Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

samedi 6 avril 2019

« King Bibi - Benyamin Nétanyahou ou la passion du pouvoir » par Dan Shadur


Arte diffusera les 9 et 24 avril 2019 « King Bibi - Benyamin Nétanyahou ou la passion du pouvoir » (Benjamin Netanjahu. Der Medienprofi und die Macht ; King Bibi: The Life and Performances of Benjamin Netanyahu) par Dan Shadur. « Les élections législatives ont lieu en Israël le 9 avril. Ce saisissant portrait de Benjamin Netanyahou montre en archives combien l'actuel Premier ministre, qu'il soit ou non victorieux en 2019, fut en politique un précurseur, et non un émule de Donald Trump ».


Le tourisme israélien 
La problématique ambassade d’Israël en France

Benjamin Nétanyahu est né en 1949 à Tel Aviv.

Son père, le professeur Benzion Netanyahu, né Mileikowsky, était professeur d'Histoire juive à Cornell University, spécialiste des Juifs en Espagne, notamment à la fin du Moyen-âge, rédacteur de l'Encyclopaedia Hebraica, secrétaire de Ze'ev Jabotinsky, et l'un des artisans du soutien des Etats-Unis à la résolution partageant la Palestine mandataire et donc de la refondation de l'Etat d'Israël. Son grand-père paternel, Nathan Mileikowsky, était un rabbin sioniste.

Le frère aîné de  Benjamin Netanyahu, Yonatan, a été tué en Ouganda durant l'Opération Entebbe en 1976. 

Benjamin Netanyahu a servi dans la célèbre unité spéciale de Tsahal, la Sayeret Matkal.

Diplômé du MIT, il a été consultant économique aux Etats-Unis, puis a servi dans la diplomatie israélienne à l'ONU et été élu membre de la Knesset pour le parti Likud.

Depuis 2003, par une politique de l'offre, il a été l'artisan de la croissance économique durable israélienne, de sa métamorphose d'économie "socialiste" en "Start up nation" : moyenne annuelle de taux de croissance de 3% sur les dernières années, taux de chômage à 4,1% en avril 2018...

Il s'est imposé sur la scène internationale par sa diplomatie résistante aux assauts du président Barack Hussein Obama, offensive pour alerter sur le programme nucléaire iranien, dynamique pour assurer le retour d'Israël en Afrique et renforcer les relations économiques avec des pays majeurs asiatiques (Inde, Chine) ou sud-américains (Brésil), efficace pour nouer des alliances avec des partis souverainistes au sein de l'Union européenne (UE), lucide sur la peur des Etats arabes sunnites à l'égard de l'émergence de l'Iran comme puissance régionale menaçante et soutenant des mouvements terroristes islamistes, soulignant les intérêts communs dans la région de la Russie du Président Poutine ou des Etats-Unis du Président Donald Trump et d'Israël etc.

Excellent orateur et fin pédagogue, ce politicien à l'envergure d'un homme d'Etat s'est avéré un communicant hors pair, aux discours extraordinairement bien construits, et un habile stratège, sachant susciter et saisir des opportunités géopolitiques.

Et ce, malgré l'opposition d'universitaires; de journalistes et d'artistes disposant depuis la re-création de l'Etat d'Israël du "pouvoir symbolique" (Shmuel Trigano) et la "révolution juridique" opérée par la Cour suprême israélienne depuis quelques décennies.

Ce Premier ministre n'a jamais substitué la communication à la politique.

Il a pris une part essentielle à l'accession de l'Etat d'Israël au huitième rang des pays les plus puissants au monde selon le classement 2018 publié par le magazine américain News & World Report, devançant l'Italie (18e rang), l'Arabie saoudite (9e rang) et le Canada (12e), et dans une liste de 80 Etats. Il a aussi renforcé son pays comme puissance spatiale.


Son leadership sur le parti Likoud n'a pas empêché des personnalités intéressantes, aux options politiques différentes, et souvent pertinentes, d'émerger, même au prix de leur départ de ce parti. 

Mais Benjamin Netanyahu ne semble pas avoir pris conscience de l'impératif de contrer la propagande palestinienne en rappelant l'Histoire, le narratif israélien.

« En ce soir du 9 avril, Benyamin Netanyahou, chef de file du Likoud et Premier ministre sans interruption depuis 2009, après un premier mandat de 1996 à 1999, aura-t-il gagné son pari désespéré ? »

« Visé par une triple procédure d'inculpation pour corruption, fraude et abus de confiance, affaibli dans les sondages mais toujours plébiscité par une partie de son électorat, le roi "Bibi" va devoir convaincre les citoyens israéliens qu'il peut encore diriger le pays ».

« Chauffé à blanc par des attaques contre "la gauche et les médias" diffusées jour après jour sur sa page Facebook, il a dissous la Knesset à la fin de l'année dernière pour convoquer des législatives anticipées ».

« Le réalisateur Dan Shadur a choisi de peindre celui qui détient désormais le record de longévité au poste de Premier ministre israélien par le moyen qu'il a toujours privilégié depuis les prémices de sa carrière politique : la télévision ».

« Discours binaires attisant la peur et le ressentiment, anathèmes contre la presse, utilisation précoce des réseaux sociaux pour s'adresser sans intermédiaire à son électorat, programme économique ultralibéral… : uniquement constitué d'archives, pour la plupart inconnues en France, retraçant quarante ans d'histoire, de la fin des années 1970 à aujourd'hui, ce montage éloquent montre combien "Bibi" fut en politique un précurseur ».

« Un certain Donald Trump, qui à la lumière de ces images s'apparente plus à un émule qu'à un modèle, lui doit peut-être beaucoup ».

« Ils ont en tout cas partagé le même "spin doctor", avant de se retrouver au sommet, entre partenaires idéologiques, pour enterrer l'accord conclu par Barack Obama avec l'Iran ».

« Centré sur la relation entre Israël et les États-Unis, où a grandi Netanyahou, et où il a appris les rudiments de la communication politique, ce portrait documentaire retrace aussi, en arrière-plan, l'échec du processus qui fut, avant l'avènement de Bibi, un espoir de paix entre Israéliens et Palestiniens, aujourd'hui totalement oublié ». Non, il n'y a pas de processus de paix, mais la "guerre d'Oslo". Une guerre menée par les ennemis d'Israël sur tous les fronts - diplomatiques, propagande, etc. - et de diverses manières dont le BDS.

Pourquoi Arte a-t-il diffusé ce documentaire le jour de l'élection législative en Israël ?


« King Bibi - Benyamin Nétanyahou ou la passion du pouvoir » par Dan Shadur
Israël, 2019
Sur Arte les 9 avril 2019 à 0 h 20 et 24 avril 2019 à 9 h 25

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sur le film sont d'Arte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire