui sont une cinquantaine pour aider à appeler toutes les personnes âgées – les survivants de la Shoah, les personnes qui fréquentent la maison des seniors, etc. afin de recenser les besoins. Nous appelons aussi à la solidarité des voisins pour parrainer une personnes seule", a déclaré Karen Fredj, directrice générale de la Fondation Casip-Cojasor, au Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le 26 mars 2020. 

Et la directrice d'ajouter : "Dans tous nos établissements nous avons mis en place les mesures barrières dès le début de la crise sanitaire en janvier pour protéger nos usagers et nos équipes. Mesures renforcées avec des restrictions drastiques au niveau des visites des personnes extérieures aux établissements. Cette mesure est très dure pour les résidents mais aussi pour les familles dont nous comprenons l’inquiétude.. Afin de maintenir un lien indispensable avec les familles nous avons mis en place une communication régulière entre les équipes et les familles et nous avons mis un système de visioconférence via Team..  l’heure actuelle, la priorité pour le Casip est d’éviter la propagation du virus au sein de nos structures et de protéger nos professionnels afin qu’ils puissent poursuivre leur mission. La deuxième priorité est de nous assurer que chaque personne isolée au domicile dispose du minimum vital : médicaments, repas, visite médicale si besoin.

Qui a envoyé cette directive "d'activer ces plans bleus" ? Si la Fondation Casip-Cojasor ne déplore aucun décès ni aucune personne atteinte par le coronavirus, pourquoi le bilan humain de la Fondation Rothschild est-il si tragiquement élevé ?


On ne peut que louer tant de prévenances de la Fondation Casip-Cojasor et regretter qu'en 2018, pour des raisons "d'organisation interne", donc administratives, elle a imposé ses "nouvelles directives", et notamment un seul mode d'intervention auprès de rescapés de la Shoah et ce, payé par des sommes provenant de la Claims Conference et non appartenant à cette Fondation. Un choix préjudiciable à ces rescapés qui ont essuyé des refus de dialogue.


Le 25 mars 2020, le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a exprimé son adhésion "à toutes les mesures de confinement édictées par les autorités gouvernementales et médicales" et son soutien "au corps médical, aux infirmières et infirmiers, à tous les soignants et aide soignants, ces soldats courageux, qui combattent en première ligne cette terrible épidémie mondiale causée par le Coronavirus". Il a recommandé à la "communauté nationale, d’observer strictement les consignes de “Confinement”, y compris celles concernant la fermeture des Oratoires et Synagogues décidées par le Grand Rabbin de France M. Haim Korsia. D’après les informations parvenues au BNVCA, il apparaîtrait qu’un grand nombre de membres, dirigeants et rabbins de la communauté juive aient été atteints par cette contamination notamment en Alsace, à Paris et à Marseille. Nous nous associons aux prières prononcées pour le rétablissement rapide en bonne santé, de tous les patients hospitalisés auxquels nous souhaitons une prompte guérison  et notamment à nos amis: Joel Mergui, Président des Consistoires israélites de France ainsi que son épouse, Claude Barouch, Président de l’Union des Patrons Juifs de France" (UPJF). "Nous restons convaincus que l’humanité toute entière sortira  vainqueure de cette guerre menée contre ce fléau mondial et invisible".

Le 26 mars 2020, le site Jewpop publiait l'article "Réouverture du mikvé en période de coronavirus : le Consistoire prend l'eau" signé par Sharon Boutboul et l’ensemble de la rédaction de Jewpop. Il s'interrogeait sur les "porteurs saints" éludés par le Consistoire et les "autorités médicales" consultées évoqués dans un courrier du 23 mars 2020. "Cette première “condition stricte” invalide à elle seule la suite du protocole", assène Jewpop. Et le site de fustiger : "Le document mentionne par ailleurs le port du masque obligatoire, à la fois côté usagère et côté personnel du mikvé (“balanit”), alors même que les personnels soignants en manquent cruellement. Disons le clairement, cette décision de réouverture de certains mikvé est irresponsable et relève de la mise en danger de la vie d’autrui. Une décision irresponsable de la part d’un grand rabbin de France qui voilà peu rappelait ce verset d’Isaïe « Va mon peuple, entre dans tes appartements et ferme tes portes derrière toi ! Cache-toi pour un petit moment, jusqu’à ce que la colère soit passée ». Une décision dangereuse de la part du Consistoire et de ses plus hauts représentants, pour qui la “pureté” des “entrailles” des femmes juives religieuses vaut bien une possible contamination, celle de leurs proches, et plus largement de l’ensemble de nos concitoyens, tandis que certains évoquent pour justifier cette dérogation les difficultés des couples religieux confinés, en particulier leur vie sexuelle qui serait perturbée par l’absence de Mikvé." Un article retwitté par Charles Enderlin.

Le 26 mars 2020, l'association française des mohalim (pluriel de mohel, celui qui effectue la brit-milah ou circoncision rituelle), en accord avec le grand rabbin de France et après consultation de dayanim (juges, en hébreu), a demandé "de repousser les dates de toutes les milot à moins de les réaliser par un mohel en clinique privée et dans les conditions idéales de sécurité sanitaire... De la même façon que la milah n'est pas pratiquée au 8e jour lorsqu'il existe des contre-indications médicales, la situation sanitaire actuelle est une contre-indication à cette pratique jusqu'à nouvel ordre".

"Face à l'aggravation de l'épidémie du Covid-19 et à notre volonté de protéger le plus possible la vie de nos concitoyens et de nos coreligionnaires", le grand rabbin de France Haïm Korsia ordonnait dans un communiqué publié à 17 h, sur tout le territoire national, la fermeture des mikvaot (bains rituels) "encore ouverts à ce jour. Force est de constater que les normes strictes que nous avions initialement définies après consultation de spécialistes de virologie sont contraignantes et difficiles à mettre en oeuvre pa la plupart des mikvaot". Un communiqué signé par le grand rabbin ; le Président Joël Mergui étant malade.

Espérons que le Consistoire de France n'ait oublié aucune autre mesure de prudence.


Sur Radio Shalom, le grand rabbin de France Haïm Korsia relatait avoir assisté via le réseau ZOOM à deux bar-mitzvot. Mais, attention ! Il a déconseillé de recourir à ce réseau lors des Sédarim (soirées) de Pessah (Pâque juive).


Sur Youtube, le mouvement Massorti a posté la vidéo "Judaïsme et coronavirus. Quand le virus atteint le cerveau de certains rabbins" de Yeshaya Dalsace, rabbin de ce courant, fustigeant la superstition de fidèles croyant que l'épidémie résulte d'une punition de la nature pour "l'avoir polluée" ou annoncerait la venue du messie, diffusant "une recette avec la cannelle pour se protéger du virus". Il a loué la mobilisation de la société pour protéger ses plus faibles. Un point commun avec le judaïsme.

Le 29 mars 2020, le Dr Richard Prasquier, cardiologue et président d'honneur du CRIF, a écrit dans le site de l'AMIF, l'article argumenté "Chloroquine : le remède ?" : 

"Je me suis excusé d’avoir prescrit  auprès des miens d’un traitement d’hydroxychloroquine que j’estime aujourd’hui injustifié. Je considère que l’attitude des autorités  est sage. Je continue d’espérer que le Professeur Raoult ait raison.. [Et le Dr Richard Prasquier] de constater les graves insuffisances que la crise a mises au jour et que les citoyens ignoraient, pour la France et pour l’Europe : pénuries dans le système de santé (variables suivant les pays), absence d’une vision commune des risques, absence de solidarité (l’Italie ne l’oubliera pas, en plus de la crise des migrants…), absence de parole européenne. C’est la Corée du Sud et Singapour qui sont les vrais héros de cette crise qui va bien plus loin qu’une crise sanitaire. Nous sommes loin derrière, et nous devrons malheureusement accepter certaines limitations à l’intimité individuelle pour permettre une certaine forme de pistage numérique. Car les négligences ne font pas que nuire à  soi-même: elles peuvent tuer autrui et sont socialement intolérables".
Le 30 mars 2020, Harold Abraham Weill, rabbin de Strasbourg, a confirmé à France 3 Alsace "que la communauté juive de Strasbourg, estimée à 20 000 personnes, est elle aussi touchée par l'épidémie. Elle a été endeuillée par un décès survenu le 21 mars, et une bonne vingtaine de ses membres, des personnes "entre 50 et 65 ans, mais pas au-delà de 70 ans" sont dans un état grave, hospitalisées et plongées en coma artificiel. Parmi les 13 rabbins, 11 ont été atteints par le coronavirus, et l'un d'entre eux fait partie des malades hospitalisé dans un état grave. "C'est terrible quand il s'agit de quelqu'un avec qui on travaille tous les jours", reconnaît Harold Abraham Weill".

"On est abattu par cette situation épouvantable", avoue-t-il. Il connaît bien tous ces malades et leurs familles, à qui il tente d'apporter soutien et réconfort. Lui-même, diagnostiqué positif il y a deux semaines, va mieux. Il respecte le confinement avec son épouse et leurs quatre enfants, tout en faisant son possible pour "continuer à faire vivre la communauté" de loin".

"Il a le sentiment qu'en terme de prévention, la communauté juive de Strasbourg a été "avant-gardiste". Il y a plus d'un mois, alors que le gouvernement interdisait uniquement les rassemblements de plus de 5.000 personnes, il estime qu'au centre communautaire de Strasbourg "on a été précurseurs et on a pris certaines mesures". Dès ce moment-là, il a demandé aux personnes fragiles et à celles de plus de 70 ans "de ne plus venir à la synagogue". La consigne a été respectée, ce qui explique selon lui l'absence de personnes âgées de la communauté parmi les malades actuellement à l'hôpital. Depuis plus d'un mois, du gel hydro-alcoolique était aussi mis à disposition dans les synagogues et dans le centre communautaire de Strasbourg et il était demandé aux fidèles "de rester à bonne distance" durant les offices."


Durant la fête de Pourim, "il pleuvait, il y avait donc moins de monde que d'habitude dans les rues de Strasbourg, et beaucoup moins de monde dans les synagogues" suite aux consignes de sécurité déjà appliquées par la communauté. Depuis la fermeture complète du centre communautaire, le 15 mars, c'est-à-dire dès le week-end avant le confinement, de nombreux bénévoles consacrent une belle énergie à continuer à faire vivre la communauté malgré tout. Certains appellent tous les jours une liste de personnes âgées, afin de lutter contre leur isolement. Des offices sont diffusés sur Internet trois fois par jour, permettant "à tous de prier au même moment". L'épicerie sociale continue de fonctionner, "les colis sont préparés selon des normes strictes de sécurité". Les bénéficiaires qui ne peuvent pas se déplacer sont livrés, et les autres réceptionnent leur colis à l'extérieur du centre communautaire. Par ailleurs, une plateforme en ligne uniquement alimentée par des bénévoles permet de se cultiver et se distraire avec des programmes pour tous les âges : cours, conférences, concerts virtuels, comptines et spectacles pour les plus jeunes. "Une solidarité énorme s'est mise en place, pour permettre à la communauté de continuer à exister", se réjouit le grand rabbin".


"Certaines réactions sur les réseaux sociaux lui donnent "envie de vomir." Particulièrement celles concernant la communauté évangélique de Mulhouse, premier foyer de contagion dans le Grand Est. Cette recherche d'un bouc émissaire le replonge malheureusement dans des temps qu'il pensait révolus, où certaines communautés, la communauté juive en particulier, étaient accusées de tous les maux. "C'est tellement ridicule de faire des décomptes et de chercher des responsables", soupire-t-il. Dans l'immédiat, le grand rabbin de Strasbourg tient surtout à exprimer son "admiration la plus profonde" et la reconnaissance de toute sa communauté envers les équipes médicales, pour leur engagement et leur travail inlassable dans des conditions particulièrement difficiles".


La page Facebook de l'AMIF - Association des Médecins Israélites de France a publié la lettre du Professeur Jean-Pierre Riveline, membre du comité d'honneur de l'AMIF et adressée au Grand Rabbin de Paris Michel Gugenheim.
"Monsieur le Grand Rabbin,
C'est avec respect et humilité que je me tourne vers vous. Je suis Professeur d'endocrinologie à l'hôpital Lariboisière à Paris et à l'université Paris Diderot, actuellement en charge d'un bâtiment occupé par 122 patients infectés par le virus Covid 19.
Nous vivons actuellement un drame au niveau planétaire qui entraîne et continuera d'entraîner des milliers de morts. Le pire est devant nous.
Les malades graves affluent. Le système hospitalier français, en particulier francilien, va être saturé d'ici la fin de la semaine. La conséquence est qu'il sera rapidement impossible de prendre en charge en réanimation des patients faute de ventilateurs. C'est déjà le cas dans certaines régions françaises. Il n'y a déjà plus de place en réanimation dans la région du Grand Est et en Ile-de-France.
Comme vous le savez, la communauté juive est particulièrement touchée. Les rassemblements du mois de Adar, je pense à Pourim, ne sont pas étrangers à ces drames.
Ce virus est tenace. Il reste vivant sur toute surface tels un siddour, un sefer thora ou un yad pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours. C'est pourquoi il est impératif et vital pour la survie de la communauté juive de cesser tout rassemblement, tous minianim, qui persistent encore trop souvent ça et là.
Pessah approche. La tentation sera grande de maintenir des sedarims familiaux avec des personnes âgées, lesquelles constituent la cible des formes extrêmement sévères de la maladie. Ils n'y survivraient pas.
C'est pourquoi je vous implore, à la veille de Pessah, d'être ce que vous avez toujours été : une lumière pour nous tous et demander officiellement à tous de cesser tous minyanim et que la communauté juive parisienne respecte de manière stricte les règles de confinement pendant les fêtes. Que Pessah soit pour nous tous l'occasion d'une authentique libération.
Je sors de garde. J'ai eu l'occasion de prendre en charge cette nuit une personne de 65 ans qui m'a dit : "Ne me réanimez pas, laissez la place aux jeunes". Notre engagement à tous n'est rien en comparaison de ce geste.
Ce sacrifice ne doit pas être vain et le peuple juif, Prêtre parmi les nations et dont vous êtes un des guides parmi les plus respectés, se doit d'avoir un comportement exemplaire en ces temps troublés.
Je vous remercie de votre aide.
Très respectueusement
Professeur Jean-Pierre Riveline"
A une semaine de Pessah, il serait peut-être temps que les grands rabbins de France et de Paris-Ile-de-France - un tiers des Français Juifs vit en région parisienne - adressent des consignes de prudence à leurs coreligionnaires.

Le 31 mars 2020, sur Radio Shalom, le grand rabbin de France Haïm Korsia a rappelé : "Il n'y a aucune obligation d'acheter dans son immédiate proximité... Il n'y a absolument pas de pénurie [de viande]. Les entrepôts sont pleins. Je veux rendre hommage à tous ceux qui tiennent ces commerces qui assument ce risque de contact avec les gens pour nous permettre de manger, de vivre sans problèmes. Ils font partie de ces héros du quotidien. Un conseil : ne pas être collé à la télévision pour nous dire des informations contradictoires qui sont anxiogènes... Retrouver cette façon de faire famille [par des jeux de société, par le rire]... Retrouver cette espérance de la vie... Notre force est toujours de rire".


Le 1er avril 2020, sur RCJ, Karen Fredj, directrice générale de la Fondation Casip-Cojasor, a fait part des difficultés pour doter les auxiliaires de vie de matériels de protection.


Parmi les victimes du coronavirus : Maurice Bidermann, industriel dans le textile, Paulette Sarcey, née Szlifke, Juive, militante communiste et résistante pendant la Seconde Guerre mondiale à Paris, déportée au camp d’Auschwitz-Birkenau, rescapée de la Shoah et décédée à l’âge de 96 ans, des médecins, généralistes ou spécialistes (ORL) qui ont pratiqué leur métier sans que l'Etat leur fournisse assez de protections -masques, gants - dans un contexte de pénurie généralisée. Ainsi, le docteur Serge Bokobza, habitant à Créteil (Val-de-Marne), décédé le 4 avril 2020. Fils du chamach de la synagogue Keter Torah à Sousse (Tunisie), « il a soigné des générations de Cristoliens, pleure un de ses patients. C'était quelqu'un d'une gentillesse incroyable. Il parlait tout doucement. Son cabinet se trouvait avenue du Général-Pierre-Billotte, dans le quartier juif. Tout le monde venait le consulter. Il était vraiment passionné par son métier. »

Le 25 avril 2020, est décédé Claude Barouch, président de l'Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF), et militant d'origine tunisienne. "Homme de convictions et homme d'action, Claude Barouch était un pilier de la communauté. Claude était un homme de convictions et d’engagements, un homme courageux, et un esprit libre.  Il était avant tout un homme d’action et un militant qui avait chevillée au corps la défense d’Israël, du peuple juif et des valeurs juives. Claude était de tous les combats et ne ménageait ni sa peine ni son énergie. C’est une perte immense pour la communauté juive de France qu’il laisse orpheline. Elle perd un militant ardent et passionné dont chacun a pu apprécier la constance de ses engagements depuis de nombreuses années", a écrit Francis Kalifat, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le 27 avril 2020. Claude Barouch a peut-être été contaminé lors de la campagne pour les élections municipales en soutenant des candidats ou lors d'offices ou cérémonies religieux.

Le 1er mai 2020, le rabbin Salomon Malka, rabbin de la synagogue Berith Chalom et rav au Beth Din de Paris, était un érudit qui s'exprimait avec clarté et était particulièrement attentif à chacun. Il était apprécié pour sa bonté, sa lucidité, son franc-parler et ses commentaires intéressants. Il contribuait à l'âme de la synagogue et à l'harmonie appréciable qui y régnait. 

Le rabbin Mikaël Journo, Secrétaire général de l’association des rabbins Français A.R.F., a déclaré : 

"C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de notre Ami et collègue le Rabbin Chlomo Malka Zatsal.Le Rabbinat Français est en deuil.Nous nous souvenons tous de sa grande gentillesse, toujours prêt à rendre service, d’une Messiroute Nefech hors du Commun. Il a été proche de nombreux grands rabbins de la génération passée et présente.45 ans de vie au service de la Communauté Juive de France. Dayan au service des Guitin du Beth Din de Paris, sa vie rabbinique en tant que Rabbin de Meudon puis de la communauté de la rue St Lazare “Berith Chalom” porte si bien la valeur de ce qu’il incarnait : la paix. Le Rabbin Chlomo Malka était un homme profondément bon, modeste et doté d’une grande érudition. Il était aimé de tous. J’adresse au nom de l’Association des rabbins Français à son épouse, à ses enfants et petits enfants, ainsi qu’à la communauté de Berith Chalom nos sincères condoléances et notre soutien.Puisse la Nechama, la mémoire du Rabbin Chlomo Malka reposer en paix au Gan Eden auprès des géants d’Israël."
Le nombre exact de Juifs décédés en raison du coronavirus demeure inconnu. Certains allèguent que 10% des Français juifs seraient morts du Covid-19. Selon le journal israélien "Makor Rishon", "au moins 1.300 membres de la communauté juive de France sont morts du coronavirus, a indiqué le service funéraire juif du pays. D'après les chiffres transmis, les Juifs représentent environ 5% des 25.897 décès enregistrés en France", mais moins de 1% de la population française. Certains allèguent un nombre de 2 000 juifs morts pendant la pandémie en France.

Le Consistoire a annoncé qu'il organiserait une cérémonie en leur mémoire et pour permettre que soit récité le Kaddich pour toutes les victimes.


Pourquoi cette surreprésentation quantitative des Juifs dans les statistiques ? Absence de prise de conscience du problème de santé publique constitué par les rassemblements et de la gravité du coronavirus COVID-19 ? Réticences à fermer des synagogues en temps de paix ? Conviction de la Toute-Puissance de D. ? Peur d'encourir la colère de Dieu ? Psyché formée aux prières trois fois par jour à la synagogue sans autre cadre de pensée d'une piété différente ? Pratiques favorisant la contamination : les juifs religieux embrassent les mezouzot dans les synagogues, mangent avec leurs doigts des salaisons lors de la séouda après l'office de prières du chabbat, et leurs familles nombreuses vivent dans des logements exigus ? Déni de la réalité ? Faible bon sens chez des dirigeants communautaire2004s éloignés des Juifs lambda ? Confiance infondée dans l'Etat dont l’impréparation était inconcevable, et ce, alors que le ministère de la Santé disposait depuis 2004 d'un "Plan de lutte contre une pandémie" ? Refus ou impossibilité de contredire le "politiquement correct" au plus haut niveau de l'Etat niant tout risque d'épidémie, niant l'utilité des masques et du dépistage, puis minorant les dangers et enfin adoptant des mesures insuffisantes ? Dépendances envers l'Elysée et Matignon ? Ou adhésion à l'idée que "cela n'arrive qu'aux autres..." ?

Ajoutons que les dirigeants communautaires ont gardé en mémoire le comportement courageux et pieux de leurs prédécesseurs durant la Deuxième Guerre mondiale, sans parvenir à penser la spécificité de l'épidémie de coronavirus. Ils ont tenté de concilier les normes gouvernementales avec les commandements juifs, sans sembler avoir songé au seul pikua'h nefech (פיקוח נפש, "la préservation de la vie humaine") qui prévaut sur les commandements ou mitzvot du judaïsme et permet de transgresser les règles juives, même le chabbat.


Le printemps est la période privilégiée pour les événements joyeux, tels les mariages, et les diners de collecte. Ce qui procure du travail et des ressources financières en particulier aux traiteurs, aux orchestres, aux fleuristes et aux synagogues louant leurs espaces. Certes, la date de ces événements familiaux pourra être reportée. Mais, alors que le confinement prive de revenus nombre de Français, en particulier juifs, qu'une récession économique est annoncée, face à des dons privés ou subventions publiques risquant de se raréfier et leur montant diminuer, que vont faire les organisations juives françaises ?


Aux Etats-Unis, des organisations juives américaines œuvrant dans le social se préparent à opérer des coupes dans leurs budgets, à licencier une partie de leur personnel et à réduire le périmètre de leurs activités. Par expérience, elles savent qu'après la crise de 2008, elles ne sont pas parvenues à retrouver le montant des dons antérieur à cette crise.

Créé en 2006, le site Torah-Box, association de diffusion du judaïsme aux francophones, déplore : "9 de nos rabbanim sont actuellement en quarantaine, ainsi que notre principal caméraman/réalisateur de vidéos, notre organisateur de conférences et le rédacteur en  chef de notre journal. La plupart de nos événements ont été annulés : conférences simples, grands rassemblements de Torah, distributions de cadeaux aux enfants dans les hôpitaux,... mais ce qui nous met le plus en péril, c'est bien l'annulation de nos 3 galas annuels, moments cruciaux de notre activité de diffusion du Judaïsme, qui devaient avoir lieu les 16, 17 et 18 Mars à Paris, au regard de la situation sanitaire actuelle. Rabbi 'Haim Kanievsky nous l'a confirmé cette semaine : il nous a interdit de voyager pour cette raison." Torah-Box a publié des articles sur le coronavirus à la lumière de la Torah et a remercié ses donateurs." Torah-Box avait besoin de 555 000 €. Son appel aux dons lui a permis de collecter 558 012 €. Mais cet appel continue...

A court terme, l'avenir du Centre Européen du Judaïsme (CEJ), édifié à Paris par le Consistoire à initiative du Dr Joël Mergui, semble problématique. La prochaine vente d'un bâtiment du Consistoire de France à Paris devrait accorder un répit financier.


Quant au musée d'art et d'histoire du Judaïsme (mahJ) fermé depuis la mi-mars 2020, son directeur-conservateur Paul Salmona a confié sur RCJ le 1er avril 2020 avoir procédé au licenciement économique d'une partie des salariés de l'institution culturelle.


Le 2 avril 2020, sur RCJ, Richard Odier, directeur du FSJU, a annoncé avoir annulé tous ses galas de collecte et procédé au licenciement partiel de la plupart de ses salariés. Il a loué le dévouement des salariés du FSJU pour répondre aux besoins de ses coreligionnaires isolés. Le site Internet du FSJU publie une pleine page justifiant son appel aux dons :
"Alors que le monde est touché par l’épidémie de coronavirus, nous nous devons d’être solidaires.
La Tsédaka FSJU se mobilise pour aider les plus fragiles et les plus isolés pendant cette crise. Le FSJU et ses partenaires mettent en place différentes actions pour soutenir ceux qui en ont le plus besoin." 
Or, lorsqu'on téléphone au FSJU, il est impossible de laisser un message sur le répondeur téléphonique de l'institution.

Quant au Secours juif, association liée au Consistoire de Paris Ile-de-France, sa page Facebook est inactive depuis juin 2018, mais il sollicite toujours des dons sur le site Internet du Consistoire !?

Cette situation s'avère d'autant plus lamentable que de nombreux Français juifs, atteints du coronavirus COVID-19, sont trop faibles pour préparer la fête de Pessah et ont besoin des services de ces institutions.


« Il y a sans doute eu une certaine incrédulité dans la communauté. Des personnes ont pu, dans un premier temps, penser que le risque ne pouvait exister au sein de la famille proche. La prise de conscience a sans doute été tardive chez certains », a reconnu le Grand rabbin de France Haïm Korsia. (Actualité juive hebdo, 24 mars 2020). D'un membre de l'l'Académie des sciences morales et politiques, on espérait davantage.


Des dirigeants des principales organisations juives françaises - CRIF, Consistoires, FSJU, OSE, Fondation Casip Cojasor - ont participé à des webinars "communautairement et politiquement corrects" organisés par l'ECUJE (Espace culturel et universitaire juif d'Europe) via Zoom et Facebook

Le 8 juillet 2020, c'est à la grande synagogue de la rue des Victoires que s'est déroulée la cérémonie en hommage aux Français juifs morts du coronavirus.

Ces dirigeants communautaires français vont-ils dresser le bilan de leurs décisions et élaborer un Plan d'actions en vue d'une autre épidémie ? On peut en douter. Ils n'ont jamais établi leur bilan dans leur lutte contre l'antisémitisme. Et puis, ce n'est pas dans la mentalité ou les us et coutumes françaises. Et les Français juifs sont si français... 

A noter que les titulaires du pouvoir exécutif national ont agi dans ce contexte tragique de pandémie comme leurs prédécesseurs : passant du déni à la lutte teintée de compréhension pour certains de ceux enfreignant le confinement, via la minoration. Et par une forme de tropisme préjudiciable, ces dirigeants communautaires français ont accepté cette attitude, sans oser suivre la voie de la sagesse.


La pandémie de coronavirus a alimenté le conspirationnisme chez ceux imputant la responsabilité aux Juifs ou à Israël, tandis que d'autres en accusaient les Etats-Unis.

Procès des attentats de janvier 2015 à Paris
Dans le cadre du procès des attentats terroristes islamistes de janvier 2015 à Paris, la Cour d’assises spéciales a entendu, les 12 et 13 octobre 2020, Nezar Mickaël Pastor Alwatik. Compte-rendu de trois audiences judiciaires où apparut une contre-société islamique extrémiste avec sa sociabilité, sa taqyia, ses tabous, ses codes vestimentaires, ses mariages religieux arrangés hors de tout cadre légal... en France.

Un « procès historique », où prévenus, magistrats, public portent des masques. Coronavirus oblige.

Les audiences des 12 et 13 octobre 2020 ont été consacrées à l'accusé Nezar Mickaël Pastor Alwatik, qui a semblé dérouler « un sketch à la Guy Bedos », version première partie de carrière.

Les infractions reprochées ? Participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle, acquisition, détention et cession d’armes de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste, ainsi que port et transport d’armes de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise. La peine encourue : vingt ans de réclusion criminelle.

La justice lui reproche « un soutien logistique à l'un des auteurs principaux des faits, Amédy Coulibaly, ayant revendiqué son appartenance à l'organisation « Etat Islamique », avec lequel il a entretenu de très nombreux contacts physiques et téléphoniques jusqu'au 6 Janvier 2015, son ADN ayant de surcroit été mis en évidence sur un gant retrouvé dans le magasin Hyper Cacher, sur un pistolet semiautomatique Tokarev TT 33 et sur un revolver Nagant découverts dans l’appartement d'Amedy Coulibaly à Gentilly ».

Les trois audiences judiciaires auxquelles j’ai assisté m’ont laissée dubitative, et inquiète.

Né en 1985, Nezar Mickaël Pastor Alwatik a pour père un Français catholique et pour mère une Marocaine musulmane. 

Il est le seul accusé à avoir un lien avec des Juifs : sa demi-sœur, née d’un précédent mariage de son père, s’est convertie au judaïsme. C’est elle qui a choisi son premier prénom « Michaël ». 

C’est en prison que Nezar Mickaël Pastor Alwatik se lie d’amitié avec Amedy Coulibaly.

Vengeance d’une femme répudiée ? Lutte idéologique contre un adepte présumé du takfirisme ? En fin de journée, son ex-femme, salafiste, témoigne contre l’accusé qu’elle décrit en mari extrémiste. Et d’évoquer une séance de « rééducation islamique » co-organisée par Nezar Mickaël Pastor Alwatik.

Mais dès le lendemain, viennent témoigner en faveur de l’accusé... la demi-sœur et sa fille, toutes deux juives françaises. Un atout spécifique à Nezar Mickaël Pastor Alwatik surnommé « le juif » dans sa cité. Selon ces deux témoins, Nezar Mickaël Pastor Alwatik assistait aux chabbats, aux fêtes juives, et n’aurait pas pu accepter l’idée d’un attentat contre un magasin hypercacher qu’elles auraient pu fréquenter. Tous auraient formé une « famille Beneytton »…

Que retenir de ces trois audiences ?

Des familles éclatées, recomposées. Un père longtemps absent. Des faits inexpliqués : par exemple, la mère de l’accusé lui a trouvé à sa sortie de prison un appartement. Mais comment ? Avec quel argent ?

C’est surtout la porosité entre délinquants débrouillards et terroristes, ainsi qu’une contre-société islamique qui a défilé ou a été évoquée au fil des audiences. Avec sa sociabilité, sa taqiyya, ses tabous, ses codes vestimentaires - témoins musulmanes aux vêtements amples, aux couleurs sombres ou ternes, dissimulant leur silhouette, voire ne laissant visibles que leurs yeux -, ses violations du droit – mariage religieux endogamique islamique célébré sans mariage civil préalable -, avec sa conception de l'amitié, de la solidarité, de l'entraide ou de la complicité. Avec sa quasi-dolce vita dans des prisons : des détenus y consomment de la drogue, y disposent de téléphones portables, s’y regroupent par affinités dans la buanderie, ne semblent pas avoir compris le sens de leur peine de détention. Avec ses armes qui circulent aisément dans un pays interdisant, sauf exceptions, le port d’armes. Avec un crédit obtenu aisément. Et le faible coût financier des attentats terroristes islamistes. Une contre-société que des instituts et livres ont analysée depuis des décennies…

Le prévenu et ses témoins musulmans ne sont guère intimidés devant la Cour, et parfois certains persiflent, ironisent, voire se montrent un brin insolents envers des magistrats, et dévident un discours mûrement préparé, parfois en contradiction avec leurs déclarations initiales aux policiers en 2015. « Je ne me souviens plus… C’était il y a cinq ans… » : telle est alors leur réponse-type. En outre, un témoin a justifié l’attentat contre la rédaction de Charlie hebdo qui aurait blessé « les musulmans ». Quelques jours plus tard, Samuel Paty, professeur d’histoire, était décapité pour avoir illustré son cours sur les libertés par des caricatures de Charlie hebdo.

On peine à comprendre la pertinence d’interroger un expert psychiatre sur l’éventuelle « irresponsabilité pénale » des accusés. S’attendait-on à ce que un, plusieurs ou tous les prévenus auraient été pris d’un soudain accès de folie, en même temps ?

C’est le 12e procès à faire l’objet d’un « enregistrement historique », et le premier en matière de terrorisme. Les personnes intéressées peuvent lire, écouter ou voir des comptes-rendus d’audience, ou les scènes croquées par des dessinateurs assis dans le prétoire. Durant le procès de Nuremberg  (20 novembre 1945 au 1er octobre 1946) à Berlin, les Actualités cinématographiques ont montré aux publics, au fil des audiences, des images filmées de la salle d’audience avec les accusés – des dirigeants nazis, et non des complices -, les magistrats, les témoins, et osaient nommer l'antisémitisme… Un procès ayant eu lieu après la capitulation du IIIe Reich, alors que les audiences parisiennes se poursuivent dans une France frappée par des attentats islamistes. 

49 jours d’audience prévus, 171 tomes de procédure, 14 accusés - 10 placés en détention provisoire, un sous contrôle judiciaire, 3 visés par un mandat d’arrêt -, 200 parties civiles, 94 avocats, 90 média accrédités, dont 27 média étrangers... J’ai vu une quinzaine de journalistes dans l’auditorium Pierre Drai, dont certains partaient avant la fin de l’audience. Et des avocats des accusés particulièrement pugnaces.

Quant au public, il était rare, âgé. En plus de la salle d’audience, les journalistes peuvent voir la retransmission en direct dans trois salles. 

Un procès qui a quasi-éclipsé, sur le plan médiatique, celui  de Sid Ahmed Ghlam, condamné le 5 novembre 2020 « à la réclusion  criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de vingt-deux ans et d’une interdiction définitive du territoire pour l’assassinat terroriste d’Aurélie Châtelain et la tentative d’attentat contre une église de Villejuif en 2015 ».

Comment s’organisera l’institution judiciaire pour le procès des attentats du 13 novembre 2015 où le nombre de victimes s’élève à 130 morts et de 413 blessés hospitalisés ? Le ministère prépare les salles au Palais de Justice…

Que retiendront les historiens ou chercheurs autorisés à voir dans x années les images filmées des audiences ? Les circonlocutions d’experts ou de magistrats pour éviter de désigner l’idéologie assassine et ses terroristes – « extrémistes », « djihadistes » -, et éluder l’islam omniprésent dans le procès ainsi que son antisémitisme. Des avocats de parties civiles insistent sur le tournant marqué par le témoignage de l’ex-femme de Nezar Mickaël Pastor Alwatik. Et tout le monde semble oublier qu’elle est salafiste, adepte d’une mouvance considérée par des experts comme djihadiste, criminelle, terroriste.

Sur les plaques à la mémoire des victimes de ces attentats terroristes manque le mot "islamiste". Comment la France peut-elle vaincre un ennemi qu'elle n'ose pas nommer et contre lequel elle rechigne à adopter les mesures adéquates, de crainte de "stigmatiser les musulmans" ?

Un Président, Régis de Jorna, qui rabroue un avocat pour une question trop longue ou recourant à une grille d’analyse islamique. Qui cherche ses mots pour interroger une dame musulmane qui a accueilli chez elle l’accusé – j’ai songé alors aux émissions radiophoniques de Ménie Grégoire sur RTL dans les années 1970. Qui se montre prévenant envers cette ex-femme, qui en début de soirée montre sa lassitude – elle est chaudement vêtue -, et lui propose une pause. Et cette dame gémit à deux reprises : « Quelle heure est-il » ? « A 19 h 58, elle se sent mal, mais pas à 20 h 02 ? », persifle un journaliste.

Ces audiences ont souligné l’importance d'un réseau relationnel pour assurer la logistique dans la commission de ces attentats terroristes islamistes de janvier 2015. C'est la raison de ne pas minorer le rôle des accusés.

Le 16 décembre 2020, Nezar Mickaël Pastor Alwatik a été condamné à "18 années de réclusion criminelle assorties d’une période de sûreté des 2/3 pour participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Elections politiques américaines
En novembre 2020 ont eu lieu des élections présidentielle et locales, pour renouveler notamment une partie des membres du Congrès.

Des soupçons et des preuves de fraudes électorales massives, principalement par l'usage d'ordinateurs et du vote par correspondance, sont très vite apparus au bénéfice du candidat démocrate Joe Biden : lors de la nuit du comptage des votes, alors que le Président Trump arrivait en tête des votes dépouillés, des démocrates ont arrêté le décompte, chassé les républicains hors des bureaux de vote, fermé les portes et fenêtres. Des sacs emplis de votes pour le candidat Joe Biden ont été amenés. Utilisé dans les machines à voter, le logiciel électoral Dominion a été trafiqué pour permettre d'effacer des votes pro-Trump ou les affecter à Joe Biden. Le Président Donald Trump a eu 74 millions de voix.

Ils justifiaient une commission d'enquête au Congrès, que des juges impartiaux, dont la Cour suprême, examinent les pièces communiquées. Quatre législatures - Michigan, Pennsylvanie, Géorgie et Wisconsin - ont demandé au vice-Président républicain Mike Pence de leur renvoyer les listes litigieuses des grands électeurs afin qu'elles statuent et décident de manière conforme à la Constitution. Plus de cent législateurs d'Etats fédérés lui ont demandé de reporter la certification des votes électoraux. 

En Géorgie et en Pennsylvanie, des lois électorales ont été édictées quelques semaines avant l'élection présidentielle sans avoir été votées par le congrès, ce qui est illégal. Or, dans un ancien arrêt, la Cour suprême avait jugé illégal le changement de lois électorales dans un délai inférieur à trois mois de la date des élections. Elle devra statuer sur ce dossier le 24 janvier 2021.

Toujours en Géorgie, 30 000 électeurs ont déménagé et n'ont pas voté dans leur nouveau bureau de vote, donc leurs votes sont irréguliers et auraient du être rejetés dans un Etat où l'écart, au niveau de l'Etat, est de 10 000 voix au bénéfice de Joe Biden. 

Les systèmes d'identification ne sont pas actualisés, dont il s'avère impossible de vérifier les dates de déménagement et les nouvelles adresse. 

Dans des bureaux de vote, le nombre de votants était supérieur à celui des inscrits et des personnes décédées au XIXe siècle ont voté !? 

Les recours légaux devant les juridictions ont été rejetés pour des motifs de forme, pas sur le fond : en effet, les juges ont refusé de contester les résultats sur lesquels des enquêtes auraient nécessité des mois. Distinctes des fraudes manifestes, ces irrégularités dans des Etats-clés n'ont pas été contestées. Et le système électoral favorise les votes des grandes villes essentiellement démocrates au détriment du reste du terrirtoire conservateur d'un Etat.

Mais, chut ! Il ne fallait pas en informer les citoyens du monde.

Classe politique et médias, américains ou non-américains, ont donc véhiculé des éléments de langage niant la réalité et faisant apparaître Donald Trump comme un mauvais perdant. Des médias ont interrompu le Président Donald Trump lorsqu'il prononçait un discours ! Ce jour, Twitter, Facebook et Youtube ont retiré une vidéo du Président Donald Trump. Mais, ils n'assurent pas le retrait immédiat de vidéos antisémites, incitant au djihad...

L'enjeu de ces élections n'était rien moins que la survie de la démocratie et de la République aux Etats-Unis, tant la corruption touche toutes les institutions : le ministère de la Justice, l'administration, le parti conservateur, etc.

En effet, si de telles fraudes massives ont pu voler l'élection, détourner le vote d'une partie importante des électeurs américains pro-Trump, il est vraisemblable qu'elles se produiront lors de prochaines élections.

Il est possible que Donald Trump crée un nouveau parti constitué de membres du parti conservateur non-corrompus et d'adhérents hors-système et de nouveaux médias pour contourner les mainstream medias hostiles... Il présentera ses candidats aux prochaines élections locales, contre des candidats républicains.

Ce mandat du Président Joe Biden sera dénommé Obama III. Déjà des anciens membres des administrations Obama ont été désignés par Joe Biden. "Antony Blinken, nouveau secrétaire d’Etat, était le N°2 de John Kerry. Ce dernier se voit confier les rênes du retour des Etats-Unis dans les négociations climatiques. Jake Sullivan, en tant que Conseiller à la sécurité nationale, était l’un des piliers de l’équipe d’Hillary Clinton et personnage-clef du dossier nucléaire iranien. Avril Haines faisait partie de l’équipe de sécurité nationale d’Obama à la Maison Blanche, première femme à devenir N°2 de la CIA. L’afro-américaine Linda Thomas-Greenfield pour représenter Washington aux Nations Unies a été en charge des affaires africaines au Département d’Etat au début du mandat d’Obama".

