Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

vendredi 19 février 2021

« La fabrique de l'ignorance » de Franck Cuvelier et Pascal Vasselin

Arte diffusera le 23 février 2021 « La fabrique de l'ignorance » (Forschung Fake und faule Tricks), documentaire partial de Franck Cuvelier et Pascal Vasselin. « Comment, des ravages du tabac au déni du changement climatique, on instrumentalise la science pour démentir... la science. Une vertigineuse investigation dans les trous noirs de la recherche et de l'information. » Présenté par Thomas Kausch.


« Pourquoi a-t-il fallu des décennies pour admettre officiellement que le tabac était dangereux pour la santé ? Comment expliquer qu'une part importante de la population croie toujours que les activités humaines sont sans conséquence sur le changement climatique ? Les pesticides néonicotinoïdes sont-ils vraiment responsables de la surmortalité des abeilles ? Pourquoi la reconnaissance du bisphénol A comme perturbateur endocrinien n'a-t-elle motivé que de timides interdictions ? » La question semble plutôt : pourquoi imputer à l'Homme une part excessive dans le "changement climatique", alors que le domaine de nos connaissances n'est pas si étendu et alors qu'est minorée la part du rayonnement solaire ? 

Le problème réside aussi dans un enseignement des compétences, au détriment de la transmission du savoir et d'une réflexion fondée sur la raison, sur la logique, sur les connaissances.

« Au travers de ces "cas d'école" qui, des laboratoires aux réseaux sociaux, résultent tous de batailles planifiées à coups de millions de dollars et d’euros, cette enquête à cheval entre l'Europe et les États-Unis dévoile les contours d'une offensive méconnue, pourtant lancée dès les années 1950, quand la recherche révèle que le tabac constitue un facteur de cancer et d'accidents cardiovasculaires ». 

« Pour contrer une vérité dérangeante, car susceptible d'entraîner une réglementation accrue au prix de lourdes pertes financières, l'industrie imagine alors en secret une forme particulière de désinformation, qui se généralise aujourd'hui : susciter, en finançant, entre autres, abondamment des études scientifiques concurrentes, un épais nuage de doute qui alimente les controverses et égare les opinions publiques ».

« Cette instrumentalisation de la science à des fins mensongères a généré une nouvelle discipline de la recherche : l'agnotologie, littéralement, science de la "production d'ignorance". 

« Outre quelques-uns de ses représentants reconnus, dont l'historienne américaine des sciences Naomi Oreskes, cette investigation donne la parole à des acteurs de premier plan du combat entre "bonne" et "mauvaise" science, dont les passionnants "découvreurs" des méfaits du bisphénol A ». 

« Elle expose ainsi les mécanismes cachés qui contribuent à retarder, parfois de plusieurs décennies, des décisions vitales, comme le trucage des protocoles, voire la fabrication ad hoc de rats transgéniques pour garantir les résultats souhaités ». 

« Elle explique enfin, au plus près de la recherche, pourquoi nos sociétés dites "de l'information" s'accommodent si bien de l'inertie collective qui, dans le doute, favorise le business as usual et la consommation sans frein ».


« Le doute, qui préside à la démarche scientifique, peut en devenir un frein quand l’idéologie ou l’intérêt économique instrumentalisent la recherche. Illustration à travers trois "cas d'école", détaillés dans le documentaire La fabrique de l’ignorance. Par Benoît Hervieu-Léger ».
 

« TABAC : L'ÉCRAN DE FUMÉE 
Événement précurseur de la manipulation de la science à des fins mensongères, la bataille du tabac commence en 1953 aux États-Unis, lorsque des scientifiques établissent que la cigarette aggrave les risques de cancer du poumon et d’accidents cardiovasculaires. Les sept principaux manufacturiers décident en secret de lancer un vaste programme scientifique pour freiner toute réglementation, en multipliant les études sanitaires sur des causes alternatives. Sous l'égide officielle du Comité de recherche de l’industrie du tabac, le radon ou l’amiante, de fait cancérigènes, mais aussi le jus de tomate ou le mois de naissance d'un individu sont ainsi désignés tour à tour comme facteurs de risques. Il faudra attendre 1994 pour qu'un lanceur d'alerte dévoile la vérité, lourdes amendes à l'appui pour "Big Tobacco", qui aura néanmoins réussi à faire prendre un demi-siècle de retard aux législations sur la cigarette ».

« TUEURS D'ABEILLES  
Insecticides dits neurotoxiques, les néonicotinoïdes agissent en théorie sur le système nerveux central des insectes parasites. Parmi les sept molécules qui les composent, l’imidaclopride est expérimenté pour la première fois au Japon en 1985, et mis sur le marché six ans plus tard. L’effondrement des colonies d’abeilles européennes au cours des années 1990 met en évidence leur extrême dangerosité. Des expertises ont démontré depuis que d’autres espèces animales, et, au-delà, l'ensemble d'un écosystème sont affectés. Mais l’industrie agrochimique a répliqué entre-temps en finançant de multiples recherches, à chaque fois relayées par les médias, sur d'autres dévastateurs de ruches, comme le parasite varroa ou le frelon asiatique. Malgré des moratoires et interdictions partielles, le recours aux néonicotinoïdes reste d’actualité. En 2020, les betteraviers français ont ainsi bénéficié d’une dérogation de trois ans pour leur usage ».

« BISPHÉNOL A POUR TOUS 
En 1989, deux biologistes américains constatent la multiplication anormale de cellules témoins cultivées dans leur laboratoire. Un de leurs confrères démontre la responsabilité du bisphénol A, œstrogène de synthèse utilisé dans certaines matières plastiques, qui agit comme un perturbateur endocrinien. Si, en toxicologie, c'est en général la dose qui fait le poison, une quantité infinitésimale de bisphénol A peut affecter la croissance, les capacités reproductrices et le comportement de nombreuses espèces, dont la nôtre. Depuis, 93 % des études financées par des fonds publics ont confirmé le constat, mais l'industrie du plastique s'est employée à le démentir à tout prix, entretenant efficacement la controverse scientifique pour limiter les mesures d'interdiction, d'autant que l'ensemble de la population étant exposée, il est impossible de mener des études comparatives. »

Le bisphenol A
« On est condamné à l’ignorance des effets réels de ce produit. Si toute la population est imprégnée à des faibles doses d’un produit, vous perdez la possibilité d’avoir une preuve scientifique, rigoureusement établie, des effets sanitaires de ce produit. Puisque tout le monde est exposé. Vous ne pouvez pas comparer ceux qui sont exposés avec ceux qui ne sont pas exposés. Et donc on ne saura jamais probablement l’étendue, toute l’étendue, des effets du Bisphénol A sur la population humaine. »
Stéphane Foucart (co-auteur du documentaire)


« La fabrique de l'ignorance » de Franck Cuvelier et Pascal Vasselin
France, 2020, 97 min
Auteurs : Mathias Girel, Stéphane Foucart, Pascal Vasselin et Franck Cuveillier
Coproduction : ARTE France, Zed , avec la participation de France Télévisions et le soutien du programme Media de l’Union européenne 
Sur Arte le 23 février 2021 à 20 h 50
Disponible du 16/02/2021 au 23/04/2021
Visuels 
Illustration du paradigme
Illustration du réseau
Fani Hatjina
Frederic Vom Saal
Illustration de la 5G
© ZED

Aucun commentaire:

Publier un commentaire