Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

mardi 9 février 2021

« Making Waves - La magie du son au cinéma » de Midge Costin

Arte diffusera le 12 février 2021 « Making Waves - La magie du son au cinéma » (« Making Waves: The Art of Cinematic Sound ») de Midge Costin. « Nourrie d’entretiens avec Spielberg, Lynch ou Lucas, une révélation des pouvoirs du son au cinéma. Cette immersion dans les studios hollywoodiens raconte l’histoire des designers sonores les plus marquants : Walter Murch ("Apocalypse Now"), Ben Burtt ("Star Wars") et Gary Rydstrom ("Il faut sauver le soldat Ryan"). Une exploration historique et artistique du son au cinéma, de sa puissance émotionnelle et de ses processus de création, racontée par des ingénieurs du son légendaires ».


« En 1887, Thomas Edison a inventé la caméra – ou plutôt le kinétoscope – parce qu’il voulait des images pour accompagner les enregistrements de son phonographe. » Les frères Lumière ont déposé le brevet du cinématographe en 1895.
 
« En 1933, King Kong inaugure le concept de “design sonore”, avec des techniques nouvelles de manipulation – un rugissement du tigre ralenti et passé à l’envers sur celui d’un lion pour donner le stupéfiant hurlement du gorille géant ». Le film américain est 
produit et réalisé par Merian Caldwell Cooper et Ernest Beaumont Schoedsack. Son scènario de James Ashmore Creelman et Ruth Rose s'inspire de l'idée de Merian C. Cooper et Edgar Wallace. L'actrice Fay Wray incarne une actrice recrutée par le réalisateur Robert Armstrong et aimée par le marin Bruce Cabot. Produit et distribué par RKO Radio Pictures, ce film a bénéficié le 7 mars 1933 d'une avant-première au Radio City Music Hall de New York, où le public l'a applaudi avec enthousiaste. Il est sorti le 7 avril 1933 aux États-Unis. Il a lancé le mythe de King Kong dans la culture populaire. En 1991, King Kong est sélectionné pour le National Film Registry, par le National Film Preservation Board, afin d'être conservé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis en raison de son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Des années 1930 aux années 1970, les films d'Orson Welles ont eu aussi contribué à cette évolution de l'utilisation du son au cinéma.

« Très expérimental, Apocalypse Now marque en 1979 l’apogée de décennies d’évolution, avec, notamment, la diffusion du son en surround 5.1, un format devenu une norme ». 

« Trois étapes marquantes parmi d’autres qui racontent l’histoire de cette science de l’illusion et de ce jeu avec l’inconscient qu’est le son au cinéma » qui bénéficie de techniques nouvelles
 ».

« Dans ce septième art qui fut muet à son origine, bruitages, voix, musique, effets numériques, montages et mixages ont, au fil du temps et grâce à certains visionnaires, techniciens ou réalisateurs, permis à l’image de démultiplier son impact émotionnel et d’embarquer le public dans des univers d’autant plus riches et profonds. »

“Nos oreilles conduisent nos yeux là où vit l'histoire.” En écoutant Steven Spielberg, mais aussi George Lucas, David Lynch, Robert Redford, Barbra Streisand, Christopher Nolan ou Sofia Coppola évoquer leur amour du son ouvragé et de son pouvoir subliminal, ce film invite à une immersion dans les studios hollywoodiens à l’avant-garde des innovations. 

Le documentaire « Making Waves: The Art of Cinematic Sound » « rend aussi un hommage mérité aux grands créateurs sans qui le cinéma ne serait pas ce qu’il est : un art total » en se focalisant sur les ingénieurs du son des années 1970 - système Dolby - et 1980 qui ont recouru à des technologies qui ont révolutionné la perception de leur métier tout en suscitant des émotions. 

Et ce, par une réalisatrice, Midge Costin, qui est ingénieure du son, occupe la Kay Rose Endowed Chair à l'Art of Sound Editing de l'USC School of Cinematic Arts offerte par George Lucas en 2005. Elle a été membre de la Motion Picture Sound Editors, et de l'Editors Guild. Son film a été présenté dans la sélection officielle Cannes Classics. 

« Les oscarisés Walter Murch (Apocalypse Now), Ben Burtt (Star Wars) et Gary Rydstrom (Il faut sauver le soldat Ryan) révèlent leurs secrets de fabrication et font passer le public de l’autre côté de l'écran, pour une prise de conscience éclatante : “Le son, c’est 50 % du film”, comme le déclare Francis Ford Coppola. Une profession de foi. »

Les téléspectateurs découvriront aussi d'autres artistes et créateurs de son talentueux :  Lora Hirschberg (Inception), Cece Hall (Top Gun), Anna Behlmer (Braveheart).


Etats-Unis, 2019, 89 min
Sur Arte les 12 février 2021 à 22 h 40 et 6 mars 2021 à 1 h 45
Disponible du 05/02/2021 au 13/03/2021
Visuels :
Walter mixant " Apocalypse Now"
Ben Burtt et de vieux enregistreurs
Gary Rydstrom jeune
© Dogwoof Ltd

© DR

Aucun commentaire:

Publier un commentaire