Elections en France
En France, les autorités politiques gouvernent par la peur : nombre de personnes testées positives présenté comme celui du nombre de personnes malades, promotion du vaccin comme la seule arme contre le coronavirus, etc.

Le premier tour des élections municipales s'est déroulé à la veille du premier confinement. Le socle électoral du Président de la République Emmanuel Macron a diminué rapidement et de manière importante : - 41% en deux ans (2017-2019).
Résultats France entière :
Election présidentielle 2017, 1er tour. Emmanuel Macron : 8 656 346 voix
Elections législatives 2017, 1er tour. La République en marche : 6 391 269 voix
Elections européennes 2019. Renaissance soutenue par La République En Marche, le Modem et ses partenaires : 5 078 781 voix

l'élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron a obtenu 18,19% des 47,5 millions d'inscrits.
l'élection législative de 2017, La République en marche a obtenu 13,51% des 47,2 millions d'inscrits.
l'élection européenne de 2019, la liste Renaissance a eu 10,72 % des 47,3 millions d'inscrits.

Le 25 mai 2020, en vue du second tour des municipales prévu le 28 juin 2020, Rachida Dati, candidate Les Républicains aux élections municipales à Paris, avait proposé pour "étendre les modalités de vote" au second tour prévu le 28 juin 2020 en rétablissant notamment le vote par correspondance, et d'augmenter le nombre de procurations par personne. Une proposition non retenue.

Le 15 juin 2020, face à cette érosion continue, le Président Emmanuel Macron a proposé à des édiles du mouvement Les Républicains de reporter les élections régionales, prévues en mars 2021, après l'élection présidentielle de 2022. Et ce, contre une aide financière. Refus indigné de ces élus. Un sénateur Les Républicains a persiflé : "Et pourquoi pas reporter la date de l'élection présidentielle ?"

« Je n'ai aucune raison de faire de cadeaux aux régions, car c'est là que se situe l'essentiel de mon opposition », aurait ainsi lancé le chef de l'Etat, lors ce déjeuner avec le président de la région Paca et celui (PS) de Centre-Val-de-Loire, François Bonneau. Une référence évidente aux ambitions de certains présidents de région de droite comme Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Valérie Pécresse (Ile-de-France) ou encore Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes)."

"A l'Elysée, on confirme que la question du report des régionales se pose, mais « dans une logique d'intérêt général ». « Ce n'était pas du tout l'état d'esprit dans lequel le président a présenté cette idée du report, se défend-on au palais. Alors qu'un plan de relance sera mis en place à l'automne auquel les régions vont être associées, est-ce que ce calendrier électoral a toujours sa pertinence aujourd'hui au regard de la situation que nous vivons ? Peut-on relancer le pays avec l'un des rouages essentiels qui serait en pause pour raison de campagne électorale ? »

"Mais en réalité, plus que jamais, le torchon brûle désormais entre Emmanuel Macron et les présidents de région. « Il est sans filtre, c'est incroyable », soupire l'entourage de l'un des chefs d'un exécutif régional. Un autre enrage : « Les présidents de régions constataient déjà que Macron avait du mal à dire le mot région dans ses allocutions alors qu'elles étaient mobilisées pour compenser les manques de l'Etat pendant la crise du Covid. C'est un aveu de faiblesse, ça montre qu'il a peur d'une raclée électorale avant la présidentielle. » « Il est aux abois », conclut un président de région".

"Vu le douloureux souvenir des municipales – un premier tour organisé dans la peur du virus, un second reporté de trois mois –, chacun aimerait, cette fois-ci, éviter la panique et les critiques. Certains estiment en effet que La République en marche (LRM), qui part de zéro à l’échelon régional, aurait intérêt à voir le vote retardé de quelques mois ou, pourquoi pas, plus franchement d’une année après la présidentielle", ont écrit Françoise Fressoz et Julie Carriat (Le Monde, 15 octobre 2020) 

Le 16 novembre 2020, missionné par le Premier ministre pour définir les conditions d'organisation des élections régionales et départementales dans un contexte de crise sanitaire, Jean-Louis Debré a rendu ses conclusions le 13 novembre 2020. Il propose le report du scrutin prévu en mars 2021 à juin 2021. Est-il pertinent de maintenir en mars 2021 les scrutins pour le renouvellement des conseils départementaux et des conseils régionaux, ainsi que le renouvellement des assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique alors que l'état d'urgence sanitaire est prorogé jusqu'au 16 février 2021 ? C'est à cette question que répond le rapport remis au Premier ministre par Jean-Louis Debré. S'il est possible d'organiser les élections dans le respect d'un protocole sanitaire strict, Jean-Louis Debré considère cependant que "la sincérité des scrutins suppose que la campagne qui les précède se tienne, pour quelques mois, en dehors d'une loi d'état d'urgence sanitaire".

Le 21 décembre 2020, le site Vie-Publique annonçait : "Projet de loi portant report du renouvellement général des conseils départementaux, des conseils régionaux et des assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique. En raison du contexte sanitaire provoqué par le Covid-19, le projet de loi reporte à juin 2021 les élections départementales et les élections régionales prévues initialement en mars 2021. Les élections territoriales de Corse, Guyane et Martinique sont également concernées par ce report."

Le vote par correspondance et par machine électorale sera-t-il admis lors de futures élections ?

Le 21 décembre 2020, le Premier Ministre Jean Castex a signé un projet de loi organique en procédure accélérée afin de modifier la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 sur l’élection du Président de la République. Approuvé par le Conseil d'Etat, ce texte permet de réduire des règles de contrôle lors du vote, en particulier par correspondance - procurations « déterritorialisées » -, dès janvier 2022.

Comme les mainstream medias (MSM) ont occulté les dangers, en termes de fraudes électorales, de ces procédures notamment aux Etats-Unis, les électeurs français risquent de se voir imposer des procédures problématiques.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire