Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 19 octobre 2020

Jimmy Carter

Né en 1924, Jimmy Carter a été le 39e Président des Etats-Unis (1977-1981). Son bilan politique et économique s’avère souvent déplorable, à l’exception notamment de sa contribution à la signature du traité de paix entre Israël et l’Egypte et des accords Salt II avec l’Union soviétique. Arte diffusera le 20 octobre 2020 « Jimmy Carter - Le président rock'n'roll » (Jimmy Carter - Der Rock & Roll Präsident ; Jimmy Carter: Rock ‘n’ Roll President), documentaire de Mary Wharton.

Pierre Clostermann (1921-2006) 

« King Bibi - Benyamin Nétanyahou ou la passion du pouvoir » par Dan Shadur 
« Louise Weiss, une femme pour l’Europe » par Jacques Malaterre 
« Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974) » par Ben Salama 
« L'ombre de Staline » par Thomas Johnson 
« Les dessous des accords de Munich » de Christine Rütten 
« Le pacte Hitler-Staline » par Cédric Tourbe  
Vladimir Poutine 
 « Lyndon B. Johnson. Un président méconnu » par Claire Walding

Jimmy Earl Carter est né en 1924 à Plains, en Géorgie. C’est un agriculteur à la profonde foi baptiste.

Diplômé de la Naval Academy d’Annapolis, il a épousé en 1946 à Rosalynn Smith. Le couple a trois fils et une fille. 

Entré en politique en 1962, Jimmy Carter est élu gouverneur de Géorgie en 1970.

Elu en 1976 contre le Président conservateur Gerald R. Ford, Jimmy Carter a été Président démocrate des Etats-Unis de 1977 à 1981.

Malgré « une baisse du déficit budgétaire en part dans le PIB et la création de huit millions d’emplois », l’économie américaine souffrait d’un taux d’inflation et d’intérêts élevés. 

Sensible à la préservation de l’environnement, le Président Jimmy Carter a préservé les parcs nationaux, créé le département de l’Education, et renforcé le système de protection sociale.

Il a imprimé à sa diplomatie son souci des droits de l’homme. 

Au Moyen-Orient, les accords de Camp David de 1978 ont induit le premier traité de pays entre Israël et un Etat arabe musulman en 1979. 

Le Président Jimmy Carter a établi des relations diplomatiques entières avec la République de Chine.

Il a achevé les négociations du traité de limitation nucléaire SALT II avec l’Union soviétique. 

Il a aussi signé les traités sur le canal de Panama.

L’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique a induit la suspension de la ratification du traité SALT II. 

Son mandat a été terni par le lâchage du Shah d’Iran Mohammad Reza Chah et la longue prise d’otages américains à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran (Iran). Le régime des ayatollahs a libéré ces 52 otages le jour du départ de Jimmy Carter de la Maison Blanche et de l’arrivée du Président conservateur Ronald Reagan.

En 1982, Jimmy Carter a fondé le Carter Center pour améliorer la santé, renforcer la liberté et la démocratie, et empêcher ou résoudre des conflits.

En 2002, il a reçu le Prix Nobel de la Paix pour l’action menée par sa fondation.

Carter, les Juifs et Israël

Dans sa jeunesse, Jimmy Carter a établi des relations fortes avec les dirigeants juifs américains d’Atlanta, dont Stuart Eizenstat, qui a travaillé dans son équipe de campagne pour l’élection de  gouverneur, Robert Lipschutz, et Marvin Goldstein.

En 1976, Jimmy Carter a obtenu 64% du vote juif, et Gerald Ford 34% lors de l’élection présidentielle.

Le cabinet du Président Jimmy Carter comptait quatre Juifs américains : Harold Brown à la Défense, Michael Blumenthal au Trésor, Neil Goldschmidt aux Transports, et Phillip Klutznick au Commerce. De plus, Eizenstat, Lipschutz, et Al Moses ont occupé des fonctions importantes dans l’administration Carter ».

Le Président Jimmy Carter a très tôt évoqué « un foyer palestinien » (Palestinian Homeland).

Son conseiller à la Sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski et lui ont exercé des pressions sur Israël afin que cet Etat soit représenté à une conférence de Genève où serait discuté un accord de paix globale. 

Le Président Jimmy Carter a contribué à la signature des accords de Camp David par le président égyptien Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin à l’automne 1978. L’année suivante était signé à Washington le traité de paix entre les deux Etats.

Au nom des droits de l’homme, le Président démocrate a soutenu les activistes Juifs vivant dans l’Union soviétique et aspirant à l’exercice de leur religion et à l’affirmation de leur sionisme sans être inquiétés par le pouvoir soviétique. Au cours des années Carter, l'immigration juive en provenance de l'Union soviétique s'est considérablement développée.

Au printemps 1978, Stuart Eizenstat, conseiller présidentiel à la politique intérieure, a présenté au Président la proposition de Siegel-Ellen Goldstein d’établir un Holocaust Memorial à Washington, D.C. Carter a constitué une commission sur la Shoah, présidée par le professeur et écrivain Elie Wiesel. Et en 1993, a été ouvert le United States Holocaust Memorial Museum.

Le Président Jimmy Carter a également soutenu et signé une législation visant à interdire aux entreprises américaines de se conformer au boycott arabe d'Israël. 

En outre, dans le sillage de la révolution shiite iranienne, l'administration Carter a pris des dispositions pour faciliter l'immigration des réfugiés juifs et bahaïs iraniens. 

À l'automne 1979, l'administration Carter a tendu la main à la communauté juive en nommant Klutznik au poste de Secrétaire au Commerce. Klutznik, personnage incontournable de la vie communautaire juive américaine et le dirigeant juif américain le plus important à être nommé au cabinet américain depuis Oscar Strauss en 1906.

Mais trois événements vont éloigner définitivement le Président Carter de nombreux Américains juifs : la vente controversée du chasseur F-15 à l’Arabie saoudite, la révélation des rencontres secrètes entre Andrew Young, ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU (Organisation des Nations unies), et Zedhi Labib Terzi, membre de l’OLP et observateur palestinien à l’ONU, et l’adoption, sans vérification préalable de la version finale, de la résolution 465 au Conseil de sécurité se référant à Jérusalem comme « territoire occupé ».

« En 1980, de nombreux électeurs juifs américains ont abandonné Carter - d'abord pour le sénateur Edward Kennedy lors des primaires démocrates, puis pour le gouverneur Ronald Reagan et le membre du Congrès John Anderson à l'automne. En novembre, Jimmy Carter a battu Ronald Reagan dans la communauté juive par une faible marge : 45 %-39 %. C'est la pire performance dans l’électorat juif pour un candidat démocrate à la Présidence depuis James Cox en 1920 ».

Jimmy Carter s’est toujours prévalu de sa connaissance de la Bible et de sa foi chrétienne, ainsi que de ses plus de 60 ans d’enseignement dominical auprès d’écoliers, comme lui conférant des qualifications spécifiques pour élaborer la politique au Moyen-Orient, en Terre Sainte. Mais il a adopté des positions partiales, stigmatisant à tort l’Etat d’Israël.

En 2006, la publication de « Palestine. Peace, not Apartheid » a soulevé l’indignation d’organisations juives américaines. Jimmy Carter a alors publié une lettre ouverte expliquant sa position et présentant ses excuses. L’ADL (Anti-Defamation League) a salué cette lettre rendue publique alors que Jason Carter, petit-fils de l’ancien Président, venait d’annoncer sa candidature à un poste de sénateur de Géorgie, dans un district dont la population Juive est active.

En 2008, Jimmy Carter a qualifié le blocus naval israélien de la bande de Gaza d’« un des plus grands crimes des droits de l’homme sur terre », ce qui induisait « l’emprisonnement d’1,6 million de Palestiniens ».

L’année suivante, il a aussi rencontré à Damas (Syrie) Khaled Meshal, dirigeant du mouvement terroriste islamiste Hamas.

En 2018, Stuart Eizenstat, ancien chef de la politique intérieure, a révélé deux épisodes significatifs sur l’influence de la lecture de la Bible par Jimmy Carter dans l’élaboration de sa politique. Il a découvert un « manque de sensibilité » envers les Juifs, par exemple quand le Président a imputé aux « dirigeants juifs qui étaient très puissants » la mort de Jésus qui se proclamait le Messie ou envers l’« obstination et le légalisme » de Menahem Begin dont il a sous-estimé le vécu historique des persécutions antisémites. Il a écrit que Carter percevait Israël et les Juifs « au travers du filtre biblique, plus le Nouveau Testament que la Bible hébraïque ».

« Jimmy Carter - Le président rock'n'roll »

Arte diffusera le 20 octobre 2020 « Jimmy Carter - Le président rock'n'roll » (Jimmy Carter - Der Rock & Roll Präsident ; Jimmy Carter: Rock ‘n’ Roll President), documentaire de Mary Wharton

« Soutenu par des pop stars lors de sa campagne de 1976, Jimmy Carter se distingue des autres présidents des États-Unis par sa passion pour la musique. Portrait d'un humaniste rock’n’roll ».

« Comment Jimmy Carter, gouverneur de Géorgie alors quasiment inconnu dans le pays, a-t-il réussi le tour de force d’être élu 39e président des États-Unis ? » 

« Grand amateur de musique pop, le candidat démocrate a su s’entourer des vedettes du moment, un coup de pouce déterminant dans sa campagne électorale de 1976 ». 

« Grâce à ces soutiens de prestige, Carter parvient à toucher les électeurs du pays entier, toutes communautés et sensibilités confondues ». 

« Même durant ses quatre ans passés dans le bureau ovale, le président maintiendra des liens avec des stars de la musique pop, comme Paul Simon ou Bob Dylan, notamment en organisant des festivals dans le jardin de la Maison-Blanche ». 

« Après sa défaite électorale en 1980, il crée la Fondation Carter avec son épouse Rosalynn – un engagement constant qui lui vaudra un Nobel de la paix en 2002 ». 

« À l'approche de la présidentielle américaine de 2020, la réalisatrice Mary Wharton, lauréate d'un Emmy Award pour son documentaire sur Joan Baez, brosse le portrait saisissant d'un humaniste hors norme, offrant un regard neuf sur ce président rock'n'roll ».


« Jimmy Carter - Le président rock'n'roll » de Mary Wharto

Etats-Unis, 2020

Sur Arte les 20 octobre 2020 à 22 h 40 et 25 octobre 2020 à 2 h 30

Disponible du 20/10/2020 au 17/01/2021

Visuels :

© SWR/Courtesy The Jimmy Carter Presidential Library

© SWR/Courtesy of We Are Family Foundation

© SWR/James Fideler /Courtesy of Not Just Peanuts LLC       

A lire sur ce blog :

Les citations sur le film proviennent d'Arte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire