Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

lundi 15 février 2021

Rupert Murdoch, magnat de la presse

Rupert Murdoch est né en 1931 à Melbourne (Australie) dans une famille protestante. Cet homme d'affaires et milliardaire australo-américain, eurosceptique, conservateur et pro-israélien dirige l’un des principaux groupes de presse, le News Corporation, dont la filiale britannique News of the World a cessé son activité en 2011 lorsqu’a éclaté le scandale d'écoutes téléphoniques de personnalités destinées à obtenir et publier des scoops sur leur vie privée. A partir du 16 février 2021, Arte diffusera « Murdoch, le grand manipulateur des médias » (Der Aufstieg der Murdoch-Dynastie ; The Rise Of The Murdoch Dynasty), série documentaire britannique en trois volets de Jamie Roberts (2020).


Né en 1931 à Melbourne (Australie), Rupert Murdoch est est un homme d'affaires et milliardaire australo-américain.

Son père Keith Murdoch a été un correspondant de guerre, et dirigeait des journaux et une radio.

Etudiant travailliste à l’université d’Oxford, Rupert Murdoch a évolué vers le conservatisme dans les années 1980, et s’est rapproché de Margaret Thatcher. Il s’est défini comme libertarien.

Rupert Murdoch est l'actionnaire majoritaire de News Corporation, l'un des plus grands groupes médiatiques du monde qui comprend des médias au Royaume-Uni K (The Sun, The Times), en Australie (The Daily Telegraph, Herald Sun, The Australian), aux Etats-Unis (The Wall Street Journal, The New York Post), l’éditeur HarperCollins, et les chaines de Sky News Australia et Fox News. 

En 2015, le magazine Forbes l’a classé 32e personnalité la plus puissante du monde et 76e fortune mondiale.

En 2011, la révélation des écoutes téléphoniques illégales de personnalités par la filiale britannique News of the World, acheté en 1968, suscite un scandale menant à la fin d’activité du journal populaire.

Le 19 novembre 2012, Rupert Murdoch, fervent défenseur d’Israël, a présenté ses excuses à l’ADL (Anti-Defamation League) pour avoir twitté de manière « maladroite et inappropriée » : « Why Is Jewish owned press so consistently anti- Israel in every crisis? » (Pourquoi la presse détenue par des Juifs est-elle aussi régulièrement anti-israélienne lors de chaque crise ?)

« J'ai des idées très arrêtées sur la justesse de la cause d'Israël, particulièrement quand ses citoyens sont visés par des attaques de missiles. Et donc je m'énerve quand je vois des couvertures (de presse) que je trouve injustes ou partiales vis-à-vis d'Israël", écrit Murdoch à l'ADL, selon cette dernière. "Mais j'aurais du m'en tenir à la substance de la question".

Marié quatre fois, Rupert Murdoch est père de six enfants, dont certains travaillent dans son groupe.

« Murdoch, le grand manipulateur des médias »
A partir du 16 février 2021, Arte diffusera « Murdoch, le grand manipulateur des médias » (Der Aufstieg der Murdoch-Dynastie), « série documentaire fouillée » de Jamie Roberts présentée par Émilie Aubry. 

« Une effarante immersion dans l'influent empire médiatique dirigé d'une main de fer par Rupert Murdoch ».   
 
« Une enquête édifiante sur le magnat des médias et l'étendue de ses pouvoirs ».

« Le Brexit, la présidence Trump, le climatoscepticisme… : autant de tempêtes que Murdoch et ses médias ont contribué  à faire advenir ». Exagéré. Venant d'Arte, on n'ose parler de complotisme.

« Coproduite par la BBC, cette série documentaire décortique les rouages de l’empire Murdoch et raconte l'ascension de son fondateur, parvenu à concentrer en toute impunité une multiplicité de médias telle qu'il occupe une situation de monopole en Australie et fait la pluie et le beau temps en Angleterre ».

« Quant à sa chaîne Fox News, aux États-Unis, elle "ne se contente pas de prendre la température du pays, mais la fait monter", résume Jane Mayer, journaliste au New Yorker ». 

« Portrait d’une machine de guerre aux multiples facettes, verrouillée par un chef d’orchestre retors, comme en témoignent le feuilleton de sa succession et ses rebondissements aussi effarants que savoureux, avec un Tony Blair jouant les briseurs de ménage ». 

« Des infographies décortiquent l'enchevêtrement malsain de connivences et d'idylles entre les sphères politiques et médiatiques britanniques ». 

« Véritable plaidoyer antitrust, cette incursion au cœur de médias dévoyés jouant de méthodes mafieuses s'appuie sur de multiples images d'actualité et témoignages : ceux des hommes politiques Nigel Farage ou Steve Bannon, de célébrités comme le comédien Hugh Grant, d'anciens paparazzis ou rédacteurs en chef de tabloïds, ainsi qu'une pléiade de journalistes d'investigation, qui ont enquêté sur la dynastie Murdoch ».

« En 1995, Rupert Murdoch, 64 ans, songe à laisser les rênes de son empire médiatique à l'un de ses enfants ». 

« Charismatique, intelligente, sa fille Elisabeth semble la mieux placée. Mais ses frères, Lachlan, le bon élève, et James, le trublion, sont aussi en lice ». 

« Le magnat australien, qui n'a fait qu'une bouchée des médias britanniques avec la bénédiction thatchérienne, veut peser sur la nomination du prochain Premier ministre. »

« Quel candidat soutenir ? Le sortant et conservateur John Major, qui refuse d'infléchir sa politique européenne pour lui complaire ? Ou le nouveau venu Tony Blair qui, créant des remous au sein des travaillistes, lui fait un numéro de charme ? » 

« Pourtant à droite, Murdoch opte pour le candidat de l'opposition, certes en plein virage libéral. Mais durant la campagne peu reluisante qui suit, il monnaye son appui en exigeant de Blair la promesse d'un référendum en cas de projet d’union monétaire avec l’Europe ». 

« Enfin, le patriarche sidère ses enfants en annonçant qu'il épouse Wendi Deng, une Chinoise de trente-sept ans sa cadette. »

Qui est la personne derrière le magnat des médias Rupert Murdoch? La partie 2/3 traite, entre autres, du scandale "News of the World", dans lequel des célébrités et des téléphones portables de simples citoyens ont été mis sur écoute pendant plusieurs années afin de se procurer des informations exclusives.

« Après la démission de Tony Blair, Rupert Murdoch se bat sur d'autres fronts ».
 
« Il défend les «guerres contre le terrorisme» américaines, notamment en Afghanistan et en Irak. Bien que ses diplomates soient toujours en contact avec le nouveau Premier ministre et sa femme, il n'est pas très enthousiasmé par le gouvernement de Gordon Brown. Murdoch engage ses journaux pour parrainer un candidat conservateur inexpérimenté proche de sa fille: David Cameron. »

« Le jeune homme semble à Murdoch non seulement facilement manipulable, mais aussi capable d'influencer l'opinion publique dans le sens d'un soutien au Brexit ». 

« Pendant ce temps, son fils James, qui gère les affaires britanniques et européennes de l'Empire Murdoch, gagne en expérience et en responsabilité ». 

« Malheureusement, une énorme affaire d'écoutes téléphoniques menace sa carrière et l'avenir de tout le groupe Murdoch: dans le cadre du scandale «News of the World», il est révélé que les rédactions de ses journaux ont mis sur écoute les téléphones portables de personnalités éminentes, industrielles dirigeants et politiciens, mais aussi citoyens à avoir. »

« Les rédactions ont utilisé les informations pour leurs titres sensationnels et ont trompé le lectorat ». 

« Avec l'aide de journalistes du Guardian, qui rendent compte des événements, le documentaire montre comment le scandale a affecté le sort de l'Empire Murdoch ». 

« Bien que les pratiques d'écoute électronique aient été prouvées, Rupert et James Murdoch nient systématiquement les allégations lors de plusieurs auditions devant le Parlement britannique - sans succès ». 

« Rupert Murdoch tire une conclusion de l'affaire: ses fils ne sont pas encore assez mûrs pour reprendre son entreprise; et si la vieillesse est une excuse bienvenue, il est peu probable qu'il abandonne les rênes de son empire de sitôt. »

« L'opinion s'indigne lorsqu'on apprend que News of the World a aussi piraté la messagerie d'une adolescente disparue, sans égards pour sa famille ». 

« David Cameron choisit ce moment pour lâcher Murdoch, bientôt convoqué, avec James, devant une commission d'enquête parlementaire ». 

« Rejeté par la classe politique, le magnat trouve un soutien inattendu en Nigel Farage, leader d'extrême droite et fervent partisan du Brexit… Murdoch mettra plus de temps à céder au rentre-dedans de Donald Trump, qu'il finira par soutenir via sa chaîne américaine Fox News. »

« Sur le front mondain, sa situation s'améliore quand il épouse Jerry Hall, l'ex-madame Jagger, d'autant qu'il a coupé sans états d'âme la branche pourrie News of the World. »

« Murdoch survit à tout »

« Dans une série documentaire fouillée, le réalisateur Jamie Roberts jette une lumière édifiante sur l’influent pouvoir érigé par le magnat australo-américain des médias, de la première campagne de Tony Blair à la présidence de Donald Trump. Propos  recueillis par Laure Naimski. »
 
De quelle manière avez-vous procédé pour éclairer les multiples facettes de Rupert Murdoch ?
Jamie Roberts : À travers lui, le film traite de la question du pouvoir. Il montre comment, chez Murdoch, trois éléments inséparables s’imbriquent, chacun se plaçant au service des deux autres pour asseoir la puissance du magnat : la famille, le business et la politique. Afin de révéler ses motivations et son vrai visage, j’ai interrogé des journalistes, des célébrités et des politiciens qui l’ont côtoyé. Car cet homme d’une avidité sans bornes demeure une énigme.
 
Pourquoi votre documentaire débute-t-il en 1995 ?
Pour expliquer le modus operandi de Murdoch, j’ai mis l’accent sur des moments clés. En 1995, Tony Blair, qui brigue le poste de Premier ministre, lui rend visite à Hayman, son île australienne privée, pour tenter d’emporter le soutien de celui qui possède notamment au Royaume-Uni, outre The Times, deux tabloïds très populaires et une partie de Sky Television. En échange, il fait à Murdoch deux promesses : le laisser mener ses affaires comme il l’entend et soumettre tout projet d'union monétaire avec l'Europe à un référendum, faisant naître le courant qui soutiendra plus tard le Brexit. Il faut savoir que depuis Margaret Thatcher, aucun Premier ministre britannique n’a pu être élu sans avoir reçu au préalable le soutien de Murdoch. À la fin des années 1990, ce dernier commence également à organiser sa succession...

Mais un scandale éclate moin de dix ans plus tard…
Il montre au grand public la face sombre de son empire. Ses tabloïds The Sun et News of the World peuvent détruire une réputation. Pour parvenir à leurs fins, les journalistes commettent des actes délictueux : écoutes téléphoniques de politiciens, de célébrités, chantage, usurpation d’identité... Nick Davies, un journaliste d’investigation qui témoigne dans le film, a commencé en 2005 à enquêter sur ces pratiques frauduleuses, qu’il a révélées dans The Guardian en 2009. Parallèlement, une alliance s’est nouée entre victimes des écoutes et de la diffamation. On y trouve l’acteur Hugh Grant, harcelé par les tabloïds, ou encore Max Mosley, le fils du leader anglais d’une organisation fasciste dans les années 1930, accusé par News of the World d’être un pro-nazi comme son père. Tous deux ont aussi accepté de témoigner. Ensemble, ils sont entrés en guerre contre Murdoch, qui a dû se soumettre à une enquête parlementaire et s’est trouvé lâché par David Cameron, le Premier ministre de l’époque. En 2011, Murdoch a dû se résoudre à fermer News of the World.

Est-il parvenu néanmoins à poursuivre son ascension ?
Murdoch survit à tout. C’est ce que dévoile la troisième partie de cette série documentaire. Il a bénéficié à nouveau d’une influence grandissante lorsqu’il a décidé de soutenir Nigel Farage, politicien anglais d’extrême droite, dans sa campagne en faveur du Brexit. Il a aussi noué une relation avec Donald Trump, qu’il prenait au départ pour un clown. Mais il s’est rendu compte que Trump était extrêmement populaire sur Fox News, la chaîne de télé américaine dont Murdoch est le patron, et il a décidé de lui apporter son soutien dans la course à la Maison-Blanche. Sans Fox News, Trump n’aurait pas remporté la victoire. À 84 ans, Murdoch a par ailleurs épousé l’ex-top model Jerry Hall et s’est ainsi remis au centre d’une vie mondaine après son divorce d’avec Wendi Deng, sa troisième épouse, dont il a découvert qu’elle avait entretenu une liaison avec Tony Blair. En quelques années, il a réussi à reconstruire sa respectabilité et n’a jamais été aussi influent.

Qu’en est-il aujourd’hui de son empire et qui va lui succéder ? 
En 2017, à la surprise générale, Murdoch a vendu la majorité de son groupe à Disney. Une cession due en partie au fait qu’il n’a pas de successeur qui lui convienne parmi ses enfants. Mais le patriarche s’apprête à lancer une nouvelle chaîne de télévision en Angleterre sur le modèle de Fox News et développe un projet de radio. À ma connaissance, il n’existe pas d’autre exemple d’un tel empire médiatique et cela dure depuis soixante ans : si la manière dont il a révolutionné les industries de la presse et de la télévision est sans égale, les interférences politiques de certains de ses titres, leur façon d'orienter le débat public et leur absence d'éthique, jusqu'à la dérive dans l'illégalité avec le scandale des tabloïds, le sont aussi. Seuls les géants du numérique pourraient commencer à lui faire de l’ombre ».


Royaume-Uni, 72 Films for BBC, Bbc Worldwide France, Katherine WADDICAR, 2020, 3 x 52mn
Sur Arte les 16 février 2021 à 20 h 50, 5 mars 2021 à 9 h 25, 17 mars 2021 à 9 h 25
1ère partie « L'élu » : le 16 février 2021 à 20 h 50
2e partie « La chute » : le 16 février 2021 à 21 h 45
3e partie « Le retour » : le 16 février 2021 à 22 h 35
Disponible du 09/02/2021 au 17/03/2021
Visuels :
Rupert Murdoch, PDG de News Corp, s' adressant à une salle de presse bondée du Wall Street Journal le jeudi 13 décembre 2007. L' offre de Murdoch sur Dow Jones & Co, l' éditeur du Wall Street Journal, a franchi son dernier obstacle jeudi, les actionnaires de la société d' édition financière ayant donné leur accord, ce qui a permis de conclure l' affaire plus tard dans la journée. Les Hinton, à gauche, deviendra le PDG de Dow Jones & Co, Inc. et Robert Thompson, au centre, est le nouvel éditeur de Dow Jones & Co. et du Wall Street Journal
© ASSOCIATED PRESS / Getty Ima

Rupert Murdoch et sa fille Elisabeth, soirée de lancement de Sky Digital Tv, août 2005
©  Hulton Archive/Getty Images

Le Premier ministre britannique, Tony Blair, s' adressant à Rebekah Wade, rédactrice en chef du Sun, lors de la réception du 40e anniversaire du Newspaper Press Fund dans le centre de Londres
© PA Archive/PA Images

James Murdoch, directeur général de BSkyB et David Cameron, chef du parti conservateur, lors du sommet du parti conservateur sur la responsabilité sociale : Travailler pour un avenir plus vert" qui s' est tenu au Great Eastern Hotel - Londres, Grande-Bretagne - 12 mars 2007
© Stephen Lock/Shutterstock

James Murdoch (à gauche) et Roger Ailes participent à un dîner anti-diffamation en l' honneur de Rupert Murdoch le 13 octobre 2010 à l' hôtel Waldorf Astoria à New York, NY
© Tim Boxer/Getty Images

Andy Coulson quitte le 10 Downing Street à Londres, en Grande-Bretagne, le 21 janvier 2011, après avoir démissionné du poste de directeur de la communication de David Cameron
© Andy Rain/EPA/Shutterstock

Scott Walker, Donald Trump et Jeb Bush participent au premier débat présidentiel en prime time organisé par FOX News et Facebook à la Quicken Loans Arena le 6 août 2015 à Cleveland, Ohio
© Getty Images

Donald Trump (au centre) parlant au magnat des médias Rupert Murdoch (à gauche) et à sa femme, l' ancien mannequin Jerry Hall, alors qu' ils quittent le Trump International Golf Links à Aberdeen, en Écosse, le 25 juin 2016.
© REUTERS

Articles sur ce blog concernant :

Les citations sont extraites du site d'Arte. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire