Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 14 juin 2019

Johnny Clegg (1953-2019)


Jonathan Clegg est né en 1953 à Rochdale (Angleterre). Il grandit en Rhodésie (actuel Zimbabwe), en Grande-Bretagne, puis en Afrique du sud. Auteur, compositeur, interprète et danseur, il mêle rythmes africains et rock. Il est mort d'un cancer le 15 juillet 2019. Il s’est accompagné des groupes Juluka et Savuka. Arte diffusa le 14 juin 2019 « Johnny Clegg, le Zoulou blanc » (Johnny Clegg - Der weiße Zulu) par Amine Mestari. 
     

Jonathan Clegg est né en 1953 à Rochdale (Angleterre). Sa mère, Muriel Braudo, est issue de la bourgeoisie juive d’origine polonaise de Rhodésie (actuel Zimbabwe). Elle avait rencontré son époux Denis Clegg, non juif, à l’université de Johannesburg.

Le couple divorce quand Jonathan Clegg a six mois.

Muriel Braudo et son fils séjournent brièvement en Israël, puis tous deux se fixent dans l’exploitation agricole familiale à Gwelo, en Rhodésie. Le chauffeur de la famille enseigne à l’enfant le ndébélé du Transvaal, langue dérivée du zoulou.

En 1960, sa mère, chanteuse dans des night-clubs, épouse un journaliste sud-africain, Dan Pienaar. La famille emménage à Johannesburg.

Quelques années plus tard, Dan Pienaar quitte le foyer conjugal.

Critique à l’égard de l’attitude des Juifs sud-africains envers l’apartheid, connaissant peu le judaïsme, Jonathan Clegg refuse de faire sa bar-mitzva.

La musique zoulou et le Ihhlangwini, ainsi que des rencontres artistiques - Mntonganazo Mzila, Sipho Mchunu  - sauvent cet adolescent.

Parallèlement à ses concerts dans lesquels il mêle « mélodies occidentales, paroles en anglais et structures musicales zouloues », Johnny Clegg donne des conférences d’anthropologie à l’Université de Witwatersrand à Johannesburg.

En 1976, Johnny Clegg et Sipho Mchunu enregistrent leur premier disque Woza Friday (Vienne Vendredi). En 1979, le duo devenu Juluka sort un album bien accueilli par la critique, mais censuré dans un pays où règne l’apartheid.

Le deuxième album, African Litany, remporte un succès important. La célébrité mondiale survient avec le quatrième album.

En 1985, le duo se sépare.

Johnny Clegg crée un deuxième groupe, Savuka. Sorti en 1987, le premier album Third World Child (« Enfant du Tiers-Monde ») est vendu à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde. Qui n’a pas fredonné Asimbonanga, dédiée à Nelson Mandela, alors détenu dans une prison au large du Cap, ou Scatterlings of Africa (1982), incluse dans la bande originale du film Rain Man, réalisé par Barry Levinson avec Dustin Hoffman et Tom Cruise ?

Au fil des albums et des tournées, Johnny Clegg s’affirme comme auteur, compositeur, interprète et danseur cumulant succès critique et public, et loué par ses pairs. En France, le chanteur Renaud lui dédie sa chanson Jonathan dans l’album Putain de camion et en 2006, il produit l'album One Life. Aux Etats-Unis, Clint Eastwood intègre la chanson The Crossing (Osiyeza) dans la bande originale de son film Invictus, sur l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV, championne du monde en 1995.

En 2015, un cancer du pancréas est détecté chez Johnny Clegg qui rend publique sa maladie en avril 2017. Deux tumeurs sont découvertes au poumon. Johnny Clegg démarre au Cap une tournée mondiale d’adieu qui l’amène en Grande-Bretagne, en France, à Dubaï, aux Etats-Unis, au Canada.

« Johnny Clegg, le Zoulou blanc »
« Johnny Clegg, le Zoulou blanc » (Johnny Clegg - Der weiße Zulu) est un documentaire réalisé par Amine Mestari. « Dédiée au leader de l’ANC Nelson Mandela, à l’époque emprisonné depuis 24 ans, "Asimbonanga" est une de ces rares chansons qui font l’histoire. Portrait de son auteur et chanteur, Johnny Clegg, qui fit de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud un combat, doublé de son émouvante confession au soir de sa vie ».

« Les chansons qui font l’histoire sont rares. "Asimbonanga" en fait partie. Elle a propulsé Savuka, le groupe du chanteur et danseur Johnny Clegg, en tête des ventes de disques en 1987, avant de s'imposer en hymne de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Dédiée au leader de l’ANC Nelson Mandela, à l’époque emprisonné depuis vingt-quatre ans, la chanson du "Zoulou blanc" marque un jalon dans la trajectoire d’un artiste qui a passé sa jeunesse à braver la censure ».

« Alors qu’il avait jusqu’ici refusé tout projet de documentaire sur sa vie, Johnny Clegg  a accepté de se laisser filmer par Amine Mestari, chez lui à Johannesburg. Âgé de 65 ans et se sachant condamné à brève échéance par un cancer incurable, la star a souhaité revenir sur son enfance, sa jeunesse et sa carrière".

"Particulièrement émouvant, ce portrait entremêle confessions intimes d’un homme affaibli mais au regard toujours pétillant, témoignages de ses compagnons de route, à l’instar de Sipho Mchunu, avec lequel il fonda son premier groupe, Juluka, images de la vie quotidienne sous l’apartheid et extraits de concerts d’un artiste engagé, dont on sait moins qu’il est aussi anthropologue et grand spécialiste... des Zoulous ». 

« Johnny Clegg, l'Afrique du sud d'un zoulou blanc »

Dans le cadre d’« Invitation au voyage » (Stadt Land Kunst), Arte diffuse sur son site Internet jusqu’au 11 juin 2020 « Johnny Clegg, l'Afrique du sud d'un zoulou blanc » (Johnny Clegg, das Afrika des weißen Zulu).

« En Afrique du Sud, Johannesburg est une ville de contrastes, où les gratte-ciels côtoient les quartiers pauvres ».

« C’est dans la capitale économique du pays qu’a grandi Johnny Clegg ».

« Star internationale à la fin des années 1980 avec « Asimbonanga » et Scatterlings of Africa, chantre anti-apartheid, il a puisé dans l’histoire et la culture zoulou du pays pour façonner ses œuvres ».

Un film sur l'Afrique du sud avant d'être dénommée par l'archevêque Desmond Tutu "la nation arc-en-ciel" (Rainbow Nation). On peut regretter qu'Arte n'aborde pas la réalité tragique sudafricaine : les assassinats précédés de tortures ou viols de fermiers blancs, drogue, chômage, criminalité, etc.
            

France, 2018
Sur Arte jusqu’au 11 juin 2020

« Johnny Clegg, le Zoulou blanc » par Amine Mestari
ARTE France, Goyave, Screenshot Productions, 2018
Sur Arte les 14 juin 2019 à 22 h 25 et 22 juin 2019 à 6 h 15 
Visuels :
Johnny Clegg danse sur scène fin années 80
Johnny Clegg danse dans une cérémonie zoulu traditionnelle, fin années 80
Credit : © Screenshot Productions/ D.R.

Johnny Clegg et son groupe Savuka, 1988
Credit : © Ebet Roberts/ Redferns/ Getty

Johnny Clegg et Dudu Zulu dansant sur scène, début des années 90
Johnny Clegg chantant et exécutant une danse zoulu avec des bâtons de danse traditionnels
Credit : © Screenshot Productions/ D.R.

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire